L’involution versus l’évolution: 245

L’involution est la longue histoire de l’humanité au cours de laquelle l’homme fut impuissant devant l’action concertée des forces astrales sur sa conscience ignorante. Au cours de cette période, l’humanité ne connut que des souffrances et l’homme fut obligé de vivre sur un plan de vie inférieur, sans le support d’une intelligence universelle pour le guider. L’expérience de l’homme fut réduite pendant des millénaires à la conquête de ses bas instincts, alors que la lumière de son propre esprit était cachée sous les voiles épais de sa conscience astralisée. L’involution a marqué de son cynisme, jusqu’à la fin du présent cycle, la sinistre période de la vie humaine sur terre, radicalement anti-homme et anti-lumière. Cette période fut quand même importante, car elle permit que l’humanité transforme sa nature inférieure et l’élève à un niveau suffisamment noble pour que perce en lui une conscience capable de percevoir les nuances mensongères de son histoire et de sa race.

L’homme connaîtra deux phases distinctes au cours de son expérience planétaire, à cause des lois de l’évolution cosmique, dont il ne comprendra la nature obscure que lorsqu’il passera du stade de la conscience de l’âme à celui de la conscience de l’esprit, ou de l’intelligence pure. L’involution fut une période où la mémoire de l’homme colorait toutes les fonctions psychiques de son moi ignorant. L’homme fut projeté dans une expérience planétaire, démuni d’intelligence réelle, outillé simplement de la mémoire expérientielle de l’humanité qui l’avait précédé. Cette condition forcera l’homme nouveau, par la souffrance, à perfectionner son mental et à développer son intelligence intérieure jusqu’à ce qu’il bénéficie d’une intelligence pure, qui le libérera de l’expérience ardue d’une conscience sans lumière. La lumière de l’astral fut le seul recours de l’être humain, et ce recours fut la marque terrible de son involution, sa descente aux enfers de l’expérience.

P. 245

L’évolution imposera un changement radical à cette condition, car l’homme nouveau retrouvera sa lumière, et les clefs d’évolution nécessaires pour reprendre contact avec sa source. Ces clefs d’évolution ne seront pas faciles à intégrer, car l’homme est lié au monde de la mort depuis des millénaires, et son intelligence est endormie à un tel point que seuls de grands chocs peuvent le réveiller réellement. Pendant l’involution, il croyait que la connaissance devait venir de l’extérieur à lui-même. Évaluation normale puisque ses circuits universels étaient fermés. Il ne possédait aucun autre recours à la connaissance que l’ensemble des spéculations accumulées par l’humanité avant lui. Selon la race ou la culture à laquelle il appartenait, il pouvait ajouter à son passé pour perfectionner sa conscience. Mais dans le cas de l’évolution, l’homme nouveau découvrira que les circuits universels font partie des modes de transfert de l’énergie de l’intelligence, et que ces circuits ont la même équivalence qu’une immense ressource d’information à laquelle il a droit et accès selon son niveau d’évolution. Il se servira de ces circuits d’énergie pour transférer, sur le plan matériel, ou les autres plans de sa réalité, les forces créatives de sa conscience nouvelle.

L’involution fut pénible pour l’être humain, car il ne disposait pas d’autorité personnelle dans la vie, sa conscience mentale inférieure étant étroitement liée à celle de sa société. Le destin de l’homme allait selon le destin planétaire de sa société. Cette situation fit de l’être humain un cobaye social, et les forces astrales de l’involution devinrent de plus en plus puissantes ; l’homme inconscient retournait au monde de la mort, où il était instantanément incorporer dans une très vaste manœuvre astrale à laquelle il appartenait malgré lui-même, à cause de cette absence de lumière en lui, qui l’empêchait de reconnaître l’éther lorsqu’il passait de la lumière à l’invisible. Ainsi compromis, il se voyait obligé de poursuivre son évolution sur ce plan, avant de revenir dans la matière pour continuer son cycle d’évolution progressive et inconsciente.

P. 246

L’évolution mettra un terme à cette comédie astrale. Par sa fusion, l’homme sera parfaitement éclairé dans sa conscience lorsqu’il passera le mur de la mort matérielle; il saura reconnaître les illusions de l’astral, car déjà la vie consciente, au cours de laquelle il aura évolué sur terre, lui permettra de passer directement à l’éther de sa conscience, ce plan de vie où la continuité de conscience est inévitable et parfaitement dans l’ordre des lois de l’évolution de la conscience universelle en fusion. L’être humain fut tellement longtemps astralisé que la conscience de la réalité ne lui viendra que graduellement, lorsqu’il récupérera la lumière qui lui fut soustraite au tout début de l’involution. L’évolution, et toutes ses données expliquées dans le cadre d’une intelligence supramentale, créeront un choc chez l’homme; celui-ci devra affronter un retour sur lui-même, face à tout ce qu’il avait appris au cours de son expérience involutive personnelle. Ainsi, il sera forcé, un jour, d’admettre que la vie telle qu’il l’avait vécue, n’était pas réelle et qu’elle devra être complètement transformée. Afin qu’il jouisse réellement de la vie sur tous les plans de son esprit, le double lumineux de l’homme travaillera à la perfection de sa conscience.

L’involution fut une période où la conscience de l’homme fut persécutée par les forces astrales. Cette persécution durera jusqu’à la fin de l’involution de la conscience humaine personnalisée. L’astral ne représente pas simplement le mal ou le bien, mais aussi la dualité de ces deux aspects de la conscience, qui doit être unifiée par l’action créative de l’intelligence pure de l’homme. Il ya des hommes pour qui le mal est bien, et d’autres pour qui le bien est mal ; l’inversion est totale à cause des voiles de l’astral. Sans intelligence créative, sans lumière pure, l’homme fait difficilement la part des choses et peut se convaincre de l’une ou de l’autre. Ceci fut la cause des grands abus de l’homme contre l’homme, au cours de l’involution, et ne prendra fin qu’avec la descente d’une conscience supramentale non influençable par le monde de la mort.

