Alcool, drogues et plan astral


Alcool, drogues et plan astral

 

il existe bel et bien des plans qui utilisent l'énergie de nos émotions... perfidement ils le font par le biais de ces miroitements anesthésiques qui passent de la bouteille au verre, quand ce n'est pas directement au goulot du récipient. Les personnes, ainsi infectées par les vapeurs d'alcool, ouvrent grand les portes à ces plans et deviennent leurs marionnettes dociles, répondant a leur besoin vital de leur énergie de vie. Vous l'avez compris ces plans sont anti-hommes.

 

D'une manière générale on pourrait évoquer (sans entrer dans la crainte ou la peur) de bien choisir le thérapeute quelle que soit son approche vibratoire ou son matériel... Il est prudent que l'on soit "guérisseur" ou "client" de savoir si vous même ou si la personne qui se penche sur vous ou vous touche s'est nettoyée et/ou exempte de quelconques parasites énergétiques. Elle pourrait transférer à son insu et au vôtre ses énergies au mieux dérangeantes au pire catastrophiques... malgrès sa bienveillance et toute sa volonté à vouloir vous faire du bien... Pour prendre toute la mesure du phénomène astral vous pouvez écouter: Bienfaits et limites des thérapies DM: https://archive.org/details/Conferences_Bernard_De_Montreal_BdM_avec_Daniel_Menard_telecharger/BdM-DM-220-Bienfaits+et+limites+des+thérapies.mp3

 

L'expérience de substances psychotropes, qu'elle soit occasionnelle ou modérée, si cette récréation est vécue en conscience, peu importe le contexte, elle aidera à la "relaxation" car c'est l'effet recherché… Cependant, ce qu'on ne sait généralement pas, c'est que ces substances appose une addiction dès la première fois à notre insu car le corps et le psychisme n'oublient pas le "sentiment de récompense" généré par la substance. Si bien que, quel soit le produit consommé, qui n'entraîne "en apparence" pas de troubles de santé ou du comportement, toute expérience aussi anodine soit elle engrange de la mémoire et sensibilise la psyché humaine, à plus ou moins long terme. Cet agréable sentiment laisse une empreinte (engramme) dans la mémoire de l'âme et celle-ci ressurgie de bien des façons lors d'évènements stressants ou traumatiques. En s'accumulant comme un mille-feuille ces consommations épisodiques ouvrent des brèches aux entités qui vont se frayer un chemin jusque dans les engrammes, là où nos vulnérabilités sont les plus vives. Les entités sont perverses et manipulatrices, elles nous ont à l'usure et à petites doses au début. Conséquemment ces mémoires du produit sont les rdv programmés avec elles qui n'attendent qu'un gros choc psychique ou physique pour s'incruster, nous faire consommer tant et plus et siphonner durablement l'énergie de nos émotions. Ceci étant dit l'individu à un chemin de vie et un agenda, si son expérience passe par l'alcoolisation il en sortira progressivement, même tout seul, avec la Conscience de ce vampirisme astral, s'il n'en prend jamais conscience il sombrera dans son expérience qui enrichira son âme… Prendre conscience donc que c'est dans notre mémoire d'âme que réside les appétits plus ou moins addictifs, les plus involutifs pour l'ego et pour l'esprit sont ceux qui maintiennent l'humain dans une conscience inférieure (drogues interdites, autorisées, prescrites ou non, y compris dans nos assiette ou notre couche…) La gagnante dans l'histoire c'est l'âme, non polarisée donc pas "regardante", qui est addicte à toutes expériences de vie et à l'énergie de ces expériences quels que soient leurs taux vibratoire, du plus bas au plus haut...

 

Que ce soit pour réduire le stress ou combattre l'insomnie les substances chimiques ne guérissent pas les causes du mal être humain… Ce sont des pansements qui produisent les mêmes effets secondaires que les psychotropes sans ordonnance... Les molécules éthériques accumulées dans nos corps subtils vont alourdir le voyage astral qui se fait durant ce sommeil artificiel. Le repos nocturne n'est pas seulement nécessaire à une réparation biologique du corps physique… Le sommeil naturel et les rêves sont également nécessaires pour les contacts avec notre double ou esprit. Si le corps astral est bas en vibration on rencontrera des êtres et/ou entités de la même vibration, les journées en seront impactées et on consommera encore et encore… Combattre l'insomnie, comme les autres drogues, demande d'aller à la source des origines émotionnelles et mémorielles de nos difficultés, sans cela les chocs évènementiels seront de plus en plus lourds et nombreux pour que nous en prenions conscience de grès ou de force… En attendant ces consommations profitent à l'industrie pharmaco-astralisée… et vident notre porte-monnaie...

