Comprendre sans réflexion

 Edwige


AVANT-PROPOS

 "Être sur le chemin de l’évolution c’est mener une étude" BdM PE-028

Ces FOCUS sont des espaces réservés aux échanges d'idées pour faire évoluer l'instruction Supra-Mentale de façon créative, collaborative et générative. Prière de ne pas déformer, ni plagier, les transcriptions originales de l'œuvre de Bernard de Montréal proposées pour étude, dont la seule référence est l'audio qui l'accompagne. Un résumé personnel, des citations et/ou des liens sont admis pour initier ces échanges. Vous pouvez proposer un thème, un sujet qui sera mis en ligne après vérification. Aucune inscription ni abonnement n'est requis, l'anonymat est garanti.

** Polémiques stériles et énergivores, non-respect de la parole de l'autre, critiques malveillantes, tribune spirituelle pour ego surdimensionné… iront directement dans la corbeille.


Télécharger
090 - Comprendre sans réflexion.pdf
Document Adobe Acrobat 238.7 KB


Extraits pour étude

C’est à travers les crises que l’homme va évoluer, ce n’est pas à travers l’étude philosophique d’une instruction, il n’y a rien comme une crise pour faire voir clair, pas de crise tu vois rien. Tu vois rien parce que  la vie humaine sur la terre, à tous les niveaux, dans toutes les races, pour toutes les civilisations, pour tous les temps involutifs, est fondée sur les lois de la séduction...

 

La séduction:

- c’est la corrosion psychique de l’ego.

- c’est l’invitation au désastre.

- c’est l’abrogation de nos droits humains d’être conscient, lumière, sur le plan matériel. 

- c’est l’envoûtement de l’homme. 

- c’est la destruction de ses prérogatives. 

- c’est l’envoûtement psychique de son ego pour le bénéfice des entités astrales à tous les niveaux matériel et spirituel.

- c’est le côté velouté du mensonge cosmique.

- c’est l’élixir de l’inconscience.

ça agit à tous les niveaux, vous êtes connectés constamment dans la vie, à la séduction. Vous êtes séduits par la finance, vous êtes séduits par la sexualité, vous êtes séduits par le pouvoir, vous êtes séduits par les idées, vous êtes séduits par l’orgueil.

 

L’astral utilise les pensées pour convoquer l’homme à son impuissance, pour convoquer l’homme à la crainte, pour convoquer l’homme à la terreur, pour convoquer l’homme au doute, pour distancer l'homme de son identité, donc pour distancer l’homme techniquement de sa fusion, pour distancer l’homme de son contact avec sa source, et ainsi de suite,

 

La pensée humaine a un taux vibratoire, donc toute forme pensée a un taux de vibration qui est inférieur à celui de la communication avec les circuits universels. 

 

… quand l’homme est en communication télépathique avec des circuits universels, ce qu'on appelle la pensée, qui philosophiquement est un phénomène nouménal, et bien ce phénomène nouménal-là cesse d'exister parce que la pensée est différenciée, c'est-à-dire qu’elle n'appartient plus à l'ego, parce que ce n'est plus l’ego qui peut la construire. Tant que l’ego est capable de construire sa pensée, il la colore avec ses émotions. Quand la pensée ou la communication n'est plus formulée par l’ego, elle change de statut, au lieu de posséder ou d'avoir un statut planétaire, elle a un statut universel. 

 

… La force qui la régit, ne peut plus être déplacée de sa conscience, quand il est mis en vibration, les paramètres qui constituent sa conscience planétaire, sont mis de côté, et à ce moment-là cette énergie-là, cette pensée-là, cette information-là, cette vibration-là, quand elle est canalisée à travers l’être, elle devient chez lui une force de frappe, c’est-à-dire une énergie en déplacement, alors que la pensée ce n'est pas une énergie qui déplace, c'est une énergie qui se réfléchit sur elle-même mais qui met toujours en place les conditions de perception de l’ego. Tandis qu'un homme qui vit une pensée universelle ou une communication universelle, que ce soit sur le plan de la communication directe ou que ce soit sur le plan vibratoire, il est mis dans un mouvement, dans une dynamique de déplacement au niveau de sa conscience, donc il est obligé de facturer la forme que la pensée réfléchie naturellement, crée.

