Le cerveau émotionnel

  Par Edwige


AVANT-PROPOS

Ces FOCUS sont des espaces réservés aux échanges d'idées pour faire évoluer l'instruction Supra-Mentale de façon créative, collaborative et générative. Prière de ne pas déformer, ni plagier, les transcriptions originales de l'œuvre de Bernard de Montréal proposées pour étude, dont la seule référence est l'audio qui l'accompagne. Un résumé personnel, des citations et/ou des liens sont admis pour initier ces échanges. Vous pouvez proposer un thème, un sujet qui sera mis en ligne après vérification. Aucune inscription ni abonnement n'est requis, l'anonymat est garanti.

** Polémiques stériles et énergivores, non-respect de la parole de l'autre, critiques malveillantes, tribune spirituelle pour ego surdimensionné… iront directement dans la corbeille.


En complément de l'article une série de conférences de BDM dans la rubrique  "émotions/sentiments/ressentis"


En préambule un peu de neuroscience pour camper le décor de cette passionnante étude sur les processus actifs dans nos systèmes émotionnels et pour tenter de faire le raccord entre mémoires anciennes, émotions et vampirisme astral de l'énergie de ces émotions.

_____________________________


Le cerveau bas ou primitif, est le siège de toutes les fonctions de survie de l’individu et de l’espèce. Les sentiments/émotions/ressentis prennent leurs origines principalement dans la partie médiane et ancienne d'un point de vue de l'évolution. Celui-ci commande à la fois les émotions et toute la physiologie du corps, il possède des capacités innées à retrouver équilibre et bien-être, il est le poste de commande qui reçoit les informations venant du corps et y répond en contrôlant l'équilibre physiologique. Étant peu perméable au langage et à la raison il est plus intime avec le corps qu'il ne l'est avec la partie haute, raison pour laquelle il est plus facile d'accéder aux émotions par le corps que par la parole.

 

On sait maintenant que le cerveau comprend une mémoire inconsciente (cerveau primitif), une mémoire lointaine émotionnelle reliée à la peur  (cerveau droit) et une mémoire récente consciente (cerveau gauche).

L'émotion est une sensation plus ou moins nette de plaisir ou de déplaisir que l’on peut reconnaitre en soi ou prêter aux autres par projection. Elle comporte un aspect mental, ce qu’on ressent joie, chagrin... et un aspect physique manifestations physiologiques. Le cerveau émotionnel a la capacité de condenser l’énergie de l’émotion jusqu’à une certaine limite qui, dépassée,  envoie le surplus d’énergie dans certaines régions du corps. Ainsi, il peut stocker la charge énergétique des émotions et ce processus inconscient a une influence sur la formation des pensées et sur les comportements de la personne. Il peut aussi décharger l’excèdent dans le corps ce qui se traduit par l’apparition de symptômes divers et variés. 

 

La particularité du cerveau primitif et émotionnel est de mémoriser profondément les situations désagréables et agréables vécues antérieurement à la période de gestation et/ou pendant et depuis notre naissance (pour le compte de l'âme?). En d'autres termes il s’agit de l’ancrage traumatismes subits et bonheurs vécus, la plupart du temps mémorisés après avoir été oubliés pour resurgir parfois dans un défilement d’émotions nostalgiques très puissantes. Cette mémorisation est le siège de nos comportements, attitudes, choix, jugements dans un mode inconscient exerçant une très grande influence sur nos comportements de vie. souffrir de ses émotions DM 101 

 

Ce cerveau est, à notre insu, le conducteur de nos émotions, de nos interprétations, de nos pensées, de nos réactions verbales ou/et corporelles,… avec des conséquences souvent néfastes dans notre vie et notre bien-être. Ces comportements sont incapables d’adaptation et restent insensibles à l’expérience du fait que le cerveau primitif n’a accès qu’à une mémoire à court terme, qui objective les code de l’inconscient, de la matrice, de la programmation émotionnelle. Le cerveau émotionnel n'évolue pas avec l'expérience. Lorsqu’il n’y a pas assez d’émotions par manque de stimulations, ou bien lorsqu’il y en a trop par excès ou intensité trop forte de stimulation, notre faculté́ à raisonner clairement et à utiliser notre cerveau de manière optimale s’altère.