 

Les "vrais" chamanes exercent lors de cérémonies spécifiques, comme le curé qui boit le vin de messe, certains génèrent une addiction mais peu s'en vantent ou en sont conscients... Aussi grands et beaux soient-ils il n'en reste pas moins que les chamans ou autres médiums qui consomment des produits se connectent artificiellement à un plan de conscience altérée. Ils s'assujettissent à des dimensions astro-spirituelles et se soumettent au mensonge cosmique. Ils ne sont pas connectés à la source du réel en soi. La beauté réside partout, même en astral, on ne peut pas diaboliser ce plan car il a eu sa nécessité durant l'involution. Aujourd'hui nous devons crever le plafond spirituel pour fusionner avec l'énergie de notre double éthérique, c'est à dire la lumière de l'esprit. Pour cela nul besoin d'aucune drogue d'aucune espèce car elles attirent obligatoirement des entités vampiriques et toxiques elles entravent l'incarnation de l'esprit et du double dans la matière.

 

Il ne s'agit pas ici de juger ou de polémiquer sur la qualité des pratiques chamaniques et/ou de la nature de leur connections ou encore vertus des plantes hallucinogènes, ayahuasca ou autres... ,utilisées pour des voyages astraux.

Au stade d'évolution où en est l'humanité les occultistes, ou les personnes engagées dans une psychologie parallèle, sont à l'épreuve toute l'astralité de leur conscience. Les plans astraux peuvent faire miroiter n'importe quoi dans une conscience qui n'est pas suffisamment avancée, épurée, transmutée, supra-mentale. Idem dans l'utilisation de supports de divinations qui attirent toutes sortes d'entités de tous niveaux, peu importe la qualité de bienveillance etc… du professionnel. Il est parfois préférable de s'en remettre à ses propres pouvoirs plutôt qu'à ceux d'autrui...

Il s'agit juste de prendre conscience que la consommation d'un produit, quel qu'il soit, pour quel que motif que ce soit (Dans l'article il s'agit de l'alcool et du tabac) "altère la conscience artificiellement" dans le sens qu'elle assujettit à des dimensions spirituelles, sans jamais crever son plus haut plafond, fusse t-il de très haute qualité vibratoire, et non au réel d'une conscience au-delà du mental, c’est-à-dire une conscience dépolluée de son astralité, de son émotivité et de sa mémoire personnelle et planétaire.

Seul l'homme de la prochaine évolution, qui aura fusionné ses 3 cerveaux (émotionnel, rationnel, intuitif) et le cerveau éthérique (supra-mental) avec son âme, son ego et son esprit sera réellement conscient des phénomènes d'une réalité occulte qui lui paraitra "tout à fait ordinaire", il n'aura besoin que de son double lumineux pour "savoir" ce "qu'il a à savoir" sans avoir besoin "de tout savoir"…

Il n'empêche qu'en attendant cette période il y a des personnes extraordinaires dans tous les domaines, on aimerait les rencontrer "du premier coup"… mais "se faire balader" fait partie du chemin... ainsi tout et chacun a sa place dans ce monde en évolution.

 

BDM/RG: 09B - Questions impossibles (occultes)

Richard Glenn: Pourquoi les drogues sont-elles un grave danger pour l’être humain et la société ? Y a t-il du bon dans les drogues ?

Bernard de Montréal : Parler des drogues c’est comme parler des autres choses. Sur le plan Cosmique, les drogues ont fait un travail, c’est à dire que les drogues ont sensibilisé la conscience humaine à une autre partie de soi-même, que l’on ne pouvait pas sentir ou découvrir parce que les centres d’énergie n’étaient pas ébranlés par cette chimie, ça sert au plan de l’évolution, sur le plan Cosmique il y a une évolution, la nouvelle génération a été sensibilisée par ces effets-là, de sorte qu’aujourd’hui elle n’a pas les mêmes sentiments envers la société, envers l’ordre établi qu’elle avait avant, ça c’est un aspect positif. Mais, sur le plan humain, la drogue fait partie des influences Ahrimaniennes chez l’être humain, la drogue détruit la volonté, elle affecte le corps astral, elle change la capacité chez l’individu de ré-établir inconsciemment son rythme de vie en perfection. La drogue a toujours existé sur la Planète, elle a toujours servi, ce n’est pas nouveau ce qui se passe au 20ème siècle, les sociétés secrètes dans le passé se sont servis de ces drogues-là pour créer chez l’être humain des états différents, pour amener l’être humain lui-même, par des doses très fortes à séparer ses corps, pour avoir des expériences transcendantes, mais l’être humain est de la mécanique, il est construit suivant des principes mécaniques très autorisés, c’est normal que si vous créez telle chose, vous aurez tel effet, mais ce n’est pas de la conscience, c’est un effet de conscience. Un être humain qui prend de la drogue ne peut pas entrer en contact avec le Supramental, c’est contre les Lois de ces Hiérarchies, mais il peut entrer en contact avec des formes d’intelligences sur d’autres plans qui ne sont pas toujours les plus plaisantes. Les drogues sont le grand poison de la civilisation Occidentale, mais l’effet est tellement surprenant pour l’esprit humain - parce que l’esprit humain est toujours en quête de connaitre, est toujours en quête de savoir - que l’être humain tombe facilement sous l’empire de ces expériences, qui le mènent souvent au suicide. Les drogues font partie des influences négatives dans la civilisation. Il n’y a pas de connaissance dans la drogue ! Il y a simplement des effets psychologiques… C’est un amusement, c’est un amuse-gueule, c’est un amuse esprit, le chemin de la drogue mène à l’illusion, à toutes sortes, à toutes formes d’illusion qui pour l’être humain peuvent être plaisantes, je l’admets, mais il n’y a pas de connaissance, il n’y a pas de discrimination, il peut y avoir un brin de sagesse, je rencontre des gens qui ont pris de la drogue et qui ne sont pas bêtes, comme on dit souvent ils l’ont l’affaire eux autres, it’s easy (c’est facile) te casse pas la tête, mais l’affaire qu’ils ont, ce n’est pas l’affaire de l’affaire, c’est la bête de l’affaire. Voilà dix ans les drogues c’était le nouveau paradis mais aujourd’hui les gens commencent à s’apercevoir par eux-mêmes que, à toute chose il y a une fin.