P. 247

Il n’est pas encore évident à l’homme que sa nature involutive fur partagée entre deux forces obscures en lui : l’une fait partie de la mémoire astralisée de l’âme, et l’autre du feu de clarté dans l’intelligence. Que nous parlions des forces inconscientes des religions assoiffées de pouvoir spirituel, ou des nations assoiffées de pouvoir temporel, le problème demeure toujours un problème d’inconscience humaine, dont le prix fut payé, au cours des âges, par l’humanité ignorante des lois cosmiques de la conscience universelle. Ce que l’involution fut à la conscience collective, l’évolution le sera à la conscience individualisée. Ayant atteint la conscience individualisée, l’homme se libérera des forces de L’involution, et progressera vers une conscience cosmique parfaitement libre.

L’évolution permettra à l’être humain de reprendre sa place naturelle dans l’ordre des choses, et sa vie sur terre ou sur d’autres plans sera totalement équilibrée. C’est pourquoi l’homme ne connaîtra plus la tyrannie des forces astrales qui détiennent le pouvoir sur lui depuis si longtemps. Mais sa conscience sera éprouvée jusque dans le moindre repli de ses mémoires, afin que la lumière jaillisse du plus profond de lui-même. L’homme nouveau ne réalise pas encore ce que veut dire « évolution ». Il ne comprend pas, dans tout son sens, que l’évolution est un mode de vie supérieure à celui de l’involution, et qu’il n’est pas dicté par les forces astrales de la vie inconsciente, mais par la lumière de l’homme, forces qui ne font que commencer à descendre sur le plan matériel. Autant l’involution a freiné la vie, autant l’évolution lui donnera du souffle. La vie future de l’homme conscient sera semblable, dans sa liberté intégrale, à celle que connaît l’homme sur les plans de sa conscience endormie, lorsqu’il pénètre les plans du rêve où tout s’organise parfaitement.

Il est impossible à l’homme conscient d’aujourd’hui de saisir la réalité de l’évolution, car son corps mental n’est pas suffisamment ajusté à la nouvelle vibration de cette conscience nouvelle. Ayant perfectionné et élevé celle-ci, il comprendra ce que veut dire « évolution ». Cette nouvelle époque ne représentera plus pour lui un mirage futur, car elle fera partie de sa conscience personnalisée. Libre de toute attache avec l’astral, sa vie lui semblera un rêve concrétisé. Autant l’involution fut un cauchemar, autant l’évolution marquera une époque révolue que l’homme ne voudra plus contempler, car elle fera partie d’un passé parfaitement compris dans sa fonction involutive.

P. 248

Il y a, dans tout être humain inconscient, un peu de lumière ; l’homme n’est jamais totalement sans lumière, et le peu de lumière que certains hommes ont leur a fait voir que la vie doit être autre que ce qu’elle est maintenant. Leur intelligence intérieure témoigne d’une réalité qui dépasse leur condition présente d’existence. Mais cette perception intérieure est trop faible pour l’homme inconscient, de sorte qu’il renoue constamment avec l’astral et se fait prendre à son jeu. Voilà pour l’involution.

Au cours de l’évolution de la conscience humaine, l’homme intégrera son énergie sur tous les plans de sa réalité. Le manque d’intégration de sa lumière l’a réduit à l’esclavage depuis toujours. Il apprendra à intégrer son énergie, et se libérera de l’astral avant de reprendre proportionnellement ses pouvoirs naturels. L’astral se manifeste toujours selon des lignes de forces qui coïncident avec la plus grande résistance de l’homme à son intelligence pure ; l’être humain, bon gré, mal gré, vit sa vie par rapport à sa conscience inférieure, malgré sa meilleure volonté. Les forces de la lumière n’obéissent pas aux lois astrales. Pour cette raison, l’homme conscient ne peut vivre sa vie selon son passé, il doit la vivre dans un présent créatif et conscient.

L’évolution ouvrira les portes à la perception extrasensorielle, non colorée par l’astral. L’homme deviendra de plus en plus extrasensoriel, et ses facultés psychiques permettront une grande ouverture de sa conscience sur le plan de son esprit. Cette ouverture s’universalisera et l’homme nouveau percevra que ses facultés nouvelles font partie naturelle de sa conscience et du pouvoir de cette conscience sur le plan matériel. Tant que l’astral pourra colorer ses facultés, il les vivra de façon expérientielle et en sera l’esclave, car tout est assujettissable à l’astral. Ce plan se servira de tout aspect de l’homme qui lui permet de l’englober. Les facultés extrasensorielles de l’homme nouveau feront partie de son intelligence créatrice, et non plus de son psychisme médiumnique.

P. 249

L’involution a permis à l’homme de composer avec la matière, et l’évolution lui permettra de composer avec l’éther de la matière. Sa science sera très avancée, très puissante. Mais l’homme ne pourra vivre de sa nouvelle science qu’en fonction des besoins créatifs de l’évolution. Il la vivra selon les besoins futurs directement liés à l’application de l’équilibre des forces sur les différents plans de la vie planétaire.

L’involution a développé les outils de la conscience matérielle, qui évolua graduellement par rapport à cette conscience vers un référent matériel de plus en plus sensorialisé. Celui-ci donna naissance à la science qui s’est développée jusqu’à aujourd’hui, et permit à l’homme d’améliorer sa vie sur le plan physique de la terre. Pourtant, cette amélioration ne fut pas exécutée par rapport à la science interne des choses, de sorte que la vie des sociétés fut construite sur les bases chancelantes des civilisations mécaniques. L’évolution, par contre, se fera par rapport à des outils d’un ordre nouveau, convenant parfaitement à la conscience évolutive de l’homme. Ces outils lui permettront d’évaluer l’univers à partir d’un autre plan de vie, dont la nature équivaudra à celle d’un nouveau véhicule d’expression et de perception : Le corps éthérique.

