Naître Femme ou Homme ad vitam aeternam?

Par Edwige


AVANT-PROPOS

 "Être sur le chemin de l’évolution c’est mener une étude" 

(BdM PE-028)

Ces FOCUS sont des espaces réservés aux échanges d'idées pour faire évoluer l'instruction Supra-Mentale de façon créative, collaborative et générative. Prière de ne pas déformer, ni plagier, les transcriptions originales de l'œuvre de Bernard de Montréal proposées pour étude, dont la seule référence est l'audio qui l'accompagne. Un résumé personnel, des citations et/ou des liens sont admis pour initier ces échanges. Vous pouvez proposer un thème, un sujet qui sera mis en ligne après vérification. Aucune inscription ni abonnement n'est requis, l'anonymat est garanti.

** Polémiques stériles et énergivores, non-respect de la parole de l'autre, critiques malveillantes, tribune spirituelle pour ego surdimensionné… iront directement dans la corbeille.


Je suis à l'aise avec le fait que l'âme s'incarne dans le véhicule féminin aussi bien que masculin pour les besoins de ses expériences terrestres et moins avec l'idée qu'on ne s'incarne jamais en homme si on est une femme et vice versa... Nous ne savons rien sur la fréquence d'utilisation de tel véhicule plutôt que tel autre mais peu importe puisque l'expérience se complète avec les besoins d'enrichissement de la vie précédente et de progression de la conscience évolutive de l'ego...

 

Affirmer que l'âme depuis sa création ne change jamais de véhicule sexuel durant ses incarnations expérientielles est, de mon point de vue, un contre sens involutif... L'âme, réservoir de mémoires expérientielles est asexuée, elle ne peut assouvir ses besoins d'expériences et diversifier ses mémoires qu'avec des partenaires variés d'egos masculins ou féminins, autant que nécessaire. La variété géographique et génétique humaine (pays, région, parenté, morphologie, psychisme, éducation, religion, handicaps, maladies, tares diverses et variées etc. etc.) contribue à des expériences évolutives par excellence... Les génies de la création ne s'arrêtant pas là, ils ont créé des humains dont le corps est entouré de plusieurs champ énergétiques, ceux-ci étant composés de couches plus subtiles et de vibrations plus élevées succéssivement.

 

Pour suivre le fil du raisonnement j'avancerai que toute forme de vie terrestre émerge de l'ensemencement sexué d'une énergie féminine dans l'ovule par une énergie masculine dans le spermatozoïde (certains parlent de yin et de yang) à quelques exceptions près de certains animaux, plantes ou intervention artificielle comme le bouturage, le marcottage, le greffage ou le clonage. Cette fécondation correspond à la fusion de ces deux énergies primordiales pour donner une cellule unique à l'origine d'un embryon qui lui sera sexué mâle ou femelle selon une loterie Universelle ne relevant pas du hasard... Cette énergie unifiée dans l'embryon habitera donc les deux entités distinctes soit l'ego féminin et l'ego masculin. Dans chacun des atomes de ces deux egos se manifestera la source originelle et, dans l'attente d'une possible fusion, ils seront grossièrement et partiellement habités par la lumière de leur propre esprit. De fait chaque ego est double, donc polarisés, car ils possèdent les attributs de l'énergie de l'ovule féminin et du spermatozoïde masculin. Si on va plus loin deux personnes formant en couple vivent dans une structure binaire a quatre énergies yin et yang harmonieuses ou explosives... bonjour les complications dans les liens karmiques et tirs croisés du mariage, de la famille et de l'humanité tout entière...

 

Concrètement chez un homme très viril et dominant sa moitié masculine sera plus présente au détriment de sa moitié féminine... ça vaut pour la femme dont la moitié féminine est plus importante que sa moitié masculine... dans les deux cas ça peut être l'inverse, on peut voir des hommes efféminés ou des femmes masculines et encore on peut voir, plus rarement, des personnes très équilibrées dans leurs deux polarités féminine et masculine...

 

Pour les homosexuel (femme/femme et homme/homme) leur polarité la plus importante les attirera vers les personnes du même sexe pour compenser et/ou s'équilibrer mutuellement dans leur expérience réciproques.

 

Si la fusion permet aux gais de se raccorder aux attributs de l'incorporation du véhicule de naissance je serai tentée de dire qu'il n'y a rien d'accidentel si tout est programmé pour qu'il en soit ainsi, c'est plutôt une ingéniosité de la nature humaine pour introduire une diversité dans cette humanité ronronnante... Je ne crois donc pas aux accidents d'incarnations, il y a les besoins d'expériences de l'âme, les besoins évolutifs de l'égo et ceux de l'esprit pour la construction du double éthérique, tous étant assujettis aux programmations exigeantes et très expertes de nos créateurs... ainsi que de leurs créateurs dans la hiérarchie des plans...

