La lumière de l’esprit: P 793

L’homme nouveau découvrira que la lumière astrale de l’esprit n’est qu’une fourberie cosmique. Elle l’empêche de reprendre le pouvoir de l’énergie universelle sous son contrôle et elle contient la totalité des probabilités d’échec de l’homme devant la liberté transcendante de sa volonté contre les sphères. La conscience supramentale mettra à jour la subtilité de l’esprit et de son fonctionnement à travers le psychisme humain. Lorsque l’être conscient détruira son rapport psychique avec l’astral, il conquerra la matière et descendra le feu universel sur terre à volonté. Le feu de l’esprit ne sert pas l’homme mais l’esprit dans l’homme, et cette condition cosmique ne sera établie que par la transformation de la conscience au cours de l’évolution de la prochaine race-racine.

L’involution a renversé la polarité de la conscience et changé la qualité de l’énergie humaine. Originalement, l’homme était un être qui possédait les pouvoirs sur les royaumes ; il descendait de la race mentale des géants de l’esprit créatif, énergie qui se souvenait de tout, c’est-à-dire de la totalité de la science des rayons utilisés dans l’univers pour la manifestation du feu cosmique. Lorsqu’il plongea dans le sommeil de l’inconscience, il perdit non seulement ses pouvoirs mais aussi la science de l’énergie, plus grande et plus vaste que la science occulte des sphères. L’évolution lui redonnera la parfaite mémoire, celle qui fait vibrer les sphères et descendre sur le plan matériel le pouvoir de l’homme-énergie.

P. 793

Cette science lui fut retirée par les plus hauts tribunaux des mondes invisibles, car on ne croyait pas qu’il pu contenir une mémoire appartenant jadis aux géants de la création, ces êtres sublimes responsables de la création des sphères spirituelles. Ces dernières furent un échec cosmique monumental, car les esprits ne purent résister au principe de domination, utilisé sur tous les plans pour le contrôle et la domination des êtres en évolution de conscience. La domination devint un test grandiose que très peu réussirent à passer. Les esprits les plus bas furent connus sous le nom d’esprits lucifériens et les plus sages sous le nom d’esprits de lumière.

La conscience supramentale déchirera la voile entre l’homme et le plan de l’énergie cosmique ; ce déchirement remettra en question toute la connaissance de l’humanité face à la réalité de la vie et des sphères spirituelles. D’un point de vie cosmique, l’homme est un être dont la nature est parfaite en soi, et cette perfection fut atténuée lors de sa descente dans la matière, par son incapacité de manifester la fonction universelle de sa nature à partir du moment où le contact avec le double lui fut retiré. Ce n’est pas la faute de l’homme si ce contact lui fut supprimé ; cette décision fut prise par les sphères dans l’espoir qu’il réussirait, avec le temps, à évoluer dans une direction qui convergerait vers leur principe, leur relation avec lui. Cette condition sera dépassée par l’homme nouveau, car non seulement sa relation avec ces sphères spirituelles sera rompue mais aussi parce qu’il reprendra lui-même le contrôle de sa destinée cosmique sur terre avant de passer à une autre évolution. La maturité psychique qu’il développera alors lui donnera accès à une vaste mémoire d’où il comprendra la nature complexe des forces en évolution et pourra leur venir en aide, ce que les sphères spirituelles sont impuissantes à faire à cause des lois de leur temps et de leur monde.

Les sciences occultes de l’involution ont été utilisées par les sphères pour créer un lien avec les forces lucifériennes ou les forces de la lumière. Cette tactique fut profitable pendant l’involution, car l’homme ne possédait pas la force mentale pour élever sa propre conscience au-delà des connaissances qui lui avaient été soufflées par des êtres qui avaient besoin de lui pour survivre cosmiquement.

