Les forces occultes: P 683

L’être humain est totalement assujetti aux forces occultes de sa conscience. Sa liberté intégrale est si faible qu’elle représente le plus bas niveau de conscience libre de toutes les espèces intelligentes en évolution. Il existe un lien tellement étroit entre le plan astral des entités et l’homme, que ce secret bien gardé est à la base même de l’involution. Si l’humanité, du jour au lendemain, prenait conscience de la nature véritable de sa conscience involutive, la civilisation mondiale serait détruite en un instant par la seule transformation subite de la nature humaine. La vie de l’homme est contrôlée par des forces occultes dont il n’a aucune conscience, et cela représente le plus périlleux des problèmes que devra affronter l’humanité au cours de l’évolution. Ce n’est qu’au cours de cette époque que les hommes, individuellement, réussiront à voir à travers le jeu de ces forces, ce qui marquera la fin de leur pouvoir sur eux et le début de l’évolution de l’homme-psi.

Tant que l’homme n’aura pas contrôlé parfaitement le pouvoir occulte des forces qui agissent à travers lui à son insu, il ne possèdera pas le pouvoir sur la matière et ne pourra intégrer les forces de vie propres à son organisation psychique. Il demeurera un être inférieur de l’évolution systémique et ne pourra se donner les armes nécessaires pour s’assurer la domination des royaumes au-dessous de lui, et une participation aux gouvernements parallèles au-dessus de lui. L’univers est un rassemblement de mondes à différents niveaux d’évolution systémique.

P. 683

Les forces en évolution ont différents degrés de relation avec l’homme, selon la proximité psychique de leur mental. C’est la proximité psychique des plans mentaux par rapport à celui de l’homme qui fait de ce dernier un être intelligent. L’homme n’est pas intelligent simplement à cause de la nature de son cerveau, qui ne représente que son agent récepteur. L’intelligence dérive du rapport étroit que l’homme entretient avec les plans occultes du monde mental, auquel il appartient au-delà de sa conscience matério-sensorielle.

Il est difficile pour l’être sensoriel de comprendre sa relation avec les dimensions psychiques de sa conscience. Même si dans le rêve il se rapproche de ces mondes, ce rapprochement est trop voilé pour qu’il puisse en bénéficier de façon objective. L’évolution du mental supérieur définira la vision de l’homme, et celle-ci lui permettra de réaliser un grand progrès dans sa relation avec les plans occultes en lui, qui constituent les premiers plans de sa réalité. Durant l’involution, l’homme fut laissé à sa propre interprétation de la réalité, car il devait être impressionné par ces forces pour parfaire le développement de son mental inférieur. Mais l’évolution renversera cette condition, et beaucoup d’hommes seront amenés à découvrir la relation étroite entre ces forces qui sous-tendent la conscience psychique et les plans parallèles en évolution, qui coexistent avec le plan matériel de l’homme. L’évolution de la conscience humaine créera une nouvelle dimension dans la vie de l’homme, qui lui permettra de reconnaître l’existence des mondes supérieurs et subtils ; cette révélation aura un effet sans précédent sur le développement de l’intelligence humaine et sur sa capacité d’évoluer au-delà des conceptions psycho-égoïques de l’univers. Tant que l’homme n’aura pas partagé sa vie mentale avec un plan supérieur, il ne pourra comprendre la grande profondeur de son savoir occulte, qui le libérera du connu et fera de lui un être réel dans la mesure où la réalité fera partie intégrante de sa vie. Alors la terre verra naître des hommes-prodiges qui commanderont la matière. Beaucoup croiront à la magie ou à une forme quelconque de prestidigitation, alors qu’en fait ces hommes commanderont la matière et elle leur obéira. Elle sera enfin sous le contrôle de sa volonté créative, autre aspect de l’homme nouveau dont il ignore encore les lois occultes et puissantes.

P. 684

Lorsque l’être aura dépassé le stade du questionnement sur la réalité de ce qu’il sait, il commencera à bénéficier de l’énergie créative canalisée par son mental supérieur, et son ego cessera d’être fasciné par le pouvoir de l’invisible à travers lui. Ce sera un grand signe des temps nouveaux. L’équilibre de l’être nouveau sera réalisé et permettra que les portes de l’invisible s’ouvrent devant lui pour qu’il pénètre et connaisse les vastes mondes de l’inconnu. Ceux-ci représentent la fondation du monde et de son évolution systémique sur tous les plans de l’univers organisé. L’humanité est en quarantaine depuis le début de l’involution, et cette quarantaine tire à sa fin. Ceux qui en sauront la raison en connaîtront le secret.

