Étude de notes de conférences 4

 Divergence


BDM: "D'autres personnes continueront ce travail de développement pour comprendre réellement les mécanismes occultes de la conscience. Ce sera important pour l’homme de pouvoir, en tant qu’ego, se référer à cette science-là pour comprendre sa relation avec sa source, donc avec les forces voilées qui font partie de sa supraconscience, afin de se protéger sur la terre et de vivre une vie de plus en plus agréable".


AVANT-PROPOS

 "Être sur le chemin de l’évolution c’est mener une étude" BdM PE-028

Ces FOCUS sont des espaces réservés aux échanges d'idées pour faire évoluer l'instruction "descendue" par BDM de façon créative, collaborative et générative. Prière de ne pas déformer, ni plagier, les transcriptions originales de l'œuvre de Bernard de Montréal proposées pour étude, dont la seule référence est l'audio qui l'accompagne. Un résumé personnel, des citations et/ou des liens sont admis pour initier ces échanges. Vous pouvez proposer un thème, un sujet qui sera mis en ligne après vérification. Aucune inscription ni abonnement n'est requis, l'anonymat est garanti.

** Polémiques stériles et énergivores, non-respect de la parole de l'autre, critiques malveillantes, tribune spirituelle pour ego surdimensionné… iront directement dans la corbeille.


Extraits de notes de plusieurs personnes, lors de conférences de BDM, proposées par JoséeL'exactitude des citations n'est pas garantie, elles ne sont que prétextes à études sur ce Focus. 

 

1. Un point de vue, ce n’est pas une opinion.


2. Pour tout connaître, l’homme doit n’avoir aucune opinion (impression de pouvoir tout expliquer de quelque chose).


3. Quand tu émets une opinion, tu ne respectes pas l’homme. Une opinion c’est corrosif.

 

4.S’opposer à l’opinion d’un autre = être inconfortable dans la nôtre.

 

5.L’homme ne pourra pas exercer la pensée parfaite sur terre, il l’utilisera dans le monde morontiel.


6. Supporter la divergence = rester en suspension dans le vide de l’ego = altérer la résonance de son canal vibratoire = changer ses vibrations


7. Il y a des individus qui ont des points de vue absolument nécessaires pour ajuster le vôtre. La divergence d’intelligence, c’est votre protection.


8. La divergence des intelligences permet à l’être conscient d’accéder à son rayon et de l’amplifier lorsque cela est fait avec respect, parce qu’à ce moment-là, la divergence devient créative et lui il se sert du rayon des autres pour construire le sien.


9. Chaque rayon a une vibration et c’est une grande richesse de pouvoir absorber la divergence des intelligences. Il y a des rayons qui ont de l’ascendance sur d’autres mais s’il y a respect, cette ascendance n’est pas utilisée.


10. Le principe de la divergence permet à un rayon d’énergie de se suspendre pour devenir temporairement inactif. Si tu penses en écoutant l’autre « attends, dans deux minutes je vais t’avoir », tu as peut-être une belle parole mais c’est ta parole qui devient maîtresse. Il faut que « le maître virtuel » soit contenu sinon il y a de l’intelligence luciférienne parmi vous. Le principe de la divergence est une protection contre ll’underground.


11. Quand tu es devenu mental et que tu parles avec un autre qui est mental, il n’y a rien dans le physique qui alourdit la vibration, tu vis l’amour supramental.


12. Avoir de la délicatesse = avoir la contenance de l’underground = ajuster sa force = se rebalancer = rebalancer les vibrations de l’autre = permettre è l’autre de se maintenir par rapport à lui-même


13.Il ne faut jamais respecter une forme, il faut juste la déspiritualiser en soi-même, mais il faut continuer à respecter les hommes qui sont pris dedans.


14. Il faut pouvoir jouer le jeu des autres quand il faut mais le jouer consciemment. Passer de la personnalité à la personne permet de magnétiser les personnalités autour de soi dans le sens de se fondre temporairement avec eux.


15. L’homme conscient doit savoir quand paraître conscient et quand paraître inconscient.


16. La partie qui refuse d’être stratégique, c’est de la spiritualité.


17. Vous allez avoir besoin de garder un peu d’âme pour toujours pouvoir vous mettre en suspension des lois de la conscience, sinon, vous allez couper vos contacts avec le monde extérieur. C’est important de garder contact avec le monde extérieur pour se donner de la joie de vivre.


