La violence psychologique et vampirique du "supra-ego" inconscient ou "supra-conscient"

Edwige


AVANT-PROPOS

 "Être sur le chemin de l’évolution c’est mener une étude" BdM PE-028

Ces FOCUS sont des espaces réservés aux échanges d'idées pour faire évoluer l'instruction Supra-Mentale de façon créative, collaborative et générative. Prière de ne pas déformer, ni plagier, les transcriptions originales de l'œuvre de Bernard de Montréal proposées pour étude, dont la seule référence est l'audio qui l'accompagne. Un résumé personnel, des citations et/ou des liens sont admis pour initier ces échanges. Vous pouvez proposer un thème, un sujet qui sera mis en ligne après vérification. Aucune inscription ni abonnement n'est requis, l'anonymat est garanti.

** Polémiques stériles et énergivores, non-respect de la parole de l'autre, critiques malveillantes, tribune spirituelle pour ego surdimensionné… iront directement dans la corbeille.


Télécharger
015 - La violence psychologique.pdf
Document Adobe Acrobat 282.5 KB
Télécharger
32b - Vampirisme de l'inconscient.pdf
Document Adobe Acrobat 184.0 KB


BDM/DM: 015 La violence psychologique

DM : …. il y a un aspect quand même dans le fait de la violence psychologique, en particulier, qui fait que certaines personnes ont des violences dirigées, très subtiles, très fielleuses et mielleuses, et est-ce que vous pouvez considérer ça comme créatif, puisque finalement c'est une violence contenue dans un sens ? 

BdM : … La violence ne peut pas se déguiser, autrement dit, une violence qui se déguise, devient un viol, je vous donne un exemple: la grosse hypocrisie nationalisée, institutionnalisée, ces gens-là sont capables d’êtres violents mais avec une telle finesse, ils vont te passer à la petite cuillère, tu ne le sentiras même pas mais ils vont te détruire, alors, cette violence-là, ça devient du viol, c’est violer l’autre en l'approchant avec des méthodes tellement, tellement raffinées, tellement institutionnalisées, tellement subtiles, que ça devient éventuellement presque une forme d’hypocrisie, donc l’hypocrisie, c'est de la violence déguisée, donc l’hypocrisie, c’est du viol, ….la violence, ça se mesure, la violence, ça se perçoit ; si la violence, elle ne se mesure plus, là, c’est dangereux ! …. une personne qui aurait tendance à faire de la violence mais avec des guerres réellement veloutées serait une personne très dangereuse, parce que tu ne sais plus ce qui s’en vient. Toi, si tu es violent avec ma personne, puis c’est réellement velouté, puis caché, je ne peux pas savoir où j'en suis, je crois savoir à cause de ma voyance, mais je ne suis pas dans une situation normale, puis ça, c’est dangereux, tu tombes à ce moment-là dans la manipulation. 

 

DM : Il y a beaucoup de gens qui font de la manipulation psychologique !

BdM : C’est ça ! 

 

DM : Puis qui détruisent un individu au bout de cinq, six ans ! On voit ça dans des situations de couple… 

BdM : C’est ça, on voit ça souvent dans les couples, on voit ça en affaires…  c’est de la violence voilée, dangereuse ! Violer, c’est attaquer quelqu’un dans des conditions qu’il ne peut pas lui-même maîtriser… Il n’y a pas de dialogue… Si tu pousses très très loin, si tu pousses la violence réellement très loin, ça se fait quasiment par osmose… Narguer, ça fait partie de la violence…

 


BDM: C. 32b l'Ego vampirique

(vampirisme de l'inconscient)

Comprendre le vampirisme vibratoirement est une des conditions de base de l’évolution de l’intelligence supramentale. Car si on ne le comprend pas, nous demeurons esclave de nos émotions, car c’est par l’émotivité que se manifeste ce phénomène purement humain.

