La psychologie évolutionnaire

 Edwige


AVANT-PROPOS

 "Être sur le chemin de l’évolution c’est mener une étude" BdM PE-028

Ces FOCUS sont des espaces réservés aux échanges d'idées pour faire évoluer l'instruction Supra-Mentale de façon créative, collaborative et générative. Prière de ne pas déformer, ni plagier, les transcriptions originales de l'œuvre de Bernard de Montréal proposées pour étude, dont la seule référence est l'audio qui l'accompagne. Un résumé personnel, des citations et/ou des liens sont admis pour initier ces échanges. Vous pouvez proposer un thème, un sujet qui sera mis en ligne après vérification. Aucune inscription ni abonnement n'est requis, l'anonymat est garanti.

** Polémiques stériles et énergivores, non-respect de la parole de l'autre, critiques malveillantes, tribune spirituelle pour ego surdimensionné… iront directement dans la corbeille.


Extrait de PE 001 BDM "Ce qui est important est que cette psychologie-là existe dans le monde et que les êtres humains éventuellement y accèdent ou puissent y accéder facilement.

 

Peut être qu’un jour cela ira sur l’internet, cette psychologie-là donc facilitera l’expo-jeu ou le contact avec d’autres humanités, d’autres humains, ce qui est important dans ce jeu-là est que les humains y accèdent."

 

Voilà que son souhait est exaucé!!!

* ici et ailleurs dans le partage de ses conférences:

* Diffusion Bernard de Montréal International

bdm.place

* archives.org  


Télécharger
PE 001 - Bernard de Montréal - la scienc
Document Adobe Acrobat 413.3 KB
Télécharger
PE 005 la réciprocité psychologique.pdf
Document Adobe Acrobat 193.4 KB
Télécharger
PE 006 réciprocité psychologique.pdf
Document Adobe Acrobat 440.2 KB


"Bernard, ce grand initié, premier et unique instructeur, a légué son œuvre à l'humanité. Son instruction ne se comprend pas intellectuellement mais parallèlement aux changements d’états intérieurs qu'elle génère car elle est du domaine vibratoire. 

 

C'est pourquoi on" n'écoute pas" Bernard mais on "vibre" à son instruction… Celle-ci nous permet un réel travail d'intégration face aux interférences, aux chocs à l'ego et aux chocs à l'âme dans ce chemin absolument solitaire… 

 

De surcroit la vibratoire du son de la parole de Bernard est supra-thérapeutique au quotidien, elle participe à l'élévation de notre taux vibratoire pour peu que nous travaillions de concert sur nos différents corps physiques et subtils. 

 

La colossale somme de conférences permet en effet de travailler sur soi un bon bout de temps de notre temps terrestre…

 

Après avoir fait le tour de la blogobulle supramentalienne, on revient toujours à cette vibration sans nulle autre pareille et sans jugement des autres voix… 

 

Lorsqu’on est bien informé on est doublement en état de prendre ses mesures dans le discernement et non plus dans la subjectivité d'une intuition teintée de naïveté... 

 

L'égo se conscientise, le double se construit progressivement, chacun en son temps et à son rythme, pour en venir à voler de ses propres ailes sur son chemin personnel et non plus dans le sillage d'autrui ayant "pignons sur rue".

 

Le partage de cette instruction inclue et signifie qu'un échange équitable auto-enseigne, aide au ménage intérieur, au respect de l'autre et de soi, amène de la lumière au bout du tunnel de la solitude ainsi que dans ce chemin d'évolution si ardu parce que : "on peut pas être intelligent tout seul"... ! 

 

Car souvent la recherche occulte est en général enfermée dans un ensemble d'entre-soi, de représentations, de monologues sans appel, de règles et de tabous. 

 

La course à la publication, à la notoriété pouvant nuire à la qualité et la profondeur de cette recherche, rendant un certain "savoir" complexe, trop ésotérique ou carrément spirituel.

 

"Le cherchant" indépendant à un état d’esprit sans promotion de lui-même, ni de complaisance pour autrui, il ne gobe pas le discours général ou sa première impression, il cherche de la complémentarité sans rivalités car sa curiosité naturelle n’est pas celle des investigateurs patentés ou publiés".


