Écrire, Parler ou... se taire?

 Edwige


AVANT-PROPOS

"Être sur le chemin de l’évolution c’est mener une étude" BdM PE-028

Ces FOCUS sont des espaces réservés aux échanges d'idées pour faire évoluer l'instruction Supra-Mentale de façon créative, collaborative et générative. Prière de ne pas déformer, ni plagier, les transcriptions originales de l'œuvre de Bernard de Montréal proposées pour étude, dont la seule référence est l'audio qui l'accompagne. Un résumé personnel, des citations et/ou des liens sont admis pour initier ces échanges. Vous pouvez proposer un thème, un sujet qui sera mis en ligne après vérification. Aucune inscription ni abonnement n'est requis, l'anonymat est garanti.

** Polémiques stériles et énergivores, non-respect de la parole de l'autre, critiques malveillantes, tribune spirituelle pour ego surdimensionné… iront directement dans la corbeille.


La conscience se vit plus qu'elle ne se parle,

surtout quand la parole n'est pas intelligente et qu'elle ne vient pas de l'esprit. 

 

L’Esprit n'a jamais cessé d'habiter la conscience humaine chaque instant de sa vie, y compris dans les moments qui n’ont pas besoin d’être manifestés haut et fort, c’est 80% de son temps au quotidien (marcher, manger, dormir, se laver, aller pisser, attendre un bus, faire la queue aux caisses de magasins, etc…). La conscience "consciente" se vit également par la parole mais…seulement lorsqu’elle est "intelligente", n'émergeant ni de l'intellect cartésien, ni d'une mémoire hors norme qui recrache tout ce qu'elle a ingurgité sans rien digérer, ni du mental inférieur ou surmental. Là il ne sort rien de la bouche qu'elle soit supramentalienne, universitaires ou autres facultés; ces egos (jacassent, baratinent, bavassent, cancanent, caquètent, causent, colportent, commèrent, débinent, débitent, déblatèrent, jactent, jasent, palabrent, papotent, potinent, racontent,) répandent et manipulent…

 

En fait ils taillent des bavettes sans utiliser la parole intelligente...

 

Pour en avoir une idée on peut faire un test avec l'image (film, vidéo, interview, une conférence) et... couper le son. A ce moment le réel tout nu, en dessous le vernis des mots, du verbe, de l'élocution, de la parole aisée va faire entendre un "autre message"... subliminal celui-ci dans les gestes, les attitudes, les rictus, les expressions diverses du regard ou autres types de communications non verbales, souvent plus édifiants que les mots sortant de la bouche dévoilant les dichotomies de l'orateur.

 

Il en est de même pour le son sans l'image ... La forme parlée parait bien ficelée, intelligente intellectuellement, la voix séduisante, magnétique, modulée à souhait, etc... Mais sans vibration thérapeutique car zéro contenu dans le fond.

 

Ces deux exemples mettent en exergue notre capacité à "intuiter" et à discerner ce qui est bon ou non pour soi.

 

La parole est juste et adéquate surtout quand elle est "vibrante", authentique et simple malgré les intimidations dévalorisantes extérieures et autres pauses faussement convaincantes. Cela signifie rester ”soi” car l’esprit se fiche royalement des faux semblants et attitudes grotesques pour le regard de l’autre… Quand le double prend le contrôle de nos sens pour se manifester il est le maître de céans... même s'il s'emmêle les pinceaux dans les fleurs de son enthousiasme… ainsi il en va que chaque personne à son esprit et qu’il n’y a pas deux esprits pareils… L'insécurité langagière n’est qu’une falsification de mémoire si on la compare avec l'écrit français de France, la langue française doit toujours appartenir "en propre à chaque francophone"…Tant que le fond et la vibration se comprennent la forme importe peu… l’intelligibilité restant les attributs d’un ego surdimensionné et égocentré…

 

Mais, c'est la bonne nouvelle en ce début d'année, sur le chemin du réel on est de plus en plus acheminé vers des personnes avec qui on se comprend, parce que sur la même longueur d’onde...

 

En faisant le tour de la communauté supramentalienne on peut observer que cette égrégore n’a rien a envier à l'égrégore de la sphère spirite, dans la survalorisation, le complexe de supériorité, l'assujettissement à diverses formes pseudo psy-culturelles et surtout hautement spiri-tue-elle… C’est ce qui transpire au décours de vidéos, discours, commentaires et posts divers supra-machin-truc et chose… qui trop souvent sonnent faux. En France nous discernons cette supramentalisation des ”survivants” de Bernard… Ceux-ci ne verront pas naître dans leurs rangs de nouvel initié avant longtemps… Il existe de part le monde d'excellents orateurs dans tous les domaines, supra..., politiques, philosophiques, religieux, enseignants, gourous, manipulateurs en tous genres… qui ont l'air convaincus de ce qu'ils disent mais ça ne vibre jamais... Comment un public lambda fait-il la différence entre un humain réellement connecté à la lumière de l'énergie de son esprit avec un autre juste en parfaite possession égotique d’un sujet qu’il contrôle absolument? et lui permet de magnétiser un public docile et assoiffé d'un "savoir” supposé… Mis à part exercer son discernement il n'est pas facile de distinguer qu’est-ce qui allume le clignotant du bluff dans les monologues de certaines paroles logorrhéiques à souhait ou autres diarrhées verbales…

 

Oui c'est dur... mais c'est dit là dedans sans l'énergie de la colère pour ne plus nourrir les plans. En devenant le réel "canal" de son wifi personnel on ne juge pas les enseignements que l'esprit apporte, sans émotivité, ni colère... peut important qu'un ego ou un autre se sente à cette occasion un peu égratigné... Je viens de voir, après avoir posté cet article, que (David Lévesque détaille pertinemment ceci dans "La critique vibratoire"). On peut constater que les esprits, fournisseurs d'infos, ont des longueurs d'ondes similaires et c'est tant mieux...

 

Ici nous n’avons rien à démontrer si ce n’est de scruter les changements en nous-même issus de nos expériences sur le terrain de cette conscience… qu’elle soit seulement vécue dans l'ombre, écrite et/ou parlée ici et là… 

 

L’expérience de la parole parlée fait observer que cette instantanéité, sans réflexion de l’ego est un espace réel de créativité pure, tout comme l’écrit quand les mots sont insufflés par l'esprit sans l’interférence ni d'une conscience inintelligente, ni d’un ego qui veut s’appliquer, ce qui revient au même… Il existe bel et bien des vertus à ”l’écrit” avec l’esprit, surtout quand la parole fait place au ”silence” pour ”entendre” la voix de cet esprit...


Conférences de BDM 


Écrire commentaire

Commentaires: 64
  • #1

    Edwige (mercredi, 09 janvier 2019 07:20)

    La Parole (et les mots dans l'écrit) sert à briser les formes de la parole double dans le contrôle et le pouvoir sur autrui... Nous avons donc a apprendre à se protéger, à ne jamais croire quiconque pense détenir une autorité sur notre conscience. Lorsqu'on a crevé le plafond des bisounours spirituels on cesse de croire que l'esprit se manifeste uniquement par la Parole aux premiers stades de la Fusion. Dans son texte Jean parle de l'essence de la parole du Maître, Daniel Menard avait également fait le lien avec la parole et le sexe, le dominé et le dominant, le donneur (l'orateur) et le receveur (l'auditeur)... Bernard disait "il faut crever les yeux de Dieu"... Bernard est et restera pour longtemps le seul a avoir une vibration de la Parole juste, quasiment thérapeutique, qui conscientise et guéri l’esprit dans des souffrances Initiatiques qui détruisent les conditionnement qui servaient de béquilles à la vie estropiée en nous. La vibration de la parole (et de l'écrit) a pour but d'élever le taux vibratoire des corps physiques et subtils dans une fusion progressive, individuelle, seul avec soi-même... En devenant le réel "canal" de son wifi personnel on ne juge pas les enseignements que le double apporte, sans émotivité ni colère, peut important qu'un ego ou un autre se sente à cette occasion un peu égratigné.

  • #2

    Edwige (mercredi, 09 janvier 2019 15:18)

    Réponse à R.
    L'esprit à lui même son agenda... En ne voyant dans ses blocages que des opportunités pour bien entretenir son futur véhicule matériel et augmenter son taux vibratoire on accepte mieux les freins de la lenteur du processus (comme un alitement par exemple). Partant du postulat qu'on ne doit rien croire les confrontations qui apparaissent parfois ici ou là ne sont ni objectives ni subjectives. Elles émergent sans être jugées, ni investies d'aucune émotivité et sans se préoccuper des relents dans son sillages. Je vous encourage a en faire autant au sujet de vos enregistrements, si votre double vous pousse alors partagez-les, si au contraire votre ego vous impose le dictat de l'hésitation interrogez-vous comme vous le faites... prendre votre temps... observer à la loupe les désirs de l'ego...

    "si cet outil participe à la fusion et qu'il est à ce point piégeux c'est une question des plus sulfureuses..." j'approuve votre réflexion avec le bémol qu'aujourd'hui le plan astral ne peut plus nous impacter, son plancher énergétique a été détruit en 2014. Ce sont d'autres énergies qui nous manipulent et plus subtilement encore... comme l'énergie de la colère qui nous attire dans ses filets par identification pour mieux nous siphonner... il en est de même pour toutes les émotions emprisonnées dans le sac mémoriel! Nous ne perdrions pas tant d'énergie à se décourager ou à chercher notre équilibre si nous intégrions une bonne fois pour toutes que nous sommes sans qualité ni défaut... accueillir l'outil de la parole ou écrire serait alors aussi facile que plonger dans une eau toujours à bonne température ou monter un sommet sans la gravité du corps...

  • #3

    Rachel (mercredi, 09 janvier 2019 22:45)

    Merci Edwige, la lenteur en effet est perceptible, et l'ego juge encore les qualités et les défauts qu'il s'octroie. l'émotion mémorielle est lourde, toujours cette peur du regard extérieur, le concept d'homme-esprit semble bien loin de s'intégrer, même si la volonté de l'esprit ne peut qu'être implacable, je le conçois. seul le temps offre des éclaircissements en effet sous la forme de perceptions de plus en plus abstractives planétairement. je serais tentée de penser qu'elles sont astralisées, je ne crois rien en ce qui concerne des dates éventuelles de libération partielles. peu importe la cause, astrale planétaire, ou dans le mémoriel cellulaire, c'est pour moi la même notion subatomique, entre astrologie et subatome, tout est lié, nos émotions nous alourdissent en tous les cas, et leur transmutation est notre part à accomplir, mais quelle lenteur oui. tellement que parfois, il y a ce découragement, comme si rien ne s'accomplissait. je vais en tous cas questionner avec le temps pour partager ces enregistrements, c'est une belle occasion d'observer la nature des émotions qui colorent le mouvement, entre involutif et créatif...

  • #4

    Edwige (jeudi, 10 janvier 2019 14:07)

    La lenteur est proportionnelle au long temps d'involution qui nous a acheminé vers l'évolution... L'ego, assujetti a cette âme qui a lentement expérimenté bien des facettes polarisées de nos diverses personnalités, dans son processus de fusion récupère progressivement l'énergie des émotions accumulées sous formes de mémoires dans ce sac mémoriel. Le "concept d'homme-esprit" est simplement l'incarnation de l'esprit dans la matière via nos véhicules terrestres. Sa volonté est inhérente à une programmation individuelle, ne fusionne pas qui veut... L'humanité entière fusionnera progressivement d'ici un temps que seul l'esprit universel connaît... mais chaque humain connaîtra son temps sous forme de signes et de perceptions de moins en moins astralisées, car notre corps astral transmutant se dé-astralise de ses miasmes, peut important en effet de croire ceci ou cela, le tout étant de le "savoir". La seule chose importante à accomplir simultanément, durant notre initiation programmée, c'est le nettoyage mémoriel et corporel...et ça ...pour le vivre au quotidien à nos dépends, oui je confirme quelle LENTEUR!!!
    Par contre le découragement est issu de la non confiance en nous-même et à l’intelligence de notre esprit, seul siège de la communication réelle. Dans les faits tout s'accompli a notre insu, indépendamment d'un l'ego qui veut tout mais ne peut rien sans la collaboration de son esprit qui peut tout mais n'a aucun désir egotique..
    J'aime bien cette idée de vouloir partager des enregistrement pour "observer la nature des émotions qui colorent le mouvement entre involutif et créatif"... C'est tout un art de faire naître l'esprit en soi en mettant le doigt sur nos dichotomies comportementales car on peut croire savoir seulement parce qu'on a des "connaissances"... Alors que le "Savoir réel" est enfoui en soi-même, il génère une certitude qu'on l'a sans savoir d'où on le tient. Pour en prendre conscience il y a l'écriture ou la parole ordonnées et fécondes qui permettent de formuler des idées dont on se croyait incapable d'accoucher.

  • #5

    josée la haye (lundi, 14 janvier 2019 17:06)

    Réaction à la lecture de l'intro
    Je voudrais parler de la parole en tant qu’opportunité d’intégration et neutralisation des miasmes logés dans notre astralité corporelle et opacifiant l’ego. Cela fait bientôt un an que nous nous parlons sur ton site et ailleurs, edwige, et 2018 a été pour moi une année de progrès intérieurs inespérés. Le lien entre ces progrès et l’expérience de la parole saute aux yeux.
    Nous sommes doubles tant que nous ne sommes pas fusionnés. Par contre nous vivons des moments de proximité qui nous permettent d’accroître l’intelligence et la volonté qui sont si nécessaires au progrès. Je vois la parole un peu comme la substance de ces balises. En nous faisant utiliser la parole, l’esprit n'a bien sûr rien à démontrer et pourtant la tendance est si forte à utiliser la parole en tant que démonstration, si forte !... que c’est encore et toujours là. l’ego fut saturé de rabaissements et il est assoiffé de se faire valoir mais il voit bien que dans la mesure où il lâche prise de sa soif de se faire valoir, il est transparent, ce qui désaltère sa soif d’identité et de savoir.
    L’esprit n’a pas le but de nous instruire, il est neutre et sans but si ce n’est celui de scruter les changements qui en nous sont issus de ces expériences sur le terrain de la conscience. Les changements qu’il scrute sont ceux qui résultent de l’intégration et neutralisation des miasmes logés dans notre astralité corporelle et opacifiant l’ego. car, en nous faisant échanger, l’esprit nous place en position de possession égotique plus ou moins logorrhéique et plus ou moins conflictuelle avec les autres. L’esprit exacerbe le désir que nous avons tous de convaincre autrui de notre propre valeur. L’esprit, qui sait procéder par la voie de la conscience comme par celle de l’inconscience, évince la paix qui nous est si chère en exacerbant le désir que nous avons tous de convaincre autrui de notre propre valeur… afin que nous prenions toujours un petit peu plus conscience de ce désir.
    Ce désir est inconscient, on ne le remarque souvent que chez son interlocuteur… tandis que le travail de l’esprit qui passe par la conscience en soi transcende royalement de tels faux semblants.
    Mais vite l’ego est pollué de jugement tandis que le travail de l’esprit qui passe par l’inconscience en soi exacerbe des miasmes qui sont logés dans notre propre astralité corporelle et qui opacifient l’ego et le polluent.
    Chez moi en tout cas, avec la gloire de la parole arrive immanquablement la contrainte de l’ajustement et du ménage intérieur. Oui en commençant à fusionner avec l’esprit j’ai perdu beaucoup de naïveté et je suis maintenant en mesure de voir une astralité chez autrui par les yeux de l,esprit. Or ce n’est qu’en respectant cette astralité particulière dans la communication de l’autre, que je vais me faire le cadeau de respecter cette même astralité particulière dans ma propre façon d’entrer moi-même en communication.
    C’est là qu’intervient, en son temps, la volonté de l’intégration et neutralisation des miasmes logés dans l’astralité corporelle. La volnté a besoin d’opportunités expérientielles pour faire son ménage tant ce qui opacifie l’ego. plus celui-ci se fait volontairement transparent, plus il réalise et lâche prise de toutes ces attitudes tentées de se manifester dans une communication écrite et/ou parlée, qu’elle soit vécue dans l'ombre ou sur la place publique et c’est ainsi qu’intelligence et volonté se renchérissent.
    .
    Petits commentaires supplémentaires, personnels à toi edwige et toujours liés à ton intro
    - J’aime bien quand tu parles de couper le son et de voir sous le vernis des mots. Ça aide en pleine chicane de couple.
    - Bien vu quand tu te réfères à mes insécurités langagières et que tu précises que la peur ou le désir d’intelligibilité sont les attributs d’un communicateur égocentré. Bon rappel !
    - Qu’est-ce que l’intelligence lambda ?

