Évoluer pour soi-même d'abord

 Edwige


AVANT-PROPOS

"Être sur le chemin de l’évolution c’est mener une étude" 

(BdM PE-028)

Ces FOCUS sont des espaces réservés aux échanges d'idées pour faire évoluer l'instruction Supra-Mentale de façon créative, collaborative et générative. Prière de ne pas déformer, ni plagier, les transcriptions originales de l'œuvre de Bernard de Montréal proposées pour étude, dont la seule référence est l'audio qui l'accompagne. Un résumé personnel, des citations et/ou des liens sont admis pour initier ces échanges. Vous pouvez proposer un thème, un sujet qui sera mis en ligne après vérification. Aucune inscription ni abonnement n'est requis, l'anonymat est garanti.

** Polémiques stériles et énergivores, non-respect de la parole de l'autre, critiques malveillantes, tribune spirituelle pour ego surdimensionné… iront directement dans la corbeille.


 

 

Évoluer non pas pour enseigner, pour justifier son existence ou pour se donner une identité… mais juste pour soi-même… c’est le B.a.-ba de l’enseignement du Bernard originel et non des clones produits par l’astral qui lui aussi se supramentalise…

 

 

 

 

C’est ce qui amène de la "concurrence et de l’adversité" qu’on n' aurait pas cru exister dans ce monde nouveau ou chez le "nouvel homme"… 

Finalement c’est comme dans la sphère spirituelle, le supramental peut devenir un formidable terreau pour des egos en voie de surdimensionnement, juste assez intelligent pour avoir flairé un autre créneau lucratif et/ou pour exercer leurs talents de magiciens de la conscience...

Se regarder chacun  "aller" mais avec des  "aller/retour" dans l’échange respectueux et non masturbatoire, qui nous renvoie toujours à cette phrase magique:  "on peut pas être intelligent tout seul", on se voit "aller" mutuellement et non pas unilatéralement…

Comme en randonnée ou chacun tend la main à l’autre dans les passages ardus, sans chercher à lui enseigner comment respirer ni comment mettre un pied devant l’autre

Et pas non plus comme un enseignant qui, étant sûr qu’il sait, pontifie et assène son savoir en verrouillant les portes afin d’éluder tout rapport de force avec une intelligence divergente… qui n'est que crainte de l’opposition intelligente…

N’étant pas du sérail, donc pas infectée par le virus supramentalien, un regard transgressif me permet d’être à l’aise dans ce monde tout en restant détachée du formalisme ou de la forme imposée par certains egos dont le  "cou de girafe" s’est allongé artificiellement… Mais coupez les anneaux et le cou se brisera


Écrire commentaire

Commentaires: 22
  • #1

    Josée (vendredi, 07 juin 2019 05:42)

    le titre de l'article rappelle que l'évolution demande qu'on prenne toutes ses décisions pour soi-même en premier lieu. on ne doit rien à quiconque. on peut croire avoir une dette de reconnaissance si la personne nous avait servi dans le passé à approfondir l'instruction de Bernard. on peut croire que la personne est plus évoluée que soi et qu'il faut lui être loyale, ou bien que la personne n'a plus la force d'évoluer et qu'il faut la soutenir dans ce qu'on interprète comme un échec, ou bien que la personne est devenue curieuse de l'instruction à cause de soi et qu'il faut nourrir cet appétit, ou que la personne serait sur le point de tout comprendre de sa propre vie avec un coup de pouce. Éventuellement on a assez de discernement de comprendre qu'on ne peut plus évoluer en continuant de nourrir des comportements spirituels centrés sur autrui. On ne peut plus être bien dans sa peau sans dire non à ses propres comportements spirituels. Un ajustement initial fait de doute et de tendances polarisées inaugure ce grand lâcher-prise qui fait qu'on cesse de se vouer à la cause des autres. Le discernement, le gps, est devenu une autorité de soi sur soi, autrement dit, une autorité faite de paix.

  • #2

    Edwige (vendredi, 07 juin 2019 10:04)

    Evoluer pour soi signifie se "recentrer en soi", éliminer toutes les croyances qui nous ont tourné vers les autres nous faisant nous oublier jusqu'a notre propre identité. Oublier l'idée aussi que ce qui nous convient convient aux autres...