Extraits de 032 et audio


Télécharger
032 Évaluation de la conscience évolutio
Document Adobe Acrobat 207.6 KB

6:33: "Le contact avec les plans c'est une réalisation de la nature fondamentale de la conscience en fonction des outils de manipulations qu'ils exercent contre l'homme.... Quand l'homme ou lorsque l'homme aura compris la nature de la manipulation qui s'exerce entre nous et lui l'homme aura essentiellement compris les lois de la vie... Donc la nature de l'intelligence évolutionnaire ou de la psychologie évolutionnaire dépendra de la capacité chez l'être humain de réaliser jusqu'à quel point la manipulation de sa conscience fait partie de sa relation avec les plans"... BDM

 

42:22: « Parce que ça va loin la manipulation, c’est pourquoi que la psychologie évolutionnaire c’est une psychologie de pointe, c’est pour ça que ça sera évalué par l’homme en tant qu’individu, ça ne sera jamais évalué par les universités, cherchez pas… c’est la première fois dans l’histoire de l’homme qu’une science fera pas partie des universités, ça fera partie de la conscience de l’homme point final » … BDM


Écrire commentaire

Commentaires: 22
  • #1

    Edwige (lundi, 08 avril 2019 09:21)

    La psychologie évolutionnaire ou supramentale porte sur l’étude de l’évolution de la psyché humaine, c’est-à-dire l’étude de son retour à la source de toutes ses dimensions et à la conscience de celles-ci. PE.001-La science de l'évolution- 56:54

    Bernard de Montréal auteur, percipient et conférencier, enseigna une psychologie évolutionnaire pour l‘homme nouveau pendant presque trois décennies. Ses enseignements fondamentaux nous ont aussi été transmis sous forme de milliers de conférences enregistrées et filmées. Il est également l’auteur de trois œuvres fondamentales intitulées La Genèse du Réel (1988), Dialogue avec L’invisible (1997) et Beyond the Mind (Par-delà le Mental) (1998). Il fut l’initiateur d’un courant de pensée qu’il qualifia de Psychologie Évolutionnaire.

    Bernard de Montréal donna plus de 1700 conférences enregistrées et accorda de nombreux entretiens filmés sur une période de 26 ans (1977-2003), de l’âge de trente-huit ans jusqu’à son dernier souffle, à l’âge de soixante-quatre ans.

    Les milliers d’entretiens et conférences, dont plusieurs furent filmées, témoignent de la volonté, de la forte personnalité et de l’indéniable charisme de cet homme, qui a su tenir son public en haleine pendant un quart de siècle, avant de s’éteindre prématurément. Source:http://www.bernarddemontreal.com/BIOGRAPHIE_fr.html

    Cette œuvre inédite s'adresse essentiellement et surtout aux personnes en chemin, prêts à la recevoir pour son évolution personnelle.

    Il n'était pas contre le partage de ses conférences sur Internet:Le partage de la psychologie évolutionnaire - 00:20:

    "Ce qui est important, c’est que cette psychologie-là existe dans le monde et
    que les hommes, éventuellement, y accèdent où puisse y accéder facilement,
    peut-être qu’un jour cela ira sur l’internet cette psychologie-là,
    donc cela facilitera «l’exposure » ou le contact avec d’autres humanités, d’autres hommes"

  • #2

    Edwige (lundi, 08 avril 2019 09:22)

    Dans le site officiel toujours nous pouvons lire:
    "Nous souhaitons vivement que son œuvre soit étudiée. Nous sommes donc favorables à un éventuel transfert du fonds d’archives vers un institut académique ou de recherche, en vue d’assurer son étude selon une pédagogie et une méthodologie neutres et rigoureuses. Nous inviterons donc les expressions d’intérêt de la part d’organismes de recherche pouvant mener à terme un tel projet, en vue d’assurer l’étude et la pérennité de cette œuvre magistrale".

    A priori la famille de BDM a cessé de faire des procès aux personnes qui diffusent cette instruction...

  • #3

    Edwige (lundi, 08 avril 2019 09:38)

    L'œuvre de Bernard de Montréal

    Conférences avec :
    - Richard Glenn 1979/1985
    - François Payotte 1985/1989
    - Daniel Ménard 1990/1996

    Entretiens Publics
    - Psychologie Évolutionnaire 1997/2003

    En solo
    - Communications Sept 1980 / Sept 1988

    Séminaires Intensives 1994/2003

    Livres :
    - La genèse du réel
    - Dialogue avec l'invisible
    - Par-delà le mental

    Afin de faciliter le travail individuel et du "cherchant", transcriptions PDF, livres et conférences se trouvent en téléchargement dans la rubrique consacrée à son œuvre et régulièrement mises à jour ici: https://www.edwigedebenoist-marcher-autrement.fr/blog-nouvelle-conscience/

    Bon camino...

