L’universalité de la conscience supramentale: P 387

Bien que la conscience supramentale soit une conscience universelle, sa manifestation sera laborieuse, car l’homme ne pourra la connaître qu’en établissant une relation avec une onde mentale venue d’un point fixe sur le globe. Si cette onde se déplace avec le temps, son acheminement ne convergera jamais vers une forme collective d’énergie mentale supérieure, et la masse de la civilisation humaine n’en sera jamais consciente. Issue d’une nouvelle intelligence psychique, cette conscience aura pour seul but de faire évoluer les forces involutives, afin qu’elles parviennent, dans un avenir lointain, à l’individualisation totale et parfaite de l’énergie créative intégrale.

L’universalité de la conscience supramentale réfléchira une qualité primordiale d’intelligence de vie provenant d’un corps matériel, et non une forme de conformisme où règne l’homogénéisation du moi personnel, telle qu’elle se présente au sein des sociétés spirituelles ou des religions involutives. Le caractère universel de cette conscience défiera toute définition ; les masses et leurs organisations n’auront sur elle aucun recours, aucun droit, aucun pouvoir. Autant les forces de l’involution avaient servi le pouvoir contre l’homme, autant les nouvelles forces de vie serviront l’homme dans son pouvoir. Ce sera le début de la grande ascension de l’homme conscient vers les hauts sommets de son expérience extrasensorielle et éthérique, sortie qui lui donnera les outils psychiques nécessaires à l’investigation concrète de ce qui fut banni de son expérience involutive : les dimensions interdites.

P. 387

La conscience supramentale ne sera reconnue pour ce qu’elle est que de ceux qui la connaîtront et en vivront la réalité croissante à travers les événements de tous les jours ; son universalité ne viendra pas d’une prise de conscience collective ou d’une diffusion mondiale, mais plutôt d’une origine étrangère à la conscience psychologique de l’homme. Essentiellement, ce qui la caractérisera dans son universalité sera la capacité qu’aura l’homme nouveau d’en utiliser mentalement les circuits universels pour se prévaloir de ses droits à la vie parfaite. Né d’une nouvelle conscience, l’homme ne pourra plus reconnaître aucun pouvoir au- dessus de lui-même, qui émanerait des sphères et l’engloberait par ignorance. La lutte menant à la finalisation de cette condition, donnera à la conscience de l’homme nouveau son universalité. Issue des plus hautes sphères d’énergie mentale, la conscience nouvelle percera les voiles de la conscience humaine et ne sera plus identifiable à la conscience expérimentale de l’humanité involutive. La séparation entre l’homme nouveau et l’homme ancien sera totale, sans précédent depuis l’incarnation de l’homme dans la matière.

La conscience supramentale créera un nouveau foyer de force créative à l’insu des forces mécaniques de la civilisation. Ce foyer grandira avec le temps, jusqu’à ce que son pouvoir soit établit sur le globe de façon permanente, au cours de l’évolution des sixième et septième races-racines, à travers les activités civilisatrices de la régence planétaire. Avec ces êtres qui élèveront la conscience de l’humanité par leurs travaux, la conscience supramentale prendra un grand essor. Celui-ci se produira lorsque l’homme de la terre aura pris conscience officielle de l’homme de l’espace, irrévocablement. Le contact entre la terre et d’autres civilisations sera d’une extrême importance pour l’évolution de la conscience supramentale, car ce contact forcera l’humanité à élever son regard, à élargir sa vision, afin de pouvoir enfin définir ses principes vitaux.

P. 388

L’homme découvrira l’universalité de la conscience supramentale dans la mesure où son esprit se perfectionnera jusqu’à ce que le pouvoir de son niveau mental sur la matière soit assuré. Condition absolue pour l’évolution d’une science universelle renfermant tous les aspects de l’intelligence créative, ce perfectionnement du mental devra tout mettre en œuvre pour l’évolution d’une civilisation libre des forces de la mort. La mort possède un pouvoir tel sur l’homme, que son lien avec elle se traduit dans son impuissance à dicter à la vie sa volonté.

