Le feu cosmique, source de l’intelligence: P 699

L’intelligence dans l’univers est créée par le mouvement incessant du feu cosmique, cette force dont la nature est attribuable à la totalité des mondes en évolution, qui sont aspirés vers les plus hauts plans de vie possible. L’intelligence créative de l’homme intégral représentera un niveau supérieur du feu cosmique sur terre. Cette nouvelle phase de l’évolution permettra à l’homme d’utiliser consciemment ce feu dans la mesure où il pourra en supporter la qualité impersonnelle, c’est-à dire l’absence de toute réflection égoïque.

Le feu cosmique a toujours existé ; il représente la quintessence même de l’intelligence, née à son tour du mouvement de l’énergie dans l’univers. L’homme croit que L’intelligence n’est qu’une faculté rationnelle, alors que la raison ne représente aujourd’hui que l’aspect le plus développé de cette énergie sur terre. La raison est fondée sur la totalité de l’expérience mentale inférieure encadrée dans une mémoire, dont la source et le dynamisme appartiennent à l’activité des plans subtils de l’âme. L’homme de la terre ne réalise pas encore ce que signifie le mot esprit, car la notion qu’il en a est personnelle alors que l’esprit représente la valeur expérientielle de l’énergie de l’intelligence à travers l’être organisé, dans le but d’en manifester l’élément cosmique, le feu. L’homme inconscient personnalise son intelligence, car il n’a pas atteint le stade de l’évolution du mental supérieur, où toute forme de pensée ne représente que le mouvement de ce feu à travers l’organisation psychique et complexe du cerveau matériel.

P. 699

L’homme nouveau comprendra que la nature de sa pensée change en fonction de sa capacité d’en évaluer le contenu à partir du mental supérieur. Quand la pensée subjective perdra de plus en plus de sa fascination pour l’ego, la transmutation s’opérera : le feu cosmique commencera à nourrir le cortex involutif et à faire vibrer le cerveau éthérique, la plus grande force que l’homme peut connaître en tant qu’être vivant dans un corps matériel. Le cerveau éthérique, qui éveillera l’être à l’infinité du mental supérieur, sera activé dans la mesure où l’ancien cerveau matériel ne pourra plus supporter l’ignorance entretenue par la mémoire involutive.

Le feu cosmique n’est pas une illusion mais peut le devenir dans la mesure où l’homme le spiritualisera et voudra lui donner une importance philosophique. À partir du moment où il tentera de posséder psychologiquement une science universelle ou ses dérivés, il engendrera dans son mental un nouvel égrégore, dont la puissance sera plus grande que celle qu’aura connu l’homme de l’involution. Il fera alors naître en lui un amour humain spiritualisé pour un principe qui n’existe que dans la mesure où l’énergie le soutient, et l’intelligence créative le canalise. Dans le cas contraire et à cause des lois involutives, le feu cosmique deviendra une énergie de l’âme, nécessaire à la construction des modèles de vie qui ne servent pas dans les mondes de la lumière, mais dans ces autres mondes où les entités de l’astrale œuvrent afin de maintenir sur l’homme un pouvoir, bloquant ainsi son accès à l’énergie.

Le feu cosmique est une énergie qui crée et détruit à la fois. Elle n’est aucunement polarisée en elle-même, mais le devient selon le canal qui la reçoit. Pour cette raison, l’homme nouveau devra être élevé en conscience avant de pouvoir se servir à volonté de cette force universelle en lui. La reconstruction de la vie et de la civilisation sur terre, après la grande période trouble que connaîtra l’humanité, sera due à l’utilisation consciente du feu cosmique par des hommes dont l’intelligence ne s’apparentera plus à celle de l’involution. Alors surgira tout le potentiel humain, jusqu’ici inutilisé à cause de la scission entre l’homme et les plans universels de l’intelligence.

P. 700

Même si l’évolution de l’homme est en rapport direct avec le feu cosmique, les forces de la nature sont trop puissantes sur sa conscience planétaire pour qu’il puisse encore bénéficier de son lien avec cette force universelle qui construit et détruit à travers les consciences en évolution. Comme l’intelligence future de l’homme sera le produit de la fusion de cette énergie avec le plan matériel, la naissance d’une nouvelle race non caractérisée par la couleur de l’épiderme mais par la puissance créative de son processus mental, transformera la conscience de l’humanité au cours des prochains siècles. L’ultime développement de cette conscience raciale créera de profonds remous dans l’équilibre des forces psychiques de la terre et l’humanité sera forcée de prendre conscience d’une nouvelle sphère d’expériences à la surface même du globe.