    Tout a l'extrême ce don de soi et autres abnégation a été néfastes à l'évolution humaine en générant des redevances et des contentieux...

    Travailler pour soi, sur soi-même est la meilleure action que nous puissions faire pour les autres... Soyons le changement que nous souhaitons pour autrui...

    Surtout dans cette nouvelle ère de changements supramentaliens ou la dichotomie va aussi bon train que dans le passé spirituel ou maîtres et gourou pointent déjà leurs livres et conférences à vendre... C'est combien le tarif d'entrée pour se conscientiser?

    On se doit vigilance car on amène pas le cheval à la rivière s'il n'a pas soif...

  • #3

    Josee (samedi, 08 juin 2019 01:40)

    Tout le monde est destiné à l'évolution mais dans son temps. La spiritualité est prise pour de l'évolution alors qu'elle en est l'ultime empêchement. Le dernier chapitre de chacun a pour titre la spritualité et il peut s'agir d'un chapitre invroyablement long pour l'un et juste très long pour l'autre. Ce sera toujours long. Un groupe restreint sera catapulté hors de la spiritualité au terme de la civilisation. Ils auront été préparés depuis d'innombrables incarnations pour accélérer leur dernier chapitre, compléter leur évolution et servir au redémarrage de l'humanité. Évoluer, c'est accomplir son destin de grand frère, un rôle prévu depuis le tout début.

  • #4

    Edwige (mardi, 11 juin 2019 10:14)

    On peut remarquer que certaines personnes, bien qu'elles se soient dans leur passé frottées par impuissance aux conditionnements religieux et/ou spirituels, ont pu échapper à cette longueur de désapprentissages à l'âge où elles ont pu dire stop. Le lien de domination a été rompu à tout jamais, même si, pour des raisons d'expérience d'âme, elles sont entrées dans une autre forme de domination: conjugale, professionnelle, sociale etc…

    Ce sont ces dominations-là qui, arrivées à écœurement dans leur vie, font un jour bien comprendre les processus de manipulation par triangulation entre le haut et le bas…

    C'est le point de départ de "l'évolution pour soi-même d'abord" qui rend éligible pour la catapulte hors de la civilisation endormie, afin d'en soutenir une nouvelle et consciente.

  • #5

    josee (mardi, 11 juin 2019 20:53)

    par tempéramment, certaines personnes en voie de fusion doivent intégrer un tempéramment de type bleu ciel et d'autres ont plutôt à intégrer le rouge. ça n,empêche pas ces derniers d'êtres aux prises avec la domination des sphères spirituelles, non par le biais de comportements doucereux, gentillets très bleu ciel mais par des réflexes de générosité très rouge envers les enfants par exemple, ou envers l'humanité souffrante. ça peut passer par une carrière professionnelle qui focusse sur autrui et qui puise dans sa créativité dans un but de compassion, ça peut passer par un hobby qui vise à aider le corps ou un hobby qui vise à élever la conscience, etc etc. la spiritualité a le bras long et très fin, si fin qu'on ne le voit pas surtout si notre propre bras est rouge. c'est quand nos bras sont bleu ciel qu'on voit la spiritualité à travers la pâleur. on veut la voir aussi. la personne rouge est indifférente à paraître généreuse parce qu'elle se voit plus autonome affectivement, mais il reste que c'est important de fusionner et d'intégrer toutes nos pulsions, donc de les conscientiser, sinon on est un peu comme une marionnette à main qui se prendrait pour un être libre.. alors qu'en fait on est une marionnette à main qui n'en finit plus de réaliser qu'elle est une marionnette à main parce qu'elle fusionne avec la main/source d'infinie révélation, la main qui prendra tous les moyens pour que plus rien ne soit caché.

