Étude de notes de conférences 3

 Voir clair


BDM: "D'autres personnes continueront ce travail de développement pour comprendre réellement les mécanismes occultes de la conscience. Ce sera important pour l’homme de pouvoir, en tant qu’ego, se référer à cette science-là pour comprendre sa relation avec sa source, donc avec les forces voilées qui font partie de sa supraconscience, afin de se protéger sur la terre et de vivre une vie de plus en plus agréable".


AVANT-PROPOS

 "Être sur le chemin de l’évolution c’est mener une étude" BdM PE-028

Ces FOCUS sont des espaces réservés aux échanges d'idées pour faire évoluer l'instruction "descendue" par BDM de façon créative, collaborative et générative. Prière de ne pas déformer, ni plagier, les transcriptions originales de l'œuvre de Bernard de Montréal proposées pour étude, dont la seule référence est l'audio qui l'accompagne. Un résumé personnel, des citations et/ou des liens sont admis pour initier ces échanges. Vous pouvez proposer un thème, un sujet qui sera mis en ligne après vérification. Aucune inscription ni abonnement n'est requis, l'anonymat est garanti.

** Polémiques stériles et énergivores, non-respect de la parole de l'autre, critiques malveillantes, tribune spirituelle pour ego surdimensionné… iront directement dans la corbeille.


Extraits de notes de plusieurs personnes, lors de conférences de BDM, proposées par JoséeL'exactitude des citations n'est pas garantie, elles ne sont que prétextes à études sur ce Focus. 

1. "La clarté est plus grande que l’intelligence parce qu’elle fait bénéficier de l’intelligence".


2. "L’intelligence fait sa propre loi mais la clarté va plus loin, c’est la destruction et l’appropriation de cette loi".


3. "L’intelligence toute seule, c’est seulement de la perception. La clarté d’esprit va faire qu’on va prendre la force de l’intelligence".


4. "L’intelligence c’est une énergie qui n’a pas de loi et qui disloque pour ouvrir de nouveaux canaux, alors que la clarté c’est une fondation de paix".


5. "Prendre la force de l’intelligence = se servir de l’événement pour mettre un minimum d’espace entre toi et ta force afin de supporter l’événement".


6. "Dans la clarté qui vient avec la force de l’intelligence, tu ne sais pas tout mais tu peux tout".


7. "La programmation de l’esprit, pour en sortir, il faut savoir la lire comme une écriture. Tout est écrit sur les murs et dit les affronts à ta liberté. Un événement négatif, ça n’existe pas, juste un événement mal lu. Lire quand tu veux lire fait partie du contact avec ton esprit. Tu ne lis plus avec les filtres colorés par ta programmation. Tu vois trop clair pour qu’elle vienne te chercher à la même place où tu as déjà été piégé".


8. "Si dans un couple chacun disait merci quand l’autre lui dit ses quatre vérités, quand il lui dit son défaut), ils seraient dans la clarté, ils comprendraient que c’est un cadeau."


9. "Clarté = synthèse entre la lucidité psychique et le discernement psychologique".


10. "Cherchez à travers les hommes la clarté qui pulse dans leur mental".


11. "L’homme qui a de la clarté d’esprit détermine seul la valeur créative de ce qu’il sait, il n’a plus besoin de référent, il n’a plus besoin de la vérité".


12. "Vérité = égrégore du mental associé à la mémoire de l’âme, différent pour chaque signe astrologique, et utilisé par l’intelligence pour révéler la forme".


13. "Le test ultime imposé à l’homme à travers les événements va être de ne pas laisser son mental se laisser polluer par la valeur de la vérité. Chaque homme va se faire imposer son moment de vérité".


14. "Il n’y a qu’une façon réelle pour un homme de se percevoir, c’est en tant qu’élément central de sa vie, et l’homme doit arriver à se percevoir ainsi".


15. "Dans un état de clarté, on a une conscience de soi certaine".


16. "Un homme en alliance avec lui-même prend conscience de son importance par rapport à lui-même. Rien en dehors du canal ne peut lui imposer une forme de pensée (il n’est pas pris par l’émotion), il peut lire parfaitement le canal et l’interpréter avec jugement. Tout le mémoriel s’oppose à ça".


17. "Certitude = clé pour être centré = épuisement de ta capacité à avoir une attitude".


18. "Centre de gravité = capacité de te subir psychiquement = état de conscience (pas une attitude) = point de référence = point où ta conscience est continue = capacité de t’auto-définir par rapport à toi-même".


19. "Être dans son identité = être intouchable = savoir de façon irréductible que tout est dans tes mains = avoir la certitude absolue que tu ne vas pas mourir = supporter son identité. Vous êtes invulnérable dans la mesure où vous pouvez vous supporter tel que vous êtes".


20. "Être dans son identité = savoir qu’il n’y a pas de voie = savoir qu’il n’y aura jamais de preuve = avancer sans la preuve = savoir que tu vas dans la bonne direction même si tu vibres le doute et même si tu ne saisis pas la direction = vaincre le doute".


Écrire commentaire

Commentaires: 57
  • #1

    Edwige (mercredi, 24 juillet 2019 03:53)

    * 1. Bernard
    "La clarté est plus grande que l’intelligence parce qu’elle fait bénéficier de l’intelligence".

    Edwige :
    La clarté est un attribut du discernement qui lui bénéficie intégralement de l'intelligence de l'esprit.

    Josée :
    Comme le discernement, la clarté vient du mental intégré d’un homme, la clarté ne vient pas directement du mental cosmique, comme l’intelligence pure. Elle est plus grande parce qu’elle est très très proche.

  • #2

    Josée (mercredi, 24 juillet 2019 03:54)

    * 2. Bernard
    "L’intelligence fait sa propre loi mais la clarté va plus loin, c’est la destruction et l’appropriation de cette loi".

    Edwige :
    l'intelligence de l'esprit à des "suprématies" que la clarté du discernement peut démonter avec la volonté de l'ego.

    Josée :
    C’est ça, la clarté est une volonté instantanée de démonter l’intelligence pure, de la monter comme on monte un cheval.
    ce cheval a fait un long chemin si on pense à la longueur de l’involution qui fut chapeauté depuis l’aube des temps par l’intelligence pure sous la forme de l’ajusteur de pensée.
    Maintenant ce cheval, l’intelligence pure, va plus loin, jusqu’à la pénétration de l’homme. Ce pas existe pour la première fois. Quand il y a pénétration de l’homme, ça donne la clarté.