  • #6

    Edwige (mercredi, 16 janvier 2019 14:13)

    Utiliser la puissance vibratoire de la parole rend celle-ci thérapeutique qui, en passant par le nettoyage de nos corps subtils éthériques, peut conduire à la guérison de nos âmes et de nos esprits névrotiques et malades. C'est idem pour l'écriture, la peinture, la musique et tout autre action créative à laquelle notre esprit contribue à part égale avec l'ego.
    Je dirais que nous sommes polarisés tant que nous n'avons pas fusionné nos attributs masculins et féminins, la fusion intégrale (âme, ego, cerveau éthérique) nous permettant de ne faire plus qu'un avec notre esprit. Ce n'est que la première étape, de plusieurs autres à venir, avant le fusion finale avec l'esprit universel bras droit armé des origines de la lumières.
    La substance des balises dont tu parles, dans ces moments de proximité avec l'âme (volonté) et l'intelligence (esprit), serait faite de vibrations créatives, thérapeutiques, informatives et non instructives dans le sens de connaissances intellectuelles qui fait croître les potentiels de l'âme et de l'esprit. Ce dernier pouvant tout mais demeure à tout jamais (jusqu'à preuve du contraire) sans désir personnel alors que l'ego, insécure et orgueilleux, utilise son organe pour se mettre sous les projecteurs d'une lumière illusoire, quand bien même il aurait les circonstances atténuantes que tu énumères, jusqu'à parfois devenir divergent ou autiste pour sublimer sa démesure. Deux esprits qui échangent réellement, pour devenir plus intelligents ensemble, ne sont ni logorrhéiques, ni conflictuels, ils échangent c'est tout… C'est l'ego qui est conflictuel, belliqueux, polémicard, diarrhéique avec autrui dès l'instant qu'il entre en mode dominant ou en mode soif insatiable de l'énergie de l'autre qui capte toute son attention… là il y a littéralement zéro échange, aucune nourriture pour l'esprit! Ce n'est donc pas l’esprit qui exacerbe le désir de convaincre autrui mais les appétits de l'ego et son besoin de valorisation (peu important les raisons fondées ou non). La tendance maladive de l'ego à se victimiser lui fait accuser un fautif extérieur à lui (entités, plans, E.T. etc.) afin de se déresponsabiliser de ses actes égocentriques et irresponsables. C'est le chemin vers sa conscientisation qui lui fait voir l'ampleur de la démesure de ses désirs, souvent entraperçus dans le miroir que lui tend autrui. L'esprit, en tant qu'observateur créatif et intelligent, quant à lui nous sculpte à coups de tests et de chocs répétés, tel un artiste et artisan de sa future demeure, souffrances qui, contre toute attente, opèrent notre corps et notre égo. Voir les miasmes astraux chez autrui avec les yeux de l'ego est un signe que l'ego évolue grâce à cet ouvrage de l'esprit d'autant plus quand le respect permanent de soi et des autres devient sa seconde nature… Couper le son pour voir sous le vernis des mots est valable aussi quand on voit la lumière dans l'obscurité des relations humaines… surtout dans les conflits où il n'y a jamais d'intelligence, que de l'ego en souffrance. L'intelligence lambda représente l'intelligence de base de tout ego (intellectuelle ou matérielle) qui lui permet de subvenir à son existence (en mode cerveau reptilien) sans le recours de la mémorisation volontaire ni de l'intellect qui lui a permis l'accumulation de multiples connaissances plus ou moins diplômantes… L'intelligence réelle n'est pas factice, ni subjective, le contraire de l'intelligence lambda c'est l'intelligence de l'esprit.

  • #7

    josée la haye (jeudi, 17 janvier 2019 16:33)

    le passé de l'homme ne put être autre qu’insécure et orgueilleux. Parce qu’on lui a inculqué cet orgueil, l’homme s’est habitué à ce que son appareil psychique semble lui dire les vraies choses. On lui communiquait, via son appareil psychique, des croyances pouvant le rabaisser d’un bord et assouvir son désir de valorisation égocentrique de l’autre, et c’est ainsi que l’homme « s’est cru ».
    une fois en voie d'évolution, l ancien désir de valorisation égocentrique de l’homme devient le superflu dont l’évolution va le débarrasser. Pour cela, l,esprit à la source de son évolution, met le doigt sur le bobo. Il en vient par exemple à placer l’homme sous les projecteurs spirituels de tout ce qui fait briller le blason de l’homme d’une lumière illusoire. L’ensemble des croyances devient la liste de tâches de l'esprit. tout ce qui arrive alors est l'oeuvre de l'esprit. Ceci comprend tout ce qui arrive événementiellement (relations, santé, budget, ressourcements) mais aussi tout ce qui arrive psychiquement et électriquement dans le cerveau et le système nerveux. une fois en voie d'évolution, tout vise à pénétrer l'appareil psychique physique pour en faire un pur relais avec la source de son évolution au lieu d'une horlogerie. Pour cela, une fois en voie d'évolution, l’ancien appareil se prolonge d’un cerveau éthérique, genre de parloir électrique entre lui et l,esprit, situé dans l’éther qui est un gros point d’interrogation pour moi. Je ne sais rien sur ce point dans l’éther, mais je sais que ce n'est alors plus l,ego qui préside à nos errances mais l’esprit et que celui-ci doit s,appuyer sur une zone qui soit à tout points de vue « intermédiaire ».
    ce n'est alors plus l,ego qui préside à nos errances mais l’esprit car la lumière de l'esprit ne se bute sur rien. sa pénétration est lente mais mesurée sur des besoins exacts échelonnés sur le temps. "L'esprit nous sculpte à coups de tests et de chocs répétés", c'est ainsi qu'il exacerbe les appétits de l'ego et son désir de valorisation égocentrique et que ces désirs, enfin, sont entraperçus au niveau psychologique dans ce miroir événementiel que lui tend l'esprit.
    il y a l’aspect psychologique mais il y a aussi l’aspect électrique, qui reflète l’aspect psychologique dans un langage encore plus immatériel. bernard a déjà dit que le cerveau éthérique qui se développe au fil de l'évolution est un reflet immatériel de l'électricité du cerveau physique. j'imagine que ces tests et chocs répétés perpétués par l,esprit sont des événements électriques, de même que le sont les réactions humaines à ces tests et à ces chocs.
    est-ce qu'il y a une certaine manière selon laquelle ces réactions doivent être électriquement définies pour permettre le développement du cerveau éthérique ? je pense à la neutralité, ce principe psychique qui surgit avec l'évolution mais qui résonne par ailleurs avec la neutralité électrique, propriété de tout ce qui n'est pas traversé électriquement par une simple différence de niveaux de tension entre deux points reliés par conduction. la tension est aussi un mot qui sert en électricité et du côté de la psyché. et si tests et de chocs répétés induits par l,esprit n'étaient autres que des altérations des niveaux de tension de nos corps ? La matière est généralement neutre comme la terre, les arbres, etc. et même tout circuit électrique non pourvu électriquement par une tension alternative (celle dont nous nous servons dans nos maisons) ou par une tension continue (celle fournie par les piles domestiques et les batteries de voitures). Mais notre corps matériel transporte une électricité légère qui varie, paraît-il, d’un organe à l,autre et nous souffrons de ces altérations des niveaux de tension de nos corps. C’est là que la neutralité vient à la rescousse. En étant transparent, nous permettons à la charge du test de nous traverser sans heurt jusqu’à rebondir sur l,atome pour retraverser l,ego transparent et devenir une contestation du test. (l,atome (!?) : je ne connais pas l,atome et je crois que cette dernière phrase est arrivée comme un poil sur la soupe mais je l’y laisse et je te publie ça sans relire edwige sinon j’alambique.)

  • #8

    Edwige (vendredi, 18 janvier 2019 16:07)

    L'homme après avoir connu le paradis a expérimenté la crainte et la peur qui le conduisit à l'insécurité puis à l'orgueil d'avoir dépassé ses craintes du noir de la nuit, grâce à la lumière du feu et de la faim grâce à une viande bien cuite avec ce feu… Il me semble que son appareil psychique était vierge…avant l'implantation d'un ego début de sa personnification. Ce sont les egos et les forces extérieures à lui qui, à coups de conditionnements, ont gélifié ce qu'il savait "en réalité" avant l'expérience de la crainte et le jeu de yoyo dont tu parles "rabaisser et valoriser", sans parler des ravages de la guerre du feu entre tributs… L’ensemble des croyances devient la liste de tâches de l'esprit, tout ce qui arrive alors est l'œuvre de l'esprit". On peut comprendre dans ce que tu dis pourquoi de temps à autres l'esprit fait des pauses, tellement ce travail est ardu, mais elles sont confondues par nous comme des blocages de l'esprit alors que ce ne sont que des pauses pour lui et nos egos épuisés par tant de bouleversements!
    Le cerveau éthérique a toujours été là dès l'origine de l'homme, il pouvait communiquer avec sa source sans avoir besoin de téléphone, de clavier ou de l'organe de la voix, tout passait par l'éther ou télépathie (ton parloir électrique) voilà peut-être un gros point d’interrogation retiré pour toi? Ce point dans l’éther de notre cerveau fut endormi artificiellement pour permettre à l'humain contemplatif de mettre la main à la pâte d'un autre type d'expériences sur terre. Comme on lui a retiré toutes les mémoires de ce temps il ne savait pas qu'il deviendrait le cobaye de manipulations expérientielles par les plans créateurs. Heureusement qu'il n'en savait rien en signant son plan de vie sinon il aurait fait demi-tour… C'est pas comme nos 7 jours pour renoncer à un achat… L’esprit, qui fut partie prenante dans tout ça, ignorait également que pour revenir dans la matière il aurait un travail encore plus difficile que nous humain sur son véhicule… L' aspect électrique du cerveau éthérique qui se re-éveille au fil de l'évolution est une résultante immatérielle de l'électricité qui fait fonctionner alchimiquement nos 3 cerveaux primitif-intuitif-rationnel. Ces tests et chocs répétés pourraient être le résultat d'un survoltage généré par l'esprit quand il a besoin d'ajuster l'ego dans ces attitudes et comportements face à l'évènementiel pour lui faire prendre de plus en plus conscience de lui-même dans "son propre terrain de jeux". Je crois que le cerveau éthérique n'a pas besoin d'être développé il EST développé… Il doit juste être ré-veillé de son anesthésie car tout est en nous de tout temps et pour toujours… il faut juste dépoussiérer, creuser aller chercher au fond de nous ce qui n'a jamais disparu.
    Je n'imagine pas une électricité "neutre" dans notre cerveau humain en évolution étant donné que cette énergie fonctionne avec des courants polarisés… d'ailleurs tu évoques cette tension qui représente le voltage de conductivité. Les tests et les chocs émotionnels sont des altérations du curseur de tolérance aux tensions psychique qui impactent le physique. Du reste nous parlons de problèmes psycho-somatiques à l'origine de tout ce qui entrave les bons fonctionnements biochimiques de l'individu. Tu en parles en termes d'électricité légère variant selon l'organe ou partie du corps que certains guérisseur utilisent à bon ou mauvais escient, selon la qualité de sa réceptivité au courant de sa source. La neutralité ici serait un égo qui utilise l'énergie de son esprit pour soigner et non celle de son égo qui veut faire des prouesses sans tenir compte du pallier où en est son "client" .
    Un ego qui se conscientise accuse les chocs sans émotiver ce qui les provoque, il prend en compte l'expérience qui le fait changer de paradigme dans sa vie, là est sa seule contestation, il n'a plus besoin de se mettre en colère. La colère est une énergie ambiante qui nous attire dans ses filets pour se donner encore plus de puissance en siphonnant la nôtre. Peut-être que l'atome est le poil dans cette soupe d'énergie de la colère (que tant de personnes se vante d'avoir pour contrer les plans) et qui peut se transformer en bombe atomique quand 2 ou plusieurs personnes s'adonnent à cette colère… tu me suis? Ou devrais-je dire est-ce que je me suis? J'ai tout oublié depuis la première ligne…