L’actualisation du feu cosmique, à travers la fusion de la conscience humaine à des niveaux supérieurs de vie, mettra une fin décisive au pouvoir de la mort sur l’homme. Cette tentative de la part des forces cosmiques d’entrer en sympathie vibratoire avec le mortel, fera naître une race exposée de plus en plus à l’interface du plan matériel et à d’autres plans de vie dont les évolutions diffèrent systématiquement de celle de l’humanité terrestre. Le nouveau cycle intelligent de l’homme renforcera le contact entre lui et les sphères. Comme ce contact créera un traumatisme profond dans le système de valeurs des religions, la psychologie de l’humanité sera renversée. Les corps matériaux ne seront alors plus disponibles comme au cours de l’involution, car le pouvoir de l’ego sur la matière inférieure de la conscience et de son organisation matérielle aura été remplacé par la conscience des autres plans de vie, où le feu cosmique est identifié comme source intégrale et absolue de toute forme d’énergie en voie d’évolution systémique.

La terre subit actuellement de profonds changements de conscience, à un rythme que les hommes ne pourront contrôler, car les forces de vies mentales et astrales sont en conflit. La vie sur terre connaît déjà les effets de cette lutte. Par contre, ces profonds changements que connaîtra l’humanité au cours des prochaines générations font partie de la préparation d’un noyau d’êtres dont la conscience permettra de créer une nouvelle civilisation sur le globe, dans les conditions suprasensibles de vie supramentale et éthérique. Ce feu viendra vers les êtres pour leur permettre d’établir une nouvelle condition de vie et d’évolution.

P. 701

L’évolution de la terre ne sera plus dans les mains d’hommes inconscients, mais sous le patronage d’êtres dont la sensibilité et la conscience permettront de reconstruire ce qui aura été détruit par l’humanité involutive. L’action du feu cosmique sur le globe est un des grands secrets de la fusion de l’homme avec les plans de la lumière. À partir du moment où cette force sera intégrée au plan matériel, la conscience de la terre changera et les populations humaines en seront les grandes bénéficiaires.

Il est inutile que l’être spirituel spécule sur l’avènement du feu cosmique, car cette liaison entre les sphères et l’homme conscient est liée à sa fusion avec sa lumière. Le mental inférieur est impuissant à en reconnaître les aspects et les fonctions. Cependant, il est bon que l’être spirituel reconnaisse que les fléaux de l’humanité témoignent de la fin d’un âge, car d’eux naîtra une ère nouvelle. La mort de la vieille civilisation doit précéder la naissance de la nouvelle. Tout ceci est conforme aux lois et aux cycles qui gouvernent l’évolution des systèmes de vie. Non seulement le feu cosmique représente-t-il le pouvoir vibratoire de l’énergie de l’intelligence, mais aussi le principe fondamental de la vie et de l’énergie, dont la loi universelle sera parfaitement comprise des hommes de l’avenir.

Au cours des prochaines générations, les conditions de vie planétaire s’assombriront. L’être conscient utilisera ces conditions pour la transformation de son être intérieur, afin de se rapprocher de son état universel de conscience. Les plus forts et les plus évolués réussiront à transmuter leur conscience mentale inférieure en une conscience mentale supérieure ; le lien télépathique entre le plan matériel et le plan éthérique sera établi pour leur protection contre l’affrontement éventuel avec les forces de la mort.

P. 702

La mort œuvre sur plusieurs fronts à la fois. Autant elle est active dans le sens du bien, autant elle l’est dans le sens du mal. Mais le bien et le mal participent de l’ignorance de l’homme. Si l’homme était conscient, le bien et le mal, qui représentent des valeurs polarisées sur terre ne feraient pas partie de sa conscience, il vivrait au-delà d’eux. L’homme conscient serait réel et sa réalité conviendrait parfaitement à l’harmonie des principes universalisés de sa conscience créative en fusion. Cette harmonie s’intégrera à l’homme, mais sur une base individuelle puisque le cycle d’évolution d’une telle conscience mènera les hommes un par un vers une parfaite identité, un parfait équilibre entre leur source et leur matérialité.

Le nouvel équilibre apporté à la terre par le feu cosmique éteindra pour des siècles à venir le pouvoir des forces involutives sur le globe. Ce feu sera accompagné de la manifestation physique et matérielle de la fusion systémique de la conscience autonome et universelle, supportée par un certain groupe d’intelligences dont l’expérience avancée, par rapport à l’évolution de l’homme, leur permettra de se rapprocher de la terre. Cette expérience nouvelle, dans l’univers, permettra à ces intelligences de fusionner avec l’humain, et ainsi éliminer toute forme d’énergie involutive de sa conscience pour qu’il découvre la continuité de celle-ci, l’immortalité, alors que ces mêmes intelligences auront l’opportunité de tester la construction de leur véhicule, le corps matériel.