  • #3

    Edwige (mercredi, 24 juillet 2019 03:54)

    * 3. Bernard
    "L’intelligence toute seule, c’est seulement de la perception. La clarté d’esprit va faire qu’on va prendre la force de l’intelligence".

    Edwige :
    Une perception peut être subjective même si elle est intelligente. Voir clair dans l'intelligence de la perception c'est soutirer la force du raisonnement dans son discernement.

    Josée :
    Percevoir l’intelligence pure, c’est passif. S’en accaparer, c’est l’avoir intégrée.

  • #4

    Josée (mercredi, 24 juillet 2019 03:55)

    * 4. Bernard
    "L’intelligence c’est une énergie qui n’a pas de loi et qui disloque pour ouvrir de nouveaux canaux, alors que la clarté c’est une fondation de paix".

    Edwige :
    Une intelligence sans loi ne vient pas de l'esprit mais de l'énergie du double éthérique de l'ego. Une paix fondée sur la clarté de vision sous-tend une centricité à toute épreuve des tests de l'esprit.

    Josée :
    L‘intelligence n’a de cesse de tripoter l’univers pour en développer les failles et y défouler son expansivité. La clarté est la faille comblée, lieu béni où la boucle de la création est complète.

  • #5

    Edwige (mercredi, 24 juillet 2019 03:56)

    * 5. Bernard
    "Prendre la force de l’intelligence = se servir de l’événement pour mettre un minimum d’espace entre toi et ta force afin de supporter l’événement".

    Edwige :
    L'ego conscient, volontaire et intelligent se sert de la puissance de l'énergie de l'évènement, elle devient la force intelligente de l'ego éthérique (double) qui supporte l'évènement et soutien l'ego matériel dans cet évènement.

    Josée :
    L’événement est une opportunité de progrès dans notre rapport à la catégorie d’événements à laquelle se réfère cet événement, autrement dit, une opportunité d’intégration mémorielle. Supporter l’événement veut dire supporter notre propre mental alors qu’il est exposé magnétiquement à une mémoire. Ta force, c’est la force de l’intelligence que tu as en toi et ça se traduit en ta capacité d’absorber un test au niveau de l’énergie de l’intelligence, par résonance vibratoire, et non au niveau de la forme présentée par l’intelligence, par magnétisme mémoriel. Ta force intégrée est
    intégrée mais tu as toujours le choix de ne pas pleinement la canaliser.

  • #6

    Josée (mercredi, 24 juillet 2019 03:56)

    * 6. Bernard
    "Dans la clarté qui vient avec la force de l’intelligence, tu ne sais pas tout mais tu peux tout".

    Edwige :
    L'ego matériel ne sait pas tout mais avec la clarté de la force intelligente de l'ego éthérique (double) tout lui est possible.

    Josée :
    Savoir tout est chimérique. Même les plus puissantes instances de l’intelligence pure ne savent pas tout. L’homme entre dans cette hiérarchie de l’intelligence pure quand il commence à se saisir de cette énergie et à voir clair. Ce qu’il voit clairement, c’est ce donc il a besoin à chaque instant. Or l’homme n’est pas un ange. Il a en lui la matière, ce mystère dont on a vu la puissance avec la science nucléaire et la fébrilité avec la science quantique. Quand la matière voit clair, tout arrive !

  • #7

    Edwige (mercredi, 24 juillet 2019 03:57)

    * 7. Bernard
    "La programmation de l’esprit, pour en sortir, il faut savoir la lire comme une écriture. Tout est écrit sur les murs et dit les affronts à ta liberté. Un événement négatif, ça n’existe pas, juste un événement mal lu. Lire quand tu veux lire fait partie du contact avec ton esprit. Tu ne lis plus avec les filtres colorés par ta programmation. Tu vois trop clair pour qu’elle vienne te chercher à la même place où tu as déjà été piégé".

    Edwige :
    Lire la programmation de l'esprit, manipulé par l'âme pour ses besoins évolutifs, reviendrait-il à la lecture également de la programmation de l'âme et de l'ego ?
    Dans ce cas savoir lire la programmation de l'esprit et sortir de cette programmation équivaudrait à sortir de toutes les programmations…

    Les affronts à notre liberté sont dits et imprimés sur les artéfacts de nos mémoires.
    Pour que ces artéfacts soient lus intelligemment, une compréhension parfaite des lois de l'esprit fera "voir" à l'ego les interprétations subjectives de sa programmation. Ainsi chaque évènement lui sert de marchepied pour l'évènement suivant, ça le préserve de la répétition à perpétuité des entourloupes astrales.

    Josée :
    Intéressant ton 1er paragraphe.
    Quand on aura la compréhension parfaite des lois de l'esprit, ça nous fera "voir clair".
    On pourra se promener dans la situation matérielle comme on se promènerait sur une scène de théâtre sans fin, théâtre expérimental où seraient projetés sur le décor des légendes explicatives.
    Quand on aura la compréhension parfaite des lois de l'esprit, ça nous permettra qu’une compréhension de nos besoins évolutifs soit maintenue en superposition ou projection lumineuse géante autour de nous, et ce, avant, pendant et après chaque situation.

  • #8

    Josée (mercredi, 24 juillet 2019 03:58)

    * 8. Bernard
    "Si dans un couple chacun disait merci quand l’autre lui dit ses quatre vérités, quand il lui dit son défaut), ils seraient dans la clarté, ils comprendraient que c’est un cadeau."

    Edwige :
    Quelle que soit sa relation avec autrui (couple, enfant ou autre amitié ou ennemi…) se faire dire ses quatre défauts, déguisés en vérités, génèrent des remerciements quand ceux-ci sont énoncés avec clarté d'esprit et reçus avec discernement. Cela devient un cadeau si une évolution personelle ou une transformation de la relation s'ensuit concrètement et réellement, sinon on est encore dans l'illusion des règlements de compte qui ne font jouir que les egos belliqueux.

    Josée :
    Oui c’est un cadeau pour moi quand je me fais parler dans le casque mais c’est parce que ça ne m’arrive pas souvent. Les gens qui se le font faire souvent se sentent pris è l’assaut. Lorsqu’une relation s’équilibre, c’est aussi la contenance du trop parlé et l’émergence du pas assez parlé qui s’équilibrent.

