Le centre de la terre: P 751

La nouvelle civilisation s’implantera à l’intérieur de la terre jusqu’à une profondeur égale à une demi journée de marche normale. Ce lieu géographique sera ouvert à l’homme nouveau lors de la rencontre avec les plans supérieurs de l’évolution systémique. Les nouveaux êtres seront transformés dans leur corps matériel et verront apparaître devant leurs yeux leur forme éthérique. La rencontre des deux aspects ultimes de l’homme figera sa conscience et le protégera contre la rigueur de la planète à la fin du cycle présent. Ce n’est qu’au cours des générations à venir qu’il pourra effectivement aider l’humanité, après que celle-ci ait connu la guerre et des calamités qui serviront au terme de la période involutive.

La terre est criblée de corridors d’énergie qui ont la qualité de supporter un mode de vie où la chaleur du corps humain est alliée à la densité particulière du corps éthérique. Ces corridors telluriques permettront à l’homme nouveau d’évoluer dans un milieu où ses sens, élevés en vibration, lui donneront accès à l’espace tellurique qui fut jadis connu de l’homme. Cette redécouverte de l’homme l’autorisera à utiliser les forces magnétiques subtiles qui parcourent le globe ; celles-ci ne peuvent être utilisées que dans des conditions de conscience élevée. Leur redécouverte pourra établir un lien entre les sous-plans invisibles et la matière, par le relais d’une conscience libérée de l’espace matériel. Le temps deviendra une dimension en elle-même et les limites de l’espace seront dépassées, à cause du lien entre le corps matériel et le corps éthérique servant de fil conducteur entre la matière et l’antimatière de l’éther.

P. 751

La descente sur terre de la conscience supramentale créera une transformation profonde des forces telluriques de la planète et remettra ces forces entre les mains de l’homme, comme par le passé. Il utilisera ces forces pour freiner le pouvoir des forces rudimentaires qui peuplent les couches souterraines du globe ; ces forces ont le contrôle des courants vitaux qui, à la fin du cycle présent, deviendront d’une telle instabilité que la terre entière sera démunie devant le déphasage de ses saisons et des autres régularités qui caractérisent sa nature et sa stabilité.

Le terme « centre de la terre » fait allusion à une profondeur physique du sol matériel à l’intérieur duquel l’homme nouveau exercera son mode de vie occulte. L’évolution de la supraconscience humaine ne sera pas soumise aux lois de la civilisation de surface, mais aux principes universels de la civilisation souterraine. Le lien entre l’homme matériel et l’homme éthérique créera une nouvelle dimension de vie, que seule une conscience avancée pourra connaître et supporter. Les forces de vie nouvelles qui descendront sur la terre engendreront dans l’être une vitalité inconnue de l’involution, et cette vitalité lui donnera la résonnance nécessaire au maintien de sa conscience matérielle par le pouvoir de la volonté. Lorsque l’homme quittera le plan matériel, il se libérera de son véhicule pour poursuivre son évolution dans d’autres secteurs de la vie systémique avancée.

L’évolution future de l’homme sera fondée sur le rapport étroit avec les dimensions de l’intelligence qui œuvrent présentement sans le support conscient de l’homme. La prochaine époque verra l’être travailler en étroite relation avec le double éthérique ; cette nouvelle forme de vie conscientisée mettra un terme à l’esclavage de l’homme face à sa condition de vie planétaire. Les sous-plans de la terre seront alors pour l’homme intégral son nouveau territoire. C’est là qu’il mettra au point les nouvelles sciences de la terre et les outils qui donneront sa dignité à l’humanité.

L’avenir de la race humaine sera très lié au pouvoir de la nouvelle conscience de l’homme. La descente de la conscience supramentale sur le globe ouvrira les portes de l’inconnu et facilitera le rapport entre l’homme et les forces occultes de la nature. Cette dernière sera redécouverte et ses sous-plans investigués.

P. 752

La réalité fondamentale de la vie de la terre sera étudiée en profondeur et les corps subtils de l’homme nouveau deviendront plus importants que son corps matériel. L’évolution de l’homme nouveau introduira une science de la terre tellement avancée que l’humanité se questionnera sur l’origine de cette science. Elle réfléchira sur sa merveille et sera elle-même émerveillée. L’homme nouveau traduira les secrets de la vie en réalité scientifique, et son appartenance à un nouvel élan de vie lui permettra de mettre fin à la douleur de la vie sur le globe.