 

L’homosexualité serait le résultat d'une réincarnation dans un véhicule du sexe opposé à cause d'un séjour trop court dans le plan astral, celui de la mort. L'idée que cette âme n'a pas eu le temps de changer sa programmation serait donc revenue avec la mémoire de son sexe précédent faisant de lui un ego parfaitement différent de la norme... encore une ingéniosité qui n'est pas pour déplaire.

 

Quant aux egos venant d’un séjour de durée normale dans le plan astral de la mort ils auront une programmation qui collera au sexe dont ils auront besoin pour finaliser leur expériences antérieures, fussent t'elles homo ou éthéro... tout est à la fine pointe de la perfection cosmique.

 

Se sentir ou se croire homme dans un corps de femme ou femme dans un corps d'homme correspond de mon point de vue à la moitié plus affirmée des expériences mémorielles ou à l'autre moitié rejetée ou refusée pour les même raisons mémorielles... Dans ce cas Il n'y a pas nécessairement d'homosexualité vécue mais refoulée car, concrètement, la vie de couple sera en complémentarité avec la polarité inverse de l'autre. Exemple pour la femme qui se sent homme sera plus en affinité avec la moitié virile de l'homme, pour un homme qui se sent femme sera plus en affinité avec la moitié féminine de la femme, le déséquilibre de la polarité en chacun engendrera inévitablement des dualités relationnelles.

 

Enfin il y a ceux qui vivent le décalage corps/esprit comme les transsexuels/transgenres puis les hermaphrodites biologiques (morphologiquement mâle et femelle) qui choisissent leur sexe avant une chirurgie réparatrice ou qui est choisit pour eux a la naissance... La génétique embryonnaire expérimenterait-elle ses propres limites lors de la descente de l'âme dans le nouveau-né ou avant le clonage asexuel?

N'aurions-nous un jour plus besoin de sexe, car plus besoin de se reproduire dans l'ère du nouveau monde pour construire un humain nouveau?

Le double éthérique est-il sexué?

 


Écrire commentaire

Commentaires: 15
  • #1

    josée (jeudi, 13 septembre 2018 13:06)

    les générations qui défilent voient augmenter le respect de la personne à identité ou orientation sexuelle anormale et par conséquent le respect qu'a cette personne pour cette facette de sa vie et elle est là, l'émancipation. si la personne à identité ou orientation sexuelle anormale intègre cet aspect de sa programmation, elle s'épargne un étirement de la souffrance liée au questionnement. ce respect de soi fait accéder à la profondeur sinon inaccessible de l'endroit où se loge la clé de son questionnement. mais de même que comme tu dis, il n'existe pas d'accident dans le fait de naître pourvu de cette anormalité, de même il n'a pas d,accident dans le fait de naître dans une génération génératrice de respect pour cette anormalité. l'inde vient de franchir ce pas. peut-être que leur loi avait des bases supersitieuses mais elle n,en accélera pas moins le cheminement individuel de respect de soi chez les gens concernés qui ont basculé en processus de fusion. l'image de soi est le plus grand ennemi de l'homme.

  • #2

    Edwige (jeudi, 13 septembre 2018 16:59)

    J'aurai plus envie de dire que ce sont les regard projectifs des autres sur nous qui font de nous-même notre propre ennemi... tant nous sommes asservis à leurs jugements au lieu de la seule observation sur nous-même.
    En quelques lignes tu as prononcé quatre fois le mot "anormal"... bien que je comprends le sens ou il est perçu actuellement par la société conditionnée... Les générations montantes sont en effet plus tolérantes, voire plus respectueuses elles nous font sentir les différences qui se profilent avec nous les anciennes générations... Quels que soient nos sentiments d'appréciation, d'acceptation ou de rejet, la personne transgenre force au respect de son esprit, nous indique où est placé le seuil de tolérance de notre ego, nous apprend à observer et non à juger ou à critiquer. Car ce qui se joue c'est la signature de l'esprit dans cette "anormalité" plus que la symbolique ou la signification de l'apparence. Cette signature véhicule de l'information, elle est porteuse d'énergies qui cherchent à atteindre la réponse dans l'ignorance du choix de sa programmation... Sans ce fichu couvercle du "mensonge cosmique" il n'y aurait plus de souffrance mais une acceptation joyeuse de soi, du respect de soi, une émancipation du regard et du jugement d'autrui... Mais la bonne nouvelle c'est que nous avons franchi la "ligne verte" de l'involution pour entrer dans l'ouverture de la conscience et la fusion avec l'esprit. Dans les générations à venir, débarquerons par wagons entiers de ces êtres fusionnés, que même la plus petite différence fera blêmir ceux qui n'en ont pas... du coup ce sont ceux-là même qui seront étiquetés d' "anormaux"...

