La race du surhomme: P 561

L’évolution verra naître une nouvelle conscience, dont la puissance créative éclairera d’une lumière différente la conscience humaine libre de ses liens avec l’involution. Cette époque permettra que s’affirme enfin la liberté de l’homme face à l’emprise de l’astral. Les siècles qui suivront la fin du cycle ne ressembleront guère à ceux qu’aura connus l’humanité millénaire, car l’évolution de l’homme sera rapide. La conscience nouvelle protégera l’homme contre les forces qui veillent à le garder dans l’ignorance crasse et profondément occulte de l’involution. Cette époque révolutionnera l’esprit dans l’homme et lui permettra de reprendre le terrain perdu lorsque les intelligences de la forme décidèrent, au cours des époques déjà révolues, de laisser l’homme libre d’évoluer sans leur lumière, pour qu’il vive le mystère qui devait l’englober pendant des millénaires de souffrances planétaires.

L’avenir de l’être conscient sera rempli de la gloire de l’homme et de sa puissance créative réelle. Jamais la terre n’aura connu une si grande division entre les forces qui lui auront donné naissance. Elle ne connaîtra plus le passé de son involution, car l’homme aura brisé les chaînes de l’esprit astralisé, qui avait auparavant déjoué son intelligence jusqu’à l’englober dans des mystères subtils à travers des attitudes spirituelles à la découverte de la vérité. De cette nouvelle alliance entre l’homme cosmique et l’homme matériel naîtra le fils de la lumière, dont l’apogée n’aura de comparaison que sur les plans évolués de l’univers local.

P. 561

En naissant sur terre, le surhomme ensevelira toutes les formes anciennes de l’inconscience planétaire, redonnant à l’être humain la possibilité d’exercer son droit de vie et de mort sur sa conscience inférieure, afin de contrôler les excès d’influences dirigées contre lui par des intelligences non encore libérées du conflit original entre les forces de la lumière et les forces retardataires.

Cette race du surhomme ne fera pas partie de la catéchèse ésotérique de l’involution, puisqu’elle sera le produit de la fusion de l’esprit et du corps matériel. Ce n’est qu’en fonction de cette fusion que cette race s’élèvera en conscience au-dessus des races involutives, et les liens entre elles seront rompus. L’évolution de la supraconscience fait partie de la descente des grandes forces de l’avenir, et aucune forme de connaissances ésotériques involutives ne permettra à l’homme de comprendre la relation étroite entre ces forces et les gouvernements invisibles qui siègent au-delà de la vision humaine actuelle. La race du surhomme représentera la totalité de l’énergie de l’homme, élevée à un plan vibratoire dorénavant lié à l’actualisation de la vie sur terre, à partir d’un corps nouvellement développé, appelé le corps éthérique ou le corps de lumière.

Le surhomme représentera l’échelle d’évolution normale de l’avenir. Même si le niveau réel de sa conscience demeure insaisissable pour l’humanité, cette conscience profitera à l’ensemble des hommes et ne reflétera sous aucune forme la conscience involutive. Son intelligence se rapportera à des degrés trop élevés de science cosmique, rendant impossible le dialogue philosophique entre cette race nouvelle et les races involutives. La nature réelle de l’homme s’intégrera à lui dans sa lumière originale, comme elle avait déjà été établie avant sa descente dans la matière, par les esprits ou les intelligences de la forme qui sont responsables de l’évolution des espèces biologiques à travers l’univers. L’espèce biologique humaine représente un des grands progrès de la science de la lumière sur les plans évolués de la forme, et elle devra retourner à la lumière après avoir connu l’ignorance la plus profonde au cours de l’involution. Le processus d’ignorance temporaire a été utilisé dans le but de préparer graduellement le terrain pour l’évolution future d’une race capable de contenir en elle-même la lumière, sans que ses couches d’énergie animalisées n’interfèrent avec le plan global de l’évolution de la terre.

