Divisions Psychologiques et Besoin d'Espace Vital

Edwige: L'évolution dans un processus de fusion entraîne à lui seul d'énormes divisions... Le besoin d'autonomie dans le couple, en famille, au travail, entre amis etc. multiplie au centuple  cette division pour les besoins fondamentalement nécessaires à notre réalité et à notre identité.  


AVANT-PROPOS

 "Être sur le chemin de l’évolution c’est mener une étude" BdM PE-028

Ces FOCUS sont des espaces réservés aux échanges d'idées pour faire évoluer l'instruction de façon créative, collaborative et générative. Prière de ne pas déformer, ni plagier, les transcriptions originales de l'œuvre de Bernard de Montréal proposées pour étude, dont la seule référence est l'audio qui l'accompagne. Un résumé personnel, des citations et/ou des liens sont admis pour initier ces échanges. Vous pouvez proposer un thème, un sujet qui sera mis en ligne après vérification. Aucune inscription ni abonnement n'est requis, l'anonymat est garanti.

** Polémiques stériles et énergivores, non-respect de la parole de l'autre, critiques malveillantes, tribune spirituelle pour ego surdimensionné… iront directement dans la corbeille.


Bernard de Montréal avec François Payotte

Les divisions psychologiques (Extraits)

..."nous avons des preuves flagrantes que l'homme n'est pas totalement intégral. Donc si l’homme n'est pas intégral Il est divisé entre ce qui lui donne sa proportionnalité matérielle psychique et les autres aspects de lui, qu'il lui reste à découvrir au fur et à mesures qu'il prendra conscience d’une nouvelle science.

…"La source de nos conflits, de nos divisions, c'est la pensée aidée de notre émotivité.  La pensée de l'homme pure n'est pas divisible, ce ne sont pas vos pensées pures, intégrales qui vous divise.  Vos pensées pures viennent de votre source, mais c'est l'émotion dans vos pensées pures qui viennent de l’astral. Ce sont les pensées de l'homme émotivé qui sont le produit de la coloration de l’astral, et c'est là que joue le monde de la mort, et c'est ça que l'homme ne sait pas, c'est ça que l'homme ne comprend pas, c’est ça que l’homme devra comprendre un jour."

 

…"L’homme découvrira ce qu'est l'amour lorsqu’il aura découvert ce qui lui enlève l'amour, et il découvrira que ce qui lui enlève l’amour c’est l’astral, la mort. Si je pouvais concrétiser, montrer d'une façon concrète, jusqu'à quel point le monde de la mort est actif à travers la personnalité de l'homme, à travers ses pensées, et en utilisant ses émotions, ce serait le plus grand service que je pourrais rendre à l’homme. Tout est là… L’involution, la mort sur l'homme, l’évolution, fusion de l'homme avec sa lumière, tout est là.  Et les hommes devront le réaliser.  Que vous parliez de volonté, que vous parliez d'intelligence, que vous parliez d'amour, que vous parliez de ces trois principes de l'homme qui constituent sa sérénité, tout est là…  

 

…"Il y aura toujours dans l'homme de l’astral, jusqu'à temps que l'homme soit arrivé à un certain niveau de vibration ou sa lumière sera trop puissante, trop grande, pour que les forces puissent l’atteindre, et à ce moment-là l'homme sera libre. Il n'y a pas de volonté réelle, d'intelligence et d'amour dans la mort.  La moindre parcelle de volonté, d’amour, d'intelligence, vient de l'esprit, vient de la lumière de l'homme ; ça ne vient pas de la mort".