L’universalité de la conscience supramentale est le produit de l’accession de l’homme au pouvoir occulte de la lumière. Cette accession donnera à son intelligence la caractéristique universelle qui lui manque aujourd’hui pour ouvrir les nouveaux chemins de l’évolution, hors des limites d’une existence matérielle impuissante que suit une mort inutile. La conscience supramentale fera découvrir à l’homme que la vie ne doit rien à l’homme, mais qu’il doit plutôt disposer d’elle, car la vie ne représente qu’un aspect de l’énergie.

L’homme nouveau, outillé d’une conscience universelle, saura que les forces de vie dans le cosmos invisible doivent être amenées à une confrontation avec sa volonté, et que ce processus est normal afin que descende, sur les plans inférieurs, l’énergie créative de son esprit. Ce n’est pas à travers une philosophie existentielle que l’homme deviendra roi et maître de sa vie, mais par la confrontation psychique de son moi aux forces qui, depuis toujours, ont eu le pouvoir de gestion sur la vie humaine. Ce pouvoir prendra fin avec l’évolution de la conscience universelle de l’homme nouveau.

Conscience universelle veut dire conscience de l’univers invisible et de ses lois évolutives. L’homme connaîtra les lois de la vie telles qu’elles s’appliquent au niveau de son corps mental, siège de sa conscience. Ce corps doit être parfaitement développé, afin qu’il puisse dans l’avenir diriger mentalement le processus intégral de son évolution personnelle et planétaire. Sinon l’homme demeurera un pion dans le vaste et cosmique organisation des plans invisibles, et il ne pourra jamais accéder à sa propre autorité. Régression impossible, car la lumière de l’homme doit le rendre libre. Comme la vie est une entreprise intelligente et non pas seulement un processus, un rendement de plus en plus créatif est nécessaire pour mener à bonne fin ses activités. L’homme involutif croira que la vie est simplement un processus cosmique sur terre, à cause de la rupture de son lien avec les circuits ou les plans universels.

P. 389

Cette croyance naïve sera ajustée à la lueur de sa nouvelle intelligence, et celle-ci lui donnera accès au pouvoir d’exécution et de planification à long terme, avec l’aide de forces sous son contrôle, orientées pour que sa vie et celle de la planète convergent vers un point commun : l’équilibre parfait des systèmes de vies internes ou occultes, et externes et matériels.

La conscience universelle de la prochaine époque sera d’un ordre si élevé, et les hommes nouveaux connaîtront un taux vibratoire tellement supérieur à l’homme involutif, que la qualité de leur vie ne pourra plus être identifiable. Leur conscience sera trop avancée pour que sa source en soit reconnaissable. Cette nouvelle condition de l’homme fera de lui un être exceptionnel, mais non récupérable par la grille des valeurs humaines de l’involution. Cela constituera sa protection et, dans un même temps, exigera de lui un total balayage de ses habitudes primaires psychosociales contractées au cours de sa vie inconsciente. Il ne vivra plus en fonction de l’humanité, mais en parallèle à l’évolution des systèmes de vies à différentes échelles. Il ne sera plus philanthrope, il travaillera simplement à l’équilibre des forces qui tendent à polluer la vie planétaire de l’homme. Il ne niera pas ce qui est moral, il vivra au-delà de toute forme de comportement pouvant engendrer l’ignorance au nom de la vertu. Sa conscience perturbera ce qui n’est pas conscient et élèvera ce qui est en voie d’évolution.

L’évolution de la conscience humaine vers l’universalité engendrera une condition nouvelle de vie. Seul le temps permettra de le reconnaître, puisque les forces de vie engendrées à travers cette universalité de conscience devront être intégrées avant que l’homme nouveau ne puisse commander avec autorité les sous-plans de la matière. Lorsqu’il pourra le faire, la vie humaine, telle que nous la connaissons, changera à un rythme défiant la plus féconde imagination de l’époque présente, car l’actualisation des forces invisibles émanant de la volonté de l’homme est un spectacle de vie que seul l’homme nouveau appréciera à sa juste valeur. Toute interpénétration d’un plan invisible avec le plan matériel permettra à l’homme de bénéficier de la puissance des forces, qui proviennent de ce plan et en vitalisent la forme. Cette nouvelle condition de vie et de compréhension du phénomène vital créera chez l’homme une autre perception de la réalité, et la civilisation future passera du mécanisme aveugle à l’échange sans fin entre différents plans de l’univers en évolution.

