L’invisible et sa réalité: 373

L’invisible et sa réalité

 

Au cours de la prochaine époque, la conscience supramentale jouera un rôle définitif dans l’évolution de la conscience planétaire. Ce rôle sera intégral puisque l’homme aura dépassé le stade psychologique de sa conscience, par le biais d’un contact mental supérieur avec l’invisible. L’homme conscient ne connaîtra plus l’ignorance, à quelque niveau que ce soit, et cette nouvelle liberté mentale lui donnera le pouvoir qui lui fut si longuement retenu. En découvrant que sa conception de l’invisible n’est qu’une illusion mentale créée par sa condition psychologique, il saura que l’invisible jouit d’une présence totale dans sa vie et dans celle de sa planète. Cette réalisation transformera pour toujours sa conscience, ce qui lui permettra de mettre au point sa relation avec des forces dont la puissance créative agit depuis toujours sur les différents plans de la réalité humaine.

L’invisible est une dimension multiple de la réalité, et rien ne peut interférer avec son action sur terre, sauf la volonté humaine de l’homme conscient des lois de l’énergie. Lorsque l’être nouveau aura tout appris de ce qu’il doit comprendre de sa vie intérieure, il réalisera avec aise que l’invisible fait partie de sa vie mentale et matérielle. Il pourra alors entreprendre des actions sur le plan matériel, avec le soutien des forces occultes en lui, qui l’aideront à accélérer le développement de sa science de la vie et de la matière. Pour ce faire, l’homme nouveau sera tenu de comprendre toutes les facettes de sa vie mentale, et ce processus sera long car la relativité des sphères est absolue.

P. 373

Le plan de la matière inerte est absolu dans ses lois, de même que ceux de la vie végétale, de la vie animale, de la vie humaine, et de la vie de l’homme nouveau, ainsi que celui des intelligences évoluant au-delà de la matière. L’être conscient comprendra ceci et fera la différence entre ce qu’il croit et ce qui est, entre la connaissance et le savoir. Pour saisir cette différence, le mental humain sera transmuté, c’est-à-dire changé en profondeur pour que la conscience planétaire dépasse les conditions de l’ignorance séculaire. Comme l’invisible ne pourra être dominé par l’ego inconscient, les forces de vie dans les sphères ne pourront être commandées que lorsque l’homme aura lui-même suffisamment évolué pour ne plus être sujet à la manipulation de sa conscience planétaire. La nature mentale inférieure de l’homme involutif demeure encore aujourd’hui une nature animalisée sans conscience réelle des lois cosmiques de l’énergie. Le mental humain sera élevé à un statut de conscience supramentale avant de commander aux forces intelligentes qui regroupent la totalité des circuits de consciences en activité, à travers le minéral, le végétal, l’animal et l’humain. Ces royaumes de base constituent une vaste expansion de vie contrôlée par des forces dont le niveau d’intelligence est inférieur à celui de l’homme-lumière, mais dont le taux vibratoire ne pourra être commandé que lorsque l’homme lui-même aura dépassé les limites psychologiques de sa conscience, colorée par ces forces à travers ses corps subtils.

Les plans invisibles réunissent toutes les conditions de vie pouvant être perfectionnées par l’homme. Cependant, les forces actives sur ces plans pourront altérer leur mouvement lorsque l’homme sera en puissance, ayant suffisamment évolué pour reconnaître que l’être- lumière en lui représente la somme totale de son énergie manifestée. Tant que l’homme n’aura pas réalisé ce principe, une partie de sa conscience demeurera planétaire, elle ne pourra manifester la lumière totale de sa réalité pour commander à des forces dont le taux de vibration constitue la division entre l’invisible et le visible.

