La souffrance vibratoire


La souffrance vibratoire

 

Nous sommes tous impactés par divers chocs événementiels du plus banal au plus important... Lorsqu’on ne met plus de formes à ces souffrances, tout en y trouvant des résolutions rapidement, on augmente notre capital d’énergies créatives au lieu de s’abandonner à de la victimisation qui nourrit les vampires énergétiques, aussi bien éthériques que matériels...

Les chocs évènementiels sont utilisés par les plans pour nous décharger des énergies résiduelles astrales quand on "monte" en vibrations afin de nous délester des énergies denses et inutilisables stockées dans nos corps subtils. Dans l'involution nous n'éprouvions que des "souffrances psychologiques" redondantes et non des "souffrances vibratoires" évolutives, la nuance est de taille!

La volonté n'entre pas en considération lorsqu'un trop plein d'énergies déborde du vase mental. Ce trop-plein pollué d'énergies astrales, que ce soit à cause des sorties nocturnes durant le sommeil ou par les évènements diurnes de notre programmation, ne demande qu'à être vidangé pour laisser place à des énergies créatrices rajeunies, renouvelables, c'est de l'écosystème vibratoire pour l'épuration du mental.

Ces évènements chocs ne sont pas mesurables par notre volonté mais à comprendre vibratoirement sur le champ par notre intelligence. Comprendre que le choc, quel que soit l'intensité de la douleur physique ou psychique qu'il engendre, ne doit pas être prétexte à se vautrer dans les lamentations mais à repérer "la vibration évolutive "dans l'évènement sans y fixer de valeurs psychologiques ou de symboles spirituels.

Le choc en tant que tel est à considérer comme une "poussée vibratoire", poussée d'énergies créatrices en devenir, regain de vitalité et de clairvoyance comme après un grand nettoyage de son espace vital…

Chocs après chocs, à intervalles multifactoriels orchestrés par les plans qu'eux seuls connaissent, en les surmontant ils propulsent notre conscience en évolution par des sauts de géants et des sauts quantiques.

Dans un cycle a durée indéterminée ces sauts en hauteur nous aident à nous connaitre un peu mieux chaque fois, c'est un véritable travail de détective, en triangulation avec les plans éthériques, sur le fonctionnement de notre psyché et de notre ego avec son double ...

 

Durant le processus de conscientisation de l'ego plus les poussées vibratoires sont importantes plus notre équilibre énergétique demande à être au plus près de son centre atomique pour rester constamment connecté et créatif.

Entre chaque phase et au plus haut du pic vibratoire une vidange est nécessaire car ce sont accumulées, dans le siphon de notre conscience (les corps subtils), les résidus de nos vieilles énergies astralisées par nos activités du jour (relationnelles, oppositionnelles etc…) ou de la nuit (rêves, cauchemars, sorties astrales) …

Tout ceci est indépendant de notre volonté, cela se fait par l'entremise des plans en charge de notre évolution dans ce long processus de fusion. Il n'y a pas de jugement à avoir dans le déroulement de cet accouchement de nous-même dont le travail est supervisé par les instances d'intelligences supérieures.

Pour ma part concernant ma volonté elle serait plutôt le carburant qui actionne mon véhicule matériel, qui démarre au quart de tour grâce à une hypersensibilité de son starter et me fait marcher toujours plus loin après les souffrances vibratoires des chocs évènementiels. Il s'ensuit une légèreté et une rapidité d'oubli de la souffrance qui s'est transformée en énergies de propulsion à grande vitesse.

Ta comparaison avec la puberté qui s'expanse physiquement et psychiquement est intéressante concernant la "maturation de l'individu" sauf que les souffrances liées à l'inconscience de cette période étaient des souffrances psychologiques (et non vibratoires) qui nous maintenaient dans des interprétations spirituelles et des lamentations victimaires… Nous étions encore trop aveugles pour y voir le germe même de la "vibration évolutive" pourtant déjà à l'œuvre à ces instants, mais comme tu le dis "l'astral saute sur tout ce qui bouge" et on sait combien ça bouge à l'adolescence….

La succession des crises nous montre le sens de "la vibration évolutive dans l'évènement" comme une boussole et la neutralité face a ces crises nous permet de n'y placer aucune valeur psychologique ou symbolique spirituelle.

La vidange des énergies astralisées par nos activités H24 permet une épuration des canalisations du circuit mental pour garder en équilibre les énergies renouvelées qui montent en taux vibratoire.

Les crises sont cycliques, a durées variables et indéterminées, programmées par les plans en termes de "poussées d'énergies créatrices en devenir". L'ego, qui peu à peu laisse la conduite de son véhicule a son jumeau éthérique, a du temps devant lui pour procéder à cette nouvelle activité de "détective de sa conscience".