18. Il ne faut pas faire confiance aux autres mais avoir la certitude de se posséder à l’intérieur de l’échange avec les autres.


19. Sur le plan émotionnel, il faut intégrer l’underground de l’action à sa conscience. Il ne faut pas négocier avec les hommes, il faut sentir son propre taux vibratoire et composer avec l’énergie de son propre esprit.


20. Un homme en alliance avec lui-même a la capacité émotionnelle et mentale de supporter l’infirmité de l’autre et l’imperfection de son alliance avec l’autre. (Ça lui fait brûler du karma.)"


Écrire commentaire

Commentaires: 24
  • #1

    Edwige (samedi, 03 août 2019 22:49)

    * 1. Bernard
    "Un point de vue, ce n’est pas une opinion".

    Edwige
    Un point de vue utilise le mental inférieur par une approche critique, intellectuelle, objective, rationnelle, sceptique. Un point de vue remet les choses en question basées sur les connaissances et
    non sur le "savoir". Une opinion n'est pas le reflet de la "réalité occulte".

    Josée
    Un point de vue utilise la présence multidimensionnelle du double éthérique là où sa présence est rendue dans le processus de fusion.
    Le point de vue est un mouvement.
    Il s’impose à la conscience sous la forme d’une succession de modèles plus ou moins schématiques créés pour meubler notre laboratoire mental en mouvement.
    L’opinion est ce que devient un point de vue dès qu’il est pris au sérieux au lieu d’être ouvert au mouvement. Devenant de plus en plus une souffrance pour l’être qui se sensibilise, l’opinion en
    vient à être ce qui va sonner l’alarme de l’égocentrisme.

  • #2

    Josée (samedi, 03 août 2019)

    * 2. Bernard
    "Pour tout connaître, l’homme doit n’avoir aucune opinion (impression de pouvoir tout expliquer de quelque chose)".

    Edwige
    Pour tout connaître, l’homme doit être dans le "savoir" et non campé dans ses opinions, jugements subjectifs polarisés, bons ou mauvais, selon la nature de son ego, de son caractère, de ses états
    émotifs, de ses attitudes.

    Josée
    Être campé dans une opinion, c’est établir un petit territoire dans le champ infini du savoir en se servant de son état émotif, de ses attitudes et de son caractère en guise de tranchée, de piquets
    et de fanion, sans réaliser qu’on ne s’approprie d’aucun territoire dans le champ infini du savoir mais qu’au contraire on se coupe de toute possibilité de savoir.

  • #3

    Edwige (samedi, 03 août 2019 22:50)

    * 3. Bernard
    "Quand tu émets une opinion, tu ne respectes pas l’homme. Une opinion c’est corrosif".

    Edwige
    L'opinion est corrosive car elle veut influencer, elle peut donner de mauvaises informations, en étant paradoxale, consensuelle et/ou douteuse.

    Josée
    Émettre une opinion à quelqu’un ou à la ronde, c’est nourrir une arrière-pensée de supériorité envers le ou les destinataires. Il y a un rapport de force là-dedans qui se communique vibratoirement.

  • #4

    Josée (samedi, 03 août 2019 22:51)

    *4. Bernard
    "S’opposer à l’opinion d’un autre = être inconfortable dans la nôtre".

    Edwige
    S’opposer à l’opinion d’un autre c'est jouer dans la même cour que lui, quand bien même l'opinion userait du versant polarisé pour dire le contraire.

    Josée
    C’est juste. Quand l’autre est dans l’artifice de l’opinion (être dans l’opinion, c’est être dans l’artifice de la parole involutive), c’est fou de quitter le plancher des vaches pour aller jouer dans la même cour que lui.
    Par contre, on n’est pas inconfortable dans un point de vue, on sait que le point de vue qui nous habite aujourd’hui n’a rien d’un artifice : il constitue simplement le bout de chemin où on est en train de faire un pas.

  • #5

    Edwige (samedi, 03 août 2019 22:52)

    *5. Bernard
    "L’homme ne pourra pas exercer la pensée parfaite sur terre, il l’utilisera dans le monde morontiel".

    Edwige
    La pensée qui ne nous appartient pas ne sera jamais parfaite et le plus souvent erronée.