P. 562

La conscience du surhomme sera créée en lui, elle ne sera le résultat d’aucun effort égoïque et fera partie intégrale de sa réalité. La race du surhomme n’appartiendra plus aux races involutives. La conscience nouvelle servira les desseins de l’évolution, et non plus les desseins de l’inconscience humaine. Le surhomme ne représentera que des buts évolutifs d’un nouvel ordre, totalement détachés des intérêts égoïques que connurent les races anciennes, peu importe leur niveau d’évolution spirituelle. La vie n’aura plus le même sens pour cet être nouveau, car il verra ce que les hommes ont depuis toujours désiré voir et connaître : le visage réel de l’invisible. Cette vision de la réalité transformera l’homme nouveau en un être de lumière, dont la vie sur terre propulsera l’évolution de la race humaine vers de nouvelles connaissances et de nouvelles utilisations de l’énergie.

La race nouvelle ne s’éteindra pas. Elle poursuivra son évolution et conquerra les domaines de la vie que les anciens avaient laissés, par impuissance et ignorance, aux mains des forces que l’homme nouveau pliera à son service pour l’évolution de la terre et de ses nations. Le surhomme sera un être dont l’intelligence sera à la mesure de l’évolution de son esprit. Pour la première fois depuis l’incarnation de l’homme dans la matière, il lui sera possible de voir son double face à face et de s’entretenir avec lui par une communication dont le pouvoir créatif servira à l’alimentation de son cerveau matériel.

Autant l’homme involutif avait, par crainte, respecté les dieux, autant le surhomme sera respecté des sphères, car il aura supporté la vision du feu qui détruit. N’ayant plus la crainte des dieux, il travaillera avec l’invisible qui attend depuis longtemps que l’homme prenne sa place au sein de la vie. La nouvelle conscience universelle transformera la conscience des nations. Les pouvoirs psychiques de l’homme nouveau seront la merveille des peuples ; la science, la première, avouera ses limites alors qu’une nouvelle science apparaîtra sur le globe pour transfigurer les efforts de l’homme ancien, dans tous les domaines de sa vie matérielle.

P. 563

Le surhomme détruira les illusions nécessaires de l’involution, supportées par les religions et les différentes philosophies. Il aura compris les mystères. Après lui, jamais l’homme ne sera asservi par les forces de l’invisible ; l’équilibre entre l’invisible et le matériel sera établi pour la plus grande émancipation de l’homme de la terre.

L’homme-lumière sera l’inévitable produit de l’évolution de l’homme-matière. Rien ne pourra retarder ou empêcher cette évolution, car les forces de l’intelligence se manifesteront sur terre et leur puissante lumière mettra fin à l’ignorance de la conscience involutive. Autant il fut ignorant par le passé, autant l’homme comprendra dans l’avenir. Les voiles de sa conscience involutive s’effaceront, et sa conscience sera totale.

La naissance du surhomme n’est pas un concept racial, mais une mutation de la conscience humaine ; elle représente ce que l’homme doit être, et ce qu’il fut depuis le début de sa création. L’être humain fut créé à l’image de la lumière, mais cette image dut perdre de sa clarté au cours de l’involution pour devenir libre dans l’exercice de sa puissance créative à travers la fragile enveloppe matérielle. Il fallut des millénaires pour que l’homme se développe et que son mental devienne réceptif à une nouvelle énergie de la conscience universelle. Le surhomme sera le prototype de l’humanité future. Il sera le modèle évolutif de l’humanité, et les siècles à venir verront naître une grande population de ce nouveau modèle de vie, qui travaillera en parallèle avec les forces invisibles de la vie. La vision éthérique fera de lui un être dont la conscience dépassera les limites de la sensorialité, pour le plonger dans le mystère des dimensions parallèles, qui furent mystifiées par ignorance et devinrent une grande source de crainte et de superstition chez l’être involutif.

L’être nouveau sera à la mesure de sa lumière, et non à la mesure de sa conscience subjective. Sa lumière, c’est-à-dire son intelligence créative, sera sa puissance et couvrira la totalité de son expression humaine. L’homme intégral donnera beaucoup à l’humanité, car la vie lui livrera ses secrets. Les anciens ont perçu la venue du surhomme, mais leur conscience fut troublée par les courants astraux de l’involution ; de graves erreurs de perception furent à la source même de grandes illusions mystiques, ésotériques et politiques face à ce phénomène cosmique sur le globe.

