L’épuration du mental humain: p 43


 

Le mental humain de l’involution correspond à une charge inversée d’énergie créative. L’intelligence de l’homme conscient n’évalue pas la vie et ses différents aspects selon les lois de l’intelligence créative, mais selon les lois renversées de l’énergie qui la manifeste à sa source. L’être humain inconscient ne participe pas à la force créative ascensionnelle de l’univers ; il s’y oppose à un tel point que la vie sur terre est devenue, au cours des âges, une série d’expériences pour l’homme et l’humanité en général. Un tel niveau d’inconscience est incomparable au reste de l’univers en évolution. Par contre, à travers son expérience, l’homme a englobé tellement de possibilités que sa vie sur terre est devenue un champ de probabilités lui permettant, à longue échéance, d’intégrer un nouveau rayon d’énergie qui conduira l’homme nouveau, l’homme libre de l’avenir, à distinguer entre l’éther et l’astral lorsqu’il sera dégagé de son corps matériel. Pour l’évolution future de la prochaine race-racine, les forces de vie nouvelles que l’être conscient connaîtra devront être parfaitement à son service s’il ne veut pas vivre un autre cycle de domination plus puissant que celui qu’il avait connu pendant l’involution.

À cause de cette nouvelle situation évolutive de l’homme de demain, il deviendra essentiel que son mental soit parfaitement épuré de toute coloration astrale, c’est-à-dire de toute impression que l’astral pourrait imprimer dans la conscience nouvelle. Nous devons regarder de près l’influence des sphères spirituelles sur sa conscience planétaire, encore trop jeune pour saisir l’importance de ne pas vibrer aux impressions psychiques créées par l’astral sur son mental sensible et perceptif.

 

Il est évident que l’homme ne pourra réaliser ceci qu’au fur et à mesure qu’il se rendra compte que le but des forces occultes en lui est de l’assimiler par sa sensibilité, et qu’une telle assimilation le détourne naturellement de son évolution mentale supérieure. L’épuration du mental humain continuera tant que l’homme n’aura pas senti la subtile émotion qui accompagne tout acte psychique de sa part. L’acte psychique implique toute perception extra- sensorielle qui donne à l’homme l’impression d’être en état de perception plus avancée que ses homonymes planétaires. L’homme sensible réalisera, au cours de son évolution et de son épuration, que toute fonction psychique réfléchie égoïquement n’a de valeur que sur les plans inférieurs de la réalité, mais qu’il est impuissant devant les changements qui doivent être apportés à la conscience planétaire en général, surtout dans le domaine extrêmement important de la science nouvelle.

L’épuration du mental humain représentera la plus grande partie du travail qui se fera sur terre, chez les individus prêts évolutivement à entrer en contact avec le monde parallèle de l’éther. Celui-ci n’est pas un plan psychique mais bien un plan matériel subtil. L’homme nouveau y sera invité, accepté par les forces nouvelles de vie qui auront, au préalable, fusionné avec la matière. L’épuration du mental humain repose non seulement sur l’évolution de la conscience humaine relativement aux impressions spirituelles créées dans la conscience égoïque, mais aussi sur la capacité psychique de l’émotion de ne pas servir les forces astrales du mental inférieur de l’homme. Au fur et à mesure que la conscience nouvelle prendra racine sur le plan matériel, les hommes nouveaux seront mis en contact les uns avec les autres, malgré eux, et ils découvriront jusqu’à quel point ils possèdent une conscience mentale épurée, car ces contacts soulèveront les poussières astralisées de l’ego et l’homme sera forcé de réaliser qu’il n’est pas aussi épuré dans le mental que pourrait lui laisser croire son attitude personnelle. À ce moment se créeront des liens réels entre les hommes et se déferont les liens temporaires.

 

Le temps n’existe pas dans l’évolution de la race-racine de la prochaine évolution. Les forces de vie qui travaillent à sa formation sur terre ne sont aucunement impliquées dans une forme chronologique ou quantitative du temps, ce qui permettra d’ailleurs au travail d’être parfaitement exécuté.

L’épuration du mental de l’homme nouveau est une condition absolue de passage à l’éther. Cette condition est tellement fondamentale au travail des forces de vie que sa simple réalisation suffira pour rendre l’homme conscient des changements profonds qui doivent s’opérer en lui, avant qu’une ère nouvelle ne transforme la conscience de la terre et ses composantes. L’homme spirituel doit apprendre à éviter l’impression subjective de sa grandeur d’être ; une telle prise de conscience servira à donner une nouvelle orientation à l’énergie de l’homme, de sorte que l’ouverture vers un plan parallèle se fera selon la prédestination de ceux qui sont déjà sensibilisés à leur réalité et à la réalité de la nouvelle conscience de la planète. Rien ne peut remplacer l’épuration du mental humain, car ce travail coïncide avec le renversement des énergies astralisées de la planète terre.

L’épuration du mental humain est certes une des plus remarquables opérations occultes qu’enregistrera la conscience humaine nouvelle. Le degré d’épuration ira de pair avec la conscience de l’homme nouveau au cours de la prochaine évolution, car l’homme ne comprend pas encore la différence entre la conscience spirituelle et la conscience pure. Et cette compréhension doit être intégrée dans la conscience de l’homme nouveau, puisque ce dernier ne peut passer, après la mort, d’un plan psychique à un plan éthérique que s’il a conservé sa mémoire intacte. Il s’agit de cette mémoire qui reflète sa conscience supérieure, et non de cette mémoire qui ne représente que l’exécution psychologique de son moi avant la mort. À cause de cette condition de l’évolution future, il sera essentiel que l’homme nouveau soit appelé télépathiquement à rencontrer les forces de vie, afin de faciliter sa compréhension des différents problèmes évolutifs avec lesquels l’homme de la prochaine époque transigera, et cela complétera l’épuration totale de son mental nouveau.

Pendant la période involutive et spirituelle, l’homme ne possédait pas de mesure dans son développement. L’évolution spirituelle n’était pas une prise de conscience absolue, mais plutôt relative à l’impression astrale de sa conscience animique, cette partie de lui qui n’avait pas encore été libérée de la mémoire expérientielle. L’homme nouveau, par contre, sera obligé de vivre selon un ordre établi par les nouvelles forces de vie sur la terre, en relation avec l’éther de cette même planète.

 

Donc, l’homme de la prochaine évolution n’aura pas d’autre choix que de comprendre sa relation vibratoire avec cette nouvelle dimension de la réalité de l’homme et de la terre, car le point de rencontre entre les forces de vie et l’homme sera perçu par ce dernier dans le cadre de son expérience matériel ; ceci l’invitera à comprendre instantanément la différence entre l’involution spirituelle de l’homme de la cinquième race-racine et l’évolution mentale de l’homme de la sixième.