P. 794

La prochaine époque connaîtra une révolution ésotérique et occulte d’une telle proportion que seuls ceux qui auront la force intérieure nécessaire pourront se libérer du connu et pénétrer dans l’immensité de l’inconnu, fondation première de la vaste mémoire cosmique de l’homme. Cette révolution créera de grands tremblements dans la conscience humaine, mais elle sera la seule porte de sortie possible. Les sphères ne lui révéleront jamais la nature occulte de l’univers dans une perspective conforme à la mémoire cosmique des Melchisédech, les seuls véritables représentants de l’homme sur terre ou sur les autres globes intermondiaux avancés. L’homme nouveau devra vivre une perturbation totale de son psychisme pour enfin pénétrer dans le vaste monde de sa mémoire cosmique. Son alliance avec les mondes spirituels ne fera partie que d’une expérience temporaire jusqu’à ce qu’il ait maté tout ce qui peut le rendre vulnérable à leur lumière. L’homme nouveau représentera un nouveau type d’évolution et sa conscience sera parfaite. L’involution n’aura sur lui aucun pouvoir, et les secrets de la vie auront été révélés sans condition. Une fois ces secrets dévoilés, les sphères seront forcés d’admettre la science nouvelle de l’homme nouveau, car leur évolution en dépendra à long terme.

La lumière de l’esprit est un terme qui devra être compris, car il annule le principe de l’intelligence humaine en faveur de la médiumnité spirituelle, et cette condition est responsable de la détérioration du concept de l’intelligence et de ses mécanismes occultes au cours de l’involution, depuis que les circuits universels ont été coupés entre l’homme et la source. La conscience supramentale révélera que le principe d’intelligence humaine est fondé sur la capacité du cerveau matériel et du cerveau éthérique d’enregistrer les pulsions subtiles de l’esprit par rapport à l’organisation psychique de son moi planétaire. L’élévation de la vibration de cette même intelligence dépendra de sa capacité de transformer ces pulsions en signaux vibratoires capables de neutraliser les aspects conditionnés et inférieurs de son mental pour parvenir à vivre d’une mentalité fondée sur l’absence d’illusion face au pouvoir suggestif des sphères sur sa conscience. Tant que l’homme considérera la lumière de l’esprit comme l’aspect ultime de sa conscience, il n’aura pas compris le rôle de l’esprit dans sa conscience. Il croira que l’esprit est là pour l’aider humainement alors que sa fonction réelle est de le faire évoluer vers une fusion éventuelle, dans la mesure où ce même esprit est suffisamment évolué pour entrer en fusion avec lui.

P. 795

La lumière de l’esprit contrôlera le mental de l’homme tant que ce dernier n’aura pas reconstruit son lien universel avec l’énergie. Cette lumière sera un support temporaire tant que l’être n’aura pas atteint un niveau de compatibilité totale avec l’énergie dont il détient, par son organisation psychique, la clé et le pouvoir.

Cette condition fondamentale changera la vie mentale de l’homme et conséquemment sa vie planétaire qui en découle. L’homme nouveau apprendra les lois de l’énergie et comprendra que la science mentale de ces lois est plus importante face à la conscientisation de son être que la compréhension des lois des mondes spirituels. L’être conscient, dans la mesure où il découvrira le mensonge cosmique, se remplira d’énergie et parviendra à ne plus souffrir sur le plan matériel. Mais il lui faudra voir la subtilité de son esprit avant de pouvoir bénéficier parfaitement de la vie. La lumière de l’esprit est une force dans l’homme qui, d’un point de vue initiatique, a le pouvoir de magnétiser ses corps subtils. C’est la magnétisation de ses corps subtils qui devra cesser éventuellement, afin de le libérer de l’influence spirituelle sur sa conscience. Tant que l’homme sera spirituellement influencé par les sphères, il lui sera impossible de vivre au-delà de la souffrance, car les forces spirituelles ne sont pas ajustées à l’équilibre de la conscience humaine mais à l’évolution de l’âme. Celle-ci demeure la source d’information dont a besoin l’esprit pour maintenir son contact avec l’être matériel. Lorsque l’homme aura suffisamment évolué, ce contact entre l’esprit et l’âme sera neutralisé par la fusion de l’être avec son énergie universelle. L’homme nouveau déchirera les voiles de tous les concepts occultes de l’involution pour jeter sa propre lumière sur les plans invisibles et les lois de la vie.