  • #4

    Edwige (lundi, 08 avril 2019 09:55)

    Résumé de 39b - L'instruction (expérience personnelle)
    L'instruction est une règle de mesure de la relation possible entre l'ego et son double. elle a pour but non de convaincre mais de faire comprendre, elle ne tient pas à être reconnue, mais à être connue. Ce n'est pas sa forme qui compte ou le temps selon laquelle elle est proposée à l'homme, mais sa vibration. L'instruction mondiale n'appartient à personne ni à ceux qui écoutent, ni ceux qui la donnent. Elle est dans le monde et le monde la reconnaîtra et le monde individuellement changera. La conscience vibratoire ne peut être établie qu’au fur et à mesure que l’homme se dissocie psychologiquement des valeurs ou des formes qui affluent vers son mental et le sépare de lui-même. La totalité d’une instruction ne peut être absorbée que par une conscience totale, une conscience qui ne peut par elle-même ou pour elle-même ou en vertu d’elle- même, s’attribuer la réalisation. Le double lumineux doit être construit alors qu’il n’existe que dans une condition primitive de l’éther, chez l’homme inconscient. l’instruction de par ses voiles multiples ne peut être comprise qu’après le choc qui augmente le taux vibratoire du corps mental, permettant ainsi une plus grande réceptivité avec ce gouvernement. Les corps subtils doivent êtres altérés dans leur taux vibratoire pour que l’instruction soit réalisée au-delà de la compréhension philosophique. l’instruction ne se comprend qu’en fonction des changements d’états intérieurs, c’est qu’elle n’est pas du domaine psychologique, mais du domaine vibratoire. L’instruction commence à se comprendre instantanément lorsque l’homme n’a plus de choix que de vivre vibratoirement, c’est-à-dire que lorsque l’homme opère sur le plan matériel avec l’entité qui lui sert de communicateur, c’est-à-dire avec l’intelligence qui lui permet de se réaliser en tant que penseur autonome.

  • #5

    Edwige (lundi, 08 avril 2019 09:57)

    Résumé de 40b - Les survivants (et instruction)
    L'homme conscient ou le survivant sera dans l'intelligence des évènements, il pourra parfaitement comprendre les évènements car il aura été préparé psychologiquement à reconnaître les signes afin de mieux pouvoir se protéger et être protégé. Le survivant au cours de son dernier mille, reconnaîtra que la fin du cycle n'est pas pour lui une souffrance, car sa conscience supérieure le protègera de la crainte de la souffrance morale ou physique, car le double en lui sera plus puissant que ses sens. Le but à long terme de l'instruction est de préparer un certain nombre de personne à travers les nations, à comprendre parfaitement la qualité de vie qui règne aujourd'hui sur le globe et réaliser que cette vie atteindra un jour son paroxysme et qu'il est de leur intérêt personnel de s'en libérer le plutôt possible psychologiquement, afin de ne pas être prisonnier des évènements qui annonceront la fin du cycle que nous connaissons. La préparation du survivant est déjà commencée sur le globe et les prochaines années seront de plus en plus indicatrices que beaucoup d'homme, de femmes et d'enfants ont les qualités vibratoires nécessaires au développement du double lumineux. Les survivants se reconnaîtront au cours des prochaines années, ils sentiront une affinité entre eux et cette affinité sera de plus en plus marquée selon le développement du double. Lorsque le double sera avancé dans son développement, ces hommes et ces femmes pourront avec très grande facilité communiquer entre eux et se comprendre. Le survivant sera le début de ce grand et nouveau cycle, il sera le lien entre le visible et l'invisible, il comprendra parfaitement la science et pourra comprendre le mythe humain sur tous ses aspects et il reconnaîtra que l'homme par le passé fut un être manipulé et que cette manipulation fut nécessaire car il devait prendre conscience de lui-même, avant de pouvoir prendre le pouvoir de la lumière entre ses mains et construire. L'homme devait croire qu'il était une créature avant de pouvoir réaliser qu'il était un dieu...

  • #6

    Edwige (lundi, 08 avril 2019 11:29)

    "C'est dans la déchirure que la conscience vibratoire prend place et se vit après l'instruction et non jamais avant le passage de la déchirure. C'est la déchirure intégrée qui est vibratoire et qui crée une vibration neurotransmettrice au cerveau humain, afin qu'il perde un peu ou beaucoup de sa personnalité" Michel Dow

    Donc un minimum de compréhension vibratoire, psychologique et intellectuelle est important pour que l'ego programmé puisse comprendre le processus de cette nouvelle énergie qui entre en relation avec le cerveau humain. Cette base est nécessaire comme point de départ, mais elle doit s'effacer par la suite pour être vécue sans impatience sinon l'ego sera astralement tenté d'aller plus vite que la lumière de l'esprit, il sera alors assujetti au contrôle de ceux et celles qui prennent le pouvoir sur les autres...

    Si on avance par comparaisons intellectuelles dans la sphère supramentalienne on doit se protéger de l'élitisme, forme d'égrégore supramentalisé. Lorsque l'astral égrégorise cette psychologie évolutionnaire des risques apparaissent, dans le mental inférieur, sous formes d' énergies matérielles dans l'ego qui enfle et qui devient avide et gourmand de tout sans discernement...