  • #3

    josée (samedi, 15 septembre 2018 14:46)

    très drôle, d'imaginer qu'un jour le paria, le marginal, soit le type karmiquement équipé d'un maximum d'attributs normaux.
    en attendant ce type suscite encore de l,envie - chez moi en tout cas qui suis pourtant en début de fusion. parfois je croise furtivement quelqu’un qui semble ainsi vivre mon rêve ancien d’un karma normal et il y a cette pensée d’envie pour l’élan facilitateur supposément inhérent au karma normal et il y a cette idée dans ma tête disant que la voie de la normalité, c'est une voie libre, avec de la marge de manœuvre et il a cette phrase que j,achète disant que vu que la personne ne fait pas l'expérience du rejet, elle n'aura pas donc à en démanteler les dégâts.
    mais ces pensées sont astrales et je sais par ailleurs que générer créativement le démantèlement du rejet, c'est fusionner avec sa source. Livrer un effort dans un corps à corps avec le rejet qui se présente dans ma tête, c’est goûter à une liberté plus réelle et à une marge de manoeuvre plus harmonieuse que tout ce que peut vivre la personne karmiquement normale. La victoire écrasante sur le rejet est un ressort de la fusion intégrale.
    Par conséquent, pour revenir au punch final de ton message, l’âme affublée de normalité fera l’objet de rejet à son heure. Sa vie doit lui permettre de goûter karmiquement au rejet afin que lors de la descente de son esprit celui-ci puisse désamorcer ce rejet. Le contact entre l’esprit et le rejet est essentiel afin de neutraliser dans l’âme le moment zéro du karma, son point d'origine.
    comme écrivait donald walsh dans son livre conversation avec dieu en 1990 environ, l'homme est une étincelle séparée de la lumière pour goûter au plus sombre de la création dans le but de se rallier éventuellement à sa fusion primordiale. le sombre est vécu de façon différente pour chacun (via nos karmas plus ou moins normaux) mais il y a toujours ce rejet primordial à réaliser et à dédramatiser éventuellement, avis à qui a eu la "chance" de la normalité.

  • #4

    Edwige (samedi, 15 septembre 2018 16:36)

    Comme le hasard fait toujours bien les choses vois ce que j'ai trouvé dans "la sexualité". (partie 2) Bernard de Montréal/Richard Glenn : CKVL

    1- La nature de l’être humain est Universelle. Ce qui permet à l’être matériel d’être constitué entre une partie femelle et une partie mâle, relève des Lois de la polarité, sont des lois Universelles, qui permettent dans le Cosmos - que des êtres qui sont sujets aux Lois matérielles - de s’interpénétrer, or l’interpénétration fait partie de l’exploitation dans le domaine matériel, du pouvoir de l’énergie négative et de l’énergie positive.
    L’homme représente l’énergie positive, la femme représente l’énergie négative,
    Sur le Plan de l’Esprit, la polarité n’existe pas, sur le Plan de l’Esprit, sur le Plan de la Lumière la polarité n’existe pas parce que dans la Lumière, la constatation infinie de l’énergie de l’Esprit est toujours parfaite, c’est-à-dire que l’Esprit dans sa manifestation sur un Plan ou sur un autre, en dehors des faits de la création, est Absolu.
    Lorsque l’Esprit se manifeste sur les Plans inférieurs de la Création, et qu’il transforme les formes éternelles de sa conscience dans des formes évolutives, à ce moment-là il peut se servir de la polarité, il peut se servir de l’aspect mâle ou de l’aspect femelle afin de recomposer la forme à l’infinité.
    S’il a été donné à l’Homme, d’être constitué en tant que partie mâle et partie femelle, c’est pour permettre sur la Terre, sur le Plan matériel, qu’il y eut une évolution animale. là où il y a évolution animale, c’est-à-dire sans concours direct de l’Esprit au niveau de l’intelligence, il devint essentiel que l’homme vécut l’expérience de l’Esprit, à travers une configuration dualiste, à travers une situation polarisée, afin que les aspects inférieurs soient élevés par les aspects supérieurs - les aspects inférieurs étant les aspects négatifs – par les aspects supérieurs pour que les aspects éventuellement puissent être raccordés dans l’esprit lorsque l’Homme ne sera plus constitué sur le plan matériel en tant que forme physique, mais plutôt forme éthéréelle, lorsque l’humain sera éthéréel, lorsque l’humain sera rendu au niveau de son évolution au stade de l’Homme Esprit, à ce moment-là il pourra laisser de côté sa forme matérielle et reconstituer une autre forme, créer une autre forme qui sera d’un autre domaine mais qui n’emploiera plus la polarité pour exprimer à l’infini les formes nécessaire à l’évolution, il créera instantanément les systèmes de vie dont il aura besoin, et ses systèmes de vie seront d’un autre ordre, mais ne seront plus humains, nous tomberons à ce moment-là dans l’âge du cloning.