L'évacuation régulière des énergies usées permet le remplissage par des énergies de meilleures qualités en vibrations et en fluidités. Cette fluidité entretien un meilleur contact télépathique qui s'affine au fur et a mesure des vidanges astrales. Rien n'est impossible aux intelligences qui nous supportent comme "d'éthériser des résidus d'énergies astrales", tout autant que nous savons dépolluer l'eau que nous buvons…

Ce qui évolue dans chaque ego peut sembler microscopique à l'échelle planétaire…sauf qu'à l'échelle atomique cette évolution se transforme en bombe de déflagration pour la fusion en préparation…

 

BDM dans PE 044 l'interprétation de la souffrance

"Une des grandes maximes de la psychologie évolutionnaire c'est qu'on peut facilement apprécier ce que l’on a vécu comme souffrances dans le passé pour évaluer ce que l’on vit aujourd’hui, mais on n’est pas rendu au point où on est capable d’apprécier ce que l’on vit aujourd’hui pour avoir une idée de ce que l’on pourra vivre demain.

Cette conscience-là amènera l’homme à réaliser que, dans la mesure où un ego est capable dans le champ de son expérience, dans le moment de son expérience, de récupérer sans réflexion, c'est-à-dire de récupérer seulement dans la vibration, cette récupération-là devient pour lui la semence de son avenir.

Quand le taux vibratoire de l’homme change dans une souffrance appréciée dans son moment présent, quand un homme est capable d’apprécier une souffrance, c'est-à-dire d’en prendre conscience sans trop de réflexions, sans trop de banalisations, l’homme à ce moment-là élève son taux vibratoire et accède à des données, c’est-à-dire, accède à des champs de conscience, qui par le passé lui ont été cachés ou lui ont été voilés, parce que ce sont des champs de conscience qui font parties de la surexcitation de son moi.

Quand le moi est surexcité à des niveaux de consciences extrêmement enracinés l’ego se sépare en deux. Il y a une partie de l’ego qui devient très planétaire, très enraciné dans le matériel et une partie de l’ego qui devient très mental, très cosmique, très universel et les deux parties ensembles forment un genre de tandem, c’est-à-dire une relation où l’âme est impuissante à troubler le lien entre l’esprit et la matière.

Quand l’âme ne peut plus troubler la relation entre l’esprit qui est la lumière de l'âme, et la matière qui est qui est son enveloppe, ou son champ d’expérience le plus bas, à ce moment l’homme est capable de commencer à construire son existence par rapport à des paramètres que auparavant auquel il n’aurait pas pu accéder, parce qu’il n’avait pas la vibration pour reconnaitre les secrets de sa vie, donc les secrets de sa destinée, donc le point réellement futuriste de son développement, de sa vision, de ses désirs, de ce qu’il veut, et ultimement de sa paix fondamentale".

 

« Entre chaque phase et au plus haut du pic vibratoire une vidange est nécessaire (…) »

Cette vidange à lieu avant de crever le plafond du plus haut niveau de notre énergie…
Pour illustrer avec une métaphore un peu simpliste : imagine un énorme vase cristallin avec un robinet a son socle, les énergies usées stagnent au fond du vase, pour remplir ce vase d'énergies nouvelles par le haut il faut d'abord purger les vieilles énergies par le bas…

Rien ne nous est révélé d'un coup, on n'en supporterait pas la lumière, c'est pourquoi le plus souvent l'information arrive après coup sous différentes formes, me concernant c'est souvent une conférence de Bernard qui va me tomber dessus "par hasard" en confirmation des ressentis après l'évènement.

La divergence n'est pas réelle… dans le fond nous comprenons l'une et l'autre ce qui se dit là… nos expériences fraîchement vécues nous font tout comprendre vibratoirement même s'il y a de l'affinement à retardement… Il est tellement naturel de décrire différemment nos moments clés transformateurs, mais au final ce qui importe c'est que nous en arrivions au même consensus vibratoire, les mots adéquats faisant souvent défaut pour décrire parfaitement ces mouvements d'énergies en nous.