Il est difficile pour l’homme spirituel de saisir l’aspect éthérique de la prochaine évolution, bien qu’il soit facilement impressionné dans le mental par l’information ésotérique ou occulte de cette prochaine forme d’expérience humaine sur terre. L’homme spirituel n’a pas encore appris à faire la différence entre la nature de l’énergie des plans et la qualité psychologique de l’ego en relation avec cette énergie. Nous ne vivons pas dans un monde suffisamment libre des sens spirituels pour comprendre la qualité absolue des lois éthérico- matérielles. L’involution a permis à l’homme d’évoluer spirituellement, mais l’évolution permettra à l’homme d’évoluer mentalement, en fonction des lois de l’énergie non astralisées par sa conscience spirituelle, mais pratiquées par une conscience mentale ajustée à son double. L’évolution du mental humain sera directement proportionnelle à l’épuration de tout matériel spirituel qui constitue un attrait pour l’ego, puisque cet aspect de lui-même n’était pas suffisamment en fusion avec le double. Ce dernier est déjà dans l’éther de la matière, sur un axe de temps qui permet l’unité dans la conscience, tout en conservant l’individualité de la forme humaine.

 

L’homme spirituel ne comprendra la signification de l’expression "épuration du mental humain" que lorsqu’il aura saisi l’illusion spirituelle de sa conscience inférieure, et qu’il sera à un nouveau stade d’expérience avec des forces qui ne font pas partie de l’astral. Autrement dit, l’homme nouveau apprendra à reconnaître non seulement la présence de sa vibration astrale, mais aussi la qualité intelligente de cette vibration. Lorsqu’il aura vu dans l’illusion de cette forme d’intelligence personnalisée, il découvrira la clef de sa propre déformation psychologique cachée sous la science intérieure. Alors, il se libérera de l’orgueil et du désir astral d’évoluer, afin de pouvoir se reconnaître comme étant ou faisant partie de ceux qui auront accès à une qualité de vie supérieure et cosmique.

L’épuration du mental humain correspond au renversement de la conscience spirituelle de l’homme ; situation difficile à accepter, car pour accepter il faut savoir. Ces réalités ne peuvent être comprises qu’en fonction de soi-même, et non en fonction d’une instruction quelconque. Tant que l’être spirituel n’aura pas cessé d’exister, de vibrer, l’homme nouveau sera en transformation initiatique et solaire, il lui sera impossible psychiquement et psychologiquement de savoir réellement ce qu’il est. Savoir ce que l’on est ne fait pas partie d’une prérogative humaine de l’involution, mais du pouvoir de la conscience humaine nouvelle sur les formes-pensées astralisées de l’involution.

L’évolution du mental humain ne peut se faire sur cette planète sans l’épuration des formes-pensées et des habitudes de vie reliées à ces pensées, si élevées en substances spirituelles ces pensées puissent-elles être. Car la pensée de l’homme de l’involution n’est pas sienne, elle est le produit de l’actualisation des forces spirituelles occultes en lui, qui colorent ses pensées à cause de leurs présences dans son mental inférieur. Un mental spiritualisé n’est pas un mental créatif, mais un mental réceptif. L’homme nouveau doit avoir accès à un mental créatif, mental au-dessus de la forme astrale. L’homme nouveau ne pourra sentir dans son mental aucune notion qu’il ne comprend pas parfaitement. Il lui faudra alors avoir un mental épuré, capable de faire éclater une forme qui ne fait pas partie de sa créativité mais à laquelle il adhère pour des raisons de satisfaction spirituelle. Il ne s’agit pas pour l’homme nouveau de répéter le mode de vie de l’involution ; processus impossible, car la relation entre la lumière et le mental élevé de la prochaine phase sera une relation d’esprit, et non une relation d’impression animique et intuitive. L’intuition fut nécessaire durant l’involution, mais elle sera nettement limitative pendant le nouveau cycle. Celui-ci forcera l’homme nouveau à vivre en fonction de la force créative de son mental, et non en fonction de l’impression psychologique d’une forme quelconque de connaissance acquise par des voies spirituelles.

 

L’involution a inversé l’énergie de la conscience humaine, de sorte que l’homme de la terre est nettement inférieur en intelligence créative aux hommes d’autres systèmes. Cette inversion a tellement marqué l’être humain que, jusqu’à notre époque, il ne possède aucun contrôle sur son évolution, et ceci est remarquablement évident dans le phénomène de la mort qu’il croit être un phénomène naturel. L’épuration du mental humain est une transmutation de sa façon de penser et de voir les choses, jusque dans les moindres replis de sa conscience égoïque. À partir de cette conscience inversée se crée sur le plan matériel ce qu’il appelle le mal, l’expression d’une énergie destructive. Le mal que connaît l’homme sous ses moindres formes n’est que l’expression d’une conscience créée dans le monde de la mort par la manipulation de son mental inférieur.

L’involution se distingue de l’évolution. Ces deux périodes de la vie de l’homme sont diamétralement opposées en nature et en fonction : l’involution fut à l’activité des principes inconscients de l’homme ce que l’évolution sera à la conscience de ces mêmes principes. Ces derniers seront élevés en vibration par la relation étroite entre le mental supérieur et la lumière ou l’intelligence créative finalement libérée des obstacles psychologiques de l’involution. Pour que l’homme connaisse les rapports étroits entre son énergie créative et lui-même, il lui faudra prendre conscience de sa doublure psychique ; cette partie parfaite de lui-même évolue sur des plans qui font partie des mondes de la lumière, qui lui ont donné naissance dans la forme à travers tous les plans de sa réalité.

L’homme vient de la lumière mais fut dans le passé obligé d’en être séparé, à cause de l’insuffisance d’expérience de sa nature temporairement imparfaite. Au cours de l’involution, cette nature reprit graduellement contact avec lui au fur et à mesure qu’elle constata que la nature humaine, une fois liée à la matière, possédait une vie propre qui, au cours des âges, se réfléchit dans la conscience de l’ego.

 

Tout ceci faisait partie des lois complexes de l’énergie en évolution, et le tout ne pouvait être compris avant que l’homme ne prenne conscience. La lumière put s’exprimer en relation avec le développement de la conscience humaine. Avec le temps, l’homme sentit qu’il était plus grand qu’il paraissait en surface. Cette conscience n’était pas suffisante pour qu’il sache. Et ce n’est qu’avec l’avènement sur terre de la conscience supramentale qu’il pourra commencer à déchiffrer son propre mystère, sa relation étroite avec une énergie créative impersonnelle dont la qualité d’intelligence lui donnait l’impression d’être personnalisable. Cette illusion fait encore partie de l’homme nouveau, et elle durera jusqu’à ce qu’il passe à un autre plan de sa réalité, en fonction d’un pouvoir créatif nouveau sur la matérialité de son corps planétaire.

Tant que le mental humain n’aura par été épuré des vestiges de la conscience humaine de l’involution, l’homme ne sera pas capable de se voir de front. Il sera impuissant devant la mort, donc lié aux lois de la matière.

L’homme sait tout. Mais, pour supporter se savoir, il doit être suffisamment libéré de ses formes-pensées mécanisées, car le poids du savoir détruirait la conscience fragile de son ego mémoriel. Savoir n’est pas une impression : c’est le pouvoir de la lumière de l’homme- esprit à travers l’homme-matière. Il n’y a aucune différence entre l’homme-esprit et l’homme- matière sur le plan éthérique. C’est seulement sur le plan de la matière que cette différence semble insurmontable, et ceci tient au fait que l’homme matériel n’a pas encore, en général, rencontré sa doublure. Donc, il est psychologiquement divisé en deux : une partie inférieure qui ne sait rien mais peut tout, et une partie supérieure qui sait tout mais ne peut rien.