Dans les replis de la terre, l’être lumière s’instruira des lois du rayonnement de la lumière et il appliquera les principes de la force magnétique qui alimente le moindre mouvement de l’énergie dans l’espace et le temps. La découverte du magnétisme vital permettra à l’homme nouveau de créer les bases d’une nouvelle science de la médecine, science tellement avancée qu’elle bousculera la science médicale moderne. Le centre de la terre sera habité par des hommes. Les limites de la matière seront repoussées et l’être nouveau pénétrera dans le nouvel espace matériel que l’esprit connaît depuis toujours. Là où le corps matériel fut une expérience purement conditionnée par les sens physiques, il deviendra une expérience d’un ordre nouveau, que l’imagination ne peut définir à cause des limites mentales et psychiques de l’homme involutif.

La terre est un corps vivant, soumis à des lois conformes aux besoins de la vie sur tous les plans symétriques. Elle représente une forme de vie que les intelligences ont créée en fonction de son évolution. Il existe un rapport étroit entre la terre et l’homme, mais ce rapport doit être découvert par ce dernier avant qu’il puisse prendre contrôle de son évolution systémique. Le centre de la terre représente une barrière pour l’esprit de l’homme involutif, car il n’a pas encore épousé sa doublure éthérique puisqu’il n’a pas affronté sa réalité énergétique. L’homme est énergie et son corps matériel ne répond pas à la totalité de son énergie puisque son centre mental n’est pas encore ouvert à la réalité de sa lumière. L’évolution de l’homme nouveau établira un lien étroit entre le mental supérieur et les plans d’énergie subtils qui composent son être ; alors le centre de la terre deviendra une nouvelle dimension au-delà des limites de la matière.

P. 753

La découverte des profondeurs permettra à l’homme de constater que la définition de la réalité matérielle du globe est en fonction de son esprit et non de ses sens. Il réalisera que les sens ne représentent que l’aspect subjectif de la matérialité, alors que l’aspect objectif de sa conscience intégrale en est libre. La fusion de ces deux aspects, planétaire et cosmique, lui donnera le pouvoir sur la matière et un nouveau cycle de vie naîtra sur le globe. La supercivilisation fixera ses fondations dans le centre de la terre et les hommes conscients de la nouvelle époque se réuniront pour y travailler à l’harmonisation des forces de vie à sa surface. Les nouveaux initiés traduiront pour l’humanité les secrets de la terre et affirmeront le lien absolu entre la matière et l’esprit, lien redécouvert et intégré au champ scientifique. L’avenir de l’humanité sera assuré et les siècles futurs donneront à l’homme ce que sa volonté nouvelle pourra engendrer, en harmonie avec son intelligence et en parfait accord avec le principe universel de l’amour, que l’homme nouveau réalisera au-delà des conventions spirituelles et morales anciennes de sa conscience astralisée.

L’homme nouveau construira une civilisation au-delà de la vision scientifique d’aujourd’hui. Elle ne sera supportée que par la lumière éthérique de l’homme et sa fondation sera inébranlable. Les hommes de la prochaine race-racine interviendront dans les affaires des nations à partir de cette base cachée aux êtres de l’involution, qui devront terminer leur période d’apprentissage avant de retourner sur les plans de la mort jusqu’au terme de l’expérience planétaire. L’homme involutif considère la matière une limite à son esprit, car sa conscience n’est pas ajustée à la lumière de son double. Là où la matière semble limiter le mouvement de l’homme, la fusion de l’esprit avec le corps est insuffisante. Au cours de la prochaine époque, la fusion grandira sur terre et les hommes traverseront la matière à volonté; la civilisation sera située là où le voudra l’homme nouveau, en harmonie parfaite avec son énergie créative.

La limite physique des sens n’est qu’une situation temporaire pour l’homme. La nouvelle époque marquera la fin de la quarantaine de la terre et l’homme nouveau sera libéré du joug de l’expérience planétaire terrestre et ses lois attenantes, la mort et la vie cyclique.

