Étude de notes de conférences 2

 Permanence de la connexion

BDM: "D'autres personnes continueront ce travail de développement pour comprendre réellement les mécanismes occultes de la conscience. Ce sera important pour l’homme de pouvoir, en tant qu’ego, se référer à cette science-là pour comprendre sa relation avec sa source, donc avec les forces voilées qui font partie de sa supraconscience, afin de se protéger sur la terre et de vivre une vie de plus en plus agréable".


AVANT-PROPOS

 "Être sur le chemin de l’évolution c’est mener une étude" BdM PE-028

Ces FOCUS sont des espaces réservés aux échanges d'idées pour faire évoluer l'instruction "descendue" par BDM de façon créative, collaborative et générative. Prière de ne pas déformer, ni plagier, les transcriptions originales de l'œuvre de Bernard de Montréal proposées pour étude, dont la seule référence est l'audio qui l'accompagne. Un résumé personnel, des citations et/ou des liens sont admis pour initier ces échanges. Vous pouvez proposer un thème, un sujet qui sera mis en ligne après vérification. Aucune inscription ni abonnement n'est requis, l'anonymat est garanti.

** Polémiques stériles et énergivores, non-respect de la parole de l'autre, critiques malveillantes, tribune spirituelle pour ego surdimensionné… iront directement dans la corbeille.


Extraits de notes de plusieurs personnes, lors de conférences de BDM, proposées par JoséeL'exactitude des citations n'est pas garantie, elles ne sont que prétextes à études sur ce Focus. 

1. "Le principe que tout ce que tu fais est correct (ce n’est pas parfait mais c’est correct) équivaut au principe de la lumière qui entre dans la faille de ton caractère".

2. "Il faut que l’homme s’entraîne volontairement è laisser aller sa personnalité à être d’accord de perdre le contrôle".

3. "L’instruction, c’est comme des billets de banque donnés à l’humanité : ça n’a pas de valeur s’il n’y a pas d’échange. L’échange, c’est quand vous échangez vos défauts avec les défauts des autres. À ce moment, en perdant le contrôle de l’image que vous avez de vous-même, vous reprenez le contrôle sur vos mémoires et elles deviennent utiles".

4. "L’homme a peur de perdre, c’est pourquoi il a de la difficulté è perdre le contrôle".

5. "La destruction de la peur de perdre est le fondement de l’initiation parce que dans l’élimination de cette crainte-là il y a le remplacement par la présence (le plan mental)".

6. "L’homme va être amené à vivre des épreuves jusqu’au point où il pourra faire place à la présence".

7. "L’homme va arriver au point où il pourra identifier quand il est dans l’ego et quand il est dans son identité (la présence)".

8. "On n’est jamais dans les deux en même temps. C’est pourquoi la volonté c’est un choix".

9. "Si tu ne peux pas clarifier où l’ego commence et où la présence finit, tu ne peux pas te transférer (faire le switch) entre l’ego et la présence".

10. "Il faut comprendre le caractère insurrectionnel de la présence. Quand « ils » te parlent, ils te parlent pour te désorganiser, pour te couper les jambes, te couper le contrôle : ils sont là pour abattre ton âme".

11. "À mesure qu’on sait que tout ce qu’on vit est écrit sur les murs, à mesure qu’on sait que le plan précède la conscience, on change de façon de traiter avec l’événement".

12. "Vous vous créerez vous-même en vous supportant tel que vous êtes dans votre parole. C’est la loi des mots, la loi des mots donne la quiétude mentale par rapport à l’incertitude psychologique".

14. "La seule façon de passer à travers notre programmation, c’est d’avoir de la persévérance dans l’esprit, autrement dit une capacité à supporter notre énergie malgré l’astralité de notre conscience. Autrement dit il faut avoir une capacité à détruire le temps, à le contrôler, pour faire de sa vie un continuum".

15. "On arrive dans la maturité quand on reconnaît nos limites, quand être bien devient être bien dans son bain, la maturité c’est une vibration pas trop haute, c’est la sagesse d’en faire moins pour mieux supporter notre énergie tout le temps".

16. "La maturité arrive quand il y a connexion entre l’âme et l’esprit. La maturité permet de se savoir complètement (chaque homme a un secret qui s’ouvre à sa conscience)".

17. "Il faut que la persévérance soit résistante et non passive pour mettre l’esprit en alliance avec l’ego".

18. "Maturité = certitude que tes assises sont dans ta conscience = perception que ton intelligence est parfaite à son niveau = point d’appui dans le mental pour continuer à te perfectionner".

19. "À force de vivre toutes les énergies qui passent dans sa tête sans se laisser impressionner, l’homme apprend à supporter un taux vibratoire plus élevé".

20. "Avec la persévérance, l’homme intègre progressivement le processus d’électrification cellulaire qui l’amène à un autre niveau d’énergie".


Écrire commentaire

Commentaires: 52
  • #1

    Edwige (vendredi, 19 juillet 2019 07:44)

    * 1. Bernard
    "Le principe que tout ce que tu fais est correct (ce n’est pas parfait mais c’est correct) équivaut au principe de la lumière qui entre dans la faille de ton caractère".

    Edwige: Si tout a été correct dans le principe involutif du caractère de l'ego, dans son processus de conscientisation la lumière de l'esprit travaille d'arrache-pied pour l'amener à la résultante exponentielle de toutes ses personnalités, tempéraments caractères, acquis au fil de ses incarnations, jusqu’à ce que toutes les failles soient colmatées.

    Josée: C’est dans l’intérêt de l’homme d’arriver à être capable instant après instant de respecter ce qu’il fait, c’est à dire la résultante exponentielle de toutes ses personnalités, tempéraments caractères, acquis au fil de ses incarnations. Cette neutralité maximalise la pénétration de la lumière dans l’instant.

  • #2

    Josée (vendredi, 19 juillet 2019 07:45)

    * 2. Bernard
    "Il faut que l’homme s’entraîne volontairement à laisser aller sa personnalité à être d’accord de perdre le contrôle".

    Edwige:
    L'ego bien ajusté à l'intelligence de son esprit accepte avec une volonté affirmée de lâcher le contrôle car il sait désormais que rien n'est sous son contrôle, hormis son intelligence et sa volonté grandissantes…

    Josée:
    L’ego qui se saisit de sa pleine volonté résiste à la tentation de juger ce qu’il fait à la lueur de la facette peureuse de sa personnalité.