P. 390

La conscience mentale de demain sera universelle et évoluera au-delà de sa condition actuelle; son caractère mental supérieur définira sa qualité de perception et de compréhension de la vie, au-delà de ce que l’homme a pu connaître par le passé. Elle invitera l’être nouveau à tout voir de la vie sur terre et le préparera à comprendre la vie dans les éthers au-delà du plan matériel. Sa compréhension sera à la mesure de son pouvoir de distinguer entre les différents reflets que crée l’ego sur l’énergie de sa conscience. Conscience pure dans le mental veut dire conscience dont l’intelligence est fondée sur l’esprit, et non sur l’âme. C’est cette qualité de la conscience nouvelle qui la rendra universelle, car l’esprit est universel, alors que l’âme n’est que planétaire. Alors que l’âme se sert de la mémoire pour valider son expérience à travers l’homme, l’esprit ne se sert que de sa lumière pour intégrer universellement la vie de l’homme dans une totale expérience cosmique et évolutive.

L’universalité de la conscience supramentale définira le lien entre l’homme et la réalité de l’invisible ; ce lien sera rétabli afin qu’il puisse bénéficier de sa relation créative avec les forces de vies qui évoluent sur d’autres longueurs d’onde de la lumière, et ils veillent à ce que l’homme parvienne à reconnaître leur présence pour pouvoir travailler avec lui sur tous les plans du cosmos matériel et immatériel. Lorsqu’il connaîtra correctement son rôle dans la vie, il commencera à renverser la polarité de son énergie, et bénéficiera de ce qui fait partie intégrante de lui sur d’autres plans. L’homme n’est pas simplement un être matériel ; il possède des attributs d’un autre ordre, qui demeurèrent toujours voilés par l’insuffisant développement de sa conscience mentale. La nature émotive de l’homme inconscient devra être ajustée pour que ses émotions ne fassent pas interférence avec l’harmonisation laborieuse de ses corps subtils au cours de l’évolution. Lorsque nous parlons d’universalité de conscience chez l’homme nouveau, nous faisons allusion à une condition nouvelle du mental humain, donnant à l’homme le pouvoir de découvrir enfin les secrets de la vie à tous les niveaux de sa manifestation.

P. 391

La vie n’est pas simplement un processus de naissance et de mort , elle va bien au-delà de cette limitation. Mais ceci ne sera reconnu que lorsque l’homme aura entamé le dialogue avec l’invisible, à travers un plan mental de plus en plus universalisé et capable de supporter la nature radicalement nouvelle d’une conscience alimentée par l’homme invisible. Tant que l’homme matériel fera interférence à l’homme invisible, l’homme-lumière, le mortel sera forcé de vivre replié sur lui-même, et cette vie ne saura jamais le combler car elle ne sera jamais totale. L’être conscient reconnaîtra les multiples dimensions de sa conscience, et communiquera un jour harmonieusement avec l’homme invisible en lui, lorsqu’il aura dépassé le conditionnement de sa mémoire sur ses émotions. Ceci nécessitera une préparation, car l’homme doit être protégé contre ses propres failles. Celui qui a souffert de la vue pendant longtemps ne peut faire face, sans préparation, à la lumière trop brutale ; ainsi en sera-t-il pour l’être nouveau de la prochaine époque.

La conscience supramentale défera systématiquement ce que la conscience inférieure du mental aura établi, car sa puissance créative sera d’un autre ordre dans le temps. Elle ne le défera que dans la mesure où l’homme aura pénétré les dimensions suprasensibles de sa réalité. Ceci permettra dans un même temps une continuité évolutive de la conscience et la préparation de la nouvelle conscience à des tâches qui coïncideront avec le pouvoir psychique de l’être conscient sur terre. L’universalité de la conscience supramentale sera fondée sur l’apport d’une nouvelle énergie dans le mental humain, liant la conscience à des dimensions du réel non colorées ou limitées par les sens inférieurs. Alors que la fonction des sens matériels est de lier le corps et l’esprit à travers l’expérience, la fonction de la conscience supramentale sera de lier l’esprit à l’énergie. L’homme nouveau bénéficiera d’une double expérience : son corps vibrera à l’énergie de la conscience planétaire, et son esprit vibrera à l’énergie de la conscience cosmique, où la lumière du double servira de pont entre l’infinité et le plan matériel.