P. 754

Le développement d’une civilisation puissante et créative, en marge de l’humanité involutive, permettra à l’homme d’utiliser une réserve d’énergie indestructible pour les besoins futurs de l’humanité. Cette énergie, éventuellement, sera utile pour le transport magnétique et pour d’autres fonctions à l’échelle de la planète. L’homme nouveau effectuera pour l’humanité des exploits dans le domaine de l’énergie et enrichira la vie de la terre. C’est au cours de l’évolution que la science de l’énergie sera donnée à l’homme et que les forces de la terre seront utilisées dans le but d’accélérer le retour de l’humanité à la voie libre de la vie, permettant l’exploration des différentes dimensions du réel, qui appartiennent à l’organisation systémique des univers. La science nouvelle fera partie du nouveau lien entre l’homme et l’invisible. La terre, une fois de plus harmonisée à la conscience de l’homme, donnera naissance à une forme de vie capable de supporter les plus grandes déviations des forces telluriques. Une fois habitée intérieurement, elle deviendra un nouveau paradis pour l’être-lumière. Comme l’échange entre lui et sa planète deviendra de plus en plus grandissant, les siècles à venir resplendiront de puissance créative de la conscience nouvelle et de la beauté d’une terre rééquilibrée dans sa nature et son rythme naturel d’expansion et de contraction magnétiques. La conscience de l’homme nouveau sera unie à la terre ; elle permettra que le globe, en relation avec les forces nouvelles de l’homme, puisse devenir une sphère sécurisante pour l’évolution d’un nouveau système de vie à perpétuité.

La notion que l’homme involutif a de la terre est purement matérielle. L’homme nouveau fera éclater les limites matérielles du globe terrestre et découvrira que son intérieur est vivant, dans une mesure différente mais égale à la surface.

La conscience éthérique lui donnera accès à des points d’énergie sur le globe, qui lui serviront d’entrée vers l’intérieur. Ces corridors lui permettront de reconnaître les fenêtres éthériques de la planète, par lesquelles il pourra s’immiscer à l’intérieur de son corps merveilleux.

La vie au centre de la terre sera facilitée par le dédoublement de l’homme. Le dédoublement éthérique établira sa suprématie sur les forces magnétiques qui ont été sous le contrôle de la mort depuis le
début de l’involution.

P. 755

Les forces magnétiques font partie de la puissance des sphères. La clé vibratoire de ces forces appartient à des plans de vie au-delà de la conscience humaine et elle sera restituée à l’homme par la mise en arrêt des forces lucifériennes qui gouvernent présentement la terre et la conscience de l’énergie.

Tant que la conscience de l’énergie n’aura pas été transférée à des paliers supérieurs de l’évolution systémique, l’homme ne pourra faire usage scientifique et psychique des forces magnétiques nécessaires à la fondation d’une civilisation parallèle sur le globe. L’avenir de la race dépendra du pouvoir magnétique de l’homme et cet avenir ne sera assuré que lorsque ce pouvoir sera dans les mains des êtres de lumière, dont la conscience aura été ajustée au rayonnement énergétique de l’ego cosmique humain. Par l’entremise de cette force universelle, l’homme pourra enfin reconnaître son lien avec les grandes forces de l’évolution qui marquèrent le passé de l’humanité dans un but spécifiquement cosmique et universel afin de créer sur le globe un lien éventuel entre l’homme et les mondes de la lumière. Ces liens devront être affranchis de toute forme de spiritualité involutive pour que l’homme passe de la sagesse spirituelle à la science universelle des plans. Sur ceux-ci, la forme n’a de fonction que dans la mesure où elle répond au besoin présent de la force créative générée par l’ego universel de l’homme.

L’homme nouveau n’est pas le seul être à participer à la vie intraterrestre. Cette zone intérieure fait déjà partie de certains royaumes depuis longtemps établis et dont la fonction occulte fut toujours de maintenir une emprise sur la conscience de l’homme en involution. Ce n’est que par le raccordement de la nouvelle race-racine aux forces supérieures de l’évolution systémique, que la terre redeviendra le patrimoine de l’homme et que sa surface, ainsi que ses profondeurs, seront restituées à l’ego-lumière.

