L’astral de la pensée: P201

La pensée humaine conscientisée, même élevée à un niveau supérieur de perception, ne sera pas nécessairement libre de l’astral. La conscience de l’involution est extrêmement naïve face à la réalité des sphères de la vie. L’homme nouveau, prenant connaissance d’une nouvelle réalité en lui, verra que la réalité de la conscience est directement liée au pouvoir de l’homme sur terre, et ce pouvoir sera proportionnel à sa capacité de se libérer des moindres liens avec l’astral. Celui-ci est très puissant sur terre et l’homme devra s’en libérer pour ouvrir le plan éthérique à sa nouvelle conscience. L’évolution de la nouvelle conscience supramentale sur terre sera essentiellement un travail d’annihilation de l’astral dans la conscience humaine, selon le plan qui la colore.

L’astral de la pensée humaine est une condition de vie antérieure qui doit être transmutée pour que se crée, dans la conscience de l’homme, un nouveau plan de vie, éthérique, parfaitement libre du mensonge cosmique utilisé par les forces de l’âme pour l’évolution de l’ego planétaire. Ainsi l’homme nouveau prendra conscience des aspects de sa pensée, et créera de là les conditions futures de son passage à l’éther, où les forces de la mort seront absentes. La pensée humaine créative se perfectionnera, et l’homme verra à travers les plus subtils voiles de l’astral. Il créera ainsi son plan de vie future, où la mort n’existera plus puisque l’âme ne sera plus la force motrice de sa conscience. L’esprit de l’homme sera sa seule et unique source de conscience. Comme la mémoire involutive aura été éliminée de la conscience nouvelle, il lui sera alors facile de pénétrer dans un plan où seul l’esprit, son double, témoignera de sa réalité.

P. 201

L’homme nouveau découvrira que l’astral est une forme de manipulation mentale sophistiquée faisant partie de l’organisation de la vie sur les plans expérimentaux de la vie cosmique. Ces formes de vie n’ont aucune relation avec les espaces infinis de la lumière utilisée par l’esprit de l’homme pour la compréhension et l’évolution des systèmes universels. Cette forme de manipulation est suffisamment occulte et voilée pour donner à l’homme l’impression d’être intelligent, alors qu’il ne vit que d’une intelligence relative à sa mémoire involutive. L’intelligence que connaît l’homme de l’involution n’est pas une intelligence réelle, mais bien une intelligence synthétisée par des forces psychiques. Le but est de créer, sur le plan matériel, une expérience d’ordre scientifique dont l’homme est le produit évolutif mais inconscient. L’évolution future fera naître en lui une nouvelle science mentale, supérieure à celle qu’il aura subie par le passé ; elle lui permettra de voir à travers la forme-pensée involutive, et le libérera du pouvoir de ces forces intelligentes qui contrôlent les sous-plans de l’énergie, dont la mort représente la manifestation la plus évidente.

Le terme "astral ", appliqué à la nature de l’intelligence de l’involution, est important. L’homme nouveau en percevra une forme quelconque d’intelligence, au-delà de laquelle un niveau supérieur existe, qui deviendra demain le plan d’énergie créative de l’homme libéré de la mort et de ses fonctions involutives. Ayant commencé à comprendre l’implication et la signification du terme "astral" dans ses rapports avec la conscience humaine, il commencera à se libérer des forces occultes en lui, qui ne font pas partie de sa réalité mais ont le pouvoir de lui donner l’impression d’être réel. Au-delà de cette impression, l’homme nouveau devra accéder à sa réalité, et la seule mesure qu’il aura de l’être sera sa capacité de contrôler tous les aspects de sa vie, utilisés par les forces astrales en lui dans le but de retarder son mouvement vers l’éther de sa nouvelle vie. Les forces astrales travaillent contre l’homme, parce qu’elles ne font pas partie de sa réalité, celle de l’éther ; elles font partie de la mort, où elles veulent qu’il retourne pour perpétuer leur pouvoir sur terre. Elles perdront ce pouvoir et savent leurs jours comptés.