    Note que le « quand il lui dit son défaut) » fut rajouté par moi au cas où il fallait faire comprendre l’expression « dire ses 4 vérités à quelqu’un. Je crois que c’était inutile et je vois que j’avais omis une des deux parenthèses.

  • #9

    Edwige (mercredi, 24 juillet 2019 03:59)

    * 9. Bernard
    "Clarté = synthèse entre la lucidité psychique et le discernement psychologique".

    Edwige :
    La frontière entre la psyché de l'ego et sa psychologie revient à comprendre les mécanismes occultes de son double éthérique. Ce dernier par essence n'étant que clarté quand dans la matière il est discernement et intelligence laissant sa lucidité à son intuition qui n'est plus naïvement spirituelle.

    Josée :
    C’est vrai ça, la lucidité est de l’intuition qui n'est plus naïvement spirituelle.
    Et si je continue sur cette lancée, le discernement psychologique serait du rationnel qui n'est plus naïvement spirituel. Donc cerveau intuitif restauré, cerveau rationnel restauré, tous deux restaurés par la fonction synthétique et modératrice du cerveau immatériel qui fait son apparition quand on commence à être capable de prendre l’intelligence : le tout beau tout nouveau cerveau éthérique, ce début de lumière qui vibre dans la tête et qui est peut-être (ai-je tort ?) ce que tu appelles l’ego éthérique..

  • #10

    Josée (mercredi, 24 juillet 2019 03:59)

    * 10. Bernard
    "Cherchez à travers les hommes la clarté qui pulse dans leur mental".

    Edwige :
    En cherchant cette clarté qui pulse dans le mental on rencontre l'ego éthérique.

    Josée :
    Permets que je me pâme. Et ce rêve, il est en train de se réaliser, malgré qu’on en doute de bout’ en boutt’ !

  • #11

    Edwige (mercredi, 24 juillet 2019 04:00)

    * 11. Bernard
    "L’homme qui a de la clarté d’esprit détermine seul la valeur créative de ce qu’il sait, il n’a plus besoin de référent, il n’a plus besoin de la vérité".

    Edwige :
    Quand on est certain de la valeur créativite de ce que l'on sait, notre seul référent est notre ego éthérique. Celui-ci n'est jamais polarisé car sous la totale et puissante clarté de la lumière de l'esprit.

    Josée :
    La clarté est synonyme d’absence de naïveté spirituelle. C’est par naïveté spirituelle que l’homme allait chercher du référent dans cet ailleurs aléatoire qu’il croyait être sa réflexion. L’homme, écœuré, brûlé, change de modus operandi du tout au tout.

  • #12

    Josée (mercredi, 24 juillet 2019 04:01)

    * 12. Bernard
    "Vérité = égrégore du mental associé à la mémoire de l’âme, différent pour chaque signe astrologique, et utilisé par l’intelligence pour révéler la forme".

    Edwige :
    La vérité, pour un signe de la justice (la balance), n'est qu'un code de droiture poussiéreux qui a créé des mémoires pardessus d'autres mémoires d'âmes assujetties à des lois astrales. L'utilisation de ces vérités par des intelligences inconscientes se sont assises sur des formes mensongères et non sur le fond des "réalités occultes".

    Josée :
    C’est pour ça qu’on éternue au nez des idées toutes faites des autres. Si j’avais la même intolérance à mes propres quatre vérités de sagittaire, je ferais moins éternuer les autres. Il faut effectivement arriver à être allergique à sa vérité à soi pour que la forme soit mise à nue en tant que module de construction de notre involution historique et référentiel évolutif.

  • #13

    Edwige (mercredi, 24 juillet 2019 04:02)

    * 13. Bernard
    "Le test ultime imposé à l’homme à travers les événements va être de ne pas laisser son mental se laisser polluer par la valeur de la vérité. Chaque homme va se faire imposer son moment de vérité".

    Edwige :
    Pour sortir mentalement gagnant d'un test, ou d'un évènement, idéalement ce serait d'ignorer la forme mensongère pour lire instantanément la réalité occulte du fond du test ou de l'évènement.
    C'est un travail de prestidigitateur car le propre du test c'est d'arriver quand on s'y attend le moins et démuni de notre carapace défensive. Le corps émotionnel à vif encaisse le choc pour nourrir les plans avec l'énergie que génère ce choc. Ce travail se fait à la force de l'intelligence de l'ego par une compréhension puis une complicité rapprochée avec le double éthérique.

    Josée :
    L’homme a beau évoluer, il traîne une attitude caractéristique qu’il lui est impossible de détecter et qui s’interpose en tant qu’interprète de sa vie. Ce qui fait de sa vie une accumulation d’intrigues biaisées par cette chimère qui lui sert d’assise interprétative, un château de cartes destiné à s’écrouler sous les yeux de ce qui lui restait d’égo.

  • #14

    Josée (mercredi, 24 juillet 2019 04:02)

    * 14. Bernard
    "Il n’y a qu’une façon réelle pour un homme de se percevoir, c’est en tant qu’élément central de sa vie, et l’homme doit arriver à se percevoir ainsi".

    Edwige :
    Quand il atteint une centricité à toute épreuve l'ego à la volonté de ne plus se laisser disperser, quitte à se percevoir comme egocentrique et individualiste.

    Josée :
    Quand on commence à évoluer au début, on réalise que tout nous vient via notre perception, incluant notre propre personne… jusqu’à ce qu’on commence à s’apercevoir qu’on ne peut évoluer que si on se distingue en tant que bénéficiaire de son évolution. Alors, à force d’évoluer pour soi d’abord on vient qu’on se distingue éventuellement en tant qu’unique point qui ne vient pas par perception, mais
    par identicité (néologisme signifiant coïncidence du sujet et de l’objet de la conscience).

  • #15

    Edwige (mercredi, 24 juillet 2019 04:03)

    * 15. Bernard
    "Dans un état de clarté, on a une conscience de soi certaine".

    Edwige :
    Une conscience de soi certaine entraine l'ego éthérique a entrer dans un état de clarté pérenne.

    Josée :
    Le soleil irradie de tout bord tout côté tel le centre de l’univers. Il est le soleil. Il déambule avec la voie lactée et son milliard d’autres soleils mais sans avoir besoin de leur clarté : il A la clarté !