 

L’ego vampirique est un être qui se pare de toutes sortes de sentiments afin de mieux se nourrir de la vie des autres. Quelque que soit son niveau d’intelligence, l’ego vampirique se voudra plus intelligent que les autres, afin de donner raison à son vampirisme qu’il ne réalise pas. Le vampirisme est issu d’une vieille mémoire qui n’est pas encore éteinte en lui, et qui lui fait sentir vibratoirement son souvenir.

 

Même les cultures vampirisent leurs citoyens, au nom de la taxe, au nom du patriotisme, au nom de certains idéaux qui doivent-êtres maintenus, sinon la culture, la société s’écroulent. 

 

Si le vampirisme sur toutes ses formes disparaissait de la surface de la terre, la société telle que nous la connaissons serait abolie car elle n’aurait plus la force du vampirisme pour lui donner sa cohésion.

 


Viol psychique VS Vampirisme Astral

par manipulation active Edwige

- intrusion plus ou moins violente et consciente dans les pensées, les sentiments et les émotions de l’autre afin de les contrôler ou de les remplacer par son propre système de pensée, sentiments, émotions.

- Prive l’autre de son libre arbitre par un lavage de cerveau, perte des références personnelles.

- Actes conscientisés, réfléchis, pensés sous forme de stratégies conscientes, verbales et comportementales dont la finalité est la mise sous tutelle de l’autre personne.

- Dévalorisation systématique de l’autre sur tous les plans, sur toutes ses représentations et identités (mère, épouse, mari, père, fonctions professionnelles, rôles, capacités, dons, qualités)

- Attaque toutes les identités de la victime, la rendre sans valeur, la mettre sous dépendance des valeurs élaborées par le manipulateur.

- Fait de l’autre un modèle réduit sans valeur et ainsi manipulable.

- Infantilisation, rend l’autre infantile, l’infantiliser systématiquement, entretenir une relation ‘’ parent responsable/enfant immature ’’ avec le partenaire.

- Dénigrement, proche de l’effet dévalorisant : le dénigrement a pour but de faire douter la victime de tout ce qu’elle pense, dit ou fait, afin de préparer le terrain pour introduire les valeurs et références du manipulateur dans l’esprit de la victime.

- Déforme le langage du partenaire, donne de fausses interprétations, ment, travesti le sens de la pensée de l’autre.

- Humiliation, à la fois publique et privée, mise en dérision de l’autre dans tous ses aspects, ses tentatives, ses actes, ses initiatives. L’humiliation agit comme une castration des capacités de la victime.

- Usage du sarcasme.

- Terreur relationnelle, met l’autre sous emprise par la peur et la terreur, en imposant par la force (physique ou verbale) son modèle personnel.

- L’intimidation sera utilisée pour fragiliser les tentatives de rébellion, de prise d’autonomie et pour garder l’autre sous tutelle.

- Fait peur, en se mettant en danger ou en mettant l’autre en danger.

- Joue avec la vie de l’autre et sa propre vie. Flirte avec la mort.

- Isole, plonge l’autre dans un vide relationnel, fait le vide relationnel autour de lui, l’oblige à rompre ses liens familiaux, professionnels (désinsertion sociale) ou amicaux afin d’exercer un contrôle absolu sur lui.

- Procédure d’exclusivité, actes par lesquels il met sa proie en devoir de se rendre exclusivement disponible et centrée sur lui. Conjointe à l’isolement cette stratégie referme le spectre relationnel sur le manipulateur qui prend ainsi un réel pouvoir de contrôle sur l’autre.

- Jalousie pathologique, plonge la victime dans une culpabilité permanente face aux regards qu’elle pourrait porter sur d’autres personnes.

- Créer les éléments d’une paranoïa familiale ou conjugale.

- Place l’autre dans un chantage affectif permanent.

- Instruit la ‘’ jalousie ‘’ comme preuve d’amour exclusif ! ‘’ je suis jaloux donc je t’aime ‘’…

- Le bâton et la carotte, joue alternativement avec la récompense et la punition.

- Le chantage affectif, jouer sur le besoin constant d’être aimé.

- Les références au passé, soi-disant heureux, qui maintien l’autre dans la mémoire des situations et des évènements du passé qui ont été source de conflit, ou d’échec pour la victime.