P. 202

Contrôler et mettre à mort l’astral de la pensée involutive seront les grands défis de la nouvelle époque. Les hommes nouveaux se confronteront aux projections matérialisées et puissantes de la magie de l’astral, qui émerveilleront beaucoup d’hommes, surtout ceux qui vivront d’une grande spiritualité naïve de la réalité. Non seulement la pensée de l’homme doit- elle être libérée, mais l’homme nouveau devra être capable de savoir ce qui est astral en lui, avant d’en avoir été victime, car les aspects de ce plan deviendront tellement subtils que l’homme nouveau se fera facilement prendre au piège. Il croira que sa vie manque de couleur, et ce sera un signe que l’astral est prêt à le tenter, à colorer sa vie afin de retarder son mouvement vers l’éther et la fusion.

Il sera très facile à l’homme d’avoir l’impression que sa vie manque de couleur, car la coloration de sa vie pendant l’involution fut d’origine astrale. Sa mémoire est directement liée à cette coloration, et lorsque l’énergie de la conscience supramentale se fera sentir, le manque de coloration créera chez l’homme nouveau l’impression que sa vie est morne. Ce sera alors le grand test entre la conscience réelle de l’homme et sa conscience inférieure. Très peu de gens réussiront ce test, car les hommes de la nouvelle époque, même conscients d’une nouvelle science, ne pourront pas tous supporter une nouvelle conscience dont les rapports avec l’astral auront été coupés. La pensée colorée de l’homme fait partie du pouvoir de l’astral sur le plan matériel, et ce pouvoir est au-dessus des forces normales de l’homme inconscient. Voilà pourquoi l’homme nouveau devra reconnaître les principes de l’intelligence et de la volonté, reliés à celui de l’amour réel, s’il veut se suffire de cette nouvelle conscience qui renversera la polarité en lui.

L’astral veut dire “la mort ”, plan où l’homme demeure prisonnier dans la réalité de son esprit, tant qu’il n’est pas suffisamment avancé dans le processus de fusion pour être libre de l’emprise de ces forces. La mort n’est pas un monde loin de l’homme, c’est un monde qui fait partie de l’homme et qui s’exécute à travers ses pensées et ses émotions. Au-delà de ce monde, l’homme est libre en esprit, donc libre de ne pas connaître la mort telle qu’il l’a subie jusqu’à maintenant.

P. 203

La race nouvelle découvrira que les pensées sont synthétisées à partir de l’astral, selon les désirs humains. Elle réalisera que ces désirs font partie d’une programmation minutieuse, et que toutes les conditions imaginables peuvent être créées pour que ces désirs se réalisent, dans la mesure où ils peuvent servir à retarder l’évolution de l’homme vers l’éther. L’astral sait que l’éther représente le nouvel empire de la vie cosmique, et que cet empire sera plus puissant que tout ce qui fut manifesté par le passé, au cours des grandes époques de la création des mondes. L’astral sait que la vie consciente, après la dématérialisation du corps physique, représente le plus grand affront que les forces de la lumière puissent faire contre les forces de l’involution. Le cosmos n’est pas un monde imaginaire contre les forces de l’involution, mais bien un monde réel, dans le même sens que le monde matériel. Mais sa réalité dépasse l’imagination de l’homme, et ce dernier ne possède pas encore les corps subtils pour en supporter la réalité.

L’astral de la pensée coïncide avec la programmation psychique de l’âme. Cette programmation fut établie dans le monde de la mort avant que l’homme ne vienne dans la matière. Une telle programmation organise tout ce que l’homme doit vivre afin d’évoluer. Cependant, l’évolution ne peut se parfaire tant que l’homme n’a pas pris conscience de cette programmation établie avant sa naissance, et dont les conditions sont parfaitement ajustées selon ses qualités de conscience planétaire. L’homme verra combien occulte est la vie, malgré son apparence purement matérielle et fortuite. Cette conscience nouvelle lui permettra d’enregistrer un nouveau taux vibratoire, qui coïncidera avec sa nouvelle intelligence. Pourtant celle-ci ne pourra lui être rendue que lorsqu’il aura compris que le prix à payer pour la vie illusoire sur le plan matériel est équivalent au prix qu’il devra payer pour s’en libérer. Au cours de son évolution sur le plan matériel, l’homme se rapprochera de sa lumière, et ce rapprochement sera en proportion de la lutte serrée qu’il devra mener face aux aspects de l’astral en lui, ces liens vivants avec la mort.