 

En bonus nous avons deux cerveaux au-dessus du cerveau émotionnel inconscient, très impliqué à notre insu dans notre chemin de vie, le cerveau droit intuitif et le cerveau gauche rationnel. Ces deux cerveaux, plus fortement le côté gauche, constituent le conscient de l’Homme, en opposition avec le cerveau émotionnel constituant l’inconscient de l’homme. Le cerveau gauche (résidence de l'ego?), siège de la pensée, de la planification est le cœur de la concrétisation de notre volonté de maîtrise de tout ce qui nous entoure par l’interprétation, l’analyse, la justification argumentée, la description la plus poussée, la théorisation, le langage, le calcul, le déploiement de la logique, du rationnel, du concret, il planifie les choses dans l’organisation de notre travail et notre vie… Le cerveau droit (résidence de l'âme?) est intuitif, émotif, créatif, imaginatif, il perçoit les choses d’une façon globale et ne passe pas par l’analyse pour confirmer le ressenti éprouvé. Le cerveau droit est le chemin premier des perceptions émotionnelles réveillant ensuite, selon le vécu déjà éprouvé, les ancrages émotifs du cerveau émotionnel (Engrammes et parasites psychiques PE 117

 _______________________________________

 

Le cerveau émotionnel (voile de l'ego ou périsprit?) est donc le QG (Quartier Général) des émotions qui génèrent à elles seules les 3/4 des énergies fournies par l'humain au bénéfices des plans....


Depuis notre création et encore à ce jour, l'utilisation de l'énergie libérée par la peur et autres émotions du même répertoire, logées dans ce sac de mémoires, serait comme une activité de management des plans pour que l'humain ne suffoque pas dans ces égrégores absolument involutives... Le nettoyage, le siphonage ou vampirisme de ce sac d'énergies a pour fonction de désengorger la terre de ces carburants trop indigestes pour l'humain.


Tant que l'humain se fait régir par ce cerveau il ne peut y avoir conscience ni du connu, ni de la fonction opératoire des plans astraux. Ces plans opèrent pour l'équilibre énergétique de la vie humaine. À ce stade l'humain ne peux avoir une connexion énergétique à sa lumière, il est dans un cycle involutif qui a sa place dans le programme cosmique...
Au travers de différentes incarnations, avec les siècles qui apportent leurs lots de croyances et de conditionnements, l'humain parfois sort des systèmes manipulatoires, expérientiels etc. et là il se renforce pour entrapercevoir la lumière au bout du tunnel.
Lorsqu'enfin arrivé à l'écœurement des oppositions inévitables de l'expérience terrestre, par une volonté de plus en plus affichée il attrape au vol l'énergie qui va faire sauter les verrous des croyances et conditionnements erronés, devenus obsolètes. Là commence un nouveau processus, aussi long et difficile que le précèdent... Mais la sortie du mensonge cosmique lui amène son lot de conscience pour dé-spiritualiser sa vie et crever les plafonds des hiérarchies dominantes. La volonté et l'intelligence ensuite engage l'humain sur le chemin ardu de la dé-mentalisation de l'ego qui, en contact avec l'esprit, fait entrevoir dans sa conscience un aspect de l'âme qui elle aussi veut fusionner. L
a fusion passera par la désagrégation totale du cerveau primitif/émotionnel qui ne sera plus utile à l'humain en tant qu'outil de préservation de l'espèce...

 

Cette fusion continuera son travail de dés-astralisation des deux cerveaux intuitif et rationnel pour fusionner avec le cerveau éthérique ou supra-mental, plus en adéquation avec les projets de l'esprit incarné.

 

Une chose non vérifiable mais supputable est la mémoire évolutive de la matière, jusqu’aux particules élémentaires intégrée au cœur profond du cerveau émotif. Cette évolution fait sens et écho à la vie cosmique dont nous sommes issus avec des divergences de situations vécues qui conduisent à des divergences de perceptions, de réactions et finalement de mode de pensées et de raisonnements, rendant les humains différents les uns des autres. Cependant chaque humain à "la main" sur sa vie, dans chaque situations vécues, celles-ci étant rattachées à une situation émotionnelle en rapport avec les situations antérieurement vécues, ancrés au plus profond de soi (mémoires karmiques?), dans l’objectif basique de nous maintenir vivant.