"pour toi, si je lis bien, ya l’ego qui décide de se nettoyer des résidus astraux accumulés « vidange »":

Si tu me relis à nouveau j'ai avancé cette hypothèse qu'une vidange est nécessaire car ce sont accumulées, dans le siphon de notre conscience (les corps subtils), les résidus de nos vieilles énergies astralisées par nos activités du jour (relationnelles, oppositionnelles etc…) ou de la nuit (rêves, cauchemars, sorties astrales) …

Je disais plutôt que l'ego n'a rien décidé… que ce sont les plans en charge de ton processus qui actionnent les leviers quand c'est le bon moment pour toi:
"Tout ceci est indépendant de notre volonté, cela se fait par l'entremise des plans en charge de notre évolution dans ce long processus de fusion". Il n'y a pas de jugement à avoir dans le déroulement de cet accouchement de nous-même dont le travail est supervisé par les instances d'intelligences supérieures".

"pomper une énergie située au fond de l’être" Ton concept de "volonté" participe énormément à la création du double et ce depuis notre naissance où déjà il a fallu pomper cette énergie de vie en permanence pour résister à tous les chocs à l'âme et a l'ego dont on nous a gratifié généreusement…

La capacité de ne pas se juger devient un credo définitivement adoptée pour ma part en regard de la polarisation de nos conditionnements moraux, sociaux religieux…
J'use et j'abuse de cette capacité de ne pas me juger pour la bonne raison qu'on fait toujours ce qu'il y à a faire si c'est dans notre programmation, quand ça ne l'est pas on s'en rend compte aussi…

Tu parles d'une " purge spirituelle, de déspiritualisation, d’expulsions astrales sans se juger" alors que pour moi c'est une purge de déconditionnements, de formatages, d'automatismes, de vidanges mémorielles… Nous parlons de la même chose qui se recoupe et se croise et s'alimente au détour des divers échanges.

Là où tu vis "le calvaire" je vis une douleur subite, intense, lancinante, tout ça revient a du pareil au même…

La permanence de notre connexion et notre sensibilité croissante se mesure dans toutes nos tolérances et intolérances de la vie quotidienne… le champ relationnel se rétrécie, certaines conversations, lieux, odeurs, sons deviennent insupportables etc…

Notre neutralité face à ces nouveaux paradigmes en soi permet en effet à l’égo d'accepter que le double luciférien soit encore agissant en nous pour nous permettre de rester dense dans notre matière et dans notre corps astral avant son éthérisation par la fusion avec le double.

J'ai encore du mal avec le mot "spiritualité" il m'hérisse le poil… vers 14 ans j'ai rejeté cet endoctrinement, duquel j'étais restée imperméable, tout en restant imprégnée des effets secondaires des crimes et châtiments sur l'enfance de mon enfance…

 

De mon point seul point de vue qu'est-ce le double luciférien ?
Nous sommes fabriqués d'ombre et de lumière… Notre part "ombre" véhicule la lumière blafarde luciférienne, notre part "lumière" véhicule l'étincelle de la source primordiale.

Le jumeau du double éthérique (vs l'ombre ou l'ego terrestre) dans l'involution expérimentait son aspect Lucifer pour densifier sa matière, sous bonne garde de son ego lumineux...

Dans l'évolution la "lumière" du double éthérique ou de la source prends place pour expérimenter la somme totale des énergies d'expérience depuis l'incarnation luciférienne dans la matière.

Comment je vis ce double luciférien ?
Mon double luciférien vient troubler ma quiétude à la moindre opposition amenée par mon jumeau éthérique, comme un méga miroir, pour me montrer où j'en suis puisqu'il le sait et pas moi…

Je ne vis pas de doute ni d'incertitude ni de craintes en général, ce n'est pas la toile de fond de mon tempérament… Mais ce double me taquine dans certains endroits de ma vie notamment au travers de la relation émotionnelle mère /enfants… Là sans aucun doute le trouble revient régulièrement qui me fait cogiter sur les tenants et les aboutissants de mes réactions qui ne sont pas toujours anémotives…

Dans le processus il n'y a pas réellement d'expériences comme dans le passé…ça reste une croyance… Cet ego luciférien qui souffre vit seulement des purges mémorielles (sorties de l'ombre) dans chaque situation où la lumière (double éthérique) le remet en question…

 

Ces deux dimensions polarisées ombre/lumière ont été relatées dans tous les arcanes de l'existence terrestre sur tous les plans philosophiques, religieux, spirituel, politique, etc… On peut se poser la question à savoir si cette polarité existe dans les autres dimensions ou autres plans de vie extraterrestres ?

Les symboliques psycho-analytiques ne manquent pas de métaphores pour désigner un "prétendu ange déchu" qui porte en lui la totale polarité du cosmos, des cycles circadiens, du temps et de l'espace en 3 dimensions.