  • #9

    josée la haye (samedi, 19 janvier 2019 22:28)

    chère edwige, j'aime nos échanges où se mêle la fougue au calme et à l'humour. à go on continue ! tu dis un peu comme bernard que pour mettre la main à la pâte d'un autre type d'expériences sur terre, nous nous sommes fait couper les ailes. dans mon exemplaire de la génèse (comme dans beaucoup d'autres aussi je crois), bernard avait écrit au stylo : "afin que vous retrouviez un jour un savoir jadis oublié". je ne me connecte pas à cette idée. je ne la conteste pas non plus mais ma vision de l'homme chemine par une autre voie. je t'épargne la narration de ma fable de la création de l'homme mais je vois l,astralisation croissante de la dernière ère millénaire comme des eaux de plus en plus grouillantes de requins, des requins fournisseurs d'émotions que nous avons utilisées pour nous assurer d'un genre de respiration à même l'émotion. ce fut une grande aventure colorée mais nous étions aveugles aux couleurs, occupés à ne pas nous noyer. enfin, désormais, comme l'enfant qui surgit entre les jambes de sa mère, nous passerons à une autre respiration et à un paradis de couleurs dont même lucifer n'a pas les plans. mais pour ce qui a eu lieu jusqu'à ce moment, il eut un plan et j'aime ce plan.
    je vois l,astralisation de la dernière ère millénaire comme des eaux grouillantes de requins, oui, mais face à ces requins je vois les âmes comme des colégionnaires... qu'il s'agisse des âmes encore astralisées à 100% ou des âmes en pleine désastralisation,... qu'il s'agisse des âmes sans vergogne qui face à ces requins se font requins elle-mêmes ou des âmes angéliques qu'hyptonisent les requins,... qu'il s'agisse de toute la gamme des âmes batailleuses accrochées à des étendards prometteurs de jours meilleurs, etc, etc.
    je veux exactement la variété qui existe en ce moment, allant des âmes qui en ce moment sont très animales étant à leur première incarnation humaine et qui tuent du monde pour du territoire, jusqu'aux âmes qui au contraire aident bêtement tout le monde avant de répondre à leur propre besoin.
    l'âme qui en ce moment est jeune étant mieux outillée pour impressionner et dominer que l'homo erectus que nous avons été à notre première incarnation humaine avec ses rictus et son casse-crâne, son spectacle terrorise plus de gens. c'est par astraisabilité que les gens le craignent et l'inquiétude qu'inspire le méchant est nécessaire pour pousser l,astralisation. l'astralisation doit être poussée dans le secret de chaque âme afin que l'âme souffre jusqu'au point où les vapeurs se renversent (le point où l'émotion perd tout attrait).
    dans ce sens je vois de l'ordre dans le chaos de la surabondance comme dans celui de la carence, dans trump comme dans les migrants, dans le kremlin comme à pyong ing, etc. les eaux de la gestation ont besoin de tous les niveaux de maturité d'âmes pour susciter le désir de sortir des limbes. et les couleurs vécues dans ces limbes seront restituées. je ne vois pas de "mauvais sort" jeté sur la terre, juste un temps de mijotage et de cohabitation multi-âge indispensable. le respect n'existait pas : il fallait nous brasser.

    la désastralisation nous secoue aussi mais d'une façon différente : c'est dur d'embrasser ce changement de paradigme. et, pour reprendre un autre passage de ton message, c'est tellement vrai que les temps morts que nous interprétons comme des blocages de l'esprit sont des pauses indispensables pour nos egos épuisés par tant de bouleversements. la pause est bienvenue. mais elle me rend impatiente personnellement. je reconnais avec le temps combien le dosage de l'esprit est créatif et mon acquiescement à l'équilibre devient moins forcé et plus naturel. ça relève de la mesure de mon intégration de la créativité de l'esprit. ça relève du principe de neutralité (un bon sujet pour nous deux je crois). et ça relève de ma capacité de discernement entre ce qui m'est vraiment utile et toutes ces "quêtes" à ne plus finir.
    mais évidemment il y va du processus et je me braque encore et encore contre cette pause que m'impose l'esprit aux dépens de mes désirs/ rêves/ quêtes/ etc... même si je réalise encore et encore combien je fais mal la part des choses. c'est l'fun !

  • #10

    josée la haye (dimanche, 20 janvier 2019 17:16)

    un principe qui se développe avec la conscience c'est le respect du chemin de chacun en commençant par le respect pour son propre chemin. respecter un chemin ne veut pas dire trouver une vérité dans ce chemin, et ceci inclut encore ce qui concerne notre façon de voir notre propre chemin. on peut suspecter la présence d'une zone d'ombre sans mettre en doute la valeur du chemin, et ceci inclut encore ce qui concerne notre façon de voir notre propre chemin.
    ainsi au sujet de la création de l'homme, j'élabore mon propre petit scénario. il exprime non pas de la lumière mais des charges mémorielles émotionnelles comme des peurs, des hâtes à résoudre les mystères et le souvenir d'un senti médiumnique (j'avais braillé à grands poumons comme un bambin). mais je me respecte telle quelle là-dedans et j'accueille cette ignorance et je me permets de parler de mon point de vue même s'il comporte toutes sortes de zones grises. je n'ai pas le choix mais en plus j'aime bien pardonner la grisaille. et si je bougonne contre l'ignorance chez moi ou l'autre, je ne la laisse pas déstabiliser la traversée de ma journée. la traversée de ma journée est importante, et pas mon scénario au sujet de la création de l'homme. la vérité est un ennemi. de plus je trouve du plaisir dans mon imagination. je suis bonne monteuse (menteuse aussi un peu donc), dans le sens que mon intellect aime faire du collage éclectique et je ne peux toujours pas faire mieux au sujet de la création de l'homme que de trier ce pour quoi j'ai du goût ou du dégoût et que d'assembler les séquences sauvegardées. alors ça vaut des clous ! mais le résultat de ce tri en janvier 2019 (car ça change tout le temps), je vais le dire mais alors attention c'est un peu comme si j'étalais un aveu de ma vanité etc (prétention à résoudre les mystères + fierté d'avoir eu ce senti médiumnique en 97 + peurs de l'imperfection de nos tuteurs).
    voilà : comme j'ai écrit dans le message précédent, je n'aime pas insérer dans le scénario de notre vaste passé un paradis que les âmes qui s'incarnaient alors (c.a.d. les plus vieilles d'aujourd'hui) auraient perdu parce qu'il nous aurait été supposément arraché par nos tuteurs. à cette heure je crois que ce que nous pouvons ressentir comme ayant été un paradis de l'époque n'était causé que par les forces de la nature et par notre infantilisme devant elles et tout le reste. j'aime par contre comprendre que nos tuteurs et les sphères spirituelles écrasent notre identité et je m'attends à ce qu'une fois notre émancipation bouclée, nous trouvions le paradis dans notre identité. le paradis n'aura alors rien d'infantile, au contraire il viendra justement de ce que nous serons devenus des adultes. émancipés de toute zone grise, de tout rêve et de toute nostalgie, nous dirigerons les forces de la nature et les collaborateurs étrangers et nous prendrons soin de bébé terre, car ce bébé terre aura encore à porter l'humanité dans sa 6e race. la 6e race est l'ère du verseau, celle du nouvel homme où sont en train d'entrer les plus vieilles âmes d'aujourd'hui, ère du verseau au cours de laquelle chaque âme aura droit à sa version unique de cette mutation supramentale qui lui ouvrira le paradis des hommes de la terre… (et dans mon scénario on a ici un lent "zoom out" de la caméra révélant une ribambelle de gens de toute race se donnant la main, et ce, d'un horizon à l'autre ! hosanna et valderi valdera !)

  • #11

    Edwige (lundi, 21 janvier 2019 12:41)

    Je t'avouerai que j'ai écouté et réécouté Bernard en continu depuis un peu plus de 3 ans maintenant et que je suis infichu d'aller au bout d'un seul livre quel qu'il soit… Je me suis imposé une nouvelle période, essentiellement d'étude, justement pour sortir de la vibration quasiment thérapeutique de sa parole (on est dans le sujet…) afin entrer dans une compréhension pseudo intellectuelle à travers les textes de ses conférences (l'écrit encore dans le sujet). Mais même là il y a un blocage… j'ai du mal à aller au bout de la 2ème page… je ne sais pas pourquoi? Un complice travaille à l'intérieur infiltré dans l'ombre de ma conscience… nos focus aident certainement… mais d'où vient ce qui sort du clavier?

    Donc selon Bernard on nous aurait coupé les ailes afin de retrouver un jour un savoir jadis oublié... ? L'idée est intéressante, je l'associe avec le fait que lorsqu'un évènement arrive et nous sépare de notre intérieur on est toujours content de retrouver cet intérieur qui est toujours là… un peu comme au retour d'un long voyage où on est content de retrouver ses pénates à la maison… maison propre et ordonnée préalablement pour y être accueilli à bras ouverts… Je ne sais pas trop où me mène cette digression concernant la création de l'homme et son histoire chronologique sur des éons de temps… mais laissons faire…

    Avec mon supra-télescope j'observe l'adolescence de l'homme quand il vivait dans la béatitude et la contemplation de son nombril au fond de sa chaumière bien douillette… Il finit par s'ennuyer et son esprit aussi … comme eux on s'ennuie parfois et, pour changer nos idées, on part régulièrement pour mieux revenir… c'est ce que cet adolescent-là a fait… En plein désaccord avec ses géniteurs et en rupture donc il tailla la route. Au décours de diverses contrées il croisa d'autres adolescents qui, comme lui, croyaient que "l'herbe était plus verte ailleurs"! Déjà cette idée fut la première illusion qui le fit sortir de sa léthargie contemplative… Elle généra chez lui de la déception et de la dualité, prémices à de gigantesques chapelets d'émotions qu'il va égrener et expérimenter des éons durant… Cette période n'était pas assujettie aux plans de la mort mais à celles de nos créateurs, la vie éternelle c'est long surtout vers la fin (Woody Allen), alors c'est normal de s'ennuyer. Ceux-là déçus de nous voir partir nous ont confié à l'autorité de divers gouvernements ravageurs qui nous laissèrent choir devenus adultes … Nous avons cru que c'était la liberté, sans GPS mais "l'évolution" dans l'involution était une boussole fiable… En gros c'était marche ou crève dans un royaume d'humains maltraités où se côtoient le pire et le meilleur, identique à la hiérarchie des plans au-dessus de nos têtes. La variété dont tu parles a été et reste le variable à l'infini de tous les possibles émotionnels, comportementaux, situationnels… les juges ont besoin des criminels qui ont besoin d'avocats, les médecins des malade, les gourous des naïfs, l'homme de la femme et vice versa etc. Oooh que oui ça nous a brassés… d'abord en tribus, puis en familles élargies et avec les gens des quatre coins du monde, l'avion, l'internet pour finir par nous recroqueviller à nouveau dans une gestation de l'homme nouveau en devenir avec l'éveil de son cerveau éthérique. Il aura tout expérimenté, il revient à "son savoir jadis oublié" mais "enrichi de la matérialisation de son esprit dans sa corporalité", ça c'est la grande nouveauté… Le fin mot de l'aventure, nous nous sommes séparés de nos créateurs qui en fait étaient complices, leurs ambitions nous ont accompagnées tout du long, nous sommes exactement là où ils avaient prévu que nous soyons… des purs esprits incarnés dans la matière qui vont continuer cette ascension, considérant que nous n'en sommes qu'au 6ème étage du building, certains parlent de race-racine…

    En attendant ce jour en effet les temps morts, que nous interprétons comme des blocages de l'esprit, sont des pauses indispensables pour nos egos épuisés par tant d'expériences évènementielles, émotionnelles mais évolutives au fils du temps à tous niveaux. Beaucoup d'impatients mettent la charrue avant les bœufs on peut les apercevoir de loin en stagnation dans des pauses supra-egos fusionnés, le principe de neutralité serait un bon sujet pour eux aussi je crois.

  • #12

    Edwige (lundi, 21 janvier 2019 12:42)

    suite...
    Je suis sur ta longue d'onde qu'un principe de respect se développe avec la conscience et que le chemin de chacun est propre à soi, unique et sans comparaison, quand bien même que le fait d'être au moins deux nous rend plus "intelligent"… Sur ce chemin nous n'en sommes plus à évoquer une quelconque vérité, nous avons vu dans d'autres sujets que le point de vérité se situe dans son seul discernement. Discernement par exemple au sujet de la création de l'homme où chaque histoire entendue correspond à ce que la personne est capable d'intégrer selon sa ligne d'horizon. Cette ligne d'horizon incluant les conditionnements ancestraux accumulés sous forme de "copies" qui permettent aux évènements des piqûres de rappels de mémoires pour ne jamais oublier… Sortir de ces zones grises mémorielles serait comme libérer ce stock de mémoires pour n'en garder que l'énergie et la rendre créative en utilisant toute son imagination sans recherche d'aucune véracité… Les bons monteurs/menteur ont des capacités artistiques pour faire croire aux illusion dans l'assemblage de vielles mémoires éducatives, je suis d'accord ça vaut des queues de cerises. Tout comme celui qui vaniteusement croie résoudre les mystères du traficotage de notre ADN dans des laboratoires expérientiel par des savants fous… Le fameux paradis pourrait être cet homme en devenir encore en gestation dans des éprouvettes qui attend la fusion avec une autre cellule mais celle-ci polarisée l'éjectera de son logis devenu trop petit pour croitre… Serait-ce ces savants fous qui nous auraient rendus imparfaits et immatures pour que d'autres se chargent de compléter ou réparer? cette imperfection dans le "stade involutif" dont le seul but était que nous trouvions tout seul, comme l'adolescent ci-dessus, le chemin de l'émancipation et de l'adultérisation?

    A mon tour d'imaginer un scénario car à ce stade je ne présume rien du nouvel homme…
    Je ne suis pas ok avec le terme "race" ni "racine" il n'y aura jamais qu'un seul règne, celui de l'humain dans sa diversité, tout comme le règne animal, végétal et minéral. Nos racines peuvent à un moment fusionner avec d'autres inattendus comme cette bizarreries de l'ornithorynque ou déformations congénitales chez l'humain et dans tous les règnes ou autres transgenres et Cie…… C'est sans doute là que s'exercent les forces de la nature pour nous montrer justement à quel point elles sont puissantes, même si parfois elles heurtent nos canons de beauté… C'est pareil pour ce "verseau" pourquoi pas "éléphant" nous serions à termes tous des Éléphant Man, de E.Ti., des I.E., des bioniques et autres clonages doués, ou pas, de supers-supra-pouvoirs… Une version très unique de la grande mutation cosmique ouvrant le champ de tous les possibles et inimaginables alchimies sur terre… Quitte à se donner mains, pinces, pattes, nageoires et autre crochets d'un horizon à l'autre pour voguer dans l'arche de Noé ou le Radeau de la Méduse... au choix...