L’évolution ouvrira, à propos de l’univers en général, un nouveau dossier de vie, et créera une vague d’expériences créatives. L’humain est multidimensionnel, mais ne connaît que le plan le plus bas de sa conscience, le plan matériel. Les sciences ésotériques et occultes, sans mentionner les religions ou certaines philosophies, ont voulu que l’être croit à l’existence d’autres plans ; mais cette croyance ne pouvait atteindre que le plan psychologique dans son ensemble, ou le plan astral dans des cas plus avancés où des êtres évolués étaient à la recherche de certaines voies occultes ou mystiques, qui visaient la satisfaction d’une recherche intérieure. Ces voies, cependant, demeuraient assujetties à un ensemble de doctrines secrètes, ésotériques ou religieuses, qui relevaient de façon inquiétante de l’œuvre d’autorités spirituelles soumises aux mondes ou aux plans élevés des sphères de la mort. L’évolution éveillera la conscience créative de l’homme, et le rendra libre de l’astral rayonnant de constructions subtiles et limitatives. L’homme intégral possédera une vision si claire des choses que son lien avec l’astral sera à tout jamais rompu; il ne connaîtra plus la mort, comme l’a vécue l’homme involutif. La totalité de sa conscience sera supportée par sa lumière, il sera solaire dans le terme le plus universel.

P. 250

L’évolution se distinguera par le lien absolu qui s’établira entre l’ego conscient et son double, lien qui servira de pont entre l’éther et le plan matériel. Ce pont permettra à l’homme nouveau de se désengager parfaitement de l’énergie astrale de l’âme et de la mémoire qu’elle représente. Libérée du pouvoir de l’âme sur l’être, la personnalité se transformera et la personne créative indivisible prendra naissance, dotée des pouvoirs de la lumière qui lui reviennent de droit.

L’évolution ne sera pas facile ; les obstacles égoïques seront formidables. Les êtres les plus forts réussiront à percer le mur dense de l’astral pour se retrouver de l’autre côté de la réalité planétaire. Les temps seront nouveaux, et la vie ne sera jamais plus la même. Les forces de l’esprit sont solaires et ne peuvent cohabiter avec l’astral. Cependant, tous les hommes ne pourront passer ensemble du stade lunaire au stade solaire de la prochaine époque: la majorité mourra la mort noire, et perdra son identité de l’autre côté de la vie. Mais le passage de la conscience à l’éther, révélera que la vie n’occupe pas simplement l’espace matériel, mais aussi l’espace psychique faisant partie de l’ensemble des facultés dont l’homme doit devenir le maître absolu. Nouvellement instruit par le dévoilement du mensonge cosmique, l’humanité en sera immensément affectée, car l’homme solaire aura le pouvoir à lui seul de changer le cours de la civilisation, à cause de ses liens avec des plans de vie non assujettis au monde de la mort. Celle-ci ne pourra plus perturber la conscience, car l’homme intégral ne vivra plus dans la lumière astrale du passé. Autant l’invisible fut un mystère, autant il deviendra une dimension en lui-même, et la conscience égoïque jouira d’une infinité créative à l’intérieur de laquelle l’objectivité intégrale remplacera la subjectivité intégrale.

L’homme comprendra pourquoi la vie ne peut être comprise philosophiquement ou spirituellement. Il réalisera que la vie intérieure est une dimension objective du réel, et qu’elle doit être amenée sous le regard des sens matériels. La division entre l’invisible et le visible cessera; la liaison entre l’esprit et l’ego sera totale et parfaite.

P. 251

L’involution a divisé la conscience pour que se développent les sens matériels. Ceci est accompli. L’homme doit maintenant passer à un stade où seul il pourra connaître la différence entre la vie et la mort, entre le visible et l’invisible, pour reprendre le contrôle des forces qui sous-tendent l’ordre universel. Les forces nocturnes veillent au maintien d’un certain désordre sur terre; elles sont sous le contrôle des forces lunaires. Un changement de polarité sur terre sera essentiel et inévitable, après la fusion de l’homme avec son énergie vitale. À partir de cette époque, l’homme découvrira sa fonction créative sur le globe, et comprendra pourquoi il est sur terre, en matière et en esprit.

L’évolution progressera à mesure que l’être découvrira que sa vie est totalement entre ses mains. Auparavant, il vivra en fonction des autres et de la conscience collective, et sa vie demeurera une suite interminable d’illusions sanctionnées par la conscience involutive divisée contre elle-même. Le tort qu’une civilisation mécanique peut créer à l’esprit faible est incommensurable; voilà pourquoi l’évolution ne sera pas la voie de tous les êtres dans un même temps, car elle ne pourra être vécue qu’en fonction de la personne réelle, et non pas de la personnalité fictive et inconsciente. Le passage de la personnalité à la personne intégrale sera des plus difficiles car l’homme ne pourra déjouer le réel et les forces de son esprit lorsque la science de l’esprit aura été parfaitement transmise. Autant l’involution fut sous l’emprise de l’astral autant l’évolution sera la synthèse de la lumière et de la matière. Les principes psychologiques de la civilisation seront dépassés, et l’homme sera libre de l’inconscience de sa race. L’involution a influencé le comportement humain par la manipulation de la pensée, mais l’homme intégral sera libre de toutes influences cherchant à le faire dévier du réel cosmique de sa personne universelle. Ceci mettra fin à la recherche subjective du bonheur fictif, et permettra la découverte de la paix réelle de l’être, soutenue par sa lumière, son intelligence et sa volonté intégrale. L’homme n’a jamais su contester la valeur subjective de son moi, car il n’en connaissait pas les aspects lunaires et astraux. Le savoir, c’est-à dire la connaissance profonde de cette dimension de lui-même, demeurait figé dans la lumière et sa fusion avec l’homme ne pouvait se concrétiser dans le temps qu’à partir d’un nouveau cycle d’évolution coïncidant avec l’ouverture des circuits universels en lui.