Comme la terre appartient aujourd’hui aux forces involutives lucifériennes, elle est soumise aux lois de la mort. L’homme ne connaît pas la mort, car son esprit est encore enseveli sous les décombres de la pensée subjective.

P. 756

Au cours de l’évolution, l’homme nouveau connaîtra la mort et la comprendra, la terre cessera alors d’être l’empire des forces involutives. Son pôle éthérique sera rétabli dans sa position originale pour permettre la réouverture des centres de forces et d’énergie telluriques, que l’être-lumière utilisera pour contrôler les forces magnétiques de la planète. Une des grandes conséquences de la destruction de l’Atlantide fut le renversement éthérique du pôle terrestre. Ce renversement eut des répercussions très graves pour l’humanité : les forces de la lumière ne purent plus s’unir à l’homme, car la lumière de son ego fut retirée de la conscience planétaire pour le développement d’une nouvelle faculté : la pensée subjective.

Lorsque les sous-plans de la matière seront redécouverts par l’homme nouveau, l’humanité entrera dans une nouvelle phase d’évolution et la science universelle fera ombrage à l’ancienne magie. Celle-ci avait permis à l’homme atlante d’exercer des pouvoirs sur la matière sans être capable par lui-même de reconnaître que les sphères exerçaient sur lui un pouvoir en retour. L’homme nouveau n’aura aucune dette envers l’invisible, car il aura intégré sa lumière dans un processus de fusion faisant partie de l’évolution, processus que l’astral et ses hiérarchies spirituelles ne pourront dominer selon les lois de l’involution antérieure. Libre de la polarisation du vrai et du faux, l’homme nouveau s’élèvera au-dessus de ces lois et fondera sur terre un ordre nouveau, en relation parfaite avec les forces de la lumière qui lui donnèrent naissance, avant la formation, dans les sphères, des mondes en évolution spirituelle.

Il est difficile à l’homme sensoriel et matériel de concevoir que le plan physique de la terre ne convient pas à sa réalité dynamique et cosmique. Pour l’homme involutif, le plan matériel et physique de la terre fait partie de sa réalité à tous les niveaux de son expérience, jusqu’ici définie en fonction de ses sens inférieurs, c’est-à-dire en fonction de ses sens astralisés. Il peut facilement imaginer une autre dimension de son être, mais il peut difficilement imaginer un monde, un plan, ou une dimension parallèle à son plan matériel, alors qu’il vit sous l’enveloppe astralisée de sa conscience expérimentale et animalisée.

P. 757

Ce n’est qu’au cours de l’évolution de ses principes et de l’ouverture psychique de ses sens supérieurs qu’il découvrira, à son étonnement, au début, que le plan matériel n’existe qu’en fonction de son psychisme astralisé, c’est-à-dire en fonction de sa conscience liée à la structure moléculaire de son esprit astralisé, en résonance avec l’énergie vitale de ses principes inférieurs. Comme l’expérience future de l’homme nouveau coïncidera avec l’extériorisation de son corps éthérique, une nouvelle dimension de vie lui sera accessible afin qu’il poursuive son évolution au-delà des conditions involutives connues depuis la descente de son esprit dans la matière. L’extériorisation de son corps éthérique lui permettra enfin d’entrer en contact avec les niveaux élevés de conscience humaine déjà en ascension à travers l’univers. La conscience de l’homme nouveau sera enfin libérée de l’expérience du plan matériel, pour évoluer en fonction d’un plan dont la réalité est virtuelle et sans condition karmique.

Quand les sous-plans de la matière lui seront ouverts, l’homme découvrira une nouvelle dimension de l’intelligence des choses de la vie et de la matière. La science future, issue de cette conscience agrandie, fera de lui un être de lumière dont tous les aspects seront en harmonie avec la nature visible et invisible. La terre cessera d’être pour lui un plan purement matériel, où ses sens ont pris le dessus sur son esprit. Au cours de l’évolution de la conscience supramentale, comme l’esprit de l’homme aura autorité sur la matière, les conditions de la vie involutive disparaîtront de son expérience. L’homme intégral n’aura plus besoin de religion pour supporter son ignorance de la vie et du cosmos en général. Le principe religieux aura terminé son rôle important dans la transformation graduelle de la conscience involutive. La science elle-même connaîtra une métamorphose profonde à cause de la double vision de l’homme. La vision éthérique de la matière permettra à l’homme de se soustraire aux forces responsables du développement de ses sens matériels. Ayant finalement compris que la vie est multidimensionnelle, l’homme cessera de se conformer à l’expérience d’une multitude d’aveugles, pour ne vivre que sa propre compréhension des choses, selon son propre niveau d’évolution et d’accès à la multiplicité des facettes de l’invisible.

