Le respect de soi

 Par Edwige


AVANT-PROPOS

Ces FOCUS sont des espaces réservés aux échanges d'idées pour faire évoluer l'instruction Supra-Mentale de façon créative, collaborative et générative. Prière de ne pas déformer, ni plagier, les transcriptions originales de l'œuvre de Bernard de Montréal proposées pour étude, dont la seule référence est l'audio qui l'accompagne. Un résumé personnel, des citations et/ou des liens sont admis pour initier ces échanges. Vous pouvez proposer un thème, un sujet qui sera mis en ligne après vérification. Aucune inscription ni abonnement n'est requis, l'anonymat est garanti.

** Polémiques stériles et énergivores, non-respect de la parole de l'autre, critiques malveillantes, tribune spirituelle pour ego surdimensionné… iront directement dans la corbeille.


Le respect de soi nous indique ce que l’on est, il est un lien ténu entre l'esprit et la personnalité. La durabilité de ce lien requiert un ajustement ferme, constant et perpétuel avec soi et avec autrui. 

 

C'est un combat permanents avec les forces invisibles et visibles, avec nous même et avec les autres.

 

Le respect de soi est une marque de valeur de soi-même si nous sommes en accord avec nos dires et nos faires. C'est une guerre personnelle, tranquille et silencieuse qui par la force de la volonté permet d'intégrer au quotidien que nous avons le droit d'exprimer nos besoins et être satisfait de ce que nous faisons. Cela demande d'oser se définir, de prendre position, de s'affirmer, de se confronter dans des rapports de force avec l'autre et les plans sans avoir peur d'eux ni le de leur jugement. 

 

Le respect de soi, par la capacité de dire non, génère souvent un conflit personnel qui devient un conflit général quand on témoigne de sa différence. En prenant le risque de se mettre en opposition on s'affirme aussi mais sans manquer de respect à l'autre. Cela oblige à faire des choix et les assumer sans culpabiliser, ni se juger.

 

Par le respect de soi on réussit à se faire respecter d'autrui et ainsi faire reconnaitre son droit à être qui l'on est dans toutes ses différences.


Écrire commentaire

Commentaires: 18
  • #1

    Edwige (samedi, 14 juillet 2018 07:46)

    Le plus grande révolution intérieure commence par la reconnaissance du non respect de soi dans l'acceptation du non respect d'autrui pour soi. La plus grande intelligence c'est de reprendre en mains ses propres pouvoirs afin de ne plus se faire dominer par autrui.

  • #2

    josée (mercredi, 18 juillet 2018 14:36)

    est-ce que le respect de soi, au moment d'une confrontation d'opinions, demande une certaine manoeuvre de comportement ?

  • #3

    Edwige (jeudi, 19 juillet 2018 05:23)

    Une manœuvre de comportement, lors d'un échange qui serait oppositionnel ou divergent entre deux personnes, sous-entend une aptitude de l'ego à utiliser des ficelles ou des procédés mentaux, psychiques, intellectuels etc. de façon détournée, habile, retord ou malhonnête pour arriver à ses fins, pour faire plier l'autre à sa cause, ses idées, ses opinions… afin d'obtenir une satisfaction purement egoïque. Il n'y a là-dedans ni respect de soi, à fortiori de l'autre… car ces manœuvres sous-tendent de la manipulation donc le désir ou besoin de domination de l'autre. Lors d'une confrontation d'opinion manœuvrer l'autre, ne pas le laisser aller jusqu'au bout de ses tenants et aboutissants, lui enlever l'opportunité de voir par lui-même en quoi son opinion serait moins ceci ou moins cela par rapport à la nôtre ou celle qui fait pas notre affaire est un manque d'intelligence. Lors d'une confrontation d'opinion se respecter tout en respectant l'autre c'est d'arriver, par des argumentations équitables, à une conclusion ou des conclusions librement consenties sans que personne n'ait à "manœuvrer" l'esprit de l'autre, à devenir inauthentique, ni se mentir à lui-même, ni se sacrifier, ni se plier à aucune volonté abusive ou suprématie ou domination psychique de l'autre…Idéalement et par exemple que celui qui a une opinion moins appropriée, moins pertinente par rapport à une "situation donnée" le reconnaisse par lui-même avec sa propre intelligence aidé éventuellement de l'intelligence de l'autre d'où le: "on peut pas être intelligent tout seul"…

  • #4

    josée (jeudi, 19 juillet 2018 12:33)

    est-ce que le respect de soi, au moment d'une confrontation d'opinions, doit se manifester par la reconnaissance à voix haute de l'erreur qu'on est en train de réaliser (le cas échéant) ? est-ce que la verbalisation est nécessaire pour éviter d'inhiber ce qu'on vit ?