Les hommes évolués de la terre doivent commencer à étudier la nature de la réalité à partir de ce qu’ils savent, et non plus à partir de ce qui leur a été enseigné. L’enseignement spirituel n’est plus suffisant pour l’homme de la prochaine époque, car la nature de son nouveau mental requiert une explication parfaite des mystères de la vie, sinon la vie n’a aucun sens réel. L’homme nouveau n’aura plus besoin de la vérité ; il aura besoin de savoir, et dans le savoir, la vérité ou le mensonge n’existent pas. N’existe que la capacité de l’homme à supporter un niveau d’intelligence qui n’est aucunement relié à son mémoriel personnel ou à celui de l’humanité involutive.

 

Le savoir est l’énergie, l’intelligence créative est l’énergie. Seul l’homme inconscient et mentalement inférieur croit que le savoir est une connaissance. Pour qu’il y ait connaissance, il faut de la mémoire réflective. Pour qu’il y ait du savoir, il faut une absence de mémoire subjective. L’épuration du mental se fera en relation avec ces aspects de la nouvelle réalité psychologique et psychique de l’homme.

Le mental humain involutif a progressé selon les lois de l’ignorance et à l’aveuglette. Au cours des âges, l’homme bénéficia d’un peu plus de lumière, mais très peu, car son intellect, ou mental inférieur, n’avait aucun lien conscient avec le double. De sorte que le mental humain à la fin du vingtième siècle, est un mental sophistiqué, mais sans conscience universelle. L’involution fut basée sur l’expérience acquise, et non sur la puissance créative de sa source. La prochaine époque donnera naissance à un nouveau modèle humain, dont l’intelligence sera la manifestation du double lumière à travers le mental supérieur. L’homme nouveau deviendra un canal de plus en plus parfait pour cette énergie, et sa conscience sera nettement supérieure en intelligence créative à celle de l’involution.

Une période sera nécessaire à l’épuration du mental inférieur de l’homme, afin d’éliminer les mécanismes d’habitudes qui avaient formé sa personnalité au cours de l’involution, et ceci le rapprochera de la réalité de sa personne. Le passage de la personnalité à la personne, ne peut se faire qu’en relation étroite avec le double, la source créative de l’homme. Le double est l’essence de l’homme et lui donne sa noblesse. C’est avec lui qu’il atteindra les hautes sphères à travers une fusion où l’homme ne souffrira plus dans sa personnalité, car il aura connu le lien universel et en vivra de façon grandissante.

L’épuration du mental humain fera partie de la transformation de la personnalité par la lumière de l’homme ; mais cette lumière n’est pas sans réalité intelligente et communicative. L’homme nouveau apprendra à communiquer mentalement avec cette dimension de lui-même, et comprendra que la nature de l’intelligence ne peut être perçue qu’à partir du jour où il entamera une communication ouverte avec les plans universels.

 

En transformant la personnalité de l’être, la communication entre l’homme et son double le mettra face à sa propre réalité. Ainsi, le mental humain évolutif connaîtra une épuration de la mémoire, jusqu’à ce que cette dernière n’interfère plus avec le principe créatif au-delà du mortel. À partir de cette époque, il commencera à reconnaître en lui-même de nouvelles facultés nées de sa liaison avec le plan d’intelligence universelle. Ce lien avec l’homme marquera l’aspect essentiel de l’évolution future de l’homme individualisé.

L’homme nouveau sera élevé en conscience mentale par ses propres forces intérieures. Il ne pourra rien pour accélérer ce processus, car la lumière mesure le développement de celui à travers lequel elle commence à se manifester. Lorsque l’homme involutif aura commencé à comprendre sa relation avec le double, ceci marquera la fin de son involution, et l’avenir deviendra de plus en plus un havre de sécurité pour lui. Sa vie ne sera plus assujettie aux lois planétaires de l’involution et de la mort. Mais avant que l’être ne s’élève au-dessus des lois mécaniques de l’involution, il lui faudra développer une volonté créative et une intelligence parallèle afin d’en arriver, un jour, à déjouer l’astral. Sa nouvelle maturité le rendra conscient de façon permanente, et il entrera dans une phase de créativité parfaitement libre.

L’épuration du mental involutif se perfectionnera selon la capacité qu’aura l’homme de vivre en harmonie réelle avec lui-même. Celle-ci se manifestera lorsqu’il saura reconnaître l’astral en lui. Le plan astral, en faisant partie de sa conscience, est devenu la fondation de sa psychologie de vie. Seule la lumière de l’homme peut le transformer intégralement, et aucune force ou influence extérieure à lui-même ne peut lui faire réaliser son essence. L’épuration du mental humain veut dire transformation profonde et permanente de sa façon de voir les choses de la vie ; pour qu’une transformation se fasse à cette échelle, l’homme devra être parfaitement à l’écoute de lui-même.

 

Le fait de communiquer intérieurement ne sera pas, au début, une entière sécurité, car l’astral se servira de ses centres psychique pour lui faire croire qu’il est en communication avec le double, sa lumière, alors qu’il le sera avec des entités du plan astral intéressées à le maintenir dans l’illusion de la connaissance. L’épuration du mental inférieur sera, par le fait même, la plus grande expérience intérieure du mortel. Au cours de cette expérience, l’homme apprendra à voir à travers les voiles de sa conscience planétaire et spiritualisée, pour élever son intelligence à un niveau que l’humanité n’a jamais connu.

L’évolution demandera que l’homme prenne conscience de sa réalité. Mais son inconscience est telle que la psychologie de son moi est totalement astralisée. L’homme n’a donc aucune idée de la réalité de sa conscience. Pour la transformation de cette condition de façon permanente, il vivra une grande rébellion intérieure face à la réalité de sa conscience planétaire. Cette révolte sera la force lui permettant de surgir de l’astral pour se projeter dans sa propre lumière, sa propre énergie. L’épuration de son mental servira à lui faire reconnaître la valeur absolue de sa vie individualisée en tant qu’homme.

La fusion de l’ego avec la lumière créera une nouvelle race sur terre. Au cours des siècles, cette race mentale se séparera des races involutives, car le pouvoir de l’énergie l’élèvera en conscience, jusqu’à ce qu’elle ait le contrôle sur la matière. Ce sera la fin du cycle plutonien sur terre, responsable de la domination de l’homme par les forces astrales au cours de l’expérience involutive. La mort a joué un rôle clef durant l’involution. Elle entretint la relation entre le mental inférieur de l’homme et le développement de sa personnalité primitive.

La fusion de l’homme mettra un terme au pouvoir de la mort sur lui, et l’épuration de son mental sera le prix à payer pour cette liberté créative et universelle. Il sera éveillé à une réalité ne faisant pas partie de la vie planétaire d’aujourd’hui ; le contact avec des intelligences éthériques remplira sa vie, à un point tel que la mort n’existera plus dans sa signification involutive. Son mental aura été épuré, et il sera capable de vivre psychologiquement des expériences n’ayant jamais fait partie de celles de l’homme ancien. Ce nouveau niveau de vie nécessitera une conscience suffisamment éveillée à la réalité de l’éther pour que le mental puisse supporter la lourde charge d’énergie qui accompagne toute pénétration derrière le voile de l’espace-temps.

 

Les nouveaux initiés de l’humanité souffriront de grandes souffrances avant le passage de l’autre côté du temps et de l’espace, car l’énergie mentale nécessaire à un tel passage devra être parfaitement équilibrée, afin que l’homme ne connaisse aucune crainte face à l’invisible matérialisé.