"De la physique de l'information aux deux fonctions de la conscience:

enregistrement du présent et configuration du futur"

Philippe Guillemant ingénieur physicien


Écrire commentaire

Commentaires: 6
  • #1

    Edwige (vendredi, 05 octobre 2018 10:41)

    Le tout premier cerveau est l'oublié dans l'affaire des 3 cerveaux..., le cerveau primitif/émotionnel... Pour en arriver à la compréhension de la maturation du cerveau éthérique il en faut du travail d'élagage du cerveau intuitif et rationnel pour désastraliser ce cerveau primitif/émotif... Le point de récompense étant l'affinement du discernement qui, avant de nous donner l'équilibre et le centrage, doit nous aider à décapiter "ce pouvoir de la mémoire" du passé (cerveau primitif) du présent (cerveau rationnel) afin de réveiller le cerveau immatériel de notre conscience supramentale...

    Notre conscience grandit et évolue dans l'équilibre de nos deux cerveaux intuitif et rationnel dans un combat contre l'astralité des mémoires réflexes émotionnelles logées dans notre cerveau primitif, premier lieu de toutes nos programmations grégaires et animales... En amont pour atteindre cet équilibre l'intuitif et le rationnel sont progressivement nettoyés de leur astralisation personnelles et réciproques par les illusions que se font l'un de l'autre... Il pourrait sembler qu'il y ait un travail en amont et en aval mais dans l'involution nous étions bloqués dans le cerveaux réactionnel primitif donc ici l'amont devient l'aval de l'amont... Aujourd'hui, avec la connaissance du fonctionnement de ce cerveau émotionnel, le travail d'équilibrage peut se faire plus vite avec nos outils de compréhension et de conscience objective.

    Ce qui se situe au croisement des 3 cerveaux est le discernement que maintenant on peut nommer point névralgique, noyau atomique, noyau d'énergie supramentale, point du réel, etc.... Le cerveau éthérique a toujours été là présent en nous mais "en panne de combustible" ou voilé comme l'égo par son périsprit, il a été occulté dans la phase involutive de l'humanité appelée mensonge cosmique...)... Le long processus qui aboutit à la mise en route du cerveau éthérique, passe par ce point de triangulation des 3 cerveaux supérieurs (comparé à l'inférieur émotif), appelé point "de vérité" ou discernement qui est un terme dépolarisé par opposition au mensonge. C'est "la croisée" ou synthèse des 3 cerveaux intuitif, rationnel et éthérique qui forme le discernement, somme ou totalité, "point du réel" des 3 manifestations de l'esprit, l'une ne va pas sans l'autre, l'équilibre doit être rendu parfait, là se trouve la distinction ou valeur ajoutée du cerveau éthérique endormi... Le discernement, qui pourrait se traduire par un noyau d'énergie supramentale, crée une conscience objective croissante que nous pouvons "sentir" par des signes subtils en nous (différemment manifestés pour chacun) qui nous permettent de réaliser que nous sommes de plus en plus alignés, centrés et en équilibre comparé à des situations, des réactions ou des états antérieurs.

    Le nouvel éléments en voie de création est la fusion des cerveaux primitif, intuitif et rationnel avec le cerveau éthérique supramental. Ce qui distingue ce cerveau éthérique c'est qu'il appartiendra exclusivement à l'homme nouveau qui deviendra la somme totale des énergies contenues dans toutes les mémoires de toutes ses expériences passées et jusque-là stockées dans son sac mémoriel qui est l'âme... l'esprit manage, manœuvre, nous manipule car son but est la fusion totale âme, ego et cerveaux pour s'incarner dans un véhicule matériel en équilibre parfait qui puisse supporter le taux vibratoire très élevé de l'énergie de sa lumière...

