La supraconscience: P 629

La supraconscience

 

L’évolution future de l’homme élèvera la conscience à un niveau d’intelligence qui, en dépassant le seuil psychologique du moi, deviendra une supraconscience permettant à l’homme de communiquer étroitement avec le double. Il établira ce rapport dans le but de comprendre objectivement l’organisation invisible de la vie, et d’en saisir les mécanismes qui alimentent la conscience humaine à tous les niveaux de sa manifestation. Cette supraconscience différenciera totalement l’homme évolutif de l’homme ancien, car il comprendra que la vie dépasse dans son mouvement l’aspect totalement mécanique qu’on lui prête. La supraconscience dissipera à tout jamais les doutes psychologiques à propos du moi, quant à sa nature et à son essence. Ceci permettra à l’homme une communication directe avec le double et marquera un retour intégral du pouvoir naturel de l’homme sur l’entendement des choses.

La supraconscience rétablira sur terre le pouvoir de l’homme, qui lui fera comprendre parfaitement l’origine de la vie, ainsi que son évolution personnelle et systémique. Ce savoir sera une conscience profonde, incontestée et incontestable, fondée sur la réalité psychique de l’homme, et non sur ses spéculations philosophiques. Pour la première fois depuis l’involution, l’homme conscient du double bénéficiera de la certitude de ce qu’il sait, à travers une communication prépersonnelle continue et sans faille, ce qui lui donnera la certitude de savoir que sa science n’est pas colorée par un moi artificiel.

P. 629

Le moi psychologique n’est pas réel, de sorte que l’homme recherche constamment, à travers les ténèbres de sa conscience, les réponses qu’il ne connaîtra que lorsqu’il aura pris conscience de sa contrepartie lumière, son double. La psychologie classique a fait l’erreur de croire que la substance de l’homme était son moi, alors qu’elle est son double, le moi ne représentant que la partie vitale de l’intelligence et non l’intelligence elle-même. L’intelligence réelle est énergie, alors que l’intelligence humaine en est la partie colorée, vitale, s’imprimant dans le corps mental inférieur de l’homme ; mais comme il n’est pas conscient du double, son intelligence est colorée par les reflets de l’âme ou de la mémoire sur le plan mental. Ainsi, l’homme inconscient ne peut jamais avoir la certitude de ce qu’il sait et ne peut aller aux confins de sa réalité, car la nature psychologique du moi l’empêche de connaître de façon absolue tout aspect de sa conscience. Le moi, selon lui, ne peut être doté d’une qualité absolue puisqu’il demeure essentiellement expérientiel, donc limité. Mais le double n’est pas expérientiel, et lorsque l’homme nouveau saura communiquer avec lui, le moi s’élèvera au- delà de la qualité psychologique de la connaissance et accédera à l’infinité du savoir.

En comprenant à tout jamais l’invisible, la supraconscience apportera à l’humanité des connaissances universelles qui enrichiront les groupes de connaissances idéologiques, car sa puissance de révélation sera sans limites devant l’infinité du savoir. La science de la vie sera totale et parfaite ; les hommes tourneront leur regard vers une science profonde et occulte de la matière et de la vie, au lieu de passer le reste de leurs jours à la recherche interminable de notions spéculatives sur la nature de leur existence. Libéré de la recherche intérieure, l’être conscient construira solidement sa science, et gravira l’échelle évolutive, armé d’une parfaite compréhension des lois universelles.

Les peuples et les nations évolueront en fonction d’un savoir libre des différentes forces ou pouvoirs qui cherchent à manipuler l’homme par le biais de leur propre ignorance. Le pouvoir politique ou religieux sur l’homme sera éliminé, car l’homme nouveau vivra de ce qu’il saura, et non plus en fonction des autorités inconscientes de sa civilisation.