P. 204

La pensée humaine n’est pas encore stabilisée sur terre. L’homme n’est pas encore parfaitement équilibré dans ses énergies, et ses corps subtils remplissent encore une fonction inférieure à son extraordinaire vitalité. Tant que le problème de la pensée humaine n’aura par été cerné par l’homme lui-même, celui-ci ne possédera pas les forces nécessaires pour transposer sa réalité matérielle sur le pan subtil de l’éther. Voilà pourquoi l’homme de la terre a toujours eu l’impression de n’être qu’un passager éphémère sur la planète, lorsqu’en fait, il en est le seigneur. Sa conscience actuelle ne suffit pas à lui donner le droit de possession à la conscience de la terre. Pour que l’homme possède la terre, il lui faudra éveiller en lui-même une vibration issue de la source même de son énergie créative, source au-delà de sa conscience mortelle et astrale.

La pensée de l’homme nouveau s’épanouira selon sa volonté de mettre fin au jeu de l’astral à travers sa conscience personnalisée. Il devra réaliser que la conscience, telle qu’il l’a connue, n’a aucun lien avec celle que connaîtra l’homme de l’évolution. Cette prise de conscience devra être fondée sur une maîtrise de l’énergie astralisée de sa conscience planétaire ; sinon l’homme ne possédera qu’une subtile attitude philosophique face à la connaissance occulte, et cela constituera l’ultime illusion de la pensée astralisée. L’astral est un monde d’illusions alors que le mental supérieur est un monde de lumière. Le cosmos invisible ne parviendra à l’homme, dans toute sa splendeur, que lorsque ce dernier aura franchi la mort. L’astral représente, sur le plan de la pensée humaine, une déformation de la réalité qui va jusqu’à l’effondrement de l’intelligence humaine. L’homme conscient sera lucide, il verra que la limite de l’astral n’est que le début de la conscience universelle et sans fin.

La pensée humaine involutive est teintée d’énergie inférieure, ce qui empêche sa substance originale de parvenir jusqu’à l’homme. Son état mental et émotif réduit la compatibilité de la pensée universelle avec la conscience psychologique de l’homme. Pour que l’être humain bénéficie d’une pensée épurée, sans restriction psychologique, il lui faudra reconnaître les facteurs égoïques qui la conditionnent et en diminuent la clarté et la profondeur. Une pensée sans profondeur est une pensée sans vitalité. L’homme est troublé par toute pensée qui prend sa source dans les profondeurs infinies du moi universel, car celle-ci dérange le statu quo du mental civilisé.

P. 205

Les forces psychiques sont puissantes en l’homme. L’être inconscient manifeste, sur le plan psychologique, une forte tendance au mode astral qui fait partie du conditionnement inconscient établi à partir des plans subtils mais non intégrés de sa conscience. Il croit que la pensée vient de son cerveau matériel, lorsqu’en fait elle est issue de plans supérieurs, et filtrée à travers son organe de réception, le cerveau. La science n’a pas encore identifié le cerveau comme un organe de réception de la pensée. Cette illusion mécaniste fait partie de l’astral de la pensée, et elle ne sera dépassée que lorsque l’homme aura compris la nature de la pensée selon un mental évolutif déconditionné des mécanismes astraux de sa définition.