L’homme nouveau découvrira que ses notions spirituelles sont faussées par la nature même de la lumière de l’esprit et que son seul recours est sa capacité d’intégrer l’énergie du plan mental supérieur de sa conscience. L’intégration de l’énergie finalisera le processus de fusion et libérera l’homme de la lumière de l’esprit, de ses aspects subtilement involutifs.

P. 796

L’homme doit savoir par lui-même avant que l’esprit ne puisse confirmer dans ce qu’il sait. S’il ne sait pas par lui-même, l’esprit sera forcé de retenir toute science du réel, car celle-ci doit être intégrée à la conscience humaine. Elle ne peut lui servir philosophiquement parce que le plan mental inférieur ne peut comprendre ce que le plan mental supérieur sait. L’histoire de l’humanité est une histoire à l’envers. L’évolution remettra tout à l’endroit mais peu d’hommes, dans la première phase de l’évolution, auront la capacité mentale, la volonté, l’intelligence, la lucidité nécessaires pour transformer leur lien avec le monde de l’esprit. Une telle transformation requerra un haut niveau d’évolution, proportionnel à la perfection des principes subtils de la conscience.

L’esprit ne révélera jamais de lui-même à l’homme que ce dernier possède une mémoire parfaite de l’univers. Cette reconnaissance doit être faite à partir de l’homme sans le support de l’esprit. L’esprit le confirmera lorsque l’être conscient aura la force d’en supporter la réalisation. Il n’y a pas de différence entre l’esprit et l’homme, excepté pour le corps matériel. L’esprit est une intelligence en évolution et l’homme est aussi une intelligence en évolution. L’homme et l’esprit se divisent sur le plan du savoir. L’involution a exaucé le savoir de l’homme et a détruit le savoir de l’esprit. Au cours de l’évolution, l’homme entrera dans le savoir universel et l’esprit sera libéré de sa tâche, de son lien suggestif avec l’humain. Ceci donnera naissance à une nouvelle conscience, une supraconscience où l’homme, enfin, sera libre d’exercer le contrôle de son énergie sur le plan matériel, de même que l’esprit l’exercera pendant des millénaires sur le plan égoïque du mental inférieur.

La conscience supramentale reconsidérera tous les aspects occultes de la science de l’invisible pour les mettre en perspective. L’homme sera enfin libéré du phénomène de la philosophie ou de la métaphysique sur la terre. Alors l’homme conscient deviendra libre du connu et pénétrera à l’infini dans la mémoire cosmique, l’énergie de son mental supérieur, énergie absolue et capable de le supporter sur tous les plans de sa réalité. Mais tant qu’il sera un être spirituel avancé et rattaché à l’occulte de l’esprit, il connaîtra une forme ou une autre, qui le mènera à la compréhension éventuelle des mystères de sa réalité. L’homme nouveau mettra fin à son initiation lorsqu’il aura compris les lois de l’énergie à partir de son expérience mentale supérieure, de plus en plus libérée de l’influence de la lumière astrale de l’esprit.

P. 797

Ce sera l’annonce dans les sphères que l’homme réel, le nouveau modèle de l’évolution, est sur terre et que le grand cycle de l’immortalité s’installe selon les lois de l’énergie créative dont il est à la fois le vaisseau et la force.

À ce stade-ci de l’évolution, il est encore difficile pour l’être de reconnaître qu’il possède une mémoire cosmique parfaite. Avec l’évolution, l’homme-lumière entrera dans un nouveau cycle fondé sur sa capacité de ne pas être soutenu psychiquement dans le mental par une forme d’intelligence étrangère à la sienne. Cette condition future fera de lui un scientiste à tous les niveaux de la réalité planétaire et universelle. Comme la vie sur terre en sera transformée, celle de l’homme sera élevée à un statut universel au-delà des conditions de la mort involutive.