  • #16

    Josée (mercredi, 24 juillet 2019 04:04)

    * 16. Bernard
    "Un homme en alliance avec lui-même prend conscience de son importance par rapport à lui-même. Rien en dehors du canal ne peut lui imposer une forme de pensée (il n’est pas pris par l’émotion), il peut lire parfaitement le canal et l’interpréter avec jugement. Tout le mémoriel s’oppose à ça".

    Edwige :
    Un ego qui entre dans son identité réelle prend la pleine conscience de son omniprésence permanente, il a brûlé son assujettissement à tout ce qui est extérieur à lui-même. Plus rien ni personne ne peut le dévier de son centrage, il peut travailler de concert et en dehors de la domination de son canal, avec sa neutralité et le sens critique de son discernement. Il crée de nouveaux paradigmes mémoriels qui s'opposent au retour à l'involution.

    Josée :
    S’il nous est donné de goûter à une « conscience de soi certaine » une 1re fois, on ne peut trouver dans la paix ressentie alors dans le lobe droit et la clarté d’esprit activée alors dans le lobe gauche qu’une sensation de pleine canalisation.
    Ce délice, il nous est donné d’y goûter parcimonieusement afin d’amorcer une relation avertie avec notre canal. Il faut une relation de proximité, une qui tienne le coup quand notre canal nous testera au lieu de nous ensoleiller.
    Par notre passivité coutumière, nous donnons notre attention inconsciente à notre mémoriel plutôt qu’à notre canal : de tels écarts nous rendent dominés par le canal. De quelles absurdités cette passivité ne nous rend-t-elle pas capables !
    Quand on se voit errer ainsi, il suffit de se resolidariser avec soi et de lire son canal. Mais attention, lire le canal est une lecture totale qui sollicite ce qu’il y a de plus centré en soi. Et on ne peut apprendre à se centrer nulle part ailleurs que dans une lecture avertie du canal, de façon créativement progressive, en usant des nouveaux paradigmes qu’il propose sous nos pas. (Ça se fait de concert car le canal propose et l’homme dispose.)

  • #17

    Edwige (mercredi, 24 juillet 2019 04:07)

    * 17. Bernard
    "Certitude = clé pour être centré = épuisement de ta capacité à avoir une attitude".

    Edwige :
    Être centré c'est aussi être écœuré de ses attitudes jusqu'à ne plus en avoir.

    Josée :
    Exactement. Le choix devient de plus en plus facile.

  • #18

    Josée (mercredi, 24 juillet 2019 04:08)

    * 18. Bernard
    "Centre de gravité = capacité de te subir psychiquement = état de conscience (pas une attitude) = point de référence = point où ta conscience est continue = capacité de t’auto-définir par rapport à toi-même".

    Edwige :
    La capacité de s’auto-définir par rapport à soi-même nécessite une conscience permanente de son identité réelle qui est le centre de gravité de l'ego éthérique.

    Josée :
    Tu ne peux t’auto-définir qu’en rapport avec ta capacité de te supporter psychiquement de façon continue. Voilà la seule définition que tu auras jamais de
    "toi-même".

  • #19

    Edwige (mercredi, 24 juillet 2019 04:08)

    * 19. Bernard
    "Être dans son identité = être intouchable = savoir de façon irréductible que tout est dans tes mains = avoir la certitude absolue que tu ne vas pas mourir = supporter son identité. Vous êtes invulnérable dans la mesure où vous pouvez vous supporter tel que vous êtes".

    Edwige :
    Se supporter, avec toutes les croyances polarisées que nous avons sur nous même, demande d'avoir une forte connexion avec son double éthérique. Celui-ci a le rôle d'apporter la clarté de la lumière de l'esprit qui est l'intermédiaire entre l'ego terrestre et l'ego éthérique. L'ego plein de la force de son intelligence devient invulnérable, il supporte les plus et les moins "supposés" de son identité, il a tout dans ses mains pour savoir qu'il ne va pas mourir.

    Josée :
    Tu serais plus fort que la mort si tu mettais en œuvre une canalisation totale et continue de ce que tu fais. Ce plein encaissement de ce que tu fais ferait dévier « les plus et les moins » de ton centrage, par une intégrité qui mobiliserait toute ta capacité de neutralité et le sens hautement critique de ton parfait discernement.

  • #20

    Josée (mercredi, 24 juillet 2019 04:09)

    * 20. Bernard
    "Être dans son identité = savoir qu’il n’y a pas de voie = savoir qu’il n’y aura jamais de preuve = avancer sans la preuve = savoir que tu vas dans la bonne direction même si tu vibres le doute et même si tu ne saisis pas la direction = vaincre le doute".

    Edwige :
    Être dans son identité signifie être dans la conscience totale que le chemin sur lequel on avance à l'aveugle est le bon. Pas besoin d'aucune manifestation de preuve, ni en amont ni en aval, peu importe si astralement le doute s'insinue, car la force de l'intelligence veille au grain… Elle vainc le doute, s'il persiste, car on sait parfaitement qu'on se dirige au bon endroit.

    Josée :
    C’est ça, autrement dit on ne veut plus se battre au nom de nos pensées.

  • #21

    josee (mercredi, 24 juillet 2019 12:13)

    manu militari
    si tu veux la paix, prépare la guerre, disait un romain célèbre.
    si tu veux la paix d'esprit, reste prête à prendre vibratoirement toute provocation du plan mental.
    alors, de ta paix rayonnera ta clarté d'esprit.
    avec cette clarté d'esprit, le plan mental ne pourra plus réussir un assaut sur ton ego à l'aide de la même provocation. avec cette clarté d'esprit, tu ne comprends pas tout mais tu es avertie de cette provocation-là. celle-là tu la neutralise à vue.

  • #22

    josee (dimanche, 28 juillet 2019 15:00)

    au sujet de la vérité (nos 13, 14, etc.), il nr s'agit pas d'être allergique à sa propre vérité, il s'agit de PRENDRE (= de RESTER NEUTRE) quand l'esprit te fait voir ta naïveté spirituelle (= quand il fait s'écrouler ta vérité).

    or, parmi nos vérités, il y en a une devant laquelle nous sommes complètement naïfs, dépourvus de toute capacité évolutive. C'est dans cette suprachimère spécifique à notre tempérament que nous puiserons les ultimes miasmes de notre expérience à la sortie de notre parcours astral.