 

Pour que l’ego puisse supporter ça, il faut qu’il s’habitue, au cours de son évolution, à être pénétré par cette énergie-là, soit directement au niveau de ses centres ou soit directement ou indirectement à travers d'autres personnes qui l’ont cette vibration-là, et qui vont l’habituer, petit à petit, à pouvoir résonner au lieu de raisonner, résonner r-é, au lieu de raisonner r-a-i.

 

La différence fondamentale entre l'homme conscient puis l’homme inconscient c'est que l’homme vibratoire c'est un homme qui, au niveau de sa pensée résonne, mais il résonne par rapport à des paramètres qui ne sont pas connectés à ses émotions, mais qui font partie directement de sa Lumière qui, passant à travers sa conscience mentale, allume son âme, c'est-à-dire la force, en tant qu’entité incorporée, à se dissocier des aspects d’elle-même qui constituent, dans la totalité de son expérience, des mécanismes, ou qui créent dans la totalité de son expérience des mécanismes de sécurité fictive.

 

Tandis que l'homme conscient lui, il va résonner cette énergie-là et cette énergie-là, une fois qu'elle passe à travers sa conscience ou ses corps, ou son corps mental, elle devient maîtresse, c’est-à-dire qu’elle devient la fondation de sa conscience, donc il ne peut plus raisonner r-a-i, il résone r-e-, donc il est en vibration et c'est à ce moment-là qu’il peut facilement accéder à des registres de vibration, c’est-à-dire à des niveaux vibratoires de Lumière ou d'intelligence qui défient le raisonnement de la pensée raisonnée. 

 

DM: Est-ce que la source a une gestion parfaite de ce qui doit être vécu chez l’individu? 

BdM: La source oui, l’astral non.

Autrement dit, un individu qui est mis en vibration par sa source, il n’y a pas de danger, même s’il vit une initiation solaire, puis il vit des grande souffrances, whatever, pour la transmutation de ses corps, c'est toujours sa source qui est l’intelligence en arrière. Par contre un individu qui vivrait des contacts télépathiques avec d'autres plans qu'il pourrait considérer comme sa source, là il peut avoir des problèmes. 

 

DM: Est-ce qu’on peut être mis en vibration par l’astral dans les mêmes régistres dont vous avez parlé? 

BdM: Pas dans les mêmes régistres mais comme on n’a pas l'expérience, on n'a pas d'expertise, on a des voiles, on a des illusions spirituelles, ce sont les illusions spirituelles de l'homme qui sont à la source du danger psychologique qu’il peut vivre par rapport à sa source, ce n'est pas la source elle-même. Un individu qui ... bon, je donne un exemple, un individu qui se lance à tue-tête dans les sciences occultes, dans le yoga, dans n'importe quoi d’occulte, dans des registres de vibration qui ne sont pour contenus à l'intérieur de formes suffisamment stables et qu'il explore des domaines inusités dont il ne connaît pas lois, ce sont ces individus-là éventuellement qui perdent contrôle de leur évolution psychologique.

 

Puis c’est pour ça que je le répète, et je l’ai toujours dit et je dirai toujours, les sciences ésotériques ou les sciences hermétiques, ou les sciences paranormales, tout ce qui est en dehors du fonctionnement psychologique naturel ou historique de l’homme, tout ce qui est para et qui n'est pas graissé à lui, qui ne vient pas de lui, mais qui vient de l'extérieur de lui, c'est quelque chose qui éventuellement au cours de son évolution il sera obligé lui-même d'ajuster. Si l’homme n’ajuste pas, puis qu’il gobe, puis qu’il gobe, qu’il gobe, qu’il gobe, à ce moment-là l’homme risque de perdre son identité parce que d'abord, il va perdre son identité au niveau des clubs de pensée dans son monde, dans ce que vous appelez des écoles ou des églises de pensée, donc il va perdre son identité là, puis il risque aussi en plus, dépendant de sa sensibilité, de son psychisme, dépendant jusqu'à quel point son corps astral est mis en vibration, il peut, il risque de perdre son identité au niveau des contacts télépathiques avec des formes astrales, des entités spirituelles, donc ça c’est un autre danger...