Télécharger
FP022 Les divisions psychologiques.pdf
Document Adobe Acrobat 96.6 KB

L'espace vital (Extraits)

… "L’autonomie dans le couple n'existe pas encore. Un couple aujourd'hui qui est basé sur le principe de l'amour astral, l'amour humain, que nous connaissons, qui commencerait à taponner avec le concept de l'autonomie, donnerait naturellement, créerait naturellement, dans le couple une sorte de division, parce que l'homme ou la femme astralement connectés ne veulent pas que l'autre soit trop autonome.. Un homme qui vit le couple selon les modes de l'involution ne veut pas que sa femme soit trop autonome. Vous vous imaginez un homme qui est moindrement autoritaire, qui est moindrement macho, vous croyez que ce bonhomme-là va accepter que la bonne femme rentre à 3 heures du matin et qu’elle lui dise qu'elle est allée prendre un « gin & tonic » au Ritz Carlton…  Non... Et la même chose pour la femme, le bonhomme qui rentre puis qui dit moi je suis allé jouer au golf, trois heures du matin, hein...  Non… L’autonomie c'est un terme, comme tous les mots ce sont des termes qui ont une valeur psychologique, mais qui n'ont pas de valeur réelle.  De la même façon que le mot amour a une valeur psychologique mais il n'a pas de valeur réelle. 

 

…" ce sont des prétextes à division parce que les mots ne sont pas réels, le mot autonomie tombe dans la même batch de poubelles de mots, que tous les autres mots, amour, liberté, convivialité, conscience"…

… "La constitution d'un couple est parfaitement programmée".  

 

… "Et si l’homme va chercher dans le couple la parfaite intelligence, il déprogramme son couple, et il donne à son couple de la vitalité que l'homme de l'involution n’a jamais connue, de sorte que l'homme nouveau connaîtra le couple dans une conscience nouvelle, jamais basée, jamais fondée sur les mœurs de l’homme ancien"….  

 

… "La sexualité astralisée par le mental humain de l'involution a fait en sorte qu'il est devenu une mesure de la valeur du couple, et ceci est une illusion fondamentale à la construction du couple. Nous avons trop investi pendant l'involution dans la valeur de la sexualité, pour nous donner en tant qu'homme ou femme une certaine identité, ce n'est pas dans la sexualité que l'homme découvrira son identité, ce sera dans sa lumière".

 

... "l'homme aura besoin de beaucoup et de grande force mentale pour voir à travers l’illusion de la valeur de la sexualité dans la conscience d'un couple…. la valeur d’un couple doit être fondée sur la relation entre deux esprits, et non pas sur la relation entre deux vibrations personnalisées à travers des facteurs animiques".

 

… "La sexualité est la mémoire la plus difficile à défaire, parce que c’est la mémoire à laquelle on a donné le plus d'importance, parce qu’à travers elle on s’est donné sur la vie matérielle, dans la vie matérielle, l'impression que la vie vécue hautement dans la sexualité est une vie pleine, et ça c'est une illusion, et ce plein dure quelques secondes, quelques moments, et l’homme retourne dans la tristesse pour recommencer encore demain pour quelques moments et retourner ainsi à la tristesse". 

 

…"L'esprit est fondamental et nécessaire chez l'homme, c'est sa science, c’est sa conscience, c’est sa réalité, c’est son identité".  

 

Télécharger
FP021 L'espace vital.pdf
Document Adobe Acrobat 106.2 KB

Écrire commentaire

Commentaires: 26
  • #1

    Edwige (dimanche, 24 février 2019 09:17)

    Se sentir divisé est également "le chemin d'évolution", rompre avec cette division et la mémoire qui lui est associée signifie éradiquer les attachements astro-affectico-émotifs devenus anti-évolutifs. Sauf à regarder les choses "autrement" c'est-a-dire considérer toutes divisions et relations humaines comme outils de travail pour l'ego en évolution.