  • #6

    Edwige (vendredi, 14 juin 2019 11:20)

    Nous avons des polarités à tendances dominatrices expérimentées dans l'inconscience pour expérimenter leur dépolarisation en conscience…

    Cela peut passer par bien des expériences, situations, évènements, oppositions etc… de la gentillesse à la tolérance écœurante, de la générosité médiocre pour l'humanité, d'un emploi pour un ego en construction d'une personnalité, d'un hobby qui impressionne l'entourage, d'une affinité avec les hare krishna etc…

    Tout ce qui touche à l'émotivité n'est qu'expériences d'âme par le truchement de l'ego personnalité, qui a son caractère et son tempérament bien trempés ou non, fabriqués par les expériences de son âme dominatrice…

    L'âme a ses attributs propres, l'ego se fait imprimer des polarités par les entités astrales, pièces maîtresses de l'involution évolutive, jusqu’à ce que lui, l'esprit et le cerveau éthérique fusionnent avec elle pour matérialiser son double accompli.

    BdM disait en gros que "la sagesse du cœur est un grand orgueil spirituel et la grande raison rationnelle un grand orgueil du mental, tous les deux font chier"…

    Je suis pas loin de dire pareil et d'en faire mon affaire…

  • #7

    Josee (vendredi, 14 juin 2019 13:06)

    comment ferions-nous sans balise ? Il y a le rappochement du centre et il y a l'éloignement du centre (la balise qui fait chier).

  • #8

    Edwige (lundi, 17 juin 2019 06:06)

    Entre la sagesse du cœur et la rationalité du mental c'est par l'équilibre des deux que l'on peut aller vers un nouvel avenir que celui de l'ère robotisée en fabrication à la chaîne qui fera encore plus chier…

  • #9

    Josee (lundi, 17 juin 2019 14:38)

    La décadence et la condition humaine sont synonymes car cette dernière multiplie les formes, donc augmente sa capacité à être manipulée jusqu'à l'auto-destruction. La pente de l'aliénation qui monte a toujours existé. Aujourdhui elle devient abrupte alors même que le grand soleil central rayonne enfin jusqu'ici. L'individu qui reçoit son rayon devient plus sensible parce que la lumière indifférenciée est pure sensibilité. Ainsi suprasensibilisé, l'individu est forcé de développer son discernement, cet équilibre inédit entre ses corps émotionnel et mental inférieur. Sa nouvelle sagesse du coeur lui fait respecter toute chose pour alléger ce travail d équilibre.

  • #10

    Edwige (mardi, 18 juin 2019 10:18)

    Les manipulations à travers des formes, qui s'adaptent à cette nouvelle instruction supramentale, ne manquent pas de s'inviter à la table des festivités du buffet supramental.

    Quand bien même il est présenté en plat de résistance de "ne croire en rien" qu'à soi-même.

    Notre ego qui s'illumine de plus en plus de sa lumière rayonnante attire proportionnellement ceux qui cherchent encore celle qui n'est pas encore parvenue jusqu’à eux…

    Développer son discernement permet de ne pas distribuer, comme des petits pains, l'énergie de son corps émotionnel, de son mental inférieur et de son cœur nouvellement ouvert.

    Il transforme l'empathie ancienne en respect de lui-même comme celui d'autrui en véritable équilibriste de son évolution personnelle.

  • #11

    Josee (mardi, 18 juin 2019 14:53)

    Ce qui précède et attise le respect, c'est la conscience des faiblesses. En se libérant de sa subjectivité, l'ego acquiert la capacité de nommer les points faibles, que ceux-ci soient les siens propres ou ceux de ses interlocuteurs (ou ceux des politiciens et ainsi de suite). En pratiquant le respect intégral et en le répartissant à gauche et à droite (à son endroit et à l'endroit des autres) tel un équilibriste, on scellera nos écoutilles astrales et on foncera dans l'événementiel comme une machine à avaler de l'événementiel. Peut-être que juste ça déjà c'est rayonner. Qu'en dis tu ?

  • #12

    Edwige (samedi, 22 juin 2019 08:27)

    Rayonner… tout le monde rayonne par sa propre astralité …

    Certains ont un rayonnement qui magnétise, d'autre un rayonnement qui agit comme un répulsif.

    Ce qui me magnétise peut te révulser et vice versa.