Le centre de la terre fera partie de la nouvelle dimension de vie éthérico-matérielle de la vie, et l’homme saura reconnaître à travers le mouvement de son esprit les aspects infiniment subtils de l’ordre universel.

P. 758

Les plans matériel, planétaire, animal, humain et suprahumain, lui seront parfaitement dévoilés, car l’énergie radiante de ses centres psychiques aura été libérée des forces astrales qui l’ont gardé prisonnier de sa propre infinité depuis le début de son évolution sur terre. L’homme intégral sera revêtu de sa propre lumière, il comprendra que la vie est infinie, ainsi que sa conscience. Libre de la mémoire subjective de l’ego, l’être nouveau interviendra rapidement dans les grands changements qui serviront à la réorientation de la vie sur terre, et sa présence sur les plans subtils de la matière lui permettra d’aider à l’évolution de l’humanité inconsciente.

À partir de sa perception des sous-plans de la réalité, l’homme nouveau pourra effectivement aider l’homme ancien à retrouver la vue et la vision des choses, selon la réalité objective du monde créé, à toutes les échelles de la réalité cosmique. Né d’une nouvelle force évolutive, L’homme détruira l’emprise des forces astralisées qui ont tenues l’humanité dans une ignorance effarante du réel, depuis les débuts de la vie de l’esprit sur terre. Le centre de la terre deviendra le point de rencontre des hommes avancés en conscience, et les forces cosmiques servant à rendre hommage à cette nouvelle dimension de la vie poursuivront, avec l’homme, le grand travail de créativité évolutive.

La terre est un globe dont les plans subtils s’ouvriront à la vision de l’homme nouveau. Ces plans correspondent à la réalité multiple de la vie terrestre. Il n’est pas possible à l’homme involutif de s’imaginer la nature réelle de la terre, car son esprit ne parvient pas à se dissocier de son corps matériel. Par contre, l’homme nouveau verra s’élever au-delà de la forme son double éthérique, et reconnaîtra que la vie de la terre est en symbiose avec la vie de l’esprit, alors que la vie de son corps s’imprégnera de la vie de son double éthérique. Le centre de la terre sera visité par l’homme nouveau, de la même façon qu’il visite les endroits à sa surface ; mais il y découvrira des régions dont la nature ne se prête pas à la matérialité plastique de son corps matériel. Voilà pourquoi l’homme nouveau vivra au-delà de l’imaginaire, non pas parce qu’il sera en dehors de la réalité, mais bien parce qu’il sera fondu avec elle, dans un sens qui dépasse de plusieurs coudées la plus vive imagination de l’humain en quête de liberté réelle.

P. 759

Les sous-plans de la terre sont gardés par des forces intelligentes qui attendent que l’homme s’éveille à lui-même, afin d’entrer en contact avec lui et lui faire parcourir les couloirs secrets de la matière interne de la planète, où une gamme complète de possibilités serviront à l’avancement de la science à la surface du globe. Le temps tire à sa fin où l’homme doit être gardé dans le secret des choses. Mais il ne peut prendre conscience de la réalité tant et aussi longtemps qu’il ne se sera pas débarrassé de ses préjugés face à la réalité de la vie et à la grandiose scène qui sous-tend sa manifestation planétaire. Le centre planétaire représente, pour la vie de cette planète, la même importance que sa surface. Mais l’homme involutif en est totalement ignorant, car son mental n’est alimenté que par des formes-pensées dérivées de son expérience matério-sensorielle. Le concept de l’espace qu’il épouse et son impression du temps ne relèvent que de l’organisation cellulaire inférieure de sa conscience.