P. 630

La supraconscience définira la réalité par rapport à la lumière de l’homme conscient, et nul ne connaîtra la division, car tout contact avec le double est universel. Ce sera le début sur terre de la conscience universelle, tant recherchée par les hommes depuis le début de l’involution ; recherche vaine car la psychologie supramentale nécessaire au déblocage de la conscience n’apparut, sur le globe, qu’à la fin du vingtième siècle. Cette psychologie nouvelle et évolutionnaire invitera l’homme à franchir le corridor étroit et sombre de l’involution. Mais la mémoire de l’homme étant ce qu’elle est, la communication avec le double ne sera pas facile au début, car le moi subjectif a tendance naturellement à croire, alors qu’il devra s’habituer à savoir. Processus difficile car, par le passé, la société a toujours été le porte-parole de la connaissance subjective, alors que l’homme inconscient en devenait le bouc émissaire. Au cours de l’évolution de la supraconscience sur terre, l’homme nouveau supportera seul ce qu’il sait. La supraconscience ne sera jamais collective. Elle fera partie d’une nouvelle évolution de la conscience humaine, jusqu’à ce que l’homme soit parfaitement individualisé. C’est le contact entre l’homme et le double qui créera cette individualisation intégrale, et formera une nouvelle alliance entre la lumière et la matière.

Le terme supraconscience signifie non seulement conscience supérieure, mais aussi universelle, c’est-à-dire une conscience capable de traiter sur un même pied d’égalité avec d’autres intelligences venant de l’extérieur du système solaire. La différence fondamentale entre la conscience involutive et la supraconscience de la race nouvelle résidera dans sa capacité de vivre et d’évoluer sur le plan de l’intelligence créative, plan de sa connexion directe avec le double individuel. Elle permettra à l’homme de participer créativement à la science du double, donc à l’instantanéité du savoir. Cette science infuse fera partie intégrale de la nouvelle conscience, et l’homme supraconscient ne vivra plus simplement en fonction de la mémoire mécanique de l’ego, malgré le développement poussé de celle-ci à la fin de l’involution. La mémoire mécanique demeurera, mais sera dépassée par un très vaste accès à un savoir indéterminable, né de la fusion entre le mortel et le double. Ainsi, l’homme-lumière ne vivra plus sur le plan de la personnalité, mais sur celui de la personne réelle, par rapport à sa liaison universelle avec le double.

P. 631

L’homme de l’involution peut difficilement s’imaginer être deux niveaux à la fois dans un, car son moi est forcé de se réfléchir par le biais de la pensée purement subjective. Celle-ci disparaîtra graduellement de la conscience nouvelle pour laisser l’homme totalement libre de vivre sur les plans inférieur et supérieur de sa conscience.

L’homme découvrira que sa conscience se situe à deux niveaux différents d’expérience : le premier étant la manifestation de son moi psychologique, forme illusoire mais tangible de sa conscience matérielle, le second se situant sur un plan supérieur de sa réalité, qui donne à ses sens et à la valeur psychologique de son moi la portion d’intelligence dont il peut supporter de lumière, selon son niveau d’évolution mentale. L’homme nouveau connaîtra donc simultanément deux niveaux de conscience, alors que l’homme ancien n’en connaissait qu’un. Cet homme de la prochaine époque vivra de plus en plus simultanément les deux aspects de sa vie car, à la mesure de sa fusion, grandira la conscience de sa deuxième vie. Il reconnaîtra concrètement cette autre partie de lui-même qui évolue au-delà de la matière, sur un plan dit éthérique pour le différencier du plan astral. Dans la fusion de ces deux niveaux, ou plans de conscience, il connaîtra le pouvoir de la lumière sur le plan matériel, et changera le cours de sa civilisation après la fin du présent cycle, qui arrive à son terme.

Pour que l’homme nouveau puisse supporter en lui-même deux niveaux simultanés de conscience, il faudra que les lois de la conscience humaine lui soient expliquées, afin qu’il ne soit plus dupe des forces astrales en lui. Celles-ci saisiront volontiers toute occasion possible pour lui faire croire qu’il est en contact avec le double et retarder son évolution. Voilà pourquoi les hommes de l’avenir, qui instruiront l’homme involutif sur les lois de la conscience humaine, devront être avancés dans leur processus de fusion avec la lumière. Ils devront être suffisamment intelligents des lois de la vie pour ne pas succomber aux doctrines ésotériques ou occultes de l’involution, qui ont gardé l’homme dans l’ignorance des lois de la lumière en lui présentant le côté astral de la connaissance.