  • #23

    josee (lundi, 29 juillet 2019 02:25)

    les autres sont de moins en moins des images...
    je suis de moins en moins une image...
    j'observe l'évolution exister en moi...
    je collabore de près à toute cette vie...
    je suis.

  • #24

    Edwige (lundi, 29 juillet 2019 11:07)

    Les autres sont des miroirs qui mettent en relief ce qui évolue en nous et ce qui nous sépare d'eux, de grès ou de force.

    L'évolution n'a aucune prétention ni suprématie sur les autres, l'évolution EST car elle ne dépend pas de nous, l'évolution est un programme qui se lance tout seul quand la minuterie sonne.

  • #25

    josee (lundi, 29 juillet 2019 16:54)

    ... et l'ego était tellement endormi qu'il ne se réveille que progressivement et laisse longtemps l'alarme l'irriter avant d'intervenir.
    il est gulliver qui se réveille de son naufrage ligoté par un spaghetti de liens lilliputiens, à la différence que pour nous les liens karmiques qu'on découvre comme contrainte à notre soif de liberté ont poussé leurs radicelles dans notre chair spirituelle et que seule une douloureuse mutation nous en rendra libre.

  • #26

    Edwige (mercredi, 07 août 2019 11:17)

    Les liens karmiques, qui nous assoiffent de liberté, rend douloureuse cette mutation vers la liberté totale.

    Certains egos ont besoin de plus de temps et de sommeil que d'autres, ils se réveillent en leur temps. Ils ont une horloge interne sans batterie, mais elle marque toujours la bonne heure une fois par jour… Le minutier de cette horloge interne à le même fonctionnement, sa mécanique ne fait pas écho à chaque nanoseconde du temps terrestre et cosmique.

    Ces egos dans leur programme, auront sans doute besoin du rayonnement de la batterie des autres pour accroitre leur vitesse de croisière dans leur évolution.

  • #27

    josée (vendredi, 09 août 2019 23:38)

    Pour revenir au thème de l'article, ce n'est pas facile de voir clair pendant qu'on souffre d'un lien karmique.
    voici un phénomène qui a commencé à prendre place dans ma vie tout récemment. C'est un truc mental, peut-être un trucage pour mon ego affamé d'impressions mouvelles, je ne peux pas dire. C'est très ouvert, aéré, aérien, et presque physique. ça vient suite à la fin d'un épisode de doute personnel profond. J'ai eu è me battre contre du doute dans les derniers temps, relié à deux de mes relations familiales. Mais je me faisais avoir par beaucoup d'astral de jugement en moi qui m'accablais et me rapetissait. Contre ma propre envie, j'ai posé une action banale pour briser l'infecte inertie qui s'installait… surprise ! je suis passée de la stupidité è une grande intelligence. je suis retombée quelque temps plus tard et wow le phénomène est revenue encore et ainsi de suite. je tente de le décrire :
    tout ce qui est mon mental atteint tout d'un coup une vitesse que j'interprète comme la vitesse du mouvement de l'énergie en train de se rendre disponible à la volonté restaurée. je dirais qu'un certain froid glacial presque physique mais dans le mental se fait ressentir soudainement et de façon temporaire - comme à cause de cette vitesse accrue et très nette, ce qui donne une impression de froideur un peu bizarre dans le contact. c'est tout en recevant du contenu, des idées, etc., que je goûte à cette vitesse, et le phénomène est soutenu, mais sans pouvoir la récupérer émotionnellement du moins avant un temps x. une fois plus récemment, ce temps fut suffisamment long pour me permettre même de 'goûter' aussi à l'alignement de tous mes corps parfaitement emboîtés. bien sûr il d'agit juste d'impressions fugitives et qui datent déjà d'un nombre d'heures ou de jours assez grand pour en faire des souvenirs déformés mais j'adore cette fraîcheur dans le mental, c'est nouveau..

  • #28

    Edwige (dimanche, 11 août 2019 12:24)

    Se faire aveugler par une relation karmique où l'affect émotionnel domine (amour, désamour, haine) est un formidable terreau pour les forces astrales parasites de la conscience…

    Celles-ci s'invitent et s'attablent à des festins énergétiques royaux par l'entremise de nos engrammes et de nos vieilles mémoires… Tu les exprimes fort bien: "trucage pour mon ego affamé d'impressions nouvelles", "me battre contre du doute" "je me faisais avoir par beaucoup d'astral de jugement en moi qui m'accablais et me rapetissait".

    Puis bravo tu fais volte-face… tu comprends la Game et tu passes plus ou moins lentement comme tu le dis: "de la stupidité" à "une grande intelligence" grâce à ta volonté.

    Il n'y a point besoin d'avoir froid au mental pour rester neutre.

    L'anémotivité engage seulement de couper le lien affectif-émotif avec les mémoires, ravivées par la situation ou l'évènement qui provoquent leurs remontées en surface…

    On ne peut détruire les mémoires (stockées cosmiquement) mais briser les liens qui nous unissent à elles. Toutes les mémoires de tous les temps et de tous ce qui a été vécu par tous sont des artéfacts d'énergies d'expériences qui servent le collectif bien agencé dans la grande bibliothèque cosmique. Sur notre chemin d'évolution nous avons juste à nous séparer d'elles dans notre processus de conscientisation

    Les buts et mécanismes initiaux de notre corps émotionnel ont été dévoyés par les vampires énergétiques… Certaines de nos émotions sont nécessaires et très utiles, même parfois bonnes pour le moral quand l'ego est content de voir le résultat de ses progrès quand tu dis : "goûter à l'alignement de tous ses corps parfaitement emboîtés, et qu'il adore cette fraîcheur dans le mental"…

    C'est un plaisir sain, comme d'apprécier un beau panorama d'altitude après des heures d'efforts d'ascension…

  • #29

    josee (dimanche, 11 août 2019 20:41)

    ce n'est qu'une fois passé de l'involution à l'évolution qu'on commence à apprendre à donner à la vie. jadis, par spiritualité on donnait ou plutôt on prétait beaucoup à l'invisible, sous forme de générosité aux gens, en calculant que la mise nous serait rendue par la justice de la vie. les gens étaient utilisés dans notre calcul spirituel, ils étaient instrumentalisés. le don n'était pas gratuit, il était moral. mais chacun, de tout cela, fut si aveugle, si aveugle, qu'une fois en mode connexion au savoir, on doit se faire buriner et souffrir avant de réellement voir clair. c'est avec ces gens à qui on a le plus "donné" et donc avec qui on a les liens les plus karmiques, que ça burine le plus douloureusement.

