Émotions/Créativité = équilibre conscience/biologie

L’émotion c’est une énergie astrale qui fait partie de la conscience animale de l’Homme et elle est nécessaire l’émotion.

Elle est belle l’émotion, elle est utile dans la vie parce qu’elle permet à l’Homme de maintenir un équilibre entre l’infinité de sa conscience

puis la particularité biologique de son humanité. 


BDM: "D'autres personnes continueront ce travail de développement pour comprendre réellement les mécanismes occultes de la conscience. Ce sera important pour l’homme de pouvoir, en tant qu’ego, se référer à cette science-là pour comprendre sa relation avec sa source, donc avec les forces voilées qui font partie de sa supraconscience, afin de se protéger sur la terre et de vivre une vie de plus en plus agréable".


AVANT-PROPOS

 "Être sur le chemin de l’évolution c’est mener une étude" 

BdM PE-028

Ces FOCUS sont des espaces réservés aux échanges d'idées pour faire évoluer l'instruction "descendue" par BDM de façon créative, collaborative et générative. Prière de ne pas déformer, ni plagier, les transcriptions originales de l'œuvre de Bernard de Montréal proposées pour étude, dont la seule référence est l'audio qui l'accompagne. Un résumé personnel, des citations et/ou des liens sont admis pour initier ces échanges. Vous pouvez proposer un thème, un sujet qui sera mis en ligne après vérification. Aucune inscription ni abonnement n'est requis, l'anonymat est garanti.

** Polémiques stériles et énergivores, non-respect de la parole de l'autre, critiques malveillantes, tribune spirituelle pour ego surdimensionné… iront directement dans la corbeille.


Télécharger
37 La lumière de l.pdf
Document Adobe Acrobat 353.6 KB


Résumé/compilation de la conférence BDM/DM

037 "La lumière de l’esprit"


L’émotion

DM : Par la parole ou par une écriture quelconque, on peut faire vivre une prise de conscience à quelqu’un. Dans quelle mesure la personne qui fait une prise de conscience est capable de lutter contre le côté psychique dont on parlait au début qui manipulait, qui créait de la confusion dans le mental de l’individu ? Dans quelle mesure une prise de conscience permet vraiment de se créer un centre de gravité face aux forces occultes ? 

 

BdM :. Une prise de conscience c’est un processus! Au fur et à mesure la capacité de l’Homme de lutter, de voir clair, de voir la game des forces sur le plan psychique par rapport à son plan psychologique, ça devient de plus en plus clair, de plus en plus clair.

 

Puis éventuellement l’Homme devient totalement maître dans son mental, ça veut dire en arriver à un point dans sa vie en tant qu’être humain, à être capable de regarder n’importe quelle mémoire, n’importe quelle forme, qu’elle vienne de l’extérieur, qu’elle vienne du monde, qu’elle fasse partie de l’histoire, de la civilisationwhatever ! D’être capable de la fracturer ! Sans nécessairement la fracturer pour les autres parce qu’il faut que tu respectes les niveaux d’évolution de l’humanité

 

Pour toi-même en tant qu’individu, il faut que tu en arrives à être capable de fracturer les formes, autrement dit être capable de voir à travers les illusions psychiques de la formeParce que la forme mentale, les notions, ce qu’on appelle les idées, sont des énergies qui utilisent ou qui sont faites de beaucoup d’émotivité

 

L'émotion c’est une énergie astrale qui fait partie de la conscience animale de l’Homme et elle est nécessaire l’émotion. Elle est belle l’émotion, elle est utile dans la vie parce qu’elle permet à l’Homme de maintenir un équilibre entre l’infinité de sa conscience puis la particularité biologique de son humanité. Si l’Homme n’avait pas d’émotion, si l’Homme ne pouvait pas vivre d’émotion sur le plan matériel, il deviendrait un être très très éthéré, il serait obligé éventuellement de changer de plan. Parce que la vie sur la Terre serait extrêmement rigoureuse pour lui.

 

Donc l’émotion est nécessaire.

 

Par contre il faut que l’émotion soit rendue intelligible, et pour qu’une émotion soit rendue intelligible, il ne faut pas qu’elle fasse interférence avec le développement de l’intelligenceSi elle ne fait pas interférence avec le développement de l’intelligence, l’émotion est utileElle est agréable, elle est pleine, et elle poursuit le but occulte de l’esprit à travers l’âme pour le bénéfice de l’ego. 