  • #2

    Edwige (lundi, 25 février 2019 09:05)

    Entre l'ego qui revendique son importance et le double sa légitimité à s'incarner la division de notre personne c'est l'énergie de l'esprit qui en fait son affaire… Les multiples tests et oppositions mettent en lumière nos capacités à endurer la volonté de l'ego et à supporter l'intelligence de l'esprit… La conscientisation et l'auto-observation nous aide à maîtriser les vertiges du grand huit des montagnes russe dans notre corps émotionnel. La lumière de l'énergie de l'esprit ne peut faire autrement que buriner l'ego dans ses failles les plus spiritualisées. La solitude que l'on ressent est prégnante et proportionnelle à notre individualisation qui prend sa place. Cette nouvelle autorité intérieure/extérieure est une clef majeure pour ancrer dans les semelles en marbre de nos souliers une centricité de plomb. Nous pouvons enfin dire "NON" et "STOP" au nom du respect que nous devons à nous-même ainsi qu'à l'autre, il n'y a pas d'issu pour d'autre alternative, aucune marche arrière n'est possible… On regarde son chemin et on sait que le sommet et là, bras tendu au bout des doigts.

  • #3

    Josianne (mardi, 26 février 2019 08:33)

    Le "hasard" m'a conduite ici je découvre une autre façon d'aborder les dilemmes et inconforts dans ma vie. Je comprends maintenant les raisons occultes de mes souffrances alors que je croyais tout posséder pour être heureuse et que ce n'est pas le cas. Merci pour votre beau site, si simple et si riche à la fois d'un véritable et inédit matériel d'évolution pour nous en France.

  • #4

    Edwige (mardi, 26 février 2019 08:49)

    Bonjour Josianne, il vient le temps pour tous de "débarquer" un jour ou l'autre sur sa propre planète, le hasard n'y étant pour rien, ce débarquement étant programmé en chacun de nous. Cette nouvelle planète est jonchée de défis personnel car, à par nous, il n'y a personne d'autre sur cet îlot de solitude... J'entend par là que "les autres" deviennent nos outils de travail à l'insu de notre plein gré... A nous de considérer tout ce qui nous arrive sur ce chemin avec un regard nouveau, des lâchers prises importants, des ouvertures de conscience "réelles" sans dichotomies paroles/actions et des basculements de croyances erronées. Bienvenue ici quand vous serez prête à l'échange car "on peut pas être intelligent tout seul"...

  • #5

    Edwige (mardi, 26 février 2019 10:02)

    Intuition et discernement sont les deux mamelles d'une conscience au-delà du mental inférieur. Sans ces deux attributs on ne peut sortir des pièges incessants du service de la mémoire, tendus pour les besoins évolutifs, qu'ils viennent des plans cosmiques ou de l'esprit qui nous teste. La mutation n'est pas seulement psychique elle est concomitante au corps physique qui, sous bien des aspects, souffre également en même temps qu'on le délaisse ou qu'on croit s'en occuper au mieux… La sensibilité à fleur de peau accroit notre intuition et notre discernement pour nous montrer les dichotomies paroles/actes et les fourvoiements dans lesquels nous tombons régulièrement. Les mensonges en nous-même, entretenus pour notre survivance, nous deviennent intolérables lorsqu'ils sont dévoilés par l'esprit... Auparavant nous nous cramponnions à nos béquilles spiri-tue-elles (aspire à la tuer) et parfois à des egos bien surdimensionnés façonnant talentueusement nos polarités beau/laid, bien/mal… On ne peut se jeter la pierre pour s'en être remis naïvement aux satisfactions des petits besoins de l'époque et aux besoins encore plus grands de l'esprit et de notre double en construction… Ceci arrive à terme pour nous faire chavirer, comme un bateau dans la tourmente, parce que seul un choc brutal peut nous sortir du sommeil et de l'inertie". L'être humain n'en reste pas moins une marionnette expérimentale qui tend à la perfection dans la fusion de l'énergie de ses expériences, emmagasinées dans le sac mémoriel de l'âme, et de l'énergie de son esprit pour l'incarnation du double de son ego qui aura lui-même fusionné avec ses trois cerveaux et son cerveau éthérique pour devenir lumineux et exempt de mémoire. Pour en arriver là il en faudra des éons de siècles mais à ce stade ce double personnalisé cherchera encore plus d'évolution car il semblerait qu'il n'y a pas de fin aux cycles en mutations perpétuelles … Conclusion conscientisons chaque instant présent sans se soucier de demain...