P. 632

L’évolution de la conscience humaine à un niveau universel du réel permettra à l’homme d’intégrer les forces de vie afin de ne plus jamais être esclave de l’existence. La conscience nécessaire à une telle transformation de la vie s’instruira d’elle-même des valeurs de la vie et de ses connaissances profondes, que seule une conscience parfaitement individualisée peut intégrer. La conscience collective encore trop primitive de l’homme involutif ne pourra s’élever au-delà de son état actuel tant qu’elle demeurera collective. La supraconscience individualisera parfaitement l’être, alors que la conscience mentale inférieure le collectivise et lui voile son identité.

La supraconscience mettra un terme à la division intérieure de l’homme. Pour la première fois, il sera libre de toute influence psychique sur la structure psychologique de son moi. Cette liberté nouvelle le dégagera des liens émotifs qu’il entretien avec la connaissance subjective et collective de sa civilisation. Il fera enfin ressortir du plus profond de lui-même ce savoir infini qui appartient à sa science universelle. La supraconscience ne contestera rien de l’involutif ; elle ira simplement son chemin, et sera vécue intérieurement et individuellement. Ayant réalisé que le savoir fait partie de sa lumière, l’homme ne cherchera plus autour de lui un support à ses réponses. Il les aura de lui-même, et ira les chercher dans le fond de sa conscience éveillée. Libéré des systèmes ancien de l’est ou de l’ouest, il s’avancera sur son propre sentier, et d’autres se joindront à lui avec le temps, dans un mode identique et universel. L’universalité sera reconnue parmi eux et l’harmonie régnera.

La conscience supramentale témoignera de la réalité de l’homme et de sa vie. Jamais l’involution n’eut conscience de la réalité, car la conscience humaine fut bâtie sur la mémoire collective ; l’homme ancien n’a conscience que de ce qui lui a été imposé de l’extérieur, et cela explique la division de son être et l’imperfection de son intelligence. La vie involutive de l’homme fut un fardeau existentiel dont il ne sut jamais se libérer, car sa conscience avait déjà été vendue à l’ignorance. Il ne put jamais connaître les secrets de son être violé dans sa conscience la plus intime, et ne put saisir la dimension réelle de son moi.

P. 633

Chaque nouvelle génération d’hommes a fait avancer lentement la conscience de l’humanité, mais à un rythme lent, et à travers une myriade de nouvelles illusions issues de l’imperfection de son intelligence, car celle-ci était incapable de supporter son propre savoir universel. À la fin du cycle, ce processus sera renversé, et de l’homme ancien naîtra l’homme nouveau, se définissant lui-même et par lui-même, et définissant la réalité de l’invisible selon son contact intérieur et universel avec le double.

La supraconscience de la nouvelle époque consistera à pénétrer de plus en plus dans les mystères de la vie, afin de les rendre intelligibles et sans prétention spirituelle. L’univers est un monde à plusieurs dimensions, et l’esprit éclairé de l’homme nouveau aura accès à toutes ces dimensions puisque l’esprit est en dehors de la forme. Mais l’homme devra apprendre à rejeter ce qui n’est pas réel en lui, afin de pouvoir bénéficier de la lumière de son esprit, car la mémoire est puissante et l’homme en est l’esclave puisque la totalité de son intelligence y est subordonnée.

L’évolution future de l’humanité donnera à l’homme sa raison d’être sur la planète terre, bien au-delà de toute justification qu’il a pu construire par le passé, matériellement et psychiquement, en tant qu’être intelligent et sensoriel. La conscience nouvelle ouvrira grandes les portes de l’inconnu, et fera de la terre une planète renouvelée. L’homme découvrira que la terre ne pourra lui appartenir que lorsqu’il aura compris les lois de la vie, écrites sur les murs de sa conscience supérieure. Elles sont éternelles et ne seront jamais sujettes à changement au cours de l’évolution intelligente de l’espèce.