  • #13

    josée la haye (lundi, 21 janvier 2019 18:40)

    very funny.
    verseau c'est un territoire en astronomie qui prend 2000 ans à traverser pour une certaine projection de rotation d'angle ou autre type de cycle solaire du même acabit (je parle à l'aveugle et en me demandant si tu ne sais pas tout ça). ainsi l,espace devient une mesure de temps : l'ère du poisson, puis celle du verseau puis l'ère du territoire suivant selon l'ordre séquentiel dans le ciel.
    tu dis vivre des blocages face à l'étude de bernard, des frustrations à sembler piétiner, un néant dans l'élan. moi aussi ces temps-ci, assise sur mes lauriers d'être serein à attendre le train. sereine mais pas au niveau du questionnement existentiel, puisque justement comme je me pose des questions sur cet état de suspension. et de plus je m'étonne que deux personnes "bloquées" comme nous soient tant en verve !
    bernard pondait sur chaque génèse du réel sa notion de "savoir jadis oublié". pour l'instant (cf #9 et 10), je ne peux pas imaginer que nous ayions voltigé dans le réel sur les ailes de ce savoir et que les ailes de ce savoir nous aient été coupées au bout d'un certain temps, bernard dit ça mais je préfère suivre ma petite construction. j'ai toujours été originale et ai toujours aimé réinventer la roue et expérimenter suivant mon gré. au paradis, on était connecté à tout et peut-être même qu'on était capable de pénétrer tous les éléments de la matière également (d'où les génies restés prisonniers dans des cailloux etc). il y avait cette radio du savoir dans le paysage, qui déjà résonnait avec le savoir atemporel de l'aube des temps. mais était-ce une générosité des tuteurs, un google gratuit pour les petits poissons rouges ? je vois ça plutôt comme la façon dont a procédé l'apparatus nébuloïque de l'astralité pour nous inculquer la notion de vérité. nos tuteurs savaient ce qu'ils faisaient en créant ce pôle de vérité. je ne vois pas ces généticiens comme des savants fous mais je ne peux avoir d'eux une idée claire puisque que je souffre dès que je les désidéalise. je les inscrit dans l'apparatus nébuloïque de l'astralité qui inclut les illusionnistes du temps et de l'espace matériel. par "tuteurs" j'entends les sphères qui présidaient à l'incubation de l'homme, incubation destinée à la pénétration du réel. incubation qu'allait venir enrichir le réel ? ou incubation qu'allait venir bouleverser le réel ? dans un 1er temps, je me suis sentie enrichie mais je commence à me sentir arrachée sec net fret à mon passé.
    en tout cas on peut dire que l'incubation fut patiente et minutieuse : de même qu'à l'aube des temps ils ont créé la notion de domination, de mémoire, de polarisation, il y eut création de la notion de vérité en nous syntonisant à leur radio le temps de nous appâter. ("notion" ? polarisation, domination, vérité, mémoire ne sont pas des "notions" ! le mot notion doit être remplacé par celui de champ de gravité.) je me bars avec moi-même là !
    mais c'est vrai que pour que l'âme connaisse "la matérialisation de son esprit dans sa corporalité", il faut démagnétiser le champ de gravité de la vérité et alors comme tu dis très bien le point de vérité se situe dans son seul discernement puisqu'on retrouve sans recherche d'aucune véracité.

  • #14

    Edwige (mardi, 22 janvier 2019 20:08)

    "vivre des blocages face à l'étude de Bernard, des frustrations à sembler piétiner, un néant dans l'élan. moi aussi ces temps-ci, assise sur mes lauriers d'être serein à attendre le train, sereine mais pas au niveau du questionnement existentiel, puisque justement comme je me pose des questions sur cet état de suspension. et de plus je m'étonne que deux personnes "bloquées" comme nous soient tant en verve !

    " Ma réponse est venue sous forme de deux conférences, sur l'homme nouveau, sans supputation de son passé historique mais que l'on peut deviner... "Non seulement l’homme doit comprendre l’instruction, mais il doit pouvoir devenir aussi instructeur, une fois que l’instruction ou son énergie est bien assimilée. C’est ce qui permettra à la conscience supramentale de l’homme de s’étendre sur la terre, car tous ceux qui en auront vécus la pénétration seront obligés d’une façon ou d’une autre de la diffuser à travers leur vie, par la parole lorsqu’ils seront en contact avec l’homme ou par l’action selon le mode de leur activité, car vient le temps où l’homme ne peut plus être en dehors de l’instruction, c’est-à-dire en dehors de l’intelligence créative, car elle est devenue la mesure de sa conscience donc la qualité de sa nouvelle intelligence, donc la façon par laquelle, il peut être reconnu dans le monde. Il ne peut plus cacher sa parole elle n’est plus divisée entre le faux et le vrai, elle est devenue créative et instantanée."
    Le hasard n'existant pas ça m'a pris des "retrouvailles" Sans savoir où cela peut nous conduire, si tu veux bien je t'invite à me donner tes points de vue dans "L'instruction: Expérience personnelle & Survivants"

  • #15

    josée la haye (mercredi, 23 janvier 2019 16:00)

    et avec ce dernier message il y a retour au thème de l'article : la prise de parole...

  • #16

    josée la haye (mercredi, 23 janvier 2019 17:00)

    ton message #13 de l'article "contrôler-l-ascenseur-émotionnel" m'a donné le goût de revenir ici pour parler de la parole.
    imaginons que dix personnes en voie de fusion soient magiquement véhiculés vers une caverne au tibet, comme je l'ai déjà vécu en rêve sans identifier le tibet. on a ces gens qui partagent une caverne et une épreuve de promiscuité, de survie et d'organisation. ils sont aussi éprouvés par leurs relents de compétition dans leur autorité, dans leur spiritualité et dans leur niveau d'intelligence. il y en a un ou deux qui ont une certaine notoriété et qui se retrouvent face à quelques personnes qui les adulaient mais qui maintenant changent leur fusil d'épaule. il y en a la moitié qui sont restés angéliques et qui basculent dans le grognement. il y en a qui pleurent de fatigue existentielle et un qui rit de toucher à son but. etc etc tu vois le topo. avec tout ça on est face à cette caverne et ce sentiment d'urgence. qu'arrive-t-il ? je croirais qu'il arrive que soudain personne n'a le luxe de s'éloigner de son centre, et que soudain oui la volonté, l'intelligence et l,amour toquent aux dix portes une seconde sur deux. quelle apothéose de l'amour ! (et de la volonté !)... (et de l'intelligence !) peux-tu te glisser dans la peau d'une de ces personnes? moi j'en r^ve. c'est cette parole-là dont j'ai soif : celle de l'action. la parole de l'enseignement, je la vois comme une activité qu'on peut partager comme on fait et qui mène à de l'autoenseignement, du ménage, du respect ainsi qu'à de la lumière au bout du tunnel de la solitude. c'est une activité à partager cahin caha, soit au quotidien comme on fait, soit plus sporadiquement, avec une autre personne en chemin et en recherche comme on l'est encore soi-même. on tente la truite. si j'écris, la pêche sera peut-être bonne - pas tant la pêche à l'autre que la pêche à soi.
    quant à enseigner aux gens en involution, je dirais que ça ne peut se traduire en impact que proportionnellement à l'absence du désir d'enseigner. les egos involutifs peuvent ressentir l'impact du rayonnement de la volonté, de l'intelligence ou de l'amour supramentaux. mais la pulsion à aider son prochain ne pourra jamais avoir l'impact du rayonnement de la lumière parce qu'une pulsion n'est pas rayonnante. elle n'est qu'une effluve de bonne intention inscrite dans les intérêts des sphères spirituelles. c'est parfaitement horrible de se sentir exploité dans le fait de tendre la main. c'est comme le singe qui pour obtenir la banane doit s'en éloigner de la banane en faisant le grand tour et l'atteindre par en arrière, seule façon de s'épargner d'encore une fois s'électrocuter comme ça lui arrive chaque fois qu'il obéit directement à sa pulsion. ça revient au titre de cet article (Écrire, parler ou... se taire?) : chaque fois que se taire est intelligent, c'est en se taisant qu'on chemine sur le chemin vers l'accès à la parole. il y a mes attitudes verbales avec mes proches - moralisatrices et arrogantes- et il y a la parole, celle qui un jour vibrera en moi d'une lumière claire. qu'en dis-tu ?

  • #17

    Edwige (jeudi, 24 janvier 2019 12:46)

    On dirait bien que tu as opté pour l'Arche et non pour le radeau… Je suppute que pour arriver au Tibet selon ton rêve (ça peut être aussi dans les hautes Pyrénées… ) il faudrait des ailes à cette Arche à moins que cette magie soit une téléportation collective jusqu’à la caverne… J'imagine celle-ci très spacieuse, en hauteur avec vue sur le paradis ainsi que le confort matérialisé par la seule volonté. Même les repas arriveraient tout préparés par la seule pensée de la truite… Survivre dans l'organisation d'une telle promiscuité ne devrait pas être un obstacle si dès l'arrivée chacun a son petit coin… De toute façon ne survivrons que ceux qui auront dépassé les dichotomies de leur ego, ce qui veut dire aucun désir de compétition, ni recherche d'autorité, l'intelligence et volonté sont absolument intégrées = spiritualité abolie… Comme ils auront perdu toute mémoire ils ne se souviendront plus qui avait pignon sur rue et qui ils appréciaient ou non… Dans l'intelligence et la volonté il n'y a plus ni angélisme, ni exaspération, ni fatigue ou autre émotion polarisée… Au contraire dans le scénario j'imagine une dizaine de personnes robustes prêtes à se retrousser les manches, chacun sachant ce qu'il à faire… Tous sont dans le savoir instantané et ancrés dans leur centre, seule condition sine qua non pour devenir "survivant". Mais avant d'en arriver là il y a tellement de montagnes à gravir…

    Dans les deux conférences que j'ai citées, qui se complètent et se répondent mutuellement, on apprend que "l’homme doit comprendre l’instruction et la vivre... Ceux qui en ont vécus la pénétration seront obligés de la diffuser à travers leur vie, la parole, l’action, leur activité… C'est dans cette parole instantanée, active et créative qu'en effet le survivant harmonisera le pouvoir de son intelligence créative contre celui de son intellect anciennement astralisé, son intelligence et sa volonté lui servira pour une parfaite canalisation de l'énergie de l'esprit…… C'est pourquoi on nous dit également "qu'il y aura beaucoup d'appelés et peu d'élus", dans ton rêve il y a seulement une dizaine de personnes, on peut supposer que c'est proportionnel à chaque coin viable du globe… Ces survivants seront obligés de devenir instructeurs car les générations suivantes ne pourront pas vivre en dehors de l’instruction et de l’intelligence créative, c'est elle qui sera l'unique mesure de la qualité de leur conscience et de leurs intelligence. On peut juste se demander s'il y aura une procréation par la pensée et/ou si l'acte sexuel sera indispensable... on avait évoqué ce sujet pour un futur lointain du nouvel homme…

    Je suis d'accord, sans croire ni désirer survivre, que la parole de l'enseignement est une activité que l'on partage comme nous le faisons. Cette activité ne ressemble en rien aux réseaux sociaux ou autres genres de faux et illusoires partages à sens unique que sont les "questions/réponses" … Celles-ci placent sur un piédestal l'ego qui répond aux questions laissant pantois d'autres egos curieux et avides de l'énergie des autres seulement… Par contre tu énumères très bien les objectifs de "Focus" qui sont: partage par l'auto-enseignement, ménage intérieur, respect de l'autre et de soi, lumière au bout du tunnel de la solitude et dans ce chemin si ardu.

  • #18

    Edwige (jeudi, 24 janvier 2019 12:47)

    Suite...
    L'absence de tout désir égoïque est un signe d'intelligence, alors oui c'est bien dit qu'enseigner aux egos en involution se fera par l'exemple qu'ils auront sous leurs yeux, qu'il soit comme tu le dis "un rayonnement de la volonté, de l'intelligence ou de l'amour". La pulsion à aider son prochain n'a jamais été rayonnante, elle a plutôt sournoisement rendu redevable celui qui se fait aider… Alors que tout au contraire c'est celui qui aide qui doit remercier l'autre de lui avoir donné cette occasion de faire "un bon geste"… mais ça c'est du passé…, les amarres du plancher spirituel sont effondrées depuis des lustres… Ton singe courageux a expérimenté à ses dépens les réflexes conditionnels, nous aussi quasiment depuis notre sortie de l'utérus matriciel…

    "chaque fois que se taire est intelligent, c'est en se taisant qu'on chemine sur le chemin vers l'accès à la parole", je suis d'accord car, de mon point de vu, le stade ultime de la parole c'est le silence. Et pour répondre à ton "qu'en dis-tu?" sur "tes attitudes verbales moralisatrices et arrogantes avec tes proches" je te répondrai par quelques citations, dont je ne me souviens plus les auteurs, mais que j'affectionne depuis que j'ai pris toute la mesure de ce qu'est le silence quand on a dormi en montagne. Je crois qu'après avoir expérimenté ce silence-là la parole en soi ne peut que vibrer d'une lumière claire, je te souhaite pour 2019 plein de nuitées en montagne…

    "N’ouvre la bouche que si tu es sûr que ce que tu vas dire est plus beau que le silence"
    "Le silence est le lieu où se façonnent les grandes choses"
    "Le chemin vers toute grandeur passe par le silence".
    "Dans le silence, on n’entend plus que l’essentiel"

    La seule inconnue dans ce silence et ce scénario qui m'a fait voyager avec toi c'est à quel moment l'Amour toquera aux dix portes pour créer ce feu d'artifice tel un gigantesque et éternel orgasme cosmique???… Qui n'en rêverait pas????

  • #19

    Edwige (samedi, 26 janvier 2019 10:16)

    Un extrait ci-dessous pour les besoins d'éclaircissement du phénomène de "la parole" qui attire bien des egos mais dont personne à ce jour (de mon point de vue) n'a réussi à la faire vibrer aussi authentiquement que celle de Bernard. Extrait de C. 47a - Le contrôle de la parole.
    "L’homme conscient n’est pas aussi loin de l’influence astrale qu’il le croit, la preuve en est dans le fait que même les êtres dits conscients connaissent des conflits entre eux qui relèvent des différentes façon pour eux d’expliquer ce qu’ils ne voient pas et ne comprennent pas dans un plan d’ensemble, qui va au-delà des conditions vues par l’égo à court terme. La pression psychologique créée par la parole engendre parmi les êtres sensibles et conscients une tension qui ne peut-être brisée que par la parole créative elle-même, parole ajustée et parfaitement désengagée égoïquement. La pression de la parole est un phénomène nouveau sur le plan matériel qu’une très fine couche de l’humanité en comprendra suffisamment les mécanismes pour ne pas en souffrir au-delà d’une condition normale. Le double peut facilement créer par la parole une congestion dans les événements, créés par des êtres en conscience, car il sait que ces êtres sont encore remplis d’eux-mêmes, c’est-à-dire qu’ils ne sont pas libres encore de leurs désirs égocentriques. L’agencement de la parole et de la pression constitue un des grands outils de la conscience supramentale et encore beaucoup de temps sera nécessaire avant que les êtres conscients ne soient plus impliqués ni dans la pression ni dans la parole qu’il l'a créé. La pression psychologique créée par la parole, élève la résistance mentale de l’égo et le rend imperméable à l’influence que peut créer en lui des paroles ou des actions extérieures à lui-même, à cause de son émotivité et de son astralité".