    2- Bernard de Montréal :
    La mode unisexe aujourd’hui, relève du raffinement psychologique des sexes, l’homme et la femme aujourd’hui sont en train de se réunir au niveau de l’esprit, mais en passant par une expérience psychologique que nous appelons l’unisexe, et cette expérience psychologique qui est d’ordre social et historique, leur permet, de petit à petit, d’une façon subliminale, de détruire les barrières, les obstacles, qui ont créé dans le passé une sorte de dualité entre les sexes, entre le mâle et la femelle, et qui ont empêché la femme d’évoluer.
    Donc aujourd’hui la femme peut évoluer plus et l’homme peut s’assagir vis-à-vis de son rôle, vis-à-vis d’un rôle qu’il a envers la femme, et automatiquement la psychologie de l’unisexe, si nous la regardons d’un point de vue Cosmique, non pas simplement d’un point de vue social ou économique, ou historique, devient une des grandes poussées dans le monde, du phénomène d’égalisation entre les matières mâles et les matières femelles pour préparer l’homme petit à petit à se désintoxiquer, à se libérer des formes qui ont servies à l’ancienne involution, et à le préparer éventuellement à entrer en contact avec d’autres civilisations qui elles, sont unisexes dans beaucoup de leurs aspects.

  • #5

    Edwige (samedi, 15 septembre 2018 16:39)

    Suite:
    3 - Bernard de Montréal :
    Le point, dans le traitement très délicat de l’homosexualité, il est ici, à ce stade de la conversation.
    L’être humain découvrira un jour lorsqu’il sera en communication télépathique avec les Plans, les Mondes parallèles, il découvrira que l’expérience humaine sert à l’évolution de l’Esprit, et non pas à meubler le petit esprit de l’être humain.
    Autrement dit l’Esprit, un être par exemple qui est homosexuel, il est dans un corps matériel, il vit une certaine souffrance parce qu’il est marginal, il vit dans une société qui rejette son activité, son expérience, et cet être là pourquoi souffre-t-il ?
    Parce qu’il n’est pas conscient dans son esprit des Lois de son incarnation, s’il était conscient des Lois de son incarnation, s’il savait pourquoi il était homosexuel, pourquoi il est né dans telle famille, pourquoi les conditions de son homosexualité, on lui répondrait de l’autre Plan pourquoi… et donc il serait automatiquement lavé de toute culpabilité, sociale ou personnelle vis-à-vis de cette action, mais en même temps il aurait la maturité, c’est-à-dire l’intelligence de son action, de son activité, et il serait suffisamment mur pour ne pas troubler l’humanité ambiante.
    Le problème avec beaucoup d’homosexuels, c’est que beaucoup d’homosexuels ont troublé l’humanité ambiante, et quand on trouble l’humanité ambiante et qu’on fait partie d’une minorité, il est évident qu’on peut s’attendre à des chocs en retour, Homosexuel, si c’est un grand bonhomme de l’histoire ça va ! Mais si c’est le bonhomme à côté de chez nous ça ne va plus ! Donc, il y a chez soi une sorte de présomption, il y a chez soi une sorte d’attitude, et tant que l’être humain aura des attitudes vis-à-vis de l’homosexuel, l’homosexuel sera obligé de vivre son expérience et ceci fait partie de son karma, ceci fait partie de sa souffrance et s’il a les clefs et s’il connaît et s’il comprend la relation entre son expérience et son incarnation et son esprit et entre éventuellement en contact avec les Plans qui peuvent bien lui expliquer sa situation, il ne souffrira plus de son homosexualité, et il sera un homosexuel heureux et il sera un homosexuel normal ! Comme il y a des êtres hétérosexuels normaux, il sera un homosexuel normal !
    Ce n’est pas à l’être humain subjectivement, culturellement, au niveau de ses mœurs, en fonction de ses principes religieux ou de ses principes statutaires, de dire que l’homosexuel est un être qui est anormal. Il n’y a pas d’anormalité dans la nature ! Il y a dans la nature des aspects qui relèvent d’une décision qui a été prise sur des Plans invisibles avant l’incarnation, parce que ces être-là ne sont pas anormaux dans un sens physique, mais ils vivent une anormalité qui n’est pas psychologiquement anormale. C’est-à-dire qu’ils vivent en dehors des lois du déterminisme biologique, et ceci fait partie de leur karma, ça fait partie de leur expérience, et si eux peuvent le vivre, vivre cette expérience sans être troublés dans l’émotionnel et dans le mental, ils vivront très bien leur expérience, parce que c’est absolument nécessaire, c’est absolument essentiel qu’il y ait dans une civilisation de l’homosexualité, c’est impossible et d’ailleurs il n’y a jamais eu de civilisation sur la Terre qui n’a pas eu son homosexualité, les Hindous ont eu leur homosexualité, les Indiens ont eu leur homosexualité, les Grecs, les Romains ! Toutes les civilisations de la Terre ont eu leur homosexualité !
    Pourquoi ? Parce que l’homosexuel est le lien entre l’homme et la femme, il est cette présence dans la matière qui permet temporairement, pendant l’involution, que l’énergie de la femme passe vers l’homme et que l’énergie de l’homme passe par la femme, ça c’est sur le Plan Cosmique, donc l’homosexuel a une fonction cosmique sur la Terre, mais lui en tant qu’individu il ne la voit pas, il ne la connaît pas, donc comment la souffre-t-il ?
    Il la souffre en relation de son déterminisme biologique, qui est confronté à un déterminisme biologique qui est universellement contre lui, donc il n’est pas capable de logiquement prendre possession de son expérience, et tant que l’homosexuel ne prendra pas possession de son expérience, il sera assujetti au jugement d’une société ou d’une humanité ambiante, qui, à cause de son nombre, de sa majorité, aura le droit de juger en chef son comportement psychologique.