Ces êtres apporteront sur terre leur lumière et leur feu. L’homme nouveau travaillera avec cette nouvelle énergie, finalement libérée des influences du monde de la mort. Au cours des siècles prochains, de plus en plus d’êtres disparaîtront de la terre pour ne plus revenir, afin de ne plus retarder l’évolution de la planète. Ils évolueront sur d’autres plans de vie et y prendront une expérience nouvelle.

P. 703

À partir du moment où le feu cosmique descendra sur le plan matériel, la population de la terre commencera à diminuer jusqu’à un point où les gouvernements en seront consternés ; car les forces de la lumière contrôleront le processus de la naissance sur le globe à partir du jour où la manifestation cosmique signalera, dans tous les mondes invisibles, que la destinée du globe n’est plus dans les mains de l’astral, mais dans celles de la nouvelle manifestation de l’être mortel en fusion de conscience.

L’homme nouveau saura expliquer tous les mystères de la vie. Il comprendra que ces hommes anciens furent impuissants à comprendre, car le contact mental entre lui et les forces intelligentes des plans supérieurs coïncidera avec la nouvelle science de la vie universelle et systémique. Il n’aura plus besoin d’étudier dans les écoles planétaires d’aujourd’hui. Tout savoir et toute connaissance lui seront directement transmis à l’aide de son lien universel. Les sciences d’aujourd’hui perdront graduellement leur valeur pour lui, car la science nouvelle ne pourra être reçue que dans des conditions d’évolution mentale axée sur le raccordement entre l’homme et les sphères. Spéculer sur cet avenir est une perte de temps, mais le sentir, sinon le savoir, est déjà un pas dans une direction que l’homme découvrira naturellement dans la mesure où il sera amené, au cours de son évolution, à entrer en contact avec une forme de science provenant de la lumière et non plus de l’intellect humain.

Le feu cosmique, manifestation universelle de l’énergie non identifiée, fera éclater les formes de la civilisation présente lorsque l’homme aura suffisamment évolué pour en supporter psychiquement l’action à travers ses principes inférieurs. Ce feu descendra sur le globe et élèvera sa conscience humaine par sa puissance matérielle et sa réalité éthérique. L’avenir de l’humanité sera assuré par la présence sur terre de cette énergie ; elle permettra que les nations survivent aux forces antihommes générées par des êtres dont la puissance matérielle et guerrière n’aura pas été surpassée au cours de l’involution.

P. 704

Les forces de la vie sont plus grandes que les forces de la mort, mais l’homme ne fait pas encore partie de la vie. Son expérience sur le globe ne fait que confirmer la différence fondamentale entre une civilisation née de la lumière et une autre engendrée par les forces de l’astral. Le problème de l’homme n’est pas son intellect. Au contraire, l’intelligence humaine se développe à un rythme croissant. Ce sont l’orgueil et la vanité qui créent la limitation de son mental pur. L’intellect est mémoire, alors que le mental pur est lumière, esprit, intelligence sans trace de pensées subjectives et colorées. L’homme nouveau vivra un mental pur, ainsi pourra-t- il canaliser le feu cosmique sur le globe et créer une civilisation en dehors des cadres actuels. L’intellect ne peut admettre ceci car le niveau de conscience nécessaire pour comprendre les lois de la vie est supérieur vibratoirement au niveau de conscience nécessaire pour mémoriser ce qui est déjà connu.

Le cerveau éthérique de l’homme n’est pas régi par les lois de la mémoire humaine, mais par celles de la lumière créative. Voilà pourquoi la science future ne pourra être partagée par l’homme que dans la mesure où son centre mental supérieur aura été allumé par le feu cosmique qui vient vers la terre. Autant l’homme inconscient est impuissant sans le support de la mémoire subjective, autant l’homme nouveau en sera libre, car il aura dépassé le stade involutif de la mémoire pour s’intégrer au stade créatif du lien universel, avec une dimension de sa réalité située cette fois au-delà des lois mécaniques de la conscience subjective.

Le feu cosmique est une force qui détient sa puissance de la source même de sa réalité. Inutile pour l’homme de chercher à en comprendre la nature à partir de la raison, puisque cette dernière n’est que le reflet inférieur de cette réalité qui n’a pas encore été éveillée chez lui ; son appartenance à l’infinité de la conscience universelle. L’homme involutif a créé à partir de son lien inconscient avec la mort, alors que l’homme nouveau créera en fusion avec les forces de la vie dont l’origine est libre de tout rapport avec la mort. Le feu cosmique participe de l’ordre interne de l’homme : l’être, dans la mesure où il lui est possible de percevoir la déformation de sa conscience subjective face à la vitalité créative de son mental, commence à entrer dans une période de vie personnelle ; l’effet cumulatif de son rapport ouvert avec les forces de la lumière, qui le soutiennent derrière l’écran des illusions planétaires, s’accroît alors proportionnellement à sa capacité d’en supporter le mouvement subtil et créatif.