P. 564

Le surhomme naîtra dans le silence de sa propre conscience, et non dans le chahut ou les cris de guerre de l’homme possédé par l’astral. Aucun gémissement ne troublera ce silence, car la vie qui vient vers l’homme est une vie nouvelle, libre de l’inconscience des peuples ou de leurs chefs. La naissance du surhomme sera un phénomène occulte, dont la trame se passera entre l’invisible et le mortel. Aucune intervention planétaire ne saurait donner à la terre ce que seules les forces de vie évolutives peuvent lui octroyer. La lumière ne vient pas de la terre ; elle vient d’ailleurs, et descend vers la terre, pour donner naissance à ses fils.

La naissance du surhomme troublera la conscience de l’homme, car les forces développées en lui ne feront plus partie du passé de l’humanité ; ce qu’il saura ira à l’encontre de ce qui aura été pensé. Comme la révélation sera trop grande pour l’homme involutif, ce dernier sera troublé dans son esprit. Mais le processus se fera ainsi, car la vie renverse la mort et toute lutte contre elle est vaine. Le surhomme ne transigera point avec les idées des hommes. Sa force sera grande et les preuves trop abondantes pour le discours philosophique. Au cours des siècles, les hommes évolueront et prendront connaissance de grandes choses. Ils ne verront plus la vie comme par le passé, et ne seront plus influencés par la conscience collective de leur nation, de leur race, de leur culture. Ils passeront de la personnalité à la personne, et verront que la vie est grande lorsqu’elle est harmonisée au pouvoir de la lumière de l’homme. Ceci marquera la fin de la sixième race-racine, et le début de la dernière des races de l’homme; la septième, celle qui le libérera pour toujours du fardeau du corps matériel.

La prochaine race-racine sera une race mentale et une extension matérielle de la cinquième sous-race. La force créative des plans supérieurs se fera sentir à travers la conscience de l’homme, ce qui fera de lui un produit universel de l’évolution galactique. Celle-ci veut que l’énergie des races supérieures soit transférée dans une race longuement préparée à son réenlignement vis-à-vis des forces productrices et génératrices des mondes parallèles, qui ont atteint un point maximal sur la courbe évolutive et ne peuvent plus progresser à cause de la faillibilité de l’intelligence des races inférieures non fusionnées avec l’énergie de l’esprit.

P. 565

L’évolution de la terre doit prendre place à l’échelle de l’univers entier. Ceci dépasse l’imagination de l’homme involutif mais fera partie de ce que l’homme nouveau découvrira de la réalité présente au-delà des plans matériaux et astraux de sa conscience. L’évolution de la vie dans l’univers ne dépend pas de l’homme mais de son esprit, et cet esprit n’appartient pas à la liaison spirituelle que l’homme a entretenue depuis des millénaires avec le plan astral ou lunaire. Tout esprit ou race pure en évolution de conscience et de science, qui traite avec une race-support telle que l’humanité, doit réunir en elle-même les aspects de cette même humanité, et dans un même temps, en être totalement libre afin de veiller à son développement dans la descente de l’énergie vers la planète ressource. C’est le cas de l’homme et de sa relation de fusion éventuelle avec le double, contrepartie de lui-même sur un plan où l’énergie de l’intelligence n’a point besoin de support matériel pour se manifester à travers le temps et l’espace. Cette énergie fait partie des forces de la lumière dont l’homme, dans sa forme originelle, fut le produit créé mais non matérialisé.