  • #6

    Edwige (samedi, 15 septembre 2018 16:43)

    Suite
    4- Bernard de Montréal :
    Chez le transsexuel, il y a une affinité astrale pour le bien-être sexuel femelle, autrement dit, chez le transsexuel il y a une conscience astrale qui s’imprime sur son centre sexuel et qui lui donne le bien-être de la femme ou le bien-être de l’homme, et où situe le bien-être de l’homme ?
    Il se situe dans son pénis, où se situe le bien être … je vais continuer sur ce que je dis, parce que ce n’est pas fini, et je dois expliquer à la longue, le bien-être de l’homme vis-à-vis du Corps Astral se situe dans son pénis, le bien-être de la femme vis à vis de son Corps Astral se situe aussi dans sa partie sexuelle, alors le transsexuel lui, est très, très sensible par le biais du Corps Astral à ce bien-être, donc il y a une connexion extrêmement vitale, extrêmement électrique, entre ce centre d’énergie astrale et le centre sexuel, donc le transsexuel lui, se sent constamment poussé à vivre l’autre rôle, ça fait encore partie du débalancement du Corps Astral, ça s’explique, il peut le comprendre, mais pour neutraliser cette connexion-là, il faut qu’il change de connexion mentale, il faut qu’il change de partenaire, de complice dans l’astral, parce que les humains sont beaucoup plus dominés par l’astral qu’ils le pensent. La nature même de l’intelligence humaine et consciente est régie par des Intelligences Astrales, donc l’être humain inconscient n’a aucun pouvoir sur son cerveau, son pouvoir mental est le résultat d’une communication télépathique, subliminale, entre son cerveau et ces Intelligences-là, c’est seulement lorsque ceci est brisé, que l’être humain entre dans son intelligence, et qu’il peut à ce moment-là, comprendre tous les aspects de lui-même.