P. 374

Comme l’homme est conditionné par des sens qui altèrent sa connaissance, il possède donc une vision atrophiée de la réalité. Cette atrophie lui impose un mode de vie dont il ne se libérera que par le biais d’une conscience supérieurement développée, fondée sur une nouvelle science de lui-même. Ainsi, ses centres psychiques se développeront, jusqu’à ce que la conscience soit permanente. Sentir la permanence de la conscience signifiera que l’homme vivra au-delà de la survie, qu’il n’épuisera plus ses ressources d’énergies lors de son passage sur le plan matériel. Afin de connaître cet état, l’homme nouveau devra comprendre parfaitement son lien avec l’invisible pour bénéficier des forces de vie présentes sur ces plans, dont l’aide et le support créatif se rallieront à sa vie planétaire. Les plans invisibles font partie de la réalité inconnue, et l’humain évolué rétablira le contact avec ces plans d’énergie de vie et d’intelligence. Il reprendra en main ce qui lui appartient de droit : le pouvoir sur la vie et la matière. Tant qu’il sera limité dans sa conscience, il demeurera limité par sa nature animalisée, qui utilise son émotivité pour bloquer les forces occultes en lui, qui appartiennent à l’intégralité de son organisation psychique.

L’évolution de la conscience éliminera la conception psychologique de l’invisible que l’homme a entretenue depuis son incarnation dans la matière. Cette révolution de la conscience aura des conséquences profondes pour l’évolution de la civilisation terrestre. La conquête de l’invisible créera un niveau de conscience permettant à l’être humain de ne plus se sentir seul sur le plan matériel, en attente de la mort. La conjonction des événements cosmiques sur terre, qui devra être expérimentée pour que ce nouveau seuil de conscience soit franchi, fait partie des étapes que la majorité des hommes doit connaître, car le contact entre la dimension matérielle et l’invisible n’aura lieu que lorsque l’homme nouveau aura pris conscience de son énergie. L’involution fit en sorte que l’homme dut subir son énergie alors que l’évolution lui apprendra graduellement à la contrôler afin de faire face à sa réalité dans l’invisible.

L’homme prendra conscience des plans invisibles selon son niveau d’évolution et le taux vibratoire de sa conscience mentale, et selon sa capacité de vivre en étroite relation avec l’invisible à partir du mental supérieur, qui le prédisposera à en connaître le lien éthérique. Les barrières spatio-physiques qui le forcent à ne connaître qu’une expérience psycho-matérielle s’effondreront, et l’homme s’élèvera en conscience sur d’autres plans, entraînant un développement proportionnel de son intelligence.

P. 375

Puisque tout ce qui fait partie de l’expérience matérielle est connu des autres plans, selon l’organisation psychique de la vie, lorsque l’homme aura conquis la dernière étape de son évolution psychologique il intégrera le savoir des mondes parallèles à sa vie matérielle. Cette transformation sera longue, car les corps subtils de l’homme ne peuvent supporter un tel choc sans préparation.

Ce qui manque le plus à l’être humain actuel, c’est une nouvelle et réelle psychologie ou science de l’être, Il doit se savoir parfaitement, et ceci ne sera possible que s’il apprend à reconnaître les signes subtils de son contact avec l’invisible au cours de sa vie quotidienne. Ainsi les murs qui séparent le plan matériel des plans psychiques s’écrouleront et il prendra contrôle de sa destinée.

De toute évidence, la nouvelle psychologie de la conscience supramentale ne sera pas facile à assimiler, car elle n’est pas fondée sur les études du mental inférieur de l’homme, mais sur l’explication occulte de ce dernier à partir des plans déjà ouverts à la conscience de certains hommes qui ont commencé à démystifier la connaissance de la réalité. L’homme ne peut indéfiniment vivre en marge de lui-même. Un jour, il devra vivre dans le centre de sa réalité.

La psychologie de la conscience supramentale mettra un terme à la recherche psychologique de l’homme, puisque sa science occulte lui sera révélée à travers l’activité créative de ses communications avec le double, de sorte que l’homme ne cherchera plus à connaître les lois de sa vie par la voie de la philosophie spéculative. Il vivra d’un savoir fondé sur son lien étroit avec l’invisible. Le mystère de sa descente dans la matière sera compréhensible, et la connaissance de la totalité de sa vie avec ses mécanismes complexes sera enfin accessible . Il lui suffira de communiquer mentalement, sur une longueur d’onde libre de toute spéculation, informative et cosmique.