  • #30

    Edwige (lundi, 12 août 2019 09:33)

    On a de tout temps donné et enrichi la vie.

    Dans l'inconscience c'était par petits compromis et manipulations diverses et intéressées d'amour en retour.

    Dans la conscience on enrichi encore la vie mais on n'attend plus l'amour des autres, on va chercher l'amour en soi, plus besoin de manigances ni de compromis, juste être dans son autorité, le respect de soi et de l'autre.

    Les liens karmiques génèrent des souffrances spécifiques que nous ne comprenons pas autrement que psychologiquement, cette compréhension-là ne vaut pas un clou dans la réelle conscience de "l'occulte de la souffrance"…

    Le karma est une fabrication des plans, il est l'équivalent d'une valeur ajouté à l'université de la souffrance, qui a pour seul but d'ouvrir le canal a la connexion télépathique avec le double et avec sa cohorte d'intelligences mentales supérieures.

  • #31

    josee (samedi, 17 août 2019 15:39)

    Le karma est une fabrication qui nous manipule au plus profond de notre inconscience, donc de notre souffrance, là oû il n'y a plus d'échappatoire autre que le fil de téléphone qui monte en surface, lieu de notre identité et oxygène.

    nous levons les yeux vers l'essence, et nous perdons le goût de vivre dans la comptabilité spirituelle typique de la pauvreté d'esprit inhérente à la condition humaine.

    au lieu de nous prêter aux actes de générosité spirituelle envers les compagnons de la chiourme, compagnons enchaînés dans les sous bassements de l'inconscience, nous commençons à donner.

    nous donnons à la vie.

    ça nous coûte toutes nos chimères, tous nos voiles, tous nos liens anciens, mais ça nous transforme en haut-lieu de la circulation des énergies de cette chose à la fois vivante, événementielle, intelligente, équilibrante, etc etc qu'est la vie.

    on cesse ENFIN de se prêter à la vie pour ENFIN se donner à la vie.

  • #32

    Edwige (mardi, 27 août 2019 06:09)

    Voir clair dans tous nos scénarios de vie, sortir de leurs mensonges, ne plus fabriquer de mémoires ni de liens énergétiques avec le passé, vivre l'instant présent sont des tickets gagnants pour donner du goût à sa vie sans se soucier de ce que les autres n'ont pas le goût de vivre...

  • #33

    josee (vendredi, 30 août 2019 15:46)

    désirer aider est une pollution pour notre canalisation. notre canalisation elle-même aide à droite et à gauche dans la mesure où elle n'est pas polluée.
    à la fin du monde, l'escouade des mille qui auront réussi à ne pas s'ôter la vie du fait de leur puissance canalisatrice apporteront une aide à l'humanité globale qui sera de calibre intergalactique. mais la dépollution de leur canal se sera poursuivie jusqu'à cette époque extrême. par exemple et pour revenir au thème de l'article, je vois que leurs interactions mêmes les éprouveront et qu'ils devront neutraliser leurs divergences jusqu'à l'ultime nanoseconde.

  • #34

    Edwige (dimanche, 01 septembre 2019 04:43)

    Un jour l'écœurement "d'aider les autres" nous dévoile l'aveuglement de ne pas avoir su "s'aider soi-même"… Cette programmation a l'abnégation est une gageure et une insulte à notre intelligence qui nous a fourni de l'occupation vers l'extérieur au lieu de l'occupation vers notre intérieur.

    Chacun parle avec son expérience ou ses désirs, pour ma part je n'imagine même pas faisant partie d'une escouade pour continuer d'aider une humanité qui dans l'évolution n'en aura plus besoin vu que c'est la première leçon qu'elle aura apprise, ne compter que sur soi-même sans attendre aucun sauveur…

  • #35

    josee (dimanche, 01 septembre 2019 18:40)

    la religion s'est faite le relai de cette programmation à aider l'autre à son propre détriment. sans cette échelle de valeurs hautement morale, la population terrestre n'aurait pas survécu à la pyramide de maslow. aujourd'hui tous les degrés de cette pyramide se retrouvent sur la surface de la terre, et de nouveaux degrés plus raffinés encore font leur apparition au sommet.
    au sommet, il y a ce besoin d'épanouissement, ce besoin que chacun doit remplir lui-même et sans y arriver autrement que dans une aide à soi-même.

    dans un rôle d'aidant, il y a un écran empêchant de traiter intérieurement la divergence entre soi-même et l'autre.
    dans l'aide à soi-même, les personnes qui nous entourent peuvent toujours nous servir. ça se passe à leur insu et en passant par le respect des divergences.

  • #36

    Edwige (lundi, 02 septembre 2019 10:50)

    La première leçon que nous apprenons dans l'involution ne compter que sur soi-même sans attendre aucun sauveur…

    Maintenant que nous savons que "tous les niveaux connaissances font partie de l’involution" la pyramide de Maslow, qui a été contestable dans le passé, le devient davantage dans le processus de fusion matière /éther…

    De nouveaux besoins, encore plus ordonnés, apparaissent dans la psyché et en premiers tous les besoins de déconditionnements et d'effacement mémoriels à tous les niveaux…

    Le besoin d'épanouissement fait partie de l'ancien temps… arriver dans "le processus" est déjà en lui-même un signe d'épanouissement.

    L'aide à soi-même devient le fil conducteur d'une instruction qui, elle seule, permet cela à tout être déjà épanoui.

  • #37

    josee (samedi, 07 septembre 2019 12:16)

    gérer nos besoins est un art. discerner que ce qu'on vit ne fait pas notre affaire déjà est un art. quand le constat est fait, on change d'espace, guidé vers ce qui va faire notre affaire. on voit très clair. on est dans une volonté extrême de rebalancer nos corps. on est en pleine science. comment peut-on croire qu'un tel rebalancement peut être créé par une personne autre ?

