BERNARD DE MONTREAL

LE SUPRAMENTAL

 

 Dans "Dialogue avec l'invisible" " le Supramental représente la conscience dans son mode le plus évolué sur le plan matériel, son point culminant avant de basculer dans la conscience morontielle (voir texte sur le site de Sandra Vimont). Il permettra à l'homme de mettre fin à ses limites planétaires et de commencer à se déplacer en esprit vers les éthers de vie sans pour cela avoir à rejeter son enveloppe charnelle. La conscience supramentale est  une force supérieure qui pénétrera le mental de l'homme et le connectera avec la source même de son intelligence."

Texte complet en livre audio  Ou en PDF


LE SUPRAMENTAL PAR  PIERRE-LUC

 «Supramental» est un terme générique utilisé pour désigner un ensemble de mondes dont la gamme de longueurs d’ondes (ou fréquences) se situe, comme son nom l’indique, au-delà et à des niveaux plus élevés que celles du mental connu par l’humanité à ce jour, plus haut notamment que celles des mondes spirituels de l’âme où s’était concentrée pour beaucoup l’évolution de l’esprit de l’homme jusqu’alors.

Ce concept avait été brièvement abordé au début du siècle dernier par le spiritualiste et mystique Sri Aurobindo et a été plus abondamment développé dans les années 1980 à 2003 par le libre-penseur et conférencier Bernard de Montréal, à l’intérieur d’une œuvre plus globale qu’il a appelée «psychologie évolutionnaire».

Lire la suite sur le site de Pierre-Luc

 

Le supramental par Sandra Vimont

Le supramental n’est pas une forme de spiritualité qui donne l’impression à l’individu d’avoir un certain niveau de pouvoir occulte ou d’avoir été choisi par différentes forces divines. Les maîtres de cercles spirituels ou ésotériques, les chamanes, les gourous ainsi que les grands parleurs charismatiques participent à la période involutive du cheminement humain, c’est-à-dire qu’ils servent à nourrir un système basé sur la valeur des formes plutôt que de déloger les mémoires raciales et millénaires rattachées aux formes. Ainsi, ils sont manipulés par les hautes instances astrales, tout en entraînant gens qui suivent leurs enseignements. Ces forces, en apparence bienveillantes, lumineuses et vibrantes, font partie de l’illusion astrale car elles ne font pas partie du réel chez l’homme mais font partie de son rêve à être illuminé par sa lumière réelle.

Lire la suite sur le site de Sandra Vimont