 

Pourquoi est-ce que l’émotion existe ?

Parce qu’elle permet à l’Homme en tant qu’entité vivante sur le plan matériel d’utiliser son corps astral, c’est-à-dire d’utiliser l’énergie de l’âme pour le perfectionnement de sa relation entre la matière et son esprit. 

 

C’est très objectif, puis ce n’est pas vrai ça, parce que dans la science il y a un esthétisme qui existe. Puis un grand scientiste qui découvre un principe fondamental de la matière, il vit une très grande émotion esthétique par rapport à l’organisation mutuelle du monde vivant, du monde physique, du monde qu’il perçoit au niveau de son corps astral, puis la sensibilité mentale qu’il a par rapport à l’organisation systématique ou codifiée de ce monde-là.

 

Au niveau des arts c’est la même chose, le musicien ou l’artiste vit, se sert des émotions pour donner à la fabrication conceptuelle mentale ou astrale de sa conscience, l’uniformité nécessaire pour homogénéiser tous les aspects créatifs de sa conscience.

 

Donc l’émotion ce n’est pas un aspect négatif de la conscience humaine, seulement ça peut être un aspect très négatif de la conscience humaine. 

 

Pour que l’Homme en arrive à utiliser cette énergie-là qui est conscience dans sa conscience, qui fait partie du domaine psychique de son âme en relation avec la matière, l’utilisation de son corps astral qui véhicule cette énergie-là, il faut qu’il soit suffisamment intelligent pour raccorder toujours l’émotion à l’aspect intelligent de l’acte ou de la perception.

 

À ce moment-là, c’est un être mental qui a accès à une astralité qui convient parfaitement à l’unité de l’esprit et de l’âme, à travers un ego qui est parfaitement balancé. 

 

l’Homme ne vit plus d’ambiguïté par rapport à sa conscience, il ne vit plus d’ambiguïté par rapport à son intellect, autrement dit par rapport à ses notions parce qu’il est capable de regarder une forme de façon objective mentale, et éliminer de cette forme-là l’émotion négative qui la caractérise en tant que conscience ou que personne rattachée à la mémoire involutive

 

Et il est capable de voir la valeur mémorielle de l’émotion. Dans le sens qu’il est capable de donner à la race humaine ou aux gens qui poursuivent un autre niveau d’évolution, la valeur caractérielle de leur position dans l’évolution sociale ou dans l’évolution psychologique de leur propre moi.

 

Il est capable de comprendre le mouvement historique d’une multitude d’individus ou d’une multitude de nations qui coexistent dans un état d’impermanence ou d’interrelation impermanente, puis voir que le monde est très compliqué, puis ça prend toutes sortes de mondes pour faire un monde

 

Mais toi, tu n’es pas touché par ce qui se passe dans la tête de l’arabe. Mais tu es capable de voir que ce qui se passe dans la tête de l’arabe, ça fait partie de l’évolution de la race humaine. 


Mémoires - Émotions créatives

DM : La mémoire n’est pas nécessairement négative. Là on dit l’émotion n’est pas nécessairement négative.

 

Dans un processus de prise de conscience, il y a beaucoup de gens qui se méfient de leurs émotions ou qui se méfient de leur mémoire, on retrouve là, dans vos affirmations, le fait qu’en réalité, que ce soit de la mémoire ou de l’émotion, c’est la façon de traiter avec qui est le problème. 

 

Comment un être conscient traite avec son émotion, avec de l’émotion venant d’autres, ou de la mémoire ?

 

BdM : Un être conscient traitera de l’émotion d’une façon esthétique, autrement dit l’émotion, cette énergie astrale puissante chez un être conscient ne peut être utilisée que de façon esthétique.

 

Si on prend le terme esthétique puis qu’on le développe à partir d’une conscience mentale, bon, on s’aperçoit que «esthétique» veut dire pas seulement ce qui est beau mais ce qui établit une relation ou qui maintient ou qui permet une relation entre l’esprit, l’âme et l’ego.

 

La beauté, c’est la manifestation intégrale de la relation entre l’esprit qui est universel, l’âme qui est “particulier” et l’ego qui est simplement la réflexion des énergies de ces plans-là

 

Le concept de la beauté ou le concept de l’esthétisme, si on le regarde d’un point de vue mental, n’est pas nécessairement un concept qui se rapporte à la catégorie du beau mais à la catégorie de ce qui harmonise parfaitement. 