  • #3

    Edwige (vendredi, 19 juillet 2019 07:51)

    * 3. Bernard
    L’instruction, c’est comme des billets de banque donnés à l’humanité : ça n’a pas de valeur s’il n’y a pas d’échange. L’échange, c’est quand vous échangez vos défauts avec les défauts des autres. À ce moment, en perdant le contrôle de l’image que vous avez de vous-même, vous reprenez le contrôle sur vos mémoires et elles deviennent utiles.

    Edwige:
    L'instruction n'a aucune valeur si elle est donnée du haut d'une estrade… Elle devient horizontale et unilatérale comme la masturbation dont le seul but est de faire aboutir une énergie tendue à son seul profit.
    Échanger ses défauts est assez peu productif sauf dans les chicanes et règlements de comptes quand ils sont intelligents… Si le miroir tendu par l'autre montre une image de soi que nous n'aimons pas, en fait il est une invitation à visiter les mémoires qui nous font donner de l'importance à ce ressenti. En prenant le contrôle de nos croyances en nos défauts nous coupons le lien émotif qui nous relie à ces mémoires défectueuses car elles ne sont qu'expériences de l'âme et non de l'ego.

    Josée:
    Échanger avec autrui sans se soucier des imperfections qui s’expriment = Prendre le contrôle de nos croyances en nos défauts (l’image, spiritualisée, que nous avons de notre défectuosité) = Déspiritualiser et libérer la connexion à la source
    Donc couper le lien émotif qui nous relie à ces mémoires défectueuses dans le feu d’un échange, c’est créer le pont avec la source, comme si la face cachée de l’âme, qui est mémoire, était ce pont vers la source.
    Notre salut se cache dans notre faille.
    La mémoire est indispensable parce qu,elle est le pont d’avignon où dansent notre plein lâcher- prise dans le plein rayon. Sans elle, pas de point de contact. (Mais ça prend le lâcher prise !)

  • #4

    Josée (vendredi, 19 juillet 2019 07:52)

    * 4. Bernard
    "L’homme a peur de perdre, c’est pourquoi il a de la difficulté à perdre le contrôle".

    Edwige:
    La peur de perdre met face à toutes les insécurités vécues depuis la rupture avec notre source. Ces insécurités ont favorisé l'apprentissage du contrôle de l'environnement qui a glissé perfidement sur le contrôle de tout, même sur l'esprit d'autrui via les puissances des forces occultes.

    Josée:
    L’ego n’a eu de cesse d’amasser dans son âme toutes les insécurités vécues depuis la rupture avec la source et de garder l’âme comme référence.
    En laissant ces insécurités l’inciter à tout contrôler et à croire (quelle naïveté) qu’il lui est possible d’atteindre a dans tout et tout le temps le contrôle de tout, l’ego est devenu un ancrage de l’énergie astrale pure : un ancrage de la peur.
    Perdre l’horrifie, perdre le contrôle vraiment lui paraît autodestructeur.

  • #5

    Edwige (vendredi, 19 juillet 2019 07:54)

    * 5. Bernard
    "La destruction de la peur de perdre est le fondement de l’initiation parce que dans l’élimination de cette crainte-là il y a le remplacement par la présence (le plan mental)".

    Edwige:
    Le besoin de sécurité est comblé par l'intelligence qui nous habite elle fait s'effondrer, comme un château de sable, toutes nos craintes y compris la peur sous toutes ses formes. il ne faut pas non plus se leurrer car ça prend un sacré bout de temps pour intégrer cette présence intelligente en soi pour ne pas la confondre avec l'intelligence de l'ego, c'est ça l'initiation.

    Josée:
    La différence entre les deux intelligences est la totale absence ou totale présence de l’ego, ego qui est synonyme de peur, ego qui est synonyme de pulsion vers la sécurité sous toutes ses formes.

  • #6

    Josée (vendredi, 19 juillet 2019 07:59)

    * 6. Bernard
    "L’homme va être amené à vivre des épreuves jusqu’au point où il pourra faire place à la présence".

    Edwige:
    Les épreuves arrivées à l'écœurement d'épreuves mènent a faire le vide nécessaire qui siphonne littéralement cette "présence".

    Josée:
    On vient qu’on arrive à un point d'écœurement face aux épreuves, on décide que c’est la fin de l’apprentissage de l'imperfection, on boycotte cette sphère de comportement et le vide qui est créé siphonne littéralement l’alternative psychique, qui est cette "présence".

  • #7

    Edwige (vendredi, 19 juillet 2019 08:00)

    * 7. Bernard
    "L’homme va arriver au point où il pourra identifier quand il est dans l’ego et quand il est dans son identité (la présence)".

    Edwige:
    En effet l'ego qui murit dans le sillage de l'intelligence de son esprit identifie de mieux en mieux quand il est dans son ego mal dégrossi et quand il est dans sa réelle identité ou son double.

    Josée:
    Vient un temps où on goûte à l’éternité le temps d’un aperçu. Pour le plan mental, nous faire sortir de l’ego une fois leur permet de nous montrer l’ego de l’extérieur. Même si cette forte impression est récupérée par le plan astral, elle sert aussi comme prévu au développement du discernement.

  • #8

    Josée (vendredi, 19 juillet 2019 08:01)

    * 8. Bernard
    "On n’est jamais dans les deux en même temps. C’est pourquoi la volonté c’est un choix".

    Edwige:
    La volonté participe d'avoir le choix entre ceci ou cela, d'être ici ou là, mais sont-ce réellement des choix ou seulement des programmes qui s'exécutent et/ou arrivent à termes ?

    Josée:
    Question intéressante. Le jour où on atteint la capacité de distinguer les deux paliers de vie, le jour où on tranche le possible en deux, le jour où la distinction perd toute ambiguïté, il y a passage à une nouvelle programmation parce que celle où on était à atteint son but.

  • #9

    Edwige (vendredi, 19 juillet 2019 08:01)

    * 9. Bernard
    "Si tu ne peux pas clarifier où l’ego commence et où la présence finit, tu ne peux pas te transférer (faire le switch) entre l’ego et la présence".

    Edwige:
    Pas savoir se positionner entre l'ego et son double revient à confondre l'esprit et la lumière de l'esprit ou l'âme et son principe lumineux

    Josée:
    Envers vents et marées du mensonge, grandit notre sensibilité éthérique capable de sentir à une seconde près quand est-ce que nous retombons dans la réflexion du mensonge. C’est cette finesse de senti qui donne le goût de rester au 2ème étage, celui de la communication horizontale avec la source du mensonge.

  • #10

    Josée (vendredi, 19 juillet 2019 08:02)

    * 10. Bernard
    "Il faut comprendre le caractère insurrectionnel de la présence. Quand
    "ils" te parlent, ils te parlent pour te désorganiser, pour te couper les jambes, te couper le contrôle : ils sont là pour abattre ton âme".