L’évolution de la conscience supramentale créera sur le globe un nouveau cycle de vie destiné à donner à l’être l’envergure totale de sa réalité et de la réalité, en le prédisposant à la conquête de l’univers au cours de l’évolution future.

P. 392

L’inévitabilité de la conscience supramentale sera reliée à la manifestation sur le globe d’une nouvelle convention entre l’esprit et la lumière. Cette convention libérera l’homme des voiles de l’involution et lui permettra de créer un ordre nouveau qui reposera sur l’apport de l’énergie de la lumière à l’esprit. Ce processus finalisera le lien entre l’invisible et la matière, et la conscience s’universalisera non seulement par rapport à d’autres consciences terrestres mais aussi par rapport à des consciences venant d’autres parties de la galaxie. Ce sera le début de la liaison entre l’homme et la lumière.

La forme humaine telle que nous la connaissons sur le plan matériel ne représente pas l’homme dans sa totalité. Elle est une composante inférieure de sa réalité et impose à sa conscience matérielle l’impression ultime de sa vitalité organisée. Cette illusion est reliée à des retenues d’énergie que la conscience supramentale récupérera dans l’intégration de l’énergie sur tous les plans de l’homme. Tant que ce dernier vivra sa conscience par rapport à des doctrines de fond, ou aux idées d’une civilisation inconsciente, il ne pourra altérer son taux vibratoire et développer le canal d’énergie nécessaire à la récupération de ses forces psychiques au-delà de sa conscience égoïque planétaire. L’universalité de la conscience humaine tient au fait de son identité universelle et non à une notion spirituelle ou métaphysique de sa réalité. Sans l’apport de sa propre science intérieure, l’homme est totalement habité par les forces psychiques nées de l’involution, et il demeure sujet à de multiples formes de contrôle et de domination sur son être, formes dont la puissance grandit selon la nature de son inconscience. L’universalité de la conscience de l’homme nouveau fera éclater les obstacles psychologiques qui minent l’être et le forcent à vivre par rapport à une masse psychique sans identité intelligente. L’homme intégral reprendra ses droits intérieurs sur la pensée et les idées qui ont par le passé façonné sa personnalité planétaire et neutralisé dans sa conscience le pouvoir de la lumière.

L’homme est un être multidimensionnel. Il a la capacité d’intercepter les hauts plans d’énergie qui font partie de son inconscient, et de faire de ces forces l’ultime outil de forage à travers une infinité inconnue depuis le début de l’involution .

P. 393

Cet infini, inconnu aujourd’hui du terrestre, est bien connu par d’autres êtres qui ont depuis longtemps dépassé le temps de la terre et le niveau de conscience de l’humanité involutive. Ces êtres, selon leur propre niveau d’évolution, ont charge de veiller à ce que l’homme progresse au-delà des frontières du connu pour finalement entrer dans les hauts plans de vie, où toute forme de conscience se doit d’être universelle et sans réflexion égoïque.

L’universalité de la conscience supramentale se définira à mesure que l’homme percevra les mystères de la vie, de la mort et de l’univers en général. L’extériorisation de la pensée créative mettra à défi les mémoires de l’homme, de sorte qu’il se purgera des colorations anciennes de sa conscience planétaire. L’universalité de la conscience et de son énergie le forcera à s’ajuster à des idées non fermées par sa partie involutive. Comme l’ego réfléchi sera forcé de devenir de plus en plus transparent, une énergie mentale plus grande et plus forte brisera les anciennes formes-pensées de l’être aux prises avec lui-même. Tant qu’il sera dans cette ancienne mentalité, l’homme ira à la recherche de lui-même, et le pouvoir de son énergie mentale ne pourra être engendré ; l’initiation solaire de l’homme nouveau ne sera pas à terme, l’être aura encore des choses à apprendre, et il aura encore à se libérer des séquelles du connu enfouies dans des fonds obscurs de sa personnalité égoïque. L’universalité de la conscience supramentale deviendra de plus en plus évidente dans la mesure où l’être lui- même se manifestera de plus en plus réel, sans réflection égoïque subjective. La science de l’énergie, née de l’universalité de la conscience, ne peut exclure de la vie les aspects foncièrement matériels de l’existence, mais elle peut donner à ces aspects une qualité supérieure, dans la mesure où l’ego cesse de colorer sa conscience par le truchement d’une recherche intérieure qui le satisfait psychologiquement. L’énergie de la conscience supramentale ira au-delà des normes psychologiques de l’ego et créera dans la vie mentale un lien inaliénable avec d’autres plans de vie intelligente. Ce lien appartiendra à la nature de la réalité et non au désir psychologique de l’homme face à elle. La réalité ne se commande pas. Elle commande et l’homme nouveau en sera l’objet, le point de fusion, le point de rencontre.