L’homme nouveau sera confronté à différents niveaux d’illusions avant que ne se joignent à lui les forces de la lumière, qui le suivent dans son évolution depuis la fondation du monde. Il sera fermement testé pour éliminer de sa conscience toute forme d’énergie inférieure susceptible d’interférer avec sa lumière. Ceux qui connaîtront cette transformation profonde de leur conscience, découvriront à la longue que leur descente dans la matière faisait partie d’un plan de vie plus grand que ne pouvait le laisser sous-entendre leur imagination. Ils découvriront le pourquoi de leur vie sur le globe et les raisons exactes de leurs mouvements au cours de la vie involutive qui aura précédé l’éveil de leur conscience.

La manifestation des forces occultes sur la terre transformera la conscience de l’humanité en apportant à celle-ci un sursis sur sa longue route menant à la seconde fondation de l’homme. Cette route commencera avec l’apparition sur le globe d’un libérateur dont la fonction principale sera de mener à bien l’évolution d’un nouveau genre humain, que les pouvoirs de la lumière affranchiront de tout le passé de l’humanité. Cet être sera connu du monde dans son temps. Rien de ce que l’homme pourra imaginer spirituellement ne fera partie de sa réalité. Les forces occultes du nouvel âge seront à la mesure du besoin de l’homme de mettre fin aux lois du pouvoir retardataire sur l’évolution des nations et des peuples. Ces forces seront si grandes que les hommes les plus rébarbatifs devront plier devant elles, puisqu’elles ne seront pas de ce monde.

P. 685

Tous les hommes ne peuvent être sauvés des profonds remous qui accompagneront la seconde fondation de l’homme, car tous ne seront pas suffisamment évolués pour faire partie de ce règne nouveau de la lumière sur le globe. Mais tous seront témoins de ces choses qui participeront du renversement sur terre des lois de la mort.

Il n’existe aucune limite à l’évolution de la vie et celle de l’homme. La vie va bien au-delà du long mouvement génétique qui supporte l’être humain. La vie peut accélérer l’évolution, et lorsque ceci se produit, l’humanité s’attriste de ne pouvoir connaître ce pourquoi elle n’était pas née. Toutes les âmes qui s’incarnent ne le font pas dans un même but qui est conforme aux lois de l’évolution. Comme le nombre d’entre elles qui s’incarnent en fonction de ce but est compté, l’avenir fera naître en elles la science du savoir face à leur incarnation, et l’évolution future de ces âmes évoluées passera à un autre niveau lors de la descente de la lumière sur le globe, à la fin du cycle involutif de l’humanité. Ces êtres seront les fils de la lumière. La fusion de l’esprit avec leur mortalité leur donnera accès à un autre niveau de vie, qui participera des liens entre l’universel et l’homme lui-même. La lutte entre l’homme et les forces astrales sera très grande, car le pouvoir astral sur terre tire à sa fin et ceci est connu des autres plans. L’homme est naïf et ne réalise pas encore que l’intelligence créative de son mental repose sur son lien universel avec l’esprit, le double.

Pour que l’homme nouveau prenne conscience de la qualité occulte des forces psychiques en lui, il lui faudra reconnaître une nouvelle psychologie de l’être, fondée sur la communication mentale entre l’homme et des forces appartenant à son organisation psychique et mentale. Tant qu’il n’aura pas compris le lien étroit entre d’autres plans de la réalité et lui- même, il lui sera impossible de découvrir le côté occulte de sa conscience, et d’en réaliser la dimension universelle. Les forces occultes dans l’homme n’opèrent pas selon les principes psychologiques de la conscience planétaire de sa civilisation. Elles ne sont pas limitées par l’expérience sensorielle humaine et les référents psychologiques de sa conscience sociale, qui demandent un certain ordre dans le développement lent de sa conscience expérimentale.