P. 376

La réalité de l’invisible grandit en proportion de la conscience de l’homme. Plus il sera conscient, plus sa conscience de l’invisible sera concrète, plus il comprendra la vie et plus il pourra accéder à son pouvoir créatif, car les forces de vie viennent de l’invisible, et c’est le contrôle de ces forces qui propulsera l’homme sur une nouvelle courbe de l’évolution. Les plans invisibles font partie de la vie de l’homme, et de celle du cosmos universel. L’homme reprendra contact avec ces plans, en se libérant au préalable de leur puissante influence sur lui. Il réalisera qu’il doit dompter ses forces de vie, et les intégrer à son mode d’existence sur le plan matériel, au lieu de les subir inconsciemment. L’homme nouveau ne devra pas simplement être en contact avec ces plans de vie, mais il lui faudra les dompter et les intégrer. Grande tâche pour l’homme, cet être totalement naïf et ignorant des lois draconiennes de la vie. L’homme ne correspond pas encore, dans sa conscience, avec la réalité des forces occultes ; il ne fait que les subir, ne possédant aucune expérience créative par rapport à elles. Il les prend pour ce qu’elles sont, et non pas pour ce qu’elles doivent être face à lui. L’homme est un être qui croit, et ceci fait partie de son involution. Il connaîtra certaines expériences profondes pour savoir qu’il ne peut se permettre de croire aux forces de vie. Il apprendra ainsi à les contrôler, à les mettre à sa main, et c’est ainsi que leur pouvoir descendra sur terre.

L’être humain apprendra à vivre à la fois occultement et matériellement. La fusion de ces deux aspects de la vie fera de lui un être supérieur en conscience et en science. Il découvrira que les forces de la vie doivent être assujetties à sa propre conscience pour qu’elles descendent dans la matière. De grandes forces astrales s’opposeront à la conscientisation de l’homme nouveau, à cause des conséquences qu’aura cette conscience nouvelle au cours des siècles. Cependant, rien ne pourra empêcher qu’une nouvelle conscience s’établisse sur le globe. Par contre, ceci ne rendra pas la tâche moins difficile pour l’homme, car il devra supporter seul un grand déploiement d’énergie dans son mental, qui lui fera réaliser jusqu’à quel point les voiles de la conscience sont subtils et souvent complexes sous leur apparence simple. L’homme évolué conquerra les plans subtils de la vie un à un , il s’élèvera en conscience jusqu’à ce que sa fusion avec l’énergie de sa réalité soit complète et indissoluble.

Les plans invisibles de la vie deviendront de plus en plus concrets, et viendra le jour où l’homme ne sera plus humain dans sa conscience : alors il ne fera plus partie de la conscience planétaire de l’ancienne humanité.

P. 377

Voilà qui marquera le cycle de la nouvelle alliance entre l’homme et les sphères, alliance brisée lors des ruptures des circuits universels au début de l’involution. L’évolution de la conscience supramentale sur terre affectera l’équilibre établi depuis des milliers d’années entre l’homme et les sphères ; une fois rompu, cet équilibre forcera les sphères à travailler en étroite relation avec la terre, et l’homme reprendra sa place dans l’ordre du réel. La réalité de l’invisible fera partie de la réalité de l’homme, et la vie sur terre deviendra puissamment créative. L’homme pourra une fois de plus bénéficier de ses contacts avec des civilisations avancées, qui attendent son signal pour venir à sa rencontre. L’homme de la prochaine époque continuera son évolution selon un niveau de conscience libre des limites entre lui et les sphères; il se saura complet, dans toute sa dimensionnalité, et occupera la place et le statut universel qui lui sont dus dans la vie de la planète et du système environnant.