  • #6

    Josée (mercredi, 27 février 2019 04:10)

    Le double ou ajusteur de pensée fignole inlassablement une épreuve après l'autre, soit surrur un plan soit sur un autre. Il en ressort de la conscience. Au début, cette conscience est ténue, et l'inconscience que regarde cette conscience est presqu'intacte encore. Plus ça va plus on a une grande conscience pour regarder une petite inconscience. Le processus suit donc une pente exponentielle. La courbe n'est pas régulière, ne serait-ce que parce que l'écran mental persiste à interpréter les choses et à substituer sa perception à la réalité du processus. Par exemple on croit ne pas avancer quand on avance, et vice versa.

  • #7

    Edwige (vendredi, 01 mars 2019 11:38)

    L'ajusteur de pensée, notre ego lumineux (double sans mémoire) utilise l'énergie de l'esprit pour conscientiser notre ego matériel en apprentissage sur cette planète. Cet ego vit des expériences qui façonnent ses différentes personnalités pour un jour, délesté de ses mémoires, se matérialise dans la totalité énergétique de ces expériences. Ce processus est ascendant, jamais linéaire, plutôt en dents de scie... Il permet au taux vibratoire du corps matériel d'être ajusté aux futures conditions existentielles du double. Croire ne pas avancer quand on avance et vice versa est encore une polarisation subjective enfouie dans le sac mémoriel, une fois "ferré" dans le processus fusionnel on avance obligatoirement à l'insu de notre plein gré...

  • #8

    Josée (dimanche, 03 mars 2019 03:12)

    Et vu qu'on a les outils, on ne craint plus la vie comme avant.

  • #9

    josée la haye (mardi, 05 mars 2019 15:10)

    tant qu'on ôte pas toute importance aux insupportables divisions psychologiques, on vit l'insupportable ascenseur émotionnel. la sensibilité est l'outil de haute perceptivité, le microscope de l'ampleur de l'erreur astrale. plus on est par elle empêché de s'entourer de mécanismes-tampon, plus on mise sur le seul cheval : la très drastique désastralisation de ce qui se passe dans la tête. ce qui se passe dans la tête est ce que dans la mythologie spirituelle on appelait la tentation de satan. en fait il s'agit de la provocation divine. comme l'entraîneur cherchant à améliorer les réflexes de son client, le vaste appareil sidéral derrière ce chapelet de tests cherche à réveiller dans l'homme toute la créativité de son intelligence. celle-ci est endormie pour des raisons de développement des corps de l'homme mais pour chacun de nous il y a une heure où ces jeux sont démasqués et déjoués par la très drastique désastralisation de ce qui se passe dans la tête.

  • #10

    Edwige (mercredi, 06 mars 2019 08:26)

    Minimiser l'importance des inconfortables divisions psychologiques et du yoyo de l'ascenseur émotionnel reviendrait à nier la lumière de l'énergie de l'esprit qui travaille à ajuster nos corps subtils. Plus facile à dire qu'à vivre... mais vivre dans "l'instant présent" nous oblige à objectiver l'évènement dans son contexte. En fait on comprend le test après coup mais c'est trop tard il aurait fallu le comprendre "sur le coup"… Et de test en test ce que nous devons "mémoriser" c'est comprendre (désastraliser) sur le champs ce qui se passe au lieu de laisser notre subjectivité supputer tout et n'importe quoi…

  • #11

    josée (mercredi, 06 mars 2019 22:42)