La race du surhomme supportera l’unification de l’esprit et de la matière, ce qui aura pour but de renforcer dans l’univers en général le pouvoir des forces ascensionnelles contre les forces descendantes. Le surhomme n’appartiendra plus à la conscience de la terre mais à la science de la terre nouvelle, et sa conscience deviendra libre dans tout l’univers. L’homme sera libéré de son lien avec l’astral de la planète, et la fusion de l’esprit ou des races pures avec lui créera un nouveau véhicule d’évolution dont le pouvoir dans l’univers local sera sans égal. Il sera totalement libre du phénomène ovni ou extraterrestre, qui servira à consolider la conscience humaine involutive sur terre lorsque la planète entrera dans son cycle d’expansion mondiale à tous les niveaux. Mais les étrangers de l’espace ne pourront faire contact officiellement avec la terre, tant et aussi longtemps que la Régence planétaire ne sera pas établie sur le globe de façon absolue. La Régence planétaire protégera l’humanité contre l’asservissement des forces étrangères, dont l’homme ne pourra comprendre le plan universel à cause de la limitation psychologique de son ego involutif conditionné par la mémoire de sa race. L’universalité du phénomène ovni créera un choc dans le monde et une nouvelle forme de religion universelle remplacera les religions d’autrefois ; mais elle ne durera que quelques temps, car de grands chocs bouleverseront la terre, qui se fendra en deux dans son enveloppe éthérique.

P. 566

L’évolution de la terre à la fin du cycle présent représente la plus grande aventure de l’humanité depuis le début de son expérience sur le globe. L’homme nouveau, le surhomme, cet être incomparable à l’humanité involutive, amorcera la prochaine époque de façon foudroyante, en fonction d’une énergie nouvelle. La prochaine ère traduira fidèlement la nouvelle réalité de l’homme, et ce dernier produira une nouvelle civilisation dont le principe moteur sera celui de l’alliance avec les planètes. Il est encore trop tôt pour que l’homme puisse entrevoir de tels changements dans la vie du globe, car ceux-ci ne peuvent se présenter que dans la mesure où l’humanité pourra les connaître avant de passer à un niveau de conscience supérieure. Au cours de cette époque naîtra le surhomme, le fils de l’homme, un être dont la conscience ne sera plus limitée par l’appareil psychomatériel de l’involution ; celui-ci servira à la conscience en un véhicule pouvant, à long terme, supporter la grande lumière de la vie universelle. Le surhomme engendrera sur la terre des merveilles ; son mental ne sera plus lié au mental de la race mais élevé en vibration sur le plan mental, où l’intelligence des races pures pourra enfin s’enregistrer sans aucune obstruction à l’évolution des sciences universelles. C’est de cette nouvelle force mentale sur terre que naîtra la possibilité créative de l’homme réel, arrivé à la fin de son parcours et prêt à la reconstruction de la civilisation selon un mode créatif qui répondra aux besoins réels d’une humanité qui se chiffrera, dans ses débuts, à un très petit nombre d’êtres.

Le surhomme sera un être à double conscience ; il aura accès à l’éther de la vie et à la matière à la fois. Cette double conscience confirmera son statut universel d’être libre. Il participera à l’évolution de la vie systémique et sa conscience planétaire ne se restreindra plus dans l’évolution des forces de vie faisant partie de sa conscience intégrale. Son évolution sera soumise à des lois d’énergie mentale convenant à sa nouvelle structure psychique, fondée sur l’apport énergétique des races pures et sans formes à sa conscience créative. Ceci marquera la seconde fondation de l’empire humain sur terre et dans les éthers de la vie.

P. 567

Tant que l’humanité ne deviendra pas un empire en lui-même, les forces mentales de l’homme ne seront pas établies et les forces de l’involution demeureront encore puissantes à travers la conscience des races involutives qui auront commencé à dépasser le cap de l’involution cyclique de la terre. Le surhomme correspondra à une nouvelle forme de vie mentale, qui aura pour but d’élever le principe mental de la terre. La conscience établira la suprématie de l’homme sur la matière. Celui-ci veillera à l’évolution de la conscience de la terre et, dans un même temps, instituera son rapport avec les royaumes de la terre afin de se créer une vie correspondant à ses facultés intérieures cosmiques. Les royaumes seront sous son contrôle, car il aura élevé sa conscience au-delà de celle des forces qui, depuis toujours, ont exercé leur mainmise sur l’évolution des royaumes inférieurs et le sien.