  • #20

    Edwige (samedi, 26 janvier 2019 11:58)

    Pour répondre à ma propre question #18 : "La seule inconnue dans ce silence et ce scénario qui m'a fait voyager avec toi c'est à quel moment l'Amour toquera aux dix portes pour créer ce feu d'artifice tel un gigantesque et éternel orgasme cosmique???…" Comme "par hasard" je trouve ceci dans 48b - La différence entre l'esprit et le double:
    1- La femme est le pôle spirituel de l’esprit, l’homme est le pôle matériel de l’esprit.
    Ceci veut dire que l’homme engendre par son pôle matériel l’énergie nécessaire afin que le pôle spirituel puisse s’intégrer à lui. Mais ceci ne veut pas dire que l’homme et la femme doivent demeurer éventuellement et pour toujours dans une conscience spirituelle de leur réalité. À un certain moment l’homme doit être capable de s’approprier le pôle spirituel de l’esprit qui est la femme et la femme doit être capable de s’intégrer dans le pôle matériel de l’homme afin de former une conscience nouvelle sur la terre. Un amour nouveau sur la terre qui est l’amour cosmique. Tant que l’homme ne connaîtra pas l’amour cosmique, il ne pourra pas parfaitement intégrer ces quatre plans, parce que ces quatre plans font parties de la polarité des corps, ces quatre plans font parties de la constitution même des plans d’exécution de la matière. C’est pourquoi il y a sur la terre l’homme et la femme. Le pôle matériel de l’esprit et le pôle spirituel de l’esprit. Cet amour doit être total et seul l’homme et la femme qui régissent cet amour, qui créent et construisent cet amour de part intelligence et de part volonté, réalisent ou peuvent réaliser qu’il ne peut y avoir dans cet amour de failles. Donc l’homme de demain, le couple cosmique sera le produit d’une transmutation du sentiment de l’amour de l’homme, ce sera le produit d’une transmutation qui élèvera la nature de l’intelligence de l’homme, la volonté de l’homme et qui éventuellement éliminera pour toujours la conscience spirituelle de l’homme et le pouvoir de cette conscience spirituelle contre son amour cosmique, amour dont il a besoin pour concrétiser dans la matière l’harmonie qui doit exister entre le mental, le vital, l’astral et le matériel.

  • #21

    Edwige (samedi, 26 janvier 2019 11:58)

    2- "Dans l’homme il y a trois aspects: l’esprit, le double, la matière de l’homme. Pour vivre l’amour cosmique, il faut vivre à un niveau de mentation, d’émotivité, de vitalité et physicalité qui n’est pas ou qui ne fait pas partie de la conscience expérimentale de l’homme. C’est une nouvelle conscience, c’est l’impression créée sur l’homme sur ses principes par l’énergie qui a été accumulée dans le double et qui a servi et qui servira à l’instruction éventuelle de l’homme sur le plan mental, émotionnel, vital et physique.
    L’amour cosmique est un amour vécu même dans la matière par les deux doubles dans l’invisible. Le double qui est dans le fond lui-même sur un autre plan et qui se sert des plans supérieurs, le mental, l’émotif, le vital et le physique pour concrétiser son expression dans le matériel, mais en union, en parfaite harmonie avec son expression dans l’éther. Dans l’amour cosmique, l’homme vit l’amour sur deux plans à la fois, il vit l’amour sur le plan matériel et il vit l’amour sur le plan éthérique. Le double est l’expression sur le plan éthérique de l’explosion de la transmutation du mental de l’astral du vital et du physique. Le double est la contrepartie lumineuse de l’homme il est capable de vivre, de connaître et de maintenir la continuité de l’amour cosmique qui a été connu qui a été dégagé sur le plan matériel, d’où la permanence de ce lien, d’où la permanence de cette fondation et d’où la permanence éventuellement de la relation entre un homme et une femme. Le double est homme cosmiquement parlant et le matériel est l’homme la forme humaine de l’homme dans la matière.

  • #22

    Edwige (dimanche, 27 janvier 2019 08:00)

    Une rectification personnelle qui après réflexion me semble plus juste de le dire ainsi:
    La fusion représente le processus d'unification, de liaison entre le double, l'esprit, l'âme et l'ego. La fusion fait référence à la qualité de la conscience double de l'homme sur terre ; elle met un terme final à l'ignorance de l'homme face à la réalité cosmique de l'univers. La femme est le pôle spirituel de l’esprit, l’homme est le pôle matériel de l’esprit.... Ceci veut dire que l’homme doit être capable de s’approprier le pôle spirituel de l’esprit de la femme et la femme doit être capable de s’approprier le pôle matériel de l’homme afin de former une conscience nouvelle sur la terre. L'être humain ne connaîtra pas l’amour cosmique tant qu'il n'aura pas parfaitement intégré ces quatre plans, parce que ces quatre plans font parties de la polarité des corps et de la constitution même des plans d’exécution de la matière.

  • #23

    josée (mardi, 29 janvier 2019 17:07)

    au message #19 tu cites bernard qui explique que les doubles de gens en conscience vont créer une pression à faire parler ces gens à propos de conscience. bernard dit que cette situation est transitoire et qu'elle a pour conséquences des dégâts latéraux au niveau relationnel.
    mes échanges avec des gens en conscience m'ont montré que ces dégâts sont instructifs et révélateurs et me ramènent continuellement hors de l,enseignement détenteur de vérité et vers l'auto-enseignement. c'est dans ce sens que l'amitié prospère.

  • #24

    Edwige (mardi, 29 janvier 2019 17:46)

    A propos du double j'ai bien des questionnements par rapport a sa création dans cette vie-ci... Ci celui-ci est l’expression sur le plan éthérique de la transmutation - du mental, de l’astral, du vital et du physique- ce double devient donc la contrepartie lumineuse de l’homme capable de vivre, de connaître et de maintenir la continuité de l’amour cosmique... d’où la permanence éventuellement de la relation entre un homme et une femme... Bon il faut me citer quelqu'un qui enseigne et qui a réussi cela au jour d'aujourd'hui... Je n'imagine même pas comment on peut créer un double quand on a pas totalement intégré la volonté et l'intelligence dans l'action créative... Quand je parle d'action c'est zéro dichotomie entre ce qu'on dit et ce qu'on fait...
    Par contre l'élagage relationnel se produit en effet inévitablement nous amène à cet auto apprentissage, je dirais qu'il renforce d'abord l'amitié avec notre lumière qui n'est rien d'autre que cette énergie qu'on appelle esprit avant de renforcer l'amitié avec autrui... Josée j'en suis au même point sur cet aspect relationnel... et tout va bien la solitude devient une seconde nature sur ce chemin...

  • #25

    josée (jeudi, 31 janvier 2019 16:16)

    même si on est en voie de conscience, même si on est rendu au bout de nos jours, même si on était rendu dans une n-ième incarnation de notre processus de fusion, tant qu'on est matérialisé sur cette terre on demeure programmé par l'ajusteur de penser afin de compléter la transmutation. le processus peut être mis au congélateur et redémarrer dans une vie postérieure mais il n'est jamais complété en plein milieu de l'incarnation. l'incarnation évolutive n'est que travail travail travail. c'est dosé, il y a un équilibre pour restaurer les corps (je dirais plutôt que c'est pour les ajuster à l'intégration car la pause d'épreuve correspond souvent à des douleurs nerveuses) mais il n'y a pas d'homme pleinement fusionné sur le plan terrestre. bernard et jésus n'ont pleinement fusionné qu'à leur mort. leurs âmes étaient chargées de mémoires comme les nôtres, et même bien plus que les nôtres. mais ces âmes chargées étaient mûres pour faire table rase de cette humanoïdité... et leurs ajusteurs, qui étaient de puissants commandeurs du destin de la terre, les ont travaillés d'une façon distincte. nous ne leur sommes pas inférieurs, comme nous ne sommes ni inférieurs ni supérieurs à personne, mais ces deux cas sont d'un ordre à part. leur parole était à la fois une lutte contre un niveau extrême de mensonge astral dans leur mental et un rayon capable de pénétrer l'histoire. la population terrestre est une famille justement parce que la variété qui y règne permet aux âmes de tous les degrés de maturité de servir les unes aux autres, non par spiritualité mais dans le respect car chaque relation est un miroir. cette nécessité de variété dans les degrés de maturité des âmes a pour effet que les âmes auront des processus distincts et que ceux-ci devront s'étaler sur des millénaires. une partie de nous qui avançons en conscience mourra de façon morontielle afin d'être en mesure de sauver la terre du désastre tandis qu'une partie de nous, même si nous avançons en conscience, aura une mort astrale afin de renaître plus tard pour reprendre notre processus jusqu'au point de chevaucher la parole et d'ainsi diffuser l'instruction aux générations futures. car parole chevauchée est synonyme d'instruction et le contact avec l'instruction est requis pour préparer le choc de l'esprit chez les âmes mûres.
    l'anonymat permet l'auto apprentissage pur.
    anonymat veut dire absence d'attitude.
    on n'avance que dans le mouvement subtil de l'énergie derrière la forme.
    il y a beaucoup de pièges formels dans l'utilisation de la parole parce que la mémoire est grande en ce sens.
    le processus demandera plus d'une vie parce qu'il y a beaucoup de ménage à faire pour se libérer du nuages des formes qui règnent sur la terre. entrer dans la diffusion de l'instruction c'est entrer graduellement dans le vide. on découvre peu à peu sa vraie réalité, cette cohésion à toute épreuve face à la mémoire de la race, cette intimité interne où, comme tu disais il y a quelques semaines, on possède enfin sa parole.

  • #26

    Edwige (vendredi, 01 février 2019 08:26)

    Quand je parle "d'action créative" c'est zéro dichotomie entre ce que l'on dit, qui sort par la bouche, et ce que l'ont fait par ses actes et comportements... Je remarque ainsi que peu à peu certains supramentaliens "publics" s'inspirent de nos échanges, j'en suis ravie, pour prendre conscience des dichotomies "remarquables" même et surtout chez eux qui ont pignon sur rue…et introduire dans "leur parole" de nouvelles idées qui émerge de ces FOCUS… Tout se crée rien ne se perd… Les "coups de gueule" de l'esprit ont des effets salvateurs pour "cette famille terrestre" kaléidoscopique.
    Tant qu'on est vivant sur terre nous sommes sous le joug de notre programmation sur le plan mental, la seule chose sur laquelle nous pouvons intervenir c'est sur le corps astral… C'est déjà un énorme travail d'élagage pour cette transmutation afin obtenir des "bonus" pour une vie future. Ce travail de la Lumière provoque bien des symptômes physico-chimiques divers et variés dans l'unique but d'élever le taux vibratoire pour le passage de l'énergie de l'esprit au travers de l'ego et des corps physique et subtils. Et oui à cause de ce travail énorme sur nos mémoires, sur notre égo, sur nos corps il ne peut y avoir d'humain fusionné (même un peu) sur le plan terrestre, c'est trop tôt pour notre génétique qui n'est pas apte encore au décodage et à la désagrégation de cette mémoire. J'ignore ce qu'il en est pour Bernard et le Nazaréen mais il est vrai pour Bernard, au travers de ce qu'il était dans sa programmation, qu'il a accompli sa tâche dusse t 'il revenir avec "ses bonus" pour fusionner de son vivant sous nos yeux.
    Considérant que nous sommes sans qualités ni défaut alors il n'y a ni inférieur ni supérieur, il y a des gens qui se trouvent juste là où ils doivent être sur une ligne horizontale et non pas une échelle verticale qui permet que chacun se reflète dans la personnalité de l'autre, un miroir qui dit toujours l'heure juste à celui qui l'a demandé...
    La variété dans les degrés de maturité des âmes a pour but de nourrir l'âme collective qui enrichie la bibliothèque cosmique dont se serviront les futures âmes avant de s'incarner à nouveau, pour sauver la terre au besoin, bien que c'est plutôt elle qui sauvera l'humain de son propre désastre… Pour permettre à quelques survivants d'engager les leviers vers "le énième nouveau monde" sans doute différent cette fois car l'humain devenu la somme totale de l'énergie de ses expériences n'aura plus besoin d'emmagasiner de la mémoire… Il développera ses pouvoirs latents avec toute cette énergie. C'est un être qui n'aura plus besoin du "regard d'autrui" et sans doute plus besoin d'utiliser la parole comme jadis puisqu'il sera télépathe…
    Les âmes anciennes sont toutes chargées de mémoires mais surtout de l'énergie des expériences qui ont engrangé de la mémoire. C'est quand le sac mémoriel est plein à craquer de cette énergie qu'enfin elle est prête à fusionner avec l'énergie de l'esprit. Cette fusion explosive, lorsqu'elle englobe l'ego et le cerveau éthérique, devient totale pour créer le double. Concernant l'énergie d'Amour pas besoin du couple cosmique, on crée son double à ce moment-là sans avoir nécessairement besoin de quelqu'un d'autre que de son couple intérieur composé de son féminin et de son masculin équilibré et non polarisé … L'endroit chez l'humain où se situe l'Amour, dans le cœur ou sous la plante des pieds, est suffisamment ouvert pour laisser passer cette énergie de paix. Et la porte s'ouvrira toute grande pour que cette énergie retourne à sa source là où l'Amour Réel existe en Réalité, le cycle sera bouclé… Au final c'est la Source Primordiale qui s'est expérimenté à travers toutes les formes de vie qu'elle a elle-même créé au début… mais s'en souvient-t 'elle sans mémoire...?

  • #27

    Josee (samedi, 02 février 2019 04:27)

    Oui tout sert à la grande bibliothèque de l'astralité qui a besoin d'emmagasiner de la mémoire et oui, au-delà de l'astralité, tout sert au mouvement de l'énergie de l'esprit. On cesse d'être un agent au service de la machine à mémoire quand on commence à ressentir en soi cette vie plus vaste contenue en soi. Oui, on arrête d'être un comptable devant ses expériences, quand on n'a plus besoin de la mémoire parce qu'on vit au niveau de l'énergie de ses expériences. L'énergie indifférenciée qui pointe et s'annonce n'a pas besoin de la phénoménologie de la mémoire, qui est une aberration avec sa nature dominatrice etc mais pour l'énergie différenciée qui compose l'univers, la mémoire est un dispositif indispensable.
    Lorsque l'épopée de l'évolution arrive à l'étape de prendre conscience de la phénoménologie de la mémoire, ce sont de grandes portes qui s'ouvrent au niveau individuel par lesquelles on devient un centre, un émetteur, un télépathe bien campé sur ses jambes capable de répliquer aux aberrations arrivant vers soi... Au lieu de carburer les vastes engrenages mémoriels de la machine astrale. Le corps astral n'aura plus l'air d'un ventre noué, mais d'un soleil tout simplement.

  • #28

    Edwige (mercredi, 06 février 2019 08:58)

    Lorsqu'on en a fini avec la colère de s'être fait duper sa vie durant par ce fameux "mensonge cosmique" et qu'on voit plus grand les desseins de "la source" on peut distinguer les dessous de table de la bibliothèque cosmique qui emmagasine de la mémoire expérientielle par des mouvements d'énergies servant tous les plans y compris celui de l'esprit. En siphonnant cette énergie les plans et l'esprit, selon leur programmation, retardent le remplissage du sac de mémoires mais font coexister toutes ces dimensions en cohérence intelligente. Ainsi l'âme réclame d'avantage d'expériences pour permettre à l'ego de murir afin qu'il soit fin prêt au moment de sa fusion avec l'âme et l'esprit, tu appelles ce résultat le soleil, et pourquoi pas ? Ne dit ton pas qu'un deuxième soleil apparaitra sur terre ?

