L’évolution de la conscience des cellules: P 412

L’évolution de la conscience des cellules

 

L’évolution future de l’homme fera naître une conscience non programmée par la culture, libre des mécanismes de la mémoire cultivée. Cette intelligence nouvelle reflétera un changement du mental cellulaire, apporté par une psychologie révolutionnaire de l’être, qui libérera l’homme des conséquences émotives de sa mémoire subjective sur l’ego. Cette conscience évolutive aura son centre de force au-delà du niveau psychologique de l’ego, et au- delà de la conscience culturelle de l’involution. L’homme conscientisé ne vivra plus selon les normes psychologiques fixées en lui par la mémoire, mais selon le mouvement créatif d’une pensée qui unira sa conscience mentale à sa conscience éthérique. Le mental des cellules, au lieu d’être passif et réceptif comme il le fut pendant l’involution, deviendra créatif et actif. L’homme prendra conscience de lui-même sur un plan permanent du mental supérieur, à travers une activité cellulaire nouvelle qui dépendra du lien vibratoire entre le cerveau matériel et le cerveau éthérique.

La conscience des cellules ouvrira à l’homme de nouveaux canaux de réception mentale, lui permettant ainsi de se lier psychiquement à d’autres dimensions de la réalité, qui représentent encore aujourd’hui l’aspect occulté du subconscient. Le mental des cellules rendra l’homme capable de concevoir l’infinité dans un sens qui conviendra à la réalité intégrale de son moi, principe énergétique et vibratoire en évolution. Le caractère purement physico-chimique de la cellule cérébrale sera démystifié, et l’homme comprendra que la science de l’intelligence est directement reliée au changement vibratoire que peut supporter éthériquement le cellulaire.

P. 413

La conscience vibratoire et mentale de la genèse cellulaire ira jusqu’à lui donner un niveau de conscience de vie directement lié au pouvoir de l’esprit, ou du double, d’en faire vibrer et d’en atténuer les mécanismes involutifs par la transformation de la pensée astralisée. L’homme découvrira que la naissance d’une nouvelle conscience coïncidera avec la manifestation de facultés psychiques parfaitement sous son contrôle. Totalement différentes de celles qu’il avait connues par le passé, ces autres facultés seront le produit d’une nouvelle mentalité, élevée en vibration lors de la rupture du contact inconscient entre l’homme et l’astral.

Le taux vibratoire du cellulaire est directement lié au pouvoir de l’esprit sur la matière à travers le plan astral, dont la fonction involutive fut d’intercepter cette énergie pour lui donner un rythme correspondant aux états affectifs de la conscience subjective et expérimentale. Lorsque le potentiel émotif de l’homme aura été altéré par le choc vibratoire d’une conscience supramentale, l’énergie créative du cellulaire augmentera en rapport avec la capacité humaine d’en supporter la qualité psychique de son ego, sans le référentiel mémoriel qui lui offrait auparavant une fausse et illusoire sécurité, et le paralysait dans ses fonctions psychiques inférieures. L’homme mettra sur pied des techniques d’intervention entre le cellulaire et l’esprit, qui permettront à la science de réaliser que la conscience des cellules contient bien davantage que leurs seules composantes physico-chimiques.

L’extériorisation éthérique de l’homme confirmera le lien entre l’espace atomique de la matière cellulaire et un champ d’énergie vitale, nommé esprit au cours de l’involution. Le mot esprit sera remplacé par double lumineux, puisque ce nouveau plan de conscience humaine servira de pont entre la matière et ses sous-plans. Quand l’homme passera avec facilité du monde matériel à des plans plus subtils de la conscience moléculaire ou atomique, ce sera la preuve irréfutable de la relation étroite entre la conscience des cellules et l’esprit de l’homme. Cette découverte se répandra dans le monde, et la science prendra conscience du pouvoir qu’aura l’homme d’investiguer les sous-plans de la réalité, lorsque sa conscience du mental cellulaire sera parfaitement développée.

P. 414

L’homme ne parlera plus de la mort, dans le sens classique du terme, mais de dématérialisation du corps physique, selon la volonté de l’homme-lumière, ce double intégré à la matière. Cette fusion témoignera de la transmutation de l’homme, et le monde des cellules apparaîtra à l’homme comme un monde qui devra être exploré dans tous ses fondements afin d’en retirer la compréhension des différents espaces-temps. Ceux-ci divisent les multiples plans de la réalité et sont responsables du phénomène illusoire de l’invisibilité des plans parallèles.