    Edwige:
    "Désorganiser, couper les jambes, couper le contrôle"… afin que le double incarné dans la matière n'ait plus d'âme, ni d'ego, seulement le contrôle des pouvoirs de tous ses sens et de ses pensées…

    Josée:
    Le plan mental envoie le test, qui est de la lumière à eux dans une faille à nous. La réflexion est l’échec au test. Son absence est la réussite du test, l’ego ne s’affolle pas de voir sa faille révélée par la lumière et son accord permet la pénétration du plan mental supérieur sur les plans inférieurs.

  • #11

    Edwige (vendredi, 19 juillet 2019 08:02)

    * 11. Bernard
    "À mesure qu’on sait que tout ce qu’on vit est écrit sur les murs, à mesure qu’on sait que le plan précède la conscience, on change de façon de traiter avec l’événement".

    Edwige:
    La perception des évènements prend une toute autre couleur a force de conscientisation des tenants et aboutissants des étages supérieurs de ce qu'on vit.

    Josée:
    Exactement.
    Le plan précède la conscience
    Le plan = brûler la mémoire
    Plus tu es d’accord de permettre le plan, plus tu es enligné avec le cosmos.
    C’est dans notre intérêt d’abréger le temps du plan
    Abréger le temps du plan = maîtriser le temps.

  • #12

    Josée (vendredi, 19 juillet 2019 08:03)

    * 12. Bernard
    "Vous vous créerez vous-même en vous supportant tel que vous êtes dans votre parole. C’est la loi des mots, la loi des mots donne la quiétude mentale par rapport à l’incertitude psychologique".

    Edwige:
    En éradiquant les craintes du jugement et du regard d'autrui notre réelle identité pend de l'expansion, sans fard ni maquillage de ce que sont nos personnalité, caractère et tempérament. Il n'y a plus d'incertitude de notre valeur quand nous sortons des canons hiérarchiques spirituels…

    Josée:
    Parfaitement d’accord.
    Tout laisser passer par soi = permettre à la personnalité d’évoluer
    L’image que l’autre se forme de nous dans sa tête (une chose qui échappe à notre entendement de toute façon) lui appartient pour des raisons involutives ou évolutives.
    L’image qu’on reçoit de nous-mêmes dans notre tête est aussi un test. Va-t-on la nourrir ? C’est la peur d’évoluer qui décide. (S’agit pas de VOULOIR évoluer, mais d’être d’accord avec)

  • #13

    Edwige (vendredi, 19 juillet 2019)

    13.
    Edwige:
    ???

    Josée:
    Pas de numéro 13 ! Là je comprends pourquoi les 20 notes se numérotaient jusqu’à 21. Mais drôle de coïncidence avec le chiffre de judas.

  • #14

    Josée (vendredi, 19 juillet 2019 08:04)

    * 14. Bernard
    "La seule façon de passer à travers notre programmation, c’est d’avoir de la persévérance dans l’esprit, autrement dit une capacité à supporter notre énergie malgré l’astralité de notre conscience. Autrement dit il faut avoir une capacité à détruire le temps, à le contrôler, pour faire de sa vie un continuum".

    Edwige:
    La persévérance de l'ego dans sa volonté de vouloir dépasser sa programmation, aide l’esprit à supporter l'énergie du double en création malgré les miasmes astraux de la conscience en évolution.
    Contrôler et détruire le temps pour que sa vie diurne et nocturne ne soit qu'une ligne horizontale demande à savoir vivre parfaitement et sans faille le moment présent à la nanoseconde prés faisant fi de toutes interférences astrales… Bravo l'artiste qui y parvient du jour au lendemain…

    Josée:
    Si tu résistes à tes propres demandes supposément constructives mais réellement spiritualisantes, si tu réussis à ne pas te demander d’être autre chose que ce que tu es là où tu es rendu, alors tu peux t’appuyer sur ce que tu es là où tu es rendu et tu crées le continuum du « où tu es rendu ».

  • #15

    Edwige (vendredi, 19 juillet 2019 08:05)

    * 15. Bernard
    "On arrive dans la maturité quand on reconnaît nos limites, quand être bien devient être bien dans son bain, la maturité c’est une vibration pas trop haute, c’est la sagesse d’en faire moins pour mieux supporter notre énergie tout le temps".

    Edwige:
    La maturité nous fait prendre du recul avec tous les attachements pourvoyeurs d'énergies mal investies… Reconnaître nos limites nous rend neutre face aux adversités, aux agacements en tous genres, à ce qui nous échappe, qui n'est pas nous notre gouverne ou pas de nos affaires…
    Être bien dans son bain ou ses souliers n'empêche pas de s'ajuster chaque fois que notre taux vibratoire monte d'un cran. La sagesse c'est de "se reposer" afin que ces énergies œuvrent à leur office et de se relever lors d'une nouvelle poussée vibratoire. On accueille ces nouvelles énergies en réglant le débit et la température comme celle d'un robinet.

    Josée:
    Sortir de la réflexion = Arrêter de jeter des perles aux cochons anti-homme.
    Il faut se ressaisir et résister à cette habitude de s’agenouiller pour se soumettre aux notions de perfection, de compétition et de consommation.
    Sortir de la réflexion, du jugement, etc. = doser le repos, prioriser le repos par rapport à l’image et finalement se débarrasser l’image, l’image étant une astuce des cochons pour nous soutirer nos perles vitales.
    Tu n’as peut-être pas la piscine du voisin mais tu es bien dans ton bain.

  • #16

    Josée (vendredi, 19 juillet 2019 08:05)

    * 16. Bernard
    "La maturité arrive quand il y a connexion entre l’âme et l’esprit. La maturité permet de se savoir complètement (chaque homme a un secret qui s’ouvre à sa conscience)"

    Edwige:
    La maturité arrive quand l’âme cessera de dominer l'ego et l’esprit pour que le double s'incarne complètement, c'est ça le secret qui s’ouvre à sa conscience.

    Josée:
    Longtemps l’ego va tourner autour du pot pour chaque facette de sa mécanique humaine. Enfin l’âme et l’esprit se rejoignent avec la même précision que quand se sont rejointes l’équipe française et l’équipe anglaise qui creusaient le tunnel sous la Manche, sauf que là une des deux instances, l’esprit, à la puissance d’éclai d’un soleil.
    À partir de là, avec cette lumière, plus rien n’est caché. La lumière éclaire ci, éclaire ça, comme un spot.
    Heu... excuse si je change de métaphore, mais l’âme se retourne comme un gant et plus rien de ce qui était au fond de ce gant truqué de prestidigitation n’est tenu secret.