    À mesure qu'on acquiert de la clarté d'esprit, la désastralisation résiduelle ne peut que devenir de plus en plus naturelle. Un beau matin, il ne reste dans la matière multidimensionnelle de l’homme presque plus d'inconscience émotivo-mémorielle à déloger. Simultanément, dans l’éther de l’homme, il ne reste presque plus d’étape de construction à assumer. Tout va alors très vite. La conscience est devenue l'outil de la grande connectivité. On est rendu connecté aux circuits universels et à la mémoire universelle. À l’aide de cette nouvelle mémoire, la mentation devient parfaitement consciente parce que la réaction de se désastraliser est intégralement mémorisée.
    Comme la programmation karmique vécue auparavant, comme la programmation de l'initiation solaire vécue actuellement, le savoir, ou mémoire universelle, se présentera sous la forme d'une programmation. Au niveau du sentiment de liberté par contre, cette programmation future diffèrera des autres à un point inimaginable.
    L’homme se sentira libre dans sa programmation. Pourquoi. Parce qu’en se connectant à de la mémoire universelle, l'homme deviendra un familier de l’intelligence, de la volonté et de l’amour. En honorant de façon identique les trois piliers de l’univers, il sera installé dans sa centricité. Une telle position mentale fera de sa mentation une canalisation fixée sur son centre de gravité, son centre de puissance, son centre d’autorité. Quelle liberté ne sentira-t-il pas à l’intérieur de sa programmation.
    Intelligence
    En partant, parce qu’elle sera centrée, la mentation de l'homme résonnera intégralement avec sa programmation. Il vivra ce qu’il devra vivre mais il en profitera un peu comme on profite de la nature actuellement, dans la résonnance. Sa programmation sera ainsi extraordinairement simple à embrasser mentalement. Il profitera ‘’à pleins poumons’’ de son intelligence qui será l’oxygène de son nouveau corps. Intégralité mentale, zéro lacune de compréhension, intégrité mentale toute en cohérence interne et avec les circuits du savoir. Son intelligence de ce qu’il vivra par programmation sera sans limites. Qui dit mieux. Surtout qu’en même temps, il jouira de la sensation que son intelligence est parfaitement individuée.
    Volonté
    De plus, parce qu’elle sera focalisée avec le beau milieu de l'homme, la mentation de cette programmation correspondra à ses besoins individués de dépense énergétique. La programmation de l’homme deviendra jouissive en termes de facilité. L'homme ne se sentira plus dans aucun assujettissement spirituel. Il sera un avec la source de sa nouvelle mémoire et de sa nouvelle programmation. L'homme se comprendra lui-même intégralement et voudra et saura puiser de l’énergie. Programmation et volonté coïncideront plus qu’il ne m’est possible de l’imaginer.
    Amour
    Enfin, à travers cette programmation, l'homme se sentira capable de se mettre en équilibre avec l’univers encoré et encore. Il sera en amour avec toutes les formes de la création, aussi hideuses qu’elles puissent se présenter. En tête à tête avec l’astral, il aura le réflexe de se désastraliser et de puiser dans l’amour universel. C’est parce que l'homme sera devenu capable de se ressentir avec acuité et donc de se respecter sans ambiguïté aucun, qu’il pourra relever les défis surhumains amenés par sa programmation autant sur le plan de la civilisation que sur celui des mondes parasitaires. Car il vivra sa programmation dans le cadre de l'accomplissement de missions auprès de la planète et de l'humanité. L'intégration de sa mémoire karmique orientera sa sphère d'action. Sa programmation combinera, étape par étape, l'intégration de sa mémoire karmique avec les forces en présence au fil du temps.
    En somme, l'homme fusionné avec la source unique de l’univers, vivra sa programmation sous la forme d'un apprentissage amoureux, volontaire et intelligent des lois universelles du mental et de la matière.



  • #12

    Josée (jeudi, 07 mars 2019 15:03)

    Le bien et le mal, ça ça va être une manipulation à démasquer. Comment veux-tu croire au bien et au mal quand tu veux régler des problèmes parasitaires sur les autres plans. L'engeance des shères spirituelles n'a pas fini de nous mener en bateau pour que notre spiritualité les gardent à flot.