    5- Bernard de Montréal :
    j’ai réalisé depuis la fusion, c’est qu’il est absolument impossible sur le Plan Cosmique à un être humain de juger un autre humain, et ceci a été dit auparavant par d’autres initiés, et je vais vous dire pourquoi. Nous avons dit au début de la soirée, que l’Esprit est en dehors de la polarité, donc l’Esprit est en dehors du bien et du mal, c’est l’être humain qui est prisonnier du bien et du mal, c’est l’être humain qui dans son expérience qualifie de bien ou de mal selon les coordonnées progressives ou évolutives de sa société, de sa nation, de sa culture, de sa race, qui définit selon les mœurs de son temps ce qui est bien ou ce qui n’est pas bien, mais si nous regardons les choses du point de vue Cosmique, autrement dit du point de vue du Gouvernement Invisible, à ce moment-là tout ce qui se passe dans l’expérience de l’être humain, de l’être planétaire qui n’est pas encore Cosmique, fait partie de l’expérience dans la matière de l’Esprit.
    Et un jour vient le point si l’être est suffisamment évolué, où il y a fusion entre l’Esprit et la matière, et lorsqu’il y a fusion entre l’Esprit et la matière le taux vibratoire de l’être change, donc à ce moment-là, la qualité mentale, la qualité astrale, la qualité vitale et la qualité physique de l’être change, donc toute dénomination, toute catégorisation de l’action humaine, en tant qu’expérience, n’est plus soumise aux lois de la pensée humaine, elle est soumise à la dictée télépathique de l’être avec le Cosmos.
    Donc à ce moment-là, l’être découvre son identité, devient totalement centrique, devient totalement autonome et il est capable de vivre sa vie selon le besoin de son énergie, tout en respectant la nature de la vie polarisée de la civilisation à l’intérieur de laquelle il vit, donc c’est très important dans le cycle qui vient, surtout au 21ème siècle, et d’ailleurs ça nous est imposé de plus en plus d’une façon inconsciente aujourd’hui, ça devient très important pour les humains de la Terre s’ils veulent évoluer, et si les humains de la Terre veulent évoluer ils devront apprendre à regarder l’expérience de l’autre humain, des autres êtres humains et de ne pas les porter en jugement, et s’ils font ceci, il se produit ceci : ils sont obligés d’absorber le choc émotionnel dans leur corps astral, ce choc change la nature de leur corps astral, change leur mental et leur donne une conscience plus grande, c’est-à-dire que ça élargit dans le contexte leur esprit, et lorsque l’esprit est très, très élargi, que la conscience de l’être humain devient très vaste, à ce moment-là l’être humain n’est plus prisonnier des petites constatations marginales, qu’il fait dans son expérience.

  • #7

    Edwige (samedi, 15 septembre 2018 16:45)

    Fin
    5- Richard Glenn :
    quelle que soit la révélation sexuelle que vit l’être humain sur Terre, il se retrouve à passer au niveau supérieur dans l’androgynat, sans sexualité mâle/ femelle, sans polarité yin/yang, c’est l’unité.
    Bernard de Montréal :
    Sur les autres Plans en dehors de l’Astral, oui il n’y a pas de polarité, il ne peut pas y avoir de polarité dans le Plan Mental, parce que le Plan Mental ne s’exécute pas dans la matière comme le Plan Astral s’exécute dans la matière, donc l’être humain qui est dans sa conscience Supramentale, qui a une conscience Supramentale ne se voit pas en tant qu’humain, il se voit en tant qu’être dans un corps mâle ou il se voit en tant qu’être dans un corps de femme, donc à ce moment-là il ne souffre pas de la polarité, et il peut très bien comprendre l’un ou l’autre.

  • #8

    josée (samedi, 15 septembre 2018 22:33)

    le jugement étant une croyance dans la polarité des choses de la vie, il n'y a pas plus polarisé que l'orientation ou l'identité sexuelle dite "normale". l'anormalité dans ce domaine a troublé certaines sociétés jusqu'à croire qu'elle était confinée aux blancs. le mot homophobie n'avait pas besoin d'exister tant il faisait partie de la normalité. les catholiques s'enfermaient dans des ordres aux lois chastes où ils se tordaient de désir réciproque, hommes et femmes. quelle barbarie ! quelle répression de l'âme ! j'entendais récemment la chanson du générique de "All in the family" où un couple à tour de rôle regrette le temps où les hommes étaient des hommes et les femmes, des femmes. le scénariste de cette série visait sûrement à ridiculiser le protagoniste mâle qui vraiment n'avait que le jugement comme oxygène. mais l'ouverture de certains mœurs n'implique pas l'essor des mœurs en général... qui dégénèrent au contraire au 21e siècle.
    d'ailleurs, pour en revenir au thème (focus focus !), ça sent la fatigue de la civilisation le moindrement qu'on se réfère aux comportements basés sur l,exacerbation astrale moderne de la polarisation sexuelle.
    la pression mise sur le plan astral et toujours adaptée aux âges et à xyz s'adresse beaucoup à la gente féminine. le mode de pensée normal, la mode du look en cours, s,adresse aux préados filles qui se retrouvent à s'afficher dans du pseudo sexe en ligne, elle s'adresse aux ados filles qui se retrouvent à demander un implant mammaire comme cadeau de fin de lycée ou au mieux à ne plus porter que des soutien-gorge rembourrés, elle s'adresse aux femmes devenues plus en moyen avec l'âge et qui se retrouvent à offrir des séances surprises de gonflement de lèvres à leurs invitées juste venues prendre un café et, svp, n'oubliez pas de repartir chacune avec votre petite trousse de pose de méga faux-cils. je prévois qu'il ne va jamais avoir de fin à la finalisation de la féminité dans l'oeil de la mode, l'oeil de la mort, car il faut être dans la mort pour tant courir après sa féminité pour se savoir normale et donc en vie.