Cet ange déchu représente "les jours de l'ego" : symbolisé par "Lucifer" porteur de lumière, double éthérique, universel ou ego éthérique/cosmique qui apporte la connaissance, prône la rébellion contre toute forme d’autorité, l'affranchissement de toutes les conventions sociales, morales, religieuses, politiques etc…

Cet ange déchu représente également "les nuits noires de l'ego" : symbolisé par Satan porteur d'obscurité dans l'inconscience de nos voyages astraux. Il ne croie qu'en lui-même et à son individualisme, qu'à une totale liberté de ne suivre aucuns dogmes religieux, ni vénérer aucune divinité, lui seul étant son propre Dieu. Son influence nocturne est nocive, elle agit insidieusement à travers les pensées et l'émotionnel qui entravent le développement de son évolution de conscience retarde sa fusion avec son jumeau éthérique.

L'ensemble des expériences jours/nuits de l'ego terrestre constituent la somme totale des charges énergétiques polarisées vécues dans ses dimensions ombre/lumière, lucifer/satan, etc…

L'ego éthérique, en attente d'incarnation, récupère la totalité de cette somme d'énergies qu'il dépolarise, qu'il transmute au profit de sa fusion avec son jumeau et à celui de sa future matérialité par une élévation du taux vibratoire des corps subtils.

Ainsi cette descente progressive de l'ego cosmique active une revisitation du mémoriel pour provoquer une purge astralo-émotionelle. Ça ressemble à des oppositions évènementielles mais ce n'en sont pas, ce sont des transmutations juste douloureuses, comme un pansement qu'on retire d'un seul coup, l'ego matériel n'aime pas ça, il se sent dénudé…

Dans le processus qui nous fait monter en vibration (la lumière) les interférences ou nuages (l'ombre) qui cachent la lumière réfléchissent un aspect de soi (miroir) qui est encore en évolution et/ou à nettoyer.

"l'adjuvant, appelé esprit vampirique par Bernard ?"
L'adjudeur de l'ego terrestre, (lumière qui l'éclaire et le soutien) est en effet vampirique car dans le processus il double la pression pour récupérer le jumeau terrestre. Il a trop longtemps attendu que ce dernier évolue, qu'il se perfectionne en conscience afin de prendre vibratoirement plus de place dans son esprit. Son rôle est de le sortir de la matière afin que lumière et matière (encore deux polarités) s’unissent pour l'affranchir du temps et de l'espace qui sont les limites matérielles du globe terrestre.

"vivre" du point de vue de l'ombre ? "l'ombre est-elle synonyme de nos corridors astraux hantés par des formes anciennes de notre moi ?"

L'aspect ombre de l'ego terrestre a vécu durant des éons sans évacuation, dans l'accumulation d'un mémoriel astral gigantesque… Dans le processus de mise a feu des mémoires et des karmas par le rayon de la fusion, l'ego ressuscite ses vécus le temps de l'évacuation par les purges. Sa conscience du processus de nettoyage devient aiguë alors sa souffrance est plus difficile à encaisser… Un peu comme dans un épisode d'indigestion ou alternent diarrhées et vomissements… L'organisme se purge de ce qu'il ne digère pas ou plus (ça vient du cerveau reptilien), certains animaux mangent des herbes qui ont le même but de purgations digestives…

 

La purge astrale représente une transmutation des énergies d'expériences accumulées dans le sac mémoriel de l'âme, par les diverses expériences de l'ego au cours de ses incarnations.
On ne détruit pas les mémoires qui servent à alimenter l'historique de la bibliothèque cosmique, mais on coupe le lien émotionnel qui nous lie à elles par le corps astral. Ainsi ce corps nettoyé peut monter en vibration et commencer son processus de fusion avec le double éthérique.

Concernant le post #19 petit rajout à propos des deux dimensions polarisées qui coexistent et façonnent notre ego dans son expérience terrestre.

Le principe "luciférien" et le principe "satanique" sont deux énergies aussi opposées que le jour et la nuit… Elles cohabitent sur le même plan ou dimension mais a des niveaux vibratoires différents par nécessité évolutive (polarité/dualité = expériences).

Ces énergies sont asexuées, elles œuvrent en nous que nous soyons mâles ou femelles dans les deux versions internes de nous même masculin/féminin.

Notre rayon (lumière de l’énergie de l’esprit) est notre ”ego cosmique” en évolution, les deux énergies polarisantes sont des instruments d’évolution pour l’"ego terrestre" afin qu’en fusionnant ils ne deviennent qu’une seule et même entité énergétique, enrichie de toutes les énergies d’expériences duelles et polarisées, dans un corps matériel hautement vibratoire…

On devrait trouver d’autres mots pour désigner ces énergies... les noms qu’elles portent charrient des connotations et des symboliques inadéquates, fondées sur des supputations et croyances en tous genres… (Dieu/Diable, ange déchue qui de bon passe à méchant, ou beau puis laid etc…). Nous devrions prendre beaucoup de distance et de hauteur avec cette création de l'univers, du big bang, des premiers hommes, etc...