- Faire culpabiliser l’autre sur ses erreurs passées afin de maintenir la charge accablante.

- Harcèlement, maintien l’autre sous pression constante, ne le lâche pas, le suit pas à pas dans tout ce qu’il dit ou fait, le surveille, lui fait sentir le poids de cette surveillance, l’oblige à rendre des comptes afin de rassurer le manipulateur.

- Fait passer cette surveillance comme de la bienveillance et de l’attention portée à l’autre : « je fais cela pour ton bien, c’est parce que je pense à toi, c’est ma façon de t’aimer »

- Prison matérielle, maintenir le partenaire dans une certaine précarité matérielle est aussi une façon de la maintenir sous contrôle.

- Agite le spectre de la précarité comme menace à la rébellion ou aux revendications en est une autre.

- En sens inverse, enferme le partenaire dans une grande aisance matérielle en sachant que cela a pour effet de le rendre docile, est aussi une procédure de manipulation.

- Joue la reconquête (stratégie de manipulation par la séduction)

- Se met momentanément en position de vulnérabilité, de faiblesse, avouer ses faiblesses, ses peurs.

- Fascine l’autre par une auto analyse réaliste sur soi. Lui laisse croire que tout est toujours possible mais que ça dépend de la victime.

- Recherche d’alliances, le manipulateur essaye de rallier à lui des personnes acquises à sa cause et à ses convictions afin de braquer les projecteurs culpabilisants sur la victime et valider sa propre position. C’est une recherche ‘’d’officialisation’’ de sa position forçant la victime à accréditer le regard négatif du dominant sur elle.

- En dernier recours violences physiques, user de la force de la menace pour mettre l’autre sous emprise. Ici se retrouvent les actes de violences sexuelles imposés sous le timbre du devoir conjugal et qui donne plein droit à l’agresseur dans sa demande.      


La perversion de l’intellect chez l’ego narcissique 

Sandra Vimont 

"Un tel ego a toujours besoin de se sentir comme étant un conquéreur ou un vainqueur face à l’autre, peu importe la situation ou la discussion. Même si sa victoire et sa grandeur sont illusoires, il se défend intérieurement d’agir comme il le fait en se disant que c’est l’autre qui a un problème et qu’il est généreux de prendre du temps pour l’aider. 

 

La perversion de l’intellect chez l’ego narcissique est souvent subtile et perçante ; son énergie blesse pernicieusement et dérange. Ce manipulateur interprète ce que l’autre dit en fonction de son registre étroit d’esprit et déforme les échanges pour les mettre à son avantage. Si on le blâme ou le réprimande, il joue à la victime ou au romantique pour éviter de se compromettre et se retrouver dans un cul-de-sac psychologique face à lui-même. Il fait tout pour protéger ses convictions ; cela le sécurise et lui permet de continuer à vivre dans le repli narcissique de son ego. Il se convainc que ce qu’il fait est bon pour l’autre, même si la personne devant lui est complètement délavée par ses dérives égoïstes. Il manœuvre sournoisement et joue avec les mots jusqu’à clouer le bec de son opposant fictif et sa victime, qui devient épuisée de faire face à tant d’intellectualisations perverses. Il fera tout ce qu’il peut pour avoir l’impression de ne pas perdre laface et pour maintenir son illusion qu’il est grand dans la vie. " 


Écrire commentaire

Commentaires: 7
  • #1

    Edwige (lundi, 11 mars 2019 14:31)

    Au vu de très nombreuses victimes il est peut-être temps de proposer d’autres pistes de réflexions sur ce phénomènes très occulte pour aller voir au-delà des formes décrites un peu partout sur le net, ça demande un éveil de conscience, notre société est-elle prête?

    L’entrée dans une conscience au-delà du mental nous fait voir les manoeuvres opératoires des plans subtils pour nous siphonner et se gaver de notre énergie directement ou par l’intermédiaire de personnes qui ont la vibration pour violenter autrui. Ceci n'a rien à voir avec le QI, l'intellect ou le niveau d'évolution des érudits quel que soit leur domaine...