 

... puis il n’est pas en position pour reconnaître ce qui se passe, c'est pour ça que les sciences occultes ou les sciences ésotériques, toutes les sciences marginales qui ne sont pas sous le contrôle de l’ego, qui ne sont pas parfaitement comprises ou explicables par l’ego inconscient, ces sciences-là qui deviennent aujourd'hui une grande vogue dans le monde entier, surtout aux États-Unis puis au Canada, ces sciences-là doivent réellement être mises en échec par l’homme, pas mises en échec dans le sens d’être repoussées ou banalisées, mais mises en échec dans le sens que l'homme, il faut que l'homme sache réellement ce qui se passe avec ça.

 

Il y a des gens qui font du yoga et qui ouvrent leurs sens psychiques, éventuellement ils se débalancent, éventuellement ils tapent la carte, parce que ce n’est pas le yoga qui est le problème, c’est pas la méditation qui est le problème, ce n’est pas ci ou ça qui est le problème, c’est la science que l'homme n'a pas, qui est le problème.

Donc il y a des individus qui font du yoga, puis ça va bien c'est bon, ça les ouvre à d'autres choses, ça les mène plus loin. Il y a des individus qui font du yoga ou qui vont dans les mondes ésotériques et éventuellement qui se boycottent, puis d'ailleurs, une des meilleures mesures pour voir si un homme n'est pas affecté par les sciences paranormales dont il ne connaît pas totalement les aspects ou les lois, c'est de voir comment il se comporte dans la vie. 

 

… Il est mis en en vibration, il est astralisé. Puis il y en a beaucoup, beaucoup, il y en a des milliers, puis des milliers, puis des milliers dans le monde, d’individus qui se font astraliser. Le problème ce n'est pas d'être mis en vibration à partir de sa source, c’est d'être mis en vibration à partir des plans, ou de formes astrales, ou d’identités en forme astrale et ça l'homme... c'est seulement à partir de 69 qu’on commence à critiquer d’une façon objective l'ésotérisme, à mettre des lumières rouges, toutes les formes dangereuses d'études, de choses dont on ne connaît pas les lois. Puis ça aurait dû être fait depuis très longtemps, et ça n’a jamais été fait, si bien qu'aujourd'hui on est rendus à ce point-là, et il va falloir que l'homme, il va falloir que l’homme s’ouvre à lui-même plus qu’à ces sciences-là, puis ensuite quand l’homme se sera ouvert bien, bien à lui-même, que l'homme sera réellement en contact avec son intelligence, sa source, et qu'il regardera ces diverses sciences-là, et bien à ce moment-là il pourra en bénéficier et il pourra construire, puis il pourra développer, puis il pourra ajuster, puis il pourra faire tourner les éléments, les paramètres de ces sciences-là qui, au cours de l'évolution de la conscience supramentale sur la Terre, seront mis dans une nouvelle lumière. 

 

… Un être qui contient sa conscience est capable d'amener un être qui contient sa connaissance à ne pas la perdre sa contenance, parce qu'il ne va pas lui créer de choc a l’ego. Autrement-dit là, il y a des hommes dans le monde, dans nos universités, dans nos gouvernements, dans nos institutions, il y a des hommes merveilleux qui, comme vous dites, contiennent leur connaissance, qui ont leur doctorat ou leur expertise, puis il y a de ces êtres-là qui peuvent rencontrer des êtres conscients qui contiennent leur conscience, puis qui vont trouver ça intéressant.

 

Mais pourquoi est-ce qu'ils vont trouver ça intéressant ? Parce qu’ils ne sentiront pas d'ego, puis la grosse clé là-dedans, contenir sa conscience, pour un homme qui contient sa conscience devient par effet-même, transparent au niveau de l’ego, donc à ce moment-là le problème de territorialité qui existe chez l’être humain qui contient sa connaissance, cette territorialité-là n’est pas mise en danger… 


Écrire commentaire

Commentaires: 31
  • #1

    Edwige (lundi, 08 avril 2019 12:49)

    Josée avec le décalage horaire Québec/France on va devoir se lever plus tôt l'une et l'autre parce que là c'est un big travail qui nous attend...