La terre n’est pas un globe subordonnable, et les intelligences qui y détiennent le pouvoir de vie ne font pas partie des règnes minéralisés de la lumière. Leur conscience parfaite doit, à long terme, fusionner avec la matière de l’homme. Les forces cosmiques, dont la lumière fut minéralisée au cours des éons, ne sont aucunement intéressées à l’homme, car il représente à long terme l’épuisement de leur pouvoir. Les forces astrales misent leur évolution sur la perdition de l’homme, alors que les forces de la lumière fondent leur évolution sur la fusion avec lui. Cette différence est absolument importante à la compréhension de la destinée des sphères et des races. Tant que l’homme n’aura pas atteint une maturité suffisante sur le globe, il ne pourra comprendre sa relation avec les forces de la lumière ; il sera forcé de vivre sous le joug de la manipulation des forces astrales sur sa conscience, soumise aux lois de la mémoire subjective, celles de l’extinction à long terme. La mémoire subjective évaluée d’un point de vue universel n’a pas la même valeur que celle que lui donne l’homme mécanique sur la terre. Du point de vue cosmique, la mémoire sert à maintenir l’homme dans l’impuissance de son évolution ; elle sert les forces de l’involution, car elle n’est pas elle-même créative mais purement mécanique. Cette mécanicité de la mémoire fossilise la conscience humaine et éloigne l’homme de ses pouvoirs créatifs.

P. 568

Le surhomme vivra sur le plan mental supérieur de sa conscience ; la mémoire subjective de la race ne servira plus qu’à retenir l’information secondaire de sa conscience, alors que l’information primaire lui viendra du double. Comme la science évoluera au-delà de la mémoire actuelle de l’évolution, l’homme traitera de la matière et de l’énergie selon le pouvoir visionnaire de sa conscience créative. Il vivra et créera au-delà de sa conscience réflective, qui fit de la mémoire mécanique la plaque tournante de sa fonction psycho-intellectuelle.

L’homme intégral veillera à l’exécution de la conscience cosmique sur terre. Il aura le pouvoir de transporter sa conscience à volonté, car sa vie débordera de la simple actualisation de son appareil psychomatériel. La conscience le suivra à travers le mouvement créatif de sa lumière et il verra instantanément ce qui doit être corrigé dans l’évolution du globe et de ses races. Il réinventera la vie qui, par le passé, s’est mécanisée sous le joug des forces descendantes. La manifestation de la lumière sur le globe établira une nouvelle dimension de vie et l’homme servira de nouveau modèle d’évolution. Le surhomme mettra un terme à l’esclavage de l’homme, puisqu’il aura la capacité de composer avec les événements cosmiques de la terre, qui coïncideront avec l’évolution de la planète, et le surhomme en sera parfaitement conscient. La terre future ne ressemblera plus à la terre actuelle : les forces de vie dans l’univers se seront incorporées à sa conscience et l’homme en comprendra le dessein. Le surhomme passera à travers les cataclysmes et pénétrera dans d’autres dimensions du temps et de l’espace, réservées auparavant aux races supérieures. Le surhomme ne sera pas un phénomène de mutation biologique mais de mutation psychique, qui entraînera une réorganisation de la conscience cellulaire à partir des vaisseaux de lumière qui serviront à protéger des grands froids futurs un certain nombre d’êtres ; grandes ressources humaines avancées et vouées à la continuation de l’évolution de la conscience sur le globe.