P. 252

Ainsi, la conscience humaine devint au cours des âges, de plus en plus torturée par la vie, et les forces de vie ne pouvaient s’équilibrer dans un médium non développé. L’involution servit de tremplin à l’homme; l’évolution lui servira de sphère infinie, et le portera à l’exploration psychique de la vie, à tous les niveaux de sa réalité cosmique et universelle. L’homme fera contact avec des sphères d’intelligences et de forces dont la nature universelle demeura, de tout temps, un mystère pour sa conscience. Enfin libre de ces mystères, la science transfigurera la terre, elle donnera à l’humanité une voie d’accès aux grands espaces au-delà du système à l’intérieur duquel elle fut liée à la finitude de la matière. Éveillé à l’existence de l’éther, l’homme ne connaîtra plus la mort ; sa conscience le suivra dans l’espace et le temps. Il découvrira d’autres temps et d’autres espaces dont la nature fait partie de l’organisation cosmique de l’univers. La vie l’éblouira pour la première fois depuis sa descente dans la matière dense où, avec ses sens mal ajustés, il ne peut avoir une juste mesure du réel et de l’infinité dont il fait partie intégrante.

De l’évolution de l’homme jaillira une conscience renouvelée, élevée à un niveau inconnu dans les annales de l’humanité involutive. Elle coïncidera avec la descente de forces issues d’autres plans de temps et d’espace. La révolution mondiale s’effectuera à une échelle cosmique venant de dimensions psychomatérielles que l’homme a toujours, dans son ignorance, considérées au-delà du spirituel, alors qu’elles coïncident avec des facettes du réel inconnues sur terre. Les forces dites cosmiques sont intelligentes et créatives ; elles sont dotées de pouvoirs qui dépassent l’imaginaire involutif humain, et sont reliées à la réalité intégrale de la conscience supérieure des races avancées qui surveillent depuis longtemps l’homme dans son évolution. Le contact entre l’homme et ces plans de vie apportera à la terre une nouvelle science, dont le but et les conséquences seront l’arrêt à l’échelle mondiale de toute forme de décadence scientifique causée par des hommes qui ne voient dans la science que profit et gloire personnelle. La science ne saura être mise au rancart par les ordres praticiens de la science moderne mécaniste, car elle donnera à l’homme le pouvoir sur la matière.

P. 253

Les institutions qui ont, par le passé, renié ou cherché à nier la multidimensionnalité de la conscience, seront les premières à connaître le grand bouleversement des forces psychiques de la conscience de l’homme intégral. La terre ne peut être indéfiniment soumise aux lois de l’involution, ces lois de la faillite. La prochaine époque rétablira l’équilibre rompu par les forces inconscientes de l’involution, à partir du moment où l’être aura librement accès à ses forces psychiques.

L’involution a attesté l’ignorance, et l’évolution attestera la supériorité créative de l’homme solaire, son indépendance d’esprit, et sa capacité à se libérer de la prison de l’histoire, dont la mémoire a converti l’intelligence en une fausse septique remplie de rebus et incapable de se vider elle-même. La pollution de la conscience humaine atteindra un tel niveau que la confusion figera le mental planétaire, état qui poussera l’homme affaibli par les forces psychiques de l’involution vers la détresse et l’immobilité. L’être sensible souffrira le plus de cette situation ; il sera toujours plus vulnérable que l’être hautement mécanisé et abruti dans son aveuglement. L’homme intégral réalisera que la vie inconsciente de la terre est fixée par une programmation qui émane des plans subtils de sa conscience et sert d’expérience à l’humanité entière. Cette expérience remet constamment en question l’intelligence humaine, elle la réduit à un simple réflexe sociologique où l’être vit selon le mouvement de myriades de forces nocturnes qui envahissent sa conscience humaine, et font de lui l’esclave de son siècle au lieu du maître de sa destinée.

L’avenir de l’humanité sera de toute pièce créé de confrontations. Les plans seront renversés, et la vie invisible se matérialisera sur le globe. Le secret des sphères sera révélé à l’homme, et jamais plus l’être conscient ne vivra dans l’ignorance. L’évolution de la conscience sera, en fait, une révolution dans la perception qu’il aura de ses racines dans la matière et les éthers de vie d’où elle est originaire. Ces éthers de vie susciteront dans la conscience supérieure de l’homme de nouvelles dimensions d’expérience, dont certaines devront être neutralisées par sa conscience éveillée. Sa psychologie sera tellement avancée que celle d’aujourd’hui paraîtra totalement inadéquate pour la compréhension des plans psychiques qui sous-tendent la structure de l’ego et du moi.

P. 254

L’homme a toujours pensé par rapport à la mort, alors qu’il existe d’autres niveaux de vie où la mort n’existe pas. L’immortalité de la conscience fait partie du fait cosmique de l’homme, et ceux qui, sur le plan matériel, sont suffisamment évolués pour le sentir intuitivement, reconnaîtront réellement l’être de la nouvelle époque, lors de la fusion des forces cosmiques de la lumière avec l’homme.

L’évolution et l’involution de la conscience forment un cycle complet de vie sur terre. Les âmes en évolution de conscience devront revenir sur le plan matériel ou continuer leur évolution sur d’autres planètes. Mais l’évolution de la terre ne sera plus retardée, car les forces psychiques de l’humanité seront augmentées pour l’amener à comprendre la vie dans son ensemble cosmique et universel. La vie involutive fut une expérience de longue durée pour l’humanité. Son histoire fut vécue à travers beaucoup d’illusions qui empêchèrent l’homme de reconnaître les origines occultes de sa conscience. Cette condition sera écartée au cours de l’évolution de la conscience supramentale, et l’homme vivra d’une conscience intégrale, totalement affranchie de l’ignorance basée sur les sens purement matériels de la vie planétaire.