Le devenir de l’homme sera le produit de la fusion de son énergie mentale avec celle de l’esprit ou du double. La descente sur le plan matériel d’une énergie cosmique, dont l’intelligence sera perceptible à l’homme, mettra un terme rapide et final à l’involution de l’intelligence. Une supraconscience éclatera dans le monde, qui aura pour fonction créative le rêve de l’humanité. Jamais les hommes n’auront autant réalisé, dans la période récente de leur histoire, que les plans invisibles et le plan matériel peuvent être pontés par une conscience intégrale humaine. Le grand rêve de l’homme s’accomplira et l’évolution future prendra un rythme de croissance grandiose.

P. 634

La supraconscience donnera à l’être conscient les pouvoirs sur la matière, nécessaires afin de lier la terre et la galaxie dans une alliance que les pères de la race auront forgée dans une souffrance initiatique et solaire. Le soleil deviendra le centre même de la vie éthérique de l’homme nouveau, et la conscience éthérique de la terre sera unie à cet astre pour la première fois depuis l’involution. La supraconscience de l’homme lui permettra de comprendre que le système solaire, dans ses aspects matériaux, ne représente qu’une partie de sa réalité et que tous les astres qui le composent sont en réalité des demeures où évoluent des intelligences de hauts niveaux vibratoires n’appartenant pas à la vie matérielle ou au monde de la mort. Ces êtres appartiennent uniquement au royaume psychique de l’esprit, à des mondes sans attaches avec le monde de la matière, mais se servant d’elle pour infuser et fixer leur énergie créative. Ces mondes sont les forces créatrices de l’univers local.

La supraconscience sera transmise à l’homme à un certain point de son évolution psychique, lorsque la Régence planétaire aura commencé à se manifester sur le globe. Quand cette conscience servira de pont entre l’invisible et le matériel, l’homme pourra œuvrer pour établir la seconde fondation de son évolution galactique. Il ne sera plus ce qu’il fut. Il deviendra totalement autre, et sa conscience renversera les lois de la polarité à tous les niveaux de l’organisation cosmo-matérielle, car elle libérera la matière de la domination des forces élémentales. Les corridors éthériques de la terre seront réouverts et l’astrologie planétaire, cette subtile programmation de l’homme, cessera ; elle sera remplacée par la puissance créatrice de l’être en fusion d’énergie avec l’invisible, dont la nature aura été démystifiée et intégrée à la conscience supérieure. De grandes ouvertures se feront dans la conscience de l’homme, et les forces créatives du système solaire seront à sa disposition. La supraconscience deviendra pour la terre une nouvelle dimension de la vie et tous les règnes seront sujets à sa puissance créative. Les royaumes créés au cours des époques primaires de la planète seront ajustés à la conscience nouvelle, afin de permettre une plus grande possibilité d’évolution des forces inférieures qui avaient dénaturalisés la conscience de l’homme. Libéré des lois de la matière il se verra forcé d’interférer créativement avec le patrimoine génétique de certaines formes de vie inférieures, certes utiles au cours de l’époque primaire, mais qui cesseront de l’être au cours de l’évolution à cause des nouvelles vagues de vies créées à partir des plans éthériques de la terre.

P. 635

Ces nouvelles vagues de vies donneront naissance sur le globe à des formes parfaitement autonomes, capables de vivre de leurs propres énergies au lieu de vivre par rapport à des royaumes qui leur sont inférieurs en puissance. Les percées de la supraconscience dans les centres éthériques de la conscience mentale permettront à la terre de se débarrasser de certaines formes de vie, rendues inutiles depuis l’accession de l’homme à la science invisible de la vie. Il jugera de ce qu’il veut garder sur terre et neutralisera ce qui ne sera plus nécessaire. Les plus hautes formes de vie demeureront mais toute forme de carnage entre animaux cessera, car les formes élémentales travaillant sur les plans psychiques du monde animal auront été remplacées par de nouvelles énergies créées par le pouvoir de la conscience éthérique. Il est difficile à l’homme inconscient de comprendre comment la création a pris place au cours des âges. Le concept de l’évolutionnisme biologique n’est valable que dans la mesure où il tente d’expliquer les conséquences génétiques de la création, mais non les forces créatives et intelligentes de cette même création. La supraconscience sera une addition à la créativité de l’esprit sut la terre, car cette dernière s’unifiera à la volonté de l’homme.