  • #13

    Edwige (samedi, 09 mars 2019 16:01)

    Si l'homme est totalement fusionné avec la source unique de l’univers, il n'aura plus de programmation mais que des apprentissages de l'utilisation de la matière grâce à la matérialisation de sa pensée. A ce stade il y aura encore de la polarité selon le contenu de ses différentes personnalités contre celles des divers autres doubles fusionnés… a cause en effet des problèmes parasitaires sur les autres plans qui n'auront pas disparu d'un seul coup….

  • #14

    josée (mardi, 12 mars 2019 01:29)

    quand on n'aura plus l'engeance spirituelle sur le dos, les problèmes parasitaires sur les autres plans n'auront pas disparu pour autant d'un seul coup, no way joselito !
    aucun parasitisme ne disparaîtra sans que ce ne soit par le fil du puissant glaive de l'homme du futur, ce dernier des derniers devenu le premier. rêvons

  • #15

    Edwige (mardi, 12 mars 2019 12:07)

    Il semblerait que nous sommes incapables de regarder l'atome avec le microscope et de s'intéresser en m^me temps à l'astral avec l'esprit... Nous ne nous sommes jamais "su" comme un être "multidimensionnel" pour d'abord nous voir comme être "unidimensionnel" afin de développer la science et nous concentrer sur la matière... demain nous irons plus loin c'est notre lot évolutif et c'est en devenir...

  • #16

    josée (jeudi, 14 mars 2019 01:38)

    les inventions scientifiques sont distillés par des forces spirituelles d'origines diverses. tout ça c'est nécessaire à la complétion du tableau artificiel qu'est l'involution où les âmes ont pu et su engranger une richesse expérimentale époustouflante mais si, on la compare au plan mental ascensionnel, la richesse expérimentale de l'involution avec son progrès scientifique, c'est niveau petit budget. (surtout que le budget sortait de notre poche !)

  • #17

    josée la haye (samedi, 16 mars 2019 21:10)

    je regarde le titre de l'article et je regarde plus particulierement la 1re partie :"division psychologique". il y en a deux sortes. la sorte où on est rendu dessus à cause de l'événementiel et la sorte où on n'est pas rendu dessus mais où on a la division psychologique en question comme composante de notre pensée. c'est là où on voit l'importance de l'événementiel. quand de l'événementiel est là, toutes nos dimensions se pointent sur appel et qu'est-ce qui reste de la division psycholigique ? elle s'est dissoute dans le vent du feu de l'événementiel. si les poumons ont saigné c'est qu'ils n'avaient pas le choix. la sensibilité est responsable de ce qu'on fasse face et qu'on optimise la gestion de l'événementiel. les divisions sont les grands perdants et sans regret de notre part bien sûr. que de savoir les remplace !

  • #18

    josée (dimanche, 17 mars 2019 17:39)

    ce qui est décrit au no 17, c'est un moment de corrida où l'homme prend le taureau par les cornes, ce n'est pas inclusif des autres approches qui sont possibles pour l'homme et qui sont aussi bonnes. le jeu entre le double et l'ego est interactif et il y a autant d'approches que de tests. s'en tenir à une approche c'est suspendre les progrès de l'interaction. au début de la conscience, on s'accroche à de la théorie et parce qu'on découvre la richesse du mental, on croit encore plus en l'efficacité de la théorie. c'est encore une fois la sensibilité qui va amener l'homme a mettre la hache là-dedans, quand il n'aura plus autant de marge de manoeuvre à errer intellectuellement entre ses théories et qu'il apprendra à délaisser cette mémoire là aussi... tout est graduel dans le processus de la fusion avec son double.