  • #2

    Marie (samedi, 20 avril 2019 12:15)

    S’habituer à être pénétrée par cette énergie-là, sans qu’il y ait le moindre désir, besoin ou avantage, sans qu’il y ait une véritable compréhension de ce qu’il se passe – pour moi cela veut dire que le «je» en sais peu, de ce qu’il pourrait saisir avec sa pensée réflective limitée.

    Si cependant il y a recherche, dans le quotidien de se lier à cette vibration, c’est uniquement parce que en moi l’identité se renforce, la paix s’installe, l’émotionnel s’endort doucement, même si parfois il se réveille en furie. Je commence un peu à apercevoir qui je suis vraiment et sortir des pièges du mensonge cosmique. Il s’élève une colère vibratoire contre la séduction qui s’infiltre dans chaque mouvement, chaque relation, chaque intervention, c’est un peu faire un petit pas en arrière, à chaque pas pour voir ce qui n’a pas été entendu !
    Ou bien entendre ce qui n’a pas été vu !

    Voilà le début d’un chemin. Le fait qu’il n’y ait aucune compréhension me perturbe. Ce que je sais n’est pas vraiment intégré cela prendra sans doute des années. Est-ce la naissance à autre chose ?

    Je vois que c’est un processus très individuel et solitaire, merci de m’accueillir ici car je ressens le besoin d’en parler.

    Lire vos partages est infiniment précieux.

  • #3

    Edwige (dimanche, 21 avril 2019 03:27)

    Bonjour Marie, bienvenue à la maison...

    Oublier ses désirs, besoins ou avantages est le signe ostensiblement distinctif d'un ego en évolution qui enfin lâche prise sur son habitude à vouloir tout contrôler.

    L'ego capitule également à réfléchir avec des raisonnements subjectifs par insécurité maladive. Peu à peu il résonne, il perçoit vibratoirement, sans réflexion de l'intellect, qu'il n'est plus maître de son "petit je", il fait confiance à la lumière de l'énergie de l'esprit qui le martèle et le sculpte, tel un diamant brut, pour devenir un "grand je" un grand "double".

    Ce double est notre réelle identité déconnectée du centre émotionnel subjectif et de la domination de la mémoire de l'âme.

    Si un certain sentiment de paix s'installe, avec parfois des soubresauts furieux contre les plans, elle est de plus en plus accompagnée d'une vision détachée et amusée par les interférences entre soi et l'extérieur à soi. La colère devient de plus en plus "raisonnée", ciblée avec précision chirurgicale contre les plans qui nous ont rendu aveugles et sourds à l'appel de notre réalité multidimentionnelle.

    Le processus est un long chemin sans balisage, nul besoin de se laisser perturber par le fait qu'on n'a pas le plan de route, on a le GPS de l'esprit qui sait mieux que nous où on s'en va…

    L'important, au début , c' est de bien digérer la vibration qui peut être très lente... il n'y aucun "savoir" à intégrer juste une compréhension rationnelle du processus dans les méandres de nos cerveaux émotionnel, intuitif, rationnel qui se préparent à fusionner avec le cerveau éthérique.

    C'est à ce moment que le "savoir" coulera de source dans ce cerveau éthérique supraconscient, il se substituera aux connaissances mémorielles et universitaires.

    Cet autre chose qui naît en soi c'est la matérialisation de notre double éthérique, c'est notre ego lumineux débarrassé de tous ses miasmes astraux, c'est l'accouchement de notre MOI réel.

  • #4

    Marie (lundi, 22 avril 2019 11:32)

    je fais un pas, je laisse le pas se faire.
    je ne prends pas de décision il n'y a pas de réflexion.
    Le mouvement va de lui-même, sans balisage
    Quoi qu'il se passe, je suis toujours dans ma voie et j'ai la capacité de naviguer, de faire face. ma vie pleine d'obstacle est cadeau aujourd'hui, car je sais que je peux me battre si besoin pour ne plus me laisser aller au "croire" que "j'ai besoin d'aide". Attendre que l'invisible m'approuve.
    revenir à l'essentiel, savoir par moi-même ainsi oui, j'ai besoin de solitude et de marcher dans la montagne et/ou sur le bord des rivières

  • #5

    Edwige (mardi, 23 avril 2019 09:05)

    C'est le premier pas que l'on fait, où que ce soit, qui coûte le plus. Ensuite un pas en entraîne un autre, sans décider ni réfléchir où ces pas nous mène car ce premier pas, qui a coûté cher, nous propulse dans le mouvement de son énergie vers la direction qui est la nôtre.