  • #17

    Edwige (vendredi, 19 juillet 2019 08:06)

    * 17. Bernard
    "Il faut que la persévérance soit résistante et non passive pour mettre l’esprit en alliance avec l’ego".

    Edwige:
    La persévérance résistante équivaut à affermir une volonté féroce de l'ego pour se mettre en alliance avec l’esprit et ne plus se faire diviser par l'âme.

    Josée:
    Une persévérance passive équivaut à nourrir une attitude spirituelle, autrement dit un pacte avec un guide spirituel. On atteint la stabilité fragile d’un épanoui évanoui ( expression de Bernard). La persévérance résistante équivaut quant à elle à affermir une volonté féroce de l'ego en toutes circonstances: diurnes et nocturnes, rationnelles et irrationnelles, matérielles et immatérielles, etc. Il faut arriver à ne jamais lâcher la gestion, le tri, l’affût. ne plus se faire avoir point final, même si tel le diable l’esprit joue le jeu de la tentation pour voir si on veut rester dans la subjectivité de l'âme. Il rester en mode veille, en mode doute de toutt’, en mode libre et non pris par les formes... pour se mettre en alliance avec l’énergie de l’esprit derrière la forme. On se comprend !

  • #18

    Josée (vendredi, 19 juillet 2019 08:07)

    * 18. Bernard
    "Maturité = certitude que tes assises sont dans ta conscience = perception que ton intelligence est parfaite à son niveau = point d’appui dans le mental pour continuer à te perfectionner".

    Edwige:
    De la maturité découle que la certitude de nos assises dans la conscience est le fait d'une intelligence parfaite dans le mental pour continuer à se perfectionner.

    Josée:
    Pour te perfectionner, tu dois partir de la seule chose que tu as : cette conscience dans ta tête, cette psyché dont tu supportes l’imperfection avec tout ton courage parce qu’elle est ton identité unique à toi, ton identité en devenir.

  • #19

    Edwige (vendredi, 19 juillet 2019 08:08)

    * 19. Bernard
    "À force de vivre toutes les énergies qui passent dans sa tête sans se laisser impressionner, l’homme apprend à supporter un taux vibratoire plus élevé".

    Edwige:
    L’homme qui supporte un taux vibratoire qui s'élève constamment ne se laisse plus impressionner par les différentes manifestations de cette élévation, il transmute les symptômes sans gémir ni se plaindre de quoi que ce fût aussi désagréable soit-il.

    Josée:
    Élimination de la capacité à être impressionné = sevrage des valeurs = retrait du contrôle jadis cédé aux forces spiritualisantes = déspiritualisation = changement d’allégeance = adhésion inconditionnelle au processus TEL QU’IL EST (programmation visant à élever le taux vibratoire) = grosse élévation vibratoire du continuum du « où tu es rendu » = exposition à une altération inattendue de notre résonance à la lumière = réarticulation de la conscience cellulaire du système nerveux = ajustement multidimensionnelle de l’intuition (ex. avec la synchronicité), de la raison (elle perd en mémoire organisationnelle mais gagne en capacité à travailler en équipe avec l’intuition), de notre éther (qui change encore un peu plus d’allégeance, passant de l’élémental au règne mental supérieur)
    À l’inverse, quand on s'embarrasse d’impression, d’émotion, de jugement et d’attitude, quand on se désolidarise du continuum du « où tu es rendu » qui n’a rien d’impressionnant, alors on régresse vibratoirement à l’ancienne allégeance spirituelle à une subjectivité championne à mettre un maximum de bâtons dans les roues.

  • #20

    Josée (vendredi, 19 juillet 2019 08:08)

    * 20. Bernard
    "Avec la persévérance, l’homme intègre progressivement le processus d’électrification cellulaire qui l’amène à un autre niveau d’énergie".

    Edwige:
    Avec la persévérance et l'habituation des transmutations, l'électrification cellulaire lui fait prendre conscience de ses changements de plans, ces niveaux d’énergies l'individualise complètement et l'éjecte du reste de sa communauté humaine. Il fait la paix avec sa nostalgie, dans sa solitude terrestre, car désormais il se sent moins seul que jamais…

    Josée:
    Prendre absolument toute la météo de l’esprit comme un théâtre.
    Se débrouiller dans le brouillard toujours sans jamais repère autre que sa conscience encore en train d’entamer sa très lente mise en branle.
    Persévérer sur son petit bonhomme de chemin.
    Aux aguets et sans relâche : voilà la façon de produire notre mutation.

  • #21

    josee (dimanche, 21 juillet 2019 00:19)

    canaliser tout ce que comporte le temps qui passe dans notre expérience sans laisser de marge pour les insécurités (insécurités qui font que nous jugeons ce qui passe dans notre expérience)… voilà la solution pour éteindre enfin un complexe de culpabilité.

  • #22

    josee (dimanche, 21 juillet 2019 00:39)

    tu irais direct dans ton intérêt si tu canalisais tout tout tout ce que comporte le temps qui passe dans ton expérience.
    autrement dit, tu irais direct dans ton intérêt si tu étais vibratoirement capable de ne pas laisser de marge pour les insécurités qui jugent ce qui vient "de toi".

    vivre selon le principe du "tout ce que tu fais est correct" signifierait totalement permettre ta programmation.
    ta programmation… qui est une stratégie issue de l'intelligence qui veut que se beurre ta tribune avec ce qui te reste d'âme non intégrée…

    cette permission (cette canalisation totale) créerait la possibilité d'une pleine exposition à la lumière de ce qui te reste d'âme non intégrée… et l'intégration se finaliserait en deux temps trois mouvements.

    ce principe oriente mon comportement, je veux me pousser en ce sens, et cependant je sais que je ne suis pas prête et que donc je suis animée par un désir spirituel.

    heureusement, dans le jus d'une interaction, parce qu'il y a beaucoup de paranoïa dans mon âme qui se fait intégrer dans le feu du contact humain (rare dans ma vie), je n'ai pas le loisir de me référer à ce désir spirituel d'OBÉIR au principe du "tout ce que tu fais est correct".

  • #23

    josee (dimanche, 21 juillet 2019 00:43)

    on s'entend que j'utilise le "tu" sans vouloir parler de toi edwige.
    est-ce que les français utilisent le tu pour philosopher par exemple ?

  • #24

    Edwige (lundi, 22 juillet 2019 09:32)

    #21

    Juger son expérience est encore un manque de clarté dans la force intelligente de son discernement.