P. 686

L’homme nouveau détiendra les clés de sa conscience et de son pouvoir créatif dans la mesure où il pourra allier, dans un équilibre parfait, les conditions supérieures de vie mentale aux conditions inférieures de sa vie planétaire. La création de ce nouvel équilibre ne pourra se faire que si l’être comprend que la relation entre lui et l’invisible doit être absolue, dans l’énergie comme dans la forme. Autrement dit, l’homme nouveau sera libre des forces occultes en lui lorsqu’il les aura intégrées, mais sera assujettie à leur puissante action pénétrante tant que l’intégration n’aura pas été complétée par l’ego en évolution. Ainsi beaucoup seront appelés à la réalité de la conscience universelle, mais peu auront la force nécessaire pour aller jusqu’au bout de cette difficile période d’adaptation psychique à un autre niveau de conscience. Celui-ci ne relèvera plus du pouvoir de la conscience socialisée, mais de celui de la conscience personnalisée de l’homme intégral.

L’humanité ne pourra pas continuer son évolution sur le globe au rythme présent de son involution, car les forces inférieures de l’involution l’attirent de plus en plus vers l’annihilation d’elle-même. L’homme a besoin d’une science supérieure afin de contrer les influences négatives qui pervertissent son développement sur le globe. L’effort destructif mené par l’homme est plus grand que l’effort constructif, et ceci ne pourra pas durer indéfiniment. Voilà d’ailleurs pourquoi le prochain type d’évolution humaine devra vivre dans des conditions de vie en marge de la civilisation actuelle lorsque la seconde fondation de l’homme sera établie sur le globe, car l’homme nouveau sera forcé de se créer son propre abri contre les forces destructives de la planète.

Les forces de la vie opèrent sur plusieurs plans de la réalité humaine. Mais l’homme n’en réalise pas encore la présence, parce que son mental est composé d’impressions extérieures à lui-même, qu’il n’est pas encore parvenu à réduire psychiquement. L’homme involutif vit simplement sur le plan psychologique de sa vie mentale, alors que ce plan ne représente que l’aspect social de sa conscience. L’aspect occulte de sa conscience n’est pas encore réalisé, car son moi baigne constamment dans la mémoire de l’ego. L’ego est une structure mémorielle de la conscience, il s’actualise dans la mesure où l’homme est en contact avec la matière.

P. 687

Dès que l’homme se libère de la matière par le sommeil, où par d’autres formes d’expériences, l’ego cesse son activité normale et l’être prend alors plus ou moins conscience de d’autres plans de sa réalité ; il ne peut cependant en comprendre tous les aspects et transposer sa conscience sur les plans élevés de sa vie mentale.

À partir de l’élévation de sa conscience, l’homme pourra reconnaître les forces occultes et psychiques en lui, qui dominent sa vie psychologique et pénètrent sa conscience afin de lui donner une identité réelle ; il arrivera à celle-ci dans la mesure où il sera capable d’intégrer ces forces, ces énergies, c’est-à-dire de supporter le choc de leur pénétration dans le mental inférieur. L’homme nouveau aura cette capacité, ce qui transformera son principe mental pour l’élever vers un plan supérieur d’énergie, où il prendra conscience des forces psychiques parallèles à sa conscience matério-sensorielle.

Les forces occultes sont les assises de la construction psychique de l’homme. Elles forment la totale expression de son moi à travers le transfert d’une énergie qui prend origine sur les plans les plus subtils de la conscience humaine. L’homme n’a jamais compris le rôle des forces occultes dans sa vie, car il n’a jamais compris la vie. Il n’a jamais réalisé sa structure psychique au-delà des limites psychologiques de son ego illusoire, sa partie mentale inférieure, endoctrinée par les illusions qui maintenaient son appartenance à sa civilisation. L’homme ancien a toujours été lié psychologiquement à sa civilisation, alors que l’homme nouveau créera une civilisation dont il sera le maître.

Le plus grand voile dressé devant la conscience des forces occultes est tissé par la mémoire subjective de l’ego, dont la fonction involutive est de le garder prisonnier de la mémoire collective. L’homme involutif n’a jamais pu sentir en lui la pleine liberté de son être puisqu’il a été englobé, dès sa naissance, par la conscience socio-historique de son temps. L’homme nouveau n’aura aucun besoin psychologique de se définir par rapport à la conscience sociale, car sa conscience réelle, née de la transmutation de ses illusions involutives, sera son seul et unique support.