  • #7

    josee (mardi, 28 mai 2019 18:55)

    j'ai aimé lire que la totalité de l'instruction ne sera absorbée que par une conscience totale et je suis d'accord que, lorsque le double sera avancé dans son développement, l'ego associé pourra avec "très grande facilité" communiquer avec un autre ego dont le double sera lui aussi avancé dans son développement.
    ça ne me dérange plus le moindrement maintenant de ne pas être en mesure vibratoirement d'absorber totalement l'instruction et de se comprendre vibratoirement (soi-même ou quand on se parle). Sans compter qu'on progresse quand mëme beaucoup sur ces deux plans grâce à une approche de l'autre et une approche de l'instruction que je retrouve chez nous deux et qui est à la fois vibratoire, psychologique et intellectuelle.

  • #8

    Edwige (mercredi, 29 mai 2019 09:18)

    Deux egos respectueux l'un de l'autre communiquent déjà "vibratoirement" avec aisance, tous deux devenant des facilitateurs de la communication avec leur doubles respectif et celui de l'autre.

    La progression se fait à leur insu vibratoirement, psychologiquement et intellectuellement par l'utilisation adéquate des 3 cerveaux.

    Nous avons déjà travaillé sur les 3 cerveaux rationnel, intuitif, émotif au centre desquels se trouve le discernement en parfait état d'équilibre.

    L'instruction ne s'absorbe totalement qu'à cette condition sine qua non, après qu'elle eût d'abord "vibré en soi", le temps qu'il est necessaire, par la résonnance du vécu expérientiel.

    La conscience totale arrive avec la fusion de ces 3 cerveaux dans le 4ème qui est éthérique ou supra-mental. Elle ne conditionne pas l'incarnation du double dans la matière qui ne peut se faire, dans tous les cas, que lorsque le corps physique aura atteint le taux vibratoire suffisant pour ne pas "combustionner" spontanément.

    C'est la phase la plus longue de la fusion car la plupart des gens n'ont pas encore mit la conscience cellulaire dans leur corps physique, seulement au niveau du cerveau intuitif... ils sont encore à l'étage sur-mental...

  • #9

    josée (jeudi, 01 août 2019 12:20)

    l'image que l'autre a de nous ne nous appartient pas.
    à partir de cette évidence, la gestion d'une relation respectueuse se compose de deux phases.

    il y a la phase interne, intime, individuelle, qui travaille avec le double à permettre la divergence, à lâcher-prise des énergies conflictuelles et à saisir ce qui est de notre affaire et qui nous fait souffrir dans la relation.
    et il y a la phase comportementale, qui n'a sa place que dans un 2e temps.

    la partie no 1 en ordre chronologique, la phase interne, est un corps à corps avec notre double qui joue la tentation du diable au niveau surmental à déséquilibrer la relation avec l'autre.
    l'ego conscient et volontaire monte rencontrer le double au niveau supramental et y travaille avec lui pour atteindre une neutralité vis à vis l'autre.

    la 2e partie de la gestion d'une divergence dans une relation respectueuse, la phase comportementale, en appelle à une neutralité vis à vis l'image que l'autre a de nous mais surtout à une neutralité vis à vis l'image que nous avons de nous-mêmes, dans nos valeurs profondes (vu que nous affichons aux sens de l'autre un aperçu de ce qui résulte de la 1re phase).
    or ces valeurs profondes sont de l'assujettissement spirituel et elles n'ont rien d'innocent. c'est de la mémoire de race qui nous empêche de vivre pleinement et librement. c'est retardataire pour notre développement.

    quand la phase un n'atteint pas la neutralité face à l'autre, la phase deux veut défouler cette irritation avec l'autre, irritation qui à ce moment-là est si dure à neutraliser pour des raisons de liens karmiques en besoin d'être brûlés.

    on a peut-être envie de s'éloigner de l'autre, de lui décrire ce qu'on vit... la forme dépend de la programmation qui est un mouvement d'énergie. c'est le mouvement qui compte.
    suivre le mouvement recèle une certaine maturité parce que la forme, elle, va toujours susciter des objections (telles que : "de quoi je vais avoir l'air si je dis ça ?" ).
    là encore le double va jouer la tentation du diable à brasser ce qu'il ne faut surtout pas que l'autre pense de nous.

    c'est en suivant le mouvement de son énergie dans la matière cette fois que l'ego conscient et volontaire travaille alors avec le double.
    épouser sans le juger le mouvement planifié dans la programmation, c'est se rapprocher de son double.
    c'est la seule façon d'aller au delà de la forme et d'atteindre une neutralité vis à vis ce jeu d'images censurées par nos "valeurs profondes".
    alors, ce que l'autre vivra par rapport à notre comportement lui appartiendra à 100% et ce que notre ego aura intégré lui bénéficiera à 100%.