La conscience cellulaire de l’homme nouveau sera altérée par le contact de ses corps subtils, avec une vibration lui venant des plans supérieurs de vie à travers son mental éveillé à une nouvelle dimension du réel. Il découvrira que le temps détermine l’espace, car le taux vibratoire de la matière s’altère selon la puissance de l’esprit. Ainsi, il lui sera de plus en plus évident que le centre de la terre ne représente pas simplement une qualité de densité matérielle, mais bien aussi d’espace éthérico-matériel pénétrable et habitable, lorsque le corps matériel a cessé d’être l’enveloppe expérimentale de l’esprit ou du double, dont l’homme représente la contrepartie planétaire.

Le centre de la terre appartient à une race d’êtres dont la définition s’apparente de très près à l’homme, avec cette différence qu’ils ne possèdent pas ses facultés naturelles. Leur énergie bleue, qui les soustrait à toute forme de gravité, leur permet de pénétrer et de sortir rapidement de la masse magnétique de la terre, afin de pouvoir s’occuper de réseaux éthériques qui servent de tunnels dans le système solaire, et par lesquels les êtres avancés des autres civilisations peuvent passer avant de se matérialiser avec leurs vaisseaux, à la surface du globe terrestre ou à l’intérieur, selon leur mission ou la qualité de leurs expéditions.

P. 760

L’homme nouveau saura tout de la terre, car il lui sera donné de ne pas comprendre uniquement par le biais du cerveau matériel, mais plutôt par le biais du cerveau éthérique, partie essentielle de ses facultés psychiques extramatérielles et extraplanétaires. Le centre de la terre sera la province de l’homme nouveau dès qu’il aura trouvé la clé qui ouvre le passage entre l’espace atomique et l’espace libre de sa conscience constituée en agrégat cellulaire ; la fonction présente de ce dernier est de lui donner une consistance suffisamment matérielle pour qu’il puisse élever le taux vibratoire de la matière et des royaumes qui s’y rattachent. Lorsque ceci sera établi, les hommes à la surface de la planète bénéficieront d’une nouvelle forme de vie sociale, à l’échelle du globe, car le lien universel sera finalement rétabli entre la planète et les globes qui ordonnent l’évolution des mondes et des univers, peu importe leur distance dans l’univers en expansion constante.

Ces choses sont dites afin que l’homme en évolution de conscience réalise que la vie future ne se limitera plus à l’expérience matérielle et à la finalité de la mort et du retour à l’astral des plans de sa conscience endormie. L’éveil de la conscience doit coïncider avec l’extériorisation de l’esprit, double de l’homme, afin que sa vision matérielle soit rendue permanente. Le centre de la terre doit redevenir la propriété de la race humaine, car ce n’est que dans cette dimension de l’intraplanétaire que peuvent être réalisées les plus grandioses formes de l’évolution du globe. L’homme ne comprend pas que la terre représente une myriade de micro-espaces, dont la fonction de croissance est donnée à sa conscience ainsi qu’à toute conscience réelle. La croissance de la conscience sur une planète ne dépend pas simplement des éléments matériaux, mais aussi de ces micro-espaces à l’intérieur desquels l’énergie des éléments pulse selon un rythme universel maintenu en harmonie par des forces intelligentes au-delà du plan terrestre. L’univers est un vaste champ de micro-espaces, à l’intérieur desquels les énergies créatives œuvrent afin de maintenir en permanence relative les mondes densifiés de la matière galactique. Voilà pourquoi il est impossible à la science matérielle contemporaine de comprendre la relation entre le feu et le magnétisme ; car le feu, au-delà de sa qualité de combustion, représente de l’esprit, c’est-à-dire, un micro-espace à l’intérieur duquel l’énergie pulse afin de donner aux éléments la vitalité nécessaire pour exercer leur mouvement atomique et moléculaire.

P. 761

La science nouvelle découvrira la science des micro-espaces, et c’est à partir de ce temps que l’homme commencera à se déplacer rapidement dans le cosmos. Ces connaissances renverseront le rôle de la science contemporaine, qui n’est que l’expression de la conscience cérébrale de l’homme involutif. Toute conscience cérébrale est soumise aux lois de la pensée, alors que toute conscience cellulaire est régie par les lois de l’énergie, au-delà de la forme ; toute science issue d’elle ne peut être actualisée en fonction des principes inférieurs de l’homme, ou de toute conscience humaine quelle qu’elle soit.