  • #9

    Edwige (dimanche, 16 septembre 2018 14:11)

    Oui en effet il y la pression du plan astral orientée vers femmes de plus en plus jeunes pour afficher encore plus d'attributs sexuels artificiels... mais les hommes sont pas en reste avec l'augmentation des symboles de virilités (muscles et autres signes) artificiellement ou par de l'haltérophilie... ajouté à cela pour les deux sexes les transformations corporelles, piercing, scarifications, tatouages... En effet à notre époque l'humain pour trouver et découvrir une identité, qui n'est plus imposée, il devient capable de briser tous les concepts et tabous, de vivre sa vie selon les besoins expérientiels de leur âme, de l'évolution de l'égo et de l'esprit, de leur programmation etc... C'est à nous de les regarder en respectant la nature de la vie polarisée dans notre civilisation à l’intérieur de laquelle nous vivons et que nous avons choisi d'expérimenter. C'est important d'observer l’expérience des autres sans porter de jugement, ce sont surtout les générations anciennes qui absorbent les chocs émotionnels, ces chocs nécessaires changent leur mentalité, ouvre leur conscience et les font sortir des prisons ancestrales des conditions de normalité inquisitionelles, religieuses, sociales... Nous avons besoin des jeunes générations pour comprendre leur versants astral involutif et le versant de leur Esprit évolutif, dans le sillon duquel nous entrerons, au besoin, pour finir nos propres expériences...

  • #10

    josée (dimanche, 16 septembre 2018 15:05)

    tu me fais réaliser que comme tout autre prétexte à une identification collective, le phénomène de la génération regroupe psychologiquement les gens. l'âge et la génération est un lien de 1er ordre chez les gens involutifs de même que ça continue à l'être chez les gens évolutifs tant qu'ils ne sont pas encore parfaitement individualisés. le processus évolutif brise tout besoin d'appartenance. et pour ce, comme tu dis, nous avons besoin de l'effet des autres générations sur l,autorité de l'empreinte de notre propre génération. cette multiplicité de groupes appelés générations reflète de façon simplifiée la mégavariété des caractères humains, dont l'exposition les uns aux autres est si fertile en expérimentation émotionnelle. l'heure est à l'intégration de nos formes inconscientes dans la conscience quand dans une situation se confrontent la génération dite dorée de nos parents nés fin 1920 avec la nôtre qui est celle du baby boom, ou la nôtre avec les x, les y , les z et les millenium. je comprends maintenant un peu la polarisation et peux voir pour la 1re fois qu'il y a de la polarisation dans le contact intergénérationnel. les générations se confrontent avec leurs lots de croyances collectives exactement comme le font les classes, les races, les nations et les religions, toutes ces appartenances injecteuses de croyances.
    le dernier mot, c'est juste, revient au respect. le respect va faire table rase d'un ramassis de jugements encore plus ou moins subliminaux. pas facile de se désubliminaliser mais on y arrive toutes les deux, je le constate ! tope-la !

  • #11

    Edwige (lundi, 17 septembre 2018 10:46)

    L'être humain vit l’expérience de son l’Esprit à travers la dualité et la polarisation féminin/masculin pour l'évolution des aspects inférieurs/supérieurs de l'humanité. Cette expérience permet de détruire progressivement les barrières nées de la guerre des sexes qui ont empêché la femme de s'émanciper. Bernard dit que cette expérience "a permis à l'humain de se préparer à se libérer des formes qui ont servies à l’involution et de se préparer à entrer en contact, éventuellement, avec d’autres civilisations, qui sont unisexes dans beaucoup de leurs aspects. Si l’homosexualité devient une norme un peu partout, c.a.d mix des deux pôles féminin/masculin dans la matière, cela permettra sur le plan cosmique que l’énergie de la femme passe progressivement vers l’homme et vice versa. A ce moment-là oui nous avons besoin de l'effet des autres générations sur l'empreinte de la nôtre car cette expérimentation émotionnelle, en tant que processus évolutif subtil, brisera à terme tout besoin d'appartenance. Le respect que les uns doivent aux autres et vice versa fera fondre les jugements à l'emporte-pièce sur les différences sexuelles, pour peu que nous ayons conscience de notre programmation, de celle de l'autre, de l'humanité tout entière orchestrée par les plans...
    Pour faire le lien avec notre sujet de départ qui est l'incarnation en tant que Femme ou en tant qu'homme uniquement, ceci me semble improbable qu'elle soient ad vitam aeternam. Car ces besoins de l'Esprit, vivre la dualité de la polarisation, destructions des formes liées à la guerre des sexes, transfert dans les deux sens de l'énergie femelle/mâle, contact futurs avec des civilisation asexuées, ne peuvent être comblés que par le passage en temps réel dans la matière et dans le corps physique de l'homme ET de la femme... Quant à la fréquence de ces passages? Liés à la réussite ou l'échec de l'expérience? karma? etc, on le saura bien assez tôt...