    Il en va de même pour le sentiment d'insécurité et de culpabilité, pour ses miasmes dans le corps émotionnel qui ne sont pas tout à fait épurés des liens avec les mémoires qui leurs sont associées.

  • #25

    Edwige (lundi, 22 juillet 2019 09:35)

    #22

    Si chaque nanoseconde de notre temps étaient scannée spontanément nos intérêts seraient satisfaits spontanément.

    Dans le respect de soi, tout comme dans le respect d'autrui, le jugement fait place à la compréhension lucide et neutre des faits.

    Une programmation ne se contourne pas elle s'exécute, rien ne peut y faire obstacle même la croyance au fait que "tout est correct".

    Le plan d'évolution de l'âme, de l'ego et de l'esprit, savamment étudiés, sont des programmations orchestrées sur papier millimétré, aucune erreur n'est possible l'intégration se faisant de gré, de force ou à notre insu.

    Mégalomanie et paranoïa sont des penchants qui entretiennent les conditionnements astraux/spirituels. Ils entretiennent le désir de croire que "tout est correct" alors que seule la volonté de l'ego matériel et l'intelligence l'ego éthérique peuvent faire en sorte que tout soit simplement parfaitement à sa place.

  • #26

    Edwige (lundi, 22 juillet 2019 09:40)

    #23

    Je ne prends rien personnellement, ici quand on raconte une chose en mode "tu", généralement c'est pour parler de soi et de son expérience pour se détacher du "je" égocentré…

  • #27

    josee (lundi, 22 juillet 2019 21:07)

    parler en tu, en on, en nous, en je ou prenant comme sujet du verbe des mots comme "l'homme" ou "l'ego", parler avec des métaphore, parler sec, longues phrases, petites phrases, seul compte le verbe 'parler'.

    tout ce que tu fais est correct, c'est là que doit rentrer la volonté : à être d'accord avec tout tout tout ce que tu fais.
    ce que tu fais exclut ce que tu reçois, de l'extérieur ou dans le le mental. la réalité n'existe qu'en toi, le reste est perception. il n'y a de réel que ce que tu fais et c'est ça qui doit être protégé par la volonté de ne pas se juger dans ce qu'on fait.
    ce qu'on fait = ce qu'on fait en action, en parole et en lutte mentale

    oû est le respect d'autrui là-dedans ?
    le respect d'autrui est quelque chose qu'on fait au niveau de l'action, de la parole et, en premier lieu, de la lutte mentale.

  • #28

    Edwige (lundi, 29 juillet 2019 12:09)

    Parler en tu ou en je implique qu'on s'implique personnellement et seul.

    Parler en "on" ou en "nous" est une tentative d'impliquer l'autre ou de se transposer par procuration à travers cet autre.

    Tu peux être d'accord avec tout ce que tu fais sans jamais te juger si ça n'impacte que ta réalité et pas celle de l'autre…

    Quand tu franchis inconsciemment l'infime limite du respect de l'autre, peut important ton action, ta parole, ta lutte mentale, tu implique également le respect de toi-même.

    La volonté de l'ego matériel et l'intelligence l'ego éthérique peuvent faire en sorte que tout soit simplement parfaitement à sa place dans le respect en mode TU et JE et celui de l'autre en mode ON ou NOUS.

  • #29

    josee (mardi, 30 juillet 2019 02:39)

    si tu nourris dans une action le manque de respect qui t'es venu en tête, tu peux soit prendre la voie de dire que ton action est correcte, soit prendre la voie de dire que ton action n'est pas correcte.
    en y allant pour cette dernière option, tu souffres psychologiquement, tu te spiritualises, te polarises, tu remets l'intégration à une autre fois.
    en y allant pour l'option "tout ce que tu fais est correct" alors même que tu viens de nourrir un truc astral, tu vas t'épargner toute souffrance psychologique et toute polarisation. cette voie doit être maîtrisée. les étapes peuvent être qu'au début tu souffres vibratoirement de voir cet astral encore nourri, encore en place, puis la vibration même cesse d'être souffrante et puis s'estompe.
    cette neutralité face à ce qu'on fait soi-même est une preuve lancée au rayon que la programmation a donné fruit et peut être réarticulée à un autre taux vibratoire.

  • #30

    josee (mercredi, 31 juillet 2019 03:49)

    les deux premières notes parlent de l'importance de ne pas juger ni notre programmation ni notre réaction à elle (qui en fait partie !).
    quand on VEUT éliminer la souffrance, autant pour le moment présent que pour l'avenir, il faut supporter ce qui sort de soi sans le polariser donc sans le raccorder à l'âme.
    voici les deux notes.
    no 2 : Il faut que l’homme s’entraîne volontairement à laisser aller sa personnalité à être d’accord de perdre le contrôle
    no 1 : Le principe que tout ce que tu fais est correct (ce n’est pas parfait mais c’est correct) équivaut au principe de la lumière qui entre dans la faille de ton caractère

  • #31

    josee (mercredi, 31 juillet 2019 13:51)

    3. Bernard : "L’instruction, c’est comme des billets de banque donnés à l’humanité : ça n’a pas de valeur s’il n’y a pas d’échange. L’échange, c’est quand vous échangez vos défauts avec les défauts des autres. À ce moment, en perdant le contrôle de l’image que vous avez de vous-même, vous reprenez le contrôle sur vos mémoires et elles deviennent utiles."

    échanger nos défauts, c'est échanger nos mémoires. tant que nous n'échangeons pas nos mémoires, elles restent inutilisées, comme de l'argent dans une chaussette.

    permettre que s'expriment nos mémoires dans le feu d'une interaction, c'est permettre pleinement notre programmation qui revisite nos mémoires pour les inonder une à une de la lumière de l'énergie derrière la forme.

    chaque mémoire est une huître qui reste fermée tant qu'elle n'est pas exposée à de la pure neutralité.

    la neutralité c'est la pleine permission qu'elle s'exprime.

    la perle à l'intérieur c'est le taux vibratoire qui nous revient alors que disparaît le jeu du jugement positif ou négatif que nous avions toujours nourri face à cette mémoire.