L’homme nouveau démasquera l’astral de la lumière car son lien avec elle implique une forme de spiritualité. Cette condition le divise et le coupe de sa mémoire cosmique, son pouvoir naturel. Celui-ci fut retenu au cours de l’involution, parce que les sphères étaient en lutte pour le contrôle de sa conscience. Ce n’est qu’à la fin de l’involution qu’il pourra se libérer de cette condition et de ses conséquences sur sa vie planétaire, grâce au perfectionnement de son psychisme. Mais sa libération ne se fera que dans la mesure où il rapatriera ce qui lui est dû, c’est-à-dire une ouverture totale sur la réalité de son principe créatif. Le principe créatif ou la mémoire cosmique sont une seule et même chose. L’évolution de la conscience supramentale mettra en évidence la relation entre l’intelligence de l’homme et sa puissance créative, qu’il exprime par sa capacité à réduire le pouvoir des sphères et à élever son propre pouvoir naturel en tant que être de lumière.

L’involution a traité l’esprit comme s’il était une quantité incommensurable, psychologiquement et psychiquement irréconciliable avec la dimension mentale de l’homme, alors qu’il représente de façon absolue le fond mental télépathique entre lui et sa conscience cosmique. Le mot esprit n’a pas de valeur réelle pour l’être, car celui-ci n’a pas de notion du réel. Toute référence à l’esprit ne peut que détériorer sa condition existentielle en l’éloignant de la réalité télépathique entre lui-même et l’entité cosmique, dont la fonction évolutive est de faire reconnaître à l’être les coordonnées psychiques nécessaires à la communication universelle sur des réseaux de pensées appartenant au grand œuvre de la pensée créative.

P. 798

L’esprit est lumière, c’est-à-dire que l’énergie dont il dispose à volonté fait partie des forces créatives de l’univers en général. Mais comme il est aussi intelligence, la lumière par laquelle il manipule l’énergie et la forme se reconnaît à la qualité de l’intelligence ; celle-ci est canalisée dans le mental humain pour l’évolution de la race, jusqu’à sa fusion avec le double individuel de tous les hommes arrivés à un statut suffisamment avancé pour bénéficier de sa relation étroite avec l’esprit, partie consciente de l’homme ayant survécu à l’initiation solaire à la fin du cycle présent.

Pour comprendre effectivement l’esprit, l’homme devra réconcilier sa façon ancienne de penser avec la science future du mental universel qui ne fait que commencer à se manifester sur le globe. L’esprit n’est pas une forme intelligente divine ou spirituelle, mais bien un contact objectif avec la réalité cosmique de l’homme. Celui-ci doit mettre de côté le soutien psychologique de l’ego pour s’aventurer dans les domaines occultes de la vie mentale, par le biais de la communication télépathique avec l’esprit, c’est-à-dire le double qui, en relation avec lui, crée un pont entre la matière et l’infini des plans. La fonction créative de l’esprit dépasse la simple spiritualité inculquée en orient et en occident au cours de l’involution, alors que l’homme n’était pas suffisamment intelligent pour communiquer avec le monde mental sans le colorer spirituellement ou superstitieusement. L’homme involutif a tellement spiritualisé le concept de l’esprit qu’il a perdu tout contact intelligent avec lui ; la relation entre l’homme-ego et l’homme cosmique fut brisée jusqu’à ce que sa partie universelle refasse contact avec lui à la fin du cycle actuel. L’esprit est une présence mentale dans la conscience humaine incapable encore de libérer son corps éthérique ; il représente la contrepartie cosmique de son mental, qu’il ne rencontrera que sur le plan éthérique de sa conscience universalisée. L’homme intégral redéfinira la nature de l’esprit ; il comprendra comment cette énergie se fixe dans le mental humain pour en élever le taux vibratoire de la pensée et ainsi faire passer l’ego d’un stade de conscience partielle à une conscience universelle, rendant possible la communication avec les mondes parallèles dont l’esprit ou le double représente la plus haute hiérarchie.