  • #5

    Edwige (jeudi, 19 juillet 2018 19:28)

    Il y a de multiples façons de communiquer avec autrui, par le langage corporel et même télépathiquement… Se positionner, refuser d'accepter ce qu'on ne veut pas n'a jamais été une erreur si c'est par respect de soi, de ses disponibilités, de ses besoins etc... Lors d'un échange qui se transforme en confrontation où les limites du respect de soi nous semblent franchies l'utilisation de la parole sert à se le dire à soi-même et à le dire à autrui avec fermeté. Mais a-t-on toujours besoin de convaincre l'autre que l'on se respecte quand on veut dire non alors qu'il attend un oui?

    La reconnaissance et la verbalisation à voix haute sert à l'échange mais n'empêche aucunement que ce que l'on vit émotionnellement se manifeste par tout autre moyen qui relève de la communication non verbale, dichotomique ou paradoxale. Ce langage du corps est beaucoup plus "audible" et visible par autrui dont l'intelligence et la clairvoyance ne trompe pas les ressentis… Il n'y a pas respect de soi quand on dit oui alors qu'on pense non… de fait on est sous influence ou manipulation de l'autre.

  • #6

    josée (vendredi, 20 juillet 2018 15:10)

    peut-on dire que le corps demande une cohérence énergétique ? y a-t-il un genre de fusion ou de communication interne multidimensionnelle à permettre ? faut-il s'accorder ce temps de préparation avant de se manifester, ne fut-ce que corporellement ou télépathiquement ?

  • #7

    Edwige (vendredi, 20 juillet 2018 21:33)

    Le corps a une cohérence énergétique qui se mesure par le taux vibratoire qui s'entretien et/ou peut augmenter en fonction de facteurs liés à la santé physique, physique, corporelle. La cohérence énergétique du corps est aussi liées a des facteurs relationnels qui peuvent augmenter ou saper ou faire chuter ce taux quand on est tiré vers le bas... par des situations ou des relations non respectueuses, vampirisantes.
    Si dans une confrontation d'opinion le corps émotionnel s'emballe il y a manifestement un déséquilibre qui n'est pas forcément du a l'échange mais sans doute a l'état psycho-corporel de l'une ou l'autre ou des personnes. Nous sommes tous sous influences astrale avoir ceci en tête lors de ce type d'échange permet de se prémunir de ces variations émotionelles. Garder la maitrise ou le contrôle de soi quand on ne respecte ni soi ni autrui n'est pas chose aisée... Cela fait partie du travail a faire dans un chemin évolutif, pour le coup nous sommes tous plus ou moins logés à la même enseigne, Paris ne s'est pas fait en un jour... �

  • #8

    josée (samedi, 21 juillet 2018 14:40)

    étant donné que l'influence astrale de l'autre peut surenchérir l'influence astrale en soi et déséquilibrer l'ego jusqu'à la confusion du doute, serait-il sage à ce moment-là de prendre le temps de se rééquilibrer en entrant en soi-même... quitte à laisser l'autre en plan ?
    faut-il imposer à l'échange cette ellipse dans le temps ? faut-il réellement s'accorder le temps nécessaire pour entrer en soi-même et y regarder chacun des corps dont on est constitué ?
    est-ce que ce simple regard (simple mais intégral) pourrait restaurer la cohérence vibratoire ?

  • #9

    josée (dimanche, 22 juillet 2018 00:13)

    le processus de fusion fait évoluer l’ego par un processus de développement du respect de soi, mais l'ego impatient d'évoluer ne se respecte pas. il cherche comment bâtir son paris le plus vite possible, comme popeye. l'interférence de l'ego dans la fusion est illusoire, aveugle, sourde, sans écoute intérieure. l'ego impatient d'évoluer interfère contre la fusion. même l'ego passif juste occupé à penser qu’il évolue interfère contre la fusion. tant que l'âme bouillonne de dossiers en souffrance, l’ego lui fait miroir : il court aveuglément et comme un sourd à lui-même après l’expérience qui lui fera miroir. le libre-arbitre n'existe pas. le processus de fusion, processus de développement du respect de soi, est géré par les forces dont l’ego est le carrefour mais sans la collaboration de l’égo.