La supraconscience permettra à l’homme de se débarrasser complètement de sa mentalité involutive, afin que sa conscience future ne puisse plus se diminuer face à l’impossible ou l’infini. Elle fera partie de l’impossible et de l’infini comme elle fait partie du possible et du fini. Puisque la mort n’existera plus chez les hommes de la nouvelle race mentale, les royaumes déjà existants seront raffinés dans leur conscience et la conscience intégrale deviendra parfaitement harmonisée à la conscience des royaumes. Le concept de la beauté de la forme sera à la mesure de la supraconscience intégrée à l’énergie créatrice. Rien ne lui sera impossible, car les forces élémentales seront sous son contrôle : l’organique et le matériel répondront à sa volonté. Au cours des âges, la conscience cosmique transformera le visage de la terre. Elle ne ressemblera plus à ce que fut la conscience au cours des âges passés.

P. 636

Quand le rôle créatif de l’homme sera établi sur la planète, les forces de vie obéiront à sa volonté au lieu de répondre à des plans architecturaux commandés par les hiérarchies cosmiques qui créèrent la terre et son environnement pluraliste. La fusion de la conscience de l’homme avec le double raffinera la création et établira de nouveaux barèmes de vitalité correspondant à la science née de cette fusion. L’homme comprendra alors que la création cosmique des périodes primaires résulte d’une manipulation de l’énergie par des intelligences répondant à des besoins de puissance mais non à des besoins d’harmonie. Les forces créatrices cosmiques qui mirent en marche la grande machinerie de la création verront leur création s’élever en perfection lors de la fusion de l’homme avec la lumière. Cette période réfléchira le besoin qu’a le cosmos d’unifier les royaumes au lieu de les diviser contre eux-mêmes, afin de les prédestiner à l’immortalité de leur intelligence au lieu de la mort de leurs formes. Naîtra alors le règne des forces de vie, à partir duquel tous les royaumes de la terre s’uniront dans une perfection si grandiose que leur modèle de perfection servira à la création de nouveaux mondes dans la galaxie. Le royaume planétaire et animal fait partie de la grande expérience de la terre, seule planète dans l’univers où ces formes ont été matérialisées au cours de l’époque primaire. La supraconscience permettra finalement à l’humanité d’engendrer ailleurs dans la galaxie des formes de vie qui n’existent que dans les archives de l’univers. La réussite de cette grandiose expérience cosmoscientifique conduira l’homme à apporter dans l’univers la beauté de la terre.

La supraconscience représentera la finalité de l’évolution mentale de l’homme et correspondra au besoin cosmique des planètes éloignées qui ne vivent que de science sans pouvoir de fusion. La fusion élèvera la science cosmique au-delà des plus grandes conquêtes, car elle représentera l’ultime lien entre l’infinie intelligence de l’énergie et les royaumes qu’elle a créés. Cet axe universel élèvera la conscience mentale des autres civilisations et les libérera de leur isolation cosmique et de leur appartenance à des temps dont la nature même fut la cause de leur immortalité. Les civilisations extérieures à la terre sont immortelles parce qu’elles ont découvert le secret de l’énergie, mais elles ne possèdent pas la clé qui donne accès à la vie totale, celle de l’entrée dans les corridors qui mènent au centre même de l’univers. Leur science est encore voilée par des formes de savoir qui font de ces êtres des prisonniers de la science de l’énergie.

P. 637

Tant que les hommes cosmiques seront prisonniers de la science de l’énergie, ils ne pourront se libérer des forces gravitaires de leur univers local et ne pourront comprendre totalement la science de la force, car elle est unique à la fusion. L’énergie dans l’univers ne représente pas la science mais sa manifestation, alors que la supraconscience de la terre sera la force elle-même. Elle sera la force et toute science découlera de sa manifestation éthérique et primaire.