  • #10

    Edwige (samedi, 03 août 2019 09:33)

    "c'est la seule façon d'aller au-delà de la forme"
    La conscience vibratoire se construit en se dissociant psychologiquement des valeurs ou des formes qui affluent vers le mental et nous sépare de nous-même. L’étude de l’évolution de la psyché humaine, la relation possible entre l'ego et son double, la conscience de ceci a pour but de nous faire comprendre que c'est la vibration qui compte.

    "ce que notre ego aura intégré lui bénéficiera à 100%"
    et créera des vibrations afin qu'il perde de son egoïcité. Une compréhension vibratoire, psychologique et intellectuelle, comme tu viens de le démontrer, fait comprendre le processus de cette nouvelle énergie qui entre en relation avec nos 3 cerveaux.
    Cette compréhension disparaîtra au profit du vécu dans "l'instant présent" sinon l'ego, pressé d'évoluer et tenté d'aller plus vite que la lumière de l'esprit, sera sous contrôle de ceux et celles qui prennent le pouvoir sur autrui...

  • #11

    josée (lundi, 05 août 2019)

    "ce que notre ego aura intégré" sera chaque fois un peu de mutation du corps éthérique en corps morontiel, qui est un corps de substance éthérique comme celui qu'on a toujours eu (et l'éther est une dimension purement vibratoire)…

    … mais la nouveauté réside en ce que la mutation du corps éthérique en corps morontiel élève constamment ce taux vibratoire du fait qu'il s'agit en fait de la métamorphose du corps éthérique en corps de fusion entre les anciens corps et l'énergie qui nous infuse quand on se raccorde aux circuits universels !

    Ce qui précède est une description schématique plus synthétique que ressentie, ce n'est que le pas oû je suis rendue sur le chemin qui me fera délaisser la curiosité en m'imprégnant de cette réalité multidimensionnelle fusionnée qui sera la nôtre demain (ou après-demain) - tu as raison de rester sur le qui-vive quant aux sables mouvants du désir de comprendre.

  • #12

    Edwige (mercredi, 07 août 2019 10:20)

    Le désir de comprendre la mécanicité des choses utilise notre ego et son cerveau gauche rationnel qui n'a pas encore perdu ce besoin spirituel/intellectuel de "cadrer" les choses pour avoir le sentiment de "tout comprendre et/ou tout maîtriser et/ou se croire intelligent.

    Ors on ne peut "que" comprendre vibratoirement ce qui se passe en nous car ce qui se passe est vibratoire et le vocabulaire terrestre est bien en deçà de la puissance de cette vibration !

    Aucun mot, s'il n'est pas vibratoire, ne peut dire avec justesse ce qu'est cette vibration qui œuvre en nous pour transmuter nos vieilles carcasses physiques en nouveaux véhicules énergétiques. Seul le "vécu de cette vibration" est réel dans chaque instant présent de chaque nanoseconde de notre temps terrestre...

  • #13

    josée (samedi, 10 août 2019 00:08)

    tu parles sincèment et d'une façon compréhensible. que nous ressentions vibratoirement ce qui se vit vibratoirement en nous est encore une image pour moi. je ne m'en fais pas pour autant car là où j'en suis rendue me ressemble. ce n'est pas une croisière, ce n'est pas ce que je veux dire. mais mon utilisation du cerveau rationnel est un moyen vital de digérer mon propre processus. mon raffinement vibratoire est plutôt limité à la gestion de mon agenda - qui est improvisé - ainsi qu'è la gestion de mes douleurs physiques. Mon processus évolutif avec toute son expérimentation de m'y insérer passe essentiellement par du verbal, des mots, des idées, des schémas, etc., sur mon écran mental très actif, La gestion de ma centricité semble quant è elle demander que mes cerveaux émotionnel et rationnel fassent équipe. c'est enrichissant scientifiquement que chacun partage la spécificité de son expérience. Je suis d'avis que des éléments se recouperont en aval, dans une séquence d'arrivée différente pour le laboratoire de l'autre. c'est formidable d'être unique, ça apaise parfois la totalité de mon conflit avec le temps passé et futur.

  • #14

    Edwige (samedi, 10 août 2019 12:05)

    Un langage direct, court et substantiel économise de l'énergie psychique pour laisser plus de place à l'ego ethérique sans doute plus érudit que l'ego matériel… Il y a des egos qui ermétisent leur langage et le complexifie, il devient inintelligible et pas du tout vibratoire, il n'a rien à voir avec la vibration du fond de la parole supra consciente et non de sa forme...

    De mémoire Bernard disait je sais plus où, en substance :

    "Il n’y a aucun mot dans le vocabulaire humain qui ne peut être détruit et transmuté, réorganisé, afin de permettre éventuellement la structuration d’une nouvelle philosophie…

    Les mots sont des illusions, je vous mets en garde contre une litanie de conférences, de livres, de fascicules, d’idéologies, autrement dit je vous mets en garde contre la culture humaine dans sa totalité, même la culture ésotérique.