La prochaine époque révolutionnera la connaissance humaine, et donnera naissance à la genèse d’une pensée créative plutôt que réflective. Il n’est pas suffisant pour l’homme de savoir qu’il pense par réflection, il doit connaître les lois et les mécanismes de sa réflection, située au-delà de ses référents psychologiques et qui lui permettent de spéculer philosophiquement sur un domaine qui est à la source même de l’organisation psychique de son être. Autant la psychologie humaine est conditionnée par l’astral de la conscience involutive, autant la science du mental supérieur est supportée par un savoir né de la liaison entre la lumière du plan mental et le cerveau, qui la capte et la rend intelligible. La conscience intégrale de l’homme nouveau sera progressivement dotée d’une pensée capable d’étudier les diverses étapes de sa formation, à travers les couches diverses et individuelles de la conscience en évolution. Ainsi l’homme nouveau prendra de plus en plus conscience de l’origine universelle de la pensée et, dans un même temps, de la liaison entre le mode de la pensée subjective et ses attributs psychologiques qui ne servent qu’à le maintenir sous le contrôle des forces astrales. Ces forces utilisent la pensée subjective pour véhiculer, à travers l’homme et à son insu, un pouvoir d’influence d’une telle subtilité qu’il est absolument impuissant à voir la totalité de son individualité. Celle-ci est divisée entre le réel de sa pensée cosmique et l’irréalité de la pensée subjective, astralement colorée selon les failles de sa personnalité planétaire.

P. 206

L’astral de la pensée humaine est un ordre d’intelligence particulier à l’homme involutif. Cet ordre sera altéré au cours de l’évolution, car l’homme doit retourner à la source de sa conscience et de son intelligence afin que les pouvoirs de la lumière descendent sur le plan matériel, pour la transformation de la conscience globale de cette planète. L’intelligence involutive est l’intelligence inférieure de l’homme. Elle ne représente pas son potentiel vivant, mais plutôt la mesure de son expérience passée. L’être humain ne fait pas seulement partie du passé, il fait aussi partie d’un présent multidimensionnel dont il n’a pas encore conscience. La pensée est un mode infini d’expression de la lumière. Elle ne peut demeurer indéfiniment un mécanisme inférieur de la conscience humaine fondé sur le mémoriel et l’expérience psychologique de l’ego. Elle est une force créative réelle, et la mesure de son pouvoir est proportionnelle à celle de la conscience de son origine et de l’épuration du mental qui la reçoit.

Tant que le mental humain n’aura pas épuré l’astral en lui, la pensée n’aura pas de pouvoir. Elle demeurera simplement constructive et expérimentale. Lorsque l’astral aura été vaincu par la conscience humaine, la pensée deviendra de plus en plus vibrante, elle coïncidera avec sa volonté et permettra à l’homme de commander à la matière. Pour que la pensée de l’homme nouveau soit unifiée à sa volonté, il lui faudra comprendre les lois du mental, aller au- delà de ce qu’il croit connaître selon sa conscience subjective, dans le but d’en explorer les autres aspects occultes et voilés. L’astral sera en puissance chez l’être, tant qu’il n’aura pas compris que la nature de l’ego inconscient est astralisée, et qu’il en a pas le contrôle mental. Le monde de la pensée doit être élevé en vibration afin que l’homme reconnaisse les aspects subjectifs de son moi, qui doivent être dépassés pour qu’il devienne sans limitation mentale.

Le cerveau ne connaît pas la limite matérielle à la connaissance, mais l’état subjectif de l’homme peut lui en créer, à cause des liens entre la nature de la pensée et l’électrification des cellules, leur mise à feu. Les cellules du cerveau représentent les aspects matériels d’une énergie supérieure qui s’harmonisera avec elles, lorsque, au cours de l’évolution psychique de l’homme, son émotivité n’empêchera plus le contact parfait entre le plan matériel du cerveau et les plans immatériaux de la vie mentale supérieure qui le soutiennent et le nourrissent.

P. 207

La compréhension des lois de l’astral et des conséquences sur la conscience humaine donnera naissance à une nouvelle conscience qui aura pour effet de renverser les opinions de la connaissance involutive à l’égard de la réalité supramentale de l’homme. Tant que ces lois ne seront pas assimilées par l’homme, il sera impossible à ce dernier d’acquérir une compréhension parfaite de son moi ou de bénéficier d’une conscience intégrale. L’astral est une dimension psychique de l’ego, et son influence fait partie de ce que la psychologie appelle le subconscient, ou l’inconscient collectif. Cette dimension intérieure de l’homme doit être expliquée avec une grande clarté, afin que les formes souterraines n’aient plus de pouvoir sur lui et que sa conscience soit en parfait équilibre de façon permanente.