    Faire face aux obstacles, en mer ou en montagne, sont des opportunités de tester la valeur de notre volonté et à ne jamais compter que sur soi-même dans ce chemin qui est le nôtre… La seule aide dont nous avons besoin c'est celle de soi-même, avec la puissance et l'intelligence de notre esprit, ainsi plus de combat, plus de croyances…

    L'invisible est rempli d'entités astrales qui, lorsqu'elles approuvent quoi que ce soit, nous induisent toujours à l'erreur…à moins que l'esprit utilise l'astral pour nous tester dans cette erreur. Marcher Autrement dans la solitude de son silence, en montagne ou au bord des rivières, nous ramène à l'essentiel de la communication parfaite avec notre double.

  • #6

    Marie (mardi, 30 avril 2019 10:14)

    se situer dans l'univers et revérifier ce que je sais c'est-à dire : l'ignoble ignorance... en moi sont cachés les secrets de l'univers et en fait parmi ces secrets gît impuissante ma volonté... je peux enfin la voir telle qu'elle est...
    pourtant quelque chose commence à émerger dans mes pensées, une certitude inatendue, une couleur, un son, un éclat de rire.
    il n'y a nulle part où aller puisque tout vient à nous.
    passer du je au nous ?
    vers des pensées plus impersonnelles


  • #7

    Marie (mardi, 30 avril 2019 13:04)

    Paroles de BdM en prise de notes
    la spiritualité - ((et oh combien j'ai trempé la-dedans)) aide à l'involution et au perfectionnement de l'homme, de l'intelligence et de l'amour, mais elle nullifie la Volonté !

    La Volonté qui est le refus de l'âme de subir la genèse du réel. L'homme ne doit pas subir, il doit créer la réalité afin de comprendre la genèse de l'irréalité de l'étape d'involution ;-)

  • #8

    Edwige (mercredi, 01 mai 2019 08:50)

    Depuis le début des temps cette candeur, dans l'innocence ignorante des habitudes à se faire violer le mental et siphonner l'énergie de vie, nous enfants de la matrice sommes devenus des animaux intelligents…

    Lorsque le réel enfin se fait jour dans notre conscience on rit, a grandes bouffées d'oxygène, de notre naïveté crasse et de tous nos scénarios de vies qui deviennent, si on a de l'humour sur soi, d'un comique hilarant d'avoir été assez con pour accepter de revenir sans cesse, de vies en vies, sans chercher à comprendre "mieux", ni réfléchir…

    Le choix d'un plan de vie serait aussi une grande mascarade mensongère?

    La spiritualité prône le don de soi, l'abnégation, l'empathie, la compassion… Elle conditionne une intelligence spirituelle qui oblige à remettre à des "autorités" ses propres pouvoirs. De fait elle élève au grain des Maitres et des Gourous qui nous coupent les ailes de la volonté afin qu'on ne s'échappe pas du poulailler… C'est le perfectionnement dans les mécanismes inconscients de tout ce qu'il y a de plus émotionnel, animique et mémoriel chez l'homme pour qu'il en vienne à croire et a subir des illusions et autres mirages sur l'Amour..

  • #9

    josée (mardi, 14 mai 2019 23:11)

    Salut les filles, c'est important pour moi de pouvoir vous connaître et en même temps cette idée est déjà une réflexion, un recours à un de mes mécanismes de sécurité fictive.
    bernard dit dans ton intro edwige que notre âme est allumée par la lumière "à se dissocier des aspects d’elle-même qui constituent, dans la totalité de son expérience, (…) des mécanismes de sécurité fictive. "

  • #10

    Josee (mercredi, 15 mai 2019 13:16)

    Comprendre sans réflexion, c'est savoir où on s'en va. La pire affaire pour savoir où on s'en va c'est la réflexion. Tu creuses ta tombe. C'est juste dans la mesure où tu prendras ton recul, où tu es écoeuré de creuser ta tombe, que tu comprends -tu ne comprends pas nécessairement ta direction à long terme, tu comprends ton pied, ou il est posé, la raison derrière la souffrance, la pertinence de l'épisode dans ses grandes lignes qui convergent dans ce pas posé dans le piège. C'est une compréhension simpliste, sans aucun détail, juste une transmission d'énergie, un support par le sens.