    On possède tous une vibration qui nous attire vers l'un ou l'autre mais si on dépolarise l'attraction et la répulsion on perçoit que chacun deux sont porteurs d'une énergie d'expériences et d'émotions qui va alimenter la tirelire de la fusion en chemin.

    Le respect intégral c'est d'arriver à dépolariser ce qui est fort ou faible et de s'enrichir de l'énergie de chacun de ces deux attributs, qu'ils nous appartiennent ou non, mais toujours avec une neutralité mentale. Si l'émotionnel s'en mêle il y aura du goût ou dégoût qui empêche de "mieux voir" ce qu'il y a dans l'invisible de ces deux polarités…

  • #13

    Josee (samedi, 22 juin 2019 16:12)

    La conscience c'est au départ la perception des tendances ou attitudes qui naissent en soi comme des réflexes aux incessants mouvements d'énergie qui sont amenés vers l'ego. Une interaction avec quelqu'un sera toujours une occasion de tests par lesquels le double vient exacerber ces réflexes, il joue toujours à ce jeu qui évoque la tentation du diable, il vient provoquer nos réflexes établis d'attirance et de répulsion. L'homme évolue en se gardant de ces pièges, il diminue l'importance de ses habitudes comportementales et celle des images qu'il en extrayait, il réarticule ses croyances (ses formes), il voit mieux le marionnettage invisible, aux proportions de la partie d'iceberg cachée sous le visible, il se sert de tout pour évoluer lui-même, il devient un avaleur de temps, glissant dans sa neutralité, il devient un soleil neutre, connecté à l'explication de sa vie, vibrant une nouvelle définition plus haute de l'amour et, quand même, 100% meurtrier du mal comme il se doit !

  • #14

    Edwige (vendredi, 28 juin 2019 22:08)

    L'ego, en se conscientisant, découvre avec effarement qu'il n'a jamais été le gouvernail dans sa propre vie, ne parlons pas de sa liberté ou des choix qu'il a pu faire…

    Une interaction d'ego à ego dans l'involution est une expérience de l'âme, une interaction d'ego à ego dans l'évolution est un test ou examen de l'esprit qui jauge du niveau atteint dans les corps émotionnels… La nuance est colossale car l'évolution est exempte d'énergie astrale comme dans l'involution.

    Tous les mécanismes de défenses sont amenés à être brisés pour que les barrières qui le sépare de son double éthérique s'effondrent et créent, par le système des vases communicants, une communication télépathique fluide et intelligente d'ego a ego ou d'ego a esprit.

  • #15

    Josee (samedi, 29 juin 2019 02:57)

    Non on ne fut jamais en contrôle mais il fallait le croire pour le bien fondé de notre essor civilisateur.
    Or tout ce qui est irréel affecte notre corps éthérique. Le périsprit est la somme des plaies causées à notre corps éthérique, notre "petit être", et c'est ce qui va être restauré quand va commencer le processus du grand réveil.
    Ce processus y va de moyens extrêmement créatifs pour nettoyer le périsprit.
    Tous les anciens mois sont appelés à s'exprimer selon l'agenda de ce grand nettoyage et l,ego les absorbe comme autant de défis à sa capacité à être objectif.
    C'est toute son ancienne astralité qui lui est virtuellement et littéralement représentée, réévoquée. Chaque journée évolutive est composée de tels face à face entre l'ego et son ancienne capacité à être astralisé.
    Ces face à face entre l,ego et son ancienne astralité ont pour raison d'être que lui, l'ego, s'implique dans la restauration de son corps éthérique, autrement dit dans la restauration de l'unité entre tous les mois (les personnalités) qui jadis furent canalisés en lui mais canalisés d'un façon qui toujours fut morcelée à cause de l'astralité qui jadis fut incarnée en lui.
    La mémoire est importante en ce sens que c'est une faiblesse à transformer en force.

  • #16

    Edwige (mardi, 02 juillet 2019 13:48)

    Nos croyances, tout en ouvrant la voie royale au spiritualisme, a servit bien des repas énergétiques aux plans vampiriques qui ont rendu malades nos corps physiques et subtils…

    L'ego, qui réalise objectivement l'arnaque contre son corps émotionnel, siphonné de vie en vie, apprend à se respecter en refusant le non-respect des plans et d'autrui pour lui.