P. 569

Le surhomme permettra à l’humanité de ne pas périr dans la phase finale de la grande terreur. À cause de lui, les forces extraterrestres devront venir en aide à l’humanité pour en préserver les éléments les plus sains. La prochaine évolution permettra d’évaluer le rôle cosmique de l’homme sur la terre. Une nouvelle distribution des forces évolutives engendrera une forme de relation entre le pouvoir politique terrestre et celui de la Régence planétaire. Cette dernière modifiera le comportement politique des nations à cause du lien étroit entre ce corps de lumière et les forces galactiques soumises à sa gestion dans l’évolution de la terre. L’avenir démontrera que la réalité est plus grande que la fiction. L’homme ne sera plus limité à une conscience emprisonnée dans son appareil psychomatériel. Celui du surhomme sera perfectionné à la mesure de la révolution que connaîtront les affaires de la terre, à partir de plans qui furent considérés auparavant par les hommes comme faisant partie du domaine des dieux, alors qu’ils font partie de la vie cosmique en général. La conscience de l’homme est constamment en évolution et son chaînon manquant est le surhomme, l’être intégral dont la conscience s’amplifiera selon le mode d’évolution de l’énergie supramentale. Il sera une composante terrestre et cosmique de l’homme, et ne peut être évalué qu’en fonction du choc futur que l’humain connaîtra lors du dévoilement des dimensions cosmiques du réel interplanétaire.

L’homme évoluera mentalement lorsqu’il aura dépassé le niveau idéologique de son mental inférieur, qui le garde prisonnier des formes mentales créées par une humanité sans identité. Celle-ci ne peut indéfiniment vivre sans identité, en dehors de la réalité cosmique de son évolution. Une telle aliénation sera tolérée jusqu’à ce qu’un noyau planétaire soit suffisamment développé pour établir le contact avec l’éther, dimension du mental qui permettra à l’homme de comprendre l’infinité du cosmos politique et créatif. Le phénomène du surhomme transfigurera la conscience de la planète, car celui-ci ouvrira la porte de l’instruction universelle dans tous les domaines de la science. Le surhomme stabilisera l’humanité dans son évolution. Il offrira des réponses créatives à des problèmes jugés insolvables en apparence. Les nouvelles forces politiques du globe s’unifieront dans un plan d’évolution commun, que les forces politiques involutives ne purent créer faute de contact entre l’homme et les intelligences supérieures de la galaxie. L’avènement du surhomme fera naître dans la conscience l’idée que l’univers se rapproche de la terre. Les problèmes humains appartiennent à un ordre entretenu par la petitesse de l’esprit involutif.

P. 570

Les forces politiques de la terre ont créé, au cours de l’involution, une grande instabilité entre l’homme et les forces sociales qui, historiquement, sont devenues le médium d’évolution de la conscience. Cette condition sera profondément altérée lorsque la terre et les races de l’espace entreront en contact actif. Les forces sociales seront alors soumises à une expérience nouvelle, car l’apparition sur le globe d’une autre conscience instruira l’humanité des liens absolus qui existent entre la terre et les planètes extérieures à son système planétaire. Le surhomme systématisera les grandes forces de la terre et les engendrera dans une nouvelle ouverture à l’extérieur de sa sphère expérientielle.

Le surhomme fera partie d’une humanité engagée dans la lutte contre l’ignorance à tous les niveaux de la vie planétaire. Il représentera, tant dans le domaine de la science que dans celui du comportement, l’élément essentiel à la composition créative de la vie planétaire. Il fera transparaître les éléments cosmiques de la vie interplanétaire, arrivée depuis longtemps à l’intégration de l’énergie et de la conscience. Son implantation enrichira la vie et introduira l’humanité à une nouvelle vision de l’infinité peuplée d’intelligences, de races et de mondes avancés. Le surhomme fixera l’humanité de façon permanente dans la vision de l’avenir, car sa présence sur le globe deviendra de plus en plus unie à l’évolution des nations. Sa vie deviendra inséparable de celle de la terre et, dans un même temps, elle est totalement libre.

La conscience du surhomme apparaîtra à la fin du cycle involutif. Elle créera le choc nécessaire afin que l’homme en arrive à un développement mental suffisamment avancé pour pouvoir supporter rationnellement la réconciliation de la vie cosmique et de la vie planétaire. L’humanité a vécu pendant des millénaires sous l’illusion de son expérience particulière, alors que d’autres systèmes de vie veillaient en silence à l’équilibre de forces humaines. La venue du surhomme transposera cette condition et l’humanité, enfin, pourra connaître le passage d’un niveau de conscience psychologique inférieure à un niveau de conscience psychique supérieure. Cette dernière investira l’homme de son droit à ne plus supporter les formes inférieures de conscience qui trahissent la nature de son être pour le plonger dans les ravages d’une vie sans puissance.