  • #11

    Edwige (jeudi, 16 mai 2019 10:58)

    C'est intéressant comme parallèle qui reflète un peu les pas posés sur les chemins de randonnées obligeant à de la concentration, de la vigilance, rester sur le bon chemin, étudier la météo, avoir le nécessaire et l'utile dans le sac à dos, ignorer ce qu'il reste à gravir, juste regarder le chemin parcouru...une bonne carte et un GPS en état de marche... quel programme parfait pour marcher sans trop de réflexion juste ce qu'il faut pour se rappeler où on va...

  • #12

    josee (vendredi, 17 mai 2019 00:02)

    dans le rapprochement à faire entre avancer dans la montagne et avancer dans le quotidien je vois une même gamme de possibilités au niveau de la pensée qui dirige le pas au cœur de l'inconnu si vaste tout autour.
    il y a la possibilité de l'orientation par la mémoire et la possibilité de l'orientation par la pleine présence à soi-même qui est un recours à une autre dimension que la mémoire.

  • #13

    Edwige (samedi, 18 mai 2019 10:33)

    L'affaire est résolu pour ma part... J'économise mon énergie psychique, sans me servir de ma mémoire, grâce à un bon GPS... pour randonner dans l'instant présent et la présence pleine à moi-même... La technologie peut avoir ses bons aspects...

  • #14

    Josee (jeudi, 23 mai 2019 03:11)

    L'intensité de la conscience en expansion créé de la confusion. C'est comme se retrouver égaré dans l'immensité de la nature même si on a accès à des instructions justes et précises. Le double te pousse à recourir au savoir, le plus grand des outils, et tu es orienté par cette information, mais tu dois suivre le chemin très minutilisèrent, même si le chemin est inconnu et déboussolant, et affolant de nouveauté. Tu perds peut-être la boule, ça se peut que tu déboules, et si ça aboutissait ? Et si ça débouchait ? Un pas à la fois tu avances dans ton moment dont tu ne saurais jurer s'il est brume ou lumière.

  • #15

    Edwige (jeudi, 23 mai 2019 13:20)

    En étant bien ordonné dans sa vie et centrique le plus souvent possible sans aucune attente de rien du tout il y a de moins en moins de confusion dans cette intensité.
    On peut aussi freiner les appétits du double qui peut devenir aussi vampirique que l'esprit. A nous d'avoir une communication claire avec lui pour être ajustés l'un a l'autre. C'est un exercice ardu de nos propres pouvoirs et in fine du sien au moment de sa matérialisation. Ça débouche toujours que ce soit dans la brume ou la lumière, ne trouve-t-on pas la lumière dans l'obscurité de nous-même?

  • #16

    Josee (vendredi, 24 mai 2019 01:25)

    Courir après la lumière comme quelque chose auquel on a droit, ou attendre religiousement après une confirmation de son mérite, ce n'est pas la voie/voix à suivre. Clarifier les choses au niveau supramental demeure le bon réflexe quand on se voit partir en peur : brief, tu parles juste.

  • #17

    Edwige (vendredi, 24 mai 2019 07:55)

    On est sur le même longueur d'onde, chacune à son tour éclaire l'obscurité de l'autre...

  • #18

    Josee (vendredi, 24 mai 2019 11:23)

    Est-ce que le rayon pénètre les coins les plus noirs en premier ?

  • #19

    Edwige (vendredi, 24 mai 2019 11:35)

    Pourquoi pas? un point de vue interessant quand on songe que certains grimpent au rideaux à 37°8 et d'autres à 42° avant d'être à l'agonie... Pour ma part je préfère attaquer le plus dur d'abord, donc "les coins les plus noirs en premier"... hihihi. Comme en montagne, on commence à monter, a souffler, a suer... avant de redescendre...

  • #20

    Josee (samedi, 25 mai 2019 02:25)

    Si le rayon pénètre ton coin le plus noir et que tu as ce qu'il faut pour l'absorber, tu te retrouves avec une force exactement là où tu avais une faiblesse. Et tu peux ensuite poursuivre sur la base de ta force qui était une faiblesse avant. Toute l'image que tu nourris de toi-même est évacuée et non remplacée. C'est une grosse étape.