    Le processus de conscientisation nettoie en priorité tout ce qui a encrassé le corps astral, manipulations, illusions, attentes, menteuses en tous genres... La vibration de la parole créative de Bernard étant l'outil par excellence contre toute autre thérapie énergétique.

    L'ego évolue ainsi à l'abri des intrus de tous acabits et dans l'isolement des cercles qui font grands bruits avec rien… Sa force lui vient d'encaisser tout cela dans sa plus grande solitude…

  • #17

    Josee (mercredi, 03 juillet 2019 02:30)

    La dimension émotionnelle de l'homme ainsi que sa dimension mentale inférieure furent durant des millénaires utilisées à mauvais escient pour tous les excès imaginables afin de relancer la course à l'expérimentation qui développait l'âme dans ces deux dimensions. Maintenant que l'homme reprend le contrôle de sa destinée, il contient tout excès sur ces deux plans grâce à une collaboration avec sa dimension cosmique qui l'aide à voir passer l'excès et à en démasquer la nature aliène. La dépense d'énergie qu'il met dans ce travail se traduit par une mutation non pas des corps émotionnel et mental inférieur mais des corps éthérique et physique, ses autres dimensions qui ont toujours encaissé les excès et ont besoin d'une grande mise à jour. les excès des corps émotionnel et mental inférieur se communiquaient aux corps physique et éthérique par les deux lobes du cerveau. Garder l'organe cérébral calme, encaisser les excès vibratoirement au lieu de les subir dans le cerveau, être à l'écoute du système nerveux ou respecter le passage d'une souffrance éthérique a-psychologique, sont des moyens de soigner les dimensions de notre âme qui ont absorbé le coût de l'involution.

  • #18

    Edwige (jeudi, 04 juillet 2019 11:59)

    Durant des millénaire nous avons évolués pour le collectif tout en soutirant des bénéfices personnels pour notre propre évolution lente et laborieuse…

    Maintenant que nous avons conscience de n'évoluer que pour nous même nous savons que cette évolution individuelle impacte peu ou prou notre environnement immédiat et plus élargie au besoin…

    Nous dépensons évidemment encore de l'énergie pour parfaire ce besoin évolutif mais en sachant que notre besace, notre réserve énergétique se vide moins rapidement qu'auparavant dans l'involution, d'autant plus quand on se ressource au quotidien ressourçant dans la nature qui abonde d'énergies réparatrices des corps physique et subtils.

    La mutation des corps éthérique et physique s'opère par la montée en taux vibratoire qui les amène à changer de mode opératoire à tous les niveau diurnes et nocturnes, impactant durablement et sans retour en arrière sa façon de s'alimenter, de dormir, sa sensibilité, ses seuils de tolérance psychique aux agressions extérieure, sa façon d'aborder la psychologie de l'ego et son lien avec l'univers, etc…

    Dans le contrôle de sa destinée il y a toujours en arrière-plan le discernement qui, contre vent et marées, lui indique toujours là où il doit être et aller en ne comptant que sur lui-même, sur sa volonté et son intelligence doublée de celle de son esprit …

  • #19

    Josee (jeudi, 04 juillet 2019 16:05)


    Notre réaction aux tests est le plus souvent soumise aux manipulations internes (illusions, attentes, et autres pensées menteuses en tous genres...) qui font beaucoup de bruits mais auxquelles nous sommes si habitués que nous ne nous mettons pas à l'abri et hors de portée de la nature énergivore de ces bruits.

    C'est une chose de dire qu'on est habitué comme ça mais il reste que la force de l'habitude n'a rien d'innocent.

    Changer d'adhésion est un volte-face. Se mettre à l'abri est une tâche ardue. La force contraire est ardente. Ces bruits nous enveloppent, nous flattent, nous valorisent à un degré ou à un autre, et, si ce n'est dans l'oeil de l'autre (qu'on a voulu aider dans ce but), c'est dans notre oeil.