  • #29

    Edwige (mercredi, 06 février 2019 09:16)

    Trouvé ceci juste a près avoir posté ci dessus C.16b - L'état Mondial
    "Chaque planète est une composition d’énergie, qui varie suivant la nature de son rôle, dans un système solaire quelconque. Ainsi, la planète terre, possède 48 niveaux d’énergies et 27 dimensions d’intelligences, dont la fonction et de manipuler ces énergies, afin de maintenir sur la surface physique de la planète, l’équilibre nécessaire à l’évolution de la vie telle que nous la connaissons. Ce que l’homme appelle intelligence, n’est en fait que le rapport étroit qui existe entre différentes couches d’énergie, qui s’entrechoquent et produisent un effet global connu sur la planète terre comme intelligence".

  • #30

    josée (jeudi, 07 février 2019 14:15)

    le rapport étroit qui existe entre les différentes couches d’énergie dont NOUS sommes composés devient très graduellement une fusion. pour l'instant, il n'est pas encore étroit et c'est même incertain qu'il existe. progresser passe par l'étape de la compréhension théorique, mais la couche d'énergie émotionnelle, elle fait du ménage dans la spiritualisation de la théorie. elle arrive chargée d'une colère qui s'accumule à mesure que le puzzle se réunit et révèle l'immoralité des sphères spirituelles. d'un autre côté, sur ma couche d'énergie émotionnelle, je suis handicapée de ma colère, j'ai la colère dans le plâtre disons. sur ma couche d'énergie mentale inférieure pendant ce temps-là, je vois le mensonge cosmique comme une stratégie qui est dans notre intérêt. c'est comme si chacune de mes couches d'énergie vivait son aventure, comme dans une famille. ce n'est pas demain que la famille se siamoisera et que le rapport entre couches d'énergie me paraîtra "étroit".

  • #31

    Edwige (vendredi, 08 février 2019 07:17)

    "Ce que l’homme appelle intelligence, n’est en fait que le rapport étroit qui existe entre différentes couches d’énergie, qui s’entrechoquent et produisent un effet global connu sur la planète terre comme intelligence".
    Le rapport entre les couches d'énergie ne paraîtra plus "étroit" après à la transmutation du mental qui nous donnera les outils nécessaires à la conversion de notre énergie cellulaire en énergie éthérique d'où "l'ego veut tout…. L'esprit peut tout…" d'où la conscience ou l'intelligence cellulaire comme en biochirurgie immatérielle par ex…

    "le rapport étroit qui existe entre les différentes couches d’énergie dont NOUS sommes composés devient très graduellement une fusion. "
    Cette fusion ne peut que résulter de la transmutation de l’ego ainsi, pour se faire, la conscience des cellules sera étudiée dans tous ses tenants et aboutissants pour comprendre les multiples espaces-temps, entre ces couches d'énergies responsables de l'illusion que les plans parallèles sont invisibles (48 niveaux d’énergies et 27 dimensions d’intelligences selon Bernard). L'esprit incarné devient "double matériel lumineux" ce nouveau plan de conscience sera le pont entre la matière et ses sous-plans. (Déjà évoqués dans un autre post)

    "c'est même incertain qu'il existe"
    Nous n'avons pas besoin de certitudes nous le "savons déjà" ou le "saurons" en temps voulu pour les autres lorsque nous passerons facilement du monde matériel à des plans plus subtils de la conscience moléculaire ou atomique. Ce sera la preuve scientifique indéniable de la relation étroite entre la conscience des cellules et l’esprit de l’homme. Cette conscience est un champ d’énergie capable de dépasser le sensoriel/émotif quand l’ouverture des centres psychiques s'est réalisée. Egalement Lorsque notre potentiel émotif et nos mémoires auront été suffisamment altérés par les chocs vibratoires répétitifs, par la lumière de l'énergie de l'esprit, pour que l’énergie créative des cellules augmente selon la capacité de l'ego à supporter cette puissance énergétique.

  • #32

    josée (vendredi, 08 février 2019 21:04)

    encore une fois, comme je regardais le titre de l'article avant de le cliquer, je fus envahie d'un doute profond, malaisant, face au fait que je parle trop de conscience. c'est pas tant sur focus que j,ai un problème qu'avec les gens autour de moi. je parle juste de conscience au point que ma passion pour le sujet nuit à une véritable écoute de ma part vis-à-vis ce que le monde est en train de vivre pendant que je parle. j'ai pensé : me voilà rendue une journaliste qui n'a d'autre plaisir dans la vie que celui de commenter "le grand changement". on sait que les journalistes parlent intellectuellement de ce qui leur échappe intérieurement.
    et bien je me suis répondue du tac au tac ! (j'ai répondu ceci : "le plaisir que je trouve à parler est important et c'est ça qui est ça".) quelque chose m'a dit que je venais de passer à une autre étape, que dans ma phrase banale il y avait quelque chose de rayonnant, une justesse non banale, non dans son idée mais dans son instantanéité. nous traversons des étapes dans le processus qui remplace notre underground par de la clarté dans les idées. nous sentons ce progrès et pouvons témoigner de l'augmentation de la capacité de nos egos à supporter de la puissance énergétique réelle. je parle de l’énergie créative résultant de l'union entre la source et la Création (la matière multidimensionnelle). en transmutant nos cellules, cette énergie créative éthérique détecte constamment de nouveaux dispositifs spatiotemporels non résolus et en faisant cela elle transmute la cellule. nous commençons à nous faire entrer dedans sérieusement (au plan émotionnel surtout) par cette lumière intégrée, car nous absorbons de la lumière ! c'est pas rien, c'est tout ! nous avons xcette connexion à la source prépersonnelle du réel, seule force dans l'univers capable de négocier avec notre éther matériel pour déloger toutes ces charges mémorielles squattant les oubliettes de notre corps éthérique, logés entre différentes couches d'énergies qui sont autant de ceintures de chasteté adamiques face au savoir universel qui nous tutorait sans rien nous expliquer. une fois fusionnée non seulement multidimensionnellement mais intégralement, notre propre énergie créative finira par les faire sauter, ces ceintures de chasteté. déjà le fait de reconnaître au fond de nous que nous avons le droit de lever le huis-clos est un rayon de lumière qui commence à vibrer dans nos cellules. nous devenons justes, nous devenons rayonnants.

  • #33

    Edwige (samedi, 09 février 2019 07:09)

    Parler, ou écrire sur focus, pour vivre sa conscience vient de l'intelligence de l'esprit alors que parler ou écrire sur la conscience, comme un journaliste, vient de l'intelligence de l'ego… Pour l'un et l'autre, selon le point où il se trouve dans sa ligne d'horizon c'est "son ça" si le plaisir est là. Nous avons un moyen d'expression puissant qu'est la parole, celle-ci peut être utilisée à tous les octaves d'énergies, mais l'humain ignore que la parole réelle génère une fréquence thérapeutique pour le corps astral… Il en est de même pour l'écriture, la peinture, actions diverses etc. c'est ce que signifie "la conscience se vit plus qu'elle ne se parle", nous la vivons sur focus en l'écrivant . Ce moment devient exactement ce que tu décrit, on passe à une autre étape qui devient rayonnante et juste dans l'instantanéité du moment présent. Oui nous nous voyons progresser avec l'énergie de l'esprit qui travaille nos egos et nos corps afin de se matérialiser en un double lumineux dans notre corporalité. Ça revient à dire que l'énergie de la source sort de sa chrysalide par la transmutation de nos cellules pour devenir un soleil rayonnant…

  • #34

    jojo (samedi, 09 février 2019 21:15)

    tu dis ''c'est son ça si le plaisir est là ''… ce bout de phrase plein de santé me fait penser qu'un ego qui aurait tendance à bloquer le plaisir et qui permettrait soudain au plaisir de le guider vivrait un déblocage, une sortie de sa chrysalide karmique.

  • #35

    Edwige (dimanche, 10 février 2019 09:13)

    ...un ego qui accepte son propre plaisir pour le guider, et non celui des autres, vit l'enchantement de la sortie de sa matrice karmique... sans oublier que seule la parole intelligente de l'esprit nettoie la matrice de ces artéfacts pour de ne plus avoir à y revenir.

  • #36

    josée (dimanche, 10 février 2019 22:25)

    depuis la venue de 2019, j'aime imaginer le monde futur que je voudrais vivre par réincarnation un jour. j'échangerais et prendrais des décisions sans véhiculer aucune spiritualité. mon ego serait ''sorti de sa matrice karmique'' ou enfin presque. il y aurait du plaisir circulant entre moi et beaucoup d'autres parce que chacun accepterait son propre plaisir pour le guider, et non le gré des autres et non plus celui des instances invisibles ! imagine le sentiment d'équilibre !

  • #37

    Edwige (mardi, 19 février 2019 10:11)

    Le sentiment d'équilibre en effet, quelle satisfaction pour l'ego... pour chacun sera différent en incarnation ou non... Pour ma part ce sera au double de trouver le réel équilibre c'est le futur monde que je perçois...

  • #38

    josée (mardi, 19 février 2019 22:29)

    au fur et à mesure qu'on y va avec son sentiment de l'avenir, avec une stratégie ouverte, avec la conscience des conséquences etc, se développe la magie du réel équilibre… Le besoin du sentiment d'équilibre devient irrepressible. c'est une question de longue d'onde. on vit de ce micro acte toujours renégocié de respect de soi (et de discernement etc). la spiritualité, c'est le contraire et l'ego fatigue de rester croche comme ça tout le temps. il y a un sens subtil qui surgit un beau matin et qui le nargue.

  • #39

    Edwige (lundi, 25 février 2019 09:35)

    Ce besoin d'équilibre exponentiel à l'intérieur et a l'extérieur de soi est une clef majeure pour ancrer dans les semelles en marbre de nos souliers une centricité de plomb…

  • #40

    josée (lundi, 25 février 2019 16:02)

    quand on pose sur ses épaules un objet long et difforme comme un petit tronc ou une grosse branche, pour le transporter, on doit souvent ajuster sa position pour qu'il reste en équilibre. et quand le centre de gravité touche l'os de l'épaule, on est en affaire. seul travaille le petit point et le reste du corps y va de sa démarche naturelle. il y a facilitation. si on transpose tout ça au niveau du chemin initiatique et du développement de la centricité, on ne parle plus de facilitation mais de facilité tout simplement. le hic c'est que le double va nous lester encore et encore au fil de nos pas. c'est pas qu'il nous aime pas. c'est qu'il a un travail, celui de nous faire travailler à sublimer certains champs gravitationnels factices.
    là où cette analogie a ses limites, c'est là. ce n'est pas sur le centre de gravité des charges qu'il nous dépose qu'on a à travailler. c'est sur le nôtre, dont la définition est toujours à recommencer. les charges, on doit pour cela les sublimer.

  • #41

    Edwige (vendredi, 01 mars 2019 11:22)

    L'alter ego du double (l'énergie de l'esprit) nous teste incessamment pour ajuster le taux vibratoire de nos corps subtils afin que ceux-ci aillent comme un gant aux mensurations du double (ego lumineux)… Son labeur est de travailler sur nos champs gravitationnels imparfaits en l'état actuel de notre gravité terrestre. Les charges douloureuses, que sont les divers désagréments physiques et psychiques de nos corps en évolutions, sont à apprécier avec un autre niveau de perception, sublimation mais sans spiritualisation de ces douleur qui sont tout à fait réelle et non illusoires…

  • #42

    Josée (dimanche, 03 mars 2019 15:13)

    Dans la culture new age, les mots sublimation et spiritualisation se donnaient la main. Aujourd'hui ce n'est plus le cas.
    devenu trop sensible et conscient pour se laisser émotionnaliser, l'homme recourt à de la désémotionnalisation du matin au soir. Selon les dispositions qu'il peut avoir à tel ou moment à l'interne, cette désémotionalisation va être vue par lui, dépendamment du test, comme de la résilience, du respect, de l'équilibre, de la puissance d'action, de la sublimation face à la douleur, etc. Dans tous les cas et de façon générale, elle consiste en de l'autorité sur les plans invisibles donc en victoire sur sa spiritualité.
    Spiritualité = assujettissement à l'invisible

  • #43

    Edwige (mercredi, 06 mars 2019 10:13)

    Le recourt à la maitrise et au repérage du mémoriel dans ces éruptions émotionnelles sont d'un point de vue purement psychologique dans ce que tu énonces, en effet comme tu le soulève bien en réalité dans la conscience du processus c'est une imposition de son autorité contre les diverses formes occultes

  • #44

    josée (mercredi, 06 mars 2019 23:30)

    effectivement, ça ne revient qu'à ça. on ne gagne des points qu'énergétiquement. parfois, quand je me vois vibrer suffisamment de souffrance, je le vois clairement comme le fruit de mon assujettissement au vaste apparatus de l'invisible, que je jette alors à terre le temps que mes fils se touchent. mais la plupart du temps, l'imposition de mon autorité est plus du calibre de la main qui chasse des mouches. peu importe si on est dans la vaguelette ou le tsunami, sans cette contestation ferme du travail que fait sur moi l'invisible, pas de désémotionnalisation possible pour moi.

  • #45

    josée (jeudi, 07 mars 2019 23:59)

    au moment même où ils sont en train de vibrer, les pics de désagrément et de confusion sont des opportunités de contester et de jeter à terre le travail de l'invisible qui est derrière le voile des pulsions qui ont conduit à la souffrance en train de vibrer.

    maudire les dieux demande d'établir avec eux une relation, aussi instantanée fût-elle. ce n'est qu'en établissant une relation avec un ou des êtres que nous l'avons soudain comme notre vis-à-vis. il n'y a relation possible avec notre vis-à-vis que lorsque nous avons suffisamment remplacé l'image que nous avions de lui par le réel de lui. il y a un seuil dans ce remplacement de l'image par le réel passé lequel le phénomène de l'autre commence à exister et devient même notre vis-à-vis.

    par ailleurs, être conscient du fait que le travail de l'invisible est derrière la préparation de la souffrance en train de vibrer augmente la capacité à être conscient du fait que le travail de l'invisible est toujours derrière le voile à tramer son truc qui résulte toujours en de la souffrance

  • #46

    josée la haye (vendredi, 08 mars 2019 00:13)

    ils sont cachés, ils sont hyperconnectés, un peu comme des pirates de l'informatique qui seraient en attaque permanente. ils forment l'appareil de la souffrance de l'homme. mais contrairement à son ordinateur, la psyché de l'homme est le siège de la puissance de l'homme. l'homme peut tout déjouer et démasquer déjà en cessant de ''croire''. il peut aussi gagner des points sur la capacité de l'occulte à le manipuler en se rebellant violemment contre l'appareil de sa souffrance. la puissance de l'homme se développe ainsi très graduellement. elle est potentiellement supérieure à la puissance de tout ce qui, dans l'immensité invisible, a toujours fait de l'ego une poubelle. l'homme qui cesse de croire voit enfin le temps commencer à travailler pour lui.