  • #2

    Edwige (vendredi, 19 octobre 2018 10:04)

    Josée je prends la liberté de replacer ici un ancien post, ainsi que les tiens contenus dans l'article "Intuition & discernement" pour continuer nos échanges qui sont plus a leur place présentement dans cet article.
    La fusion passera par la désagrégation totale du cerveau primitif/émotionnel qui ne sera plus utile à l'humain en tant qu'outil de préservation de l'espèce... Cette fusion continuera son travail de dés-astralisation des deux cerveaux intuitif et rationnel pour fusionner avec le cerveau éthérique ou supra-mental, plus en adéquation avec les projets de l'esprit incarné. Une chose non vérifiable mais supputable est la mémoire évolutive de la matière, jusqu’aux particules élémentaires intégrée au cœur profond du cerveau émotif. Cette évolution fait sens et écho à la vie cosmique dont nous sommes issus avec des divergences de situations vécues qui conduisent à des divergences de perceptions, de réactions et finalement de mode de pensées et de raisonnements, rendant les humains différents les uns des autres. Cependant chaque humain à "la main" sur sa vie, dans chaque situations vécues, celles-ci étant rattachées à une situation émotionnelle en rapport avec les situations antérieurement vécues, ancrés au plus profond de soi (mémoires karmiques?), dans l’objectif basique de nous maintenir vivant.

  • #3

    Josée (vendredi, 19 octobre 2018 10:08)

    post #25 dans l'article "Intuition & discernement"

    suite de ma réaction au message #21 où je veux en revenir au mot triangulation :
    ce mot exclut le cerveau primitif et voilà la question qui me vient : le cerveau primitif est-il vraiment un acteur de détriangulation ? sa présence dans l’équation est-elle irréductible ? ne peut-on pas se passer du concept de l’organe carrément animal si on sait que l’astralité animale est présente dans l’hémisphère intuitive et l’hémisphère rationnelle ? son rôle en amont en faisait le "premier lieu de toutes nos programmations grégaires et animales", ce que tu dis m’ouvre la conscience à de quoi d’intéressant. là se logeaient nos mémoires réflexes émotionnelles, ok, même qu’encore aujourd’hui, dis-tu, ce cerveau serait l’endroit où persistent à se loger nos mémoires réflexes émotionnelles. pourquoi pas ? quoique le cerveau primitif s’éteint peut-être aussi avec le début du processus de conscience et l’activation du cerveau éthérique. qu'en dis-tu ? peut-être aussi que l’astralité n’est plus alors que la trace résiduelle de la cérébralité animale. je regarde tout ça et le fin mot c’est que je sais pas, je suppute. d’un côté je ne suis pas contre une définition du processus de conscience en tant que combat contre l'astralité logée dans ce cerveau primitif. en même temps, je vois bien que la charge énergétique de mon astralité encombre mon psychisme éthérique/intuitif/rationnel et que je veux focaliser mon combat juste là. tu me troubles. est-ce que je dois situer dans le cerveau primitif l’astralité qui me retient d’équilibrer l’activité de l’hémisphère intuitive et celle de l’hémisphère rationnelle ? est-ce qu’il me serait utile de diriger mon combat vers ce cerveau primitif exclu de la triangulation ? je ne sais pas.
    je veux regarder le lien entre concepts et animalité :
    l’homme en voie de conscience demeure longtemps empêtré de mémoire. en cet instant justement, on a une personne qui introduit un concept et le met sur la table et une autre personne qui veut se débrouiller sans ce concept. y en a-t-il une qui intuite une information réelle ? y en a-t-il une qui se braque dans une attitude ? comment échanger et, en même temps, générer nos noyaux d’objectivité pour trancher sur ces points ? peut-être as-tu la réponse… moi je vois que tant que je suis en processus, l’objectivité du discernement est en processus, la subjectivité est subliminale, je perds pied à mon insu et j’endosse des mécanismes astraux, si bien que la mémoire de l’animalité manipulera même mon effort d’étude le plus honnête.
    petite fantaisie :
    le cerveau primitif animal a imprimé en nous deux deux configurations de croyances qui à l’origine n’étaient rien d’autre que des comportements grégaires. nous sommes influencées par les relents de cette grégarité datant des premières incarnations de chercheurs inscrits dans des lignées d’études spécifiques à des cultures. imaginons qu’il y a des milliers d’années, quand l’animalité était encore d’une grande influence grégarisante, l’une de nous était amérindienne/grecque/somalienne et l’autre était saharienne/tibétaine/indienne. il y a si longtemps toi et moi participions à des cercles de canalisation ainsi qu’à la perpétuation des traditions orales. le phénomène même de la croyance fut un relent animal préservé par le cerveau primitif. aujourd’hui par contre, l’esprit travaille à nous faire rompre l’effet du passé. nos deux processus de conscience, qui désencombrent notre cérébralité et notre psychisme de cette structure historique, ne peuvent y arriver que par le biais de cette resurgescence de l’astralité à désamorcer.
    À plus tard, je n'ai toujours pas fini de lire ton message # 21.