La lumière est une énergie que l’esprit de l’homme peut modifier à volonté. Ceci n’est pas encore compris. La transmutation psychique de l’homme permettra à son esprit de modifier la lumière de sa conscience et de ses cellules. L’homme intégral, au lieu de vivre par rapport à une lumière fixée dans un cadre de conscience relativement stable et limitée, vivra d’une lumière déspiritualisée lui donnant accès aux dimensions cosmiques du réel qui sous- tendent sa réalité matérielle et planétaire. L’imaginaire de l’homme intégral ne sera pas astral mais éthérique, il correspondra à des mondes parallèles au lieu de correspondre à des plans parallèles. La différence entre les plans et les mondes sera parfaitement établie et la communication universelle s’établira entre les hommes de la terre et les étrangers de l’espace.

Pendant l’involution, les plans furent les seules dimensions de l’esprit accessibles à l’homme sensible, car la fusion n’existait pas encore sur la terre à un niveau de développement final. Ne vivant pas à l’intérieur d’une conscience fusionnée, l’homme ancien fut réduit à vivre sa conscience par rapport à une perception psychologique, ce qui n’engendrera chez lui qu’une conscience du monde matériel local.

P. 378

Aidé de la conscience cellulaire, l’homme intégral aura accès à des dimensions de vie éloignées de son système solaire local par le biais d’un nouveau véhicule : le corps éthérique. Comme ce dernier sera sous le contrôle de l’esprit et non de l’âme, l’homme ne sera plus réduit à vivre simplement de la mémoire expérientielle, car il bénéficiera de la mémoire cosmique, celle qui l’unifiera à tous les niveaux de vie en évolution dans l’univers local. Ainsi, l’invisible deviendra visible pour lui, et la dimension spatio-temporelle sera aussi étendue que sa conscience. Libéré de la limitation physiologique de l’espace, le temps perdra de sa relativité et l’être pénétrera des mondes où la vie est extrêmement évoluée par rapport à celle de la terre et de ses races. Ceci créera un lien interplanétaire qui permettra à l’homme d’entrer en communication, sur une base volontaire, avec des races susceptibles de la faire profiter de leur science avancée. Le problème de l’invisibilité chez le terrestre est dû au fait que son corps éthérique n’est pas encore activé ; le seul véhicule susceptible de lui donner accès au niveau inférieur d’invisibilité est son corps astral. Mais celui-ci est régi par les forces de l’âme, de sorte que toute activité astrale chez lui le lie à des plans de vie englobés par le mensonge cosmique.

La fusion de sa conscience l’affranchira de cette condition. L’homme intégral deviendra libre de l’espace matériel et, dans un même temps, libre des plans astraux de sa conscience. Son déplacement dans l’éther équivaudra au remplacement de l’imaginaire par le visionnaire. Ses visions seront l’apport de son corps éthérique à sa conscience totale, au lieu de ne représenter que des maillons de la chaîne de vie à travers la nucléarisation de sa mémoire collective, qui fait partie des plans astraux de l’âme. L’homme doit vivre de l’accès aux mondes interplanétaires et universels. Tant que cet accès lui sera refusé, il sera forcé de vivre sur terre par rapport à la lumière de sa conscience astrale, et n’aura pas accès au savoir. Il ne connaîtra alors que la connaissance régie par ses appétits expérientiels et involutifs. L’invisibilité des mondes parallèles est une sous-condition de la conscience involutive que le rêve ou le voyage astral ne peut dépasser. L’homme à besoin de l’accès à toutes les dimensions de vie qui existent dans l’univers local s’il veut comprendre parfaitement la science de la matière et de la lumière. Cette science ne pourra faire partie de son intelligence tant et aussi longtemps que sa conscience sera limitée à l’activité de son corps astral.