La conscience des cellules permettra à l’homme des échanges naturels entre le plan matériel et les plans subtils. Comme sa vision du monde matériel et des plans se concrétisera, il s’affranchira ainsi de sa limitation sensorielle pour communiquer télépathiquement avec des plans de la réalité qui aujourd’hui demeurent voilés. À ce stade de son évolution, les mystères n’existeront plus, et l’homme parlera de science à un niveau supérieur, en n’interprétant plus la réalité en termes subjectifs et spéculatifs. Plus rien ne sera voilé, car le mental des cellules l’autorisera à passer d’un plan de la réalité à un autre sans distorsion psychologique du moi. Tant que la conscience des cellules sera créativement utilisée par l’homme, la civilisation bénéficiera de l’avancement rapide de sa science. Mais dès que certains hommes auront perdu conscience de la valeur créative de leur savoir, le début d’une nouvelle décadence s’abattra sur la terre ; mais cette dernière sera de courte durée, car les forces de la lumière seront déjà sur le globe. Elles obligeront l’homme à passer à un dernier stade d’évolution, appelée l’évolution jupitérienne, où le corps matériel perdra son utilité pour l’homme, et où la terre ne remplira plus le rôle assigné au cours de l’involution par les sphères ou les intelligences créatives qui veillent à l’évolution générale de l’univers sur les autres plans de vie.

L’intégration de la conscience de l’énergie permettra à l’homme de visiter les sous-plans de l’énergie psychique et des mondes invisibles, et les portes de l’inconnu lui seront ouvertes à jamais. Il réalisera les différentes dimensions du réel, et l’évolution de sa conscience suprasensible sera sans fin.

P. 415

L’homme connaîtra parfaitement le lien entre le réel invisible et le réel matériel, et un pont sera établi entre la matière et la source de la vie. L’homme fera face à l’infinité, et son intelligence créative sera en mesure de comprendre et de définir ce que l’intellect, son mental inférieur, ne peut concevoir à cause de la limitation des sens. La conscience est un champ d’énergie capable de dépasser le sensoriel, lorsque l’ouverture des centres psychiques de l’homme a été faite.

L’évolution de la conscience humaine sera centrée sur l’apport d’une nouvelle énergie dans le mental humain. Celle-ci fera suite à la transmutation du mental de l’homme, et lui donnera les outils nécessaires à la conversion de son énergie cellulaire en énergie éthérique, pour le développement de la vision éthérique intégrée à sa conscience supérieure. Elle lui fera reconnaître que la réalité dépasse le monde purement matériel des sens physiques. L’être nouveau travaillera psychiquement sur les plans accessibles à sa conscience. Le développement de la vision éthérique fera suite à celui de la conscience cellulaire, en permettant à l’être conscientisé de vibrer à une énergie d’ordre supérieur.

Le mental des cellules électrifiera le cerveau humain, et lui donnera accès à une nouvelle longueur d’onde mentale. L’intelligence de l’homme nouveau ne ressemblera en rien à celle de l’homme involutif, car l’être ne pourra fonder sa façon de vivre sur des habitudes mécaniques et sans lumière. La conscience supérieure se distinguera absolument, dans sa manifestation, de la conscience influencée et conditionnée de l’involution. Autant l’intelligence de l’involution ne se mesurait que par comparaison, autant le mental des cellules sera l’expression de la force créative psychique de l’être. On ne parlera plus de quotient intellectuel, mais de pouvoir vibratoire à l’échelle même du corps mental en évolution.

La conscience humaine témoignera du lien entre l’invisible et l’homme, et cette connaissance fera de l’homme un nouvel allié des forces cosmiques. Cependant cette alliance ne sera pas gratuite, car les forces cosmiques agissant à travers l’homme doivent être domptées par lui, et il ne pourra le faire qu’en fonction de sa capacité à affronter , seul, leur résistance créative, c’est-à-dire leur manque de participation volontaire aux désirs objectifs de l’homme. Lutte des plus difficiles, car l’homme n’a pas encore reconnu la réalité du pouvoir psychique sur une planète expérimentale et en ignore les conséquences. Ainsi, il voudra rationaliser son lien avec les forces cosmiques en lui, alors que ce lien ne peut être rationalisé. Ceci le forcera à comprendre que le temps lui donnera la commande de ces forces, et que seul lui-même pourra tempérer sa quête égoïque pour le pouvoir sur la matière.