P. 705

L’homme involutif ne pouvait réaliser le mouvement de son feu au cours de l’expérience passée, car elle lui créait l’impression d’être extraite de sa propre fondation, sa réalité planétaire. Non seulement le feu cosmique sous-tend-il la réalité dynamique de la pensée, mais aussi le principe même de son action à travers l’homme. Mais ce dernier ne peut cependant réaliser le feu de sa pensée, car il est trop près de lui-même égoïquement pour en saisir l’aspect à la fois ineffable et concrètement créatif.

La nature du mental inférieur délimitera le rayon d’action de cette énergie, lorsque l’homme aura dépassé l’aspect illusoire de son mental et qu’il commencera à intégrer le feu cosmique, cette force qui passe par lui mais ne vient pas de lui. La contrepartie universelle de l’homme doit être vérifiable et réalisable avant qu’il puisse exercer adéquatement son rôle de canalisateur et de créateur. Au début de l’évolution, cette contrepartie de lui-même sera perçue comme une forme d’intelligence étrangère à l’homme, même si elle est unie à lui par le biais de la pensée. Au cours de son évolution, il découvrira plusieurs facettes de ce même être, car il conservera toujours un lien à travers différentes juxtapositions de cette énergie, selon les perceptions plus ou moins limitées de sa réalité supramentale et intégrale.

Le feu cosmique tranchera de façon absolue les questions séculaires de l’homme : pourquoi est-il sur terre, où va-t-il, d’où vient-il ? Cet ensemble de questions, qui fait partie de l’ignorance du mental inférieur, est entretenu par l’accumulation de perceptions psychologiques directement créées dans son mental par les forces involutives. Celles-ci ont intérêt, depuis le début de l’involution, à amplifier l’ignorance de la condition humaine afin de forcer l’homme à rechercher, par la voie spirituelle, des réponses convenant au monde astral dans le but exprès de le garder éloigné de sa propre lumière. L’astral connaît les lois de la vie éthérique, mais celle-ci fait partie de la fusion de l’homme avec sa source et l’astral est impuissant à en saisir la réalité puisqu’elle appartient à l’avenir de la race et non au monde de la mort.

P. 706

 

Le feu cosmique transposera l’homme dans une nouvelle dimension du réel, qui fera de lui un être libre à tous les niveaux de sa réalité universelle. Il électrifiera les corps subtils de son être, afin qu’ils se détachent sans dislocation psychique. Dans cette seconde nature, l’homme verra que la vie compose avec des forces internes auxquelles il a recours, dans la mesure où son mental n’est pas restreint par une multitude de vibrations émanant des plans astraux dans le but de le figer dans l’impuissance de sa personnalité.

L’évolution simplifiera la relation entre l’homme et l’invisible en lui accordant le pouvoir de pénétrer dans des zones de conscience alimentées par différentes couches d’énergie qui servent à diviser les niveaux de vie dans le but d’assurer les étapes nécessaires à l’évolution. Le passage du feu cosmique à travers les centres vivants de l’homme élèvera le taux vibratoire de sa conscience et le propulsera dans des mondes jusqu’ici inconnus de lui ou des forces de la mort. Ces mondes seront la plus grande révélation de la vie cosmique à la vie planétaire depuis la descente de l’homme dans la matière. Ils représenteront ce qu’il a toujours voulu connaître et comprendre : l’infinité de la conscience en mouvement. L’évolution de la conscience n’a aucun lien avec l’expérience planétaire involutive. Cette dernière n’aura servi qu’à maintenir le lien entre l’astral et la terre, alors que l’homme devra un jour passer à un niveau de conscience supérieure. Les mythes de l’humanité font partie de la participation astrale à l’involution de la conscience humaine ; ils ont donné à l’homme l’impression d’une forme de réalité active au- delà de sa conscience matérielle. Tant que les mythes existeront sur terre, les hommes seront pauvres en intelligence et riches en supports de toutes les sortes, façonnés par le mouvement subtil et voilé des forces de la mort, impuissantes par leurs propres lois, à donner à l’homme la moindre ressource réelle face à son avenir en tant que conscience involutive. Pour cette raison, le feu cosmique venant vers l’homme et se manifestant à travers sa fusion future transformera la conscience et libérera l’être de l’emprise qu’aura eue sur lui la mort millénaire. L’évolution transgressera les lois de l’involution, de la moindre à la plus aliénante, car l’être nouveau découvrira le secret de sa propre énergie. Alors il ne fera plus partie de la terre mais de l’éther de la terre, et sa source ne sera plus le soleil matériel mais le soleil éthérique qui luit au-delà de la matière et des sphères matérielles. Ainsi commencera la seconde fondation, qui marquera la fin d’une grande époque où l’homme dut subir les forces involutives pour parvenir à l’intégration de sa propre réalité.