    Penser est une perte d’énergie une faculté mécanique, cérébrale, humaine qui fait partie de l’évolution de l’être humain, mais qui sera totalement arrêtée si l’être humain est pour travailler avec des Intelligences qui sont d’une "très grande simplicité mais d’une puissance énorme".

    Il y a des façons d’approcher l’ésotérisme, ces façons sont de plus en plus à la portée des masses et avec le temps les gens pourront reconnaître par eux-mêmes les meilleures applications dans leur vie, de ces formes de connaissances, mais qu’aucune personne ne s’imagine qu’il y a dans l’ésotérisme de la connaissance, c’est une illusion.

    Le supramental est un mot qui cache beaucoup de choses, c’est un terme générique qui permet aux gens d’atteindre un plus haut niveau de philosophie, c’est l’agissement instantané dans le cosmos, d’Intelligences qui n’ont aucune relation avec les lois d’incarnation, qui n’ont aucune relation avec les forces de l’incarnation et qui suivent l’être humain dans son évolution depuis des milliers d’année, jusqu’au moment où ils peuvent contacter certains individus, sans que ces individus ne se fracturent physiquement ou psychiquement.

    La connaissance est une vibration Supramentale qui pénètre l’Ego, qui se fusionne avec lui, qui lui donne la nourriture dont il a besoin sur le plan mental, qui lui donne la nourriture dont il a besoin sur le plan émotif, qui ajuste son corps éthérique, son corps de vie avec les deux autres et qui permet au corps physique sur le plan matériel, de bien constituer sa fonction en relation avec la destinée de cet ego dans la matière, jusqu’au moment où l’ego doit s’immortaliser dans la forme physique, et ceci se fera éventuellement lorsque l’être humain passera dans l’autre cycle. "L’ego qui n’a pas de crainte n’est plus un Ego humain, c’est un Ego Supramental".

  • #15

    josee (dimanche, 11 août 2019 17:08)

    ce n'est pas parce que la parole d'un autre est inintelligible qu'elle n'est pas du tout vibratoire. la parole de l'autre appartient au parcours de l'autre. seul son impact sur nous nous appartient et il nous revient de gérer cet impact comme il nous revient de gérer n'importe quel événement. personne n'est en croisière sur une mer d'huile, nous sommes tous en voyage sur une rivière unique mais nos rivières ont toutes une panoplie de visages comme la mac kensie canadienne.
    je trouve instructif que le mot hermétisme que tu as utilisé comme synonyme d'inintelligibilité soit présenté sans le h, donc de façon à évoquer cet autre mot : ermite. parce que parmi la poignée de gens en route vers la première vague de fusions, il y a des ermites, et la parole d'un ermite a à se départir d'une mémoire de mutisme social. cette route qui est faite d'un lent fusionnement de toutes nos parties nous fait rencontrer des compagnons aux prises avec des "parties" dont le spectacle nous prend au dépourvu, mais le hasard n'existe pas et ce léger malaise au programme de notre propre route demeure toujours une invitation à y plonger notre propre lumière. on n'a pas fini d'apprendre à marcher ensemble en matant cette suprasensibilité qu'on acquiert en s'éthérisant.

  • #16

    Edwige (dimanche, 11 août 2019 20:39)

    Une parole vibratoire est forcément compréhensible vibratoirement vu que c'est le fond qui compte et non la forme… le c'est ça, c'est ça, c'est ça …est la manifestation d'un parole vibratoire intelligente qui se fait comprendre.

    Dans le cas contraire, si le fond ne se fait pas comprendre à cause d'une forme hermétique, c'est qu'il n'y a aucune vibration dedans.... pas de vibration = pas d'esprit = pas d'intelligence de l'esprit, même si dans la forme y a une grande intelligence de l'intellect de l'ego matériel.

    Une parole qui vibre c'est une parole qui vient de l'esprit ou du double.
    Cette parole vous fait parfaitement comprendre télépathiquement que l'autre a du respect et de l'amour pour vous, quand ce qu'il dit vous dit vous fait sentir "intelligent" en vous mettant à un pied d'égalité.

    Au début, je ne comprenais rien aux paroles de Bernard, mais la résonance de la vibration de cette parole faisait que je comprenais tout dans ma conscience sans chercher à comprendre avec mon intellect… Je sentais remonter en moi tout ce que je savais depuis toujours grâce à la vibration de sa parole qui résonnait avec mon expérience…

    Bien sûr qu'il n'y a rien à juger à ce qui appartient au parcours de l'autre, cependant il nous appartient à nous avec discernement de ne pas délaisser "spirituellement" notre sens critique, du moment qu'il est objectif et constructif pour tous.