  • #38

    Edwige (mardi, 10 septembre 2019 09:36)

    Y voir clair dans le constat que nos besoins réels (en dehors du biologique physique) ne sont pas comblés c'est déjà le déclenchement de notre propre vouloir à changer cela.

  • #39

    josee (mercredi, 11 septembre 2019 03:31)

    est-ce qu'une solution de besoin peut débarquer dans une vie sans qu'il y ait eu désir au préalable ? on sait qu'il en va ainsi avec la connaissance qui n'entre que dans des âmes assoiffées.

  • #40

    Edwige (samedi, 14 septembre 2019 10:26)

    Le "désir" de changement vient lors de la constations que "nos besoins réels" de conscientisation n'ont été comblés par aucune recherche spirituelle. A son réveil Il est bien normal qu'une âme ait soif de conscience après en avoir si longtemps été privée .

  • #41

    josee (dimanche, 15 septembre 2019 02:54)

    je pourrais dénombrer les fois où je me suis dit "mon processus de fusion vient de commencer". il y a eu quand j'ai commencé à me désidentifier de ma pensée. il y a eu quand j'ai commencé à prendre ma journée sans me plaindre. il y a eu quand j'ai commencé à me détacher du concept famille. il y a eu quand j'ai commencé à me permettre de refuser mon aide. et enfin cet été, il y a eu quand j'ai commencé à supporter ma vibration. chaque c'était un besoin réel qui se réalisait, venant suite à un grand désir de changement, un assoiffement ou une question harassante. pas par pas, le pied trouve un plancher, il n'y a pas de gouffre qui t'engouffre ni d'impasse qui te surpasse sur cette carte.

  • #42

    Edwige (mercredi, 18 septembre 2019 12:16)

    Le processus de fusion commence lorsque l'ego, comme un récipient qui déborde, est arrivée à l'écœurement afin de vider l'astralité de sa conscience de son surplus d'expériences involutive et évolutives à la fois.

    Le changement de paradigme s'impose lors, aucun retour en arrière n'est envisageable, le sentier est bien stable sous nos pas à la condition de rester centré, du sommet du crâne à la plante des pieds, et de garder son GPS mental en bon état de marche.

  • #43

    josee (vendredi, 27 septembre 2019 16:25)

    trois constats réunissant doute et certitude:
    1- le bon côté de connaître de la certitude c'est qu'on se fait moins programmer des épreuves de doute.
    2- le fait d'être conscient durant le doute est torturant mais a comme bon côté que tu as la certitude d'être beaucoup plus CONSCIENT de ta pensée.
    3- quand tu constates que tes épreuves de doutes, à part les plus grosses, sont beaucoup plus vite recentrées, tu sais que tu as une bonne base de certitude.

  • #44

    Edwige (mercredi, 02 octobre 2019 14:41)

    Voir clair dans sa façon d'être "certain" c'est admettre qu'on a un bon GPS qui nous conduit où l'on veut sans douter du chemin qu'il nous fait prendre pour arriver à bonne destination.

    De fait, chemin faisant, ça laisse beaucoup de place et de temps dans notre psychisme pour utiliser notre énergie à travailler sur notre conscience vibratoire.

  • #45

    Josée (dimanche, 06 octobre 2019 21:34)

    oui, il y a de la direction. avoir de la direction est une autre façon d'avoir de l'intelligence. peu à peu ce temps qu'on remplit chemin faisant connaît aussi l'apport de notre nouveau senti directif, au coeur des journées l'ego pressent mieux son propre besoin. quelle grande pseudo-liberté !

  • #46

    Edwige (mardi, 08 octobre 2019 08:39)

    L'intelligence se manifeste de multiples façons, elle s'adapte à chaque circonstance et besoins évolutifs de l'ego, la liberté se niche dans cette adaptation…

  • #47

    josee (mercredi, 09 octobre 2019 02:14)

    arriver au point où on veut ce qui arrive et enfin admettre que rien ne nous retient...

  • #48

    josee (jeudi, 10 octobre 2019 15:43)

    la liberté c'est la capacité intégrée d'admettre qu'on ne doit rien à l'autorité du bien et du mal. on est libre quand on ne vérifie plus si on veut ce qui arrive dans le canal. on est libéré du réflexe spirituel de statuer si on s'identifie ou non à ce qui se dit par notre bouche.

  • #49

    josée (vendredi, 11 octobre 2019 02:58)

    la liberté c'est la capacité de donner toute sa liberté à sa vibration, donc la capacité à ne se baser sur rien. alors, placé du point de vue de la vibration on se voit soi-même faire le travail de la vibration, qui utilise l'astralité en nous. l'astralité devient non un joug mais une matiëre plastique à injecter du travail qui est dans l'intention de la vibration. on est alors situé au fond des choses, dans les coulisses de la production de lavibration, et on regarde la surface des choses : l'astralité. on est instrumentalisé pour travailler la matière astrale. alors c'est l'ego qui unit l'astral à l'énergie qu'on endosse derrière nos épaules. c'est l'ego qui transmute l'astral. pour ce faire il doit toucher à l'astral tel qu'il est, donc le faire sans peur et sans reproche, à froid.

  • #50

    josée (dimanche, 13 octobre 2019 03:21)

    qu est ce que la telepathie ?

    la telepathie est une mentation particuliere où questions et réponses font corps au lieu d'être dans un rapport hiérarchique.

    la réponse brille par son autorité mais l'autorité n'est pas réservée à la réponse.

    ce n'est pas l'image d'épinal de dieu qui répond à l'homme. ce n'est pas non plus dieu répondant à un inquisiteur. d'où vient la question posée à "dieu" ? vient-elle de dieu elle aussi, comme la réponse ?

    non mais elle vient certes d'une autorité égale à celle d'où vient la réponse. la télépathie est un signe d'équilibre. la question ne vient-elle de la collaboration de l'ego à cet équilibre ?

    il y a telepathie quand l'ego a désarmé la spiritualité qui l'asujettissait au divin en lui.

  • #51

    Edwige (mardi, 15 octobre 2019 11:39)

    Vouloir ce qui nous arrive ou bien accepter ce qui nous arrive ?
    Accepter ce qui nous arrive et vouloir ensuite ce qui nous arrive ?
    Cela peut-il se faire simultanément d'une façon et/ou de l'autre ?

    Être libre de la polarité blanc noir c'est admettre et accepter toutes les nuances de gris en soi.