P. 688

Au cours de son évolution, l’homme détruira les voiles et comprendra que les forces occultes en lui ont été responsables de la gestion de sa vie dans le cadre de certaines expériences ; celles-ci ont été nécessaires cependant pour l’amener à voir que l’ego est impuissant à comprendre seul la genèse du réel. La transmutation de l’homme éteindra le doute en lui face à la réalité occulte de sa conscience, selon laquelle la vie n’aurait aucun sens réel. Comme l’involution n’a pu reconnaître l’aspect occulte de la vie, elle dut par nécessité se concentrer sur sa qualité. Mais l’évolution changera cette condition de vie, elle fera admettre que la vie réelle naît chez l’homme lorsqu’il a atteint un niveau supérieur d’intelligence, suffisamment développé pour reconnaître que la vie est plus vaste que ne lui accorde la réalité psychologique de son moi existentiel.

L’ego involutif a tellement peur de sa fausse identité qu’il refuse toute perception profonde de lui-même. Comme l’homme craint de connaître ses fondements, il invente toutes les raisons intellectuelles possibles pour ne pas passer de l’autre côté de la montagne. Il ignore que la montagne, d’une manière ou d’une autre, ira vers lui lorsque son temps sera venu. Ce processus est absolu et deviendra une règle d’or de la nouvelle évolution. L’ego ne sera plus dans l’ignorance de son destin. Il aura la conscience d’être agent provocateur sur les autres plans universels et cosmiques de sa conscience supérieure. Mais tant que l’ego aura l’illusion qu’il mène sa propre vie, il aura tout à comprendre d’elle et l’illusion devra se dissoudre dans la souffrance. Alors seulement il pourra comprendre la vie parfaitement. Tel sera le signe de l’homme nouveau. Son mouvement dans le monde sera remarqué, car il ne parlera pas comme l’homme des anciennes générations. Sa parole sera certaine dans un sens qui dépasse la certitude psychologique d’un moi épris de lui-même, fondé sur le roc de l’intelligence et non sur l’orgueil de l’ego ignorant les lois de l’invisible.

Les forces de vie sont occultes pour l’homme à cause de son niveau inférieur de conscience, mais elles cesseront de l’être au cours de l’évolution. L’homme lui-même deviendra tellement avancé dans la science de la vie que son pouvoir sur terre grandira dans la mesure où il y aura accès.

P. 689

Pendant l’involution, la vie restera pour lui une expérience inexplicable, alors qu’au cours de la prochaine époque elle deviendra l’expression d’une conscience supérieure, à travers un corps matériel déjà sous la gestion de sa volonté créative. Tant qu’il n’aura pas franchi la barrière psychologique de son ego, l’homme demeurera prisonnier de ses opinions historiques. L’inhabilité de l’homme à vivre en harmonie avec le mouvement des forces occultes le fait souffrir et mourir. Autrement l’homme connaîtrait l’immortalité de sa conscience et vivrait une vie beaucoup plus longue ; il cesserait de vouloir la vivre dans son propre temps et en fonction de son propre désir de changer de plan, pour évoluer encore plus loin dans d’autres mondes parallèles. Chaque fois que l’homme nouveau, en fusion, voudra évoluer vers des mondes plus subtils et plus avancés dans la science de la lumière, il se séparera consciemment de son véhicule d’expériences. Il ne s’agira plus d’une mort, mais simplement d’un transfert sur un plan dont le taux vibratoire sera plus élevé que le précédent, c’est ainsi que la vie doit être vécue, sur n’importe quel globe ou sur n’importe quel plan. Voilà la réalité.

L’homme a tellement été dominé par le pouvoir de l’astral sur sa conscience qu’il a perdu contact avec la réalité et sa réalité. Il n’est pas surprenant aujourd’hui, que la planète entière doive subir des chocs pour que s’éveille l’homme à un niveau de conscience coïncidant avec la réalité cosmique de la vie et non l’irréalité psychologique de son moi. Celui-ci est dominé par le plan de la mort et de ses entités, à travers un mental incapable d’en réaliser l’influence de la naissance jusqu’à la mort. La vie de l’homme involutif est une insulte à son intelligence réelle. Elle ne correspond aucunement à la réalité des choses et des autres systèmes en évolution dans la galaxie.