  • #10

    Edwige (dimanche, 22 juillet 2018 09:28)

    1- Nous sommes sous influence astrale à chaque fois que le corps émotionnel l'emporte sur l'intelligence. Il n'y a pas de mal en soi, c'est juste une perte d'énergie exténuante… A force de conscientisation "sur le champs" le lâcher prise sur l'orgueil de l'ego nous mène vers la meilleure conduite à tenir, qui est beaucoup plus parfaite que nos interrogations, supputations, anticipations… Cela ne dépend même pas de nos réflexions intellectuelles mais de l'intelligence de l'esprit qui prépare son habitacle… La spontanéité, non pas l'impulsivité, nous fait agir pour le mieux souvent...

    2- Nous sommes tous en évolution, chacun avec les fardeaux de son ego et ce qu'il a de plus lourd ou de plus léger dans son sac à dos. Le processus étant de "brûler" les mémoires ancestrales qui nous font revenir de karmas en karmas et qui sont des freins à notre croissance. Que l'ego soit pressé, sourd, aveugle, ou narcissique devant son miroir, qu'il se croit en fusion ou qu'il pense à la fusion est une perte de temps et d'énergie, s'accrocher à la seule idée d'évolution est également une crispation qui retarde ce qui est en cours. Le respect de soi est de mise autant devant autrui que devant l'esprit qui peut être tyrannique et vampirique. Car "L'ego veut tout mais ne peut rien, l'esprit peut tout mais ne veut rien". Le respect de soi est un équilibre entre laisser venir ce qui doit advenir et tempérer avec ce que nous voulons. En effet il n'y à pas de libre arbitre dans aucun processus, il y a des programmations et un plan de vie... Il revient à l'ego d'agir de concert avec intelligence de l'esprit.

  • #11

    josée (dimanche, 22 juillet 2018 14:58)

    ce qui doit advenir demain est un mystère. le concept de "que sera sera" aide à tempérer le désir et l'inquiétude où nous embarquons à chaque moment. mais il ne faut pas se leurrer : on recourt à ce concept sous le coup d'un désir mêlé d'inquiétude. le chemin vers le respect de soi est graduel et passe par des concepts plus ou moins réels. pleinment se respecter c’est être pleinement à égalité avec ce joueur de tours qu'est l,esprit et déjouer tous ses concepts il n'y a pas de place pour le concept du "que sera sera" dans une vigilance extrême aux jeux de l'esprit. se respecter c'est une discipline olympique en prestation soutenue. le respect de soi est la ferme volonté générée "au fil du temps" d'être présente aux manipulations amenées au fil du "temps". le respect de soi demande un apprentissage progressif, modulé par les événements lesquels sont toujours plus ou moins initiatiques. par exemple, concernant le mystère de l’avenir, quand un grand respect de nous-mêmes se manifeste, nous tassons sur le champ ce que l’esprit nous présente comme étant ce que nous souhaitons ou craignons, non pas parce que l,avenir est un mystère et que sera sera mais parce que le respect de soi va tout tasser dans les jeux de l’esprit. parce que le respect de soi voit au travers des jeux de l'esprit, c’est un bon fil d’ariane pour sortir du labyrinthe du minotaure.
    enfin, la belle spontanéité et l'horrible impulsivité qui existent entre soi et l’autre existent aussi intérieurement. car par manque de respect de soi, on donne à des réflexes astraux le temps de bien bousiller une configuration de l’ego qui au départ est cohérente énergétiquement. le « go with the flow » est plus réel que le « que sera sera » mais paris ne se bâtit pas en un jour.

  • #12

    Edwige (lundi, 23 juillet 2018 06:27)

    "go with the flow" voudrait se laisser porter par le courant énergétique de la vie comme sur un bon long fleuve tranquille? Tout dépend si nous embarquons sur un gros navire, un radeau ou une planche a voile... sans compter l'état de la météo et de l'habileté du capitaine a naviguer en eau trouble et agitée... no comment.