La prochaine époque verra tellement de formes se briser, lors de la confrontation de l’ancien et du nouveau régime de vie, que l’être sera le premier à en bénéficier dans la mesure où il aura la force mentale pour en supporter le choc. Le test de la nouvelle conscience portera sur le plan émotif de la conscience involutive. Par le biais de son émotivité subjective, l’homme découvrira la faiblesse de son esprit, et c’est dans le mental inférieur qu’il réalisera le pouvoir de la mémoire planétaire sur sa conscience ultimement universelle. L’initiation solaire dérangera l’homme jusque dans le centre de son être, et rien qui fut établit par le passé ne pourra le sécuriser, car le passé fait partie de la mémoire de la race, alors que le présent de la conscience créative se manifeste dans l’instant de l’intelligence, en fusion d’énergie et de force avec l’ego. La nouvelle époque sera toute aussi révolutionnaire que fut celle qui donna naissance aux races indo-européennes. Elle marquera le début de la science de l’énergie sur terre et affranchira l’homme des conditions difficiles de la fin du cycle actuel.

P. 255

L’involution donna naissance à l’homme matériel, et de l’évolution naîtra l’homme- esprit, être en fusion de conscience avec l’aspect intégral de sa réalité. Les plans les plus élevés de la vie feront un avec les plans les plus bas, et la nouvelle race universalisée ne risquera plus la destruction de son héritage, car les forces psychiques de l’homme objectiveront la puissance de l’éther, puissance créative des aspects cosmiques de l’homme. L’être mécanique perdra le contrôle de sa civilisation. La science des espaces-temps sera révélée, et les hommes de lumière inventeront de nouvelles technologies pour faciliter le passage de l’homme vers d’autres planètes et d’autres soleils. La science matérielle sera remplacée intégralement par une science psychomatérielle, née de l’expérience de différents temps dans la conscience de l’homme intégral. Les forces cosmiques, inconnues jusqu’ici, feront naître sur terre une paix que l’humanité n’a jamais connue : la paix de la hiérarchie. Cette dernière veillera a l’évolution des races anciennes jusqu’à ce que l’humanité passe à son stade final d’évolution, où l’homme n’aura plus besoin de son corps matériel pour parfaire son évolution. Ceci marquera la plus grande époque de la terre, et les races seront finalement anéanties. Leur division aura servi à l’expérience de l’âme. Lorsque l’homme sera prêt, les races n’auront plus de fonction ; les êtres seront parfaitement individualisés, parfaitement intégrals et unis dans leur conscience cosmique. La mort n’existera plus, et la conscience de l’homme sera permanente, comme elle doit l’être selon les lois de la vie.

La prochaine époque verra la naissance de l’homme réel, l’être intégral, celui qui aura dépassé la recherche spirituelle de l’involution. Cet homme fera partie de l’évolution d’un système de vie jamais connu sur terre depuis la descente de l’être dans la matière. Doté d’une conscience supérieure fondée sur la présence de la conscience universelle, il instituera une réforme à l’échelle de la vie planétaire. Son influence sera grande et marquante, et sa vision de la vie dépassera celle de l’homme ancien. Sa science sera remarquable et ses faits gratuits. Marqué par la lumière qui formera une unité avec lui, il rapprochera finalement du modèle humain conçu sur les plans supérieurs et attendu depuis longtemps dans les sphères.

P. 256

L’homme évolutif représentera tout ce qui est grand chez l’être humain, et sa vie sera plus réelle que peut l’imaginer l’involution de son esprit. La réalité de sa vie sera l’expression de la fusion de l’énergie avec ses principes inférieurs.

L’involution a préparé l’homme sur le plan de l’expérience de l’âme, mais elle l’a coupé de sa source à cause de son ignorance profonde de la nature de la vie. La conscience humaine est un fait acquis sur terre, mais ce processus s’éveillera avec les siècles à une dimension nouvelle de la vie. La conscience réelle dans le cadre de cet ouvrage fait référence à la liaison consciente ou sciente entre l’ego et le double. Elle ne fait pas simplement référence à un état mental de l’homme endormi. Lors de l’éveil de la conscience évolutive, l’être réalisera que sa soi-disant conscience antérieure n’était qu’une forme de sommeil de l’esprit à travers l’activité mentale inférieure de son ego. L’évolution et la conscience humaine seront unifiées, alors que l’involution donna à l’homme sa conscience planétaire, fondée sur le lien astral entre le monde de la mort et la matière. Au cours de l’évolution, les clefs de la conscience humaine évolutive et réelle seront données à l’être, car elles font partie de l’évolution et ne pouvaient lui être transmises pendant la période involutive de sa race. L’évolution lui permettra de revenir à la source en dépassant la désinformation systématique de l’astral, plan responsable par le passé d’une perte constante d’énergie qui ultimement le mena à la mort. L’homme réalisera alors que la dimension cosmique est réelle et transcende la simple expérience de sa conscience involutive. L’involution de la race humaine fut liée à des facteurs qui divisèrent son être; ainsi toute élévation au-delà de sa réalité devint, cosmiquement parlant, un fait irréalisable. L’homme nouveau ne pourra échapper à l’intégration de la dimension cosmique de sa nature, car le niveau mental auquel il fut habitué auparavant lui sera retiré; il prendra ainsi conscience d’autres niveaux d’intelligence en communion avec lui sur le plan mental supérieur de sa conscience transformée.

L’involution fut une période au cours de laquelle l’être humain fut coupé de sa source à cause des lois cosmiques régissant l’évolution des races et de leur civilisation. Cette rupture avec l’invisible était inévitable car l’homme avait développé tous ces principes.

P. 257

Doté d’une conscience astrale en force et d’une conscience mentale réflective, il lui aurait été impossible de comprendre les relations subtiles du double et de l’ego, car il était incapable de répondre à une communication supérieure avec le double. Toute communication avec le double implique en effet une union entre l’intelligence universelle et l’intelligence planétaire, en d’autres mots une fusion. Au cours de l’évolution, l’homme sera adapté psychiquement à une plus haute fréquence d’énergie mentale, lui permettant alors de répondre parfaitement à cette énergie nouvelle. Ainsi s’uniront pour la première fois l’ego et le double, et l’homme naîtra à sa réelle splendeur, à la totalité de ce qu’il est cosmiquement et planétairement. Avant la venue de cette époque, une grande force créative pénétrera la conscience de la terre, afin que les individus puissent briser le lien psychologique entre la conscience de la race et celle de l’homme. Pour que l’être évolue, il lui faudra comprendre sa relation avec la race ou la nation qui lui a donné lieu d’expérience; sinon, il ne pourra mesurer équitablement sa sensibilité, puisque celle-ci est naturellement conditionnée par la mémoire de la race. L’homme sera libre de la mémoire sociale, car l’involution, pour lui, sera un fait passé de l’expérience, et aucune force ou influence sociopsychologique ne pourra affecter son lien avec l’universel. L’homme devra briser les chaînes qui le lient à la race ou la nation pour devenir intégralement unique dans sa conscience, au sens universel du terme.