Au lieu de pénétrer dans la réalité de son mental, l’homme est à la recherche de la vérité depuis des siècles. La vérité a toujours été utilisée contre lui, car elle fait partie du mensonge cosmique employé par la mort pour le garder dans l’ignorance de choses que seule elle connaît mais ne peut révéler, tant que la lumière ne sera pas en lui et qu’il ne vivra pas exclusivement de sa lumière. La découverte des lois occultes de la vie ne sera jamais facile pour lui, car elle défera tout l’édifice intellectuel construit par le passé. Voilà d’où viendra la souffrance qui s’y rattache. Mais celle-ci ne sera que temporaire et servira à épurer son mental jusqu’à ce qu’il devienne à jamais lumière dans la matière, sans mouvement possible de recul sur le plan évolutif.

P. 690

La lumière de l’homme est son intelligence pure et sans mémoire subjective. Elle demande une totale annexion au mortel avant de lui donner le pouvoir de son mouvement. Tant que l’homme ne pourra supporter pleinement sa lumière, il ne pourra connaître la vie dans toute son étendue, au-delà de l’espace et du temps conventionnel. Elle est son contact avec la dimension cosmique et universelle de lui-même, sur des plans de vie qui correspondent à sa réalité intégrale. La lumière de l’homme ne représente pas qu’une forme d’énergie, elle est en fait son ultime réalité, car elle doit un jour se fondre avec sa matière ou sa conscience dans la lumière. Le phénomène humain n’est pas simplement régi par les lois de la matière mais aussi par les lois de la lumière, qui demeurent occultes tant que l’homme n’a pas dépassé la subjectivité de sa conscience planétaire. L’homme nouveau connaîtra l’unité avec sa lumière, sa source, son intelligence universelle ; il pourra alors entrer en contact avec des niveaux de vie qui lui donneront accès à une science véritable de la vie et de la matière.

Pour que l’homme comprenne les forces occultes de sa conscience, son principe mental doit être élevé en vibration. Ceci ne se fera que lorsque l’ego aura pris conscience de la nature de son mental. Tant qu’il vivra son principe mental de façon fermée, tant qu’il pensera que c’est lui qui pense et qu’il n’aura pas réalisé que la pensée fait partie du mouvement de l’énergie du double à travers un plan servant de pont entre lui et l’invisible, il n’aura aucune notion de la nature cosmique de sa conscience et vivra sa vie mentale de façon égocentrique. Les forces de l’âme continueront de passer à travers lui et il en sera la victime, car l’âme, ou mémoire non objectivée, l’informe de la réalisation de son identité, située au-delà de la forme subjective de sa conscience planétaire.

Les forces occultes de l’homme font partie de l’énergie en évolution. Tant que l’homme ne sera pas éveillé à son propre mystère, cette énergie continuera à être colorée par la mémoire et à être assujettie au pouvoir de l’âme sur la conscience égoïque. L’être connaîtra une intelligence inférieure, car il demeurera sans puissance créative sur sa vie.

P. 691

La destinée de l’homme est liée à l’évolution de l’intelligence créative, et non simplement à la réflection du mental inférieur sur une vie faisant partie d’une programmation dont il ne connaît ni l’origine, ni l’existence. Alors que la science a démontré que l’homme possède un patrimoine génétique, elle devra un jour démontrer qu’il possède aussi un patrimoine psychique, qui prédétermine le choix du patrimoine génétique lors de l’incarnation dans la matière. Le corps matériel n’est que l’enveloppe utilisée par l’âme lors de sa descente dans la matière ; ce corps fut choisi avant l’incarnation et l’ego en est le récipient, l’utilisateur non averti. La seule façon qu’a l’homme de contourner cette situation imposée est de comprendre les lois occultes de sa conscience, afin de pouvoir engendrer les forces nécessaires qui lui donneront accès à une volonté créative capable de le libérer des conséquences difficiles d’une programmation astrale. L’homme cherche le succès dans la vie, car il l’identifie à une forme d’intelligence. Mais ce succès fait encore partie de l’expérience de l’âme à travers l’ego. Condition désagréable pour toute conscience réelle qui comprend que le simple succès social doit être remplacé par le pouvoir occulte de l’homme sur sa vie matérielle. Le pouvoir de sa conscience occulte équivaut à sa capacité de comprendre les lois de l’énergie de la vie afin de la forcer à se plier à ses besoins réels et universels. La conscience nouvelle arrachera à la vie involutive le pouvoir qu’elle avait sur la condition humaine : celui de faire de la vie humaine une expérience programmée pour le bénéfice de l’âme au lieu de celui de l’ego, dont la lumière a été enfouie sous les décombres de la mémoire raciale. Comme l’homme est ultimement cosmique, il reprendra à l’âme le pouvoir qu’elle s’est approprié sur lui. Nous verrons alors apparaître sur terre le surhomme, dont la conscience en fusion amènera à la civilisation une énergie créative susceptible de lui donner ce qui lui revient de droit : l’immortalité de la conscience. Le retour à la mort astrale sera neutralisé et l’homme passera à une autre dimension appartenant à la nature même de son universalité.