L’épuration du mental de l’homme nouveau est prérequise à l’ouverture parfaite de son centre psychique mental, car le mental inférieur ne peut supporter la présence du double, sa lumière, sans une transformation de la pensée subjective. Les pensées subjectives font partie d’un niveau de vie inférieur à celui que connaîtra l’homme de la prochaine évolution. Ce niveau est trop bas en vibration pour recevoir le choc de la lumière essentielle à la connaissance des secrets de la vie. L’épuration du mental n’a rien à voir avec une forme quelconque de spiritualité, au contraire, il devra même être épuré des voiles de la spiritualité qui bloquent son intelligence universelle et lui ferment l’accès à la compréhension parfaite de la vie, sans faille et sans retour.

L’épuration du mental humain l’amènera au-delà de la vérité. C’est alors qu’il reconnaîtra le réel, car son savoir sera sans frontières. Il est impossible à l’homme de penser le savoir. Le savoir ne fait pas partie de la connaissance égoïque, mais de la conscience en fusion. Afin de passer du mental inférieur lourd et subjectif au mental supérieur léger et objectif, l’intellect sera assoupli pour ne plus bloquer cette nouvelle énergie créative venant des sphères en fusion avec lui.

Autant l’homme eut de l’intérêt pour la connaissance pendant l’involution, autant il ne vivra que de savoir au cours de la prochaine époque. Son savoir sera à la mesure de son évolution, mais il demeurera universel quel que soit ce niveau d’évolution. Le mental de l’homme nouveau connaîtra une épuration à la mesure du support que l’ego pourra lui donner. Connaître le vide plein dans le mental sera une expérience nouvelle. Par le passé, le mental était rempli et nourri par la mémoire ; demain, il sera vide de la mémoire subjective et parfaitement en fusion avec la lumière du double, sa réalité parfaite. L’homme connaîtra alors son identité, et ne vivra que par rapport à elle. La personnalité subjective de l’involution s’effacera graduellement, et la personne réelle de l’homme jaillira comme un nouveau soleil.

 

L’homme est un être conditionné par sa culture et sa race. Il vit très peu au niveau de lui même. Sa conscience du réel est tellement faible qu’il lui est impossible de savoir où il en est, et de comprendre la vie en général. Sa vie personnelle est une constante recherche vers un équilibre qui semble lui glisser constamment entre les doigts. Cette condition de vie, partie intégrante de l’involution, changera avec le nouveau cycle. Mais l’homme apprendra à reconnaître ces forces qui lui nuisent, afin de se rendre libre d’elles de façon permanente. À partir de cette nouvelle condition, son mental devra nécessairement être épuré, pour vivre d’une vision claire de la vie et ses actions. Tant que l’homme ne pourra vivre sans aucun contrôle sur sa vie, il sera à la recherche d’un équilibre. Il devra, un jour, vivre cette épuration mentale afin d’être à la mesure de ses possibilités créatives et universelles.

La mémoire humaine n’est pas créative à cause du degré de pollution émotive atteint par une longue relation avec un passé incompris ; cet état est tellement avancé que l’homme involutif vit toute sa vie prisonnier de cette mémoire qui l’éloigne de sa source. La plus grande faille de la conscience humaine tient à l’inhabilité qu’a l’homme de vivre au-delà de sa mémoire subjective, pour bénéficier d’une mémoire universelle. Seule l’épuration du mental inférieur lui permettra de refaire contact avec une mémoire objective, sa source, son moi réel, sur un plan de la réalité qui, un jour, sera parfaitement unifié à la conscience de la terre.

Le mental est un champ d’énergie rempli de formes-pensées cristallisées par la conscience inférieure du moi subjectif. Cette condition invite l’homme actuel à vivre une vie mentale déconnectée de sa réalité objective et universelle, alors que l’homme intégral grandira dans une conscience de plus en plus épurée de la subjectivité des formes-pensées. L’épuration permettra de réaliser que la valeur de toute pensée est conforme à toute expérience psychosociale d’un ego conditionné par un environnement mental assujetti aux forces involutives de la vie. Un tel ego prendra graduellement conscience que la pensée doit être à la mesure de la liberté de son esprit.

 

L’homme ne peut vivre de sa lumière tant et aussi longtemps que son mental la colore et qu’il obstrue le passage à cause de la pollution psychique et psychologique de son moi. L’involution l’a imbriqué dans une forteresse psychologique de plus en plus matérialiste ou spirituelle. Dans un cas comme dans l’autre, la lumière de l’ego perd de son intensité et l’homme en est réduit à vivre une vie mentale en dehors de l’ordre de l’intelligence objective et créative. De là les problèmes de la vie et leurs conséquences néfastes pour l’être. L’épuration du mental humain se fera sur différentes échelles mais, ultimement, elle mènera l’homme à la fusion avec le double. Cette expérience avec son lien universel éveillera l’ego à sa conscience réelle et lui fera bénéficier d’une intelligence à toute épreuve, réelle, consciente de la vie et de ses manifestations matérielles ou occultées.

L’épuration du mental humain amènera l’être à vivre sa vie mentale en fonction de nouveaux principes de conscience issus de la descente du savoir sur le globe. Cette nouvelle dimension de la vie cosmique éveillera chez lui des aspects du mental supérieur lui permettant de s’enligner sur une nouvelle voie d’évolution non conditionnée par la société inconsciente, à laquelle il appartient par programmation involutive. L’évolution du mental supérieur dépendra d’une science nouvelle ; elle sera transférée à l’homme par voie de fusion, afin d’éliminer les possibilités d’interférences causées par l’astralisation de l’intelligence logique ou spirituelle chez l’ego, puisque ce dernier est impuissant à supporter de façon absolue et sans condition la lumière de son propre esprit. L’homme s’éveillera à une réalité psychique diamétralement opposée à celle de l’involution, à cause de la radicalité de la conscience universelle. Un petit nombre de gens pourront en bénéficier dans un premier temps, car l’évolution de l’homme vers l’intégration de son moi ne se fera qu’au cours des longues périodes d’adaptation que l’être vivra durant des siècles à venir. Il se créera sur le globe plus tard, lors de l’évolution de la sixième race-racine, une dernière forme de magie noire, séquelle de ce que l’Atlantide connut à la fin de son cycle.

 

Dans ces temps avancés de l’histoire future de l’homme, une lutte sans merci se fera pour le dépouillement final de la planète de tout centre de magie involutive directement relié à la réincarnation d’âmes Atlantes ayant participé à la quatrième race-racine. Le mental de l’homme sera totalement épuré et la septième et finale manifestation de l’esprit dans la chair se fera, pour donner à l’humain la résonance cosmique de l’évolution jupitérienne.

Le mental supérieur de l’homme établira un rapport étroit entre la vie psychique et la vie cosmique. L’homme pourra communiquer avec les plans universels et il découvrira à travers cette activité télépathique d’un ordre nouveau que la science de la vie et de la matière est à la pointe de son esprit. Il découvrira que la relation entre les plans et le sien est toute particulière, et que cette particularité tient à l’éveil de la conscience à des dimensions du réel nécessitant l’épuration de la mémoire subjective de l’ego. La mémoire étouffe l’intelligence réelle de l’homme. L’histoire de la terre est fondée sur le rapport entre le mental inférieur et la matière, alors que l’avenir de l’homme marquera le lien entre les forces créatives des plans parallèles et le mental humain, ce dernier servant de point de convergence de l’infinité et de la matière. Pour que l’homme ait accès à l’intelligence des plans parallèles, il faudra que le mental inférieur, souillé par l’expérience de la conscience involutive, s’éveille à une nouvelle grille d’énergie dont la nature fera partie de la fusion du double et de l’ego.