L’évolution est une constante universelle qui ne pourra prendre forme que lorsque l’homme et les forces cosmiques se rencontreront. Ces forces font partie de lui à des niveaux de conscience qui sous-tendent sa conscience psychologique et, pour cette raison, il ne pourra évoluer universellement que lorsque son temps sera venu. Les forces en lui l’éveilleront et le rendront conscient d’elles. Ces forces psychiques pénétreront sa conscience, il changera de taux vibratoire et sa conscience passera d’un niveau de perception à un autre. Alors l’homme réalisera que la dimension psychique de son moi est beaucoup plus vaste que l’aspect psychologique de l’ego fossilisé dans la forme que lui offrit la race à sa naissance. L’involution est une partie seulement de la progression humaine, et l’évolution l’autre partie.

P. 258

Pour que l’homme devienne total, il devra passer de l’involution à l’évolution, cette période dans la vie où il vécut selon la conscience de la race à cette autre période au cours de l’avenir où il vivra en fonction de sa conscience pure, en fonction de son lien universel avec le double. Cette condition est absolue et irrévocable, car elle fait partie des lois de l’énergie en évolution. Tant et aussi longtemps que l’homme sera régi par des lois inférieurs de vie, sa conscience répondra à ce type de vie. Lorsqu’il passera à un autre niveau d’évolution, sa vie changera en fonction du rapport entre lui et les forces nouvelles qui descendront sur la terre.

La conscience de la race fut le seul point de référence de l’homme ancien concernant la vie et l’univers. L’homme devait se fier à la conscience de la race ou perdre le privilège d’appartenance qui lui était offert. Il n’avait pas suffisamment de moyens personnels à sa disposition pour vivre en dehors de la sphère d’influence de la race, car son équilibre psychologique et psychique en dépendait. Ces temps ne sont pas encore révolus, mais déjà l’homme commence à se rendre compte de la relativité des valeurs dans le monde, surtout depuis la diffusion accélérée de l’information par la presse, la radio et les autres moyens de communication. Par contre, il n’est pas capable de vivre seul dans le mental de sa conscience, car la race a encore sur lui un grand pouvoir d’influence à travers les concepts et les valeurs qu’elle lui impose dans sa symbiose avec lui. Au cours de l’évolution, lorsque le contact avec le double sera établi ou que les principes de base à la libération de sa conscience seront connus de l’individu, la rupture finale avec la conscience de la race deviendra inévitable et l’homme ne pourra plus retourner en arrière. Sa vie involutive prendra fin et il commencera une nouvelle évolution vers des étapes de plus en plus occultes de son univers intérieur. Le temps psychologique et les temps psychiques entreront en conflit et l’homme se verra de plus en plus en voie d’évolution rapide, vers une dimension de la conscience qui ne se fera sentir que dans la mesure où il aura été préparé à la vivre intégralement.

Le mot « évolution » veut dire réaction contre le pouvoir de l’astral sur l’homme. Ce terme fait référence à l’englobement de l’homme par des forces psychiques dont il ne connaissait ni la nature, ni les lois, ni les intentions. À cause de cette ignorance, il n’a jamais pu saisir ce que veut dire le mot « homme ». Pour le comprendre, il lui faudra un niveau de liberté de vie qui dépasse ce que l’involution lui a offert au cours de son expérience d’âme.

P. 259

Afin de connaître la liberté universelle, l’homme devra passer le seuil de l’initiation astrale et pénétrer dans le corridor de l’initiation solaire ; celle-ci lui fera réaliser la différence entre la connaissance et le savoir, entre l’existence et la vie, entre la mort et l’immortalité, entre l’âme et l’esprit. L’homme doit avoir accès à tout, sinon sa vie n’a aucune valeur réelle, elle n’a qu’une valeur d’expérience qui ne fait pas partie de sa totalité. Tant qu’il demeurera divisible, il sera violable. Sa vie ne sera pas entre ses mains, mais entre celles de la destinée psychique des forces de l’âme qui le contrôlent à volonté, afin que son expérience serve à développer d’autres modèles de vie futurs. Ceci constitue une insulte à l’intelligence universelle de l’homme, mais aussi une condition de l’involution à laquelle il ne peut échapper tant qu’il n’aura supporté lui-même l’énergie pure de son mental supérieur.

L’involution signifie le pouvoir des sphères sur l’homme alors que l’évolution voudra dire fusion des sphères avec lui. Jamais plus il ne sera en rapport avec des forces de vie dont il ne comprendra pas la nature. Alors qu’au cours de l’involution il était réceptif à la pensée de l’intelligence, son mental sera réceptif à l’énergie de l’intelligence. Cette différence sera fondamentale et absolue chez l’homme intégral. Elle lui permettra de se manifester librement à l’intérieur de ces forces psychiques, car celles-ci font partie de lui. Cette période coïncidera avec le descente dans la matière de forces n’ayant aucun lien avec le monde de la mort. La relation étroite entre l’homme et ces forces fera naître sur le globe une super-race, une superpuissance dont les alliés seront rattachés à d’autres dimensions de l’univers local. Les Atlantes avaient bénéficié de ces contacts sans pouvoir les contrôler, alors que l’homme nouveau pourra commander à toute forme d’intelligence n’appartenant pas à la terre, car le réseau psychique universel sera établi sur le globe.