L’origine de l’homme est dans la lumière et non dans les corridors de la mort, où les entités attendent dans l’illusion de leur propre temps, la lumière qu’elles ne pourront connaître que dans la fusion de l’âme avec l’esprit. L’élimination du périsprit autour du noyau de l’âme permettra à l’homme de vivre une connexion étroite avec les plans universels, enfin dépouillés de la tâche de l’expérience animique.

P. 692

Assuré de son lien universel, l’homme connaîtra les forces occultes qui passent par ses centres et les utilisera créativement sans jamais en être affecté psychiquement. Comme son identité sera parfaite, il bénéficiera d’une vision totale de la vie, tant sur le plan matériel que sur les plans parallèles auxquels il aura librement accès. Il aura été libéré des voiles du connu, qui empêchent la lumière de faire vibrer ses cellules à un taux vibratoire qui le soustrait des influences planétaires.

La mort existe en parallèle avec la vie même si l’homme est dans le corps matériel. Active à travers lui sous le couvert de sa nature planétaire, elle l’influence à travers sa pensée astralisée et non créative cosmiquement. Voilà pourquoi d’ailleurs, il est impossible à l’homme involutif d’être parfaitement heureux sur le plan matériel, quel que soit son statut social ; il est en effet constamment affecté par le pouvoir de l’âme qui se sert de son expérience égoïque pour la transformation du matériel psychique lui permettant d’évoluer, alors que l’ego, lui, doit souffrir pour qu’elle évolue. Ceci cessera avec la venue de la conscience intégrale : l’âme et son pouvoir se retireront de sa conscience, et il ne vivra que du pouvoir de sa lumière en fusion avec lui.

Pour que l’homme prenne conscience des forces occultes en lui, il devra comprendre la nature de sa pensée subjective et réaliser qu’elle n’est pas le produit de sa conscience supérieure mais de sa conscience inférieure et planétaire, mécanique, sans centre de gravité réel. Tant qu’il ne saura pas se créer un centre de gravité réel, il vivra par rapport à la totalité des expériences de l’humanité ; plus elles deviendront difficiles, plus il en sera affecté, car sa conscience personnelle sera le produit de sa fidélité de pensée, ainsi que de sa façon involutive de penser comme l’humanité pense. Comme l’homme cosmique sera parfaitement individualisé dans sa conscience, il lui sera impossible de penser avec les pensées des autres. Ceci exigera un centre de gravité très développé, qui sera la mesure même de sa nouvelle conscience. Tant que l’homme utilisera les mots comme l’humanité le fait depuis le début de l’involution, il ne verra pas le pouvoir de sa parole et elle ne servira qu’à le garder dans le giron de l’involution.

P. 693

Il ne comprendra pas que les mots sont à la fois les outils de sa façon et ceux de sa contrefaçon selon la mesure de son utilisation. Mais pour utiliser les mots de façon consistante, selon la fusion de son énergie créative, il devra reconnaître, bon gré mal gré, que la nature du monde mental change lorsqu’il modifie son rapport à lui-même. Ce changement par rapport au monde mental permettra à l’homme nouveau de saisir la perche que lui tend son propre esprit, le double, sa partie cosmique et universelle.