P. 416

Le développement de la conscience cellulaire mettra fin à la subordination que vit l’homme face à son énergie interne. L’homme nouveau ne fera plus partie de l’humanité telle que nous la concevons aujourd’hui, il sera d’une race à part, appelée au cours des siècles à se définir en fonction de ce pouvoir interne issu du développement mental cellulaire supérieur. Aucun aspect de ce développement n’interviendra dans l’évolution naturelle des masses humaines, car le tout se passera sur un plan d’individuation qui échappera à la conscience inférieure de l’homme involutif. La différence foncière entre la conscience cellulaire et la conscience involutive est fondée sur le principe que toute conscience obéit à un niveau quelconque d’énergie, selon son degré d’évolution ; l’homme ancien est conditionné sur le plan de la mémoire, alors que l’homme nouveau sera libre de tout conditionnement. Cette différence fondamentale entraînera la formation sur terre d’un centre d’énergie cosmique, dont l’activité sera directement liée à l’évolution de consciences humaines capables de vibrer au taux vibratoire universel.

La formation de cette cellule unique permettra à l’homme nouveau de se fixer à une énergie dont il connaîtra la source, à partir du moment où, dans sa vie, il lui sera possible de laisser son corps matériel pour entrer en contact avec elle. Cette nouvelle source d’énergie cosmique sur terre ressemblera à un soleil, et le surhomme y sera relié, car elle transformera son corps matériel en complétant ainsi sa transmutation. La puissance de cette cellule fera partie de la descente de la lumière sur terre, et son activité demeurera permanente jusqu’à ce que l’homme entreprenne son évolution jupitérienne.

P. 417

Le passage de la conscience inférieure au mental cellulaire sera remarquable chez l’homme nouveau, à cause de ce nouvel apport dans son mental qui éveillera en lui un niveau de savoir insaisissable pendant l’involution. La conscience ne sera plus le produit de l’assimilation d’une forme de connaissance ; elle naîtra plutôt d’une transmutation totale et intégrale de la conscience du moi subjectif, répondant aux exigences créatives de la conscience humaine libérée de la programmation mémorielle de l’ego inconscient.

L’évolution de la conscience mentale supérieure sera due à l’élévation du taux vibratoire de la conscience mentale des cellules, et non au développement de la mémoire. Cette révolution dans l’évolution de la conscience transformera l’homme totalement, et fera de lui un être différent, tout à fait libre en esprit et n’ayant en commun avec le passé qu’un lien historique. Cette époque offrira à la terre une nouvelle dimension de la vie humaine, qui incorporera davantage de lumière et construira selon des principes de vie définis par une conscience libérée du passé involutif. Non seulement l’homme nouveau sera-t-il différent en conscience, mais son lien entre le matériel et l’invisible sera parfaitement intégré, tel qu’il le fut au début de l’évolution de l’homme sur terre. Les zones sombres de sa conscience involutive seront claires et bien définies. L’existence ne sera plus ce fardeau expérimental où l’homme est dominé par le pouvoir des idéologies. Il sera lui-même pouvoir, ses facultés psychiques l’ayant libéré de l’assujettissement à quelque forme de domination que ce soit, d’ordre matériel ou spirituel.

Le taux vibratoire de la conscience des cellules sera élevé par la fusion de l’énergie créative de l’esprit à travers le double éthérique, dont la fonction vitale sera de créer un équilibre dans le transfert de l’énergie de sa conscience sur un autre plan, précédant la rematérialisation de son corps. La science nouvelle découvrira le principe de la dématérialisation, qui permet le transfert de la totalité de l’énergie humaine sur un autre plan, en la transposant d’une dimension à une autre réalité. Il deviendra évident que le support énergétique du corps éthérique est la clef à une telle transformation moléculaire de l’homme, et que ce corps, ce double, doit être développé pour que l’homme puisse bénéficier de son contact avec d’autres niveaux de vie ou d’expérience. La science découvrira le moyen de faire passer le corps matériel à un plan subtil temporaire, pour le récupérer dans d’autres coordonnées spatiales. Ce déplacement du corps matériel dans l’espace sera possible par l’action intégrale du corps éthérique sur la conscience cellulaire.