P. 260

La vie future deviendra de plus en plus une vie en puissance, qui permettra à l’homme de travailler avec les forces psychiques de son être. Ce travail le mettra en contrôle des forces élémentales de la terre, et ceci fera de lui un magicien dans le sens le plus correct du terme, il connaîtra parfaitement, jusqu’à la maîtrise, les lois de la matière.

Ainsi outillé, l’homme mettra un terme à la nature de la civilisation telle que nous la connaissions, et une ère nouvelle prendra place. Les guerres cesseront, les hommes établiront de nouvelles bases de compréhension, en relation avec la puissance d’une race dont les actions feront partie d’une dimension de la vie non réalisable par l’homme involutif. Autant le corps matériel avait été le véhicule primordial, autant le véhicule éthérique deviendra le véhicule primaire. Cette nouvelle forme de vie créera des changements radicaux dans le comportement des nations. Fixé à cette nouvelle réalité, l’homme déterminera la courbe future de la civilisation et les prophéties connaîtront leur aboutissement. De nouveaux corridors s’ouvriront dans le temps, et la conscience humaine dépassera celle des plus grandes civilisations de la galaxie. Le mystère de l’homme et de la vie sera révélé et la terre deviendra le centre galactique des civilisations avancées. Lorsqu’il aura enfin pris sa place parmi les intelligences en évolution, l’homme passera à un niveau d’évolution où son corps matériel sera totalement atomisable, et l’évolution de la terre tirera à sa fin. L’exploration éthérique de la galaxie deviendra pour l’humanité le nouveau mode d’expérience consciente et les hommes cesseront de s’incarner. Les forces astrales, enfin libérées, procéderont à la conquête d’autres mondes. L’âme ne sera plus le principal noyau de la conscience, car la fusion aura remplacé la mémoire par la puissance créative brute.

Pour comprendre l’évolution et son rapport étroit avec l’involution, l’homme devra passer d’un niveau mental subjectif, conditionné, à un niveau mental perfectionné et objectif, né de la fusion du double avec l’ego. Ce développement permettra à l’homme de se libérer dans le mental, afin que ce plan de la conscience coïncide avec l’énergie de l’intelligence. À ce stade de l’évolution, de nouveaux principes seront découverts, qui permettront à l’être conscient de faire le lien entre l’invisible et la matière. Ce lien sera important, car la nature de l’intelligence ne peut être enregistrée dans le mental inférieur, puisque l’intelligence mécanique ne peut absorber des concepts de temps et d’espace perceptibles seulement par la conscience des cellules ou le mental éthérique.

P. 261

L’éther des cellules est un espace psychique renfermant la totalité des possibilités créatives de l’énergie. Une cellule n’est pas simplement une partie matérielle du cerveau physique, mais aussi un aspect subtil de l’énergie éthérique qui doit passer par le cerveau matériel pour lui donner une fonction rationnelle et réflective. Mais l’homme intégral ne réfléchira plus : il créera. La partie éthérique de son cerveau manifestera, selon le besoin créatif de l’énergie, la science nécessaire à l’homme. La conscience des cellules lui permettra de se libérer du lourd fardeau de la pensée subjective, qui limite sa vision des choses et le force à vivre mentalement dans une prison conceptuelle à l’intérieur du désordre organisé du mental inférieur. L’homme ne peut créer ni ordre universel à partir de la pensée subjective, ni science parfaite à partir de la logique, car les forces psychiques intérieures de son être sont en réalité responsables de la coloration de ses pensées, phénomène totalement incompris de l’homme. L’avenir verra naître l’homme mental, capable de comprendre sans avoir à subir la réflection de la compréhension, qui brouille les ondes supérieures du mental et force ce dernier à servir de réflecteur à l’ego, au lieu de l’instruire dans la science de la vie à tous les niveaux.

L’homme dominera les frontières du mental lorsqu’il aura compris que la liaison entre ses pensées et la réalité n’est pas continue. Le passage de la lumière par les centres psychiques de l’être est sujet à d’énormes interférences de la part des forces psychiques astrales. Celles-ci utilisent les formes-pensées pour donner à l’homme l’impression d’être intelligent, lorsqu’en fait l’intelligence ne peut être réelle que lorsque l’ego à compris son lien indissoluble avec le double. Ceci est la base de la conscience mentale de l’homme, il en sera un jour instruit pour vivre sur le plan matériel une vie en harmonie avec la réalité, au lieu de vivre une vie en dissonance avec elle.

P. 262

L’évolution protégera l’homme contre les perfidies de la vie astrale inférieure. Elle lui permettra de grandir en envergure et d’établir une fondation solide pour le développement de ses capacités créatives et psychiques. L’homme comprendra que l’invisible œuvrera à travers sa conscience tant qu’il n’aura pas pris le contrôle des forces actives en lui. La vie mentale est un système de communication universel mais polarisé, car l’être n’a pas encore conscience des lois du mental. Il vit sa mentation comme il mange, au lieu de la vivre comme l’expression de forces en lui qui doivent être intégrées totalement afin que sa vie soit parfaite. Les connaissances de l’involution sont nettement insuffisantes à l’évolution de la conscience sur terre. L’homme devra passer à un autre stade de la vie mentale, et regarder profondément dans l’invisible de sa conscience mentale pour y découvrir les principes de la seconde fondation, celle qui donnera le pouvoir sur la matière et l’accès au savoir.