  • #4

    Josée (vendredi, 19 octobre 2018 10:10)

    post #26 dans l'article "Intuition & discernement"

    pourquoi fais-tu une différence entre la création du noyau et la fusion des cerveaux primitif, intuitif et rationnel avec le cerveau éthérique ?

    "Ce qui distingue ce cerveau éthérique c'est qu'il appartiendra exclusivement à l'homme nouveau qui deviendra la somme totale des énergies contenues dans toutes les mémoires de toutes ses expériences passées et jusque-là stockées dans son sac mémoriel qui est l'âme." YES

    tu dis que l'évolution de notre matérialité atomique fait sens et écho à la vie cosmique dont nous sommes issus (avec nos divergences de vécus). peux-tu développer ?

  • #5

    Edwige (vendredi, 19 octobre 2018 11:21)

    Réponse à ton post #26 dans l'article "Intuition & discernement" (ici N°4)

    "pourquoi fais-tu une différence entre la création du noyau et la fusion des cerveaux primitif, intuitif et rationnel avec le cerveau éthérique ?"

    - Je n'ai pas l'impression de faire une différence car ce sont deux choses différentes l'une amenant progressivement l'autre. Schématiquement et grossièrement expliqué, en grands raccourcis je dirais qu'il y a d'abord un travail de dés-astralisation des 3 cerveaux primitif, intuitif, rationnel (qui est la période involutive de l'humanité). Ensuite cette période de désastralisation, de conscientisation de l'ego, fait place progressivement au fameux point du triangle entre l'intuitif, le rationnel et l'éthérique (point de discernement ou de "vérité" de réel plutôt), qui sort de sa mise en sommeil forcé, grâce au processus très lent de fusion entre les 3 premiers cerveaux de l'homme (qui est la période évolutive de l'humanité). Nous n'en sommes qu'aux balbutiements... autant dire que la fusion c'est pas demain la veille...même si elle est ardemment espérée par des egos pressés... qui pour devenir des hommes nouveaux (sans ego), ayant intégré la somme totale des énergies contenues dans toutes les mémoires de toutes ses expériences passées, doivent continuellement travailler à liquider leur mémoires...

    "tu dis que l'évolution de notre matérialité atomique fait sens et écho à la vie cosmique dont nous sommes issus (avec nos divergences de vécus). peux-tu développer ?"

    - Les divergences de situations vécues qui conduisent à des divergences de perceptions, de réactions et finalement de mode de pensées et de raisonnements, rendant les humains différents les uns des autres, surtout quand on sait maintenant que nous avons tous, selon nos origines premières ou stellaires ou autres dénomination, pas le même créateur... ceci pourrait expliquer pourquoi chaque situations vécues, est rattachées à une situation émotionnelle en rapport avec les situations antérieurement vécues, ancrés au plus profond de soi (mémoires karmiques?), dans l’objectif basique de nous maintenir vivant pour les besoins créatifs ou expérientiels de ces même créateurs.

    Cette fameuse mémoire (contenue dans l'âme) que nous essayons de liquider a évolué dans la matière jusqu’aux particules élémentaires intégrée au cœur profond du cerveau émotif car en se superposant les unes aux autres (comme un mille feuilles) elles ont fabriqué une sorte building a multiples étages ayant chacun leurs portes et fenêtres, chambres et antichambres pour entrer, s'installer durablement, aller d'un étage à l'autre et de temps à autres s'enfuir on ne sait où... L'idée serait de faire venir un huissier pour déloger tout ce monde et mettre des scellé pour interdire l'entrée... en image c'est ça l'avenir de l'homme nouveau, ou homme cosmique, ou homme multidimensionnel; c.a.d un homme sans mémoire, sans ego...

  • #6

    Edwige (vendredi, 19 octobre 2018 14:18)

    réponse aux question de ton post #25 dans l'article "Intuition & discernement" (ici le 3)

    1- "le cerveau primitif est-il vraiment un acteur de détriangulation? sa présence dans l’équation est-elle irréductible?"