  • #12

    josée (mercredi, 26 septembre 2018)

    je n'ai pas la réponse à tes questions en ce a trait à la continuité de la mémoire sexuée durant l'involution. quant à l'évolution, je peux te citer bernard qui disait que lorsqu'une personne vit sa fusion dans une incarnation où elle est née homosexuelle, autrement dit une incarnation dans un corps sexué A où elle charriait au départ une mémoire sexuée B, elle intégrera cette mémoire B (comme il en va de soi avec la fusion) et en viendra au point d'épouser la sexualité correspondant naturellement au corps A.
    exemple, c'était un homme gai, porteur donc d'une mémoire féminine. avec la fusion, il deviendra porteur donc non d'une mémoire masculine ni même d'une identité masculine mais porteur de son identité androgyne qui, à cause de son corps masculin, sera actif sexuellement à la façon hétérosexuelle masculine.
    de plus, moi qui ne suis pas homosexuelle, je deviens également de plus en plus androgyne avec la fusion. autrement dit, la ou les dernières incarnations de chaque âme (= chaque incarnation dans la série nécessaire à la complétion de sa fusion) verra une rupture dans la continuité de sa mémoire sexuée.

  • #13

    Edwige (vendredi, 28 septembre 2018 12:05)

    Dans cette planète laboratoire en expérimentation, nos incarnations successives permettraient à l'esprit de devenir intégral, grâce à la fusion et la "récupération de la somme totale de l'énergie de ces expériences" hommes, femmes, transgenres homosexuels, transsexuels, hermaphrodites... Chaque fusion étant dépolluées de la mémoire des expériences sexuelles précédentes pour que l'esprit, in fine, incarne un corps androgyne. Dans ce nouveau monde nous serions des êtres asexués et ce nouvel être intégral serait le prototype parfait jamais réalisé dans le cosmos par les créateurs de la vie sur terre...

  • #14

    josée (vendredi, 02 novembre 2018 21:53)

    mon histoire, sans prétention
    j'ai de mes incarnations passées des impressions de personnages exclusivement féminins. s'inscrivant dans cette même catégorie, j'ai le souvenir de ma vie précédente en tant qu'homme gai... hé oui, quel drôle de destin ! surtout que le souvenir de ce prêt gai qui m'a légué sa mémoire fut très vif dès la petite enfance, mais sans que je comprenne la raison d'être de cet impact. dans cette vie, je fus tordue par cet imbroglio. j'ai dû patienter pour que mûrisse cette impression qui troublait mon identité et orientation sexuelle et que je sorte la tête de l'eau où je me noyais dans l'incapacité de m'identifier à une catégorie extérieure. les années ayant passé avant que puisse atteindre un début de clarté de perception, j'avais depuis un temps déjà atteint l'âge où la libido normalement est diminuée. tout ça constituait mon karma.
    en fait je n'ai pu atteindre cette clarté de perception sur mon identité et orientation sexuelle que quand ma fusion s'est mise en branle il y a 3 ou 4 ans (après plus de trente ans à consommer l'instruction de bernard). enfin la clarification de mon identité et orientation sexuelle a mis de l'ordre dans mes sentiments face à ma vie sexuelle, ça a simplifié mon approche et le rapport que j'ai envers moi-même et mes besoins. je me sens de plus en plus femme, c'est simplifié de ce côté et en même temps, ça me fait réaliser la force et la faiblesse de ma position de femme face à mon homme. après tant d'années brumeuses, je peux enfin embrayer dans ma lutte pour le respect et l'équité !

  • #15

    Edwige (mardi, 06 novembre 2018 09:43)

    Josée voilà une incarnation réussie dans de très originales créativités, les signes extérieurs en sont la variété de tes jardins que tu cultives avec tant de passion et de véracité comme en sont la teneur de tes propos, merci pour cet échange.