L’évolution de la conscience supramentale exercera un pouvoir progressif chez l’être humain. Cette conscience nouvelle ne pourra pas être indéfiniment à l’écart des grandes masses humaines, car son pouvoir pénétrera graduellement le monde mental de l’homme. Une conscience aussi perfectionnée fera miroiter forcément des principes de vie active et créative que l’homme involutif saura reconnaître dans le temps. Sa conscience inférieure changera et il commencera à vivre selon un mode d’expression vibratoire concordant avec les forces internes de son psychisme. L’ego deviendra un canal de plus en plus perfectionné et l’évolution sera lancée. L’homme admettra que le rapport entre le double et l’ego consiste en fusion d’énergie comparable à l’unification de deux extrêmes limites de la conscience humaine. Il percevra que la vie de l’évolution est nettement supérieure à celle de l’involution, et que ses conséquences sont favorables au développement parfait de l’homme de la terre. L’univers est une multiplicité de plans et de mondes interreliés, dont les facettes multiples se raccordent ou se désaccordent dans la conscience de l’être planétaire. L’évolution de la conscience supramentale corrigera cette situation qui fit de l’homme involutif un être esclave de la vie, et dont les exploits furent la souffrance de l’humanité.

Le cerveau matériel est parfaitement développé. C’est au niveau de son contenu psychique que l’homme à de grands progrès à faire, et ce contenu ne peut évoluer que dans la mesure où l’être sera prêt à dépasser les limites psychologiques de l’ego, reliées à son appartenance à la conscience involutive de la race. L’homme est un être sans identité réelle et permanente, qui ne peut diminuer les influences astrales sur son mental sans le support de sa propre lumière. Sa lumière dépasse en intelligence ce que l’homme peut imaginer.

P. 263

La fondation psychique est en avance dans le temps sur la fondation psychologique, car l’esprit ne traite pas de mémoire mais de lumière. Lorsqu’il pénétrera dans le monde mental supérieur de sa conscience, son contenu psychique évoluera à un rythme croissant ; alors le temps modifiera sa conscience et ouvrira de nouveaux corridors de vie, qu’il pourra enfin pénétrer consciemment afin de passer d’un niveau de vie planétaire à des niveaux de vie et de conscience cosmiques. La valeur de ces nouvelles expériences sera sans limite, car l’extériorisation psychique de l’homme, ou de tout être avancé est l’ultime liberté de l’esprit dans les mondes parallèles. À partir de cette vie nouvelle, l’homme cessera d’être humain et deviendra surhumain, égal aux forces qui dominèrent son expérience intérieure pendant l’involution.

L’évolution marquera le début du déplacement de l’homme dans les éthers supérieurs de vie. Au cours de cette époque, il découvrira les mystères, et ses connaissances anciennes s’évanouiront. Comme il aura intégré les dimensions réelles de son psychisme, il se fraiera un chemin dans la vie mentale et sa conscience s’immortalisera. Les conditions planétaires d’existence cesseront pour lui, et la rencontre de l’homme avec des intelligences extratemporelles donnera à la terre un statut galactique. Le globe cessera d’être une station expérimentale de vie et deviendra un centre d’énergie nouvelle nécessaire à l’évolution supérieure de la vie universelle. L’évolution de la vie mentale de l’homme intégral coïncidera avec la présence sur terre d’un noyau d’énergie créative, qui aura des conséquences majeures pour l’évolution. Le temps nécessaire à l’évolution de l’humanité ira de pair avec les travaux effectués sur le globe par des êtres conscients et intégrés à l’énergie des plans. Cette époque ouvrira un nouveau monde à l’homme, d’où émergeront de grandes possibilités servant à l’évolution des races retardataires, de plus en plus désaffectées par le cycle involutif.

P. 264

L’évolution vers l’individualité intégrale fera partie de la nouvelle époque ; de grands centres de connaissances naîtront au service de l’homme. Le contact entre la terre et les races supérieures annoncera la fin du cycle involutif, et l’humanité sera protégée d’une trop grande détérioration de sa conscience planétaire. Mais aucune aide extérieure ne lui viendra avant qu’elle n’ait fait l’expérience de ses faiblesses profondes.

L’évolution de la terre correspondra à l’ouverture de ses centres éthériques, points névralgiques de la vie parallèle, dont les corridors seront ouverts dans la mesure où l’homme aura accès à un niveau de conscience vibratoire supérieure. Son entrée dans ces domaines de la vie éthérique sera la preuve finale que la vie de la terre est directement reliée à la vie cosmique des sphères. Depuis longtemps déjà, les corridors éthériques de la planète sont liés à des vagues de vies, et répartis vers d’autres points de la galaxie. Ces centres équivalents à des phases de vie laissées derrière par des civilisations qui, voilà très longtemps, ont survécus à des désastres de grandes envergures sur le globe. Ces races sont réparties pour évoluer sur d’autres planètes alors que l’homme lui-même, fils de ces races, dut évoluer à travers les ténèbres de sa propre conscience involutive, jusqu’au jour où le contact sera rétabli sur les plans occultes de la conscience éthérique de la planète. L’homme intégral réouvrira ces centres d’énergie cosmiques, et la domination de la matière se fera selon sa volonté. L’entrée de l’homme dans les cavernes éthérisées de la terre coïncidera avec les bouleversements considérables que devra subir l’humanité. Ces derniers entraîneront de grandes pertes inévitables, car tous les hommes ne peuvent dans un même temps croître en conscience réelle et universelle.

L’involution a abruti l’homme, car ses centres d’énergie étaient insuffisamment développés pour lui donner accès à la lumière. Il dut vivre sur terre en fonction d’une mémoire subjective et subconsciente, colorée par les faces astrales de son psyché planétaire. Il développa ses principes inférieurs, mais ce développement fut insuffisant pour l’acheminer vers le centre de lui-même, car ce centre ne fait pas partie de ses principes planétaires mais de ses principes cosmiques. Or, les principes cosmiques de l’homme ne pouvaient lui être transmis qu’à la fin du cycle présent. L’involution prépara l’homme à un mode de vie qui coïncidait avec les probabilités d’une programmation imposée sur son psychisme animique, force à travers laquelle il put, bon gré mal gré, progresser sans pour autant se conscientiser.

P. 265

 

La conscientisation de l’homme involutif ne devait arriver qu’avec l’ère du Verseau, car les forces cosmiques évoluant au-delà des voiles de sa science égoïque devaient transformer son mental inférieur, hautement mécanisé et conditionné, afin de le faire évoluer vers un mental supérieur libéré du connu.