    Je reprends en résumé ce que je disais dans l'article ci-dessus: Le cerveau primitif ne peut entrer dans la triangulation car c'est un cerveau réflexe purement animal. Ce dernier à la particularité de mémoriser profondément les situations désagréables et agréables vécues antérieurement à la période de gestation, pendant et depuis notre naissance (pour le compte de l'âme?). Cette mémorisation est le siège de nos comportements, attitudes, choix, jugements dans un mode inconscient exerçant une très grande influence sur nos comportements de vie.
    Ce cerveau est, à notre insu, le conducteur de nos émotions, de nos interprétations, de nos pensées, de nos réactions verbales ou/et corporelles..., avec des conséquences souvent néfastes dans notre vie et notre bien-être. Ces comportements sont incapables d’adaptation et restent insensibles à l’expérience du fait que le cerveau primitif n’a accès qu’à une mémoire à court terme, qui objective les code de l’inconscient, de la matrice, de la programmation émotionnelle. Le cerveau émotionnel n'évolue pas avec l'expérience. Les Conférences de Bernard: "souffrir de ses émotions" DM 101 et "Engrammes et parasites psychiques" PE 117 sont très éloquentes!

    2- "ne peut-on pas se passer du concept de l’organe carrément animal si on sait que l’astralité animale est présente dans l’hémisphère intuitive et l’hémisphère rationnelle?"

    Je ne dirais pas que l'astralité dans les cerveaux intuitif (65 million d'années) et rationnel (4 millions d'années) est animale car ces cerveaux sont bien plus récents que le cerveau reptilien qui à 400 millions d'années... Autrement dit l'astral a évolué en même temps que tous les règnes, depuis leurs créations, nous y compris avec notre animalité et nos programmations grégaires. Mis à part quelques instincts de survie, notre programmation a été pas mal limée par toutes sortes de conditionnements religieux, culturels, éducatifs et autres... Je ne parle pas de l'ego qui, en évoluant aussi, s'est surdimensionné exponentiellement et proportionnellement à sa rationalité... Autrement dit les sauvageries humaines sont dues à des égos humains plus qu'à leur cerveau primitif, même si l'adage "là où il y a de l'homme il y a de l'hommerie" est encore valable...

    3- "Quoique le cerveau primitif s’éteint peut-être aussi avec le début du processus de conscience et l’activation du cerveau éthérique. Peut-être aussi que l’astralité n’est plus alors que la trace résiduelle de la cérébralité animale. Qu'en dis-tu ?"

    Je suis d'accord que ce qui nous reste de primitif s'estompe dans le sens que nous avons de moins en moins besoins de réflexes de survie et de mécanismes de défenses quand on devient de plus en plus centrique... Cependant notre astralité sera toujours là à nous accompagner jusqu'a ce qu'elle ne puissent plus atteindre l'homme nouveau, sans mémoire ni ego.

    4- "y en a-t-il une qui intuite une information réelle ? y en a-t-il une qui se braque dans une attitude ? comment échanger et, en même temps, générer nos noyaux d’objectivité pour trancher sur ces points ? Peut-être as-tu la réponse…"

    Je pourrai risquer une réponse du berger à la bergère qui se trouve peut-être à la fin de ton message et qui nous ramène dans un lointain passé/futur très intéressant: tu connais ma propension à ne pas me préoccuper de ce que sera demain...
    Si tu as été amérindienne/grecque/somalienne et moi saharienne/tibétaine/indienne nos cercles de paroles ou de canalisation dans leur perpétuation des traditions orales ont entretenu nos illusions dans notre cerveau primitif 100% astral... Alors aujourd’hui notre rencontre ici ne tient pas du hasard... en effet nos deux esprits s'accordent à nous faire rompre l’effet du passé en nous aidant à conscientiser "la grosse affaire de la fusion" car on peut pas être intelligent tout seul!! Alors il me semble que si l'une intuite et que l'autre se braque c'est plus une affaire d'ego pour elle... Je constate en tout cas que ceci, qui n'a pas grande importance, ne nous empêche absolument pas d'échanger... Autrement dit nos deux esprits veillent "au grain" et au bon développent du cheminement de nos consciences. Conclusion laisse toi aller... l'authenticité et la simplicité est le meilleur sentier pour aborder ces sujets qui nous dépassent mais qui nous conduisent assurément quelque part, ensembles...