  • #32

    josée (mercredi, 31 juillet 2019 14:21)

    14. Bernard: "La seule façon de passer à travers notre programmation, c’est d’avoir de la persévérance dans l’esprit, autrement dit une capacité à supporter notre énergie malgré l’astralité de notre conscience. Autrement dit il faut avoir une capacité à détruire le temps, à le contrôler, pour faire de sa vie un continuum".

    qu'est-ce qui est programmé ? quelle est la composante dont les progrès sont planifiés ? C'est notre énergie.
    Soit que l'ego adhére à l'astralité de notre conscience, soit qu'il supporte notre énergie là où elle est rendue.
    S'il persévère dans ce dernier choix, il épouse la programmation, il épouse le temps.
    autrement dit l'ego se met è égalité avec les grands mouvements cosmiques… en persévérant à supporter son énergie là où elle est rendue.
    le défi concret pour y arriver ? sevrer l'astralité déjà bien en place dans les oubliettes de sa conscience.

  • #33

    Edwige (mercredi, 07 août 2019)

    Réponse a #29 :
    Il arrive un temps ou à force de tests et re-tests, à force d'essais et d'erreurs il n'y a plus besoin de maitriser ce qui vient à nous par le double.
    Si nous somme centrés et ajustés à l'intelligence de notre esprit et à la volonté de ce double éthérique tout ce que l'on fait ne peut être entaché d'aucune culpabilité, ni de correct ou pas…
    Ce qui se fait c'est ce que nous faisons et c'est que nous avons exactement à faire point c'est tout.

    Réponse à #30 :
    Ne pas juger la réaction de notre ego matériel vis-à-vis de sa programmation c'est accepter que ce qui sort de l'ego éthérique (le double) n'est jamais polarisé.
    L'ego matériel conscient et lié à l'intelligence de son esprit comprend qu'il lui faut lâcher prise sur le contrôle et son besoin de domination afin de laisser son double prendre les rênes.
    C'est en cela que "tout devient correct" quand c'est la "lumière de l'ego éthérique" qui s'exprime par-dessus l'ego matériel qui, lui, est bourré de failles dans sa personnalité.

    Réponse à #31 :
    L’instruction, sans échanges équitables et génératifs, n'a aucune valeur surtout lorsqu'elle est monnayée du haut d'une estrade en solo.
    Faire ressusciter nos mémoires, au détour d'un échanges de défauts, c'est leur redonner une autre énergie moins polarisée, donc plus exempts de défauts et de nécessités à être ce qu'ils sont, juste des traits de caractère avec une énergie neutre associée, qui renforce le taux vibratoire du double éthérique en gestation, ainsi que celui de nos corps subtils.

    Réponse à #32 :
    Pour que notre vie soit un continuum de temps les nanosecondes qui constitue chaque temps de notre instant T doit être vécu sans discontinuité, y compris dans les temps de pauses ou de relaxations, dans lesquels l'esprit est toujours en mouvement d'énergie.
    L'ego en évolution, même dans sa conscience astrale, bénéficie du mouvement énergétique de son esprit, il le soutien chaque instant à traquer l'astralité de ses pensées.

  • #34

    josee (dimanche, 11 août 2019 20:28)

    de bien belles pensées que nous avons échangées là. c'est pour mon ego tout un changement de politique existentielle !

  • #35

    Edwige (lundi, 12 août 2019 09:14)

    Des échanges contributifs qui nous rapproche au mieux des 10% de pensées intelligentes, afin d'augmenter graduellement le pourcentage de ces pensées intelligentes...

    Tout un chantier de rénovation de l'existant...

    Je me répète... rien n'est correct ou pas correct, ce qui se fait c'est ce que nous faisons, c'est ce que nous avons à faire impéativement, point c'est tout.

  • #36

    josee (samedi, 17 août 2019 15:45)

    100% d'accord, ce que nous faisons, c'est ce que nous avons à faire impérativement, un point c'est tout, sans rajouter un commentaire ni négatif ni positif quelconque. cette révélation est magistrale et libératrice. il n'y a rien à comprendre. l'ego deviendra un pur canal..

  • #37

    josee (dimanche, 18 août 2019 14:16)

    j'étais loin de penser qu'arriverait un jour où j'atteindrais une telle profondeur de compréhension tout en traînant ma même personnalité avec les mêmes attitudes, naïvetés, insécurités et réflexes.

  • #38

    josee (dimanche, 18 août 2019 17:41)

    chaque fois que je reçois une mesure de mon niveau de fusion, ça me monte à la tête. ça se fait subliminalement et c'est suivi d'une chute. c'est parce que le narcissisme est chaque fois trop subtil pour mon taux vibratoire que je tombe invariablement dedans. en bref, je crois m'égaliser avec l'esprit alors que je me fais mentir. ma conscience astrale inférieure est encore aux commandes de ma "relation" avec l'esprit.

  • #39

    josee (mercredi, 21 août 2019 04:01)

    chaque fois que je vis une mesure de mon impuissance, ça bascule éventuellement en une expansion de conscience qui évacue le malaise. mais cette expansion de conscience ne me positionne pas en termes de progrès évolutifs parce qu'elle n'a rien de narcissique. il y a suspension de mon arrogance tant que je reste figée devant la nouvelle explication que j'ai de la vie, c.a.d. de l'esprit.

  • #40

    Edwige (mardi, 27 août 2019 06:23)

    Il y à comprendre que ce que nous avons à faire c'est de vivre sa vie matérielle le plus créativement possible, en adéquation parfaite avec les besoins de l'esprit et de notre jumeau éthérique, seule condition pour que l'ego devienne "pur canal".

    Tout le reste n'est que cogitation d'une conscience réflexive, astralisée qui perd du temps et de l'énergie psychique à supputer ce qui n'arrive jamais car tout n'est qu'illusion parce que TOUT ne sera réel qu'après la matérialisation du double.

    Tant qu'on ne comprend pas que le "processus de fusion" n'est qu'une étape primaire de cette matérialisation, ce processus restera dans les carcans spirituels sans aboutir a rien parce qu'on est figé dans son véhicule mental en oubliant l'essentiel… son véhicule matériel, ce chantier physique en rénovation ...

  • #41

    josee (jeudi, 29 août 2019 16:34)

    la cogitation brise le lien entre l'ego et l'intelligence universelle. la cogitation survient parce qu'on est encore incapable de PRENDRE l'intelligence universelle.
    tant qu'on est incapable de prendre l'intelligence universelle (tant qu'on est capable de verser dans la cogitation), celle-ci annule la puissance de l'ego.
    tout se construit à partir de la puissance croissante de l'ego, c.a.d. à partir de sa morontialité croissante.
    que veut dire "PRENDRE l'intelligence universelle" ?
    ça veut dire prendre sa vie sans la juger. juger = cogiter

  • #42

    josee (vendredi, 30 août 2019 05:16)

    après relecture du message 42, je voudrais apporter un éclaircissement.