  • #47

    Edwige (samedi, 09 mars 2019 16:31)

    A ce stade du "mal-a-dit" et de gros conflits astraux en soi, on peut envisager une séparation entre la lumière de l'énergie de l'esprit (notre double) et de l’esprit universel initiée par les plans qui burinent notre égo personnalité, ouvre notre mental supérieur pour nous faire vivre la polarité émotions/pensées subjectives, spirituelles ou non, et remettre en question toutes les formes, y compris celles de "la bonne santé". Les forces spirituelles se servent de tout notre bagage mémoriel pour créer des tensions mentales, sachant cela c’est à nous de rien prendre au sérieux jusqu'à ce le corps mental, nettoyé de ses pensées subjectives, soit réhabilité par des pensées objectives pour communiquer avec notre double.
    La bonne ou mauvaise personnalité qui doute vient d'un jugement polarisé des entités qui se nourrissent des énergies que génère la "mauvaise image de soi" et la peur à sa vue dans le miroir d'autrui… Seule la colère consciente, contrôlée et réellement dirigée contre les plans, nous aide a maitriser notre vie. Cette saine colère permet d'évoluer contrairement aux autres types de colères astrales qui sont des énergies de travail, des outils qui développent notre volonté et permettent des pertes a des couches d'inconscience de disparaître comme des pelures d'oignons (il y a un début à tout).

  • #48

    Josée (mardi, 12 mars 2019 21:39)

    nos vulnérabilités sont des failles où entre la vie en quantité colossale.
    étrangement les failles sont colmatées par la lumière-même qui y pénètre à mesure qu'on en dépolarise l'énergie.
    toi et moi communiquons sur le thème de phénomènes qui ne se déroulent pas au vu et connu de tout le monde et avec des vocabulaires qui ne se recoupent pas toujours. pourtant ça marche vu qu'on apprend l'une de l'autre au niveau des principes en plus de développer du respect. c'est un exemple de faille qui se colmate avec la lumière qui passe dedans, si on convertit volontairement la tentation d'émotion en vie neutre.

  • #49

    josée (mercredi, 13 mars 2019 16:16)

    les forces spirituelles sont présentes dans nos âmes en tant que champ magnétique datant de l'aube des temps et agissant donc sur l'ego à un niveau extrêmement inconscient. ce champ magnétique se manifeste par exemple par une pression faisant en sorte que l'ego s'occupe d’ésotérisme. quand l'ego s'occupe ou se préoccupe d’ésotérisme, il est magnétisé. c'est un signe de passivité face à du désir. même si l'ego présente une certaine transparence, il est dans l'opacité de son désir au point de lire dans son enthouisasme un signe d'accomplissement de son destin en tant que r-v-lateur des mystères. il ne s'agit pas d'évaluer s'il y a de la vérité dans les idés canalisées, il s'agit de se ressaisir dans sa volonté de rester maître de soi. quelle puissante tentation que celle de s'approcher de la vérité alors même qu'ion se laisse envelopper par une certaine atmosphère pleine de mensonges faisant que la soif ne cesse d'augmenter et tient l'ego rivè à cette canalisation ou mentation spécifique. c'est de l'émotion spirituelle et c'est un type d'englobement typique de l'évolution. en fin de comptes, c'est un test du double, voulu par le double, inséré dans le fil du moment présent, comme n'importe quel autre test, n'importe quel autre instant, sauf qu'on est dans la catégorie course à la vérité. qu'il s'agisse d'émotions plus ancestrales ou plus associées à une ascension évolutive, le test prend place afin de tenter l'ego à puiser ainsi encore une fois dans le champ magnétique de l'âme. le but est qu'il en arrive à se ressentir dans son expérience et qu'il se connecte de par sa volonté propre à son besoin fondamental de confronter énergétiquement cette maudite pression de l'âme, c'est-à-dire du champ magnétique de la mémoire. oui c'est passionnant de canaliser de la vérité sur toutes les facettes de l'univers, mais c'est mettre la charrue avant les boeufs. si l'ego est en train de se faire fasciner par de la vérité, il est en train de se faire distraire de sa tâche première : la contenance neutre de sa pensée.

  • #50

    Edwige (jeudi, 14 mars 2019 11:18)

    "il ne s'agit pas d'évaluer s'il y a de la vérité dans les idées canalisées, il s'agit de se ressaisir dans sa volonté de rester maître de soi…. alors même qu'on se laisse envelopper par une certaine atmosphère pleine de mensonges faisant que la soif ne cesse d'augmenter et tient l'ego rivé à cette canalisation ou mentation spécifique".

    La conscience "consciente" se vit entre autre "par les idées canalisées" ET par la parole mais seulement lorsqu'elles sont "intelligentes", n'émergeant ni de l'intellect cartésien, ni d'une mémoire hors norme, ni du sur-mental ou du mental inférieur.

    Par exemple le son et le taux vibratoire de la parole "réelle" ont la capacité de guérir le corps astral, cette parole et ce son alors sont VIBRANTS et THERAPEUTIQUES en même temps qu'ils instruisent et qu'ils enseignent sans formatage.

    La parole, que l'on entend ici et là, répand de l'information supramentalienne, universitaires ou autres, de différentes valeurs informationnelles, esthétiques, scientifiques ou occulte mais la vibration de cette parole n'a pas vocation à guérir… Il suffit d'écouter Bernard et quelqu'un d'autre au hasard, apprécier la vibration des diverses informations puis jauger l'impact sur notre état intérieur... no comment...

  • #51

    Edwige (jeudi, 14 mars 2019 14:50)

    Parce qu'il fallait le rappeler:
    Parler, ou écrire sur focus, pour vivre sa conscience vient de l'intelligence de l'esprit alors que parler ou écrire sur la conscience, comme un journaliste, vient de l'intelligence de l'ego… Pour l'un et l'autre, selon le point où il se trouve dans sa ligne d'horizon c'est "son ça" si le plaisir est là. Nous avons un moyen d'expression puissant qu'est la parole, celle-ci peut être utilisée à tous les octaves d'énergies, mais l'humain ignore que la parole réelle génère une fréquence thérapeutique pour le corps astral… Il en est de même pour l'écriture, la peinture, actions diverses etc. c'est ce que signifie "la conscience se vit plus qu'elle ne se parle", nous la vivons sur focus en l'écrivant . Ce moment devient exactement ce que tu décrit, on passe à une autre étape qui devient rayonnante et juste dans l'instantanéité du moment présent. Oui nous nous voyons progresser avec l'énergie de l'esprit qui travaille nos egos et nos corps afin de se matérialiser en un double lumineux dans notre corporalité. Ça revient à dire que l'énergie de la source sort de sa chrysalide par la transmutation de nos cellules pour devenir un soleil rayonnant…

  • #52

    Josée (lundi, 18 mars 2019 11:10)

    les bras nous poussent pour raser la table plus loin et dégager plus de perisprit et avoir plus de chance de trouver assez d'air quand on est rendu un asthmatique vis a vis l'astral.
    à ma connaissance, là là, bernard n'a jamais dit que chacun serait de plus en plus attaqué astralement. mais il a dit que la race satanique, relai astral, paniquerait de voir les gens se désastraliser (se désastraliser =cesser de les nourrir de leur emotivité). et il a dit que leur soleil noir menaçait le maintien de la planète en un seul morceau. est'e que ça veut dire que la race satanique, qui domine le plan de la mort, intensifie son effort a nous garder astralisés ? oui. mais cette race est on ne peut plus primitive. l,intensification de notre embobinage ne peut pas venir d'une instance si basique.

    par ailleurs, bernard a dit qu'un initié était exposé à un plus haut niveau de mensonge que les autres. autrement dit, il disait que l'homme est attaqué plus s'il est conscient plus. ça me rappelle les seminaristes qui disaient que l'astral paniquait de voir des gens désastralisés. je suis d'accord avec la logique mais comment ça se traduit ?
    au lieu de parler de l'astral planétaire terrestre, j'aime mieux parler de la machine astro-spirituelle. la grosse machine luciférienne en charge de créér des âmes pensantes. elle a des moyens plus gros. d'elle il faut se secouer plus serieusement. je la deteste et l'abhorre. je reconnais sa nécessité mais je dois me faire si forte pour la contrer. par comparaison, avoir un défunt avare sur l'épaule qui me fait me comporter avec avarice est une problématique plus affrontable. cet exemple parle des traits de personnalité, souvent liés à des possessions par des défunts esclaves de la race satanique du soleil noir au centre de notre planète. l'autre instance la luniférienne, n'a fait qu'accomplir sa très importante mission. bien sûr, c'était aussi quelque part une marque de mépris pour la sensibilité de leurs créatures qui se sont retrouvés entre autre avec ce maudit soleil noir primitif affamé d'-emotions humaines ' sans compter les autres et nombreuses erreurs fondamentales de leur "crréativité" dont NOUS payons le prix. oui les sataniques tiennent au statu quo mais je prête plus de sournoiserie à l'insistance du principe luciférien à ce qu'on reste astralisés. il me semble que mon double me raconte que c;est pour des raisons spirituelles (=lucifériennes) que je perd le bras de fer ces temps'ci.

    évidemment, la géométrie des forces est claire et je comprends que tout ce temps-là, ce 'est ni l'engeance satanique ni l'instance luciférienne qui est responsables de mon mois de mars 2019. c'est mon double.
    le double est la seule énergie qui colle AU TEMPS.
    le double ravive ma mémoire.
    dans ma mémoire, il y a tout mon asujettissement à l'appareil astral.
    à partir du moment que débute le processus de conscientisation et désastralisation etc, ce mémoriel assujettisement est présenté comme défi á la conscience croissante de l'ego.
    seul le double vit le temps de l'homme. le double remplit et contrôle le temps de l'homme. la machine astrale existe HORS du temps.

  • #53

    Edwige (lundi, 18 mars 2019 12:14)

    L'écœurement de l'astral est concomitant avec l'écœurement du spirituel quand on comprit, souvent à ses dépens, que ce plan spirituel est encore plus vampirique et conditionnant que les autres étages du niveau astral… Quand on a intégré ceci on ne peut plus être attaqué astralement car sur le chemin de la fusion le plan astral est déconnecté des champs auriques humain… C'est cela qui fait dire que le plan astral "est mort" alors qu'il est simplement déconnecté des personnes en fusion. Ce qui agit en elles ce sont les perturbations des expériences de l'âme qui font vibrer le corps émotionnel par les miasmes qui sont encore logées dans le corps astral. Pour les personnes inconscientes le plan astral est toujours agissant sur eux parce qu'il existe encore en eux… on est réceptif à ce qui est en nous, quand on a la vibration pour ça… Les expériences de l'âme chez les personnes en processus de fusion sont des processus de souffrances dû à la dépolarisation des mémoires dans le corps émotionnel et à l'éradication de ces mémoires qui créent un vide en elle… elle souffre de ce vide… mais la nature a horreur du vide, c'est l'énergie des expériences qui va prendre de plus en plus d'espace dans le sac mémoriel en attendant de fusionner avec l'énergie de l'esprit

    Que la race satanique panique de voir les egos évolutifs coupés du lien énergétique avec le plan astral et cesse de les nourrir par leur émotivité tout en menaçant le maintien de la planète en un seul morceau certes oui, Bernard disait « Si le vampirisme sous toutes ses formes disparaissait de la surface de la terre la société telle que nous la connaissons serait abolie car elle n’aurait plus la force du vampirisme pour lui donner sa cohésion » Mais la race satanique très primaire, qui domine le plan de la mort, ne peut que s'acharner davantage et astraliser encore plus les egos restés au stade involutif

    Un initié est exposé à un plus haut niveau de mensonge que les autres car cela participe des tests provoqués par le double au moyen de l'énergie de l'esprit qui lui aussi peut nous faire souffrir et devenir très vampirique… écouter 064b - L'esprit vampirique. Plus l'homme déchire les voiles plus il est attaqué mais du coup plus il se conscientise… Le responsable de chaque mois de l'année quand on est en fusion c'est notre double qui veut se matérialiser. L'énergie de l'esprit colle au temps de cette fusion, ravive la mémoire avec son assujettissement à l'appareil astral pour mieux la dépolluer véritable défi pour une conscience grandissante de l'ego.

    La machine astrale existe hors du temps elle mais a besoin des énergies du temps de l'homme terrestre car les défunts donnent des expériences à vivre à l'âme et à retordre pour l'humain s'il est possédé par des liens karmiques avec des défunts contrôlés par la race satanique. L'instance luciférienne quand a elle a amené la lumière astrale à l'homme heureusement et c'est beaucoup car nous serions dans l'ombre satanique.

  • #54

    Edwige (lundi, 18 mars 2019 12:26)

    "oui les sataniques tiennent au statu quo mais je prête plus de sournoiserie à l'insistance du principe luciférien à ce qu'on reste astralisés. il me semble que mon double me raconte que c'est pour des raisons spirituelles (=lucifériennes) que je perd le bras de fer ces temps-ci."

    Pour rebondir sur ce que tu dis un article instructif sur "Satan et Lucifer" a été déposé par Dominique dans le focus "Les puissances cosmiques et la fin du cycle", on peut en discuter là-bas au besoin.

  • #55

    josée (lundi, 18 mars 2019 14:52)

    quel texte magnifique edwige ! je veux le relire avec plus d'attention. ça fait tellement résonner ce que je considére essentiel à comprendre. moi qui fut si disponible me trouve indisponible juste comme je meurs d'envie de discuter sur les points que tu souléves. tenter de dégager les grandes lignes de la machine astro-spirituelle m'a permis jusqu'à aujourd'hui de prendre ma vengeance sur l'impact dramatique que la vieille mythologie a eue sur moi mais je sens que ça commence à me permettre de briser directement la machine. en tout cas c'est une impression que j'ai eue hier un tout petit peu et pas longtemps car ça me déboussole la mémoire.

  • #56

    josée (mardi, 19 mars 2019 16:36)

    1re réaction au début du message 53
    L’astralisation, tu as tellement raison, est propre à l’involution.
    quand on passe en évolution, on se trouve soudain déconnecté de ces forces astralisantes qui caractérisent l’involution.
    on n’est pas sorti du bois vu qu’il faut alors vivre en conscience tout ce qu’on a vécu en inconscience mais on va le vivre à l'écart des anciennes atmosphères si intrusives du plan de la mort, je le crois aussi.

    Sorti de l’astralisation on en découvre d’abord le phénomène. L’évolution est graduelle et ses débuts sont peu définis mais on commence à regarder ce qu’on pense. bientôt on a besoin d’un jargon scientifique pour nommer les concepts -toujours temporaires- de notre conscientisation, qui est elle toujours scientifique. On apprivoise le mot “astralisation” et sa réalité de même qu’on prend conscience de bien d’autres concepts qui à notre insu ont composé la saga de notre involution.

    Tout ça fait partie d'in programme de conscientisation qui veut amener à notre lumière tout ce qui a constitué la charge astrale de notre involution afin de déloger tout ce qui s’est entreposé énergétiquement, tels des miasmes énergétiques, autour du noyau atomique de notre âme.