 

Bernard a vécu un processus de fusion initiatique vers la trentaine, il a cessé de fumer vers 40 ans, bien avant que son processus fut terminé, ce n’est pas la cause de sa mort à 64 ans...

Prendre ISO comme référence pour parler de Bernard n’est pas le meilleur outil pour affiner le discernement.

Bernard totalement fusionné et intégral avait accès à LA SOURCE, sa parole était vibratoire et thérapeutique.

ISO n'est pas Bernard, elle a une conscience astrale avec accès à des plans d’intelligences qui donnent des infos valables mais ne permet pas aux individus, contrairement à l'instruction de Bernard, d’entrer en processus de fusion avec leur jumeau esthétique.

Tout le monde a sa place et son rôle dans ce monde.... Chacun va où sa vibration le mène, autant pour les besoins d’expériences de son âme que pour les besoins émotifs de son ego.

Ainsi il n'y a rien a juger... tout à comprendre et intégrer...

 

Cet article concerne le lien entre l'astral et les produits qui lui ouvre ses portes (alcool, drogues, tabac etc...), pas la personne ISO.

L’homme est multidimensionnel il travaille sur plusieurs plans à la fois, tout homme qui, sur le plan matériel, peut "contrôler l’énergie de son supramental", peut aussi sur les autres plans, contrôler l’évolution des êtres qui s’y trouvent. C’est un pouvoir qui peut aider ou non (si utilisé par l'ego spirituel) à l’évolution de l’humanité. Il est donc important de comprendre les aspects cachés de l’évolution astrale et de ne pas confondre l’expérience astrale avec l’expérience dynamique de la conscience astrale dont certaines personnes souffrent inconsciemment. Un enseignant qui a mal intégré LA vibration supra-mentale (au-delà du mental réflectif) imprime dans la conscience d’autrui sa propre conscience astrale avec les entités qui la chevauche.

La conscience astrale est liée au désir de l’ego d’avoir de l’ascendance sur autrui, quand ce n’est pas de la domination par grossières manipulations psychiques aidée par les plans ou intelligences d'autres dimensions... Cette conscience astrale contribue à la diminution du propre pouvoir mental de l'humain sur lui même. La conscience astrale peut servir à la fois aux êtres des régions sombres, comme aux êtres des régions de la lumière. Cette dualité de l’astral est à la base des nombreux problèmes psychologiques et philosophiques que vit l'ego. Ce n’est que par la destruction de cette dualité qu'il pourra enfin comprendre l’infinité de la pensée universelle et cesser de rechercher une infinité quelconque à l’intérieur de ses expériences spirituelles.

Le plan astral est rempli d’êtres et de formes, les énergies manifestées par ces êtres et ces formes sont contaminées par l’expérience antérieure des humains. Un des aspects les plus antagonique de la conscience astrale, c’est que dans ce plan il existe deux formes de réalité polarisée la bonne et la mauvaise, à vous de savoir quelle vibration vous attire ou vous magnétise…

Concernant la contradiction: on peut être conscient et pas forcément intelligent.
Voici un extrait de ce que dit Bernard à ce propos: "Pour être intelligent tu peux pas être naïf, être intelligent c'est apprendre une fois pour toutes dans la vie à se protéger, point final, à tous les niveaux... Un homme conscient c'est un homme qui est dans son intelligence, c'est à dire qu'il est capable de convertir constamment les signes, les signaux, les symboles, soit de la civilisation matérielle ou les symboles astraux de la "conscience spirituelle" ou de la "conscience astrale"...

68 BdM/DM 176 a "Spirituellement évolué mais pas intelligent" : https://www.edwigedebenoist-marcher-autrement.fr/2018/11/12/conscient-mais-pas-intelligent/

 

Les Noces de Cana (récit tiré du Nouveau Testament) raconte que le nazaréen a changé de l'eau en vin, premier des "signes" qu'il accompli au bénéfice de ses disciples "qui crurent en lui". Mais ce qui se passe dans l'occulte a une tout autre saveur… Le nazaréen, à la demande de sa mère, transforme, sans le savoir, la réjouissance humaine en lignes de prédations astrales, alors que s'imprime dans le même temps dans leur conscience, l'illusion du don de son corps pour sauver les humains. Dans cette parabole il n'y a, de la coupe aux lèvres, que de l'espace programmé pour l'homme, devenu ivre puis alcoolique et dépendant, qui "devait croire" aux entités astrales…