  • #19

    Edwige (lundi, 18 mars 2019 08:55)

    Dans la période involutive de l'humanité les âmes, conçues pour vivre par procuration de la source des sources, ont emmagasiné de l'expérience dépolluées de toutes polarités pour, in fine, stocker l'énergie colossale de chacune de ces expériences. Les progrès scientifiques ont participé à la richesse expérimentale de l'âme dans la matière, ils participaient également aux progrès du plan de conscience qui, en arrière-plan, se développait de façon exponentielle dans l'ego en évolution.
    Dans le processus de la fusion avec son double, qui ne peut être que progressif à cause de des corps physiques et subtils qui succomberaient à une entrée brutale de sa lumière, les divisions sont inéluctables. Elles nous divisent par le choc frontal des pensées rarement objectives et de nos corps subtils notamment le corps émotionnel. Les évènements, déguisés en tests de l'esprit pour l'ego, nous ont obligé à déployer toute la puissance de son intelligence et de sa volonté, ce que tu appelles "corrida"… on peut y voir aussi un jeu d'échec gigantesque entre le double et l'ego, ou une partie de poker ou tout autre jeu "qui perd gagne"…
    On entre en "conscience" d'abord par l'expérience, puis par la vibration intégrale de cette expérience, ensuite par l'énergie de cette expérience intégrée qui nous entraine inéluctablement vers la théorisation, nos 3 cerveaux (rationnel, intuitif, émotionnel) ont besoin de fonctionner ensemble car l'ego en évoluant ne veux plus gober tout cru et spirituellement ce qui vient de l'extérieur… Sa sensibilité va le conduire au discernement pour mettre la hache dans tout ce qui ne résonne plus, ni ne vibre plus en lui… il aura enfin nettoyé sa mémoire…

  • #20

    josée (dimanche, 24 mars 2019 02:22)

    Ah si on avait un visuel de ce qui résonne encore d'illusions fermes en nous. C'est là à noua agiter comme des marionettes et on n´a pas cette lecture, pas encore, parce que seuls les prochains chapitres de notre processus de fusion pourront ébranler ce qui va sortir prochainement de la boite de pandore, bouts de ressorts rouillés qui furent nos ressorts. on a de moins en moins de ressorts dansns le robot, comme si la main dans la mationnette perdait sa consistance qui était tenue par notre foi en elle.
    je suis optimiste comme tu vois. je suis également effrayée par l´avenir qui nous fera regarder satan dans les yeux mais je suis surtout hyperconfiante dans mon processus de fusion.je remarque qu´une différence entre nous est que tu détestes parfois ton double alors que ma relation de fond avec mon double est béate d´admiration. je l´adore. mais je suis sur mes gardes car j´en connais qui en adorant leur copain le double ont versé dans une naiveté spirituelle très enveloppante qui les a avalés comme du sable mouvant

  • #21

    Edwige (dimanche, 24 mars 2019 09:01)

    Intéressante ta remarque sur nos différences relationnelle face au double dans ce processus… Peut-ton et/ou doit-on aimer ou détester son double ? A vrai dire tu me prête (ou tu projettes) des attentions ou des sentiments pour mon double qui n'ont jamais attiré mon attention… ou que je ne veux pas voir ???
    Contrairement à toi ma relation de fond n'est ni béate d'admiration, ni empreinte d'adoration ou sentiments divers car justement l'aspect spirituel qui se dégage est révulsant pour mes sens. Tout au plus il m'arrive de lui sourire ou faire une grimace en réponse d'un signe que je "crois" percevoir de lui… Mais jamais sans la méfiance de me faire tromper par des illusions ou des mirages dans les sables de ce désertique chemin d'évolution… Pour ma part ce serait plutôt dans les précipices des montagnes…
    Se sentir "habitée" parfois serait un mot plus adapté à un ressenti, comme quand j'étais enceinte… La fusion ou "dé-fusion" lors de l'accouchement du double serait la "délivrance" de ce double… un sujet à exploiter merci José de l'avoir mis sur la table!