 

Donc quelque chose ou une chose qui harmonise parfaitement dans notre ego humain, c’est beau, une émotion, quand c’est vécu d’une façon consciente, ça nous amène automatiquement à vivre le beau dans quelque chose. 

 

Si tu vas voir un film puis que tu pleures, à ce moment-là tu pleures pas parce que ça te fait de la peine, mais tu pleures parce que les sentiments qui sont vécus, qui sont véhiculés ou ce que le directeur du film a fait, c’est élevé à un niveau de conscience ou de sensibilité, suffisamment élevé pour que l’Homme voit, sente, perçoive une relation créative entre l’esprit, l’âme et l’ego. Même si l’auteur n’en était pas conscient, toi tu le vois. 

 

Le domaine de l’émotion pour un être conscient, c’est un domaine qui n’est pas fictif ça fait partie de la conscience humaine, mais ça ne retarde pas l’Homme dans l’évolution de sa conscience mentale

 

Ça n’empêche pas l’Homme d’être intelligent dans le partage créatif de son esprit avec les vibrations de l’âme, à travers la perception de l’ego. 

 

Ça maintient constamment une homogénéité entre ce qui se passe sur les plans les plus supérieurs, les plus avancés de sa conscience, et les plans les plus bas de sa conscience.

 

DM : Où est-ce que la distorsion apparaît dans la beauté dont vous parlez ? 

 

BdM : La distorsion, apparaît dans la beauté quand l’Homme n’est pas capable de percevoir l’émotion comme étant le résultat d’un agrandissement de son intelligence.

 

Une émotion qui rapetisse sa vie, une émotion qui t’assujettit dans la vie, une émotion qui te rend esclave dans la vie, de n’importe quelle façon, à n’importe quel système, à n’importe quelle idéologie ou à n’importe quel évènement. 

 

Une émotion qui t’enlève de la liberté ne fait pas partie du courant d’énergie entre l’esprit, l’âme et la mémoire, c’est une force psychique astralisée qui fait partie de la relation entre l’âme et l’ego, l’esprit est totalement coupé, il n’y a pas d’énergie intelligente dedans

À ce moment-là, t’es fait, tu vis un karma !

 

DM : Donc, devant quelque chose qui est beau du point de vue de l’esprit, si une personne la regarde et vit quelque chose de libre, ça va bien, il est conscient

 

Si une autre personne vit une impression de dépendance, une sorte de fanatisme ou d’admiration, là on va dire que cette personne-là est astralisée ? 

 

BdM : Automatiquement, oui.


DM : Donc, tout se passe dans l’individu ?


BdM : Tout se passe dans l’individu !


Écrire commentaire

Commentaires: 5
  • #1

    Edwige (samedi, 09 novembre 2019 07:32)

    Il y a tellement de con-fusions sur "l’émotion"… Ne pas avoir d’émotion dans le « mental » participe d’un fonctionnement équilibré des 3 cerveaux au milieu desquels se situe le discernement.

    Avec du discernement les réactions mentales sont dépolarisées, donc sans subjectivité émotive, là est l’essentiel pour fonctionner de manière centrique.

    Tout autre chose est de « ressentir » une émotion au niveau du plexus solaire qui peut être une "petite voix" vs "l’intuition". Parfois celle-ci l’emporte sur la rationalité froide du discernement.

    "Ressentir" une émotion doit sortir des clichés tabous supramentaliens qui se font la part belle chez certains adeptes de l’a-émotivité excessive…

    Dans l’état actuel de notre évolution nous avons encore besoin de notre système émotionnel. Ce dernier sert de garde-fous en tant qu’indicateur d’une intrusion chez nous, aussi subtile et bienveillante soit-elle, quand ça ne nous appartient pas et quand ça nous indique qu’on se fait violer psychiquement, peu importe d'où vient l'attaque d'en haut ou d'en bas ou des deux à la fois par triangulation.

    Se priver de ce 6ème sens est une aberration construite de toute pièce pour maintenir dans l’involution ceux qui confondent neutralité mentale et froideur émotionnelle… toute proportion gardée du sentimentalisme ou de la sensiblerie…

    On travaille sur une à-émotivité relationnelle ou évènementielle pour ne plus nourrir les plans de notre énergie émotionnelle. Cette énergie doit être bichonnée, thésaurisée, entretenue pour nos besoins créatifs car pas de créativité = pas d'intelligence... Navrée si j'en égratigne quelques-uns...