La conscience humaine flotte dans un océan d’énergie créative auquel l’homme n’a accès que dans une très faible mesure. Ce manque de pouvoir créatif chez lui tient au fait que sa conscience ne comprend pas les lois occultes des forces qui la sous-tendent, de sorte qu’il est utilisé par elles toute sa vie durant, au lieu de les utiliser à son propre profit. Cette dépendance de l’homme face à l’occulte est responsable de son involution et de la manipulation qu’il subit depuis sa naissance jusqu’à sa mort. L’homme intégral ouvrira le chemin à l’humanité. Il démontrera par sa propre expérience que la vie peut se vivre au-delà de la programmation planétaire, s’il est capable psychiquement d’en supporter les dessous. L’esprit ne peut se manifester dans toute sa puissance tant que l’être ne s’est pas éveillé à la vrai réalité de sa nature. L’homme fut tellement englobé au cours de l’involution, qu’il est devenu un peu comme l’esclave habitué à son sort. Cette condition fait partie du voile de ses illusions. La descente de la conscience supramentale sur le globe créera une brèche dans la conscience humaine, et l’homme commencera à voir un peu de lumière. Mais cette lumière ne deviendra son pouvoir que s’il poursuit sa vision intérieure qu’elle lui fait voir de la vie. Sinon, il sera forcé de perpétuer son propre mythe jusqu’à ce qu’il soit suffisamment évoluer pour en dépasser les limites. Les forces occultes participent de la conscience humaine. Elles se transforment à l’avantage de l’homme lorsqu’il apprend à ne plus les subir ; pour y parvenir, il devra voir à travers le jeu qu’elles trament constamment contre lui afin de raffiner l’appareil psychique qui leur sert d’ancre dans la matière.

L’homme nouveau découvrira que la vie ne fait pas partie de la conscience de la terre telle qu’il l’a cru pendant des millénaires, mais d’une dimension parallèle à laquelle il a droit.

P. 694

Le mouvement de la vie à travers la matière ne fait que coïncider temporairement avec la nature de la conscience humaine, impuissante à passer à travers les voiles psychiques du moi imposés par les forces occultes de son mental, primitif dans ses principes, mais perfectionné mécaniquement. Il y a plus à la vie et à la conscience que le simple rapport au corps matériel, et ce n’est pas à travers l’expérience de la matière que l’homme parviendra à se dépasser et à entrer en contact avec d’autres dimensions. Les forces occultes de la conscience appartiennent à l’organisation invisible de la vie matérielle. Les mondes sont parallèles dans l’univers, et constituent des étages, ou des plans d’énergie, dont la puissance diffère selon la nature du plan.

L’homme nouveau interviendra dans la manifestation des forces occultes lorsqu’il aura dépassé les voiles qu’elles créent sur sa conscience en évolution. Les mystères de la vie disparaîtront de sa conscience, et un vaste panorama de possibilités nouvelles s’ouvrira devant lui. Son mental élargira sa vision des sphères matérielles et psychiques et il deviendra un roi sur la terre. Sa puissance psychique sera légendaire, il deviendra effectivement magique, car il ne sera plus retenu prisonnier des forces inférieures de la matière. Un autre temps s’ouvrira à l’homme et ce dernier comprendra ce que les initiés de la terre avaient reconnu : il verra que le paradis fait partie des dimensions psychiques de la planète et que toute conscience élevée en vibration ne peut mourir, c’est-à-dire qu’elle ne peut plus subir la loi des cycles de manifestation entre la mort et la vie terrestre.

Lorsque l’homme aura conquis l’occulte, il aura conquis la matière. Sa conscience parviendra à des sommets n’appartenant plus à l’imaginaire mais à la genèse du réel. Cette genèse transformera la terre et donnera aux fils de la lumière un nouveau statut d’évolution. Les hommes nouveaux transformeront non seulement la terre matérielle mais aussi la terre invisible, ces éthers de vie subtils qui coexistent avec les plans supérieurs de la conscience affranchie des forces occultes, qui sont la mesure de la souffrance involutive. Le mental humain sera d’une telle force, que la centricité de la conscience humaine fera éclater toute interférence astrale aux forces de vie nouvelles qui doivent descendre vers la terre pour arracher l’homme à l’involution ou au pouvoir de l’âme.

P. 695

Autant l’homme involutif avait reconnu le progrès comme une manifestation de son intelligence, autant il comprendra que seule la créativité de la conscience en fusion peut lui assurer l’immortalité.