La fusion renversera la polarité du mental et créera dans la conscience une nouvelle échelle de réceptivité ; la vie mentale d’alors exercera chez l’être une puissante force créative, laquelle engendrera dans le monde une vague de créativité qui ne s’éteindra plus et ne sera plus conditionnée par le type de matérialisme propre à l’involution. L’épuration du mental exigera une grande patience, car le mental inférieur est complètement étranger aux lois de la lumière. La lumière deviendra de plus en plus exacte, puisqu’elle n’est pas colorable ; elle ne peut être commandée, forcée ou astralisée. À ce moment, l’homme nouveau découvrira que la lumière et son esprit sont des aspects cosmiques du réel, divisés depuis des millénaires, et que leur raccordement demande une totale et absolue fusion. La lumière ne pourra se manifester sur terre tant que l’homme n’aura pas réussi à la supporter parfaitement dans sa clarté sans forme.

 

La fusion du mental humain avec les plans de la lumière créera une nouvelle dimension du savoir, qui instruira l’homme et lui communiquera ce qui ne peut être pensé. Ce savoir permettra à l’être conscient de se libérer du connu et d’entreprendre une nouvelle évaluation du réel derrière la forme. Il puisera à sa source, dans l’infinité de l’énergie créative et le néant de la forme. À partir de ce point dans le mouvement de l’énergie mentale créative, l’homme ouvrira les portes derrières lesquelles les mystères furent de tout temps cachés. Les mystères ne feront plus partie de la conscience ; l’homme poursuivra sa route vers l’infinité à travers la fusion de l’énergie du double et de l’ego conscientisé. L’élimination des mystères de la vie mentale involutive créera une permanence de la conscience, une stabilité fondée sur le roc de l’être. Doué d’une telle conscience, l’homme traversera le désert de la vie et entrera dans l’oasis de la conscience, centre même de la vie mentale supérieure de l’esprit en fusion. La conscience du double se concrétisera à mesure que l’ego vibrera à un taux libre de l’expérience de l’âme. Épuré de sa conscience planétaire et subjective, l’homme grandira de plus en plus dans l’énergie du mental cosmique. De là se concrétisera la vie nouvelle, l’expérience des plans et des mondes qu’il pourra fréquenter psychiquement à l’aide de son véhicule éthérique, libéré de la matière par l’énergie de sa propre lumière.

Le mental inférieur est régi par des lois de communications universelles non conscientisées chez l’être involutif. Cette grande portion de mental demeure inutilisée à cause de la fermeture de l’ego sur lui-même. Ainsi le niveau de l’intelligence humaine est-il inférieur en qualité à ce qu’il devrait être en réalité. L’évolution de la conscience permettra à l’être d’ajouter à sa conscience mentale une dimension psychique qui comblera absolument le vide du mental intellectualisé. L’ouverture sur de nouveaux plans de conscience forcera l’élimination des paramètres psychologiques de l’ego, qui bloquent l’énergie supérieure et menacent l’homme d’asphyxie mentale. Le mental supérieur est une dimension créative de l’intelligence; cette dernière s’ouvrira à l’homme lorsqu’il aura dépassé la programmation astrologique de sa conscience planétaire pour s’associer à l’énergie pure de sa conscience universelle.

P. 57

À travers l’épuration du mental inférieur, il aura accès au mental créatif, qui aura la propriété de lui donner une entière liberté sur la vie. Pour qu’il bénéficie des énormes énergies faisant partie de sa conscience cosmique, il devra comprendre et détruire les blocages de ces énergies et leurs diversions au cours de sa vie. Tant qu’il n’aura pas fait le point avec lui-même de façon absolue, il ne pourra bénéficier de lui-même cosmiquement parlant, car sa partie supérieure ne peut être assujettie à des principes de vie rattachés à l’expérience égocentrique de l’être involutif et inconscient. L’homme nouveau réalisera sa relation énergétique avec l’être lumière en lui ; cet être est le siège de son énergie créative, et sa descente, véritable poussée vers le bas, ne peut venir ou dépendre que de sa force intérieure. Les forces cosmiques de l’homme doivent descendre dans la matière. Le miracle n’existe pas. L’homme doit participer créativement à cette descente ; c’est dans le processus d’épuration du mental que ceci s’actualisera.

L’homme intégral signalera la fin de l’involution personnelle ; il servira de modèle aux futures générations nées d’une conscience fondée sur des principes de vie rattachés à la fusion de l’ego-lumière. L’épuration du mental sera la pierre angulaire de la nouvelle race-racine ; elle comprendra des choses qui ne peuvent être comprises par une race axée sur le pouvoir de la mémoire expérientielle. La conscience supramentale sera épurée de ses rapports archaïques avec la forme-pensée involutive. Le mental sera vivant, créatif, libre des assises émotives et subjectives de l’ego planétaire. Le mental est le siège de forces d’une telle puissance créative que l’ego n’y aura accès que dans la mesure où il dépassera l’espace mental inférieur du fossile de l’involution, période au cours de laquelle toute valeur faisait partie de la domination psychologique et psychique de l’homme. Être intégral en potentiel, l’homme vit en marge de lui-même, au centre de son aliénation. Cette aliénation comporte des aspects positifs et négatifs pour la société et l’être lui-même, mais aucun aspect purement et cosmiquement créatif pour l’homme, l’être sans frontières et sans illusions. Pour cet être d’un autre temps, les valeurs involutives feront partie de la conscience d’un temps révolu. Lui seul, face à sa propre infinité, créera une science à la mesure de ses besoins réels et universels. Ainsi, servira-t-il la vie en se servant lui-même à sa table, mais il ne récoltera plus les miettes de la vie comme ce fut le cas pour l’homme de l’involution, psychiquement primitif.

 

La vie réelle de l’homme sera un processus d’intégration de l’énergie, jusqu’à ce que l’être se retrouve parfaitement à l’intérieur de la vaste et subtile programmation humaine. Seul le mental épuré de toute forme de manipulation interne pourra y arriver, car la vie ne sert pas l’homme tant que lui-même ne s’est pas libéré de ses voiles. L’homme engendrera des forces qui, au cours de l’involution avaient été bloquées et étaient devenues prisonnières d’un mental torturé par sa propre impuissance. Il est abominable que l’homme, sur le globe, soit impuissant dans la vie. Même les grands stratèges du pouvoir sentent cette impuissance. La vie retire le faux pouvoir à tous les êtres. Seule la puissance de la conscience universalisée ne peut être retirée à l’homme, car elle fait partie d’un autre temps où l’homme matériel est supplanté par l’homme éthérique, la contrepartie énergétique de l’être matériel. L’épuration du mental permettra à l’homme d’entrevoir, au début, jusqu’à quel point il a vécu sur terre en fonction de forces en lui sur lesquelles il n’avait aucun contrôle. Ces forces faisaient partie des pulsions de l’âme dont il fut victime au cours de la vie et dont il ne sut se libérer, car il avait trop fait de la vie une partenaire sourde à ses besoins réels. Les besoins réels de l’homme intégral ne seront plus de l’ordre du désir inconscient, mais de celui de la volonté créative menant à bien les fonctions psychiques mentales de sa conscience.