    Josée
    Il n’y aura jamais un temps (même au bout de nos jours de plus en plus évolutifs, même au degré maximal de notre identité intégrée) où la pensée sera un continuum de compréhension télépathique, car l’incarnation est liée au mouvement. Il y aura toujours des tests provenant du plan mental en mal de nous décrasser le canal.

  • #6

    Josée (samedi, 03 août 2019 22:53)

    *6. Bernard
    "Supporter la divergence = rester en suspension dans le vide de l’ego = altérer la résonance de son canal vibratoire = changer ses vibrations"

    Edwige
    Supporter les désaccords, la mésintelligence, les tensions et conflits, les oppositions ou contradictions, ou incompatibilités demande une présence à son esprit afin de garder une neutralité mentale qui ne fait pas chuter le taux vibratoire de son intelligence.

    Josée
    Ce que tu décris est le tour de force quotidien de l’homme conscient. Tour de force parce que ça s’appuie sur un truc absolu : le vide. Le vide est un idéal sur terre, il demeure impossible à vivre de façon continue tant qu’on a de l’âme à neutraliser.
    Mais l’ego et le vide s’apprivoisent : chaque fois qu’il se retrouve TROP noué dans les tensions animiques d’un lien karmique, l’ego développe un peu plus de connexion avec le vide.

  • #7

    Edwige (samedi, 03 août 2019 22:53)

    *7. Bernard
    "Il y a des individus qui ont des points de vue absolument nécessaires pour ajuster le vôtre. La divergence d’intelligence, c’est votre protection".

    Edwige
    Un ego mature et conscient supportera les oppositions et désaccords s'ils créent un nouvel équilibre dans les propres failles de son intelligence en voie de perfectionnement.

    Josée
    Au début du processus de fusion, on se passionne pour la recherche d’une explication de l‘occulte – recherche balbutiante mais dont les résultats sont considérés comme des vérités. Notre petite intelligence se croit grande… parce que sa soif de valorisation est grande !
    Un jour cette étape conduit enfin à faire voir la faille de notre conscience grâce en particuliers à un certain moyen utilisé par l’esprit : un échange avec quelqu’un dont les idées divergent selon un schéma d’entrecroisement des formes et des ondes bien précis. Éventuellement, les deux egos s’ouvrent mentalement et il n’est plus question de vérités, mais de points de vue.

  • #8

    Josée (samedi, 03 août 2019 22:55)

    *8. Bernard
    "La divergence des intelligences permet à l’être conscient d’accéder à son rayon et de l’amplifier lorsque cela est fait avec respect, parce qu’à ce moment-là, la divergence devient créative et lui il se sert du rayon des autres pour construire le sien".

    Edwige
    La divergence des intelligences permet aux êtres conscients d'affiner leur lien télépathique lorsqu'il n'y a pas volonté de soumettre ni dominer l'autre, dans ce cas l'opposition devient réciproquement créative.

    Josée
    Une divergence de points de vue a le potentiel d’être réciproquement fertile comme si ce que chacun COMPRENAIT, en plus d’être un jardin pour la lumière, était utilisé comme jardinier pour le jardin de l’autre. (Chaque jardin étant Unique, comme est Unique aussi chaque « capacité subliminale à jardiner l’autre ».)
    Cette utilisation se fait en dehors de l’ego du « jardinier » et n’a lieu que si le "jardin" se laisse jardiner sans ego.

  • #9

    Edwige (samedi, 03 août 2019 22:58)

    *9. Bernard
    "Chaque rayon a une vibration et c’est une grande richesse de pouvoir absorber la divergence des intelligences. Il y a des rayons qui ont de l’ascendance sur d’autres mais s’il y a respect, cette ascendance n’est pas utilisée".

    Edwige
    La divergence des intelligences est nourrissante pour l'esprit dans la mesure où "être dans son autorité" n'est pas utilisée subtilement comme outil de pouvoir et d'autoritarisme sur la conscience d'autrui.

    Josée
    L’ascendance est illusoire car tout est trop unique et ce n’est qu’en dépassant cette illusion que le mouvement continue. On puise dans chaque rayon auquel on sera exposé ad vitam eternam et ce n’est qu’en intégrant ce principe que le mouvement continue.