L’homme sera divinisé, uni à l’infini de la force, et jamais plus sa conscience ne pourra diminuer. Elle grandira au rythme du temps de cette force et créera dans l’univers de nouveaux paradis.

La supraconscience sera libre de la pensée qui représente un niveau inférieur de la conscience. La pensée humaine est colorée par les sens et ne peut représenter une valeur intégrale et indivisible à travers l’homme. Pour cette raison, il doit retourner au monde de la mort avant de comprendre que la vie ne fait pas partie de la surface de la terre. La surface de la terre est l’antichambre de la vie. L’éther de la terre est le temps de la vie et l’espace de la conscience intégrale. Le corps éthérique de l’homme nouveau, libre des sens du corps matériel, sera le véhicule de son expression sur les plans galactiques de l’univers local. L’évolution de la conscience déterminera le pouvoir de l’homme sur terre, sa capacité d’engendrer des forces créatrices qui libéreront sa vie de l’engrenage que crée l’inconscience sur son rendement, sa fonction vivante d’être en évolution. L’évolution de l’homme sera liée à l’ajustement de ses forces psychiques et de son être matériel. La supraconscience se manifestera pour donner à l’homme un accès à des dimensions de vie appartenant à la réalité de la vie, telle qu’elle doit être vécue à partir du moment où l’homme cesse d’être un animal intelligent pour devenir un être intégral et créateur.

P. 638

L’intégration des pouvoirs psychiques de la supraconscience constituera l’événement clé de la vie de l’homme nouveau ; ces pouvoirs lui permettront de mettre en marche une suite d’événements qui, au cours de l’involution, furent impossibles à cause de la dissociation de ses champs de force. Ceux-ci ne peuvent être unifiés créativement que dans la mesure où les forces psychiques de l’être ont cessé d’être assujetties à la vitalité de l’âme. Ces forces doivent être reprises sous le contrôle de l’ego, dont le terminal mental supérieur a été transmuté, élevé en vibration afin que l’énergie du double puisse être canalisée parfaitement à travers le véhicule éthérique de l’homme. La supraconscience est la manifestation directe de l’énergie du double à travers l’ego, sans interférence de la part des forces psychiques involutives de l’âme, qui retardent l’évolution de l’homme au profit de l’évolution de son propre plan. L’homme découvrira que les plans de vie sont interdépendants et que la vie humaine constitue un terminal pour ces plans, de sorte que l’intelligence humaine, sans en être consciente, se laisse complètement manipuler par les plans inférieurs au lieu de se fixer ou fusionner avec les plans supérieurs, qui n’ont aucun lien avec le monde de l’âme ou de la mémoire. La supraconscience sera une nouvelle dimension de la vie mentale de l’homme et correspondra à l’inévitabilité de la fusion, réunion des pôles extrêmes de sa réalité. Les pôles intermédiaires, liés aux plans de la mort, seront éliminés de sa conscience. Il exercera finalement le pouvoir créatif qui lui permettra de remettre de l’ordre à travers les événements programmés par les influences des planètes du système solaire local. L’homme découvrira que le système planétaire joue un grand rôle dans l’évolution de la programmation des événements, sur une échelle de temps qui dépasse en entendement la conscience involutive. Il verra que le système solaire local répond à des besoins évolutifs d’ordre expérientiel et que seule une supraconscience peut éviter intégralement ce qui est fixé par la programmation astrologique.

Les forces psychiques de la nature demeureront incontrôlables à partir du plan matériel tant que l’homme n’aura pas compris les lois sous lesquelles elles opèrent. L’univers n’est pas fait à l’image que veut bien s’en faire l’ego inconscient et spirituel. Une supraconscience réelle, percée du mental humain au-delà des voiles égoïques, est essentielle à l’évolution de la vie et de la science.