  • #13

    josée (lundi, 23 juillet 2018 14:35)

    lorsqu'il est expérimenté dans la tempête, le go with the flow est un spectacle fascinant. les jeux de l'esprit se trouvant déjoués instantanément par le go with the flow, ils ne font plus se recroqueviller l'ego sous leur impact et celui-ci peut goûter au spectacle. c'est un spectacle d'ambiances des plus variées, et aussi brèves que variées, car le jeu cherche à magnétiser l'ego de toutes les façons possibles. le spectacle est intéressant parce qu'il déploie la créativité de l'égo dans son ampleur sans restriction. l'esprit semble récupérer les facettes dont la tempête elle-même est constituée. quad il est donné de vivre le go with the flow durant une tempête, la télépathie avec l,esprit se distingue nettement des jeux de l'esprit. les jeux de l'esprit utilise les idées en tant que formes pour "tenter le diable", alors que la phrase explicative résonne et se connecte au savoir intérieur.
    pourquoi certaines personnes vivront le go with the flow quand la mer est belle et d'autres plutôt quand il fait tempête ? chacun est unique. les millénaires ont permis le développement d'un rapport unique à la lumière appelé la personnalité. cette unicité est le défi du respect qui est relevé durant la fusion de chacun avec sa lumière. la fusion purifie la personnalité de toute notion de mode d'emploi universel pour y permettre la réémergence des lois et principes universels.

  • #14

    Edwige (vendredi, 17 août 2018 07:09)

    Se respecter c'est aussi se savoir imparfait, rempli de failles astrales et de paradoxes car, sommes toutes, sans cela nous n'aurions aucun travail a faire pour arriver au stade ultime de la fusion... et notre incarnation n'aurait aucune saveur ni interêt...

  • #15

    josée (dimanche, 26 août 2018 21:57)

    finalement, le hic, c'est toujours l,astralisation : elle récupère tout partout tout le temps dans les moindres influx, les moindres mouvements d'âme qui se suscitent par en dedans face aux plus simples événements.

  • #16

    Edwige (lundi, 27 août 2018 09:48)

    La terre est entourée de champs énergétiques y compris d'un champ astral. L'humain qui vit sur terre est également entouré de champs énergétiques, l'un d'eux est le corps émotionnel ou corps astral, siège des émotions et des interactions énergétiques entre individus. Ce corps manipulable à volonté par les plans est sensible aux moindre interférences qui génèrent un dégagement d'énergies pour nourrir ces plans. La récupération astrale de nos énergies a pour but de nous maintenir dans une conscience inférieure, donc assujetti au mensonge cosmique. Lorsque ce mensonge se révèle à nous, la conscientisations de nos imperfections et de nos failles astrales nous secoue pour sortir de ces vampirisations. C'est là que, par respect de soi, le plus gros combat jamais fait sur soi s'engage dans une guerre impitoyable contre la domination de ces plans...

  • #17

    josée (vendredi, 02 novembre 2018 21:05)

    bien dit, ça c'est envoyé ! je remarque aussi que par respect de moi je fais basculer tous les couvercles de plomb venus prendre la place de mon corps astral. je comprends mal le corps astral et je préfère utiliser le concept de la mémoire. la mémoire est une arme dans les mains de cette engeance appelée astralité, un mot de la famille de l'adjectif "astral" et c'est entre autres à cause de cette parenté que je bloque à comprendre le corps astral.
    peu importe. la mémoire de chacun arme chez chacun son tortionnaire invisible. c'est son champ magnétique, son pouvoir d'hypnose, sa capacité de le décentrer parfaitement efficacement.
    enfin, pour revenir au respect de soi, je vois que désarmer mon tortionnaire, couper son champ, désamorcer son pouvoir, tout cela est synonyme de me respecter, de manifester intégralement du respect absolu pour une position centrée de mon êtreté. ces deux parties de la phrase sont si synonymes à mes yeux que je ne saurais dire laquelle conduit à l'autre, le geste de désarmer l,astral ou l'état de respect intégralement centrique. je vis un principe de cause à effet dans un sens comme dans l'autre.
    en fait, ce qui ces jours-ci pour moi précède autant le geste de désarmer l,astral que l'état de respect intégralement centrique, c'est la soudaine vue d'ensemble de la mécanique qui me travaille, autrement dit, pour reprendre une expression de bernard, la conscience des plans.

  • #18

    Edwige (mardi, 06 novembre 2018 09:14)

    Ce post #16 du 27 aout était prémonitoire aux expériences de cette fin d'automne… Avec l'agrandissement de la conscience et du discernement nos corps émotionnel deviennent moins sensibles aux interférences d'autrui. Ils mettent en exergue la vision de nos imperfections et de nos failles astrales mais accroissent du même coup notre indignation et notre révolte pour sortir de ces vampirisations. Le respect de soi devient proportionnel à la guerre impitoyable que nous livrons contre la domination de ces "puissances cosmiques dans cette fin de cycle..."