    Car il faut bien le dire, même dans la blogosphère supramentale il y a de ces paroles hermétiques qui ressemblent à un concours de phrasé, de démonstration d'intelligence ou de savoir, avec une autorité pédante qui n'a rien d'instructif à partager mais juste à impressionner la galerie avec un ego surdéveloppé…

    L'étage sur-mental dévoile bien des surprises mais comme tu le dis "à chacun de gérer ce qu'il doit faire de cette parole"…

    Bien sûr que l'impact de la parole de l'autre nous appartient, c'est une bonne gestion de constater qu'il n'y a aucun échange possible dans une parole volontairement ou non hermétique, donc venant de l'ego matériel et non de l'esprit ou de l'ego éthérique.

    Le mot hermétisme, écrit avec l'oublie du h, était synonyme de fermeture à l'échange, donc incompréhensible et inintelligible dans une relation qu'on espère générative, sur FB essentiellement...

    Il est en effet instructif d'associer la mémoire des ermites à un mutisme social... c'est le revers de la médaille de l'individualisation solitaire qui nous amène à l'économie de mots, plutôt qu'à leur remplacement par d'autres, qu'il faut aller chercher dans un dictionnaire spécialisé pour comprendre quelque chose, alors que le savoir coule de source il n'a pas a être compris mais su…

  • #17

    josee (lundi, 12 août 2019 15:33)

    pour qu'un événement soit constructif pour soi, il faut s'être parlé intérieurement et avoir compris quelque chose de nouveau.

  • #18

    Josée (lundi, 12 août 2019 16:44)

    trouver qu'un texte est inintelligible peut découler d'un certain nombre de raisons. quelqu'un peut lire un vocabulaire employé différemment que dans son propre laboratoire mental et le trouver inintelligible. ces laboratoires mentaux ou écrans mentaux verbaux sont à la fois des sas d'interprétation les uns des autres et des babillards de communication psychique interne qui ne sont pas exempts d'apports de tous ces MORTS excités par notre recherche. j'apprends à me détacher de l'avis d'autrui quand j'écris parce que ça devient une lutte où je dois mater tout ce qui est animique en moi et qui me pousse à glisser dans un abîme. je dois mater mon réflexe de donner ma considération à l'autre au lieu de glisser avec prépondérance. échanger ramène ce défi, à moins que je ne réussisse à glisser avec prépondérance, alors échanger ramène son pôle opposé, un véritable obsession de ma supériorité qui tient pourtant par des fils. enfin, tout ça pour dire qu'échanger n'a rien à voir avec de l'import export de notions qui nous ont été révélées individuellement. c'est du moins pour moi un moyen de marquer des points sur mon astralité. lorsque des points sont gagnés, il devient possible de tasser mon point de vue au bénéfice d'un savoir qui avait été révélé à l'autre. il y a métamorphose de mon laboratoire mental. mais il n'y a pas adoption du laboratoire mental de l'autre. l'autre nous a respectés dans la divergence et fut l'instrument d'une ouverture précieuse mais les deux routes n'ont fait que se croiser, elles sont trop uniques pour se suivre. mais si elles se croisent dans le savoir c'est parce qu'elles sont en route vers un savoir.

  • #19

    josee (lundi, 12 août 2019 20:39)

    il y a une mutation vibratoire dans la parole et elle suit le rythme des réarticulations de la programmation évolutive. cette cadence de libération de la parole demande souvent le retour au programme d'une opposition intelligente entre les hommes en voie de conscience. les besoins évolutifs de la parole et les formes qui sont neutralisées durant sa mutation sont uniques et nous sommes disséminés dans le monde qui est varié. alors lorsqu'il y a programmation d'échange, il y a un test de compatibilité langagière d'une façon ou d'une autre. il y a aussi une myriades d'attitudes vis à vis la communication qui sont en voie de se conscientiser et qui modulent l'expression verbale, par exemple la tendance à être redondant ou elliptique, celle du néologisme et celle de la métaphore. et évidemment, la langue perd sa spontanéité quand elle s'adresse à qui n'est pas de son coin de planète. mais ce qui empêche le plus l'accord dans un échange, c'est le jugement. là-dessus, nous sommes tous à la même enseigne. le jugement peut tenter de se camoufler dans de la gentillesse ou de l'enseignement, il est là et il souffre de son poids dans un échange par ailleurs amical ou qui se veut l'être. c'est parce que l'astral est une sorte de lumière que le discernement est long à développer. les gens en conscience vivent de la déception dans les échanges qu'ils ont entre eux du fait de devoir se départir de leur luminosité astrale. mais ils sentent et savent que ces échanges sont des coups de main précieux, ou plutôt des mains tendues dont on s' empare même si ça fout parfois des chocs électriques, d'autant plus qu'on parle de chocs très libérateurs pour l'être en soi.

  • #20

    Edwige (lundi, 12 août 2019 21:23)

    "mais ils sentent et savent que ces échanges sont des mains tendues dont on s'empare même si ça fout parfois des chocs électriques, d'autant plus qu'on parle de chocs très libérateurs pour l'être en soi".