  • #10

    Josée (samedi, 03 août 2019 22:59)

    *10. Bernard
    "Le principe de la divergence permet à un rayon d’énergie de se suspendre pour devenir temporairement inactif. Si tu penses en écoutant l’autre « attends, dans deux minutes je vais t’avoir », tu as peut-être une belle parole mais c’est ta parole qui devient maîtresse. Il faut que « le maître virtuel » soit contenu sinon il y a de l’intelligence luciférienne parmi vous. Le principe de la divergence est une protection contre l’underground".

    Edwige
    Se foutre royalement de ce que dit l'autre, rester obsédé par ce que l'on va lui répondre croyant que sa parole est plus intelligente que ce qu'il dit… en effet Lucifer veille à la domination sur la conscience d'autrui…

    Josée
    Désirer étaler sa parole, c’est retourner faire bouillonner la vieille marmite underground qui meurt d’envie de parler. Et ça, c’est opter pour la condition psychique habituelle dont on sait qu’elle nous bourre la tête d’insécurité.
    Opter pour le vide par contre, c’est miser sur le mouvement, le développement.

  • #11

    Edwige (samedi, 03 août 2019 22:59)

    *11. Bernard
    "Quand tu es devenu mental et que tu parles avec un autre qui est mental, il n’y a rien dans le physique qui alourdit la vibration, tu vis l’amour supramental".

    Edwige
    L’amour supramental serait cette communication non verbale, fluide et éthérique qui n'aurait besoin d'aucun contact physique, tout se comprend par le savoir réciproque.

    Josée
    Le système nerveux est la dimension physique du corps éthérique et absorbe son taux vibratoire sur le plan matériel, au point que c’est jusque dans ses cellules que se communiquera l’apothéose vibratoire de l’énergie supramentale.
    Mais, en plus de vivre les élévations qui les mèneront à cette extrême légèreté, le taux vibratoire de nos cellules nerveuses connaît des ralentis et des régressions qui coïncident le plus souvent avec des impuissances face aux tests relationnels.
    À l’inverse, lorsque les gens en relation vivent un sommet de puissance, leurs systèmes nerveux sont exemptés de tout parasitage vibratoire.

  • #12

    Josée (samedi, 03 août 2019 23:00)

    *12. Bernard
    "Avoir de la délicatesse = avoir la contenance de l’underground = ajuster sa force = se rebalancer = rebalancer les vibrations de l’autre = permettre à l’autre de se maintenir par rapport à lui-même".

    Edwige
    Ajuster sa force à celle de son interlocuteur, tout en respectant la puissance de ses propres vibrations, permet une relation et un échange équitable.

    Josée
    Avoir de la délicatesse = Faire un ménage instantané (donc extrêmement volontaire) dans ses pulsions =Être à l’écoute vibratoire de tout ce qui indique du déséquilibre dans ses pulsions, autrement dit de l’encombrement dans le canal Il y a un effet relationnel à ça. Quand il n’y a rien qui bouscule subliminalement l’autre personne, celle-ci est renvoyée à elle-même avec une vision plus objective de sa propre situation – une vision qu’elle gère à sa guise.

  • #13

    Edwige (samedi, 03 août 2019 23:02)

    *13. Bernard
    "Il ne faut jamais respecter une forme, il faut juste la déspiritualiser en soi-même, mais il faut continuer à respecter les hommes qui sont pris dedans".

    Edwige
    Déspiritualiser les formes pour ne garder que le "réel du fond", aide au respect de là où en est l'autre.

    Josée
    Oui, le temps doit être respecté. Le respect de l’unicité du parcours temporel de chacun se base sur le caractère absolument intime de la capacité de chacun à se déspiritualiser dans son temps. En nous déspiritualisant nous-mêmes, nous acquérons ce respect du temps de chacun car c’est par croyance spirituelle en toutes sortes de formes que nous jugeons les autres dans leur supposée lenteur à sortir de leurs croyances.

  • #14

    Josée (samedi, 03 août 2019 23:03)

    *14. Bernard
    "Il faut pouvoir jouer le jeu des autres quand il faut mais le jouer consciemment.
    Passer de la personnalité à la personne permet de magnétiser les personnalités autour de soi dans le sens de se fondre temporairement avec eux".

    Edwige
    Jouer à s'adapter aux autres permet de les supporter temporairement, mais il arrive un temps où, quand on est sorti de la cour de ces jeux, il n'y a plus besoin de jouer ou faire semblant l'envie n'y est plus.