  • #21

    Edwige (samedi, 25 mai 2019 03:24)

    Pourquoi douter et mettre au conditionnel? La volonté transmute la faiblesse en force , l'intelligence éradique toutes images et toutes mémoires obsolètes pour grimper sans se fatiguer jusqu'au sommet

  • #22

    Josee (samedi, 25 mai 2019)

    C'est vrai qu'il y a une légereté qui s'installe dans ta deuxième tête, celle qui communique avec le bon parloir. La légèreté devient une vibration permanente mais en arrière plan de ce qui se magnétise encore et donne les humeurs, les états d'âme, l'épuisement émotionnel. Évidemment c'est dans la légèreté que tu t'accroches. Tout le reste est du fretin en train de s'ordonner.

  • #23

    Edwige (dimanche, 26 mai 2019 07:39)

    Le discernement dans son centre éthérique se conjugue à tous les temps par tous les temps de notre météo interne…

    Est-ce que le discernement peut être léger dans toutes nos météos ? Non il y de l'ajustement à faire en soi et pour soi…

  • #24

    Josee (dimanche, 26 mai 2019 19:15)

    Le discernement, chez moi ça se vit sans rigueur, juste dans la mesure de mes moyens et avec une immense marge "d'erreur" (?). Même dans une perte d'équilibre, mon recours à la communication interne est pépère. Ces temps-ci, depuis un moment de confusion déchiré entre l'envie de dire non et l'incapacité de dire non qui me fut une grande leçon, chaque heure est totalement pareille aux précédentes : j'accepte le poids de ma lourdeur, ça règle le problème, ça élimine tout questionnement et ça les remplace par un détachement général qui est léger, correct. Mon nouveau mot c'est assumer. Un des deux nouveaux membres de supramental disait que dès que tu t'assumes, tu es conscient, et je commence à le comprendre. C'est une passe (=un passage) sans narcissisme, je sais que cet horrible fléau va revenir me posséder mais je serai plus avertie.

  • #25

    Edwige (dimanche, 26 mai 2019 22:48)

    "dès que tu t'assumes, tu es conscient":
    Ok cette conscience c'est l'esprit dans l'ego qui permet d'utiliser la puissance de sa volonté pour faire plier toute domination et toutes croyances involutives.

    Dans le recours à la communication interne on en apprend tous les jours, surtout quand une lecture de conférence de Bernard vient ressusciter ce qu'on sait déjà.

    Plus on est sensible plus on vit des déséquilibres subtils.

    Plus on a une conscience vibratoire développée plus on perçoit de choses et on a plus de chances aussi d’être déséquilibrés.

    Du coup on est obligés de passer dans une "conscience de lutte" pour se maintenir, sur le plan psychique, matériel ou autre, en équilibre d’énergie afin d'être bien dans sa peau.

    Cette" conscience de lutte" se fait par rapport à notre propre lumière pour en arriver à développer une plus haute vibration.

    Accéder à un taux vibratoire plus élevé, ça force la lumière à mettre les corps subtils en vibration, ça amène à vivre "une conscience de lutte", qui n’est pas une lutte contre des entités astrales, mais une lutte contre sa propre source.

    Ceci afin de forcer l’ego à entrer dans une capacité d’énergie volontaire, qui nous fait appréhender n’importe quelle forme, la déchirer, l’éliminer pour libérer de cette forme-là une plus grande quantité de lumière ou d’intelligence créative.

  • #26

    Josee (mardi, 28 mai 2019 02:09)

    C'est comme avancer dans une jungle infestée de dangers qui serait en fait un décor de réalité virtuelle généré à chaque instant par ton rayon cosmique, ton esprit - la jungle étant 100% constituée de réminiscences de tes souvenirs personnels. Et toi, l'avatar dans la jungle, tu es en rapport de force avec lui, le programmeur de réalité vituelle, en temps réel. Ton meilleur "outil" : la permanence de ta lutte.