P. 394

L’universalité de la conscience supramentale deviendra évidente à l’homme qui reconnaîtra la pureté vibratoire de sa conscience, résultant de sa dépollution psychologique et psychique. Elle tiendra son autorité non pas de la puissance de ses idées mais de la puissance créative de sa vibration. Le rapprochement de la lumière et de l’ego se fera à travers la distincte vibration de l’énergie, qui ne pourra plus jouer sur le violon de la connaissance car le feu cosmique de la conscience intégrale forcera le retrait de la valeur de la forme en faveur de la pénétration vibratoire de l’énergie derrière la forme. Autant l’homme involutif fut possédé par la forme, autant l’être conscient en sera libre. Sa conscience nouvelle irradiera au-delà d’elle et fera naître dans la conscience l’énergie donnant la réalité sur le plan mental éveillé aux lois de la vibration.

La conscience supramentale créera un schisme entre le passé de la connaissance et le devenir de la conscience. Les êtres qui auront survécu au choc et grandi dans la nouvelle énergie ne se nourriront plus du passé. La mémoire aura été altérée par une vibration plus forte que la forme de la pensée involutive. Ces êtres découvriront en effet qu’une dimension de leur psychisme s’est ouverte sur l’infinité, que seul le temps leur permettra de comprendre à un degré de perfection qui aurait fait de la connaissance involutive une science imaginaire. Alors que l’involution fut entretenue par la réflection égoïque, l’évolution sera fondée sur la perception instantanée de la conscience, éveillée à une vibration provenant des hautes sphères de la lumière cosmique, enfin descendue dans le mental humain pour lui donner une nouvelle envergure créative. La conscience supramentale donnera à l’être ce qu’il a toujours cru impossible mais qu’il lui est nécessaire d’avoir pour la pleine réalisation de sa vie. Elle lui demandera en retour d’être universel dans sa conscience. L’accès aux plans de vie ne peut être acquis par de fausses représentations égoïques. Ces plans sont faits du réel et non des affabulations psychologiques de l’être emmuré dans une enveloppe charnelle incapable de se libérer du sang de la mémoire.

L’évolution du savoir est directement reliée à l’évolution de la pensée objective libre du passé. La mémoire fait partie des besoins subjectifs du mental inférieur de l’homme à la recherche de son identité. Lorsqu’il l’aura découvert, celle-ci perdra sa subjectivité et la conscience vibrera à une longueur d’onde supérieure qu’elle n’a jamais connue.

P. 395

Cette nouvelle énergie universalisera la conscience de l’homme et lui permettra de comprendre parfaitement sa relation avec d’autres plans de la réalité. Ce sera le début de la conscience cosmique sur terre. L’être intégral découvrira que plus il avance dans la conscience des plans, plus il sort de la mémoire de la race. La polarité de la pensée involutive fera place à l’universalité de la pensée créative, érigée sur la fondation de l’identité intégrale de l’homme nouveau.

Les mots n’auront plus la même valeur, car la forme de la pensée sera élevée en vibration et les voiles astraux s’élimineront d’eux-mêmes. Leur élimination permettra à la pensée de la valeur dans la perfection vibratoire de la forme au-delà de la coloration qui a caractérisé l’involution. L’universalité de la conscience humaine sera un fait établi lors de l’implantation de la science cosmique sur terre ; les êtres liés à cette nouvelle créativité feront partie de forces collectives et occultes qui auront un grand rôle à jouer dans la stabilisation future des forces sociales de la nouvelle civilisation.