L’astral est un monde en lui-même, doté de ses propres lois. Il fait partie de ce que les hommes appellent la mort. Celle-ci n’est pas inerte, elle est au contraire très active chez l’homme, car il est le seul être avec lequel elle peut exercer et continuer d’exercer son pouvoir. C’est à travers une forme de médiumnité éclairée que l’homme nouveau reconnaîtra ceci. Mais tant que la médiumnité sera sous le contrôle des forces psychiques en lui, il ne pourra défaire ce que la mort fait sur le plan matériel, car elle demeurera plus puissante que lui tant qu’il ne sera pas dans sa lumière. Seule la lumière, lien universel de l’homme, lui permettra de renverser les pouvoirs des lois de la mort sur le mental humain. Ce n’est qu’à travers une nouvelle compréhension de lois subtiles entre la mort et le mental endormi qu’il s’éveillera à une réalité qui, au début, transfigurera sa compréhension et lui fera reconnaître que la vie est vaste et infinie.

Le psychisme humain est une forêt vierge qui reste encore inexplorée au vingtième siècle. Le siècle prochain invitera l’homme à pénétrer dans ce monde terriblement subtil, occulté, menaçant pour sa liberté réelle. Le psychisme humain est soutenu par des forces en lui qui ont le pouvoir de l’influencer au-delà de son imagination. Tout être humain réalise jusqu’à quel point il est vulnérable sur le plan du désir. C’est justement à ce niveau que le plan astral contrôle l’homme, afin de lui faire vivre des expériences qui créent sur le plan matériel, une grande échelle de souffrances.

P. 208

Le désir humain n’est pas réel, il n’est que le produit d’une machination subtile contre l’homme, qui utilise ses appétits pour renverser et bloquer sa lumière. Le subconscient de l’homme et l’inconscient collectif de l’humanité font partie d’une réalité unique, car l’homme est directement relié à tous les niveaux imaginables de la mémoire. Ces mémoires le retardent et lui font vivre une vie qui, loin d’être le produit de sa réalité, est celui de la réalité astrale en lui. Voilà la condition humaine.

La pensée est astralisée à partir du moment où l’homme perd la clarté de son mental et vit une polarité quelconque dans la vie. Toute polarisation de son énergie est un mouvement de l’astral de sa conscience ; elle voile la pensée et brouille la clarté du mental. Sans clarté parfaite de l’intelligence, l’être ne peut sentir que sa vie est sous son contrôle. Il est alors assujettissable. Mais le problème fondamental de l’homme face à l’astral demeure la domination psychologique du moi, que ce plan maintient à cause de l’imperfection du mental humain. L’être vie sa vie mentale par rapport à une intériorité qui n’est pas suffisamment libre des influences pour qu’il ait le sentiment profond que sa vie est sous son contrôle.

L’astral empêche l’homme de posséder une conscience intégrale sans laquelle il ne peut connaître sa conscience. La conscience involutive est possédée à un certain niveau de la vie mentale, et cette possession fait partie du lien entre l’homme et le monde de la mort. La conscience évolutive prendra conscience du monde de la mort et se libérera du fardeau de ce lien. L’homme nouveau entrera alors dans une nouvelle phase de vie mentale, qui renforcera son lien universel. La lucidité de son intelligence deviendra évidente lorsqu’il aura le pouvoir total sur sa vie matérielle et mentale. Mais tant qu’il n’aura pas le contrôle parfait, il ne pourra posséder toute sa conscience et bénéficier d’un savoir construit à partir du lien entre la partie cosmique de son être et sa contrepartie mortelle.

P. 209

L’homme involutif n’a aucune conscience de son double. Phénomène inadmissible à long terme, car sa conscience doit lui revenir totalement. Ceci sera possible seulement si l’homme a la force de la reprendre, ce qui exige qu’il comprenne les lois mentales de l’intelligence, afin que le lien universel entre lui et l’esprit transforme sa conscience expérimentale en une conscience créative, sans finalité et sans karma évolutionnaire.