P. 379

L’invisible est lié à l’organisation des sphères matérielles et immatérielles de la vie. Son rôle dans le cosmos est prépondérant à une échelle qui choquerait l’être non initié, s’il n’était pas préparé à comprendre les aspects créatifs et non créatifs de cette réalité. L’invisible renferme la plus grande part de l’énergie cosmique, qui lui est accessible un peu comme l’énergie de la matière est accessible à l’homme et à sa science. L’univers est un vaste domaine. Des intelligences à différents niveaux de vie veillent à l’évolution des systèmes. Le contact entre l’homme et l’invisible ouvrira les portes de l’univers à sa conscience, et il cessera d’être simplement un animal intelligent, en devenant par le fait même un être créatif. Mais ce contact nécessitera un développement intégral de sa conscience. L’ego et l’esprit devront s’unir parfaitement en une fusion grandissante afin que la lumière transperce sa conscience de façon permanente. L’invisible lui offrira toutes les réponses à sa vie planétaire. Il débutera alors sa gravitation vers une vie cosmique ouverte à sa conscience pour toujours. La mort sera impuissante contre lui, car sa conscience aura été libérée du fardeau astral et karmique. L’évolution de la conscience créera un changement profond dans la vie des nations, puisque l’accessibilité de l’homme à l’invisible lui donnera des pouvoirs sur la matière qui élèveront l’intelligence des peuples quant à la compréhension de la réalité située au-delà du mur de l’espace matériel et du temps.

Sur le plan mental de l’homme, la vie cosmique se traduit par le phénomène de la pensée. Lorsque l’être aura développé une plus grande conscience de ce phénomène universel, que l’être involutif vit à l’état de conditionnement, les plans supérieurs de vie et le plan matériel fusionneront. La conscience de l’homme passera à un nouveau stade de son évolution, coïncidant avec des besoins plus avancés de la conscience et les nécessités cosmiques de l’évolution. L’homme comprendra les plans invisibles et y aura accès au-delà du rêve. Sa vie mentale sur ces plans sera aussi réelle que sa vie matérielle. Sa conscience devra être ajustée, nettoyée de tous ses aspects astraux, pour que le plan éthérique universel s’intègre à son mental nouveau. La conscience de l’homme ancien ne peut fusionner avec la lumière du mental; elle doit être renouvelée, et libérée complètement du connu.

P. 380

La conscience supramentale sera parfaitement équilibrée, et capable de supporter la lumière qui descendra vers l’homme préparé de longue date à rencontrer sur les plans invisibles de la vie, son double, cette contrepartie cosmique de lui-même. Le développement de cette conscience aiguisera le sens du réel chez l’être et l’amènera à constater que la vie devient d’autant plus vaste que son plan mental en est globalement conscient. Cette globalité dépendra du niveau d’évolution de l’être et de sa capacité de s’adapter à une prise de conscience pouvant lier le matériel à l’invisible par la voie d’un psychisme intégral. Ce psychisme vivant redonnera à l’homme l’équilibre de ses énergies, et il pourra de plus en plus ouvrir à volonté la fenêtre sur l’invisible et faire connaissance avec ses grands mystères.

La réalité et l’invisible font un. Mais l’esprit de l’homme est insuffisamment développé pour participer créativement à ces dimensions de la conscience humaine. La science moderne a éliminé l’invisible de ses recherches et de ses intérêts ; sa méthodologie ne s’applique pas au cadre d’une réalité ne répondant pas à ses concepts actuels. Mais la conscience et la science s’uniront au cours de l’évolution. À cette époque, l’homme édifiera une nouvelle construction mentale du réel au-delà du voile divisé de l’espace et du temps. Son esprit dépassera ses limitations psychologiques et l’ego réalisera le lien entre l’invisible et la matière. La vitesse de la lumière n’est pas sujette aux principes de la science mécaniste. La lumière est une force dont la source jaillit au-delà de l’espace et du temps ; l’esprit de l’homme nouveau en connaîtra les aspects occultes et le mouvement à travers les sphères et les plans. Son véhicule éthérique lui permettra de se déplacer dans les éthers dont la subtilité est équivalente à la vibration de ce corps subtil de l’homme. La lumière de ce véhicule sera parfaitement ajustée à sa conscience, et les rapports entre l’invisible et le plan matériel ne créeront pas de désordre psychique chez l’homme conscient. Les problèmes psychiques de la conscience involutive face aux plans subtils sont dus au manque de centricité du mental humain ; l’expérience extrasensorielle a pour effet de débalancer la conscience humaine et de faire de l’homme un être dont la sensibilité non intégrée crée une souffrance difficile à contenir.