P. 799

L’homme a falsifié la nature de l’esprit en le prenant pour une partie divine de la réalité, alors que toute divination du réel l’assujettissait à une forme de spiritualité, nécessaire et inévitable au cours de l’involution, mais qui sera absolument dépassée au cours de l’évolution de la conscience supramentale sur terre. La prochaine évolution verra naître l’homme cosmique, l’être libéré des mémoires de la race et capable de supporter la totalité de sa conscience créative sans le moindre besoin d’en spiritualiser la forme. À partir de cette époque, l’homme découvrira que la science de l’esprit équivaut à la science venant de l’esprit et, dans un même temps, représente la science de tous les plans affectés par son énergie créative. Le monde de l’esprit est un monde parallèle au monde de l’homme, mais il ne peut se manifester dans une forme que sur le plan éthérique de la matière, dont la contrepartie représente la doublure parfaite de la conscience atomisée.

L’homme n’a jamais pu comprendre l’esprit au cours de l’involution, car la nature de son mental était fortement reliée à des formes-pensées colorées par la mémoire de la race ; son intelligence créative était impuissante à neutraliser les aspects émotifs de cette mémoire, aspects dont l’homme se nourrissait aux dépens de sa conscience réelle. La conscience réelle dépasse les conventions psychologiques de sa culture, car les forces de la lumière, dont l’esprit ou le double représente sur le plan mental l’ultime principe, font partie de mondes dont la mort n’a aucune perception. Le mental involutif ne peut être éclairé à partir de la conscience involutive parce que celle-ci ne peut reconnaître et vivre mentalement le lien universel avec le double. La conscience supramentale permettra à l’homme de revivre le contact télépathique avec l’esprit, mettant fin à toute spéculation sur les dimensions de sa conscience impuissante à se libérer consciemment du connu. Une fois la fusion établie sur le globe, l’homme intégral s’élèvera en vibration et fera le lien avec les dimensions supérieures du cosmos ; le concept de l’esprit sera transformé à jamais dans sa conscience éveillée à sa propre lumière. Le double éthérique deviendra son véhicule de recherche dans les vastes plans qui constituent pour l’humanité involutive la somme totale des mystères. L’ignorance sera balayée de la conscience humaine en fusion et un âge nouveau donnera naissance à une civilisation nouvelle.

P. 800

Pour que l’empire humain s’établisse sur le globe, la nature de l’esprit doit cesser d’être un mystère. L’homme devra développer la science mentale de soi nécessaire à l’évolution de ses principes subtils ; ainsi sa conscience pourra bénéficier de son pouvoir de déplacement naturel et cosmique dans les éthers qui constituent la vaste infinité de la création. Autant le mot esprit représentait pour l’involution un mystère de la vie invisible, autant l’homme intégral fera partie de ce mystère et en fera éclater la forme astrale qui le garda pendant des millénaires éloigné de la source de sa conscience mentale. La seconde fondation jettera les bases d’une nouvelle relation entre l’invisible et le matériel ; la matière n’aura plus d’emprise sur la conscience de ces êtres réconciliés avec la vie. Au lieu d’être simplement une expérience du passage sombre menant à la mort involutive, la vie sera une extension de ses pouvoirs naturels vers des dimensions si vastes que la mort ne pourra plus éclipser la nature réelle de sa vitalité universelle et infinie.

Le contact entre l’homme et les civilisations de la galaxie trahira le grand mystère de l’évolution de la terre et de son humanité ; les hommes pourront, pour la première fois, ressusciter les morts qu’ils auront aimés, car le pouvoir de l’esprit fera partie de la conscience des cellules de l’homme intégral. Jamais plus l’humanité ne reviendra en arrière, jamais plus elle ne se perdra dans les circonvolutions de son ignorance cyclique et historique. L’histoire n’existera plus. La mémoire pour la maintenir et la développer aura été remplacée par une activité créative qui fera du temps le nouvel allié de l’homme ; le passé n’existera plus puisque l’infinité fera partie de sa conscience, et la vie créative sera constamment un devenir de plus en plus perfectionné, jusqu’à ce que l’homme n’ait plus besoin de son corps matériel. Il évoluera dans son enveloppe éthérique et la race humaine disparaîtra physiquement de la terre, pour commencer son évolution jupitérienne, où elle découvrira la raison pour laquelle fut créé le système solaire, à une époque où les constellations n’étaient que des vents chauds dans un vide cosmique libre de toute création.