  • #27

    Josee (mardi, 28 mai 2019 10:57)

    En te lisant j'ai l'image de l'ego dans une jungle en réalité virtuelle générée par un programmeur en temps réel (le double) en récupérant uniquement des souvenirs personnels mais ici revêtant la forme de sables mouvants ou de densité de végétation ou d'animaux etc. Et la transparence ego double est dans la capacité de l'ego d'assumer à la fois ce qui lui arrive et sa capacité de tout solutionner pour avancer. Ça me rappelle la permanence ainsi que sandra vimont et sa phrase "Rapport de force !"

  • #28

    Edwige (mercredi, 29 mai 2019 10:15)

    Aujourd'hui je veux abandonner les mots "rapport de force" et "lutte" car derrière ces vibrations il y a une énorme perte d'énergie qui, contre toute attente, nourrit subtilement les plans en nous vidant de notre vitalité.

    La jungle infestée de dangers c'est de l'illusion astrale qui utilise notre mémoire pour nous inquiéter là où il n'y a pas lieu d'être inquiet, surtout quand le rayon cosmique de ton esprit veille au grain…

    Pour ma part mon meilleur "outil" aujourd'hui serait d'arriver progressivement à l'accueil "tranquille" de toutes oppositions sans donner prise aux manipulations affectivo/émotives... Remarque bien que c'est "au conditionnel", ce qui veut dire encore de gros travaux inscrits au programme du chantier…

    Si nous avons à nettoyer nos mémoires et souvenirs personnels c'est, comme tu le dit, avec la "capacité d'assumer ce qui nous arrive en solutionnant au fur et à mesure qu'on avance". Ceci sans douter ni s'inquiéter de ce qui vient après, on en revient à la "concentration dans l'instant présent" qui fait oublier toutes notions de temps et d'espace ! On vit exactement ce qui est à vivre sans "fabriquer de la mémoire", ce qui allège le karma et nous rapproche progressivement de la morontialité…

  • #29

    Josee (mercredi, 29 mai 2019 12:08)

    On s,inquiete ou il n'y a pas lieu d'être inquiet et du coin de l'oeil peut-être qu'on en regarde un autre ne pas s'inquiéter là où il y a lieu de s'inquiéter, tranquille au milieu de l'attaque qui fuse, histoire de bien rabaisser l'image qu'on a de soi-même. Ça y est tout s'est vu et se compare un peu Mais ça vire de bord le lendemain quand tout le monde change de place dans le jeu des images parce que chaque jour puise ailleurs dans le passé de chacun. Non la conscience ne se complète pas vite et on continue de fabriquer de la mémoire ! Mais avec un grand recul on distingue une catégorie d'oppositions qui sont en arrière plan comme de grands schémas de base pour notre subjectivité. Je parle de nos croyances sociétales telles que notre prétention au contrôle, contrôle de temps, contrôle de l'autre, ou du parcours intiatique. Et cette prétention chimérique bouge très lentement malgré tout le travail et l'acharnement honnête qu'on investit en presque continuité. La continuité est stérile sans la lumière. Après l'étude et la mise en pratique plus ou moins habile ne vient en fait qu'une longue étape de déchiquetage de l'orgueil. C'est la formation pour le nul en soi, la base pour remodeler la tête, où on saisit par les affres de l'egocentrisme que le beau et grand comportement qu'on a EST égocentrique. " Hé oui ! Je n'en suis rendue que là" mais mais... mais c'est un accouchement. C'est mon printemps évolutif.

  • #30

    josee (jeudi, 30 mai 2019 23:17)

    on est en mëme temps la personne qui accouche et la personne qui naït, pas étonnant qu'on se sente épuisé, si épuisé qu'on s'étend à même le sol et qu'en fait on s'y enfonce délicieusement.

  • #31

    Edwige (lundi, 03 juin 2019 11:26)

    On accouche de soi-même en "renaissant à notre vrai soi"… l'accouchement est un réel travail épuisant, "travail" signifiant souffrance…

    Souffrance quand dans l'inversion des rôles on se voit plus près dans ce jeu de miroir de passe-passe grossissant le passé mémoriel subjectif.

    Il n'y a pas d'honnête ou malhonnête acharnement contre la lumière de l'esprit qui œuvre en sourdine, à notre insu… Le travail qui doit être fait, se fait.. que ça plaise ou non à l'ego orgueilleux/égocentré…