Puisque la terre est une planète en quarantaine, l’homme est forcé d’y vivre jusqu’à la mort, dans des conditions qui sont équivalentes, cosmiquement parlant, à une prison. Ces murs ne seront abattus que par l'homme lui-même. Voilà le test de sa réalité transcendante. L’homme a tendance à voir la vie de son point de vue, au lieu de la voir du point de vue du double, qui la connaît parfaitement et qui seul peut lui la faire comprendre sans aucun voile, sans aucune illusion, puisqu’il est la lumière de l’homme. Mais ce dernier a tellement été restreint dans sa façon de voir la vie, qu’il ne possède plus de moyen suffisant pour dépasser les frontières qu’elle lui a créées au cours de l’involution. Les connaissances involutives de l’homme sont parfaitement à la mesure de son ignorance. Il demeurera ainsi tant qu’il n’aura pas rompu avec le connu, car le connu fait partie du passé et la lumière fait partie du présent sans fin de sa conscience universelle.

La science du mental remplacera la science involutive psychologique, telle que nous la connaissons aujourd’hui. La psychologie est fondée sur des observations du comportement social humain, alors que la science du mental sera fondée sur la compréhension des rapports étroits entre le plan mental et l’activité d’autres plans subtils de sa réalité multidimensionnelle. Quand l’homme aura intégré cette compréhension, la réalité de l’astral sera aisément perceptible pour lui, et il la comprendra en fonction d’une nouvelle coordination dans l’exercice de ses facultés mentales. La compréhension des mécanismes astraux élèvera la science de la psychologie à une science absolue du mental. Ceci représentera une grande révolution dans le domaine de la pensée et de la science de l’être, car l’involution est fondée sur le pouvoir de l’astral chez l’homme, alors que l’évolution représente la libération de l’homme de ces forces psychiques en lui, dont il ignorait les lois, la nature et la réalité.

P. 210

 

La pensée humaine involutive prend sa source sur un plan de la réalité qui ne coïncide pas avec sa réalité transcendante. La vie, telle que la conçoit l’être involutif, est un passage de la mort à la matière, passage temporaire après lequel il doit retourner à la mort. Cette conception de la vie n’existe que parce que l’homme n’a pas encore pris conscience des autres niveaux de vie télépathiquement raccordables à sa conscience planétaire. C’est ce lien universel que l’homme nouveau découvrira et qui donnera à sa vie matérielle un sens profond et réel. Sans la conscience de ce lien, la conscience ne peut atteindre son objectif évolutif, celui de le rendre parfaitement libre sur le plan matériel. Il ne s’agira plus pour l’homme nouveau d’être libéré par la mort, mais d’être libre de la mort en tant que telle, dans le but de connaître d’autres niveaux d’expérience après son passage sur le plan matériel. Ce qui bloque cette expérience dans la vie c’est l’astral de sa pensée. Ce plan subtil interfère avec son intelligence pure et objective de la réalité universelle des mondes parallèles.

Bien que l’astral soit une dimension planétaire de la conscience humaine, il ne représente pas une dimension universelle de sa conscience, car il est fondé sur la mémoire. Cette mémoire est utilisée constamment par ce plan contre l’homme, car il vit en fonction de la mémoire pour stabiliser son émotivité et sa mentalité. La mémoire de l’homme est une mesure de la valeur de sa conscience, et il a l’impression de perdre son identité s’il perd la conscience de sa mémoire subjective. C’est une illusion profonde que l’homme nouveau ne connaîtra plus, car la fusion de plus en plus grande de son moi avec la source de son énergie créative le rendra indépendant psychiquement de la mémoire. Plus cette indépendance sera marquée, plus il connaîtra la science infuse qui naît du rapport étroit entre lui et son double. Ce n’est que l’illusion astrale de la mémoire subjective qui donne à l’homme l’impression erronée d’être le centre de lui-même, alors que ce centre se situe sur un plan subtil de sa réalité mentale supérieure.

La science infuse semble être un mythe pour l’humanité involutif, mais l’évolution lui fera reconnaître que le lien universel entre l’homme et ses autres dimensions ne peut faire autrement que de lui donner la science infuse, puisque toute barrière entre lui et sa source sera abattue par la nouvelle conscience supérieure de l’ego éveillé à sa réalité transcendante.