  • #2

    Edwige (samedi, 09 novembre 2019 07:33)

    L'abondance d'énergies d'évolution actuelle exacerbe notre besoin de distanciation, de retranchement du monde extérieur et de recroquevillement sur nous-même.
    Ces énergies nous amènent à devenir sélectifs à tous les niveaux, c'est un passage incontournable dans les relations interpersonnelles, avec lesquelles on ne vibre plus au quotidien…
    Cependant nos confrontations émotionnelles avec ces relations, proches ou non, résultent plus des miasmes logés dans notre propre astralité que de "la faute à l'autre dans l'astral", croyance qui est un piège naïf dans lequel nous tombons encore.
    L’humain dans sa phase évolutive ne peut plus vivre sous l'ingérence de puissances invisibles qui agissent à son insu sur sa conscience.
    La lumière de l'énergie de l'esprit nous permet de vivre notre personne réelle, pas notre personnalité, en agissant sur l’énergie émotionnelle de la mémoire astrale, spirituelle, blindées de formes illusoires qui ont aliéné notre identité des éons durant.
    Même si les artéfacts et résidus astraux sont et seront pour longtemps plus ou moins actifs chez les personnes en chemin d'évolution, c'est de nos mémoires karmiques polarisées que nous sommes encore prisonniers…
    Quand nous serons réellement conscients, libres des parasites et des engrammes, nous ne souffrirons plus. Ça ne veut pas dire qu'on sera heureux, ne pas souffrir c'est être bien dans ses souliers en n’étant plus enchaînés à ses souffrances émotionnelles.
    Quand on sera réellement conscient du double mental on pourra gérer intelligemment notre souffrance afin de ne pas cristalliser dans notre conscience "le mal de la mémoire".
    On aura toujours les mêmes obstacles de la vie mais on les vivra différemment. Chaque humain à "la main" sur sa vie, dans chaque situations vécues, celles-ci étant rattachées à une situation émotionnelle en rapport avec les situations antérieures ancrées au plus profond de ses mémoires karmiques, dans l’objectif basique de nous maintenir vivants.
    Souffrir est afférent à une velléité parasitique qui nous déséquilibre psychiquement, sachant qu'en fonction de nos engrammes on est tous plus ou moins parasités.
    Si nous savions être sans qualité ni défaut nous serions libres de la polarité et conséquemment libérés des forces morbides!.
    L'aspect mental de l'émotion fait partie de l'activité de ces forces conjointement à la puissance de notre mémoire, c'est à nous de nous en désengager pour être libre de nos culpabilités et autres émotions qui en découlent.
    Notre âme est un sac à dos de mémoires nécessaires à notre évolution, à l'archivage de nos diverses personnalités en évolution, au développement de notre conscience, elles servaient initialement à l'organisation psychique et mentale de notre ego.
    Mais la mémoire de l'âme, partie intégrale du mensonge cosmique, est devenue une force motrice utilisée par le corps émotionnel pour obscurcir nos pensées et mettre constamment en surbrillance les aspects négatifs de notre personnalité.
    La gamme d'émotions est aussi vaste qu'un bottin mondain avec des puissances occultes qui sont constamment à l'œuvre pour créer de la souffrance afin que notre ego évolue en conscience.
    Ces émotions oscillent de la plus extra-ordinaire à la plus débilitante et cette polarité est le point d'orgue de ces puissantes énergies qui créent du déséquilibre psychique dans notre conscience.

  • #3

    josée (dimanche, 10 novembre 2019 17:04)

    l'émotion puise dans l'âme, optimise ce bagage, elle le fertilise, dans la mesure où elle se fait volontsirement raccorder au plan mental de l'intelligence.

    alors seulement ne fait-elle PAS interférence avec le développement de l’intelligence.