P. 418

On évaluera la conscience des cellules par rapport à un champ de force relié à l’organisation invisible du corps humain ; cette réalisation apportera à l’homme de grandes connaissances scientifiques concernant son organisation énergétique interne, tant sur le plan de la pensée que sur le plan matériel. Mais toute transformation de la conscience cellulaire d’un être demandera que ce dernier soit élevé en conscience mentale. La conscience des cellules représente beaucoup plus que nous pouvons aujourd’hui nous imaginer, puisqu’elle fait partie de la composition intégrale de l’homme, tant sur le plan moléculaire que sur le plan psychique. Ce n’est que la limitation physique de la science actuelle qui empêche l’homme d’admettre la double structure de sa nature fondamentale. Cet obstacle sera vaincu et l’homme découvrira que le cosmos local et universel est à la pointe de son esprit, et que le déplacement d’un point à un autre ne dépend que de sa capacité à supporter psychiquement le retour à un autre plan vibratoire sans dissolution de sa conscience cellulaire.

La conscience des cellules naît dans le monde de l’esprit dans la mesure où la lumière se fixe dans l’éther mental du moi, c’est-à-dire dans cette partie de la conscience humaine où les forces astrales inférieures ne risquent plus de limiter l’intelligence humaine et d’interférer dans l’évolution plus élevée et plus sublime du moi universel. Par l’évolution de la conscience des cellules, l’homme découvrira l’aspect mentalement supérieur de son moi et continuera le cycle de la vie cosmique, qui a été interrompu au cours de l’involution. L’intelligence humaine requiert une forte canalisation de l’énergie cosmique créative pour effectuer la prise de conscience nécessaire à son éthérisation. L’intelligence créative ne peut naître que si l’être arrive à transposer l’énergie créative de son moi et à s’élever bien au-delà de l’astral involutif, qui conditionne et bloque sa vision de l’infinité.

P. 419

La conscience des cellules est fondée sur le rapport étroit entre le moi universel et l’ego planétaire. Pour l’homme involutif, l’ego planétaire est le siège de sa conscience, et cette illusion est responsable de la coloration de l’énergie en lui, ainsi que de la coupure de la relation entre l’entité universel, dont il est le véhicule sur le plan matériel, et l’ego qui servait de miroir à cette dimension cosmique de son être. La conscience des cellules sera amenée à une nouvelle étape de transformation correspondant à la cessation du pouvoir de l’astral sur le mode de pensée involutif. Cette nouvelle phase permettra enfin à l’homme de s’unifier et de redevenir ce qu’il fut de tout temps : un être éthéréel. Cette fois, son éthéréalité sera parfaitement intégrée à la matière de ses organes psychiques, de sorte qu’il n’aura plus à subir aucune forme de dislocation psychique pour pénétrer les domaines occultes de la vie. La relation étroite et perfectionnée de son moi égoïque avec le moi universel mettra fin à la polarité de son mental. Ainsi, la supraconscience s’instruira elle-même de la nature du réel.

L’illusion fondamentale de l’ego, son incapacité de vivre à la fois sa réalité psychologique et sa dimension psychique, a entraîné le développement déficient de son état face à la vie et ses lois. À cause de cette division, la conscience des cellules n’exprime chez l’homme qu’une finitude de vibrations par rapport à la réalité cosmique en évolution. Tant qu’il n’aura pas accédé à une transformation intégrale de sa mémoire égoïque, il sera forcé de vivre sa conscience par rapport à un niveau inférieur, et il demeurera incapable de manifesté intégralement son être sur terre. Le moi réel et universel sera toujours une forme supérieure de vie dont l’ego aura peur, à cause de la déstabilisation que créent en lui ses formes-pensées astralisées, figées par la mémoire mécanique. L’énergie mentale et créative a besoin de vide pour se manifester, c’est -à-dire d’absence de réflection. Tant que l’ego ne pourra se réconcilier avec la dimension cosmique de sa réalité, la conscience des cellules sera forcée de n’utiliser qu’un aspect limité de son potentiel, l’accès au mémoriel universel de l’esprit ou du double.