    Il est temps de comprendre, par une nouvelle approche, ces mécanismes morbides et d’une violence psychique inouï à l’insu de tous … Les personnes se sentant concernées et en évolution de conscience s'aideront elles-même à mieux se protéger des plans et de leurs relations toxiques, à sortir des dominations tous azimuts, véritables frein à l’évolution, en conscientisant ce qui se joue dans une relation frelatée, au goût amer avec une personne emprisonnée dans sa propre astralité... Nos psychologues, psychiatres, juristes, avocats et autres acteurs sociaux actuels sont tous en échec et mat sur le sujet...

  • #2

    Edwige (mardi, 12 mars 2019 17:17)

    BDM: lorsque la psychologie évoluera, la conscience humaine évoluera ; les hommes comprendront qu'est-ce qui se passe derrière les arcanes de cette conscience involutive, que la philosophie, que la psychologie , que les sciences , les matières techniques , les religions , dans le passé, n'ont jamais pu, n'ont jamais été capables de réellement capter. Cette dichotomie existe parce que nous avons développé le mental inférieur, nous avons développé la technique mécanique de la pensée. ( 018 - Percevoir l’invisible)

  • #3

    josee (vendredi, 17 mai 2019 00:24)

    chaque rencontre avec quelqu'un, voire chaque exposition à l'existence de quelqu'un, est un tremplin. le hasard n'existe pas et notre double, dans son domaine d'activités, qui est la gestion de notre programmation, est omnipuissant et capable de créer chacune de ces rencontres, fréquentations ou simples expositions à l'existence d'un autre. chaque mise en contact, qu'elle soit directe ou indirecte, fulgurante ou quotidienne, etc. etc., a sa raison d'être. chaque contact contribue à ce que nous avancions dans la connaissance de nous-mêmes. certains sont des pièces de puzzle qui ne donnent fruit que plus tard mais ils contribuent è l'épiphanie, la révélation, la découverte de quelque chose sur nous-mêmes.il n'y a de sens à notre vie que dans ce progrès. vu ainsi, toutes les personnes qui ne sont pas nous sont instrumentalisées par notre double, notre moi supérieur et c'est en marquant la différence entre soi et autrui qu'on voit s'envoler en fumée toute attitude relationnelle.
    attitude relationnelle qu'on ne manque pas de regarder partir avec un merveilleux soupir de libération et un clin d"oeil au double qui à ce moment là n'est pas très loin.
    en fait, le double, à ce moment là, on s'est superposé par-dessus. c'est comme ca que se déjoue la souffrance subjective suscitée par autrui.

  • #4

    Edwige (samedi, 18 mai 2019 10:51)

    La synchronicité est une composante du temps terrestre qui fonctionne encore mieux qu'une horloge parlante… La puissance du double éthérique ne permet aucun retard du coucou qui sort de sa boite pour siffler l'heure de ceci ou cela…

    Pour se connaître soi-même il est bon d'avoir l'horloge dans sa tête et toujours savoir l'heure qu'il est… Ainsi on ne se laisse pas surprendre, sans arme de défense, alors qu'on avait baissé la garde contre l'instrumentalisation d'autrui pour soi (l'inverse est juste également).

    Les vieux réflexes mécaniques et réactifs se dissipent d'eux même laissant au corps émotionnel toute latitude pour utiliser son énergie de manière créative et non destructrice !

  • #5

    josee (samedi, 18 mai 2019 20:57)