P. 801

L’évolution de la conscience supramentale forcera l’homme à reconnaître l’esprit de façon objective, tout comme il avait appris à reconnaître les différents processus de vie qui soutiennent les royaumes de la terre. Sa vision de la vie sera globale et nulle partie de l’ensemble sera cachée à son intelligence ; il aura changé sa nature et repris sa place dans l’ordre des choses. La civilisation telle qu’il la vit aujourd’hui fera partie d’un temps où les hommes n’étaient que des enfants aveuglés par l’expérience de leurs sens et incapables de supporter la réalité de leur conscience, donc impuissants à bénéficier de leur pensée créative et objective. Le concept de l’esprit n’existera plus pour l’homme ; il ne pourra plus penser subjectivement à l’égard de ce qu’il connaîtra. Il ne pourra que communiquer, et sa communication sera d’un ordre parfaitement télépathique ; ainsi la voyance de l’homme intégral sera parfaite, le passé et le futur deviendront pour lui un seul et même axe de temps. L’homme de la prochaine époque aura le pouvoir de prophétiser sur les moindres événements de la vie, car celle-ci ne fera pas partie de son expérience mais de sa maîtrise absolue sur les énergies du double en fusion avec lui. Son véhicule sera atomisable et lui donnera la possibilité de travailler dans d’autres temps, dans le grand secret de la fusion éthérique que connaîtront ceux qui auront dépassé la mort astrale. La fusion éthérique fera de ces êtres des immortels ; ils auront pour fonction dans l’univers local d’ajuster les formes de vie en évolution, afin que la terre reprenne le souffle qu’elle aura perdu à la fin du cycle de l’involution.

Le mystère de l’esprit n’existera pas ; l’homme pourra enfin travailler en étroite relation avec son double, sa contrepartie cosmique et éternelle. Cette union assurera la permanence de la race mentale sur le globe et l’élévation de la terre à un statut politique universel, qui établira sa station stratégique importante dans l’évolution future du système solaire et des mondes qui lui sont extérieurs. Libéré de la spéculation philosophique et théologique sur l’esprit, l’homme intégral réunira en lui-même les sept principes de vie faisant partie de tout être ayant conquis la crainte de l’absolue et de ses valeurs involutives. L’esprit utilisé par l’homme involutif aura simplement fait partie de la programmation astro-psychologique pour aider à supporter la solitude de son expérience planétaire.

P. 802

Libéré de cette illusion par la fusion, il incorporera la totalité de sa conscience et fera naître dans l’univers la science de l’absolu à l’échelle de son pouvoir créatif. Il avancera dans cette science à mesure qu’il pourra supporter ce qu’il saura de l’infinité, devenue son alliée ; celle-ci représentera une dimension sans fin, où la lutte de l’homme uni à l’esprit se poursuivra contre les courants plus lents d’énergie, qui doivent être élevés en vibration afin que la puissance créative de la conscience en fusion puisse donner naissance à de nouvelles formes de vie, sans modèles enregistrés dans les archives de l’univers local. Les mondes nouveaux créés par la fusion de l’homme et de la lumière feront partie des dimensions parallèles que les anciens avaient vainement perçues à travers la voyance spiritualisée de l’astral.

Débarrassé des voiles de l’esprit et des conventions humaines face à sa réalité, l’homme intégral prendra possession, en tant qu’être éthérique, de domaines plus vastes que l’univers local, et les âmes chercheront à retourner à l’éther de la terre, car les forces involutives n’auront plus de rôle à jouer. L’homme se sera élevé en vibration, à partir de la couche éthérique du globe. La puissance de l’homme sera la mesure de son esprit. Les forces évolutives de l’empire humain seront plus grandes que tout ce qui fut enregistré par le passé dans l’univers local. Comme la révolution cosmique sera entamée, les hommes évolueront dans le temps qui ne sera plus celui de la terre mais celui de l’éther de la terre, qui dans son ultime fonction à servi d’enveloppe durant la longue période d’enfantement de l’humanité. Ayant compris la nature de l’esprit et étant en relation étroite avec lui, l’homme intercédera pour la terre et fera d’elle un paradis.