P. 381

Pour que l’homme traite avec l’invisible sans que sa conscience n’en développe de conséquence négative, il lui faudra être parfaitement centrique et capable de ne pas succomber aux influences astrales qui accompagnent tout haut niveau de sensibilité à l’extrasensoriel. Seule une grande centricité permettra à l’être de dépasser les effets astraux qui précèdent tout contact de l’être avec des plans où il est apte à se libérer du connu pour entreprendre une nouvelle étape de l’évolution de sa conscience.

Les plans invisibles ne doivent pas être colorés par la conscience astrale de l’homme, sinon il lui est difficile de voir à travers les voiles subtils de ces plans. Il devra bénéficier d’une vision à toute épreuve, susceptible de lui donner accès à des dimensions du réel qui ne font pas partie du domaine de l’imaginaire ou de l’astral, mais des mondes parallèles qui sous-tendent l’organisation cosmique de la vie. Les plans invisibles sont liés aux mondes dont la lumière ne peut être perçue qu’à travers une vision accrue de l’âme ou de l’esprit, selon que l’homme participe de la vie astrale ou de la vie éthérique. Quel que soit le niveau d’évolution de l’être, tout contact avec l’invisible restaure dans sa conscience les éléments vitaux d’une vie multidimensionnelle qu’il doit connaître afin de s’éviter une expérience matérielle le confinant simplement aux sens physiques. La vie est beaucoup trop vaste pour que l’être ne s’intéresse indéfiniment qu’à ses aspects inférieurs et en oublie les dimensions ultimement reliées aux plans d’une réalité supérieure et objective. Avec l’évolution de la conscience supramentale sur le globe, l’homme approfondira la relation entre la matière et ses sous-plans, et il en retirera une science dont les racines plongeront dans le centre même de la vie cosmique et universelle. La condition psychologique et psychique de l’être conscient se transformera profondément avant que ce dernier n’ait accès, librement et sans obstacles, à une vie parallèle. La mort n’aura plus d’effet sur lui, car l’ouverture des plans parallèles et de leur lumière à la conscience fera de l’homme un être dont la lumière intérieure suffira à éteindre dans sa conscience les courants inférieurs de vie, qui ont constitué au cours de l’involution l’obstacle par excellence à l’acquisition d’une liberté universelle.

P. 382

La réalité de l’invisible se fera sentir objectivement chez l’homme intégral lorsque les forces psychiques de la terre auront atteint un niveau de développement suffisant pour que l’être puisse supporter la lumière servant à l’extériorisation de son enveloppe éthérique. L’invisible fait partie de la nature psychique de l’homme et sa conscience en est la manifestation sur le plan matériel. Mais, pour que sa conscience parvienne à le pénétrer consciemment, il devra dépasser les limites psychologiques et psychiques de son ego involutif. Les circuits universels s’ouvriront alors à sa conscience et il transposera la notion actuelle qu’il a de la pensée et de ses origines. La pensée est l’outil fondamental de la conscience, et cette dernière vibre selon le mode de cette pensée et sa caractéristique créative. Tant que la pensée demeurera englobée par la mémoire de la race, elle constituera une limite inhérente à l’évolution de la conscience. Lorsqu’elle aura dépassé le stade primaire de sa fonction planétaire, elle grandira sans fin et atteindra des plans de vie où la conscience pourra enfin participer à la réalité objective des mondes parallèles.