L’évolution de la conscience supramentale coïncidera avec des événements dont les proportions changeront la vie humaine. Ces événements altéreront les rapports entre les hommes de la terre et les forces extérieures de la vie galactique. L’humanité ne vivra plus dans l’ignorance des étrangers de l’espace. L’universalisation de la conscience mettra un terme aux divisions idéologiques et un grand tremblement dans la conscience des nations accompagnera cette nouvelle époque où l’homme intégral deviendra de plus en plus présent dans l’action créative sur le globe. L’ouverture des plans à la conscience créera un choc dans le monde, car l’homme croit encore qu’il vit sur planète isolée alors que l’univers est un tout inimaginable d’organisation politique et scientifique. Les hommes conscients de la prochaine époque ne réfléchiront plus, ils sauront. Leur savoir sera instantané. La conscience intégrale sera tellement puissante que l’homme nouveau en sera marqué. Au lieu que la connaissance entretienne la personnalité, le savoir fera partie de la personne, et les hommes sentiront l’absence d’égocentricité chez les êtres élevés en vibration. L’ego fera place à une transparence jusqu’ici inconnue et qui ne fut identifiée, dans le passé, qu’à la conscience des plus grands initiés.

P. 396

La conscience universelle servira l’homme à tous les niveaux de son être. Elle fera partie de lui et s’agencera parfaitement à la conscience d’autres êtres tels que lui, qui seront parvenus à un stade d’évolution mentale capable de supporter le vide psychologique du mental inférieur. Elle demandera que l’homme vive le vide psychologique du mental inférieur afin que se place dans son mental supérieur la vibration créative de la lumière. La forme-pensée involutive n’aura plus pour lui d’attrait ; l’homme nouveau vivra par rapport à des dimensions du réel dont l’effet sur le plan matériel neutralisera sa conscience psychologique, siège de sa conscience égoïque involutive. Ceci exigera une grande force intérieure, et l’homme, seul avec sa conscience, ne pourra plus vivre par comparaison ou en fonction des opinions de la conscience ambiante. Sa compréhension de l’évolution et des événements qui y sont rattachés transparaîtra et fera de son intelligence un soleil permanent. L’erreur disparaîtra, car la fusion de la lumière avec l’ego engendrera une nouvelle dimension dans le savoir, qui deviendra de plus en plus psychique en qualité, et de moins en moins psychologique dans la forme. L’homme intégral aura fait de la lumière une dimension du savoir au lieu de vivre de sa coloration, comme ce fut le cas au cours de l’involution, alors qu’il développait une personnalité subjective où il vivait d’une conscience égocentrique. L’homme nouveau vivra sur le plan de la personne intégrale. L’ego subjectif deviendra progressivement plus transparent et l’homme perdra le souvenir de sa vie involutive. L’extériorisation du corps éthérique fera de lui un être de plus en plus magique, capable de vivre par rapport à des ordres de vie ne faisant pas partie de la conscience de la matière.

L’universalité de la conscience supramentale créera dans la vie intime de l’être un pont entre la lumière et l’ego. La science intérieure deviendra précise et grandira jusqu’à se déverser dans la matière, et la science traditionnelle dans le monde prendra fin. Une grande époque de recherche nouvelle s’installera et les bases nouvelles de la civilisation seront établies.

P. 397

 

L’universalité de la conscience sera reconnue dans le monde par l’expression puissante de cette conscience, qui permettra à l’homme inconscient de reconnaître le pouvoir de l’intelligence supramentale. Pour la première fois depuis l’involution, l’être humain reconnaîtra qu’il fait partie d’une race dont l’avenir n’a plus de lien avec le passé, dans le mesure où sa mémoire subjective sera remplacée par le pouvoir créatif de la lumière. L’homme nouveau verra que la lumière veut dire intelligence créative et que cette intelligence, dans son universalité, renverse la polarité de la conscience. L’homme intégral instruira l’homme involutif des relations entre l’esprit et la matière, et les nouvelles évolutions raciales sur terre feront sortir du néant astral la puissance créative d’une race finalement arrivée à son stade de maturité psychique. La conscience supramentale ouvrira la porte à l’infinité pour la conquête de ce qui auparavant avait été exclu de la conscience expérimentale.