  • #22

    josé (dimanche, 24 mars 2019 23:12)

    je me suis pourtant toujours méfié d'un développement de relation au double. mais j'ai raté mon coup ; j;en ai une, de relation, une image de relation. pour clarifier ce que je veux dire par adoration, je me sens comme le boxeur en amour avec son vieil entraîneur encore en forme et pas peureux de me péter la fiole pour m'aguerrir. il me péte la fiole mais je le trouve génial de créativité et il a droit à tout mon argent. je ne peux pas imaginer trouver meilleur que lui et ce que j'apprends avec lui.
    j'ai aussi une autre image que je déterre un peu du cimetière des idées mortes depuis quelque temps. c'est l'idée que la relation homme double est une symbiose, c'est à dire une association pour l'éternité. le lichen est une plante qui est une association. il est composé de deux plantes ; d'une algue microscopique et d'un champignon microscopique. cette plante était commune autour de chez moi dans les années 80 quand j'écoutais bernard au début et qu'il disait alors "le double, c'est l'homme", et elle symbolisait pour moi la symbiose qu'est l'homme. l'àme planétaire a toujours pu vivre gräce à son rayon cosmique, il y a association. de plus j'aiamsi le lichen pour son âge. il parait que ce fut le premier être multicellulaie qui a colonisé le sol terrestre.

  • #23

    Josée (jeudi, 28 mars 2019 03:04)

    Finie la solitude avec ce double qui nous "habite" comme tu dis, c'est ce qui s'annonce. En attendant, de mon côté c'est moitié ça et moitié autre chose fait de régressions, vidangeages, etc. Je vis surtout une dépossession de moi-même qui me dédouble en un moi lucide et un moi en régression. C'est plus instructif que régressif. C'est lié au retour sur pied de ma mère après 2 mois d'agonie catatonique qui me terrorisait un peu quelque part. Et vu qu'il faut tout crier, répéter et préciser, ya pas moyen de me leurrer sur la moindre de mes attitudes. Des fois je me demande où est l'amour là dedans quand je vois à quel point tout le monde est le cobaye de tout le monde. Je m'active psychiquement plus qu'avant mais ce point n'a pas changé.

  • #24

    Edwige (jeudi, 28 mars 2019 09:07)

    Je pencherai pour un double en tant qu'émanation d'un Alter ego inséparable de son ego mal dégrossi, un double coadjuteur dans son gouvernement interne, un fondé de pouvoir dans l'attente d'un partenaire "parfait", éligible à la fusion et à l'incarnation d'un double devenu lumineux…
    Aimer sa solitude tout en se sachant habité, vous fait sentir l'urgence de comprendre que l'Amour ne peut s'exprimer que dans le respect de soi et de l'autre. Nos conditionnements affectifs-émotionnels nous ont lourdement trompés sur la signification du mot AMOUR et a cet amour-là je ferme la porte, il est trop chargé de désamour…

  • #25

    Josée (samedi, 30 mars 2019 02:42)

    S'aimer assez -ou plutôt comme tu dis, se respecter assez- pour ne pas se désolidariser de soi dans son besoin de ne plus aider l'autre, ah c'est bon de se payer ça.
    Que veut dire coadjuteur?
    Sans le double, pas d'homme. Le double sert à amener l'homme jusqu'au processus de démagnétisation de la mémoire, puis, à travailler avec lui pour le faire ouvrir sa connexion très privilégiée avec la source, latente dans le noyau de sa mémoire et pour ainsi dialoguer entre rayons, intensifier l'échange et s'unir comme deux frères étrangers. Voilà ce vers quoi je penche ce soir. On verra ce qu'on aura à dire demain.

  • #26

    Edwige (mercredi, 03 avril 2019 01:55)

    Se respecter assez pour ne plus culpabiliser dans son besoin de ne plus vouloir aider l'autre, oui c'est excellent et nouveau de pouvoir se payer ça!!!…

    Le coadjuteur c'est l'adjoint, le suppléant de l'ego qui accompagne incognito le double dans le processus de désastralisation de la mémoire et sa fusion avec l'énergie de l'esprit