La compréhension de l’activité occulte des forces de vie dans la conscience humaine permettra à l’homme de se dégager de l’association psychologique qu’il a avec la civilisation involutive. Il se donnera ainsi une liberté créative qui dépasse en puissance ce que sa fausse liberté lui aura fait réfléchir au cours de l’involution. Même s’il est parfaitement libre, cette liberté ne pourra lui être donnée gratuitement ; il devra l’arracher à la vie, c’est-à-dire aux forces occultes qui la sous-tendent. L’homme a toujours été prisonnier de l’expérience, car les forces occultes de la vie agissaient à travers son ignorance des lois du mental supérieur. Sa raison devenait sa seule façon d’exercer un faux droit à la liberté. Toute son histoire représente l’illusion grotesque de cette illusion. Même à l’époque moderne, l’homme est encore dans la survie. S’il ne survit pas matériellement, il survit psychologiquement. Comme il ne peut sentir que le pouvoir fait partie de sa conscience, il est encore véritablement esclave des forces occultes.

L’homme nouveau brisera le pouvoir occulte des forces qui se manifestent à travers son processus mental. La transmutation psychique de l’ego fera naître une nouvelle vibration dans le mental humain. L’homme passera d’une conscience associative à une conscience purement créative, capable de fermer à tout jamais l’espace psychique qui crée la réflection égoïque, et qui force l’homme à s’entretenir de pensées subjectives pour évaluer la nature de sa conscience et de son action dans la vie. Ce nouveau vide créatif élèvera le niveau vibratoire de son corps mental et lui permettra de pénétrer consciemment dans l’éther du mental ; quand il sera libéré psychiquement de son lien avec le subconscient, la portion physique de son corps éthérique jouira d’une nouvelle liberté, qui permettra à l’homme conscientisé de se libérer consciemment du corps matériel et d’entrer dans un autre temps de sa conscience. Cela marquera le début de la relation créative entre l’homme éthérique et l’homme matériel. Une grande perception des sous-plans de la matière s’ensuivra et une science nouvelle éclatera dans le monde, qui donnera à l’homme accès aux grands mystères de la matière et de l’énergie, bien au-delà des études mécanistes et physiques de la science moderne. La révolution dans l’esprit sera établie et la terre ne sera plus jamais la même.

P. 696

 

Ayant conquis les forces occultes en lui-même, il deviendra lui-même occulte. Par sa pénétration dans l’inconscient des plans que régissent les forces de vie planétaires, il assumera le contrôle des forces élémentales et établira ainsi un pont entre lui-même et l’invisible. La science en sera bouleversée à un tel point qu’une nouvelle configuration se créera dans le monde de la science. La communauté scientifique mondiale s’arrachera le privilège de voir de ses propres yeux ce qui, par le passé, avait été considéré comme une projection fantastique de l’imaginaire. La science-fiction deviendra réalité. Libéré des forces occultes, l’homme nouveau entrera dans un rapport différent avec les forces de la terre. La civilisation qui suivra sera radieuse et les hommes comprendront que le passé et ses souffrances devaient contribuer à l’ignorance nécessaire à la conquête de l’esprit.

L’esprit est une force intelligente que l’homme doit mater et non subir. Au cours de l’involution, l’homme fut assujetti à l’esprit à différents niveaux de sa conscience spiritualisée, car il ne pouvait comprendre par lui-même sa relation avec l’occulte de l’esprit. Son mental n’était pas suffisamment éveillé à la centricité de sa conscience, même si la déspiritualisation de la conscience moderne par la science avait aidé à ce développement. Par contre, la déspiritualisation aura été opposée à la réalité de l’invisible. Ayant dépassé les normes spirituelles de sa race, l’homme nouveau entrera dans le monde, où la conscience éveillée pourra transformer ce qui fut spirituel et retardataire en intelligence pure. Alors les forces occultes réfugiées dans la spiritualisation de la conscience prendront leur distance face à l’homme. Ce dernier découvrira le mécanisme cosmique de sa conscience, enfin libérée de la forme mentale occultée de sa coloration spirituelle. La rupture totale entre l’homme et les forces occultes se fera lorsqu’il aura non seulement dépassé le seuil de la conscience spirituelle conventionnelle de sa race, mais aussi compris le rôle spirituel de sa conscience planétaire, assujettie à un mode de pensée lié au monde astral et infecté par la mémoire humaine involutive.