L’invisible est une notion psychologique de l’ego, notion qui partage subtilement sa conscience et l’invite à se dissocier du réel. Tant que la conscience humaine demeure un appendice des forces extérieures, l’homme ne peut voir que la relation entre l’espace psychique et sa conscience est une relation d’esprit. L’être intégral comprendra que toute relation d’esprit est une relation de pouvoir, dont la dynamique psychique permet d’interpénétrer différentes dimensions du réel à partir desquelles la vie matérielle cesse d’être uniquement matérielle pour devenir psychique et lumière. Le concept de la lumière que l’homme involutif a de la conscience est inversé, car l’appareil matériel est psychiquement déconnecté des plans élevés de la réalité. Cette déconnexion fait partie de l’involution de la conscience mais elle n’est pas permanente sur terre. La mort a créé chez l’homme l’impression qu’elle est le terminale de la vie terrestre, alors qu’elle ne représente aucune dimension du réel. La mort ne fait partie que de la suspension de la conscience dans le temps cosmique de la vie, jusqu’à ce que l’âme ait atteint un niveau de développement suffisant pour que l’être passe de la vie matérielle à la vie éthérique, qu’on appelle aussi l’immortalité. Mais l’immortalité est encore un concept idéalisé pour l’homme, puisqu’il ne s’est pas encore vérifié dans la conscience universelle, au-delà des états de la chair refroidie de l’inconscience.

P. 383

L’évolution de la conscience humaine ne peut être indéfiniment retardée dans son rapport avec les forces de vie dont le terminal est l’infinité de l’énergie dans son expansion universelle. L’homme nouveau comprendra que les notions d’infinité et de cosmicité doivent être développées par le biais d’une conscience intégrée avant qu’il ne puisse se libérer des formes-pensées subjectives qui conditionnent son être et le forcent à vivre par rapport à une sensorialité inférieure à sa sensibilité future. L’être verra que la vie est infiniment plus vaste que son existence, et que son expérience sur le plan matériel ne dépend pas simplement de sa relation psychique avec des plans inférieurs de vie, dont l’astral est l’exemple parfait. La vie en elle-même traite de tous les niveaux d’énergie à la portée de la conscience. Or, cette conscience doit engendrer en elle-même une nouvelle énergie pour qu’une vie nouvelle s’implante sur le globe. Les plans invisibles doivent être raccordé à la conscience de l’homme, car ce dernier doit et peut dépasser la finitude de la vie matérielle pour se rapprocher des constellations qui ultimement deviendront les nouveaux territoires de l’évolution galactique. La conscience de l’homme de la terre est particulière à la vibration de son système solaire. Cette vibration sera élevée lorsque la conscience aura approfondi sa relation avec le réel et qu’elle aura dépassé les illusions profondes de la vie involutive.

La notion d’invisibilité disparaîtra lorsque l’être aura détruit les craintes subtiles de son inconscient, craintes qui constituent la limite psychique de sa conscience. La crainte n’est pas simplement une qualité de la conscience planétaire ; elle fait aussi partie du fait que l’homme vient de la mort et qu’il ne connaît pas encore les voies de sorties vers des expériences de vie ineffables. Sans la crainte, l’homme ne pourrait supporter la vie matérielle sur terre, car il ne pourrait s’affranchir des mécanismes de la mort qui font partie de sa conscience et dont il apprend à se départir au fur et à mesure qu’il évolue. Mais la crainte ne disparaîtra complètement de la conscience involutive que lorsque l’homme aura terminé sa liaison avec l’astral. Ce plan fera vibrer dans sa conscience la crainte tant et aussi longtemps que l’être n’aura pas intégré la présence des forces de vie supérieures et l’existence des mondes où ces forces de vie évoluent.

P. 384

 

L’homme nouveau sera alors libéré de la crainte et l’infinité remplacera les aspects terminaux de sa conscience planétaire. Un jour nouveau naîtra alors sur le globe et les premiers hommes passeront à la conscience d’un autre temps, libre de l’expérience planétaire. L’homme ne peut se limiter à la mémoire de la race, car elle fait partie de la conscience de la mort à travers la forme inférieure de son mental. C’est à travers ces formes inférieures que le lien karmique avec la forme se poursuit. L’homme dans son essence est un être complet, mais il ne peut rejoindre son êtreté à partir de pensées révolues. Voilà pourquoi les forces de vie en lui le pousseront à avancer plus loin que jamais au-delà des frontières du connu, afin de plonger dans l’infini qui n’a pas encore été étudié par un mental libre de la mémoire de la race.