    L’esprit ou le double avec lequel on est en contact peut paraître inintelligible, arrogant, supérieur, piquant, agressif, etc… C'est un des multiples phénomènes vibratoires... Le mieux étant de ne rien prendre personnellement à moins que quelque chose nous susceptibilise parce qu’on souffre d’une sensibilité mal ajustée.

    J'y ai été confrontée de multiples fois dans ma vie privée et professionnelle...

    J'étais sur une défensive maladive car je ne comprenais pas que ces chocs électrique a l'ego n'avaient pas le but de m'humilier mais de me préparer à la descente de l'intelligence de l'esprit dans mon canal.

    Ces accros à l'ego font vibrer le mental pour créer un choc vibratoire. Ils détruisent les formes subjectives qui nous font croire à nos insuffisances ou notre petitesse, ils nous sensibilisent à quelque chose d’autre que l'on ne comprend progressivement que plus tard sur le chemin de la conscientisation.

    J'ai compris le sens de certaines souffrances infantiles il y a peu de temps, entre autre la susceptibilité vs la mésestime de soi…

  • #21

    josee (mardi, 13 août 2019 15:24)

    la personne naïve manque de vivacité de jugement parce qu'elle porte des œillères pour se cacher à elle-même l'existence de son jugement, afin de demeurer fidèle à ses valeurs spirituelles. mais la personne naïve porte une contradiction : elle censure le jugement qu'elle porte mais elle donne du crédit au jugement que les autres portent. les gens qui jugent à voix haute sont épanouis et forts. ce qu'elle est, c'est d'eux qu'elle l'apprend. l'étape suivante lui fait perdre ses œillères pour goûter elle aussi à cette force, cet épanouissement.
    commencer à verbaliser ses jugements très tard dans la vie fait faire face à la musique, toute discordante qu'elle soit, de ses jugements des autres. de prime abord, la personne est encore parfaitement naïve et confond jugement et réalité. n'a-t-elle pas admiré la valeur informationnelle du phénomène ? la personne naïve enfin pénètre le tourbillon relationnel. comme une machine à laver, le tourbillon relationnel lave de bien des illusions à propos d'elle-même, et avec l'eau sale s'en va la confiance portée au jugement. les déceptions successives sur sa capacité de jugement le confirment : il n'y a aucune valeur informationnelle dans le jugement. elle juge encore et jugera peut-être toute sa vie, mais le lien de confiance est rompu avec le jugement. à son plus vicieux, il est en instance de partir en fumée tandis que dans sa forme quotidienne, il est vite renvoyé d'où il vient, c.a.d. en astral.
    (mettons que dans sa naïveté elle voit 2 catégories de jugement : il y a le gros grand profond jugement karmique et il y a la version fugace qui pique comme un taon.)
    la personne qui vient de commencer à se donner le droit de juger remarque que le jugement est à son summum vicieux à l'endroit des gens en lien karmique avec elle... mais que si elle ne les fréquente plus, le jugement est en instance de partir en fumée. alors qu'aurait-elle à faire de se justifier de quoi que ce soit par le recours au jugement ?
    quant au jugement ordinaire, cette néophyte le tient dans son oeil de mire car il est plus sournois encore. elle démasque résolument les vexations pour ce qu'elles sont : des moments de pure subjectivité programmés quotidiennement pour provoquer le jugement de l'autre, et tout se fait extirper du corps le plus vite possible, même que plu sa réaction est hostile, moins elle a de prise car elle n'a de prise que le temps de choisir très urgemment la paix, qui est une mer de révélations libératrices.
    contre toute apparence, il n'y a de jugement qui ne soit naïf. la vie est un drôle de choix entre deux options : exercer son droit de choisir ou ne pas l'exercer. on ne choisit pas d'être susceptible, on le subit. on choisit de ne pas être susceptible. on le fait pour restaurer l'intégrité de l'être en soi. et on le fait sans hésitation. rendu là, on met le pied dans la maturité. la fusion est visible. si on écoute comme il faut, le double éthérique est présent qui nous exprime nous mais avec la clarté de la lumière.

  • #22

    josee (samedi, 17 août 2019 15:07)

    contrairement à ce qu'on vit involutivement, l'évolution nous fait changer.

    du moins à nos yeux et aux yeux de notre entourage, semblons nous "changer".

    il y a cette impression intime, presqu'objective, qui nous dit que la couleur de notre caractère pâlit à mesure que s'amincissent nos voiles, alors même que nous ressentons plus vivement la prison de ces voiles.

    la psychologie évolutionnaire consiste en un ajustement cyclique entre l'impression d'avoir réussi à nous désenvoiler et l'impression toute aussi chimérique de nous voir très envoilé.

    la contradiction nous fait nous désintéresser des impressions.