    "À ce moment-là, c’est un être mental qui a accès à une astralité qui convient parfaitement à l’unité de l’esprit et de l’âme, à travers un ego qui est parfaitement balancé."

    comprendre, c'est utiliser l'astralité afin de transformer l'inconscience en conscience.

    que de nouveaux processus de compréhension déclenchés sur focus depuis six mois !

    ainsi bernard dans l'intro annonce t-il que l'être conscient traitera un jour l’émotion de la façon dite "esthétique" qui l'harmonisera intérieurement c'est à dire qui établira la relation entre l’esprit, l’âme et l’ego. tel un grand physicien, tel un grand artiste, l'homme avancé en conscience gérera l'émotion d'une façon qui permettra dans son ego cette relation interne globale entre le haut et le bas. en sommes, l'homme à venir choisira d'aborder chaque émotion d'une façon si neuve et créative qu'il la maintiendra, cette cohésion entre tous les big bang, tous les logos

  • #4

    josée (dimanche, 10 novembre 2019 18:12)

    réaction aux #1 er 2.
    le problème c'est la mémoire mais elle est nécessaire à sa solution.
    l'âme est le fruit de l'arbre de l'involution. c'est une masse de données disparates, hétérogènes. c'est un peu comme un bottin mondain posé sur le sol, dans le sens que l'homme inconscient est une formidable quantité d'identités éparses.
    quand le moi cosmique surgit à travers un processus d'approche, la mémoire doit être avalée par sa lumière.
    la mémoire ne peut pas être rejetée, c'est juste sa capacité d'influencer qui doit être rejetée.
    si on compare l'homme à une voiture, l'ego, qui est le volant, a tourné en rond tant qu'il était influencé par la mémoire.
    il tournait sur lui-même, égocentriquement telle une centrifugeuse échappant constamment sa réalité à la ronde.
    la mémoire n'a pas à avoir d'EFFET car son seul effet possible est celui-là.

    dorénavant, la mémoire n'a plus à jouer de rôle car le moi cosmique se charge de la ressusciter par la programmation vibratoire. (toute la mémoire sera ressuscitée dans toute la programmation-vibration.)
    l'ego n'a plus à se tourner de ce côté.

    par un senti émotionnel mais non mémoriel (une première), l'ego ressent fortement l'urgence matérielle d'un tel renoncement.

    éventuellement, l'ego épouse sa vibration-programmation.
    celle-ci va permettre que la mémoire soit avalée par la lumière, avec toutes ses données.
    posé sur le sol, le bottin mondain n'est pas pour autant sans racines dans les mondes souterrains. l'ego saisit que la tâche est ample, subtile et laborieuse et que le mieux qu'il peut faire est de se tasser et de suivre les instructions.

    l'ego a maintenant trois souffleurs qui ensemble le dirigent.

    1- un senti émotionnel mais non mémoriel : une intuition émotionnelle.
    le défi est de ne pas laisser cette information se faire astraliser, c.a.d. associer à une série de composantes de la mémoire
    2- une intuition intellectuelle permet de traduire l'énergie du senti en langage verbal.
    encore là le défi demeure de tomber dans l'associativité et la centrifugeuse.
    3- le discernement

    l'ego tient le volant, mais ne sert à rien qu'à permettre ces manifestations. dans l'oreille gauche et dans l'oreille droite il reçoit des intuitions intellectuelle et émotionnelle, tandis qu'entre les deux, il y a le moi cosmique qui lui donne l'heure juste d'un point de vue d'ensemble, car le moi cosmique organise l'ensemble du voyage...
    ... ou pour reprendre l'analogie du bottin mondain posé au sol, l'ego conscient saisit que ça prend le moi cosmique, cette "ultime entité" (59a), pour rejoindre les innombrables entités listées comme ayant influencé l'ego dans le temps, et les avaler dans la lumière.

  • #5

    Edwige (jeudi, 14 novembre 2019 10:50)

    Notre langage, notre vocabulaire, les mots et les paroles portent des énergies et des vibrations cent coudées en dessous des sons qui nous parvienne dans l'oreille gauche et dans l'oreille droite…

    Ces sons sont chargés d'informations hautement plus réelles et intelligentes que la langue de Rousseau. Le double éthérique sonne l'heure juste parce que c'est lui l'horloge du programme de notre voyage terrestre, tant dans l'émotion, que dans créativité qui constitue notre équilibre entre notre biologie interne et notre conscience supérieure.

    Lorsque l'énergie de nos différents cerveaux et de chacun de nos corps subtils sera réellement fusionnée dans le cerveau éthérique nous serons télépathiques. Nous surferons sur l'énergie des sons vibratoires, il n'y aura plus de barrière du "savoir" entre le haut et le bas.

    En attendant considérons que chacun fait ce qu'il peut sans trop de dichotomies actes/paroles...