    Quand on fait confiance à sa lumière et qu'on lâche prise sur ce qui arrive dans le canal on libère l'ego de ses résistances. Ce dernier devient libre des mouvements vibratoires et ondulatoires qui se manifestent dans son oralité car le mode d'emploi est déjà intégré dans son astralité.

    L'énergie astrale est transmutée à froid par la vibration derrière les mots. L'ego reste neutre, ne se juge pas, il laisse advenir ce qui doit être fait ou dit, dans tous les cas il fait ce qu'il a à faire ou à dire…

    La télépathie se dispense de dictionnaire, de lexique ou autre manuel de "savoir vivre" pour entrer en communication réelle et non paradoxale…

    L'ego équilibré dans ses centres énergétiques, physiques et mentaux, entre dans son autorité sans devenir autoritaire. Il est dépourvu de spiritualité quelconque ou de désir d'ingérence, il transpire la liberté d'expression, il ne se juge pas, il ne se compare pas à autrui.

  • #52

    josee (mardi, 15 octobre 2019 20:41)

    "Vouloir ce qui nous arrive ou bien accepter ce qui nous arrive ?
    Accepter ce qui nous arrive et vouloir ensuite ce qui nous arrive ?
    Cela peut-il se faire simultanément d'une façon et/ou de l'autre ?"

    la programmation évolutuve n'est pas mise en place de la même façon que celle qui est involutive, qui est en boucles fermées et facile à chorégraphier au niveau global. l'évolutive est fignolée par le double qui fait partie d'une dimension atemporelle.

    le double a tout pour travailler la volonté de l'ego :
    son pouvoir de prédiction,
    son but et l'agenda pour l'atteindre,
    sa complicité totale avec les autres doubles ainsi que son inscription dans la chorégraphie globale,
    sa capacité d'affiner la programmation en la parcourant dans tous les sens,
    et surtout je dirais, son dynamisme dans l'écoute.

    quand la souffrance est forte, il est très proche de notre cerveau et nous voit accéder à l'acceptation de la chose de peine et de misère.
    avec le temps il manoeuvre la fusion vers le principe d'une volonté en harminie avec sa programmation.
    la pile de l'ipad meurt, bye

  • #53

    josee (mercredi, 16 octobre 2019 01:59)

    "Vouloir ce qui nous arrive ou bien accepter ce qui nous arrive ?
    Accepter ce qui nous arrive et vouloir ensuite ce qui nous arrive ?
    Cela peut-il se faire simultanément d'une façon et/ou de l'autre ?"

    en réaction à ces questions, je disais donc que, quand la souffrance est forte, le double nous voit accéder ne serait-ce qu'à de l'acceptation vis-à-vis de la chose, et ce, en rompant avec notre mémoire de peine et de misère juste pour accepter le fait qu'on se fait imposer cette épreuve.

    accepter ce qui arrive arrive en boîtant mais arrive en premier, suivi ou non par l'autre, vouloir ce qui arrive qui demande une télépathie, alors qu'accepter est purement vibratoire.

    pour vouloir l'épreuve pendant qu'elle suit son cours, il faut se faire expliquer sa raison d'être dans notre programmation.

    avec le temps vient la télépathie, ou plutôt les capacités qui se développent avec le temps, c'est la capacité pour l'ego conscient de convoquer une mentation intelligente ainsi que la capacité de ralentir et simplifier cette mentation, car la mentation intelligente est toujours télépathique mais elle est si fugace et volatile que souvent elle ne laisse qu'une impression de réconciliation avec la vie, mais pas d'idée verbale pour apaiser l'inquiétude du mental inférieur, toujours un peu astralisé.

    la programmation manoeuvre la fusion afin que s'intègre la capacité télépathique, gage pour l'ego d'une volonté en harmonie entre lui et sa programmation.

  • #54

    Edwige (vendredi, 18 octobre 2019 11:33)

    Notre double ne travaille pas en "double aveugle"… Il a un programme très clair, celui de nous faire traverser la tempête de notre désert de souffrances, Il est juge et partie vu que son intérêt est primordial puisqu'il conditionne sa matérialisation terrestre.

    En réalité tout est déjà voulu et accepté d'avance avant l'incarnation, tout est dans notre plan de vie, notre programmation… Ce double n'a pas besoin d'envoyer des propositions d'épreuves, leurs l'acceptation est chose acquise sans besoin d'accusé de réception…

    Au besoin, pour avoir des explications, à nous de dénicher le document de ce programme enfoui dans les limbes de notre mémoire… Si non trouver les motivations objectives du double "sur le champs" de l'évènement, ça accroit la compréhension intelligente et non subjective, ça rend "simple comme bonjour" les énoncés du programme fusionnel.

  • #55

    josee (vendredi, 18 octobre 2019 20:44)

    le double propose de la même façon dont le soleil propose, l'atome propose, l'eau propose : en se proposant dans sa nature.

    le double qui se propose à l'ego tout au long du programme évolutif qui est si créatif, c'est le réel qui se présente à l'ego.

    l'ego le vit comme un désert où il se détache de tous ses faux conforts habituels mais il y vit ses crises de moins en moins comme des tempêtes et de plus en plus comme des purges d'un bénéfice croissant.

    il se rend compte que par son acceptation, sa journée, sa saison, ne sont plus aussi compliquées parce que la proposition du double est immanquablement "simple comme bonjour".

    c'est ça la conscience du réel.

    l'acceptation de l'ego de la "proposition", si on peut appeler ça comme ça, acceptation qui revêt d'abord toutes les nuances de gris, adopte donc avec la conscience une tendance de plus en plus blanche si blanc veut dire transparent.

  • #56

    Edwige (dimanche, 20 octobre 2019 13:00)

    L'ego prend conscience du réel dans sa vie quand celle-ci devient de plus en plus créative là où autrefois le même évènement lui semblait irréel et destructeur…

    C'est un des bienfaits de la purges des énergies astrales incrustées dans ses corps subtils qui l'amène à accepter ce qui vient car il a "lu et approuvé" son plan de vie avant l'incarnation.

  • #57

    josee (mardi, 22 octobre 2019 02:36)

    la créativité du processus tient un cap. tout a un sens. le temps devient aussi une direction.
    on est sur le front et en même temps on fait partie de l'état major. on n'est définitivement plus de la chair à canon. tchin tchin !