Pour que l’homme comprenne l’esprit, il devra traverser consciemment le plan astral de la mort. Avec la conscientisation de son principe mental supérieur, l’esprit deviendra la source créative du cerveau éthérique et donnera à l’homme l’accès absolu aux plans invisibles qui sous-tendent sa réalité matérielle et psychique. L’esprit fait partie des mondes parallèles et sa lumière véhicule sa puissante vibration à travers les mondes. Par son mouvement, la lumière jaillit et crée le halo de sa forme. Sans celui-ci, l’esprit demeurerait invisible à l’homme, car sa forme serait indiscernable.

P. 803

La prochaine évolution permettra à l’homme nouveau de vivre en étroite relation avec le double, car son halo aura été formé dans le centre même de la conscience mentale de l’être, où se situe la totalité de sa force créative. Une fois le halo du double ou de l’esprit formé et fixé dans la partie frontale de l’homme, ce dernier exercera son droit de vie sur les royaumes inférieurs et manipulera la matière de façon créative et totalement volontaire ; cela sera sans effort et sans perte de forces psychiques, contrairement à ce qui fut observé chez les médiums ou les sensitifs de l’involution, qui répondent à des vibrations émanant de l’âme plutôt que de l’esprit. L’homme intégral vivra du mouvement vibratoire de l’esprit sans condition ; son pouvoir sera parfait, total et pur, absolument libre des voiles égoïques. Rien ne pourra l’assujettir, il sera libre de l’approbation ou de la désapprobation de la science mécaniste, car il ne fera plus partie de la conscience de la cinquième race-racine, responsable d’un point de vue karmique des chocs de la fin du cycle.

L’évolution élèvera la conscience à un niveau où l’esprit cessera d’être simplement une manifestation extratemporelle. La fusion du double avec l’ego greffera aux principes subtils de l’homme une nouvelle fonction créative, panache de la race mentale. Le corps éthérique servira de pont entre la matière et l’invisible. Pour la première fois depuis l’involution, la conscience sera universalisée. Le double s’unira à l’homme et la conscience matérielle ne sera plus l’ultime dimension d’expérience. Matière et esprit unifiés, la supraconscience connaîtra la lumière des plans et l’homme se déplacera à volonté dans son corps éthérique, il étudiera la science de la matière et de ses sous-plans. Il établira ainsi sur le globe une seconde fondation évolutive, qui rendra la race mentale libre de toute interférence astrale au cours de l’évolution future de la terre. Ayant finalement compris objectivement la réalité de l’esprit, l’homme dévoilera les secrets de l’invisible et la conquête du temps fera partie de l’ascension de l’homme vers les domaines élevés de la conscience cosmique. Le double servira de puissance à l’être et ce dernier servira de véhicule à l’esprit. Comme l’axe universel sera formé entre l’homme et les sphères, l’immortalité deviendra la nouvelle dimension de l’expérience au-delà de la matière. Les forces psychiques de l’homme seront à l’œuvre et la vie terrestre ressemblera de plus en plus à la grande beauté poétique de l’astral, qui avait attiré les âmes au cours de l’involution. Le ciel sera remplacé par le paradis terrestre et les morts cesseront de perpétuer leurs propres illusions à travers la conscience humaine.

P. 804

 

Les forces psychiques grandiront dans la mesure où l’homme deviendra objectivement conscient de l’esprit ou du double. Tant que ce dernier demeurera une projection psychologique de l’ego, l’homme sera contre sa puissance et ne pourra en intégrer la force. L’homme nouveau devra se protéger contre l’esprit ; il apprendra à en démystifier et à en intégrer l’énergie, afin que le corps éthérique se façonne de plus en plus à la réalité de sa fonction. Tant que l’homme ne pourra utiliser son corps éthérique, l’esprit demeurera une contrepartie de lui-même au lieu de devenir sa connexion cosmique, son aide-lumière dans l’éther mental de sa conscience éthérisée.