    Oui il y a l'erreur d'aider comme il y a celle de la spiritualité solitaire du grand incompris que dieu, lui, reconnaît et à qui le divin permettra un jour d'"Aider l'Humanité", un projet qui excuse son inaction présente. Ce ne sont que des exemples de forces d'attraction du périsprit sur le désir de faire évoluer autrui, en vrai ou en projet.

    Personne n'évolue, personne ne change vraiment, en dehors du processus de fusion. Là oui, le caractère s'altère. De fois en fois où l'ego se centre, il intègre de la déception et de la maturité en perdant des croyances plus ou moins banales ou royales selon ses valeurs subjectives. Avant cette capacité de forcer sa centrification, on était sans capacité de changer. Notre passé a pu comporter des chapitres diversifiés autant que faire se peut, des traumas, des redéparts, des rôles, des styles, nous-mêmes n'avons jamais changé. Enfin on y arrive, chaque fois qu'on arrive à se centrer dans l'oeil du cyclone.

    Quelque chose me rassure dans mes moments d'effarement. C'est le paradoxe suivant.

    l'esprit ne fait que nous exposer à nos failles via les "tests" et les "épreuves" qui constituent notre événementiel-cyclone d'éléments périsprits. Nous, pour nous centrer dans l'oeil du cyclone, et évoluer, il ne faut compter que sur nous-mêmes, sur notre propre intelligence, conscience et volonté.

    paradoxalement, notre réaction à ces tests et épreuves est déjà connue sur le plan de l'esprit. C'est comme si la table était déjà dressée. N'est-ce pas une belle invitation ?

  • #20

    Edwige (mercredi, 10 juillet 2019 09:16)

    Les habitudes se sont transformées en réflexes et en mécanismes automatiques ne laissant place à aucune action réfléchie.

    Il me semble que l'époque de l'involution n'est pas synonyme de non-évolution. Au contraire de vies en vies nous évoluons par notre caractère et notre tempérament, même si vu de loin ça n'est pas toujours probant.

    C'est cette évolution progressive et laborieuse qui nous rend apte à entrer en processus de fusion qui, lui, sera encore plus long selon ce qui reste à changer…

    L'esprit se chargera de nous exposer à nos failles par des tests et contre-tests mais en s'ajustant à lui avec intelligence et volonté nous pénétrons plus loin dans la conscience de nous-même et celle de notre double en voie d'accouchement.

    En fait tout est déjà connu dans l'occulte sauf de nous…

    Chaque test qui provoque une réaction est fait pour nous faire connaître ce que nous ne savons pas… en le découvrant on met le doigt sur ce que nous avons à changer, ce qu'il reste à changer ou ce qui a déjà changé en nous …

    C'est une belle invitation au changement, encore faut-il ne pas égarer son carton d'invitation…

  • #21

    Josee (mardi, 16 juillet 2019 11:55)

    Je cours après le plaisir y compris celui de me dire contente, contentée par le portrait général. Je cours après le drame même si je sais sens avoue qu'il n'est que théâtralité. Vagabond de la vaste planète, avec ma besace de pains durs sur l'épaule, je comptabilise, je mesure les aléas même sachant leur nature formatrice. Il y a des souris dans ma besace ou non ? Il y a des trous sous ma besace ou non ? J'ai gaspillé mes pains en les distribuant ou non ? Je gaspille mes pas depuis ce matin ou non ? Seul mon rayon sait mon nom.

  • #22

    Edwige (jeudi, 18 juillet 2019 09:32)

    Tout est déjà connu dans l'occulte sauf de nous… les aléas formateurs, les souris et les trous dans le sac à dos, les gaspillages en tous genres... même les contentements divers...

    Nos réactions nous font re-connaître ce que nous ne savons pas… elles mettent l'accent sur ce que nous avons à changer, ce qu'il reste à changer ou ce qui a déjà changé en nous …

    Je ne me dirais pas contente de rien puisque la montagne me remplit de tout… le retour au plancher des vaches avec des personnes qui vivent dans leur théâtre dramatique renforce mon individualité… Ce qui a changé c'est que leur impact est de plus en plus léger car ils pénètrent de moins en moins ma carapace astrale renforcie par les énergies de la nature.