    "tant qu'on est incapable de prendre l'intelligence universelle (tant qu'on est capable de verser dans la cogitation), celle-ci annule la puissance de l'ego."

    veut dire

    tant qu'on est incapable de prendre l'intelligence universelle, celle-ci annule la puissance de l'ego.

    on est sans puissance tant qu'on n'intègre pas cette lumière parce que cette lumière pure, omniprésente dans notre programmation, nous coupe notre puissance.

    ce n'est qu'en l'INTÉGRANT, qu'en s'en laissant activement et volontairement pénétrer, que nous accédons à notre propre puissance, qui est omnipuissante.

    l'intelligence universelle est une énergie spiritualisante, abrutissante, etc., aussi longtemps qu'on ne la saisit pas par les cornes.

    avant d'entrer dans notre puissance potentielle, il faut mater cette vibration.

    avant de mater cette vibration, qui est notre propre énergie miroitant notre astralité, il faut développer une pleine neutralité face à notre astralité.

    le processus du gain en puissance est un mouvement perpétuel.

    comprendre la lumière de notre programmation = épouser notre programmation = nous dépolariser émotionnellement personnellement et intérieurement = comprendre encore mieux la lumière de notre programmation = épouser encore mieux notre programmation = nous dépolariser émotionnellement un peu plus encore personnellement et intérieurement

    grâce à ce travail collaboratif, on réduit le jugement qui fait écran entre nous et la lumière de notre programmation, on PREND la vibration au lieu de la juger astralement. et en supportant notre propre énergie, on accède à la formidable puissance de l'homme intégral. avec cette puissance, on met fin à l'unilatéralité de la communication entre nous et notre vie au niveau de notre statut individuel dans le cosmos.

    ce n'est que lorsqu'on PREND LA LUMIÈRE PRÉSENTE DANS NOTRE PROGRAMMATION que la lumière cesse d'être un mur aveuglant et asujettissant.

  • #43

    josee (vendredi, 30 août 2019 14:48)

    je voudrais apporter les corrections que j'ai comprises depuis que j'ai écrit le précédent message en ce qui concerne le passage suivant : "l'intelligence universelle est une énergie spiritualisante, abrutissante, etc., aussi longtemps qu'on ne la saisit pas par les cornes.
    avant d'entrer dans notre puissance potentielle, il faut mater cette vibration.
    avant de mater cette vibration, qui est notre propre énergie miroitant notre astralité, il faut développer une pleine neutralité face à notre astralité."

    ce sujet est central et j'arrive dedans avec une ignorance complète que trahissent les confusions de sens trouvés ici.

    durant le processus de fusion, il y a :
    - d'un bord le travail de la lumière qui nous cuisine des formes surgissant au niveau événementiel ou dans nos cerveaux intuitif et rationnel (c.a.d. notre programmation);
    - de l'autre bord, notre vibration.

    # notre vibration est le résultat escompté du travail de la lumière. la lumière a un pouvoir de prédiction parfait.
    # notre vibration représente notre énergie multidimensionnelle incluant la dimension supramentale en développement, notre lumière à nous.
    # cette situation dure tant que cette énergie qui est la nôtre charrie de la mémoire non dépolarisée.
    # notre vibration consiste en l'émergence, dans le temps, de ce que nous charrions de mémoire polarisée qui réagit au travail de la lumière.
    # notre vibration est une opportunité de dépolariser notre mémoire.
    # ce n'est pas la programmation qu'il faut épouser mais notre vibration.

  • #44

    Edwige (dimanche, 01 septembre 2019 05:36)

    Dans ce qu'il m'est donné de saisir de tes posts 41 - 42 - 43 c'est que, pardessus l'esprit planétaire, nous pouvons choisir le pouvoir de l'esprit universel qui, de sa lumière plus puissante, travaille sur notre ego comme un marteau piqueur. Également que l'énergie utilisée pour mettre en action cet outil de burinage est porteuse de vibrations bien plus efficaces en intelligences créatives et dépolarisantes.

    Du reste sachant que tout est énergie ne dit-on pas que notre vibration nous mène là où elle nous attire. On peut dire que nous avons la vibration pour ceci ou cela, pour untel plutôt qu'un autre, pour une activité, un aliment, une boisson...etc.
    Nous faisons corps avec notre vibration, elle est à l'origine même de notre programmation, à laquelle on n'échappe pas puisqu'elle est le prototype vibratoire d'incarnation...

  • #45

    josee (dimanche, 01 septembre 2019 17:19)

    en effet la vibration est à la fois une épreuve et une direction.
    épreuve, elle défie notre capacité de ne pas en faire une réflexion source d'émotivation.
    direction, elle demande de fondre notre volonté dans nos besoins évolutifs.

    cette énergie a trois volets
    - le volet satanique, qui est celui de la réflexion source d'émotivation.
    - le volet luciférien, qui est celui fondamental de l'inconscience qui a donné lieu à la civilisation involutive. c'est celui de la naïveté ou spiritualité fondamentale, parasité par l'onde satanique.
    - l'éther ou la morontialité de notre esprit, qui fait émerger les volets satanique et luciférien pour qu'ils s'intègrent à lui. pour occasionner cette émergence de notre astralité, ce "volet" nous gère au niveau événementiel. notre ego, en retour, doit s'efforcer de choisir de s'y coller à l'exclusion des autres volets.

  • #46

    Edwige (lundi, 02 septembre 2019 10:07)

    Autrement dit si je suis ton raisonnement l'ego, connecté en permanence, qui épouse à 100% sa vibration est passé de l'ombre à la lumière par la case réflexivité spirituelle émotionalisante. Au fil des incarnations, dans l'immortalité de son esprit planétaire se sont fondus ses aspects sombres et lumineux afin que devenu intelligent = dépolarisé, il gère sa vie en toute impartialité/neutralité mentale quoi qu'il advienne.

    C'était le temps de l'involution où la nécessité de survie de l'humanité, programmée depuis l'étincelle de la première vie, n'a fait que suivre le cours de sa programmation. L'humain n'a pas eu besoin de réfléchir à ses besoins, ceux-ci étant inscrit dans le cerveaux reptilien, il s'est contenté de répondre à la demande de ses besoins pour sa survie sur terre.

    Aujourd'hui ces besoins primaires étant comblés, d'autres besoins apparaissent qui ne sont plus sous le contrôle du cerveau reptilien mais du cerveau éthérique… une conscience au-delà du mental réflectif, une connexion permanente entre le double éthérique et sa source.