J’aurai plaisir à déflorer ce sujet et aller plus loin... Je n’ai aucun tabou, ni préjugé, ni morale, ni spiritualité concernant toute cette genèse dévoyée…

… Lançon-nous sans jugement ni limitation intellectuelle, dans la créativité de nos esprits et nos doubles…

 

On est d'accord sur cette purge qui n'a rien d'un purgatoire quoi que… sa symbolique entre l'enfer et le paradis pourrait trouver un sens plus terre à terre…

Les idées arrêtées, préconçues, toutes faites, récupérées, soutirées etc... viennent toutes de l'extérieur à nous JAMAIS de l'intérieur de NOUS…

Si nous voulons entrer dans le "savoir" créatif débarrassons-nous de ces idées, nettoyons notre "canal", celui qui nous relie à notre wifi personnel jusqu’à notre fournisseur d'info…

On a tous un fournisseur d'info personnel, il est différent mais les infos recoupées dans nos labos nous mènent au même endroit… la source…

Notre accès y est illimité, ne limitons pas tout ce qui peut descendre en nous, sans se juger ni juger l'autre, en restant ouvert à la découverte de l'inconnu dans notre connu…

 

"l'onde luciférienne qui carbure l'existence par petits coups du souffle satanique"

Lucifer et le vaste et l'immense projet humain…

Le principe "luciférien" et le principe "satanique" sont deux énergies aussi opposées que le jour et la nuit… Elles cohabitent sur le même plan ou dimension mais a des niveaux vibratoires différents par nécessité évolutive (polarité/dualité = expériences).

.J’aurai plaisir à déflorer ce sujet et aller plus loin... Je n’ai aucun tabou, ni préjugé, ni morale, ni spiritualité concernant toute cette genèse dévoyée…

J'avais commencé ce travail dans "Le big bang re-visité": https://www.edwigedebenoist-marcher-autrement.fr/2018/08/22/le-big-bang-re-visité/

… Lançons nous sans jugement, sans limites intellectuelles, ni conditionnement, dans la créativité de nos esprits et de nos doubles… Dans "notre autorité" aussi, qui sans être une attitude, ni de l'autoritarisme, est le résultat de de l'équilibre de trois forces, de trois plans d'intelligence, des trois cerveaux rationnel, intuitif, et éthérique.

 

Tout est énergie vibratoire. On pourrait dire que "l'effet papillon" du battement de cil dans la 5ème dimension peut-il provoquer une tornade dans notre territoire psychique. Normal si on considère que d'une dimension a l'autre existe un sas ou une pente douce ou un trou de ver qui permet a ces vibrations de se déplacer de l'une à l'autre.

Le cerveau éthérique est là depuis toujours... mais en hibernation et en attente que ses trois corolaires primitif, intuitif, rationnel se mettent au diapason, tous vidés de leurs astralité, mémoires et autre trucs inutiles.

Quand ces trois cerveaux ne seront plus qu'énergies de leurs expériences, la somme totale des énergies de ces trois cerveaux s'unifiera au cerveau éthérique dans un grand feu d'artifice final avec les énergies respectives accumulées des expériences de l'esprit, de l'ego et l'âme.

L'ego est l'entité en évolution qui endosse une grande part des expériences de vie terrestre pour le compte de la source qui lui a délégué un jumeau, en tant que superviseur des opérations, qui viendra lui-même s'incarner après que l'ego terrestre eut essuyé les plâtres avec son corps astral. La source s'expérimente a travers une chaîne de matérialisation qu'elle ne peut elle-même faire... certainement pour des raison logistiques comprises que d'elle-même.

L'ego se fait défragmenter dans son initiation pour le nettoyage de son astralité et de ses liens émotionnels avec l'expérience de l'âme.

La douleur physique et psychique sont des souffrances "vibratoires" de transmutation des corps physique et subtils et de leurs montées en taux vibratoires, elles ne demandent qu'à être décodées objectivement et non pas vécues psychologiquement, gage d'une vidange des énergies usées réussie…

 

Au stade d'aujourd'hui "psychologiser" est devenu fade et sans saveur…

Vivre dans l'instant présent suffit, c'est rempli de petites évolutions qui se suffisent à elles-mêmes… Je ne me reconnais pas suffisamment dans cette quête d'évaluation de progrès, ça ne traverse pas non plus mes pensées insuffisamment objectives…