    Or “astralisation” est synonyme de “temps”. L’involution est une bulle de temps. La machine astrale a besoin du phénomène artificiel qu’est le temps. L’ego, le conducteur de l'auto humaine, a besoin de croire que le temps est réel et absolu. c'est caractéristique du moment où il involue.
    L’ego garde cette optique une fois passé à l’évolution.
    L’ego qui évolue chemine en contact avec l’instruction supramentale et s’approche de ces concepts plus ou moins vibratoirement et théoriquement selon sa personnalité.
    L’ego conscientisé comprend que l’astralité avait besoin de cet artifice qu’est le temps. il commence à regarder le temps comme une invention alors qu’il est encore dedans.

    Le temps, le temps… Notre ego est dedans tant qu’il n’est pas parfaitement transparent dans sa volonté et sensibilité.
    au profit de cet ego en voie de conscience, notre double, qui est libre du temps, reconstitue énergétiquement toute la phénoménologie du temps afin d’en éclater la forme.
    déjà le fait de nous “alzheimériser” brise une continuité du temps et nous le fait voir en petits morceaux d’instantanéité.
    Plus loin dans le programme, nous serons au parfum de cette reconstitution du temps qu’il nous concocte et remanie sans cesse et nous n’aurons plus tant besoin d’interagir avec le double pour nous guider vers la finalisation de notre contrat avec les créateurs de notre âme.
    Au bout du bout du contrat, avant de nous morontialiser, nous sentirons le temps de façon extérieure.

  • #57

    josée (mardi, 19 mars 2019 19:36)

    Pour continuer sur le message 53, le double a une puissance de moyens inimaginables quand il s’agit de permettre à la personne en voie de fusion avec lui d’intégrer sa mémoire émotionnelle, astrale, spirituelle et involutive. Le double lui reconstitue énergétiquement la phénoménologie du temps, celle de la mémoire, celle de l’asujettissement à la pensée et toutes celles qui ont fondé, permis et formé l’astralisation qui s’est collée à cette personne, en suivant un programme pseudo-temporel pseudo astral pseudo mémoriel faramineux.

    Son programme, qui change en interaction avec l’homme en mutation, vient pomper la volonté de l’homme nouveau à neutraliser l’attrait des formes empilées dans la mémoire de l’homme ancien. Son programme, qui ressemble à un entraìnement à VOIR les formes, crée une suite d’opportunités psychiques, sensorielles et événementielles lui permettant de présenter ces formes une à une autant de fois que nécessaire afin que l’homme en arrive à en démagnétiser l’attrait.

    L’homme ancien, astralisé et spiritualisé, fut bourré de formes illusoires parce qu’il ne put faire autrement que de les avaler. Il ne put qu’être passif face à l’attrait magnétique de ces formes qui lui furent injectées durant son stade involutif.
    Il fut magnétisé par la forme disant que ce temps est réel et absolu, attiré par la forme disant que la terre est faite de magma, hypnotisé par la forme lui disant de croire ce qu’on pense, enthousiasmé par la forme lui disant qu’il faut se forcer à mort dans ce qu’on croit et il fut séduit par la forme disant qu’il faut être serviable dans la vie (ou qu’il faut être rusé - selon son caractère).
    Et ainsi de suite, des formes nous ont été implantées grâce au passage du temps depuis l’instant zéro de notre longue saga main dans la main avec le temps.

    Notre mémoire est un empilement d’attraits qui fondirent sur nous au fur et à mesure de la matérialisation de notre âme : collectivement á l’aube des temps ; puis, avec la matérialisation adamique, par groupes de plus en plus spécialisés ; enfin, avec la dernière ère, de plus en plus individuellement. lles d´veloppements des civilisations ont vu leur influence sur l’homme devenir de plus en plus individuelle au point où ’aujourdhui chaque mémoire est unique.

    Unique ou pas, l’énorme “bulle de temps” qui fut notre involution grouille de toute une camelote de mirages jadis achetés comptant à cause de la naïveté inhérente à la condition humaine.
    L’involution ne nous laisse d’autre choix que de nous identifier à cette bulle qui, en fait, est aliène à notre identité.

    La bulle est aliène mais les dommages causés à notre paix sont personnels et il nous incombe de restaurer notre paix.
    Il n’y a aucune paix dans cette bulle de temps, mais il y a une énergie personnelle en suspens et en déséquilibre.
    La bulle de temps qui fut notre karma est une charge émotionnellement polarisée à intégrer à la lumière - qui est neutre.

    Notre involution et la charge qui nous en reste ont beau être aussi virtuelles que magnétisantes, il nous faut, maintenant que nous fusionnons avec la lumière, les conduire dans la lumière car la lumière inclut tout. On comprend enfin qu’il faut que nous l’assumions, cette charge, pour nous en dépolariser.
    Ça prendra une volonté extrême et en même temps, cette vaste restauration de notre paix originelle ne sera jamais ressentie comme un devoir. Ce sera toujours un vouloir. À mesure que s’affinera notre vouloir, grandira le niveau de défi lancé par le double.
    Par notre sensibilité croissante, nous voudrons tout absorber de ce que le double dénichera dans cette bulle mémorielle et alignera sur son tapis roulant du temps.
    En mutation permanente, nous consommerons son programme temporel et serons à la hauteur et motivés à régler coûte que coûte tous ces comptes en souffrances qui arrivent à nous.
    Certains seront spécifiques à chacun de nous et d’autres seront globaux et structurels, tels que notre naîveté fondamentale face aux concepts du temps et de la mémoire. Seule compte l’élimination de leur vibrante et perturbante et aliénante influence et le grand retour à notre paix originelle, notre neutralité naturelle.

  • #58

    josée la haye (mardi, 19 mars 2019 20:16)

    Avec l’évolution, l’homme jettera de la lumière dans son involution, ou plutôt, dans la charge qui lui reste sur les bras de cette bulle qui a fait son temps, cette charge qui est sa bulle de temps.
    Cette charge, cette bulle, le travail du double consiste à nous permettre de la vivre en personne et non en tant que personnalité, en tant que personnage écervelé englobé par elle et identifié à elle. En tant que personnalité on est englobé, on est cette bulle mémorielle. En personne, on réagit de plus en plus lumineusement au programme du double. Par notre plein engagement à collaborer on va la crever.
    Cette bulle de temps, le double la récupère, c’est sa matière à travailler. Il en disséque, extrait et ramène les éléments de la fusion avec lui en une succession pseudo-temporelle qui s’égrène au fil du programme. “pseudo-temporelle” parce qu’il ne s’agit plus du temps artificiel de la spiritualité mais de la nouvelle version de temps artificiel que ce programme fait vivre à l’ego et sa multidimensionnalité.
    Cette reconstitution ou évocation du temps involutif saura résorber la forme-croyance qu’est temps en plus de la forme-croyance derrière les autres éléments qui formèrent notre bulle. À la fin, ce sera la résorption de la mémoire qui ouvrira la porte de la liberté.
    Le double est notre guide vers la porte de la liberté dans le sens son programme très vivant en constante renégociation avec notre volonté croissante permettra que nous développions notre propre sens de l’orientation vers la porte de notre liberté. Tout asujettissement au double et à son programme sera adressé en tant que fome sous-jacente à la croyance en ce qu’on pense. Le double lui-même revêtira bien des visages qui seront autant de reconstitutions ou évocations de formes spirituelles de l’involution. Toute forme, image ou visage sera pulvérisé par la volonté de l’homme en croissance et raffinement perpétuels. La volonté de l’homme c’est ce qui sera accompli à la fin de son programme : nous serons sortis du temps et sans arriérages aucuns.

  • #59

    josée (mardi, 19 mars 2019 21:05)

    Le double fait émerger à notre lumière croissante toutes nos croyances petites et grandes, en nous les présentant par petits paquets bien emballés, bien déguisés et camouflés.
    Il fait ainsi continuellement se rencontrer notre nouvelle conscience (notre conscience de lui) et les composantes de notre bulle de passé involutif.
    Ces “composantes” émergent enfin ainsi à la lumière après des dizaines, des centaines, des milliers ou des milliards d’années à avoir été nichées dans les limbes spirituelles.

    Les composantes de notre bulle de passé involutif, le double nous y confronte enfin réellement et multidimensionnellement.
    Il formente ce face a face entre l’ego et ses formes afin que nous, les hommes, les egos, les démagnétisions.
    Seule cette dépolarisation nous fait graduellement fusionner avec l’énergie parfaitement neutre de notre source, source de la création, lumiére à la puissance renversante dont notre double est le rayon arrivé jusqu’à nous individuellement.

    (Nb Le travail du double nous fait entamer notre entrée dans la création en tant que vis-à-vis de la création - ce qui veut dire qu’il nous fait entamer notre sortie de la création en tant que PRODUIT de la création, un produit parfaitement saturé par les âffres de sa propre création d’ailleurs. Le rayon qu’on appelle le double arrive pour aider à sortir de ces âffres l’ego écoeuré de la condition humaine et il arrive quand l’individu arrive à saturation.)

    Le point soulevé par edwige au no 53 est fondamental concernant la déconnection d’avec l’astral qui a lieu à l’arrivée de ce processus.
    Nous croyons voir une continuité au niveau de notre astralisation mais il y a eu rupture quand débuta le nouveau processus.
    ce que nous prenons pour de l’astralisation est une astralisation artificiellement recréée par le double.

    Ce travail du double dont nous sommes enveloppés est si complet, il est si efficace et puissant en termes de ressources, que toutes les composantes de notre ancienne bulle de temps n’ont qu’à y être "évoquées" pour qu'on pense qu'elles sont encore une fois répétées, surtout qu'on est si habitué à ce que la vie se répète !

    cette "évocation" agit au niveau de l’énergie émotionnelle de la mémoire.

    Sont ainsi énergétiquement évoqués un nombre incalculable de souvenirs ancestraux sous le couvert d’images plus récentes telles que le dialogue téléphonique qu'on se rappelle de la veille ou la crise de santé qu’on se rappelle avoir eue à noël.

    Dans ces deux exemples, la pensée présentée par le double sur le fil de notre journée rumine sur la relation interpersonnelle ou sur notre relation à notre santé, ce qui semble ressembler à la pensée involutive alors que ce n’est pas le cas.

    C’est un rendez-vous extrêmement stratégique entre la lumière en nous et une forme appartenant à notre ancienne “bulle de temps”, notre karma.

    Ce n’est pas comme la pensée involutive - qui est karmique, circulaire et aveugle de l’existence des forces occultes qui sont derrière.

    C’est un rendez-vous extrêmement stratégique entre notre soi en croissance de conscience et une forme appartenant à l’ancienne astralisation qu’on a passivement subie à cause de l’inconscience caractéristique de la bulle.
    Ce moment n’est ni karmique, ni circulaire, ni aveugle de l’existence des forces occultes qui sont derrière.
    Il ne peut vibratoirement être créé que dans un espace désastralisé. Merci pour la perche edwige.

  • #60

    Edwige (vendredi, 22 mars 2019 08:56)

    Concernant l’astralisation lorsque nous sommes en processus de fusion c’est le lien énergétique, qui nous connecte au plan des entités de la mort, qui est rompu et non ce plan lui-même supposé défunt... Ce plan est bien vivant et actif sur les personnes encore dans leur processus involutif, celles-ci peuvent nous entraîner dans le sillage de leurs énergies astralisées, dont elles sont chargées à bloc, si elles sont trop proches de nous dans des relations toxiques, perverses, maladives, mortifères.... L'astral agit sur nous chirurgicalement par procuration de ces personnes à notre insu, au leur également, mais sous contrôle de la lumière de l'énergie de l'esprit car lui seul sait où il doit frapper pour faire "bouger l'ego". Dans ce processus l'astralisation est artificiellement utilisée par lui comme moyens de tests évolutifs. C'est de sa responsabilité pour nous guider vers la libération du mental inférieur avec la participation active de la volonté de l'ego et de l'âme, à la fin du programme de son involution, vers la fusion avec le double qui se matérialisera. Ce travail capital de la lumière de l'énergie de l'esprit nous permet de vivre notre personne réelle, pas notre personnalité, en agissant sur l’énergie émotionnelle de la mémoire astrale, spirituelle, blindées de formes illusoires qui ont aliéné notre identité des éons durant.

    Dans le processus de fusion les changements graduels de notre taux vibratoire sont comme des répulsifs pour ces entités anti-vie, anti-homme. Ce que nous croyons venir de l’astral sont les tests de notre esprit qui peut se servir de ce plan comme pourvoyeur de défis juste pour nous secouer. En observant de près l’expérience on peut sentir une grande différence dans la charge émotionnelle qu’elle génère et le peu de résidus qu’elle laisse derrière elle comparé a "avant le processus". C’est très subtil au début et ça devient de plus en plus énorme, conscient et flagrant. Surtout rester dans l'observation, ne rien polariser ni juger ce qui vient, "focusser" et voir si ça résonne sans chercher une quelconque vérité… Ainsi le ”mouvement de vie” s’élargie au fur et à mesure qu'on n’attend plus rien ni du passé, ni du présent, le futur qui n’ayant aucune existence… Marcher sur le sentier de la conscience au rythme de sa propre météo et de ses propres saisons intérieures, sans penser ni à la fusion, ni à rien qui nous attacherait de près ou de loin à cette conscience en devenir… Voilà ce que signifie VIVRE et ça c'est réellement nouveau…

  • #61

    Josée (samedi, 23 mars 2019 06:01)

    À parti du moment où on entre en voie de fusion avec le double, on sort de l'astralisation, laquelle est alors artificiellement recréée dans tous les tests qui composent le temps évolutif, incluant les échanges interpersonnels houleux avec des gens encore inconscients des mécanismes de la psyché et donc de l'emprise qu'a sur eux la mort. L'astralisation d'autrui ne nous évoque les horribles symptômes astralisatoires que pour révéler la nature du chantier en cours dans notre processus de fusion. Le hasard n'existe pas et tout sert. Tant qu'un échange avec autrui nous perturbe, il y a un ajustement de dépolarisation qu'il nous revient de faire. La patience et le lâcher-prise accélère le retour au centre où nous attend l'intelligence de la situation.

  • #62

    Edwige (dimanche, 24 mars 2019 09:24)

    Oui je suis Ok avec ce résumé de nos échanges à ce sujet, merci.

  • #63

    Josée la haye (mercredi, 27 mars 2019 01:22)

    Le respect fut la pièce de puzzle qui manquait jusqu'il y a très peu parce que j'étais prise par l'importance que j'accordais à mon image, une image à laquelle je croyais moi-même. C'était celle d'un ange alors il ne restait plus aux autres qu'être les démons quand ils me faisaient chier, ou mieux dit, quand mes pensées à leur sujet me faisaient chier. Puis je me rendais compte que toute ma vie j'avais pensé aimer mais qu'il n'en était RIEN. L'AMOUR n'est pas encore dans ma vie mais le respect que je pratique de mieux en mieux va droit vers cet horizon. Ce qui m'a dirigée sur cette voie fut entre autres la P.E. de Bernard oùil répète que ce n'est jamais de la faute de l'autre quand on souffre.

  • #64

    Edwige (jeudi, 28 mars 2019 09:21)

    "L'AMOUR n'est pas encore dans ma vie mais le respect que je pratique de mieux en mieux va droit vers cet horizon."

    La clef est là...