P. 420

L’ego planétaire est soumis à la loi astrale de la protection contre soi-même. Cette loi est puissante puisqu’elle naît de la résistance égoïque à l’influx dans la conscience de forces mentales majeures, capables de transformer la nature du moi subjectif pour lui donner une configuration beaucoup plus vaste et beaucoup plus éthérée. Tant que l’être ne dépassera pas les subtilités de son intelligence astralisée, il ne pourra goûter de la réalité de son être. La mémoire subjective sera en effet trop puissante et l’empêchera de dépasser le stade primaire de sa conscience en évolution. L’involution est le premier stade de l’évolution de la conscience. Ses étapes successives ont été nécessaires à la construction d’un ego capable de supporter éventuellement la présence puissante et radiante d’un moi universel. Mais comme cette période de vie de l’inconscience humaine sera dépassée au cours de la prochaine époque, la conscience cellulaire explosera sur le plan matériel et donnera à l’être l’ultime définition de sa réalité par rapport à l’immensité du cosmos en évolution.

La conscience des cellules dérive non seulement du mouvement de l’esprit à travers la matière, mais aussi du mouvement de l’énergie dans le temps de la vie, manifestation organisée de l’énergie et des forces vitales à travers la structure biologique, qui lui donne la souplesse nécessaire pour l’élever au-delà de la simple matérialité physico-chimique. Cet élan vital fait partie de la conscience des cellules, mais beaucoup plus encore lorsqu’il s’agit de certaines cellules maîtresses dont la fonction est de recevoir l’énergie vibratoire de l’esprit sur le plan mental et invisible de l’homme. C’est dans le monde de l’esprit que s’établit la nature, la qualité et la fonction des cellules. Et c’est de là que le réseau d’énergie servant à les vitaliser, c’est-à-dire les rendre vibrantes et fonctionnelles, débute son mouvement de descente vers la matière en évolution.

Que ce soit sur le plan matériel, vital, astral ou mental, la conscience des cellules exerce toujours son pouvoir d’infusion dans une matière apte à la recevoir. Lorsqu’elle s’élèvera en vibration, son pouvoir magnétique grandira et l’homme découvrira la relation étroite entre son mental-énergie et la matière. Une nouvelle gamme de phénomènes apparaîtra dans la vie nouvellement conscientisée. Ces phénomènes différents engendreront de l’émerveillement dans la conscience involutive, alors que la conscience évolutive et intégrée en sera naturellement bénéficiaire.

P. 421

Cette conscience permettra d’étudier les sous-plans de la matière. La science qui en découlera fera de grands pas dans la compréhension des forces paranormales qui influent sur l’organisation et le maintien de la matière sous ses formes multiples. Par la découverte de la relation entre les forces occultes de la matière et celles de la vie, l’être intégral s’instruira des dimensions parallèles de la matière, qui influent foncièrement sur le monde matériel. L’élévation de la conscience assurera l’investigation de la vraie nature du monde matériel et de ses activités sous-adjacentes, non seulement quant à la matière solide elle-même, mais aussi quant aux forces internes qui la gouvernent, dont la nature ne fait pas partie du monde matériel en soi, mais du plan éthérique. Le rapport entre la conscience des cellules et l’homme nouveau sera équivalent à celui de l’homme ancien et de sa conscience sensorielle. La première s’ajoutera à la seconde, de sorte que la vie mentale supraconsciente étendra la vision et la compréhension de la vie au-delà de ce qui peut être aujourd’hui imaginé par l’être involutif.

La conscience des cellules augmentera la conscience de la planète, car sa puissance sera de l’ordre d’un nouveau cycle et parfaitement effective. La prochaine civilisation progressera à un rythme d’une telle amplitude que la science mécanique de l’ère dite moderne ne suffira plus. Nul ne peut concevoir la puissance créative de cette conscience future, car les lois de la vie mentale ne s’appliquent pas aux conditions de la vie présente. Le cerveau humain transposera l’information cosmique à un niveau planétaire sans aucun effort rationnel. La connaissance sera infusée dans le cerveau matériel. Ceci constituera la véritable révolution du cerveau.