  • #47

    josee (samedi, 07 septembre 2019 14:23)

    notre vibration est et a toujours été luciférienne, avec un parasitage satanique. le luciférien, c'est le contrat de développement de l'âme, la nécessité de survie, la programmation qui nous met sous tutelle pour tous nos besoins.
    le satanique, c'est le recours au passé, l'analyse, la peur, les désirs, dont celui de dominer de toutes les façons jugées disponibles non pas tant par l'ego mais par l'empire satanique, qui, du centre de la terre, carbure à l'émotion humaine. cet empire est d'ailleurs peut-être la première "génération" d'hommes, à peine matérialisés, et réfugiés dans le contrôle très matériel du globe (plaques tectoniques, courants marins et d'air, magma). ils sont capables de nous tenter à partir de comment se recoupent nos faiblesses, dont ils lisent les archives, et notre vibration luciférienne involutive.
    avec l'évolution, la vibration luciférienne n'est plus le résultat d'une programmation karmique morte, établie par un ajusteur de pensée très loin de nous, mais d'une programmation éthérique vivante, réarticulée au besoin par notre moi cosmique.
    luciférien veut dire spirituel. à mesure qu'on se déspiritualise, on se déluciférise dans le sens qu'on transcende le joug de la pensée manipulatrice.
    durant l'évolution, c'est le moi cosmique qui ressuscite le parasitage satanique. celui-ci comme tel perd sa capacité de parasiter notre "capacité à être tenté". mais dans notre vibration, subsiste cette "capacité à être tenté" afin justement que l'ego canalise la puissance volontaire d'en purifier sa vibration. cette capacité à être tenté est la charge animique polarisée, laquelle se neutralise en étant sevrée au lieu de nourrie.
    c'est donc davantage de notre passé qu'on se libère, que des entités du monde astral, qui ne sont qu'"évoqués" par la programmation pour faire résonner la charge présente dans notre vibration.
    est-ce que ça se comprend ?

  • #48

    Edwige (mardi, 10 septembre 2019 10:26)

    Ce qui se comprend c'est que l'ego prenant conscience de lui-même et de son jumeau éthérique, accroit sa volonté de "sortir de l'ingérence" de toutes les manipulations et dominations, d'où qu'elles proviennent d'en haut et/ou d'en bas, véritables freins à son évolution.

    S'il existait un libre-arbitre il serait là dans ce carrefour : "sortir de l'ingérence", comme les enfants avec leurs parents. Avec l'énorme différence que cette liberté de prendre la poudre d'escampette sera vécue dans la dépolarisation et la neutralité mentale de son double éthérique.

  • #49

    josee (mercredi, 11 septembre 2019 08:47)

    l'intelligence de la vibration fait redoubler le travail d'élimination de la réflexion. mais cette équation entre la volonté et la désémotivation recouvre des mathématiques plus profondes encore : l'ingérence ou domination du double.

    l'homme aux prises avec son discernement vibratoire n'en nourrit pas moins pour autant une relation spirituelle avec le double. ça se passe en marge de ses efforts étroits qui le captivent au niveau de sa gestion psychique et il met longtemps à toucher le fond du problème, qui est cette relation spirituelle avec le double.

    mais le travail de discernement entre la vibration et la réflexion, loin de détourner de la prise de conscience sur cette spiritualisation et asujettissement, va y mener.

    il faut pour cela une occasion particulière, un contexte où l'ego est particulièrement déterminé à ne pas basculer dans la réflexion du fait que celle-ci, telle que suscitée par ce contexte là, lui est particulièrement souffrante.

    quand l'enjeu est de fort calibre, la corde tire entre l'ego et le double. l'ego peut alors être tenté d'analyser le contexte, de juger que le double a mit le paquet, etc., mais l'urgence étant trop vive, l'ego n'a pas le luxe de jouer avec ses émotivations bon marché. ruminer dans son coin serait permettre au contexte d'ouvrir la porte toute grande à l'émotion, ce qui n'est pas une option, de même qu'on ne fait pas entrer des lions dans la cage des gazelles.

    d'option, il n'y en a qu'une : remonter à la source qui a tout générer et s'adresser directement à soi, cosmiquement. (à suivre)

  • #50

    Edwige (samedi, 14 septembre 2019 11:40)

    La vibration est intelligente en soi, dans l'intelligence il n'y a pas de réflexion.

    L'esprit peut être manipulateur, l'ego être assujetti à son corps émotionnel, si son jumeau éthérique le domine et exerce un droit de regard sur lui celui-ci ne fait que suivre un agenda bien orchestré que l'ego terrestrel ignore.

    Nourrir une relation spirituelle avec son double c'est ne pas croire en son autre moitié, c'est la mettre sur un piédestal, c'est la prendre pour un Dieu, c'est lui transférer ses propres pouvoirs, c'est donc de ne pas avoir de discernement vibratoire.

    Lutter contre son jumeau éthérique faisait partie de l'involution quand on n'avait ni connaissance ni conscience de lui.

    Dans l'évolution l'ego poursuit son chemin ardu qui le mène au sommet de sa conscience, ce chemin n'étant pas exempt de dénivelés hauts et bas, d'obstacles et d'oppositions psycho-émotionelles d'autant plus grandes quand l'ego a du mal à se désengager des élans réflexes du corps émotionnel et de sa culture spirituelle.

    Il n'y a qu'une option s'il n'y a qu'une source mais cette source a son lit cosmique et différentes ramifications comme des fleuves, des rivières, des ruisseaux, des rigoles, avec chacun leur débit… C'est dire comment cette unique option possède d'autres options selon le sentier où notre vibration nous mène tout en ayant un bon sens de l'orientation ou un GPS et un wifi en excellent état de marche…

  • #51

    josee (dimanche, 15 septembre 2019 03:49)

    depuis que fut mis en branle le projet de créer une civilisation parfaitement inconsciente quelque part dans ce système solaire, la culture en place eut pour nom LA SPIRITUALITÉ.
    LE RETOUR À LA SOURCE déterminera la nouvelle culture, cette fois nommée par les hommes.

  • #52

    Edwige (mercredi, 18 septembre 2019 11:47)

    La source ne put faire autrement que créer une esquisse, parfaitement inachevée, d'une civilisation terrestre... Civilisation qu'elle savait déjà devenir le point d'orgue de la perfection, issue de toutes les autres civilisations éparses, imparfaites également, dans les plans, galaxies et divers univers aux impitoyables intelligences cosmiques…

    La source, en retournant à elle-même, sera enrichie par procuration d'expériences et d'énergies atomiques des trillard d'incarnations animiques et égotiques, par des générations d'individus qui intègrent progressivement les attributs de cette source aux bénéfices du nouvel homme dans le nouveau monde.