L’ouverture du centre de la terre signalera la fin de l’involution de l’Homo sapiens sur la planète. Une septième et dernière race-racine sera formée, après la sixième qui prend naissance aujourd’hui, et cette dernière race fermera les corridors éthériques du globe afin que la terre ne serve plus à l’évolution de la conscience biologique. Ceci marquera le début de la conscience jupitérienne, au cours de laquelle l’homme sera suffisamment évolué pour ne plus avoir à vivre dans un corps matériel. C’est du centre de la terre que les derniers préparatifs seront effectués pour libérer l’homme de l’emprise de la gravité sur ses corps. Une fois ce travail parachevé, l’homme n’appartiendra plus à la terre mais à l’éther universel, espace grandiose rempli de lumière où voyagent sans cesse les bâtisseurs de vie, à tous les niveaux de la création. Remplie du réel de la création, la conscience de l’homme nouveau ne s’apparentera plus à celle de l’homme expérimental. La vie réelle détruira la mémoire involutive qui l’avait retenue dans l’ignorance, jusqu’à ce que la lumière pénètre son mental et donne à son esprit intelligent la vibration éthérique suffisante pour sillonner les routes infinies de l’univers. À travers elles des êtres de différentes évolutions se déplacent, cherchant constamment à perfectionner les mondes inférieurs qui sont démunis parce que la lumière n’a pas encore traversé leur conscience.

L’accès au centre de la terre permettra à l’homme d’harmoniser les forces de la nature qui ont été détraquées et le seront encore plus au cours des prochaines générations, à cause de l’infusion dans le monde d’une science déracinée de la conscience créative et assujettie à la conscience mécanique de l’homme moderne.

P. 762

 

L’éthérisation de la conscience de l’homme nouveau créera un nouvel âge au cours duquel les forces de la nature redeviendront ce qu’elles ont été par le passé, c’est-à-dire des forces soumises aux lois de la vie naturelle du globe. Le siècle prochain verra s’étendre, sur la surface entière de la terre, une puissance qui garantira la survie des éléments qui auront été menacés par l’homme involutif.

L’accès au centre éthérique de la planète permettra à la vie de la terre de reprendre son souffle naturel. L’humanité atteindra un point de fatigue de plus en plus pénible, et le reste du chemin de l’ancienne involution sera son chemin de croix ; mais l’homme sera aidé à temps afin de permettre que se poursuive l’évolution de la vie sur terre. De grands tremblements secoueront la conscience des nations avant que l’homme de la terre ne prenne conscience que la vie, à tous les niveaux, n’est pas simplement régie par des lois mécaniques. L’apparition, à la fin du cycle, de la Régence planétaire mondiale, créera dans la conscience des nations une unité inimaginable aujourd’hui ; les peuples réaliseront alors pour la première fois que la planète terre et ses habitants font partie d’un enjeu qui dépasse les frontières de l’imaginaire humain.

Pour l’homme nouveau, le centre de la terre sera tout aussi évident que la surface pour l’homme ancien. Comme la seule évidence de cette réalité effacera de la conscience humaine son aspect animal et sensoriel, l’homme de la prochaine évolution verra naître une race de géants de l’esprit, ces êtres forts en intelligence et en pouvoir extrasensoriel. Ceux-ci vivront une vie à part, au-delà des limites de l’imaginaire humain et involutif, qui ne peut étendre les limites du possible au-delà de ce qu’il conçoit, à cause de la définition de son mental en une réserve de mémoires et un système réflectif fondé sur la raison. L’univers est né de la puissance de l’esprit et non de la raison de l’homme. Ses lois profondes transmettent la vie à différentes échelles de l’évolution, et se gardent bien d’entrer en conflit avec les lois inférieures de la matière et de l’ego non universalisé par la lumière. Chaque époque découvre le vrai visage de la réalité, dans la mesure où la conscience est prête à le recevoir. Chaque époque fait avancer l’homme vers des étapes de plus en plus importantes. Voilà l’histoire de la science matérielle, et telle sera l’histoire de l’homme nouveau.