    Josée
    On ne peut pas mettre en suspension notre savoir mais, si on conscientise le moindrement l’impression « d’avoir du savoir » qui nous accompagne inconsciemment, on peut fonctionner momentanément en dehors de cette image de soi, échanger avec l’autre en dehors de ce relent astral.
    Ainsi libéré, on lâche prise plus volontiers du contrôle de l’interaction, ce qui transfère de la marge de manœuvre à « autre chose que l’ego » et une autre sorte de mouvement plus anonyme peut se dérouler entre soi et l’autre.
    Il y a une intensification de la présence de cette autre chose qui n’est pas l’ego. Étrangement, ça augmente subliminalement une sorte de diffusion momentanée de notre Soi dans le Soi de l’autre.

  • #15

    Edwige (samedi, 03 août 2019 23:04)

    *15. Bernard
    "L’homme conscient doit savoir quand paraître conscient et quand paraître inconscient".

    Edwige
    Savoir "camoufler" son état de conscientisation est valable pour des relations temporaires, anodines, qui ne remettent pas en question le travail de déconditionnement social accompli sur soi en permettant un rôle en tant que maillon de la chaine sociale.

    Josée
    Tu as raison. Le déconditionnement social n’empêche pas de vivre discrètement dans le monde. Il faut bien marcher sur des trottoirs bondés : ça permet de recourir au plaisir anodin que peuvent aussi nous fournir d’autres formes sociales le long du trottoir.

  • #16

    Josée (samedi, 03 août 2019 23:04)

    *16. Bernard
    "La partie qui refuse d’être stratégique, c’est de la spiritualité".

    Edwige
    La stratégie, dans son ensemble de manœuvres habiles en vue d'atteindre un but précis, est identique aux manœuvres habiles de la spiritualité qui maintient sous domination des hautes sphères.

    Josée
    C’est par la capacité stratégique de l’intelligence qu’on a intégrée qu’on va savoir quand paraître conscient et quand paraître inconscient.
    La souplesse interne que ça demande implique un degré avancé de déspiritualisation, parce que se déspiritualiser revient beaucoup à apprendre à laisser tomber notre image à nos propres yeux.

  • #17

    Edwige (samedi, 03 août 2019 23:05)

    *17. Bernard
    "Vous allez avoir besoin de garder un peu d’âme pour toujours pouvoir vous mettre en suspension des lois de la conscience, sinon, vous allez couper vos contacts avec le monde extérieur. C’est important de garder contact avec le monde extérieur pour se donner de la joie de vivre".

    Edwige
    Garder un contact avec le monde extérieur ne donne pas forcément de la joie de vivre, mais des outils pour se maintenir en vie. Garder un peu d’âme pour se mettre en suspension des lois de la conscience oblige à ne pas rompre brutalement ces contacts avec nos plus proches, notamment ceux avec qui le karma n'est pas encore résolu.

    Josée
    C’est plaisant de se faire croire que le karma est résolu lorsque le temps est à la fête et aux jeux.

  • #18

    Josée (samedi, 03 août 2019 23:06)

    *18. Bernard
    "Il ne faut pas faire confiance aux autres mais avoir la certitude de se posséder à l’intérieur de l’échange avec les autres".

    Edwige
    Être et rester dans ses ancrages permet, tel un roseau, de plier sans se briser dans l'échange avec les autres.

    Josée
    La seule façon d’avoir confiance lorsqu’on s’engage avec quelqu’un, ce n’est pas par une évaluation de l’autre mais par la certitude de se posséder soi, autrement dit, par la certitude qu’on remplit nos souliers et qu’on se placera les pieds un pas à la fois.

  • #19

    Edwige (samedi, 03 août 2019 23:06)

    *19. Bernard
    "Sur le plan émotionnel, il faut intégrer l’underground de l’action à sa conscience. Il ne faut pas négocier avec les hommes, il faut sentir son propre taux vibratoire et composer avec l’énergie de son propre esprit".

    Edwige
    La neutralité émotionnelle est de l'ordre du contrôle la relation mentale avec autrui. Ne jamais troquer son taux vibratoire ni l'énergie de son esprit pour satisfaire l'ego de l'autre.