L’évolution de l’homme tiendra compte de sa capacité de dépasser le niveau subjectif du mental planétaire, niveau devenu inadéquat avec l’évolution de l’énergie allouée à l’être pour le perfectionnement de sa conscience. L’épuration du mental coïncidera avec le développement d’une nouvelle psychologie, créée par l’homme intégral pour le développement d’une science psychique libre des concepts psychologiques et spirituels qui enferment le moi dans une prison d’où il ne peut s’extirper qu’à l’aide des moyens dépassant le pouvoir subjectif du mental conditionné. Le plan mental involutif est assujetti à la domination d’idées préconçues, fondées sur l’expérience psychologique de l’humanité involutive.

P. 59

L’homme nouveau naîtra de la contestation vibratoire de la forme mentale, et sa conscience sera nourrie par le lien universel. Il dépassera sa condition psychologique dans la mesure où il pourra supporter le fait que la pensée, au-delà des conventions planétaires, fait partie d’un réseau de communication subtil et non conscientisé entre l’ego endormi et le double, ou entre l’ego et des entités sur le plan astral qui le gardent dans l’ignorance afin de perpétuer leur pouvoir sur terre. Au cours de l’évolution, il apprendra à construire de nouveaux ponts entre lui-même et le double. Ces liens lui permettront enfin d’entrer dans son identité universelle et de cesser de vivre en fonction de la psychologie des masses assujetties à l’astral des sphères. L’aspect occulte de la conscience deviendra un fait acquis ; l’ego sera de plus en plus transparent et les voiles involutifs disparaîtront de la conscience pour laisser filtrer la lumière de son esprit.

L’épuration du mental requerra une réévaluation des connaissances acquises sur la vie et la mort. La fusion forcera l’homme, graduellement, à vivre d’une énergie de plus en plus équilibrée et ses principes se développeront, sa conscience grandira, de façon à ce qu’il devienne de plus en plus intégré, de plus en plus unifié. Le développement d’une psychologie supramentale l’invitera à regarder l’aspect mental de l’être de façon absolue, ce qui lui permettra finalement de tester l’alliance occulte entre lui-même et le double. Cette alliance deviendra le signe de la réouverture des plans chez l’homme, plans fermés à sa conscience durant l’involution, alors que les forces involutives assumèrent le contrôle de l’évolution psychomatérielle de l’être pour que se développe, sur terre, une conscience égoïque. L’homme ne pourra reconnaître son lien avec le mental universel tant qu’il n’aura pas dépassé ses illusions égoïques, car le lien universel est régi par des intelligences dont le rapport avec l’homme doit devenir absolu. L’homme découvrira que l’esprit représente dans l’univers un règne d’intelligence libre du corps matériel, règne n’ayant jamais connu l’expérience de la matière. Il reconnaîtra le besoin d’isoler le contact astral relié à des intelligences qui ont fait partie de l’expérience humaine incarnationnelle. Ces êtres perdront, éventuellement, leur lien involutif avec l’homme, afin que ce dernier puisse bénéficier de son contact universel avec le double. Le double est l’aspect ultime de sa conscience, et sa fonction est de convertir l’énergie en pensée créative, pure et non conditionnée.

 

La conscience supramentale sera une forme de vie mentale nouvelle à travers laquelle tous les aspects de la vie, tant matériels que psychiques, seront fixés dans une perspective universelle et créative. Né d’une telle conscience, le mental s’épurera de plus en plus, car la vibration de l’énergie du double pénétrera au-delà du conditionnement psychologique de l’ego ; l’homme apprendra à concrétiser sa conscience, afin de la libérer du fardeau philosophique ou psychologique qu’elle dut supporter pendant la période d’intense recherche de l’ego planétaire sans identité. La croissance de l’identité invitera l’homme a reconnaître la différence profonde entre une conscience de plus en plus supramentale et sa conscience ancienne. Cette dernière, graduellement, fera place à la nouvelle énergie dans le mental et la conscience supramentale deviendra de plus en plus un point de référence absolue de sa vie. Une fois sa vie intérieure libérée des obstacles de l’involution, le mental continuera à s’épurer jusqu’à ce que l’énergie passe chez l’homme de façon parfaite. Il aura alors les pouvoirs sur la matière et sa conscience sera en croissance de puissance. L’homme ne souffrira plus de la finalité qu’il attribuait auparavant à sa conscience terrestre. Quand l’homme correspondra sur une longueur d’onde mentale avancée, le double et lui se rencontreront alors sur un plan mental éthérique d’une conscience unifiée. Cet événement marquera la nouvelle programmation cosmique de l’homme ; il sera alors en mesure d’apprécier son intelligence et de la vivre créativement, en fonction de ses nouveaux pouvoirs sur terre et sur le plan mental de l’éther.

Le mental conscientisé permettra à l’être de remettre en question toutes formes- pensées qui, durant l’involution, servirent à le rendre égoïquement impuissant à dépasser les limites de la raison. Il percera les mystères de la vie et, dans un même temps, en comprendra les aspects égoïques qui empoisonnent l’esprit et forcent l’homme à vivre par rapport à une conscience sans vie. La vie humaine a une valeur absolue dans la mesure où l’homme lui-même lui reconnaît cette valeur. Mais pour la réaliser, il lui faudra remplacer les valeurs octroyées à la vie par des sociétés en involution, afin de se libérer des jugements venant de l’extérieur. Il devra reprendre contact avec lui-même sur des plans du mental non conditionnés par la mémoire ou l’expérience de l’humanité. L’épuration créera dans le nouvel homme une dimension psychique d’un ordre différent, établi par la liaison progressive entre l’invisible et la matière.

 

Cette liaison le séparera de l’ancienne conscience, lui permettant de devenir de plus en plus lui-même, au-delà de la conscience des hommes appartenant à l’ancienne vie de la terre. L’homme découvrira la clef de la vie mentale, celle qui lui ouvrira les portes de l’avenir. Celles-ci s’ouvriront dans la mesure où il engendrera dans son mental une nouvelle vibration qui équilibrera son intelligence humaine et son intelligence cosmique. Une fois épuré, le mental humain ne sera plus englobable par la pensée-forme. Elle ne servira qu’à canaliser de l’énergie à travers ce plan, pour amener l’homme à son pouvoir vibratoire sur la matière. Il ne sera plus intéressé à la connaissance subjective ; il aura découvert qu’elle fait partie du lien entre l’homme et la mémoire de l’humanité, alors que l’homme intégral investira son énergie mentale supérieure dans l’enlignement de l’action et de l’esprit. Ce dernier constituera le plus haut niveau d’intelligence auquel il aura accès en tant qu’être matériel.

L’épuration du mental sera une condition absolue de l’évolution. Elle équivaudra à un retranchement de la conscience sur les assises de sa propre lumière. La lumière n’est pas simplement un symbole, mais bien une réalité supérieure qui transcende la subjectivité de l’être matériel pour lui faire prendre conscience du double. Les plans invisibles font partie de différents ordres de vie dans le cosmos ; ces ordres jouissent d’une réalité objective et absolue. L’homme découvrira ces ordres de vie et comprendra le mystère de l’organisation des sphères qui sous-tendent la matière et la vie sur le globe. Tant que l’ego sera coincé par la raison subjective, il ne pourra développer la raison objective. La vie demeurera pour lui une expérience partielle, divisée entre la vie matérielle inconsciente et la mort, cette vie astrale de l’âme.