P. 571

Tant que l’homme aura besoin de preuves pour réaliser que le cosmos est habité et pluraliste dans sa composition évolutionnaire, son esprit sera fermé à la lumière et il devra attendre les temps nouveaux pour connaître la dislocation psychologique que créeront les grands événements de la terre. Le surhomme sera le premier à reconnaître la destinée de la terre et de l’humanité, au-delà des conventions instituées par la petite philosophie du petit homme. Il vivra mentalement au-delà de ce que l’humanité, dans ses plus grandes heures, aura rêvé de connaître.

Le surhomme mettra fin au règne de l’ignorance, car son lien inaliénable avec la lumière des mondes de l’intelligence sera étroit. Il reconnaîtra qu’ils ont supporté l’esprit de l’homme depuis son incarnation dans la matière. Le contact sera rétabli entre l’homme et sa source, et la nature du mental en sera totalement transformée. L’intelligence du surhomme sera instantanément créative et marquera toutes les facettes de la vie planétaire institutionnalisée. Cette nouvelle intelligence crèvera l’œil aveugle de l’involution et fera naître l’esprit de lumière dont l’humanité fut très longtemps dépourvue. Ce sera le siècle de la grande lumière, que les plus grands êtres n’ont jamais parfaitement et objectivement comprise car elle fait partie d’un autre temps. L’univers est matériel et paramatériel, constitué de globes et de sphères d’influences ; il s’étend au-delà de la matière connue vers les grands abîmes de lumière dont fait partie l’intelligence en tant que principe universel et force créative. Le surhomme comprendra ces dimensions du réel, et l’intelligence qu’il apportera à l’humanité dans son mouvement lui permettra de remplir le rôle créatif qui incombe à tout être libre de l’ignorance et ne partageant pas ses formes inférieures.

Le surhomme apportera à la terre l’espoir d’une nouvelle évolution, d’une nouvelle forme de vie et d’une nouvelle orientation de la conscience évolutive. Comme il servira d’intermédiaire entre les races de l’espace et l’humanité, les gouvernements de la terre seront conscients de sa présence et de ses pouvoirs sur la matière mentale et matérielle. Les puissances créatives du cosmos le reconnaîtront dans une mesure égale à son statut universel. La lumière sera son signe, son sceptre, sa puissance. Il vivra d’une vie qui s’harmonisera avec la nouvelle vague qui déferlera sur le globe de façon absolue et sans condition.

P. 572

 

Le surhomme interviendra dans l’évolution de la terre pour le bénéfice de l’homme et non pour celui des étrangers de l’espace. Il sera l’ultime bouclier de l’homme contre des intelligences trop avancées pour lui. Il commandera le respect absolu de sa conscience, car il en aura le pouvoir absolu. Les mystères de la terre n’auront plus d’emprise sur son mental, puisque la conscience cosmique de l’homme intégral s’avérera le dernier des chantiers de vie développés par les forces de la lumière qui évoluent au-delà des systèmes de vie matérielle. Le surhomme protégera l’homme contre l’influx brutal de civilisations extérieures. La proximité de vie avec ces mondes lui permettra d’étendre l’influence de la Régence planétaire au-delà des conditions imposées par la suprématie mentale et technique d’autres civilisations. L’homme de la terre fut esclave de l’involution mais ne le sera pas d’autres systèmes de vie venant vers la terre, car le surhomme sera en voie de conquérir le plan mental de la conscience cosmique. Le phénomène extraterrestre fera partie de l’expérience de la terre mais non pas de l’expérience du surhomme ; ce dernier aura un statut universel supérieur à toute race matérielle et étrangère. Comme il n’entretiendra plus de liens historiques avec l’humanité terrestre et les humanités extraterrestres, sa vie sera un nouveau modèle d’évolution, fondé sur la fusion de l’énergie in extremis, dont la puissance réelle remettra en question la relation de la terre avec les autres planètes systémiques.