    Josée
    Exactement. Il faut toi-même en toi-même couper l’herbe sous le pied à tout égrégore qui vient jusqu’à toi.
    C’est en composant avec ta propre énergie dans le secret de ta conscience que tu vas te garder en équilibre quand tu composes avec l’énergie d’un échange.

  • #20

    Josée (samedi, 03 août 2019 23:07)

    *20. Bernard
    "Un homme en alliance avec lui-même a la capacité émotionnelle et mentale de supporter l’infirmité de l’autre et l’imperfection de son alliance avec l’autre. (Ça lui fait brûler du karma.)"

    Edwige
    Être dans la force du tempérament de son identité, de son intelligence et de sa conscience des mécanismes psychiques de l'ego inconscient, permet de supporter cette inconscience de l'autre, dans la mesure où notre lien karmique avec lui brûle consciemment…

    Josée
    La conscience est la clé effectivement. Pouvoir être dans cette conscience avivée des mécanismes psychiques et jouir ainsi de la force du tempérament de son identité permet de tout supporter, tout subir, tout contenir sans basculer dans ses attitudes (fuite, jugement, etc.). On peut se retirer, on peut prendre la parole, mais on garde le genou ferme, on ne bascule pas dans ses attitudes.

  • #21

    josee (dimanche, 11 août 2019 20:43)

    rien ne me déspiritualise comme la divergence.

  • #22

    Edwige (lundi, 12 août 2019 10:01)

    La divergence avec autrui est un entraînement scolaire à la présence d'esprit. Cette présence permet de travailler une neutralité mentale qui empêche la chute du taux vibratoire, dans le respect de la puissance de nos vibrations dans une relation où l'échange divergent est respectueux.

    En gérant les divergences qui nourrissent l'esprit on gère aussi les failles de l'intelligence de l'ego matériel qui l'amène à affiner le contact télépathique avec son ego éthérique. Car tant que l'ego matériel reste coincé dans des considérations universitaires psychologiques, points de vue et opinions ne reflèteront jamais pour lui la "réalité occulte" de notre école terrestre.

  • #23

    josée (samedi, 17 août 2019 15:17)

    ton 1er paragraphe renvoie aux dangers de l'attitude enseignante, qui, mine de rien, exhibée ou inhibée, est universelle. aussi sournoise que soit l'attitude enseignante, elle sera parfaitement démasquée et désactivée en tant que filon d'exploitation astrale de l'âme.

  • #24

    josee (dimanche, 18 août 2019 14:47)

    enseigner, c'est différent de désirer enseigner.

    c'est la vie qui nous enseigne individuellement, en passant souvent par la réplique d'un autre, une vision qui passe comme une étoile filant captée au vol par la personne qui avait à se faire enseigner. et tout se fait à l'insu de la personne qui a prononcé les mots.

    désirer enseigner, c'est vouloir se substituer à ce phénomène naturel.

    il y a une astralisation ou manipulation sur les deux niveaux.

    au niveau mental inférieur, on est marionnetté par un très sérieux bric à brac de croyances
    et au niveau émotionnel on est marionnetté par une quête de valorisation qui instrumentalise autrui.

    il n'y a pas de fluidité, pas de fusionnement avec le mouvement de l'esprit, mais une prise de contrôle au nom de notre Vérité et au nom de notre Valeur.

    il arrive qu'une personne témoigne d'une "attitude enseignante" exacerbée alors qu'elle gagne en capacité d'expression, alors qu'elle ne partageait rien de son expérience dans l'involution. un bouchon saute sous la pression de l'envoûtement résultant de l'éveil de la conscience. l'envoûtement est astralisé et récupéré par tout ce qu'il y a de vanité naturelle caché en chacun. c'est l'émergence de l'orgueuil spirituel : l'ego est flatté de l'expansion de sa conscience. alors, par orgueuil spirituel, on nie notre orgueuil spirituel.

    ces étapes suivent une séquence unique à chacun et sont calibrées autrement chez l'un et l'autre. le respect d'autrui nous renvoie toujours à gérer nos oignons et par ce constant retour sur soi et ouverture à l'autre on réalise que tout dans notre psyché est constitué de formes. les formes sont le médium du plan mental, il n'y a pas de problème avec les formes, juste avec notre attachement aux formes, comme on retrouve dans le désir d'enseigner.