La vie va beaucoup plus loin que la matière et la mort. Elle continue dans des univers parallèles auxquels l’homme aura accès lorsque son mental aura été complètement épuré des mémoires subjectives et colorées de l’ego involutif, que ce dernier soit spirituel ou matérialiste. La vie future ne se limitera plus à l’expérience psychologique ; elle dépassera les frontières matérielles des sens pour s’élever dans les sphères du psychisme universel, dimension du réel faisant partie à la fois de l’homme et de la vie cosmique.

 

Les plans de vie dans l’univers sont interdépendants ; cette interdépendance ne peut être réalisée objectivement que dans la mesure où l’homme a suffisamment d’intelligence pour dépasser la conscience subjective d’un mental fondé sur ses connaissances archaïques. La vie mentale est plus vaste que l’expérience psychologique de l’ego, que l’intellect ne fait que ramener vers des aspects de l’intelligence astrale qui doivent être expérimentés par l’homme. Si l’homme réalisait jusqu’à quel point l’astral vit à travers ses actions, sa révolte contre les ordres imposés de l’involution serait absolue. Ceci viendra avec l’évolution de la conscience.

L’homme cosmique dort à l’intérieur de l’homme matériel et planétaire. Lorsque ce géant s’éveillera, sa conscience fera trembler l’homme humain et les sociétés ; le pouvoir de la lumière transformera le monde dans lequel l’homme a vécu pendant des siècles. L’histoire de l’humanité n’est pas à la gloire de l’homme, mais l’évolution future sera à la mesure du pouvoir de sa lumière. La conscience humaine ne sera jamais plus la même; l’homme mettra fin à l’abus de pouvoir astral sur sa conscience planétaire.

L’homme ne manque pas d’intelligence mais il se laisse manipuler dans l’intelligence ; il découvrira au cours de l’épuration de son mental que les forces astrales en lui utiliseront toutes les formes possibles d’englobement afin de retarder l’échéance cosmique de sa liberté individualisée. Rien ne peut empêcher ceci, car tout fait partie de l’évolution de la terre et de l’homme. Ce dernier ne demandera jamais plus à l’homme son opinion sur le vrai ou le faux ; il aura découvert que le mental est à la fois juge et exécutant. Il ne perdra plus d’énergie à rechercher la vérité, car le réel est plus grand que la vérité, et toute forme de polarité ne fait que retarder l’éclatement de la fusion dans la conscience de l’homme en évolution. L’homme tournera son dos à l’histoire et écrira l’histoire nouvelle d’une race née de la lumière ; la fusion avec cette lumière signalera la fin d’une ère humaine.

L’épuration du mental humain sera la plus longue et la plus ardue des transformations intérieures de l’homme nouveau. Elle représentera son ultime capacité de ne pas perdre le contrôle de l’énergie de ses centres, par les contradictions d’ordre vibratoire qui proviennent de la conscience ambiante.

 

Sa force intérieure sera fondée sur l’unique pouvoir qu’aura l’être en évolution de fusion de ne plus transférer sur le plan émotif les humeurs inférieures de sa conscience subjective. Ce tour de force fera de lui un être intouchable, mentalement puissant, libre de naviguer à travers les différents plans de son énergie et en récupérer le plus grand potentiel créatif. Par sa nature forcément sociale, l’humain entrave, sans s’en rendre compte, l’esprit de la race. Il annule le pouvoir créatif de celle-ci en faisant surgir de sa conscience des forces liées à sa mémoire raciale au lieu de ne faire surgir de son être que des courants d’énergie harmonisés à la puissance créative de la race.

La conscience supramentale ne naîtra pas du contact entre l’homme et les plans, mais du pouvoir de l’homme sur les plans. La communication intérieure entre lui et les plans ne sert qu’à créer dans sa conscience une division de son êtreté. Sa conscience sera intégrée dans la mesure où il se sera réconcilié avec lui-même. L’homme deviendra la mesure de sa lumière et non la lumière la mesure de l’homme. Cette perspective révolutionnaire face à l’actualisation sur terre d’un âge nouveau prendra beaucoup d’êtres par surprise, ceux-là surtout qui auront cru en une intervention de la lumière dans l’homme, alors que cette intervention ne se sera actualisée qu’à une échelle extrêmement restreinte chez les initiés. Ceux-ci auront à réaliser que la lumière doit être intégrée par l’homme suite à l’épuration de son principe mental. La descente de la conscience supramentale ne marquera que le début de l’actualisation de l’homme à travers cette grande énergie cosmique de la conscience nouvelle. L’homme deviendra le maître de sa conscience à laquelle la lumière ne servira que d’appui.

L’épuration du mental humain demandera à l’homme une grande force pour supporter les subtilités du mouvement de l’énergie nouvelle pénétrant à travers la conscience et le forçant à se perfectionner. L’équilibre entre le mental nouveau et le mental ancien sera complètement bouleversé et l’homme devra continuer à supporter la conscience de son mental en évolution jusqu’à ce qu’il soit parvenu à un contrôle total de son émotivité face aux contradictions de la conscience ambiante, en évolution ou en attente d’évolution.

 

L’intégration se fera à partir du plan humain et non à partir du plan cosmique. L’homme mettra de l’ordre dans sa vie nouvelle en intégrant les forces nouvelles en lui. La conquête des forces permettra que la fusion devienne un aspect créatif de l’être nouveau, et non seulement une nouvelle condition occulte du mental partiellement évolué.

Le mental supérieur de l’homme nouveau atteindra des niveaux de cognition indépendants de l’intelligence rationnelle ; l’intelligence supramentale de l’avenir ne correspondra plus à la faculté qui jadis fit de l’humanité une race réfléchissante. La race nouvelle percevra simplement la vibration de la pensée et ne réfléchira plus égoïquement, et l’homme étendra alors son champ d’action créative au-delà des possibilités offertes par la réflection. L’évolution de la race sera extrêmement rapide et permettra à l’humanité future d’entrer en contact mental télépathique avec les univers parallèles. Elle ne sera plus isolée de l’évolution galactique et l’homme avancera à un rythme dicté par une nouvelle intelligence des lois de la vie et de l’énergie. L’épuration du mental forcera l’être conscient à se dépouiller graduellement de ses attitudes subjectives et à agir créativement. Il entreprendra une nouvelle évolution psychologique, où le moi planétaire cessera progressivement d’interférer avec les lois cosmiques de l’énergie de sa conscience. Élevé en conscience de plus en plus réelle, il fera naître sur le globe une puissance occulte du mental, équivalente à ses besoins civilisateurs. La liberté créative du mental ajusté au pouvoir de la volonté l’instruira de ses possibilités en tant qu’architecte de la nouvelle époque.

L’épuration du mental demandera une grande ouverture d’esprit face aux mécanismes égoïques de la conscience planétaire. L’homme devra prendre conscience de sa mécanicité, afin de restreindre les mouvements astraux de sa conscience. Une grande vigilance sera nécessaire jusqu’à ce qu’il développe un parfait contrôle sur lui-même. Tant qu’il ne pourra parfaitement maîtriser les mouvements de sa conscience astrale, il ne pourra créer le champ de force nécessaire à l’harmonisation de sa volonté et des forces éthériques de sa conscience universelle.