P. 639

Les mécanismes astrologiques ou astropsychiques qui maintiennent l’évolution des royaumes à l’intérieur d’une programmation, font partie des mystères de la vie sur terre, que l’homme comprendra un jour totalement, pour se dissocier des forces involutives qui l’ont gardé prisonnier du fluide cosmique de l’éther astralisé de la vie, fluide qui constitue la base servant l’évolution de l’âme. L’âme est une force virulente de la conscience. Elle pousse l’homme à vivre des actions totalement contraires à ce qui lui convient parfaitement. Même si la vie ne lui convient pas, il n’a pas d’autre choix que de s’y plier. L’homme ne se plie pas à la vie, c’est elle qui se pliera à ses besoins réels. Ceci demandera une supraconscience, une force intérieure fondée sur la science réelle des lois psychiques, derrière lesquelles se cachent les voiles de l’âme.

L’homme intégral et en fusion de conscience fera la gestion de sa vie. Il ne la subira plus. Il la pliera à sa volonté et le forcera à répondre à ses besoins. Sa volonté et son intelligence seront parfaitement axées sur le pouvoir créatif de la fusion. Le psychisme humain est une facette subtile de l’énergie planétaire régie par des lois involutives, ces lois d’expérience qui font de lui un être incapable de faire surgir en lui-même la force de sa conscience créatrice. Cette force n’est pas liée au courant de sa conscience astrale mais à la canalisation de sa conscience mentale qui elle, en retour, appartient à sa conscience cosmique, partie éternelle de son véritable moi.

Les doctrines ésotériques involutives sont incapables d’expliquer à l’homme l’évolution de son mental supérieur ou de sa supraconscience, car cette dernière ne peut naître que de la fusion de la lumière avec l’ego, plaque tournante de l’activité psychique et cosmique à travers l’être planétaire. Cette plaque tournante de l’ego doit pivoter dans la bonne direction pour que ce dernier vive à la mesure de sa destinée ; sinon, il sera forcé de vivre à la mesure de l’expérience karmique. L’homme a une destinée cosmique et créatrice ou une destinée planétaire et involutive. Dans les deux cas, il sert de véhicule à des forces.

P. 640

 

Dans le cas de l’involution, ces forces font partie de son passé ; dans l’autre, elles font partie d’un devenir entre ses mains. Il peut ou ne peut le faire naître dans la mesure où, égoïquement, il est près ou éloigné de sa source. L’homme doit connaître les lois de la vie parfaitement s’il veut jouir de la vie parfaitement. Il ne s’agit pas pour lui de se promener incessamment sur la rivière du temps et de l’expérience. La supraconscience de l’être intégral fera de lui un être à part, parce qu’il aura compris que la vie se vit par rapport à ce qu’il sait d’elle et non par rapport à ce qu’elle lui impose de connaissances par programmation. Les forces psychiques de l’être doivent être récupérées et remises au service de l’ego conscientisé. Ce processus exigera que la conscience perde ses voiles pour conquérir les sommets de la fusion, ces grandes possibilités d’échange entre l’ego et le double dans une perspective inégalée de croissance sans retour.

La supraconscience permettra de refaire le pont entre l’invisible et la matière ; la force mentale de l’homme nouveau sera équivalente à la force psychique de l’âme, utilisée dans le cadre d’une volonté jamais plus assujettie à la déformation subtile des liens entre elle et l’ego. L’ego de l’homme conscient est capable de vivre par rapport à l’infinité dans la mesure où les forces psychiques astrales de l’âme n’interviennent plus dans le processus de revitalisation et d’extériorisation du corps éthérique. Dans ce cas, la force mentale de l’homme sera pure et l’activité psychique en lui cessera d’être reliée au pouvoir de la mémoire. Il entrera dans une vie mentale sans bornes et son intelligence sera ininterrompue, sa conscience permanente et immortelle. Il ne croira plus que l’immortalité est un fait de l’âme, mais réalisera qu’elle est le produit de la fusion du double avec les principes intérieurs de son véhicule parfaitement développé : l’homme intégral. L’âme retourne à l’astral après la séparation d’avec la matière. Mais l’astral c’est la mort, et non pas l’immortalité dans le sens réel du terme. Pour que l’homme connaisse l’immortalité, l’âme doit revenir à la matière afin que fusionnent la lumière et la matière. Elle cesse alors d’être une âme, une mémoire, pour devenir le pont véritable entre le double et le véhicule terrestre.