    l'attitude est un mécanisme qui met l'homme sur ses gardes et l'empêche de voir en l'autre, ou plutôt dans son contact avec l'autre, un événement coïncidant avec ses besoins évolutifs. il est toujours question des besoins au niveau émotionnel même si le thème de la rencontre se situe sur le plan physique ou intellectuel. le problème de l'homme est uiquement émotionnel, les autres plans suivent les aléas émotionnels. le problème de l'homme est la suprasensibilité que subit son corps émotionnel tant et aussi longtemps que survit l'attitude. l'attitude mobilise ce corps dans une aliénation è un mécanisme au lieu de faire de ce corps la sentinelle de sa centricité. si l'ego laissait comme tu dis è ce corps toute sa latitude, la résultante serait automatiquement l'utilisation de son énergie de manière créative et non autodestructrice. tu avais écrit destructrice mais seul importe l'homme lui-même et la correction de son errance hors de son centre. la suprasensibilité de l'homme est facilement son ennemie et difficilement son amie et pourtant c'est un volte-face que l'ego conscient de lui-même est en mesure de faire. la sensibilité doit devenir une exaspération face è l'errance hors de son centre. la sensibilité doit s'harnacher à surveiller la centricité, à détecter l'attitude et à convoquer la puissance de la volonté afin d'opposer, au nom de la paix qui est au centre, un refus tranché de Tout ce qui est attitude décentrisante

  • #6

    Josee (dimanche, 19 mai 2019 12:58)

    - Quand tu souffres de ton attitude dans le feu de l'interaction, marque un pas dans l'échange, qui t'en sortira, avance hors de l'attitude ne serait-ce que d'un seul pas, brise l'inertie et laisse aller ton énergie.

    - Oui mais vers où ? Suivant quelle logique? Quelle valeur ou ligne de pensée?

    - la vérité n'existe pas. Seul compte le pas. Le pas crée, il est fusion, il est identité, quel que soit son air maladroit.

  • #7

    Edwige (dimanche, 19 mai 2019 13:18)

    J'ignore ce que signifie attitude, peut-être est-ce les comportements réflexes, le tempérament, le caractère, la personnalité?

    Souffrir de son caractère ou de son tempéramment dans son relationnel est encore de ces vieilles mémoires a éradiquer. Il n'y a pas de lieu, ni de logique ou de ligne de pensées dans lesquelles perdre de l'énergie psychique en réflexion, ça nourrit l'astral et non l'esprit.

    La seule identité réelle est notre egos nettoyé, lumineux, qui accouche de son double éthérique en voie de matérialisation.

    Considérant que tout est évolutif il arrive un temps où, au travers du discernement, on juge soi-même ce qui est bon ou non pour soi… On cesse progressivement d'être des marionnettes à la merci des manipulations en tous genres qu'on nous fait accepter au nom de la croyance en l'évolution…Les mécanismes de défense ont pour effet de se protéger, consciemment ou non, des intrusions et viol psychique que notre 'intuition" reconnait dans le plexus solaire.

    Ce niveau émotionnel est un bon thermomètre pour reconnaître ce qui est de l'intrusion et ce qui est de l'évolution hormis toutes considérations physico/intellectuelle/philosophique/psychologique.

    C'est réellement le corps émotionnel qui a son propre langage et qui comprend le courant alphabétique de l'intensité émotionnelle d'où qu'il vienne.

    Les humains sont en effet incarnés sur terre pour vivre essentiellement l'expérience émotionnelle de l'ego pour le compte de l'âme.

    L'ego réagit à une expérience, à un évènement quelconque par son corps émotionnel qui produit de l'énergie. Une grande part de cette énergie est siphonnées par les plans et les humains autour de lui. L'ego est sans cesse obligé de se recharger soit au détriment d'autrui qu'il vole, soit dans la nature qui la lui donne…

    L'âme stocke l'énergie des expériences qui serviront à la fusion lors du processus de la descente du double dans la matière.

    La suprasensibilité de l'homme en processus est une cause de déperdition d'énergie psychique car il se fait siphonner plus que les autres… C'est pourquoi il devient de plus en plus solitaire et indépendant pour rester de plus en plus centrique et dans sa totale créativité.

    La suprasensibilité est a double tranchant, elle ne permet pas de vivre au quotidien avec des personnes encore dans l'involution (exaspération) mais elle permet d'en comprendre tous les contours qui diminue le curseur d'intolérance.

    Je suis en accord parfait avec ta conclusion: "la sensibilité doit s'harnacher à surveiller la centricité, à détecter l'attitude et à convoquer la puissance de la volonté afin d'opposer, au nom de la paix qui est au centre, un refus tranché de Tout ce qui est attitude décentrisante"