Autant l’involution servit au développement des facultés sensorielles, autant l’évolution servira à développer les forces de vies sous-adjacentes à la conscience des sens ou du corps astral. Le voile de l’espace se déchirera et l’homme entreprendra l’étude profonde et sans fin de la vie à tous les niveaux de sa manifestation. Ce sera la mort de la philosophie spéculative et de la science purement mécaniste. Une fois déchiré, le voile de l’espace signalera le début de nouveaux travaux sur terre, qui serviront à l’élévation de la conscience des nations.

P. 422

Le développement de la conscience des cellules ne fait pas partie de l’évolution biologique, mais de l’évolution psychique de l’homme. C’est à partir des plans supérieurs de sa conscience que s’ouvriront en lui les centres d’énergie nouvelle servant à la formation d’une autre alliance avec les forces de vie au-delà de l’espace-temps matériel.

L’éveil de la conscience propulsera l’homme dans des dimensions inconnues du réel, où il découvrira la nature des choses au-delà de l’imaginaire spirituel et du spéculatif rationnel. Il donnera à l’homme un nouveau mode de perception et d’intelligence, effaçant de son mental les illusions involutives et nécessaires du passé, qui furent l’obstacle majeur à la possession de la terre par sa conscience créative.

Cette conscience ouvrira un nouveau corridor de vie, et l’homme parfaitement éveillé connaîtra la grande liberté des êtres qui ont dépassé le stade de l’existence purement expérientielle et mécanique de l’involution. Autant la matière aura fasciné l’homme involutif, autant l’éther manifestera un nouveau domaine de la vie en évolution de conscience et de science. Elle activera sur terre des forces d’ordre psychique, dont la nature créative interviendra dans le mouvement évolutif de la planète au cours des générations futures. Sans vie mentale supérieure, l’homme ne peut connaître les aspects voilés du réel , car le double éthérique ne répond à sa conscience volontaire que dans la mesure où il a entamé le mouvement vers la réalisation de ses illusions subjectives et planétaires.

L’homme intégral découvrira enfin sa multidimensionnalité, dont la conscience des cellules représente l’aspect éthérico-mental. Son intelligence ne sera plus fondée sur le processus de la réflection psychologique, mais sur l’infusion créative à travers laquelle interviendra son lien universel. L’infusion dans le mental intégré d’une nouvelle vibration créera le choc nécessaire à la transmutation du mental inférieur ; ainsi, la conscience involutive passera naturellement à un nouveau stade de l’évolution de l’espèce. Elle se fera sans effort aucun , puisque le lien universel fait déjà partie de la conscience humaine, même s’il n’est reconnu que par ceux qui sont prêts à passer d’un niveau de conscience à un autre.

P. 423

 

La conscience des cellules éteindra dans le mental humain une partie de la mémoire subjective pour faire place à une nouvelle force créative, alimentée par la relation instantanée entre l’ego et le double universel. Ceci créera une sorte de vide, dont la nature ne représentera qu’un ralentissement de l’activité de la pensée subjective. Tant que la conscience des cellules ne sera pas parfaitement développée chez l’être nouveau, il ne connaîtra qu’un aspect restrictif du pouvoir créatif de sa nouvelle conscience. L’actualisation sur terre de la conscience supramentale doit coïncider avec l’apparition d’une nouvelle forme de vie, dont l’activité, dans ses débuts, se limitera à l’organisation éthérico-matériel de la nouvelle civilisation.

Une grande partie de l’énergie de la conscience involutive est utilisée par le conditionnement des forces sociales. Cette même énergie, une fois libérée du conditionnement, servira d’autres fins, et la conscience de l’homme intégral s’orientera vers des activités plus rapprochées des besoins réels de la vie en évolution. Ainsi, l’être lumière réalisera très tôt au cours de sa transformation que sa vie mentale ne correspond plus aux intérêts de son ancienne conscience, mais plutôt à une autre dimension qu’il est en train de découvrir à mesure que l’équilibre se fait entre lui et les plans supérieurs de son état universel. L’universalisation de la conscience intégrale mettra un terme à la vie que l’involution avait conçue, pour plonger l’être dans une vague de vie mentale dont les ondes se reproduiront à l’infini, selon le mode naturel de toute conscience libérée du connu. La conscience humaine deviendra de plus en plus cellulaire, et l’ego n’y participera plus qu’en tant que canal.