 

Il prendra possession de ses pouvoirs lorsque le centre mental inférieur sera fermé sur lui-même, c’est-à-dire lorsque la réflection ne sera plus nécessaire à la continuité de sa conscience. L’involution a créé l’ouverture du mental inférieur. Voilà ce qui permet à l’homme de réfléchir, alors que l’évolution fera le contraire. Celle-ci neutralisera cette faculté, car elle ne sera plus nécessaire à la vie mentale, qui aura dépassé les limites psychologiques de l’ego. L’épuration du mental sera terminée et l’homme pourra, à volonté, agir sur la matière. Les forces de vie convergeront en lui et feront de lui un maître de la lumière sur le globe. La science sera complètement transformée et son pouvoir sera à la mesure de ce que l’homme voudra conquérir dans le but d’harmoniser les champs de forces qui sous-tendent la matière et ses formes de vie organisées.

Les forces psychiques de la conscience humaine seront de moins en moins personnalisées occultement, car la conscience perdra de sa télépathie intérieure pour intégrer de plus en plus le mental en fusion. Au début, l’homme prendra conscience de la télépathie entre le double et l’ego ; mais cette forme de communication ne servira qu’à la stabilisation du mental inférieur et du mental supérieur. Ce dernier demandera de moins en moins de personnification pour satisfaire les principes planétaires de la conscience mortelle. Tant que l’homme n’aura pas complètement réagi à la personnification de sa télépathie intérieure, il lui faudra continuer à en supporter les exigences, et cela signifiera que son initiation n’est pas parfaitement terminée. Tant que l’ego ne sera pas centré dans le mental de la lumière, une division persistera dans la conscience humaine et l’homme ne pourra sentir la vie parfaitement sous son contrôle. Il aura l’impression d’être sous la gouverne de forces en lui et cette impression créera dans sa vie une souffrance existentielle.

La communication intérieure, source d’inspiration pour l’homme spirituel de l’involution, sera transformée intégralement. Celui-ci découvrira que le processus de communication intérieure doit changer selon les besoins de l’homme et non selon les mouvements de plus en plus accentués des forces qui spiritualisent son mental réceptif.

 

L’homme apprendra à scruter son mental comme il scrute le ciel et ses étoiles et à ne laisser aucune trace de spiritualité dans son esprit, signe d’un état mental non perfectionné, qui le gardera dans une forme d’illusion psychique. Ces traces deviendront de plus en plus subtiles jusqu’à ce qu’elles aient perdu de leur qualité spirituelle et l’homme découvrira, plus loin dans le temps, qu’elles colorent encore le fond de son mental. C’est ainsi qu’il parviendra à se libérer de la valeur psychique et psychologique de toute forme de communication intérieure. L’astral n’aura plus alors de pouvoir sur sa conscience et il entrera dans un temps nouveau, où son principe mental éveillé aux dimensions de sa réalité coïncidera avec les plans les plus élevés de sa conscience cosmique, unifiée au double. Celui-ci aura perdu la valeur spirituelle que l’ego en évolution lui aura donnée au début du contact avec l’occulte de la réalité mentale. Le double se fondra avec l’homme et le mortel sera égal à sa contrepartie cosmique.

L’implantation sur terre d’une conscience libérée du passé, prête à œuvrer sur les plans de la lumière, permettra à l’être en fusion de reconnaître enfin qu’il est absolument mortel et immortel à la fois, c’est-à-dire que ses principes obéissent à des lois liées parfaitement à sa volonté, dans la mesure où son mental est unifié à l’énergie de la conscience et non plus à la forme que cette conscience projette égoïquement. L’épuration du mental permettra de réaliser que les systèmes spirituels de l’involution n’étaient pas finals, et que cette phase de l’évolution spirituelle de l’âme ne coïncidait qu’avec les besoins émotifs de la race humaine, liée karmiquement à la faillibilité de la race des lémuriens qui précédèrent les atlantes dans la formation du lien entre l’espace galactique et l’humanité. Les orientaux ont redonné à l’humanité, à travers leurs systèmes hautement spiritualisés, une forme de conscience que l’homme nouveau dépassera lors de l’épuration de son principe mental inférieur. Sa conscience convertira l’énergie de la pensée involutive en une force de pénétration équivalente à sa capacité de se dissocier psychologiquement de la valeur de ce qu’il a cru être réel ou valable. Le mental supérieur fera éclater l’espace psychique qui sert de limite à la conscience égoïque en la forçant à évoluer selon la mémoire de la race. L’homme nouveau dépassera la mémoire raciale et entrera dans la grande mémoire cosmique et systémique de l’évolution universelle.

 

Les mystères de la vie seront révélés par l’homme nouveau lui-même, sans aucun support des plans astraux qui lui ont toujours voilé les dimensions réelles de la lumière, afin de le maintenir dans une certaine naïveté spirituelle pour plus facilement astraliser sa conscience. L’homme nouveau ne partagera plus les vues que l’homme involutif entretenait à propos de la réalité universelle. Il découvrira par lui-même les chemins qui mènent à l’espace mental à partir duquel toute forme de conscience est créée. Avec cette nouvelle liberté, sa conscience deviendra infinie, et l’homme cessera de rationnaliser le réel car il en fera une partie de lui- même.

L’épuration du mental deviendra la plus importante activité intérieure de la conscience évolutive. À cause du rapport étroit entre la mémoire et la structure psychologique de l’ego, l’homme s’instruira d’une forme de connaissance issue de la lumière et opposée en essence à la connaissance involutive. L’opposition ne sera pas catégorique mais de l’ordre de la progression infinie du mental en développement. Les questions de cause et d’effet seront remplacées par un principe de pénétration instantanée de la lumière vers les plans inférieurs. L’homme découvrira jusqu’à quel point les plans de vie sont interreliés et interdépendants avec la conscience humaine en évolution. Conscient des forces pénétrantes de la lumière, il apprendra à les vivre sans réaction émotive, de sorte que son mental deviendra progressivement habile à réconcilier l’énergie de la conscience aux actions de l’ego. La transparence évidente naîtra de la conscience nouvelle. Le symbolisme inerte de l’involution sera remplacé par des clés vibratoires dont la puissance créative sera une manifestation de la magie du mental supérieur et de son pouvoir sur les forces occultes de la vie. Tant et aussi longtemps que l’homme n’aura pas réalisé l’envoûtement des forces astrales sur sa conscience, il n’aura pas compris la nécessité de l’épuration et de son processus.

Le mental de la prochaine race-racine imposera sa volonté créative sur les royaumes, et l’homme ne sentira plus sa vie dominée par des forces au-delà de son contrôle. Comme son mental aura la capacité de voir à travers les voiles de la pensée subjective, toute forme de communication intérieure sera égale à la vision globale de sa conscience cosmique.

 

 

L’épuration de la conscience humaine facilitera tellement la vie de l’homme qu’il lui sera possible de réaliser enfin pourquoi l’involution fut d’une telle durée et jusqu’à quel point l’humanité fut dominée, dans sa conscience, par les forces de plans jusqu’alors incompris.